La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
gloire tweet soir humour nouvelles misericorde coeur fatima sante paroles histoire gender pape haine avortement france liens jour zanotti chant saint chretiens prières sujets film miracle
Derniers sujets
» L'humilité, clé de vérité
Aujourd'hui à 11:07 par etienne lorant

» Sainte-Famille, Sauvez la France !
Aujourd'hui à 6:38 par Marthe

» Prières quotidiennes
Aujourd'hui à 6:12 par Marthe

» PRIONS pour
Ven 23 Juin - 12:01 par Pearl

» Fête du sacré-cœur de Jésus, solennité
Ven 23 Juin - 11:14 par etienne lorant

» Seigneur, ce jour s'acheve
Jeu 22 Juin - 22:47 par Pearl

» La Vérité et les dérives
Jeu 22 Juin - 10:11 par etienne lorant

» Revêtir le Christ
Mer 21 Juin - 9:53 par etienne lorant

» La justice divine est aussi miséricorde
Mar 20 Juin - 10:33 par etienne lorant

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 La Voix de Pape Francois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 12 Sep - 15:59

Sommaire

- Visite des évêques de la Répubique Démocratique du Congo
- Audience à la Société Biblique italienne
- Synodalité et primat
- Contre la traite des êtres humains
- Audiences
- Autres actes pontificaux
- Avis

Visite des évêques de la Répubique Démocratique du Congo

Cité du Vatican, 12 septembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu ce matin les membres de la Conférence épiscopale de la République Démocratique du Congo, à la conclusion de leur visite Ad Limina, auxquels il a remis un discours, centré sur le respect de la personne: L?Eglise de votre pays, écrit-il, "dont certains diocèses ont récemment célébré le premier centenaire de leur évangélisation, est une jeune Eglise. Mais elle est aussi une Eglise de jeunes. Les enfants et les adolescents, en particulier, ont besoin de la force de Dieu pour résister aux multiples tentations issues de la précarité de leur vie, de l?impossibilité de poursuivre des études ou de trouver du travail. Je suis sensible à leur situation difficile, et je sais que vous partagez leurs peines, leurs joies et leurs espoirs. Je pense particulièrement avec effroi à ces enfants et à ces jeunes, enrôlés de force dans des milices et contraints de tuer leurs propres compatriotes! Je vous encourage donc à approfondir la pastorale des jeunes. En leur offrant toute l?aide possible, surtout à travers la création d?espaces de formation humaine, spirituelle et professionnelle, vous pouvez leur révéler leur vocation profonde qui les prédispose à rencontrer le Seigneur. Le moyen le plus efficace pour vaincre la violence, l?inégalité ainsi que les divisions ethniques, consiste à doter les jeunes d?un esprit critique et à leur proposer un parcours de maturation dans les valeurs évangéliques. Il faudrait aussi renforcer la pastorale dans les Universités ainsi que dans les écoles catholiques et publiques, en conjuguant la tâche éducative avec l?annonce explicite de l?Evangile". Soyez "dans vos diocèses des apôtres de la jeunesse".

Dans le même esprit, lit-on ensuite, "face à la désagrégation familiale, provoquée, en particulier, par la guerre et la pauvreté, il est indispensable de valoriser et d?encourager toutes les initiatives destinées à consolider la famille, source de toute fraternité, fondement et première route de la paix. La fidélité à l?Evangile implique aussi que l?Eglise participe à la construction de la cité. L?une des contributions les plus précieuses que l?Église locale peut apporter à votre pays, consiste à aider les personnes à redécouvrir la pertinence de la foi dans la vie quotidienne et la nécessité de promouvoir le bien commun. De même, les responsables de la nation, en étant éclairés par les pasteurs, et dans le respect des compétences, peuvent aussi être soutenus pour intégrer l?enseignement chrétien dans leur vie personnelle et dans l?exercice de leur fonction au service de l?état et de la société. En ce sens, le magistère de l?Eglise, en particulier l?encyclique Caritas in Veritate, l?exhortation apostolique post-synodale Africae Munus ainsi que la récente exhortation Evangelii Gaudium, constituent une aide précieuse". Je vous invite donc, conclue le Saint-Père à l'attention de ses hôtes, "à ?uvrer sans relâche à l?instauration d?une paix durable et juste, par une pastorale du dialogue et de la réconciliation entre les divers secteurs de la société, en soutenant le processus de désarmement, et en promouvant une efficace collaboration avec les autres confessions religieuses. Alors que votre pays va connaître des rendez-vous politiques importants pour son avenir, il est nécessaire que l?Eglise apporte sa contribution, tout en évitant de se substituer aux institutions politiques et aux réalités temporelles qui conservent leur autonomie. En particulier, les pasteurs doivent se garder de prendre la place qui revient de plein droit aux fidèles laïcs, qui ont justement pour mission de témoigner du Christ et de l?Évangile en politique et dans tous les autres domaines de leurs activités... Beaucoup attendent de vous vigilance et sollicitude dans la défense des valeurs spirituelles et sociales". C'est pourquoi "vous êtes appelés à proposer des orientations et des solutions pour la promotion d?une société fondée sur le respect de la dignité de la personne humaine. A ce sujet, l?attention aux pauvres et aux nécessiteux tels que les personnes âgées, les malades ou les personnes souffrant de handicap, devrait constituer l?objet d?une pastorale adéquate, sans cesse réexaminée. En effet, l?Eglise est appelée à se préoccuper du bien de ces personnes et à attirer l?attention de la société et des autorités publiques sur leur situation. Je salue et j?encourage l??uvre de tous les missionnaires, des prêtres, des religieux et religieuses, et des autres agents pastoraux qui se dévouent au service des blessés de la vie, des victimes de la violence, surtout dans les régions les plus isolées et reculées du pays.En évoquant ce thème, j?ai une pensée spéciale pour les réfugiés internes et ceux, nombreux, qui proviennent des pays voisins... Soyez des hommes d?espérance pour votre peuple!".

Audience à la Société Biblique italienne

Cité du Vatican,12 septembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu ce matin les participants à la XLIII Semaine biblique de la Société Biblique italienne, qui inaugure la célébration du cinquantenaire de la Constitution conciliaire Dei Verbum. Après avoir remercié ses hôtes pour leurs travaux, il a rappelé que la foi doit sans cesse se nourrir de la Parole... Sans cela, elle risque de disparaître. "Pour parler aux hommes...Dieu a utilisé de multiples langages, soumettant sa parole à des conditionnements humains. Le respect de l'Ecriture implique qu'on déploie tous les efforts nécessaires à sa lecture correcte... Un chrétien ne saurait conduire seul quelque rechercher que ce soit pour améliorer la compréhension de la Bible... Ce travail est tout particulièrement confié aux exégètes". Reprenant Jean-Paul II, il a ensuite affirmé que, "pour respecter la cohérence de la foi de l'Eglise et celle de l'inspiration divine, l'exégèse catholique doit être attentive à ne pas s'arrêter à l'aspect humain des textes bibliques. L'exégèse doit avant tout aider les fidèles à mieux percevoir la Parole que ces textes contiennent. Ainsi peuvent-ils...vivre pleinement en communion avec Dieu. Mais pour cela il faut naturellement que le chercheur perçoive la Parole dans les textes, ce qui n'est possible que s'il a une vie spirituelle fervente et riche de dialogue avec le Seigneur. Sinon, ayant perdu son but principal, sa recherche restera incomplète... A côté de ses compétences scientifiques, l'exégète catholique doit avoir la foi, la foi reçue et partagée avec l'ensemble du peuple croyant qui, globalement ne peut se tromper". Comme le disait Jean-Paul II, a conclu le Pape François, "pour parvenir à une interprétation sûre des paroles inspirées par l'Esprit, nous devons tous être guidés par lui. C'est pourquoi il faut prier beaucoup et demander la lumière de l'Esprit, l'accueillir docilement et demander l'amour qui seul permet de comprendre le langage de Dieu... Puisse Marie nous enseigner à recevoir pleinement la Parole, dans la recherche scientifique comme dans notre vie toute entière".

Synodalité et primat

Cité du Vatican, 12 septembre 2014 (VIS). La XIII session plénière de la Commission internationale pour le dialogue entre les Eglises orthodoxe catholique se déroulera à Amman (Jordanie) du 15 au 23 septembre, à l'invitation du Patriarche orthodoxe de Jérusalem SB Théophile III. Les travaux, auxquels prendront part des délégués des quatorze Eglises autocéphales orthodoxe, seront présidés par le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pour l'unité, et par le Métropolite Jean de Pergame. Leur but est d'examiner le projet de document sur synodalité et primat préparé par le comité de coordination de la Commission à la suite des sessions de Rome (2011) et de Paris (2012). L'étude touche au rapport théologique et ecclésiologique entre la synodalité et le primat au sein de l'Eglise, tant au niveau universel que local. Elle servira de base à l'examen de la question cruciale qu'est la mission de l'Evêque de Rome dans l'Eglise universelle. Les participants, qui devront évaluer si le projet reflète d'actuel consensus sur ce sujet délicat, pourront partager des moments de prières avec leurs communautés présentes à Amman, mais aussi témoigner de leur attention aux personnes souffrant des conflits régionaux.

Contre la traite des êtres humains

Cité du Vatican, 12 septembre 2014 (VIS). A Genève le 9 septembre, l'Observateur permanent près les organismes des Nations-Unies est intervenu lors de la XXVII session ordinaire du Conseil des droits de l'homme. Citant certaines formes de l'esclavage contemporain ayant récemment fait la une la presse, comme les enlèvements massifs en Irak ou la vente de jeunes nigérianes sous de faux prétextes d'enseignement religieux, de Mgr.Silvano Tomasi a évoqué les 250.000 enfants enrôlés de force et notamment utilisés ici et là comme boucliers humains. Puis il a stigmatisé des formes plus subtiles d'esclavage qui impliquent 5, 7 millions d'enfants victimes du travail forcé, de mariages précoces forcés, de la ségrégation sociale par castes, etc, et pas uniquement dans les pays pauvres ou sous-développés. Ces situations sont favorisées par la pauvreté de familles frappées par la crise économique, l'ignorance, l'analphabétisme, le chômage, des phénomènes apparemment irréversibles obligeant nombre de personnes à travailler précairement, sans juste rétribution ni protection sociale, ou bien à l'émigration voire à la traite des êtres humains. Si la communauté internationale s'est dotée de règles et de conventions contre l'esclavage contemporain, il est besoin d'une plus grande volonté politique, d'une plus grande efficacité d'intervention et d'une meilleur sensibilisation de l'opinion publique. Il convient, a conclu Mgr.Tomasi, de rompre le silence entourant une plaie qui infecte l'humanité en motivant les bonnes volontés. Et de souligner comment le Pape, d'accord avec les représentants des autres traditions religieuses, ne cesse de dénoncer les visages hideux du nouvel esclavage, en développant les idéaux et valeurs qu'elles partagent, afin d'éradiquer à jamais le fléau de la traite.

Audiences

Cité du Vatican, 12 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin vingt-un prélats de la Conférence épiscopale de la République Démocratique du Congo en visite Ad Limina:

Mgr.Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani.

Mgr.Etienne Ung?eyowun, Evêque de Bondo.

Mgr.Dieudonné Uringi Uuci, Evêque de Bunia.

Mgr.Joseph Banga Bane, Evêque de Buta.

Mgr.Julien Andavo Mbia, Evêque d'Isiro - Niangara.

Mgr.Sosthène Ayikuli Adjuwa, Evêque de Mahagi - Nioka.

Mgr.Janvier Kataka Luvete, Evêque de Wamba.

Mgr.Jean-Pierre Tafunga Mbayo, SDB, Archevêque de Lubumbashi.

Mgr.Jean-Anatole Kalala Kaseba, Evêque de Kamina.

Mgr.Fulgence Muteba Mugalu, Evêque de Kilwa - Kasenga.

Mgr.Nestor Ngoy Katahwa, di Kolwezi.

Mgr.Oscar Ngoy wa Mpanga, CS.Sp, Evêque de Kongolo.

Mgr.Vincent de Paul Kwanga Ndjibu, Evêque de Manono.

Mgr.Gaston Ruvezi Kashala, SDB, de Sakania - Kipushi.

Mgr.Joseph Kumuondala Mbimba, Archevêque de Mbandaka - Bikoro.

Mgr.Joseph Mokobe Ndjoku, Evêque de Basankusu.

Mgr.Fridolin Ambongo Besungu, OFM.Cap, de Bokungu - Ikela.

Mgr.Philibert Tembo Nlandu, CICM, Evêque de Budjala.

Mgr.Louis Nkinga Bondala, CICM, Evêque de Lisala.

Mgr.Ferdinand Maemba Liwoke, Evêque de Lolo.

Mgr.Dominique Bulamatari, Evêque de Molegbe.

Dans l'après-midi, il devrait recevoir Mgr.Nikola Eterovic, Nonce apostolique en Allemagne.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 12 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Le Cardinal Robert Sarah, Président du Conseil pontifical Cor Unum, Membre de la Congrégation pour les causes des saints.

Le Cardinal Mauro Piacenza, Grand Pénitencier, Membre de la Congrégation pour les causes des saints.

Avis

Cité du Vatican, 12 septembre 2014 (VIS). En raison de la visite du Saint-Père au sanctuaire militaire de Redipuglia (Italie), le bulletin VIS sera diffusé demain samedi 13 septembre.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Sam 13 Sep - 14:20

Sommaire

- Les guerres sont l'ombre de Caïn
- Visite du Pape en Turquie fin novembre
- Consécration du nouveau sanctuaire St.Gabriele dell'Addolorata
- Autres actes pontificaux

Les guerres sont l'ombre de Caïn


Cité du Vatican,13 septembre 2014 (VIS). A l'occasion du premier centenaire de la grande guerre, le Pape a célébré une messe au mémorial militaire italien de Redipuglia (au Frioul). Arrivé du Vatican en hélicoptère vers 9 h, il s'est aussitôt rendu par la route au cimetière militaire de Fogliano di Redipuglia où reposent 14.550 soldats austro-hongrois "unis dans la mort comme dans la vie". Il a déposé une couronne sur le monument central abritant les restes de 7.000 soldats anonymes. Puis il a gagné le pied du Sei Busi, montagne disputée au début du conflit, pour visiter le cimetière monumental italien de Redipuglia où reposent plus de 100.000 soldats tombés au front. Au centre se trouve le tombeau du prince Emanuele de Savoie-Aoste, commandant de la III Armée, inauguré en 1938 en présence de 50.000 vétérans de la première guerre mondiale.

A l'homélie de la messe, reprenant la première lecture du jour qui rapporte le meurtre d'Abel, le Saint-Père a condamné l'indifférence face à la guerre: Admirant la beauté de ce paysage, a-t-il dit, en ces lieux où des hommes et des femmes travaillent, où les enfants jouent et où les personnes âgées rêvent, je ne peux que dire: La guerre est une folie. Alors que Dieu dirige sa création, et que nous les hommes, nous sommes appelés à collaborer à son oeuvre, la guerre détruit. Elle détruit aussi ce que Dieu a créé de plus beau, l'être humain. La guerre défigure tout, même le lien entre frères. La guerre est folle, son plan est la destruction, se développer en détruisant. La cupidité, l'intolérance, l'ambition du pouvoir sont certains des motifs qui poussent à décider la guerre, et ces motifs sont souvent justifiés par une idéologie. Mais d'abord il y a la passion, il y a une impulsion déformée. L'idéologie est également une justification. Et lorsqu'il n'y a pas d'idéologie, il y a la réponse de Caïn: Que m'importe? Suis-je le gardien de mon frère?


La guerre n'épargne personne, personnes âgées, enfants, mamans, papas? Que m'importe? Au dessus de ce cimetière, flotte la devise narquoise de la guerre: Que m'importe? Tous les êtres humains qui reposent ici avaient des projets et des rêves, mais leurs vies ont été brisées. L'humanité a dit: Que m'importe? Pourquoi, pourquoi? Aujourd'hui encore, après l'échec renouvelé d'une seconde guerre mondiale,

on peut, peut-être, parler d'une troisième guerre par morceaux, avec des crimes, des massacres, des destructions.

La première page des journaux ne devrait-elle pas avoir pour titre: Que m'importe?

Aujourd'hui comme hier, l'attitude de Caïn est exactement à l'opposé de ce que demande Jésus dans l'Evangile.

Lui qui est présent dans le plus petit de ses frères, le Roi, le Juge du monde, il est l'affamé, l'assoiffé, l'étranger, le malade, le prisonnier. Celui qui prend soin de son frère entre dans la joie du Seigneur. Celui qui, en revanche, ne le fait pas, qui par ses omissions dit Que m'importe?, reste dehors.

Ici comme dans le cimetière voisin, sont enterrées beaucoup de victimes. Nous les évoquons aujourd?hui. Il y a les pleurs, il y a la douleur. Et d'ici nous rappelons toutes les victimes de toutes les guerres.

Aujourd'hui encore les victimes sont nombreuses.

Comment cela est-il possible?


C'est possible parce que, aujourd?hui encore, dans les coulisses, il y a des intérêts, des plans géopolitiques, l'avidité de l'argent et du pouvoir, et il y a l'industrie des armes, qui semble être tellement importante.

Et ces planificateurs de la terreur, ces organisateurs de l'affrontement, comme également les marchands d'armes, ont écrit dans leurs coeurs Que m'importe? C'est le propre des sages, que de reconnaître leurs erreurs, d'en éprouver de la douleur, de les regretter, de demander pardon et de pleurer.

Avec ce Que m'importe? qu'ont dans le coeur les affairistes de la guerre, peut être gagnent-ils beaucoup, mais leur coeur corrompu a perdu la capacité de pleurer.

Caïn n'a pas pleuré, il n'a pu le faire.

Et son ombre de Caïn plane aujourd?hui sur ces cimetières.

On le voit ici. On le voit dans l'histoire qui va de 1914 jusqu'à nos jours.

Et on le voit aussi de nos jours.

Avec un coeur de fils, de frère, de père, je vous demande à tous, et pour nous tous, la conversion du coeur: Passons de ce Que m'importe? aux larmes. Pour tous ceux qui sont tombés dans une hécatombe inutile, pour toutes les victimes de la folie de la guerre, en tout temps.




Pleurer, l'humanité a besoin de pleurer, et c'est maintenant l'heure des larmes".





Visite du Pape en Turquie fin novembre

Cité du Vatican, 13 septembre 2014 (VIS). Hier après-midi, le Directeur de la Salle de Presse a confirmé les indications de certains media: Ce matin, a déclaré le P.Lombardi, "est parvenue au Saint-Père l'invitation du Président turc M.Recep Tayyip Erdogan à se rendre dans son pays. Le programme et la durée de ce voyage en Turquie, qui aura lieu fin novembre, sont à définir".

Consécration du nouveau sanctuaire St.Gabriele dell'Addolorata

Cité du Vatican, 13 septembre 2014 (VIS). Aujourd'hui a été publiée la lettre latine du 29 juillet par laquelle le Saint-Père a nommé le Cardinal Ennio Antonelli, son Envoyé spécial à la consécration du nouveau sanctuaire de St.Gabriele dell'Addolorata (Teramo, Italie, 21 septembre).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 13 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Membres de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, le Cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l'économie; le Cardinal Timothy Michael Dolan, Archevêque de New York (USA); le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, Archevêque de Manille (Philippines); le Cardinal Jean-Pierre Kutwa, Archevêque d'Abidjan (Côte d'Ivoire); le Cardinal Orani João Tempesta, Archevêque de São Sebastião do Rio de Janeiro (Brésil); le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire général du Synode des évêques; Mgr.Agostino Marchetto, Secrétaire émérite du Conseil pontifical pour les migrations; Mgr.Luigi Travaglino, Nonce apostolique à Monaco et Observateur permanent près la FAO; Mgr.Claudio Maria Celli, Président du Conseil pontifical pour les communications sociales; Mgr.Ignatius Suharyo Hardjoatmodjo, Archevêque de Jakarta (Indonésie); Mgr.Patrick Christopher Pinder, Archevêque de Nassau (Bahamas); Mgr.Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui (Centrafrique); Mgr.Giampiero Gloder, Président de l'Académie pontificale ecclésiastique; Mgr.Paul Bùi V?n Doc, Archevêque di Thành-Phô Hô Chí Minh (Vietnam); Mgr.Tarcisius Isao Kikuchi, Evêque de Niigata (Japon); Mgr.Celmo Lazzari, Vicaire apostolique de San Miguel de Sucumbíos (Equateur); le P.Michael Anthony Perry, OFM, Ministre général des frères mineurs; le P.Louis Lougen, OMI, Supérieur général des Oblats de l'Immaculée; M.Socrates Mesiona, Directeur des Oeuvres pontificales missionnaires aux Philippines; Soeur Luzia Premoli, SMC, Supérieure générale des Combonianes.

Consulteurs de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, Mgr.Jorge Carlos Patrón Wong (Mexique), Secrétaire pour les séminaires de la Congrégation pour le clergé; et Mgr.Juan Ignacio Arrieta Ochoa de Chinchetru, Secrétaire du Conseil pontifical pour les textes législatifs.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 15 Sep - 15:08

Sommaire

- En Albanie, le Pape rendra hommage aux martyrs de la foi
- Nouvelle réunion du Conseil des Cardinaux
- Le Pape marie vingt couples du diocèse de Rome
- La Croix, amour de Dieu pour l'humanité
- Quand apprendrons-nous la leçon que la guerre est une folie?
- Possession cardinalice
- Audiences
- Autres actes pontificaux

En Albanie, le Pape rendra hommage aux martyrs de la foi

Cité du Vatican, 15 septembre 2014 (VIS). Ce matin, le Directeur de la Salle de Presse a donné quelques indications cadre sur le voyage apostolique que le Pape François effectuera dimanche prochain en Albanie (le quatrième hors d'Italie). Ce sera d'abord un hommage aux martyrs de la foi, victimes de l'ancien régime. Il insistera aussi sur le dialogue avec l'islam dans une société à majorité musulmane, dans laquelle orthodoxes et catholiques constituent une importante minorité. Enfin, le Saint-Père évoquera la plus célèbre des albanaises, Mère Teresa de Calcutta. Le P.Lombardi a rappelé que ce pays européen, devenu une démocratie, avait été pendant des décennies une féroce dictature et le premier état ayant inscrit l'athéisme dans sa constitution.

Nouvelle réunion du Conseil des Cardinaux

Cité du Vatican, 15 septembre 2014 (VIS). Aujourd'hui, sous la présidence du Saint-Père, s'est ouverte la sixième réunion du Conseil des Cardinaux. Les travaux, destinés à étudier la réforme de la Curie Romaine, se poursuivront demain et mercredi 17.

Le Pape marie vingt couples du diocèse de Rome

Cité du Vatican, 14 septembre 2014 (VIS). Ce matin, en la Basilique vaticane, le Pape François a célébré le mariage de vingt couples de son diocèse de Rome. Le Cardinal Vicaire Agostino Vallini et Mgr.Filippo Iannone, Vice Régent du diocèse et Directeur du centre pour la pastorale familiale du diocèse ont concélébré. Les couples que le Saint-Père a mariés ont eu des parcours plus ou moins longs: Certains ont déjà vécu ensemble, d'autres ont des enfants, d'autres se sont connus en paroisse. Le couple le plus jeune était constitué de personnes nées en 1986 et 1989 et le plus âgé de personnes nées en 1958 et 1965. Dans son homélie, le Pape, s'appuyant sur le récit biblique racontant la marche du peuple d'Israël dans le désert, sa longue traversée, a parlé du mariage comme d'un chemin de vie avec ses lumières et ses ombres au cours duquel la miséricorde et la grâce du Christ peuvent régénérer et réorienter la vie conjugale et familiale: "La première lecture nous parle du cheminement du peuple dans le désert. Pensons à ces gens en marche, guidés par Moïse, qui étaient surtout des familles, des pères, des mères, des enfants, des grands-parents, des hommes et des femmes de tout âge, beaucoup d?enfants, avec les vieux qui éprouvaient la fatigue? Ce peuple fait penser à l?Eglise en marche dans le désert du monde d?aujourd?hui, il fait penser au Peuple de Dieu, qui est composé en majorité de familles. Cela fait penser aux familles, à nos familles, en chemin sur les routes de la vie, dans l?histoire de chaque jour? Elle est incalculable la force, la charge d?humanité contenue dans une famille. Elle est constituée d?aide réciproque, d?accompagnement éducatif, des relations qui grandissent avec les personnes, du partage des joies et des difficultés? Mais, les familles sont le premier lieu où nous nous formons comme personnes et en même temps elles sont les briques pour la construction de la société".

Revenant au récit biblique, le Saint-Père a remarqué qu'à "un certain moment le peuple n?a plus supporté le voyage: Ils sont fatigués, l?eau manque et ils mangent seulement la manne, une nourriture prodigieuse, donnée par Dieu, mais qui en ce moment de crise semble insuffisante. Alors ils se lamentent et protestent contre Dieu et contre Moïse: Pourquoi nous avez-vous fait partir?... Il y a la tentation de revenir en arrière, d?abandonner le chemin. Cela fait penser aux couples d?époux qui ne supportent pas le voyage, le voyage de la vie conjugale et familiale. La fatigue du chemin devient une lassitude intérieure; ils perdent le goût du mariage, ils ne puisent plus l?eau de la source du sacrement. La vie quotidienne devient pesante, et bien des fois, éc?urante. En ce moment de désarroi, dit la Bible, arrivent les serpents venimeux qui mordent les gens, et beaucoup meurent. Ce fait provoque le repentir du peuple, qui demande pardon à Moïse et lui demande de prier le Seigneur pour qu?il éloigne les serpents. Moïse supplie le Seigneur et celui-ci donne le remède: un serpent de bronze, suspendu à une hampe; quiconque le regarde sera guéri du venin mortel des serpents. Que signifie ce symbole? Dieu n?élimine pas les serpents, mais il offre un antidote: A travers ce serpent de bronze, fait par Moïse, Dieu transmet sa force de guérison, force de guérison qui est sa miséricorde, plus forte que le venin du tentateur. Jésus, comme nous l?avons entendu dans l?Evangile, s?est identifié à ce symbole: en effet, le Père, par amour, l?a donné aux hommes, lui, le Fils unique, pour qu?ils aient la vie. Et cet amour immense du Père pousse le Fils, Jésus, à se faire homme, à se faire serviteur, à mourir pour nous et à mourir sur une croix. A cause de cela, le Père l?a ressuscité et lui a donné la domination sur tout l?univers. Ainsi s?exprime l?hymne de l'épître de Paul aux Philippiens. Celui qui se confie à Jésus crucifié reçoit la miséricorde de Dieu qui guérit du venin mortel du péché".

"Le remède que Dieu offre au peuple vaut aussi, en particulier, pour les époux qui ne supportent pas le chemin et sont mordus par les tentations du découragement, de l?infidélité, de la régression, de l?abandon? A eux aussi, Dieu le Père donne son Fils Jésus, non pour les condamner, mais pour les sauver. S?ils se confient à lui, il les guérit par l?amour miséricordieux qui surgit de sa croix, par la force d?une grâce qui régénère et remet en chemin, sur la route de la vie conjugale et familiale. L?amour de Jésus, qui a béni et consacré l?union des époux, est en mesure de maintenir leur amour et de le renouveler quand humainement il se perd, se déchire, s?épuise. L?amour du Christ peut rendre aux époux la joie de cheminer ensemble, parce que le mariage, c?est cela, le cheminement ensemble d?un homme et d?une femme, dans lequel l?homme a la tâche d?aider son épouse à être davantage femme, et la femme a la tâche d?aider son mari à être davantage homme. C?est la tâche que vous avez entre vous. Je t?aime, et par cela je te fais plus femme. Je t?aime, et par cela je te fais plus homme. C?est la réciprocité des différences. Ce n?est pas un chemin simple, sans conflits, non, il ne serait pas humain. C?est un voyage exigeant, parfois difficile, parfois aussi conflictuel, mais c?est la vie! Et parmi cette théologie que nous donne la Parole sur le peuple en marche, aussi sur les familles en marche, sur les époux en marche, un petit conseil. Il est normal que les époux se disputent, c?est normal. Cela arrive toujours. Mais je vous conseille: ne jamais finir la journée sans faire la paix. Jamais. Un petit geste est suffisant. Et ainsi on continue à marcher. Le mariage est symbole de la vie, de la vie réelle, ce n?est pas une fiction! C?est le sacrement de l?amour du Christ et de l?Eglise, un amour qui trouve dans la Croix sa vérification et sa garantie. Je vous souhaite, à vous tous, un beau chemin, un chemin fécond. Et que l?amour grandisse. Je vous souhaite du bonheur. Il y aura les croix! Mais le Seigneur est toujours là pour nous aider à avancer".

La Croix, amour de Dieu pour l'humanité

Cité du Vatican, 14 septembre 2014 (VIS). A midi, après avoir célébré le mariage de vingt couples du diocèse de Rome, le Pape a récité l'angélus avec les fidèles présents Place St.Pierre. Il a rappelé qu'en ce jour, l'Eglise célèbre la fête de la Croix Glorieuse, l'exaltation de la sainte Croix. "Quelque personne non chrétienne pourrait nous demander: Pourquoi exalter la croix? Nous pourrions répondre que nous n'exaltons pas n'importe quelle croix ou toutes les croix. Nous exaltons la Croix de Jésus, parce qu'en elle s'est révélé au maximum l'amour de Dieu pour l'humanité. Le Père a donné son Fils pour nous sauver, ce qui a comporté la mort de Jésus et la mort en croix. Pourquoi? Pourquoi la croix a-t-elle été nécessaire? A cause de la gravité du mal qui nous maintenait esclaves. La Croix de Jésus exprime ces deux choses: toute la force négative du mal et toute la douceur omnipotente de la miséricorde de Dieu. La croix semble décréter la faillite de Jésus, mais en réalité elle marque sa victoire... C'est justement pour cela que Dieu a exalté Jésus en lui conférant une royauté universelle. Quand nous tournons notre regard vers la croix où Jésus a été cloué nous contemplons le signe de l'amour infini de Dieu pour chacun de nous et la racine de notre salut. C'est de cette croix que jaillit la miséricorde du Père qui embrasse le monde entier. Par la croix du Christ, le malin est vaincu, la mort est défaite, la vie nous est donnée, l'espérance nous est rendue... La Croix de Jésus est notre unique et véritable espérance! Voilà pourquoi, l'Eglise exalte...la Croix glorieuse de Jésus, signe de l'amour immense de Dieu, signe de notre salut et chemin vers la Résurrection. C'est notre espérance. Alors que nous contemplons et célébrons la sainte Croix, pensons avec émotion à tous nos frères et s?urs persécutés et tués à cause de leur fidélité au Christ, en particulier là où la liberté religieuse n'est pas encore garantie ou pleinement réalisée, mais aussi dans des pays ou lieux qui, en principe, protègent la liberté et les droits de l'homme, mais où concrètement les croyants et notamment les chrétiens, font l'objet de limitations et discriminations. C'est pourquoi aujourd'hui nous pensons à eux et prions tout particulièrement pour eux".

Quand apprendrons-nous la leçon que la guerre est une folie?

Cité du Vatican, 14 septembre 2014 (VIS). Après la récitation de l'angélus, le Saint-Père a rappelé que demain en Centrafrique commençait la mission du Conseil de sécurité des Nations-Unies en vue de la pacification du pays et de la protection de la population civile qui souffre des conséquences d'un long conflit: "Je vous assure de l'engagement et de la prière de l'Eglise catholique, j'encourage l'effort de la communauté internationale qui vient en aide aux Centrafricains de bonne volonté. Que la violence cède au plus vite le pas au dialogue. Que les parties en conflit laissent de côté leurs intérêts et ?uvrent pour que chaque citoyen à quelque ethnie ou religion qu'il appartienne, puisse collaborer pour l'édification du bien commun. Que le Seigneur accompagne ce travail pour la paix!", s'est exclamé le Pape François.

Le Pape a également évoqué sa visite de samedi aux cimetières militaires de Redipuglia (Italie) où il a prié pour les morts de la première guerre mondiale: "Les chiffres sont effrayants: On parle de près de 8 millions de jeunes soldats tombés et d'environ 7 millions de civils. Cela nous fait comprendre combien la guerre est une folie! Une folie de laquelle l'humanité n'a pas encore tiré de leçon, parce qu'après celle-ci il y en a eu une seconde et tant d'autres encore aujourd'hui sont en cours. Mais quand apprendrons-nous cette leçon? Je vous invite tous à regarder Jésus crucifié pour comprendre que la haine et le mal peuvent toujours être vaincus par le pardon et le bien, pour comprendre que répondre par la guerre ne fait qu'augmenter le mal et la mort!".

Possession cardinalice

Cité du Vatican, 15 septembre 2014 (VIS). Dimanche 21 septembre à 11 h, le Cardinal Fernando Sebastián Aguilar, Archevêque émérite de Pamplona - Tudela (Espagne), prendra possession du titre de Ste.Angela Merici.

Audiences

Cité du Vatican, 15 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin M.Daniel Rubén Piedrabuena, Juge fédéral de La Rioja (Argentine).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 15 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Marcus Stock, Evêque de Leeds (superficie 5.033, population 2.068.000, catholiques 157.766, prêtres 182, diacres 24, religieux 149), en Angleterre (GB). L'Evêque élu, né en 1961 à Londres (GB) et ordonné prêtre en 1988, était jusqu'ici Secrétaire général de la Conférence épiscopale d'Angleterre et du Pays de Galles. Docteur en théologie, il a été curé de paroisse, Directeur des Ecoles diocésaines de Birmingham (GB) et Directeur du Bureau pour l'enseignement catholique.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 16 Sep - 14:57

Sommaire

- Rencontre mondiale des familles Philadelphia 2015
- Conseil de surveillance du IOR
- La Sixtine se produit à Macao, à Hong Kong et à Taipeï

Rencontre mondiale des familles Philadelphia 2015

Cité du Vatican,16 septembre 2014 (VIS). Ce matin près la Salle de Presse, Mgr.Vincenzo Paglia, Président du Conseil pontifical pour la famille, et Mgr.Joseph Chaput, OFM.Cap, Archevêque de Philadelphia (USA), ont présenté la prochaine Journée mondiale des familles, qui se déroulera du 22 au 27 septembre 2015 à Philadelphie. Evoquant tout d'abord les profondes racines religieuses de sa ville, Mgr.Chaput, a dit espérer la présence du Pape à un évènement qui comptera de 10 à 15.000 personnes représentant les divers continents. Puis il a expliqué que le thème de la Journée ("L'amour est notre mission, la famille pleinement vive") s'inspirait d'une phrase d'Irénée de Lyon pour qui la gloire des hommes et des femmes réside dans leur capacité à aimer comme Dieu aime: "La vie familiale est une invitation à incarner cet amour au quotidien". La Journée sera préparée au moyen d'un document catéchistique préparatoire destiné à aider les diocèses, les paroisses et les catéchistes. En dix points, il part de la création de l'homme pour aborder la sexualité, le mariage et les enfants, le sacerdoce et la vie consacrée, mais aussi la conscience écologique au sein de l'Eglise, le témoignage missionnaire des familles chrétiennes. Ce texte, qui inclut la prière spéciale, est à la base des différents programmes de la Rencontre 2015, conférences, sessions de travail et témoignages. Sa version anglaise, espagnole, française et portugaise sera successivement traduite en d'autres langues. Pendant toute la durée de l'évènement sera exposé dans la cathédrale un tableau de Neilson Carlin représentant la Sainte Famille entourée d'Anne et Joachim, qui veut rappeler que la famille chrétienne se compose de jeunes et d'anciens, des parents aux enfants, des grands parents à la parenté élargie.

Ensuite Mgr.Paglia a présenté l'activité annuelle de son dicastère, mais aussi le séminaire Famille et Pauvreté organisé avec la Caritas internationale le 18 septembre (150 experts), la Rencontre du Pape avec le troisième âge du 28 ("La longue vie est une bénédiction"), le congrès international du mouvement Famille et Vie (du 22 - 24 janvier prochain: "Relire ensemble le Synode sur la famille"), la commémoration le 24 mars 2015 de l'encyclique Evangelium Vitae par une veillée de prière à Ste.Marie Majeure. Enfin il a indiqué la mise en route du site www.familia.va à partir de l'ouverture du Synode le 5 octobre, et une édition spéciale de Jarà - Spectavle de la Vie, proposant des textes et des images relatives aux thèmes contenus dans l'Instrumentum Laboris. Pendant les assises synodales, une note hebdomadaire exposera les travaux des pères, accompagnés d'interviews d'évêques et d'experts.

Conseil de surveillance du IOR

Cité du Vatican,16 septembre 2014 (VIS). La Commission cardinalice de l'Institut pour les Oeuvres de Religion a nommé M.Auricio Larraín (Chili) et M.Carlo Salvatori (Italie) Membres du Conseil de surveillance. Le Président de la commission le Cardinal Santos Abril y Castellò se félicite de la grande expérience que les deux Membres supplétifs apportent au IOR, dans la perspective de renforcer les objectifs fixés par le Saint-Père. Ces experts financiers s'ajoutent au Président Jean-Baptiste de Franssu (France), Clemens Boersig (Allemagne), Mary Ann Glendon (USA) et Michael Hintze (GB), entrés en fonctions le 9 juillet dernier. Ainsi a été complété l'organigramme de ce Conseil, qui compte aussi un Secrétaire (sans droit de vote) en la personne de Mgr.Alfred Xuereb, Secrétaire général du Secrétariat pour l'économie. Comme l'indiquent les statuts du IOR, le Conseil de surveillance définit la stratégie de l'institut dont il supervise les opérations. Ses membres sont en fonction pour un quinquennat. La nomination d'un secrétaire au Conseil de surveillance et celle d'un sixième membre à la Commission cardinalice seront formalisés une fois conclue la révision des statuts du IOR.

M.Larraín est Directeur externe du Banco Santander Chile (dont il a été le PDG de 1992 à 2014) et Directeur général de la Business School de l'Université andine du Chili. Il a présidé la Santander Chile Holding SA et la Universia Chile SA. Le groupe Santander Chile a été élu meilleure banque sud-américaine par la revue América Economía. M.Carlo Salvatori est Président de la banque Lazard Italia et de la compagnie d'assurances Allianz SPA, Membre du conseil d'administration de l'Université catholique du Sacré Coeur, de l'hôpital Bambino Gesù, du groupe pharmaceutique Chiesi et du groupe alimentaire Riso Gallo, Président de la section milanaise de l'Union chrétienne des entrepreneurs italiens.

Fondé par Pie XII le 27 juin 1942, à partir de la Commission Pias Causa de 1887 (Léon XIII), le IOR sert le Saint-Siège et l'Eglise de par le monde. Selon ses statuts révisés en 1990 et les normes additives il doit assumer la préservation et la gestion des fonds transférés ou déposés par des personnes physiques ou morales agissant en faveur d'oeuvres religieuses et charitables. Il est habilité à recevoir les fonds d'institutions et de personnes dépendantes du Saint-Siège et de l'Etat de la Cité du Vatican. Il s'efforce ainsi de seconder la mission universelle de l'Eglise en faisant fructifier son patrimoine et en assurant un service de paiements partout dans le monde au Saint-Siège et à ses organismes, aux ordres religieux, aux institutions catholiques, au clergé et au personnel vatican, ainsi qu'au corps diplomatique accrédité. Au 31 décembre dernier le IOR gérait les dépôts de ses clients (y compris les portefeuilles) pour 5, 9 milliard d'euro et un patrimoine net de 720 millions. Disposant d'un siège unique sur le territoire souverain vatican, le IOR est soumis ua contrôle de l'AIF.

La Sixtine se produit à Macao, à Hong Kong et à Taipeï

Cité du Vatican, 16 septembre 2014 (VIS). Plus connue sous le nom de Sixtine, la Chapelle musicale pontificale va se produire à Macao, à Hong Kong et à Taipei, en collaboration avec l'institut chinois pour la culture de Hong Kong, le choeur diocésain Perosi de Macao et la Taipei Philarmonic Foundation. Il s'agit d'échanges culturels fondés sur le dialogue des traditions musicales occidentales et orientales, destinés à bâtir des ponts. Son programme consiste en oeuvres de Palestrina, Roland de Lassus, Allegri et Perosi, habituellement exécutées lors des liturgies papales. Le concert en la cathédrale de Macao aura lieu vendredi (dimanche la chorale papale assurera le service de la messe présidée par le Cardinal Tong Hon), le concert du 21 septembre au Hong Kong Cultural Centre, et celui du 23 au National Concert Hall de Taipei. Dépositaire de la tradition musicale romaine, la Sixtine (autrefois Schola Cantorum Romana) est un choeur liturgique a capela qui intervient dans les messes présidées par le Pape.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 17 Sep - 15:21

Sommaire

- Universelle et missionnaire, l'Eglise ne peut se replier sur elle même
- Prier pour le voyage papal en Albanie
- Promulgation de décrets
- Fin cet après-midi de la VI réunion du Conseil des Cardinaux
- Congrès sur le projet pastoral de Evangelii Gaudium

Universelle et missionnaire, l'Eglise ne peut se replier sur elle même

Cité du Vatican, 17 septembre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape François a abordé le caractère catholique et apostolique de l'Eglise: Lorsque nous professons notre foi, a-t-il dit, "nous affirmons que l'Eglise est catholique et apostolique, a dit le Saint-Père.

Catholique signifie universelle... un signe évident de cette catholicité est que celle-ci parle toutes les langues. Cela n'est rien d'autre que l'effet de la Pentecôte puisque c'est en l'Esprit qui a permis aux apôtres et à l'Eglise entière de faire connaître à tous, jusqu'aux confins de la terre, la Bonne Nouvelle du salut et de l'amour de Dieu.

L'Eglise est née catholique, c'est-à-dire symphonique depuis les origines, et elle ne peut être que catholique, projetée pour l'évangélisation et la rencontre avec tous".

Rappelant que chacun peut lire la Parole dans sa langue, il a renouvelé son invitation à emporter toujours avec soi un évangile pour en lire un ou deux passages dans la journée.

"Si l'Eglise est née catholique cela veut dire qu'elle est née missionnaire.

Si les apôtres étaient restés dans le cénacle, sans sortir pour annoncer l'Evangile, l'Eglise serait seulement l'Eglise de ce peuple, de cette ville, de ce cénacle. Mais tous sont sortis dans le monde, dès le moment de la naissance de l'Eglise, dès l'instant où l'Esprit est descendu sur eux.

C'est ce que nous exprimons quand nous la qualifions d'apostolique, parce que l'apôtre est celui qui porte la Bonne Nouvelle de la Résurrection de Jésus.

Ce mot nous rappelle que l'Eglise a pour fondement les apôtres et qu'elle est en continuité avec eux. Ce sont les apôtres qui furent envoyés et qui ont fondé de nouvelles églises, qui ont fait de nouveaux évêques, et ainsi dans le monde entier, en continuité.

Aujourd'hui nous sommes tous dans la continuité de ce groupe qui a reçu l'Esprit et qui est sorti pour porter à tous les hommes le message de l'Evangile. Nous devons les imiter et le transmette au monde en l'accompagnant des signes de la tendresse et de la puissance de Dieu".

Cela découle aussi de la Pentecôte, a poursuivi le Saint-Père:

"C'est en effet l'Esprit qui fait céder toute résistance, qui vainc la tentation de se fermer sur soi-même, entre élus, et de se considérer comme les seuls destinataires de la bénédiction de Dieu.

Si, par exemple, quelques chrétiens font cela et disent: Nous sommes les élus, nous seuls, et à la fin, ils meurent. Ils meurent d'abord dans leur âme, puis ils meurent dans leur corps, parce qu'ils n'ont pas de vie, ils ne sont pas capables de donner la vie, à d'autres personnes, d'autres peuples: ils ne sont pas apostoliques. C'est justement l'Esprit qui nous conduit vers nos frères, même les plus éloignés dans tous les sens du terme, pour qu'ils puissent partager avec nous l'amour, la paix, la joie, que le Seigneur ressuscité nous a laissé en don...

Qu'est-ce que cela implique, pour nos communautés et pour chacun de nous, de faire partie d'une Eglise qui est catholique et apostolique?


Cela signifie, avant tout, prendre à coeur le salut de toute l'humanité, ne pas se sentir indifférents ou étrangers face au sort de tant de nos frères, mais ouverts et solidaires envers eux.

Cela signifie aussi avoir le sens de la plénitude, de la complétude, de l'harmonie de la vie chrétienne, repoussant toujours les positions partiales, unilatérales, qui nous enferment sur nous-mêmes".

Faire partie de l'Eglise apostolique cela signifie "être conscients que notre foi est ancrée dans l'annonce et le témoignage des apôtres de Jésus. Elle est ancrée là, c'est une longue chaîne qui vient de là. Et ainsi se sentir toujours envoyé, en communion avec les successeurs des apôtres pour annoncer, le coeur plein de joie, le Christ et son amour à toute l'humanité.

Le Pape a alors évoqué la vie héroïque de tant de missionnaires qui ont quitté leur pays pour apporter l'Evangile à tous, et a invité à rendre grâce à Dieu pour les missionnaires que l'Eglise a eu et a, ajoutant qu'elle en a besoin de plus encore, invitant les jeunes présents sur la Place:

"Demandons au Seigneur de renouveler en nous le don de son Esprit, pour que chaque communauté chrétienne et chaque baptisé soit l'expression de la sainte mère Eglise, catholique et apostolique".



Prier pour le voyage papal en Albanie

Cité du Vatican, 17 septembre 2014 (VIS). Après la catéchèse, le Pape a notamment salué les pèlerins de langue arabe venus de Terre Sainte, "d'où partit l'annonce qui allait se répandre jusqu'aux extrémités de la terre. Malgré les difficultés, demeurez les porteurs courageux et joyeux du message de salut, de vérité et de bénédiction". Puis il a évoque son prochain voyage en Albanie, invitant les fidèles à l'accompagner dans la prière, et expliquant son choix: "C'est un pays qui après avoir beaucoup souffert d'un terrible régime athée développe une harmonieuse vie en commun de ses religions".


Promulgation de décrets

Cité du Vatican, 17 septembre 2014 (VIS). A la suite de l'audience accordée ce matin au Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs au MIRACLE attribué:

à la bienheureuse Marie-Christine de l?Immaculée (Adelaide Brando), religieuse italienne (1856 - 1906), fondatrice des Soeurs expiatoires de Jésus Sacrement.

au vénérable Pio Alberto del Corona, OP, évêque italien (1837 - 1912), fondateur des Dominicaines du Saint Esprit.

à la vénérable Marie-Elisabeth Turgeon, religieuse canadienne (1840 - 1881), fondatrice des Soeurs de Notre Dame du Rosaire (1840-1881).

Il a en outre approuvé la canonisation du bienheureux Joseph Vaz, Oratorien indien (1651 - 1711), fondateur de l?Oratorio de Goa (Inde).

Et décidé de convoquer un consistoire pour la canonisation de la bienheureuse Marie-Christine de l?Immaculée (Adelaide Brando) et du bienheureux Joseph Vaz.

Fin cet après-midi de la VI réunion du Conseil des Cardinaux

Cité du Vatican, 17 septembre 2014 (VIS). Ce midi, le Directeur de la Salle de Presse a donné des informations sur la sixième réunion du Conseil des Cardinaux qui s'achève cet après-midi. A part ce matin, le Pape a assisté à toutes les sessions qui, comme lors des réunions précédentes, ont porté sur l'examen des congrégations et conseils pontificaux. L'attention avait jusqu'ici été principalement portée aux questions administratives et financières, et donc aux dicastères économiques. Cette phase est pratiquement conclue avec la constitution du Conseil et du Secrétariat pour l'économie, suivies de l'exposé fait en juillet par le Cardinal Pell sur leur mise en route. Le Conseil a cette fois porté son attention sur les autres dicastères et sur les approches préparées par les divers Cardinaux Membres du Conseil, une consacrée au laïcat et à la famille (comprenant notamment la question de la femme dans l'Eglise, mais encore l'enfance et la jeunesse, les nouveaux mouvements, etc), l'autre aux problématiques telles la justice et la paix, la charité et les migrations (réfugiés), la santé et la protection de la vie, ou l'écologie. Il convient d'envisager comment coordonner des thèmes qui sont aujourd'hui de la compétence de Conseils pontificaux.

Les propositions émanant du Conseil des Cardinaux, qui ne peut pas prendre de décision, sont transmises au Pape qui entend les étudier en consultant largement les divers chefs de dicastères. Il pourrait en parler les mois prochains, au cours de ses réunions régulières avec ces derniers. Le Conseil a également discuté et approuvé un projet d'introduction pour la nouvelle Constitution de la Curie Romaine. Le Cardinal Coordinateur Maradiaga a préparé un plan de travail destiné à rendre plus rapide la nouvelle phase des travaux. On estime que le projet de Constitution sera assez avancé lors des réunions prochaines de décembre et février 2015 pour lancer les nouvelles consultations voulues par le Pape.

A propos ensuite de la Commission pour la protection des mineurs, dont le Secrétaire a récemment été nommé, le P.Lombardi a indiqué que ses statuts seront prochainement précisés et de nouveaux membres désignés. Ceci devrait coïncider avec la prochaine réunion de l'organisme des 4 et 5 octobre. Quant à la Commission d'étude sur les Media, elle se réunira pour la première fois sous la présidence de Lord Patten du 22 au 24 septembre. Y sera dressé la plate-forme des informations nécessaires aux travaux des mois à venir et de la méthode à suivre. Les Membres fixeront leur propre stratégie de communication, et on ne doit pas s'attendre à des interviews ou à des communications avant la dite réunion.


Congrès sur le projet pastoral de Evangelii Gaudium

Cité du Vatican,17 septembre 2014 (VIS). Au Vatican du 18 au 20 septembre, se déroulera sous les auspices du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation un congrès international consacré au Projet pastoral de Evangelii Gaudium. Y prendront part 2.000 agents pastoraux (60 pays), dont une trentaine d'évêques, dans le but d'approfondir le contenu pastoral et évangélisateur de cette exhortation apostolique que le Saint-Père a indiqué comme document programmatique de son pontificat. Les participants seront reçus par le Pape vendredi après-midi. Pour les détails, voir le site www.novaevangelizatio.va

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 18 Sep - 15:10

Sommaire

- Visite des évêques de Côte d'Ivoire
- Le Pape s'adresse aux nouveaux évêques
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite des évêques de Côte d'Ivoire

Cité du Vatican, 18 septembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu ce matin les membres de la Conférence épiscopale ivoirienne en conclusion de leur visite Ad Limina, auxquels il a remis un discours, centré sur la nécessité d'une "communion fraternelle réunissant autour du Christ les évêques d?une même nation. Elle est indispensable pour la croissance de l?Eglise comme pour le progrès de la société tout entière. Cela est d?autant plus vrai dans un pays qui a souffert de graves divisions, et qui a besoin de votre témoignage et de votre engagement déterminé pour reconstruire la fraternité. Ne vous laissez pas voler l?idéal de l?amour fraternel. C?est en étant vraiment des frères ouverts au dialogue dans la confiance partagée et l?écoute de tous, y compris dans la différence et la contradiction, que vous transformerez réellement la société, la rendant plus conforme à l?idéal évangélique. C'est en laissant sa place à chacun, en particulier aux plus jeunes d?entre vous, que vous porterez un nouvel élan évangélisateur... Je vous invite donc à prendre toute la part qui est la vôtre dans l??uvre de réconciliation nationale, en refusant toute implication personnelle dans les querelles politiques au détriment du bien commun. Mais il est important que vous mainteniez des relations constructives avec les autorités du pays, comme avec les diverses composantes de la société, de manière à diffuser un véritable esprit évangélique de dialogue et de collaboration. Le rôle de l?Eglise, appréciée et écoutée, peut être déterminant... Je vous encourage également à poursuivre le dialogue avec les musulmans, de manière a décourager toute dérive violente et toute interprétation religieuse erronée au conflit que vous avez connu".

"Naturellement, vous n?êtes pas seuls dans l?immense tâche d?évangélisation et de conversion des c?urs qui s?ouvre devant vous, vous êtes secondés par un clergé généreux et motivé, dont le nombre croît sans cesse... Afin de prévenir les difficultés et les manquements que certains prêtres connaissent, les meilleurs moyens sont certainement la qualité de leur formation, initiale et permanente, l?encouragement d?une fraternité sacerdotale dépassant les clivages ethniques, et surtout la proximité et l?attention que les pères vous êtes devez porter à chacun d?eux. Puissiez-vous user davantage de douceur, de persuasion et d?encouragements pour réveiller le zèle pastoral, que de sanctions hâtives et de sévérité. Je vous invite à visiter souvent vos prêtres afin de les écouter, pour toujours mieux les connaître. C?est en constituant un Presbyterium fraternel et uni autour de leur évêque, que les prêtres seront attachés à leur propre diocèse et portés à le servir en priorité, alors que beaucoup trop sont tentés de partir au loin, au détriment du peuple de Dieu qui a besoin de leur ministère". Mais les prêtres ne sont pas seuls à tirer profit de la présence assidue de l?évêque dans son diocèse, mais les communautés chrétiennes dans toutes leurs composantes. Celles-ci ont besoin d?être soutenues et d?avoir un lien personnel et régulier avec le pasteur. Je pense aussi aux Instituts religieux auxquels vous devez être attentifs. Ils sont une aide nécessaire et précieuse à l?activité pastorale, mais aussi une manifestation de la nature intime de la vocation chrétienne. Que les religieux et les religieuses soient chaleureusement remerciés...pour le travail considérable qu?ils accomplissent, avec les laïcs associés, dans les domaines de l?enseignement, de la santé et du développement. Apprécié de tous, ce travail est absolument irremplaçable car il y a une connexion intime entre évangélisation et promotion humaine".

Mais "votre proximité pastorale est appelée à se faire sentir auprès de tous les fidèles laïcs, en particulier auprès de familles...très fragilisées, tant en raison du processus de sécularisation qui atteint désormais la société ivoirienne, ou encore des mouvements de populations et des divisions provoqués par les conflits, que des propositions, moins exigeantes au plan moral, qui surgissent de toutes parts... Malgré la mentalité traditionnelle africaine qui les entoure d?une vénération particulière, beaucoup" de personnes âgées se retrouvent "seules ou abandonnées, car la culture du déchet se manifeste désormais dans vos sociétés. Or leur participation est indispensable à l?équilibre d?un peuple et à l?éducation de la jeunesse". Saluant enfin le beau travail d?évangélisation qui s?accomplit en Côte d?Ivoire, le Saint-Père a cependant noté que "la foi y demeure fragile et qu'y souffle le vent contraire. Bien souvent, comme l'ont montré les conflits récents, les particularismes ethniques prennent le dessus sur la fraternité évangélique, nombre de baptisés, fatigués ou déçus, s?éloignent de la lumière de la vérité et adhèrent à des propositions plus faciles, d?autres ne mettent pas en ?uvre dans leur vie les exigences de la foi. La clef de l?avenir se trouve certainement, pour une part, dans un enracinement plus profond de la parole de Dieu dans les c?urs. Il est aussi certainement nécessaire d?approfondir le dialogue avec la réalité culturelle et religieuse traditionnelle afin de parvenir à une authentique inculturation de notre foi. Pour ce, il faut rejeter sans ambiguïté ce qui lui est contraire en accueillant et en portant à terme ce qui est bon. Je vous encourage par conséquent à persévérer dans l??uvre d?évangélisation... C?est ainsi que l?Eglise en Côte d?Ivoire pourra sereinement faire face aux défis de l?avenir".

Le Pape s'adresse aux nouveaux évêques

Cité du Vatican, 18 septembre 2014 (VIS).. Ce midi, le Saint-Père s'est adressé aux évêques récemment nommés et participant à un cours organisé par la Congrégation pour les évêques et celle pour les Eglises orientales. Vous êtes, a-t-il dit à ses hôtes, "le fruit d'un travail assidu et des prières de l'Eglise qui, dans le choix de ses pasteurs, reproduit la nuit que le Seigneur passa en prière...avant d'appeler à lui" ses apôtres, ceux qu'il allait "envoyer de par le monde". Après les émotions de la consécration, passées les premières craintes, vous ne "devrez jamais considérer comme évident le mystère qui vous a enveloppé, jamais abandonner votre étonnement face aux desseins de Dieu, ne jamais craindre d'avancer avec conscience, en sa présence et en celle de son Eglise". Puis il a rappelé à ces nouveaux évêques "le lien étroit entre la présence stable du pasteur d'Eglise et le progrès de son troupeau... Lorsqu'il fait défaut ou lorsqu'il s'isole, il met en péril l'action pastorale et le salut des âmes. Dans le don de pasteurs qu'il fait à l'Eglise, le Christ aime son épouse et donne sa vie pour elle... On n'a pas besoin d'évêques superficiels car il faut pouvoir creuser profondément pour comprendre ce que l'Esprit inspire à l'Eglise. Ne soyez donc pas des évêques avec un programme déjà fixé, ni de ceux qui changent sans cesse d'adresse... Ne bloquez pas les forces régénératrices qui découlent du don reçu, afin de ne pas risquer d'aller et venir sans but... Nous savons tous où nous devons aller, toujours à la suite de Jésus". L'évêque doit habiter dans le Christ afin de pleinement habiter dans l'Eglise qui lui a été confiée. "Dans le regard de vos brebis, voyez toujours la flamme du Ressuscité" et ne "vous laissez pas tenter par l'illusion que serait un changement de peuple. Aimez celui que Dieu vous a donné...sans vous renoncer à en appeler au Seigneur" s'il faut un nouveau départ et regagner sa communion. Quelques soient les péchés, accueillez tout le monde "sans discrimination. Offrez la fermeté de l'autorité qui permet de grandir ainsi que la douceur paternelle qui en découle. Ne tombez pas dans la tentation de sacrifier votre liberté en vous entourant de courtisans et de clans consensuels. Le monde a le droit de retrouver l'Evangile qui libère sur les lèvres des pasteurs de l'Eglise". Enfin, le Saint-Père a recommandé à ses hôtes "d'imiter la patience de Moïse pour guider les fidèles... Rien n'est plus important que de les conduire à Dieu, en priorité les jeunes et les personnes âgées. Les premiers sont nos ailes, les seconds nos racines, sans lesquelles nous ne saurions où aller". En résumé, "soyez des sentinelles veillant vos communautés..., des hommes capables de cultiver et moissonner les champs de Dieu..., des pasteurs en mesure de recomposer l'unité...sans dissiper votre énergie en débats mais au profit de l'amour". Pour tout cela, il faut être fécond, patient, humble et beaucoup prier.


Audiences

Cité du Vatican, 18 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin quinze prélats de la Conférence épiscopale ivoirienne en visite Ad Limina:

Le Cardinal Jean-Pierre Kutwa, Archevêque d'Abidjan.

Mgr.Alexis Touabli Youlo, Evêque d'Agboville.

Mgr.Raymond Ahoua, FDP, Evêque de Grand-Bassam.

Mgr.Paul-Siméon Abouanan Djro, OFM, Archevêque de Bouaké.

Mgr.Ziri Boniface Gbaya, Evêque d'Abengourou.

Mgr.Marcellin Yao Kouadio, Evêque de Yamoussoukro.

Mgr.Joseph Aké Yapo, Archevêque de Gagnoa.

Mgr.Maurice Konan Kouassi, Evêque de Daloa.

Mgr.Gaspard Béby Gnéba, Evêque de Man.

Mgr.Jean-Jacques Koffi Oi Koffi, Evêque San Pedro.

Mgr.Marie-Daniel Dadiet, Archevêque de Korhogo.

Mgr.Ignace Bessi Dogbo, Evêque de Katiola.

Mgr.Antoine Koné, Evêque d'Odienné.

Mgr.Jean Salomon Lezoutié, Coadjuteur de l'Evêque de Yopougon.

Mgr.Benoît Kouassi, Administrateur du diocèse de Bondoukou.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 18 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Anthony Colin Fisher, OP, Archevêque métropolitain de Sydney (superficie 1.264, population 2.482.000, catholiques 664.000, prêtres 484, diacres 3, religieux 1.537), en Australie. Il était jusqu'ici Evêque de Parramatta (Australie).

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 19 Sep - 14:48

Sommaire

- Visite du Président arménien
- Le Pape va prier à Ste.Marie Majeure
- Le Pape se rendra à Naples en mars prochain
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite du Président arménien

Cité du Vatican, 19 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président arménien M.Serzh Sargsyan, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d?Etat, accompagné de Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les états: Ces entretiens ont été l'occasion pour les parties de se féliciter du renforcement de leurs relations, tout en évoquant la place du christianisme dans l'histoire comme dans la vie du peuple arménien. Elles ont ensuite appelé de leurs voeux un règlement négocié des complexes questions régionales non résolues. Il a également été question des conflits du moyen Orient, dans l'espoir que les pays et les communautés religieuses impliquées s'accordent pour obtenir la paix entre les peuples. Les parties se sont tout particulièrement penchées sur la situation des communautés chrétiennes et des autres minorités religieuses de la région, tout comme à la crise humanitaire frappant les réfugiés en provenance des zones de conflit.

Le Pape va prier à Ste.Marie Majeure

Cité du Vatican, 19 septembre 2014 (VIS). A la veille de son voyage en Albanie, le Pape s'est rendu hier après-midi en la Basilique de Ste.Marie Majeure pour prier en privé devant l'icône de la Salus Populi Romani. Comme à son habitude, il a déposé un bouquet sur l'autel.

Le Pape se rendra à Naples en mars prochain

Cité du Vatican, 19 septembre 2014 (VIS). En ce jour, fête patronale de sa ville, le Cardinal Crescenzio Sepe a annoncé que le Pape Françoise se rendrait en visite à Naples (Italie) le 21 mars prochain. Le Directeur de la Salle de Presse a confirmé cette annonce.

Audiences

Cité du Vatican, 19 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mgr.Luis Francisco Ladaria Ferrer, SJ, Secrétaire de la Congrégation pour la

doctrine de la foi.

Mgr.James Patrick Green, Nonce apostolique au Pérou.

M.Andrea Riccardi, Fondateur de la communauté de Sant'Egidio (Italie).

M.Ignazio Marino, Maire de Rome (Italie).

Hier, 18 septembre, il avait reçu dans l'après-midi:

Mgr.Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

Mgr.Oscar Vicente Ojea, Evêque de San Isidro (Argentine).

Un groupe des cyclistes de l'association Cruce por la Educación argentina (Argentine).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 19 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Ulrich Neymeyr, Evêque d'Erfurt (superficie 12.000, population 2.188.589, catholiques 152.282, prêtres 200, diacres 1, religieux 240), en Alllemagne. Il était jusqu'ici Auxiliaire de l'Evêque de Mayence (Allemagne).

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Dim 21 Sep - 13:27

Sommaire

- L'Albanie est un exemple de convivialité inter-religieuse fructueuse
- Le Pape salue la fidélité de l'Eglise albanaise
- Les jeunes doivent être ouverts et solidaires

L'Albanie est un exemple de convivialité inter-religieuse fructueuse

Cité du Vatican, 21 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père est arrivé à 9 h en Albanie, pour effectuer son quatrième voyage pastoral hors d'Italie. C'est la seconde fois qu'un Pape se rend au Pays des Aigles. En 1993, deux ans après la fin de la dictature et les relations diplomatiques ayant été rétablies, Jean-Paul II y avait fait une visite pastorale. Il avait célébré la messe en la cathédrale de Scutari, qui avait été transformée en palais des sports, et béni la première pierre du nouveau sanctuaire de Notre Dame du Bon Conseil rasé en 1967. Ces dernières années ont également été reconstruits à Tirana l'église du Sacré Coeur des Jésuites et la cathédrale orthodoxe de la Résurrection. Accueilli à l'aéroport de Tirana par le Nonce apostolique Mgr.Ramiro Moliner Inglès et le Premier Ministre M.Edi Rama, le Pape François a gagné par la route le palais présidentiel où l'attendait le chef de l'état le Président Bujar Nishani. Après un entretien privé, il s'est exprimé devant les corps constitués, le corps diplomatique et les autorités religieuses du pays, parcourant le cheminement suivi par l'Albanie pour retrouver la liberté. Voici son discours:

"Je suis très heureux d?être avec vous, sur la noble terre d?Albanie, terre des héros qui ont sacrifié leur vie pour l?indépendance du pays, et terre des martyrs qui ont témoigné de leur foi aux temps difficiles de la persécution. Merci de votre invitation à visiter le Pays des Aigles et de votre accueil festif. Près d?un quart de siècle s?est écoulé depuis que l?Albanie a retrouvé le chemin, rude mais passionnant, de la liberté. Celle-ci a permis à la société albanaise d?entreprendre un parcours de reconstruction matérielle et spirituelle, de susciter beaucoup d?énergies et d?initiatives, de s?ouvrir à la collaboration et aux échanges avec les pays voisins des Balkans et de la Méditerranée, de l?Europe et du monde entier. La liberté retrouvée vous a permis de regarder vers l?avenir avec confiance et espérance, de lancer des projets et de tisser à nouveau des relations d?amitié avec les nations voisines et lointaines. Le respect des droits humains, parmi lesquels se distingue la liberté religieuse et d?expression de la pensée, est, en effet, une condition préalable au développement même du pays qu?il soit social ou économique. Quand la dignité de l?homme est respectée et que ses droits sont reconnus et garantis, fleurissent aussi la créativité et l?esprit d?initiative, et la personnalité humaine peut déployer ses multiples initiatives en faveur du bien commun. Je me réjouis particulièrement d?une heureuse caractéristique de l?Albanie, qui est préservée avec beaucoup de soin et d?attention. Je fais référence à la cohabitation pacifique et à la collaboration entre ceux qui appartiennent à différentes religions. Le climat de respect et de confiance réciproque entre catholiques, orthodoxes et musulmans est un bien précieux pour le pays, et acquiert une importance spéciale à notre époque où le sens religieux authentique est travesti par des groupes extrémistes, et où les différences entre les diverses confessions sont déformées et manipulées au point d'en faire un dangereux facteur d?affrontement et de violence. Au contraire, il faut en faire un instrument de dialogue ouvert et respectueux, et de réflexion commune sur ce que signifie croire en Dieu et suivre sa loi. Que personne ne pense pouvoir se faire de Dieu un bouclier lorsqu?il projette et accomplit des actes de violence et de mépris! Que personne ne prenne prétexte de la religion pour accomplir ses propres actions contraires à la dignité de l?homme et à ses droits fondamentaux, en premier lieu celui à la vie et à la liberté religieuse de tous".

"Ce qui se passe en Albanie démontre, au contraire, que la cohabitation pacifique et fructueuse entre personnes et communautés appartenant à des religions différentes est, non seulement souhaitable, mais concrètement possible et réalisable. En effet, la cohabitation pacifique entre les différentes communautés religieuses est un bien inestimable pour la paix et pour le développement harmonieux d?un peuple. C?est une valeur qui est gardée et qui s?accroît chaque jour par l?éducation au respect des différences et des identités spécifiques, ouvertes au dialogue et à la collaboration pour le bien de tous, et par l?exercice de la connaissance et de l?estime les uns des autres. C?est un don qui est toujours demandé au Seigneur dans la prière. Puisse l?Albanie continuer toujours sur cette route, devenant pour beaucoup de pays un exemple dont on s?inspire. Après l?hiver de l?isolement et des persécutions, est venu enfin le printemps de la liberté. Au moyen d'élections libres et de nouvelles formes institutionnelles. Le pluralisme démocratique s?est consolidé, favorisant la reprise des activités économiques. Beaucoup de personnes, surtout au début, poussées par la recherche d?un travail et de meilleures conditions de vie, ont pris le chemin de l?émigration et participent à leur manière au progrès de la société albanaise. Beaucoup d?autres ont redécouvert les raisons de rester dans le pays et de le construire de l?intérieur. Les peines et les sacrifices de tous ont contribué à l?amélioration des conditions générales. Pour sa part, l?Eglise catholique a pu reprendre une existence normale, reconstituant sa hiérarchie et renouant le fil d?une longue tradition. Des lieux de culte ont été construits ou reconstruits, parmi lesquels se distingue le sanctuaire de Notre Dame du Bon Conseil. Des écoles ont été fondées ainsi que d?importants centres éducatifs et d?assistance, à la disposition de tous les citoyens. La présence de l?Eglise et son action sont dès lors perçues à juste titre non seulement comme un service à la communauté catholique, mais aussi à la nation tout entière. La bienheureuse Mère Teresa, avec les martyrs qui ont héroïquement témoigné de leur foi, auxquels va toute notre reconnaissance et notre prière, se réjouissent certainement au ciel de l?engagement des hommes et des femmes de bonne volonté pour faire refleurir la société et l?Église en Albanie.

Mais maintenant de nouveaux défis se présentent auxquels il faut répondre. Dans un monde qui tend à la mondialisation économique et culturelle, il convient de faire tous les efforts pour que la croissance et le développement soient mis à la disposition de tous, et pas seulement d?une partie de la population. De plus, un tel développement ne sera pas authentique s?il n?est aussi durable et équitable, c?est à dire s?il ne se souvient pas des droits des pauvres et ne respecte pas l?environnement. A la mondialisation des marchés, il est nécessaire que corresponde une mondialisation de la solidarité. La croissance économique doit s?accompagner d?un plus grand respect de l'environnement, mais aussi des droits individuels, ceux des réalités intermédiaires entre l?individu et l?Etat doivent être protégés, et la première de toutes ces réalités c?est la famille. L?Albanie aujourd?hui peut affronter ces défis dans un cadre de liberté et de stabilité, qui sont consolidées et qui font bien espérer pour l?avenir. Je remercie cordialement chacun de vous pour l?accueil délicat qui m'est fait et, comme le fit saint Jean-Paul II en avril 1993, j?invoque sur l?Albanie la protection de Marie, Mère du Bon Conseil, lui confiant les espérances de tout le peuple albanais. Que Dieu répande sur l?Albanie sa grâce et sa bénédiction".

Le Pape salue la fidélité de l'Eglise albanaise

Cité du Vatican, 21 septembre 2014 (VIS). A l'homélie de la messe célébrée sur la Place Mère Teresa, le Saint-Père a tracé l'histoire du pays et de son Eglise. Faisant écho aux lectures du livre de l'Exode et de l'épître aux romains, dans laquelle Paul raconte sa prédication en Illyrie et la paix qui viendra (région antique à laquelle appartient l'actuelle Albanie), le Saint-Père a tracé l'histoire du pays et de son Eglise en reprenant le passage évangélique où Luc rapporte le choix des 72 choisis par Jésus pour annoncer au loin le Royaume: Le Christ, a dit le Pape François, "est venu porter dans le monde l?amour de Dieu et il veut le répandre par la communion et la fraternité. Pour cela il forme tout de suite une communauté de disciples, une communauté missionnaire, qu'il prépara à la mission, à aller partout. La méthode missionnaire est claire et simple. Les disciples vont dans les maisons et leur annonce commence par une salutation pleine de sens: Que la paix soit dans cette maison! Ce n?est pas seulement une salutation, c?est aussi un don, l'offrande de la paix. Venant aujourd?hui parmi vous...sur cette place dédiée à une humble et grande fille de cette terre, la bienheureuse Teresa de Calcutta, je vous dit: La paix dans vos maisons, paix dans vos c?urs, paix dans votre pays!". Dans la mission des disciples "se reflète l?expérience missionnaire de la communauté chrétienne de tous les temps. C'est l'Eglise toute entière, chaque baptisé, que le Ressuscité vivant envoie annoncer l?Evangile à tous les peuples. Au cours des siècles, l?annonce de paix portée par les messagers de Jésus n?a pas toujours été bien accueillie. Parfois les portes se sont fermées. Dans un passé récent, la porte de votre pays a également été fermée, bloquée par le verrou des interdictions et des prescriptions d?un système qui niait Dieu et interdisait la liberté religieuse. Ceux qui avaient peur de la vérité et de la liberté faisaient tout pour bannir Dieu du c?ur de l?homme et exclure le Christ et l?Eglise de l?histoire de votre pays, même si celui-ci a été parmi les premiers à recevoir l?Evangile".

"En pensant à ces décennies d?atroces souffrances et de très dures persécutions contre les catholiques, les orthodoxes et les musulmans, nous pouvons dire que l?Albanie a été une terre de martyrs: Beaucoup d?évêques, de prêtres, de religieux et de fidèles laïques, mais aussi de ministres d'autres religions, ont payé de leur vie leur fidélité. Les preuves de grand courage et de cohérence dans la profession de la foi ne manquent pas. Combien de chrétiens ne se sont pas pliés devant les menaces, mais ont continué sans vaciller sur la route entreprise. Je me rends spirituellement à ce mur du cimetière de Scutari, symbole du martyre des catholiques, où on exécutait les fusillades, et avec émotion je dépose ma prière et mon souvenir reconnaissant et impérissable. Le Seigneur a été à vos côtés pour vous soutenir. Il vous a guidés et consolés et enfin vous a enlevés sur les ailes de l?aigle comme il fit un jour avec l?ancien Israël. L?aigle du drapeau albanais, vous rappelle au sens de l?espérance, à remettre toujours votre confiance en Dieu, qui ne déçoit pas mais qui est toujours à nos côtés, surtout dans les moments difficiles. Aujourd?hui les portes de l?Albanie se sont ouvertes et le temps d?un nouvel engagement missionnaire pour tous les membres du peuple de Dieu est en train de mûrir. Tout baptisé a une place et une tâche à développer dans l?Eglise et dans la société. Que chacun se sente appelé à s?engager généreusement dans l?annonce de l?Evangile et dans le témoignage de la charité. Que chacun se sente appelé à renforcer les liens de la solidarité pour promouvoir des conditions de vie plus justes et plus fraternelles pour tous".

"Aujourd?hui je suis venu vous féliciter de ce dont vous avez témoigné, mais aussi vous encourager à faire croître l?espérance en vous et autour de vous. N'oubliez pas l'image de l'aigle qui, sans oublier son aire, vole haut. Je suis venu vous engager à impliquer les nouvelles générations, à vous nourrir assidûment de la Parole en ouvrant vos c?urs au Christ, à son Evangile, à la rencontre des autres. Ainsi serez vous des exemples pour l'Europe toute entière. Que votre foi soit joyeuse et radieuse, qu?elle montre que la rencontre avec le Christ donne sens à la vie des hommes, de tout homme... Eglise qui vit en cette terre d?Albanie, merci pour ton exemple de fidélité. Beaucoup de tes fils et de tes filles ont souffert pour le Christ, y compris jusqu?au sacrifice de leur vie. Sans oublier les blessures de tant de ses fils et filles... Que leur témoignage soutienne tes pas, aujourd?hui et demain, sur la voie de l?amour, de la liberté, de la justice et surtout de la paix".

Les jeunes doivent être ouverts et solidaires

Cité du Vatican, 21 septembre 2014 (VIS). A l'issue de la messe, le Pape a récité l'angélus et s'est adressé à l'assemblée: "Je désire vous saluer tous, qui êtes venus d?Albanie et des pays voisins. Je vous remercie de votre présence et du témoignage de votre foi. Je m?adresse en particulier aux jeunes, que j'invite à construire leur existence sur Jésus-Christ. O dit que l'Albanie est le pays le plus jeune d'Europe! Celui qui construit sur le Christ construit sur le roc, parce que lui est toujours fidèle, même si nous manquons de fidélité. Jésus nous connaît mieux que quiconque. Lorsque nous nous trompons, il ne nous condamne pas mais nous dit: Va et désormais ne pèche plus. Chers jeunes, vous êtes la nouvelle génération de l?Albanie, l'avenir de votre pays. Avec la force de l?Evangile et l?exemple des martyrs du passé, sachez dire non à l?idolâtrie de l?argent, non à la fausse liberté individualiste, non aux dépendances et à la violence. Au contraire. dites oui à la culture de la rencontre et de la solidarité, oui à la beauté inséparable du bien et de la vérité, oui à la vie dépensée avec grandeur d?âme et fidélité dans les plus petites choses. Ainsi construirez vous Ainsi construirez vous une Albanie meilleure et un monde meilleur, dans le sillage de vos anciens comme de qui bâtit ce pays. Tournons-nous maintenant vers la Vierge Marie, que vous vénérez surtout sous le titre de Notre Dame du Bon Conseil. Je me rends spirituellement au sanctuaire de Scutari, qui vous est si cher, et je lui confie l?Eglise de l'Albanie et le peuple albanais tout entier, en particulier les familles, les enfants et les personnes âgées, qui sont la mémoire vivante du peuple. Que la Vierge vous guide pour marcher ensemble avec Dieu, vers l?espérance qui ne déçoit pas".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 23 Sep - 3:00

Sommaire

- Le Pape remercie la Vierge de son voyage en Albanie

- Aucune violence ne peut être commise au nom de Dieu

- Mise en garde contre les nouvelles formes de dictature

- Visite au Centre Béthanie: Ici la foi se fait charité concrète
- Le Pape s'adresse aux journalistes dans l'avion du retour
- Visite du Président letton
- Des pasteurs proches des fidèles
- L'Eglise doit être un signe de la miséricorde du Seigneur
- Réforme du procès matrimonial canonique
- Envoyé spécial à Cologne
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Le Pape remercie la Vierge de son voyage en Albanie

Cité du Vatican, 22 septembre 2014 (VIS). Vers midi, le Saint-Père s'est rendu à Ste.Marie Majeure pour remercier la Vierge au terme de son voyage en Albanie. Il a prié en silence dans la chapelle de la Salus Populi Romani et a déposé un bouquet de fleurs reçu hier lors de sa visite au centre Béthanie. Après le Salve Regina, le Pape a regagné le Vatican.

Aucune violence ne peut être commise au nom de Dieu

Cité du Vatican, 22 septembre 2014 (VIS). Hier à 16 h, après avoir déjeuné à la nonciature avec les évêques albanais, le Pape s'est rendu à l'Université catholique Notre-Dame du Bon Conseil, instituée en 2004 et administrée par une fondation des Fils de l'Immaculée de Tirana, pour rencontrer les chefs des autres confessions et religions du pays: judaïsme, protestantisme, islman et soufisme. Le Pape s'est dit heureux de les rencontrer parce que leur présence constitue "un signe de dialogue et de collaboration pour le bien de toute la société". Il a d'abord rappelé que l'Albanie avait été le "témoin des violences et des drames que peuvent provoquer l?exclusion forcée de Dieu de la vie personnelle et communautaire: "Quand, au nom d?une idéologie, on veut expulser Dieu de la société, on finit par adorer des idoles, et bien vite aussi l?homme s?égare lui-même, sa dignité est piétinée, ses droits violés. Vous savez bien à quelles brutalités peut conduire la privation de la liberté de conscience et de la liberté religieuse, et comment à partir de ces blessures se forme une humanité radicalement appauvrie, parce que privée d?espérance et de référence à des idéaux. Les changements survenus à la fin du siècle dernier ont eu pour effet positif aussi de créer les conditions pour une réelle liberté de religion. Cela a donné à chaque communauté la possibilité de raviver des traditions qui ne s?étaient jamais éteintes, malgré les persécutions féroces, et a permis à tous d?offrir, à partir de sa propre conviction religieuse, une contribution positive à la reconstruction morale, avant la reconstruction économique du pays". Cependant, a ajouté le Pape citant Jean-Paul II, "la vraie liberté religieuse a horreur des tentations de l?intolérance et du sectarisme et promeut des attitudes de dialogue respectueux et constructif. Nous ne pouvons pas ne pas reconnaître combien l?intolérance envers celui qui a des convictions religieuses différentes des siennes propres est un ennemi particulièrement insidieux, qui malheureusement se manifeste aujourd?hui en différentes régions du monde. En tant que croyants, nous devons être particulièrement vigilants pour que la religiosité et l?éthique que nous vivons avec conviction et dont nous témoignons avec passion s?exprime toujours par des attitudes dignes du mystère que l?on entend honorer, en refusant avec résolution comme non vraies, parce que non dignes de Dieu ni de l?homme, toutes ces formes qui représentent un usage déformé de la religion. La religion authentique est source de paix et non de violence! Personne ne peut utiliser le nom de Dieu pour commettre de la violence! Tuer au nom de Dieu est un grand sacrilège! Discriminer au nom de Dieu est inhumain".

De ce point de vue, a souligné le Saint-Père, "la liberté religieuse n'est pas un droit qui puisse être garanti uniquement par le système législatif en vigueur, qui est aussi nécessaire: c?est un espace commun, une atmosphère de respect et de collaboration qui est construit avec la participation de tous, même de ceux qui n?ont aucune conviction religieuse". Le Pape a ainsi indiqué deux attitudes qui pourraient être particulièrement utiles pour promouvoir cette liberté religieuse: "La première, c?est celle de voir en tout homme et en toute femme, même en ceux qui n?appartiennent pas à sa propre tradition religieuse, non des rivaux, encore moins des ennemis, mais bien des frères et des s?urs. Celui qui est assuré de ses convictions propres n?a pas besoin de s?imposer, d?exercer des pressions sur l?autre, il sait que la vérité a sa force de rayonnement propre... Chaque tradition religieuse, à l?intérieur d?elle-même, doit réussir à rendre compte de l?existence de l?autre. La seconde "est l?engagement en faveur du bien commun. Chaque fois que l?adhésion à sa propre tradition religieuse fait germer un service plus convaincu, plus généreux, plus désintéressé pour la société tout entière, il y a un exercice authentique et un développement de la liberté religieuse. Celle-ci apparaît alors non seulement comme un espace d?autonomie légitimement revendiquée, mais comme une potentialité qui enrichit la famille humaine par son exercice progressif. Regardons autour de nous : combien sont nombreux les besoins des pauvres, combien nos sociétés doivent encore trouver des chemins vers une justice sociale plus répandue, vers un développement économique inclusif! Combien l?âme humaine a besoin de ne pas perdre de vue le sens profond des expériences de la vie et de récupérer l?espérance! Dans ces domaines d?action, les hommes et des femmes inspirés par les valeurs de leur propre tradition religieuse peuvent offrir une contribution importante, même irremplaçable. C?est là aussi un terrain particulièrement fécond pour le dialogue interreligieux".

"Je voudrais dire quelque chose d'un fantôme, le relativisme. Face au phénomène, nous devons adopter un principe clair: On ne peut dialoguer si l'on ne part pas de son identité propre. Sans identité le dialogue ne peut exister. Ce serait un dialogue fantôme, un dialogue en l'air, sans intérêt. Chacun de nous a sa propre identité religieuse et est fidèle à celle-ci. Mais le Seigneur sait comment faire avancer l'histoire. Nous partons chacun de notre identité, en ne faisant pas semblant d'en avoir une autre, parce que cela ne sert à rien...c'est du relativisme. Ce qui nous unit est notre chemin de vie, c'est la bonne volonté de partir de son identité pour faire le bien à nos frères et s?urs... Chacun de nous offre le témoignage de son identité à l'autre et dialogue avec l'autre. Ensuite le dialogue peut aller plus avant sur des questions théologiques, mais le plus important, le plus beau, c'est de marcher ensemble sans trahir notre identité, sans la cacher, sans hypocrisie". Le Pape a conclu en encourageant les chefs religieux "à maintenir et développer la tradition de bonnes relations entre les communautés religieuses existantes en Albanie, et à vous sentir unis dans le service de votre chère patrie. Avec un trait d'humour, on pourrait dire que cela ressemble à une équipe de foot: les catholiques contre tous les autres, mais tous ensemble pour le bien de la patrie et de l'humanité! Continuez d'être le signe pour votre pays et pour les autres que les relations cordiales et la féconde collaboration entre hommes de religions différentes sont possibles".

Mise en garde contre les nouvelles formes de dictature

Cité du Vatican, 22 septembre 2014 (VIS). Hier après-midi à Tirana, le Pape François s'est rendu à la cathédrale pour célébrer les vêpres et s'adresser au clergé, séminaristes, religieux et mouvements de laïcs. Consacré en 2002, l'édifice qui peut accueillir 700 personnes, est orné d'une verrière représentant Jean-Paul II et Mère Teresa. Après les témoignages bouleversants d'un prêtre de 83 ans et d'une religieuse de 85 ayant subi la persécution du régime athée, le Pape a fondu en larmes. Après avoir embrassé ces deux témoins vivants, il a renoncé au discours écrit et a improvisé: "Nous avons entendu dans la lecture: Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père plein de tendresse, le Dieu de qui vient tout réconfort... Durant les deux derniers mois, je me suis préparé à cette visite en lisant l?histoire de la persécution en Albanie. Cela a été une surprise, car je ne savais pas que votre peuple avait tant souffert. Aujourd?hui, sur mon trajet depuis l?aéroport, j'ai vu tant de portraits de ces martyrs qui montrent que le peuple n'a pas oublié ceux qui ont tant souffert. Un peuple de martyrs! Et je viens d'en serrer deux dans mes bras. Je ne peux vous dire que ce qu'ils ont dit, par leur vie, par leurs paroles simples. Ils racontent ces faits douloureux avec simplicité. Comment ont-ils fait pour survivre à tant de tribulations? Ils nous disent ce que nous avons entendu dans le passage de la seconde épître aux Corinthiens: Dieu est le Père miséricordieux et le Dieu de toute consolation. C?est lui qui nous a consolés... Ils ont souffert physiquement et psychiquement, dans l'angoisse de l?incertitude d'être ou non fusillés. Ils vivaient avec cette angoisse et le Seigneur les consolait. Je pense à Pierre enchaîné pendant que l?église priait pour lui. Le Seigneur a consolé Pierre, comme il a consolé nos deux martyrs survivants". La communauté chrétienne priait pour eux. "C'est cela le mystère de l?Eglise, que le Seigneur console humblement, secrètement aussi. Il console dans l?intimité du c?ur et il console avec sa force. Eux, j?en suis sûr, ceux qui sont réconfortés ne se vantent pas de ce qu?ils ont vécu... Ils nous disent que pour nous, qui avons été appelés par le Seigneur pour le suivre de près, l?unique consolation vient du Christ. Malheur à nous si nous cherchons une autre consolation! Malheur aux prêtres, aux religieux, aux s?urs, aux novices, aux personnes consacrées quand ils cherchent des consolations loin du Seigneur. Je ne veux pas vous bastonner?, ni devenir votre bourreau. Mais sachez bien que si vous cherchez de la consolation ailleurs, vous ne serez pas heureux: Tu ne pourras consoler personne, parce que ton c?ur n?a pas été ouvert à la consolation du Seigneur. Et tu finiras, comme dit Elie au peuple d?Israël, en clochant des deux jambes. Soit donc béni le Père de notre Seigneur, le Père plein de tendresse, le Dieu de qui vient tout réconfort". C?est ce qu?ont fait les deux témoins que nous venons d'entendre: "Humblement, sans prétention, sans se vanter, ils nous ont rendu un service, celui de nous consoler: Ils nous ont dit que, pécheurs, le Seigneur a été avec eux. Voilà le chemin. Ne vous découragez donc pas. Et excusez-moi je me sers de vous comme exemple, mais nous devons tous être des exemples les uns pour les autres. Rentrons chez nous en pensant que nous avons touché des martyrs".

Voici maintenant le texte que le Saint-Père avait préparé, et qu'il a remis à l'Archevêque de Tirana: "C?est pour moi une grande joie de vous rencontrer et je vous remercie pour votre accueil. Parmi vous, je puis mieux exprimer ma proximité à votre engagement d?évangélisation. Depuis que votre pays est sorti de la dictature, les communautés ecclésiales ont recommencé à cheminer et à s?organiser pour l?action pastorale, et elles regardent avec espérance vers l?avenir. Ma pensée reconnaissante va en particulier à ces pasteurs qui ont payé d?un prix élevé leur fidélité au Christ et leur décision de rester unis au Successeur de Pierre. Ils ont été courageux dans la difficulté et dans l?épreuve. Il y a encore parmi nous des prêtres et des religieux qui ont fait l?expérience de la prison et de la persécution, comme la s?ur et le frère qui nous ont raconté leur histoire. Je vous embrasse avec émotion et je rends grâce à Dieu pour votre témoignage fidèle, qui stimule toute l?Eglise à poursuivre avec joie l?annonce de l?Evangile".

"Mettant à profit cette expérience, l?Eglise en Albanie peut grandir dans le zèle missionnaire et dans le courage apostolique. Je connais et j?apprécie l?engagement avec lequel vous vous opposez à de nouvelles formes de dictature qui risquent de rendre esclaves les personnes et les communautés. Si le régime athée cherchait à étouffer la foi, ces dictatures, plus sournoises, peuvent étouffer la charité. Je pense à l?individualisme, aux rivalités et aux confrontations exaspérées: C?est une mentalité mondaine qui peut contaminer aussi la communauté chrétienne. Il ne sert à rien de se décourager devant ces difficultés, n?ayez pas peur d?avancer sur la route du Seigneur. Il est toujours à vos côtés, il vous donne sa grâce et vous aide à vous soutenir les uns les autres, à vous accepter comme vous êtes, avec compréhension et miséricorde, à cultiver la communion fraternelle. L?évangélisation est plus efficace quand elle est mise en ?uvre avec unité d?intention et avec une collaboration sincère entre les différentes réalités ecclésiales et entre les missionnaires et le clergé local. Cela comporte le courage de poursuivre dans la recherche des formes de travail commun et d?aide réciproque dans les domaines de la catéchèse, de l?éducation catholique, comme aussi de la promotion humaine et de la charité. Dans ces domaines aussi, l?apport des mouvements ecclésiaux, qui savent faire des projets et agir en communion avec les Pasteurs et entre eux est précieux. C?est ce que je vois ici: Des évêques, des prêtres, des religieux et des laïcs, toute une Eglise qui veut cheminer dans la fraternité et dans l?unité. Quand l?amour du Christ est placé au-dessus de tout, même d?exigences particulières légitimes, on devient alors capable de sortir de nous-mêmes, de nos petitesses personnelles ou de groupe, et d?aller vers Jésus qui s?approche de nous dans les frères. Ses plaies sont encore visibles aujourd?hui sur le corps de beaucoup d?hommes et de femmes qui ont faim et soif, qui sont humiliés, qui se trouvent en prison ou à l?hôpital. Et vraiment en touchant et en soignant avec tendresse ces plaies, il est possible de vivre l?Evangile jusqu?au bout et d?adorer Dieu vivant au milieu de nous".

"Nombreux sont les problèmes que vous affrontez chaque jour. Ils vous poussent à vous immerger avec passion dans une activité apostolique généreuse. Toutefois, nous savons que seuls nous ne pouvons rien faire. Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain. Cette conscience nous appelle à donner chaque jour la juste place au Seigneur, à lui consacrer du temps, à lui ouvrir notre c?ur, afin qu?il agisse dans notre vie et dans notre mission. Ce que le Seigneur promet à la prière confiante et persévérante dépasse ce que nous imaginons: Au-delà de ce que nous demandons, il nous donne aussi l?Esprit. La dimension contemplative devient indispensable, au milieu des engagements les plus urgents et les plus pesants. Et plus la mission nous appelle à aller vers les périphéries existentielles, plus notre c?ur sent le besoin intime d?être uni à celui du Christ, plein de miséricorde et d?amour. Sachant que les prêtres et les personnes consacrées ne sont pas encore en nombre suffisant, le Seigneur vous répète: La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux! Priez donc le maître de la moisson d?envoyer des ouvriers pour sa moisson. Il ne faut pas oublier que cette prière part d?un regard, celui de Jésus, qui voit l?abondance de la moisson. Avons-nous, nous aussi ce regard? Savons-nous reconnaître l?abondance des fruits que la grâce de Dieu a fait croître, et du travail qu?il y a à faire dans le champ du Seigneur? C?est de ce regard de foi sur le champ de Dieu que naît la prière, l?invocation quotidienne et pressante au Seigneur pour les vocations sacerdotales et religieuses. Vous, chers séminaristes, et vous, chers postulants et novices, vous êtes le fruit de cette prière du peuple de Dieu, qui précède et accompagne toujours votre réponse personnelle. L?Eglise en Albanie a besoin de votre enthousiasme et de votre générosité. Le temps que vous consacrez à une solide formation spirituelle, théologique, communautaire et pastorale, est fécond en vue de servir de façon adéquate, demain, le peuple de Dieu. Les gens, plus que des maîtres, cherchent des témoins, des témoins humbles de la miséricorde et de la tendresse de Dieu, des prêtres et des religieux conformés au Bon Pasteur, capables de communiquer à tous la charité du Christ".

"Je rends grâce à Dieu, avec vous comme avec le peuple albanais tout entier, pour les nombreux missionnaires, hommes et femmes, dont l?action a été déterminante pour la renaissance de l?Eglise et reste encore aujourd?hui d?une grande importance. Ils ont contribué notablement à consolider le patrimoine spirituel qu?évêques, prêtres, personnes consacrées et laïcs albanais ont conservé, au milieu d?épreuves et de tribulations très dures. Pensons au grand travail accompli par les instituts religieux pour relancer l?éducation catholique, un travail qui mérite d?être reconnu et soutenu. Et puis, ne vous découragez pas devant les difficultés. Dans le sillage de vos pères, soyez tenaces dans le témoignage rendu au Christ, et marchez ensemble avec Dieu, vers l?espérance qui ne déçoit jamais. Que sur votre chemin, vous vous sentiez toujours accompagnés et soutenus par l?affection de l?Eglise toute entière".

Visite au Centre Béthanie: Ici la foi se fait charité concrète

Cité du Vatican, 22 septembre 2014 (VIS). La visite au Centre Béthanie, à une trentaine de km de Tirana, a constitué la dernière étape du voyage apostolique en Albanie. Fondée par l'italienne Antonietta Vitale en 1999, cette institution accueille de nombreux handicapés et enfants marginalisés ou pauvres qui sont pris en charge par un groupe de volontaires laïcs: Dans des lieux comme celui-ci, a dit le Pape François "nous sommes tous confirmés dans la foi, tous aidés à croire, parce que nous voyons la foi se faire charité concrète. Nous la voyons porter lumière et espérance dans des situations de grande détresse... Cette foi qui opère dans la charité déplace les montagnes de l?indifférence, de l?incrédulité et de l?apathie... A travers des gestes humbles et simples du service aux petits passe la Bonne Nouvelle que Jésus est ressuscité et vit au milieu de nous... Ce centre, en outre, témoigne qu?une cohabitation pacifique et fraternelle entre des personnes appartenant à différentes ethnies et à des confessions religieuses différentes est possible. Ici, les différences n?empêchent pas l?harmonie, la joie et la paix, elles deviennent même l?occasion d?une connaissance plus profonde et d?une compréhension réciproque... Chaque communauté religieuse s?exprime par l?amour et non par la violence, elle n?a pas honte de la bonté! A celui qui la fait grandir en lui, la bonté donne une conscience tranquille, une joie profonde même au milieu des difficultés et des incompréhensions. Jusque dans les offenses subies, la bonté n?est pas faiblesse, mais vraie force capable de renoncer à la vengeance. Le bien a du prix en lui-même et nous rapproche de Dieu, Souverain Bien... Le bien paie infiniment plus que l?argent, qui au contraire déçoit, parce que nous avons été créés pour accueillir l?amour de Dieu et le donner à notre tour, et non pour mesurer chaque chose sur la base de l?argent ou du pouvoir". Le Pape a alors cité une phrase d'un des enfants de Béthanie à propos des volontaires qui y ?uvrent: "Depuis quinze ans, ils se sacrifient avec joie par amour de Jésus et par amour de nous". C?est une phrase, a dit le Saint-Père, "qui révèle combien le don de soi par amour de Jésus suscite joie et espérance, et combien le service des frères se transforme dans le fait de régner ensemble en Dieu. Ces paroles...peuvent sembler paradoxales à une grande partie de notre monde qui a de la difficulté à les comprendre et cherche fébrilement dans les richesses terrestres, dans la possession et dans le divertissement pris comme fin en soi, la clé de sa propre existence, trouvant au contraire aliénation et étourdissement. Le secret d?une existence réussie est au contraire d?aimer et de se donner par amour. Alors, on trouve la force de se sacrifier avec joie et l?engagement le plus prenant devient source d?une joie plus grande. Alors, les choix définitifs de vie ne font plus peur, mais ils apparaissent dans leur vraie lumière, comme une manière de réaliser pleinement sa liberté". Enfin, le Saint-Père a prié saint Antoine de Padoue, patron du centre, de les accompagner dans leur chemin. "Continuez avec confiance à servir dans les pauvres et dans les abandonnés le Seigneur Jésus et à le prier pour que les c?urs et les esprits de tous s?ouvrent au bien, à la charité agissante, source de joie vraie et authentique". A la sortie de la chapelle où s'était déroulé l'entretien, le Pape a dialogué avec les enfants du centre. Après les avoir salués, il a rejoint l'aéroport de la capitale albanaise pour regagner Rome, où son avion a atterri peu après 21 h 30'.

Le Pape s'adresse aux journaliste dans l'avion du retour

Cité du Vatican, 22 septembre 2014 (VIS). Dans le vol de retour sur Rome, le Saint-Père a répondu aux questions de trois journalistes albanais ayant couvert le voyage apostolique dans leur pays:

Etes-vous parti avec une idée en tête à propos des albanais, de l'Albanie. L'albanais a souffert, mais est aussi tolérant. Avez-vous trouvé quelque autre qualité...juste pour faire revenir l'aigle à son nid?: "L'albanais n'est pas seulement tolérant, c'est un frère. Il est capable de fraternité et plus encore. Cela se voit dans sa façon de vivre avec les autres, de collaborer entre musulmans, orthodoxes et catholiques. Ils collaborent, mais comme des frères. Une autre chose encore qui m'a touchée dès le début, c'est la jeunesse de ce pays...le plus jeune d'Europe. Mais on voit que l'Albanie a un développement supérieur dans la culture et aussi le gouvernement, grâce à cette fraternité".

Quelle émotion avez-vous ressentie en circulant sur le boulevard central de Tirana, sous les portraits des clercs martyrisés sous le régime communiste, dans un pays où l'athéisme d'état a été imposé jusqu'il y a 25 ans?: "Cela fait deux mois que j'étudie un peu cette période difficile de l'Albanie, pour la comprendre. J'ai étudié aussi ses origines. Vos racines culturelles sont très belles et fortes. Cette période de votre histoire a été cruelle. Son niveau de cruauté terrible. Quand j'ai vu ces photos, et pas seulement de catholiques ou d'orthodoxes aussi, de musulmans, et quand j'ai pensé à ce qu'on leur avait dit: Mais tu ne dois pas croire en Dieu. Mais moi je n'y crois! Et boum, ils l'éliminaient. C'est pourquoi je dis que les trois composantes religieuses ont donné un témoignage de Dieu et maintenant elles donnent un témoignage de fraternité".

Vous venez de visiter l'Albanie qui est à majorité musulmane. Cette visite a eu lieu à un moment délicat pour le monde, Vous avez vous-même déclaré que la troisième guerre mondiale avait commencé. Le message de votre visite s'adressait-il seulement aux albanais ou va-t-il au-delà?: "Non, il va au-delà. L'Albanie a tracé une route de paix, de coexistence et de collaboration qui va vers d'autres pays ayant des racines ethniques différentes... C'est un pays musulman dans sa majorité. Oui, mais ce n'est pas un pays musulman. C'est un pays européen... l'Albanie est un pays européen justement par sa culture, cette culture de coexistence, pour la culture historique qu'il a eu aussi".

Après l'Albanie, quels sont les prochains voyages?: "Le 25 novembre à Strasbourg, pour parler devant le Conseil de l'Europe et le Parlement européen. Ensuite, le 28, peut-être, la Turquie pour être là pour la fête du 30, la saint André, avec le Patriarche oecuménique Barthélémy.

Nous avons compris que vous avez une vision de l'Albanie un peu différente de celle des européens, qui voient pratiquement l'Europe comme l'Union européenne. Vous avez choisi pour première visite dans un pays d'Europe, un pays de la périphérie qui ne fait pas partie de l'Union européenne. Que pouvez-vous dire à ceux qui regardent seulement l'Europe des puissants?: "Mon voyage a été un message. Il se veut un signal".

Nous vous avons tous vu pleurer, je crois, pour la première fois. Cette rencontre avec le clergé a-t-elle été le moment le plus émouvant de votre voyage?: "Entendre parler un martyr de son propre martyre c'est fort! Je crois que tous ceux qui étaient là étaient émus, tous. Et ces témoins parlaient comme s'il s'agissait d'un autre, avec un naturel, une humilité. Cela m'a fait un grand bien".

Visite du Président letton

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président letton M.Andris Berzins, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d?Etat, accompagné de Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les états: Se félicitant de la qualité de leurs relations, saluant aussi la notable contribution que l'Eglise catholique offre à la communauté nationale en matière éducative et sociale, les parties ont abordé certains aspects de la vie du pays comme du contexte international, notamment en prévision du semestre de présidence de Conseil de l'Union Européenne que la Lettonie assumera à compter de janvier prochain. Un attention particulière a été portée à l'Ukraine, dans l'espoir d'une solution politique de la crise, fondée sur le dialogue et sur le droit.

Des pasteurs proches des fidèles

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Le Pape François a reçu les évêques participant au séminaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Saluant des hôtes qui "ne se sont pas laissés décourager par les difficultés et les défis du monde qui accentuent la difficulté d'être évêque", il les a félicités d'avoir placé leur confiance dans le Seigneur, à la suite des premiers disciples. Puis il leur a rappelé "l'impérieuse nécessité d'une conversion missionnaire", une mission qui, si elle "touche tout baptisé et chaque communauté, regarde les pasteurs appelés à la vivre et à en témoigner au premier chef comme guides des Eglises particulières: Je vous recommande donc d'orienter votre vie et votre ministère en fonction de la mission qui interpelle le peuple de Dieu. Au coeur de la conversion missionnaire de l'Eglise se place le service à l'humanité... Un bel exemple de ce service pastoral est offert par les martyrs coréens... Solidement attachés au Bon Pasteur, ils n'ont pas hésité à verser leur sang pour l'Evangile, dont ils étaient les fidèles diffuseurs et les témoins héroïques. L'Eglise a besoin de tels pasteurs serviteurs, qui sachent s'incliner pour laver les pieds des gens, proches des fidèles, pères et frères à la fois, remplis de miséricorde et aimant la pauvreté, qui est liberté vis à vis du Seigneur et simplicité de vie... Efforcez vous donc d'imprimer une vraie dimension missionnaire à vos existences comme à celles de vos diocèses, afin que ces communautés s'accroissent de nouveaux membres. D'où l'importance de votre mode de vie, du témoignage de votre ministère épiscopal au service du peuple de Dieu. Soyez tout particulièrement proches de vos prêtres. Ayez soin de la vie religieuse et aimez les pauvres". Evoquant enfin l'imminent Synode sur la famille, le Pape a rappelé que "les familles sont à la base de l'action évangélisatrice, tant par leur mission éducatrice propre que par leur part à la vie des paroisses. Développez par conséquent la pastorale familiale afin que, accompagnées et bien formées, les familles puissent donner le meilleur d'elles à la vie de l'Eglise et de la société".

L'Eglise doit être un signe de la miséricorde du Seigneur

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Hier soir, le Pape a reçu les participants à la rencontre internationale, intitulée Le projet pastoral d'Evangelii Gaudium, organisée par le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Dans son discours, il a évoqué l'urgence de la mission évangélisatrice, prenant d'abord pour exemple le récit de Matthieu dans lequel Jésus a pitié de la multitude le suivant, voyant des gens las et prostrés comme des brebis sans berger: "Combien de personnes, dans les nombreuses périphéries existentielles sont aujourd'hui lasses et prostrées et attendent l'Eglise, nous attendent! "Comment les atteindre?... Si le Pape n'a pas pour rôle d'offrir une analyse détaillée et complète de la réalité, il doit inviter toute l'Eglise à cueillir les signes des temps que le Seigneur nous offre sans cesse... Ces signes...doivent être relus à la lumière de l'Evangile... c'est le moment de l'engagement concret, c'est le contexte dans lequel nous sommes appelés à travailler pour faire grandir le Royaume. Combien de pauvreté et de solitude voyons-nous malheureusement aujourd'hui dans le monde? Combien de personnes vivent en grande souffrance et demandent à l'Eglise d'être un signe de la proximité, de la bonté, de la solidarité et de la miséricorde du Seigneur. Voilà une tache qui revient tout particulièrement à ceux qui ont la responsabilité de la pastorale... Ils sont appelés à reconnaître et lire ces signes des temps pour donner une réponse sage et généreuse".

"Face à toutes ces exigences pastorales, face à toutes ces demandes d'hommes et de femmes, nous courons le risque de nous effrayer et de nous replier sur nous-mêmes dans une attitude de peur et de défense. De là, naît la tentation de la suffisance et du cléricalisme, de codifier la foi en règles et instructions, comme faisaient les scribes, les pharisiens et les docteurs de la loi au temps de Jésus. Tout sera clair, bien ordonné, mais le peuple croyant et en recherche continuera d'avoir faim et soif de Dieu. J'ai parfois dit aussi que l'Eglise me semblait un hôpital de campagne: tant de personnes blessées qui nous demande d'être proches, qui nous demandent ce que l'on demandait à Jésus, de la proximité. Avec cette attitude de scribes, de docteurs de la loi et de pharisiens, nous ne donnerons jamais de témoignage de proximité". Puis le Pape a cité la parabole dans laquelle Jésus parle du propriétaire d'une vigne qui, ayant besoin d'ouvriers, sort de chez lui à différentes heures de la journée pour les chercher: "Il n'est pas sorti qu'une seule fois... Tous ceux qui sont responsables de la pastorale peuvent trouver un bel exemple dans cette parabole. Sortir à différents moments de la journée pour aller à la rencontre de ceux qui sont à la recherche du Seigneur. Rejoindre les plus faibles et les plus nécessiteux pour leur apporter le soutien de se sentir utiles dans la vigne du Seigneur, ne serait-ce que pour une heure seulement... Ne suivons pas, s'il vous plaît, la voix des sirènes qui appellent à faire de la pastorale une série convulsive d'initiatives, sans réussir à trouver l'essentiel de l'engagement d'évangélisation. Il semble parfois que nous soyons plus préoccupés de multiplier les activités plutôt que d'être attentifs aux personnes et à leur rencontre avec Dieu. Une pastorale qui n'a pas cette attention devient peu à peu stérile". Le Pape François a alors conseillé aux participants patience et persévérance: "Le Verbe de Dieu est entré en patience au moment de l'Incarnation, et ainsi jusqu'à la mort sur la Croix. Patience et persévérance. Nous n'avons pas de baguette magique pour tout, mais nous avons la confiance du Seigneur qui nous accompagne et ne nous abandonne jamais...Faisons le bien, mais sans attendre de récompense. Semons et rendons témoignage. Le témoignage est le début d'une évangélisation qui touche le c?ur et le transforme. Les mots sans le témoignage ne servent à rien! Le témoignage c'est ce qui porte et rend valide la parole. Merci de votre engagement! Je vous bénis et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi, parce que je dois beaucoup parler et donner moi aussi un peu de témoignage chrétien", a conclu le Saint-Père.

Réforme du procès matrimonial canonique

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a décidé le 27 août dernier l'institution d'une Commission spéciale d'étude pour la réforme du procès matrimonial canonique, qui entrera en fonction au plus tôt. Son but est de préparer une proposition de réforme du procès en la matière, destinée à simplifier la procédure tout en sauvegardant le principe d'indissolubilité.

Présidée par Mgr.Pio Vito Pinto, Doyen du Tribunal de la Rote Romaine, les Membres de cette commission sont le Cardinal Francesco Coccopalmerio, Président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, Mgr.Luis Francisco Ladaria Ferrer, SJ, Secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr.Dimitrios Salachas, Exarque apostolique pour les catholiques de rite byzantin, Mgr.Maurice Monier, Mgr.Leo Xavier Michael Arokiaraj et Mgr.Alejandro W.Bunge, Prélats auditeurs de la Rote, le P.Konstanc Miroslav Adam, OP, Recteur de l'Angelicum, le P.Jorge Horta Espinoza, OFM, Doyen de la Faculté de droit canonique de l'Antonianum, et M.Paolo Moneta, canoniste.

Envoyé spécial à Cologne

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Aujourd'hui a été publiée la lettre latine du 6 août par laquelle le Saint-Père a nommé le Cardinal Angelo Scola, Archevêque de Milan (Italie), son Envoyé spécial au 850 anniversaire de la translation de Milan à Cologne des reliques des Rois Mages (Cologne, Allemagne, 28 septembre). Il sera accompagné par Mgr.Klaus Krämer, Président de Missio-Aachen et de l'Oeuvre missionnaire de la Ste.Enfance, et par l'Abbé Hubertus Bötticher, Doyen d'Arnsberg.

Audiences

Cité du Vatican, 20 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu aujourd'hui:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

M.Thorbjorn Jagland, Secrétaire général du Conseil de l'Europe.

La Présidente argentine, Mme.Cristina Fernández de Kirchner.

Le Cardinal Angelo Bagnasco, Archevêque de Gênes et Président de la Conférence épiscopale italienne.

Le Cardinal Lluís Martínez Sistach, Archevêque de Barcelone (Espagne).

Mgr.Alcides Jorge Pedro Casaretto, Evêque émérite de San Isidro (Argentine).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 20 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Blase J.Cupich, Archevêque métropolitain de Chicago (superficie 3.654, population 6.251.000, catholiques 2.438.000, prêtres 1.559, diacres 660, religieux 2.787), aux Etats-Unis d'Amérique. Jusqu'ici Evêque de Spokane (USA), il succède au Cardinal Francis E.George, OMI, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

Dom Riccardo Luca Guariglia, OSB, Abbé ordinaire de l'abbaye territoriale de Montevergine (superficie 3, population 232, catholiques 232, prêtres 12, religieux 27), en Italie. Il était jusqu'ici Prieur et Maître des novices de ce même monastère.

Le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay (Inde), son Envoyé spécial au 500 anniversaire de l'évangélisation du Myanmar (Yangoun 21 - 23 novembre).

Mgr.Paolo Rudelli (Italie), Envoyé spécial et Observateur permanent près le Conseil de l'Europe.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 23 Sep - 15:28

Sommaire

- Migrations et indifférence
- Message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2015
- Visite du Supérieur de la Fraternité d'Ecône
- Commission théologique internationale
- Dire non à la prolifération des armes nucléaires
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Migrations et indifférence

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Ce matin a été présenté en Salle de Presse le message papal pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié (18 janvier 2015: Une Eglise sans frontière, mère de tous), portant la date du 3 septembre. Le Cardinal Antonio Maria Vegliò, Président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrations, était assisté du Secrétaire Mgr.Joseph Kalathiparamil. Le Cardinal a d'abord expliqué que le Saint-Père a tenu à dater le document le jour du centenaire de l'élection de Benoît XV, qui le premier attira l'attention de l'opinion sur la question des migrations et appela à une journée annuelle de sensibilisation. Au long de son histoire, l'Eglise a fait face à de multiples situations du genre. Aujourd'hui toutefois, le phénomène migratoire "pose de nouveaux défis à cause de sa dimension mais aussi de ses effets socio-économiques, politiques culturels et religieux. Le commandement biblique de l'accueil de l'étranger, "de lui ouvrir les portes comme s'il s'agissait de Dieu, se heurte à des réactions, surtout lorsque certains sujets commentent des irrégularités voire des délits... Ainsi se sont ouverts des débats sur la justification et les modalités de réponse au phénomène, à tous les niveaux mais surtout dans les communautés supportant un flux croissant d'arrivées". Le rejet et le repli font parfois place à la générosité, ce qui interpelle l'Eglise. Comment peut-elle répondre? Le Pape conseille d'abord de renoncer à soi-même, d'écarter nos peurs et de dépasser nos réflexes de défense. "Etre accueillants signifie simplement donner de notre temps, partager avec des personnes moins fortunées les ressources reçues de Dieu". Ensuite il faut solliciter la responsabilité des institutions, locales, nationales et internationales en vue d'une plus large collaboration, et enfin "humaniser la condition de vie des migrants en intensifiant" la lutte contre "les raisons qui poussent des populations entières à quitter leur pays". Puis Mgr.Kalathiparamil a évoqué le nombre croissant des demandeurs d'asile, qui implique pour les pays d'accueil une réalité de plus en plus multi-ethnique et multi-culturelle. Ceci rend nécessaire une nouvelle approche face à la migration forcée. "La fuite vers le salut...incluant un voyage dangereux voire mortel...reste souvent la seule solution pour gagner un pays où l'on recherche la sécurité et les conditions d'une vie digne". Ceux qui sont privés de documents sont malheureusement dans l'impossibilité de répondre aux sévères critères requis. Vulnérables et sans défense, ils deviennent la proie facile de trafiquants d'êtres humains. "Les états sont appelés à collaborer dans un esprit international de solidarité, afin de répondre au besoin de protection" des migrants, auxquels il faut garantir la dignité. Le respect du caractère central de la personne doit aller de pair avec le dialogue entre les peuples. "Aujourd'hui l'enjeu est de ne pas s'habituer aux drames que vivent les personnes contraintes à l'exil, de ne pas laisser l'indifférence prévaloir au profit de la faiblesse de la nature humaine. Les chrétiens ne doivent pas être tentés de maintenir une prudente distance des plaies du Seigneur" que portent de nos jours les migrants et les réfugiés.

Message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2015

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Voici le message du Pape pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié (18 janvier 2015), intitulée L'Eglise sans frontières, mère de tous:

"Jésus est l?évangélisateur par excellence, l?Evangile en personne. Sa sollicitude, particulièrement envers les plus vulnérables et marginalisés, nous invite tous à prendre soin des personnes plus fragiles et à reconnaître son visage souffrant, surtout dans les victimes des nouvelles formes de pauvreté et d?esclavage. Le Seigneur dit: J?ai eu faim et vous m?avez donné à manger, j?ai eu soif et vous m?avez donné à boire, j?étais un étranger et vous m?avez accueilli, nu et vous m?avez vêtu, malade et vous m?avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. La mission de l?Eglise, pèlerine sur la terre et mère de tous, est donc d?aimer Jésus-Christ, de l?adorer et de l?aimer, particulièrement dans les plus pauvres et abandonnés. Au nombre de ceux-ci figurent certainement les migrants et les réfugiés, qui cherchent à tourner le dos aux dures conditions de vie et aux dangers de toute sorte... L?Eglise ouvre ses bras pour accueillir tous les peuples, sans distinctions et sans frontières et pour annoncer à tous que Dieu est amour. Après sa mort et sa résurrection, Jésus a confié aux disciples la mission d?être ses témoins et de proclamer l?Evangile de la joie et de la miséricorde. Le jour de la Pentecôte, avec courage et enthousiasme, ils sont sortis du Cénacle. La force du Saint-Esprit a prévalu sur les doutes et les incertitudes et a fait que chacun comprenait leur annonce dans sa propre langue. Ainsi, dès ses débuts, l?Eglise est une mère au c?ur ouvert sur le monde entier, sans frontières. Ce mandat couvre désormais deux mille ans d?histoire, mais depuis les premiers siècles, l?annonce missionnaire a mis en lumière la maternité universelle de l?Eglise, développée ensuite dans les écrits des pères de l?Eglise et reprise par le concile Vatican II. Les pères conciliaires ont parlé d?Ecclesia Mater pour en expliquer la nature. Elle génère, en effet, des fils et des filles qu?elle incorpore et qu?elle enveloppe déjà de son amour en prenant soin d?eux".

"L?Eglise sans frontières, mère de tous, diffuse dans le monde la culture de l?accueil et de la solidarité, selon laquelle personne ne doit être considéré inutile, encombrant ou être écarté. En vivant effectivement sa maternité, la communauté chrétienne nourrit, oriente et indique le chemin, accompagne avec patience et se fait proche dans la prière et dans les ?uvres de miséricorde. Aujourd?hui, tout cela prend une signification particulière. En effet, à une époque de si vastes migrations, un grand nombre de personnes laissent leur lieu d?origine et entreprennent le voyage risqué de l?espérance avec un bagage plein de désirs et de peurs, à la recherche de conditions de vie plus humaines. Souvent, cependant, ces mouvements migratoires suscitent méfiances et hostilités, même dans les communautés ecclésiales, avant même qu?on ne connaisse les parcours de vie, de persécution ou de misère des personnes impliquées. Dans ce cas, suspicions et préjugés entrent en conflit avec le commandement biblique d?accueillir avec respect et solidarité l?étranger dans le besoin. D?une part, résonne dans le sanctuaire de la conscience l?appel à toucher la misère humaine et à mettre en pratique le commandement de l?amour que Jésus nous a laissé quand il s?est identifié avec l?étranger, avec celui qui souffre, avec toutes les victimes innocentes de la violence et de l?exploitation. D?autre part, à cause de la faiblesse de notre nature, nous sommes tentés d?être des chrétiens qui se maintiennent à une prudente distance des plaies du Seigneur.Le courage de la foi, de l?espérance et de la charité permet de réduire les distances qui séparent des drames humains. Jésus-Christ est toujours en attente d?être reconnu dans les migrants et dans les réfugiés, dans les personnes déplacées et les exilés, et aussi de cette manière il nous appelle à partager nos ressources, parfois à renoncer à quelque chose de notre bien-être acquis. Paul VI le rappelait, en disant que les plus favorisés doivent renoncer à certains de leurs droits, pour mettre avec plus de libéralité leurs biens au service des autres D?ailleurs, le caractère multiculturel des sociétés contemporaines encourage l?Eglise à assumer de nouveaux engagements de solidarité, de communion et d?évangélisation. Les mouvements migratoires, en effet, demandent qu?on approfondisse et qu?on renforce les valeurs nécessaires pour garantir la cohabitation harmonieuse entre les personnes et entre les cultures. A cet effet, ne peut suffire la simple tolérance, qui ouvre la voie au respect des diversités et qui met en route des parcours de partage entre des personnes d?origines et de cultures différentes. Ici, se greffe la vocation de l?Eglise à dépasser les frontières et à favoriser le passage d?une attitude de défense et de peur, de désintérêt ou de marginalisation à une attitude qui ait comme base la culture de la rencontre, seule capable de construire un monde plus juste et fraternel".

"Les mouvements migratoires ont cependant pris de telles dimensions que seule une collaboration systématique et effective, impliquant les états et les organisations internationales, peut être en mesure de les réguler efficacement et de les gérer. En effet, les migrations interpellent chacun, non seulement à cause de l?ampleur du phénomène, mais encore des problématiques sociale, économique, politique, culturelle et religieuse qu?il soulève, et à cause des défis dramatiques qu?il lance aux communautés nationales et à la communauté internationale. Dans l?agenda international, trouvent place de fréquents débats sur l?opportunité, sur les méthodes et sur les réglementations pour affronter le phénomène des migrations. Il y a des organismes et des institutions, aux niveaux international, national et local, qui mettent leur travail et leur énergie au service de ceux qui cherchent par l?émigration une vie meilleure. Malgré leurs généreux et louables efforts, une action plus incisive et efficace est nécessaire, qui s?appuie sur un réseau universel de collaboration, fondé sur la défense de la dignité et de la centralité de chaque personne humaine. De cette manière, la lutte contre le honteux et criminel trafic d?êtres humains, contre la violation des droits fondamentaux, contre toutes les formes de violence, d?oppression et d?esclavage sera plus incisive. Travailler ensemble, cependant, exige réciprocité et synergie, avec disponibilité et confiance, étant entendu qu?aucun pays ne peut affronter seul les difficultés liées à ce phénomène, qui est si vaste qu?il concerne désormais tous les continents dans le double mouvement d?immigration et d?émigration. A la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants. En même temps, il faut intensifier les efforts pour créer les conditions aptes à garantir une diminution progressive des causes qui poussent des peuples entiers à laisser leur terre natale, en raison de guerres et de famines, l?une provoquant souvent l?autre".

"A la solidarité envers les migrants et les réfugiés, il faut joindre le courage et la créativité nécessaires pour développer au niveau mondial un ordre économico-financier plus juste et équitable uni à un engagement croissant en faveur de la paix, condition indispensable de tout progrès authentique. Les migrants et les réfugiés ont une place spéciale dans le c?ur de l?Eglise, qu'ils aident à...manifester sa maternité envers la famille humaine tout entière. Ne perdez pas votre confiance ni votre espérance!", recommande le Pape: "Pensons à la sainte Famille exilée en Egypte. Dans le c?ur maternel de Marie et dans le c?ur prévenant de Joseph s?est maintenue la certitude de ce que Dieu. N?abandonnez donc jamais cette même confiance dans le Seigneur".

Visite du Supérieur de la Fraternité d'Ecône

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Ce matin, le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'est entretenu pendant deux heures avec Mgr.Bernard Fellay, Supérieur de la Fraternité sacerdotale St.Pie X, accompagné par ses Assistants l'Abbé Nikolaus Pfluger et l'Abbé Alain-Marc Nély. Le Cardinal Gerhard Ludwig Müller était accompagné du Secrétaire et du Secrétaire adjoint du dicastère Mgr.Luis Francisco Ladaria Ferrer, SJ, et Mgr.Joseph Augustine Di Noia, OP, ainsi que de Mgr.Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei. Les parties, qui ont examiné certaines questions d'ordre doctrinal et canonique, ont convenu de procéder par paliers mais dans un délai raisonnable vers le dépassement des difficultés. Et ce dans la perspective désirée d'une pleine réconciliation.

Commission théologique internationale

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Par la nomination de nouveaux Membres et la confirmation d'autres, se clôt le huitième quinquennat (2009 - 2014) de la Commission théologique internationale. Instituée par Paul VI en 1969, cette commission aide le Saint-Siège et en premier lieu la Congrégation pour la doctrine de la foi dans l'examen des principales questions doctrinales. Elle se compose d'une trentaine de théologiens de diverses écoles et nationalités, reconnus pour leur science et leur fidélité au Magistère. Ils sont nommés par le Pape pour un quinquennat sur proposition du Préfet de la Congrégation et après consultation des Conférences épiscopales. Depuis son institution, la Commission a publié vingt-sept documents, approuvés par son président. Cette année s'achève donc la session ouverte le 19 juin 2009 de ses actuels membres. Avant tout, le Saint-Siège tient à exprimer sa gratitude aux membres de la Commission qui s'apprêtent à conclure leur quinquennat pour la qualité de leur service. Les documents rédigés entre 2009 et 2014 sont: "La théologie aujourd'hui. Perspectives, principes et critères" (2012), "Dieu trine, unité des hommes. Le monothéisme chrétien contre la violence" (2014), "Le Sensus Fidei dans la vie de l'Eglise (2014).

Le 26 juillet dernier, avec la nomination (rendue publique ce 23 septembre) par le Saint-Père de trente nouveaux Membres, la Commission théologique internationale a entamé un nouveau quinquennat (2014 - 2019) dont la fin correspondra, le 11 avril 2019, a la célébration de son cinquantenaire. Après la consultation des Conférences épiscopales et des Synodes orientaux le Cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a présenté au Pape un éventail de noms. C'est sur la base des propositions qui lui ont été présentées qu'il a choisi les théologiens et théologiennes appelé à siéger dans la Commission. Parallèlement a été renouvelé le mandat du P.Serge-Thomas Bonino, OP, comme Secrétaire général. Le nouvel organigramme montre un accroissement des composantes extra-européennes: 14 Membres européens (contre 18 précédemment), 5 sud-américans (contre 3), 4 asiatiques (inchangé), 3 africains (contre 2), 4 nord-américains (contre 2) et 1 australien (inchangé). Dans les deux derniers quinquennats on comptait deux présences féminines: Soeur Sara Butler, MSBT (USA), et Mme.Barbara Hallensleben (Allemagne - Suisse). Pour le nouveau quinquennat ont été nommées cinq théologiennes: Soeur Prudence Allen, RSM (USA), Soeur Alenka Arko, Com.Loyola (Slovénie - Russie), Mme.Moira Mary McQuenn (GB - Canada), Mme.Tracey Rowland (Australie), Mme.Marianne Schlosser (Allemagne - Autriche). Les femmes constituent désormais 16% de la Commission, ce qui est un signe d'un engagement féminin croissant dans la recherche théologique. En 2014 il a également été décidé de mieux diversifier les provenances ecclésiales des Membres, en fonction de leur statut religieux et des charismes particuliers qu'ils représentent. Leur première réunion, qui se tiendra du 1 au 5 décembre prochain en session plénière, devra décider des trois thèmes à traiter ces prochaines années.

La Commission théologique internationale a rénové et enrichi sa page du site web vatican (www.vatican.va), qui propose dans le cadre des activités liées à la Congrégation pour la doctrine de la foi tous ses documents (en diverses langues). Pour faciliter la consultation, elle ouvre un nouvel accès (www.cti.va), qui propose des rubriques linguistiques identiques (anglais, espagnol, français, italien, portugais...). L'avantage réside également dans la possibilité d'entrée selon une langue sans retourner au site vatican. Cette nouvelle page veut encourager et stimuler le dialogue grâce à une diffusion commode du patrimoine théologique de l'Eglise catholique toute entière.

Dire non à la prolifération des armes nucléaires

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Lundi dernier à Vienne (Autriche), le Sous Secrétaire pour les relations avec les états a pris part à la 58 Conférence générale de l'OIEA. Dans son intervention, Mgr.Antoine Camilleri a d'abord souligné que le Saint-Siège soutient pleinement les actions de l'institution, comme celles de l'OMS ou de la FAO. Elles contribuent, a-t-il estimé, au véritable développement de l'homme et favorisent la paix et la prospérité mondiale. Il considère en outre qu'une meilleure utilisation des nouveaux media et qu'une majeure collaboration entre les autorités politiques accroissent la conscience publique et la connaissance des actions de l'OIEA. Celles-ci recoupent l'appel du Pape à la fraternité, contenu dans son dernier message pour la Journée mondiale de la paix. Le représentant du Saint-Siège a ensuite rappelé que "la prévention de la prolifération des armes nucléaires est capitale pour l'humanité... Il faut que le désarmement nucléaire devienne l'objectif de tous les pays, des détenteurs au premier chef mais aussi des états qui sont en passe de l'acquérir. Il ne s'agit pas d'un objectif irréaliste. La paix exige un changement de route au moyen de décisions claires et précises dans la recherche du désarmement". Le Saint-Siège a donc renouvelé son appel aux gouvernants et aux experts de la défense à oeuvrer à l'objectif du désarmement nucléaire en ce premier centenaire de la grande guerre qui, avec la suivante, fait encore sentir ses graves conséquences. En conclusion, Mgr.Camilleri a souligné l'impact mondial de la catastrophe de Fukushima, qui a poussé à accroître la sécurité nucléaire. "Il faut tout faire pour éviter de tels accidents ou en minimiser les effets nocifs. Sa délégation soutient également les innovations tendant à la gestion ou à l'élimination des déchets nucléaires.

Audiences

Cité du Vatican, 23 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin vingt-un prélats de la Conférence épiscopale ghanéenne en visite Ad Limina:

Mgr.Gabriel Charles Palmer-Buckle, Archevêque d'Accra.

Mgr.Francis Anani Kofi Lodonu, Evêque de Ho.

Mgr.Gabriel Akwasi Ababio Mante, Evêque de Jasikan.

Mgr.Anthony Kwami Adanuty, Evêque de Keta - Akatsi.

Mgr.Joseph Kwaku Afrifah-Agyekum, Evêque de Koforidua.

Mgr.Matthias Kobena Nketsiah, Archevêque de Cape Coast.

Mgr.John Bonaventure Kwofie, CSSP, Evêque de Sekondi - Takoradi.

Mgr.Joseph Francis Kweku Essien, Evêque de Wiawso.

Mgr.Gabriel Justice Yaw Anokye, Archevêque de Kumasi et Administrateur apostolique d'Obuasi, accompagné de ses prédécesseurs Mgr.Peter Kwasi Sarpong et Mgr.Thomas Kwaku Mensah.

Mgr.Peter Kwaku Atuahene, Evêque de Goaso.

Mgr.Joseph Osei-Bonsu, Evêque de Konongo - Mampong.

Mgr.Matthew Kwasi Gyamfi, Evêque de Sunyani.

Mgr.Dominic Yeboah Nyarko, Evêque de Techiman.

Mgr.Philip Naameh, Archevêque de Tamale.

Mgr.Peter Paul Angkyier, Evêque de Damongo.

Mgr.Alfred Agyenta, Evêque de Navrongo - Bolgatanga.

Mgr.Paul Bemile, Evêque de Wa.

Mgr.Vincent Sowah Boi-Nai, SVD, Evêque de Yendi.

Mgr.Gabriel Edoe Kumordji, SVD, Vicaire apostolique de Donkorkrom.

Hier après-midi, 22 septembre, il avait reçu:

Le Cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l'économie.

Le Cardinal Antonio Cañizares Llovera, Archevêque de Valence (Espagne).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 23 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé ou renouvelé pour un quinquennat les Membres de la Commission théologique internationale:
Le P.Serge-Thomas Bonino, OP (France), Secrétaire général.

L'Abbé Terwase Henry Akaabiam (Nigeria).

Soeur Prudence Allen, RSM (USA).

Soeur Alenka Arko, Com.Loyola (Slovénie - Russie).

Mgr.Antonio Luiz Catelan Ferreira (Brésil).

Mgr.Piero Coda (Italie).

L'Abbé Lajos Dolhai (Hongrie).

Le P.Peter Dubovsky, SJ (Slovaquie).

L'Abbé Mario Angel Flores Ramos (Mexique).

L'Abbé Carlos María Galli (Argentine).

L'Abbé Krzysztof Gózdz (Pologne).

L'Abbé Gaby Alfred Hachem (Liban).

Le P.Thomas Kollamparampil, CMI (Inde).

L'Abbé Oswaldo Martínez Mendoza (Colombie).

Mme.Moira Mary McQuenn (GB - Canada).

L'Abbé Karl-Heinz Menke (Allemagne).

L'Abbé John Junyang Park (Corée).

Le P.Bernard Pottier, SJ (Belgique).

L'Abbé Javier Prades López (Espagne).

Mme.Tracey Rowland (Australie).

M.Héctor Gustavo Sánchez Rojas, SCV (Pérou).

Mme.Marianne Schlosser (Allemagne - Autriche).

L'Abbé Nicholaus Segeja M'Hela (Tanzanie).

L'Abbé Pierangelo Sequeri (Italie).

L'Abbé Zeljko Tanjic (Croatie).

Le P.Francisco P.Timoner III, OP (Philippines).

Le P.Gabino Uribarri Bilbao, SJ (Espagne).

L'Abbé Philippe Vallin (France).

Le P.Thomas G.Weinandy, OFM.Cap (USA).

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 25 Sep - 15:12

Sommaire

- Fin de la réunion orthodoxes catholiques à Amman
- Autres actes pontificaux
- La substitution d'un Evêque paraguayen
- Audiences

Fin de la réunion orthodoxes catholiques à Amman

Cité du Vatican, 25 septembre 2014 (VIS). La XIII session plénière de la Commission internationale pour le dialogue entre les Eglises orthodoxe et catholique s'est achevée mardi à Amman (Jordanie). A l'invitation du Patriarche gréco-orthodoxe de Jérusalem SB Théophile III, y ont pris part des délégués de treize des quatorze Eglises autocéphales orthodoxes (absent le Patriarcat de Bulgarie) et vingt-trois représentants catholiques. Les travaux ont été présidés par le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pour l'unité, et par le Métropolite Jean de Pergame. Le Prince jordanien Ghazi bin Muhammad, grand expert du dialogue inter-religieux, a été invité à assister à la session du 22. Comme d'habitude, les membres catholiques et orthodoxes se sont d'abord réunis séparément, la délégation orthodoxe discutant notamment le projet de texte préparé par le comité de coordination à la suite des réunions de Rome en 2011 et de Paris en 2012. Le plan de travail porte sur synodalité et primat La part catholique a amélioré le texte pour mieux répondre à l'aspect méthodologique. Face au grand nombre de questions soulevées, la Commission a décidé de revoir le texte provisoire en vue de la prochaine réunion du Comité de coordination, qui préparera la session plénière successive.

Les participants, qui se sont rendus sur les lieux attachés au baptême de Jésus, ont exprimé leur grande préoccupation et leur solidarité envers les chrétiens et les autres minorités religieuses persécutées en Irak

. Ils ont réaffirmé qu'aucun crime se saurait trouver sa justification dans l'invocation de Dieu ou sous prétexte de la religion, félicitant tous ceux qui assistent ces millions de réfugiés et tout particulièrement l'action du Roi Abdallah II .

Suppliant les chefs religieux de la région de soutenir leurs fidèles dans la résolution de retourner dès que possible dans leurs pays. Avec le soutien de la communauté internationale, c'est le seul moyen de protéger les persécutés et de garantir le maintien de la présence chrétienne dans la région.

Relançant leur appel à la libération du Métropolitain d'Alep et de l'Evêque Boulos Yazi, et des autres personnes enlevées, prêtres, religieux et laïcs, les participants ont tenu à remercier l'Eglise locale pour son accueil, y compris la possibilité de travailler sereinement et de prier ensemble avec les fidèles locaux.


Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 25 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a substitué à Mgr.Rogelio Ricardo Livieres Plano, Mgr.Ricardo Jorge Valenzuela Ríos, Evêque de Villarrica del Espíritu Santo (Paraguay), qu'il a nommé Administrateur apostolique Sede Vacante du diocèse de Ciudad del Este (Paraguay).



La substitution d'un Evêque paraguayen

Cité du Vatican, 25 septembre 2014 (VIS). La Salle de Presse a diffusé le communiqué suivant: Après avoir pris connaissance du résultat des visites canoniques ordonnées par la Congrégation pour les évêques et par celle pour le clergé, le Saint-Père a décidé d'écarter Mgr.Rogelio Ricardo Livieres Plano et de le remplacer à la tête du diocèse de Ciudad del Este (Paraguay) par un Administrateur apostolique Sede Vacante en la personne de Mgr.Ricardo Jorge Valenzuela Ríos, Evêque de Villarrica del Espiritu Santo (Paraguay).

La délicate mesure adoptée par le Saint-Siège, qui se fonde sur une série de graves questions pastorales, est dictée par la sauvegarde de l'unité du diocèse et de la communion épiscopale nationale. Dans l'exercice de son ministère d'unité du corps épiscopal et du peuple des fidèles, le Pape demande au clergé et à la communauté diocésaine de Ciudad del Este de recevoir les mesures prises dans un esprit d'obéissance et de docilité éclairé par la foi. Il invite l'Eglise qui est au Paraguay et ses pasteurs à engager un processus de réconciliation qui écarte tout esprit partisan ou polémique, de manière à ce que soit sauvegardée la réputation de l'Eglise.

Audiences

Cité du Vatican, 25 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Mme Miroslava Rosas Vargas, nouvel Ambassadeur du Panamá venue lui présenter ses lettres de créance.

Le Cardinal Angelo Scola, Archevêque de Milan (Italie).

Le Cardinal Andrew Yeom Soo-jung, Archevêque de Séoul (Corée).

Mgr.Giacinto Berloco, Nonce apostolique en Belgique et au Luxembourg.

Mgr.Claudio Gugerotti, Nonce apostolique en Biélorussie.

Mgr.Ettore Balestrero, Nonce apostolique en Colombie.

M.Marcos Aguinis (Argentine).

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 26 Sep - 14:36

Sommaire

- Audience au mouvement Focolari
- Programme du Pape en octobre
- Observations finales du Comité ONU sur les droits de l'enfant
- Intervention du Cardinal Parolin aux Nations-Unies
- Contre le terrorisme et toute violence

- Possessions cardinalices
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Audience au mouvement Focolari

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Le Pape François a reçu le mouvement Focolari, qui tient ces jours-ci son assemblée générale à Rome. Rappelant que l'Oeuvre de Marie est devenu un arbre vigoureux au sein de l'Eglise, qui étend ses branches dans tous les milieux de la famille chrétienne, et au-delà du Catholicisme parmi les personnes éprises de justice, de solidarité et de vérité, il a évoqué avec gratitude la fondatrice Chiara Lubich. Comme le reste de l'Eglise, le mouvement doit maintenant offrir une contribution responsable et créative à la nouvelle évangélisation. Pour ce, il faut contempler, sortir et faire école: "Contempler signifie vivre entre frères et soeurs en partageant le pain de la communion, passer ensemble la porte qui conduit au Père... Le contraire du narcissisme. Une contemplation sans les autres est une illusion... Il faut donc élargir son soi intérieur à la mesure de Jésus et du don de son Esprit, faire de la contemplation une condition essentielle de la solidarité et de l'efficacité vraiment libre". Sortir veut dire imiter Jésus, "sorti du Père pour annoncer à tous l'amour, jusqu'à se donner tout entier. Il faut apprendre de Jésus cette dynamique de l'exode, ce chemin sur lequel on sème en avançant... On ne peut reculer, et avec l'aide de Dieu il faut regarder plus haut, élargir notre horizon, marcher vers lui...qui nous attend dans les épreuves de nos frères, dans les plaies de la société, dans les interrogations de la culture contemporaine... Quelle tristesse pour l'Eglise de voir une humanité blessée, des blessures morales et existentielles, des blessures de guerre. Et devant ce spectacle désolant, des chrétiens sans spiritualité élevée, imbibés de byzantinismes philosophique ou théologiques! Il faut sortir et s'élever afin que l'Eglise apparaisse comme un hôpital de campagne. Tout hôpital de campagne a pour devoir de soigner immédiatement les blessés et non de faire des analyses poussées. Ceci vient après... Nous devons donc former selon l'Evangile des personnes nouvelles. Et pour ce est nécessaire une école d'humanité, à la mesure de l'humanité de Jésus... Sans une correcte formation des nouvelles générations il est illusoire de penser servir sérieusement et à long terme une humanité nouvelle. L'expression de Chiara Lubich, Former des hommes-monde, ayant l'âme et le coeur de Jésus, est plus que jamais actuelle. Ainsi seulement pourra-t-on interpréter des attentes et les espérances de l'homme".

Programme du Pape en octobre


Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Voici les cérémonies que présidera le Pape François en octobre:

Samedi 4: Place St.Pierre à 18 h, veillée de prière pour l'assemblée du Synode des évêques.

Dimanche 5: Basilique vaticane à 10 h, messe pour l'ouverture du Synode.

Dimanche 12: Basilique vaticane à 10 h, messe d'action de grâce pour la canonisation de François de Montmorency-Laval, évêque, et de Marie de l'Incarnation (Marie Guyart) (France - Canada).

Dimanche 19: Place St.Pierre à 10 h 30', messe de clôture du Synode et béatification de Paul VI.

Observations finales du Comité ONU sur les droits de l'enfant

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Siège a remis au département compétent des Nations-Unies un document intitulé Comments of the Holy See on the Concluding Observations of the Committee on the Rights of Child. Ces observations finales, qui ont été publiées le 5 février à Genève par le Comité sur les Droits de l'enfant, contenaient notamment la réponse du Saint-Siège et l'affirmation de sa disponibilité au dialogue dans le cadre de son adhésion à la Convention sur les droits de l'enfant.

La réponse du Saint-Siège, en anglais, est accessible sur le site vatican:

http://www.vatican.va/roman_curia/secretariat_state/2014/documents/rc-seg-st-20140205_concluding-observations-rights-child_en.html

Intervention du Cardinal Parolin aux Nations-Unies

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Le Cardinal Secrétaire d'Etat a pris la parole mercredi dernier devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies. Après avoir remercié la présidence américaine pour avoir invité le Saint-Siège à s'exprimer devant le Conseil sur les menaces que le terrorisme fait peser sur la paix et la sécurité internationale, le Cardinal Parolin a souligné la justesse de réagir à l'impact inhumain du terrorisme: Le phénomène du "terrorisme n'afflige pas seulement quelques pays, certaines régions du monde ou certains groupes religieux. C'est un crime qui frappe la communauté internationale. L'usage croissant du terrorisme dans certains pays constitue un défis qui implique un engagement collectif des états et des personnes de bonne volonté... La coopération internationale doit également traiter les causes fondamentales du terrorisme et ce qui le nourrit et le fait grandir. Le défis qu'il pose est en grande partie culturel. Des jeunes gens qui partent s'unir à des groupes terroristes proviennent souvent de familles émigrées et pauvres, déçus par l'exclusion sociale et l'absence de valeurs des sociétés de l'opulence. Outre la rigueur de la loi, il faut trouver des ressources pour éviter que ces citoyens deviennent des terroristes à l'étranger. Quant aux gouvernements, ils doivent agir aux côtés de la société civile en vue de régler les problèmes des communautés à risque de recrutement mais aussi de radicalisation, afin de rendre sereine et fructueuse leur intégration. Sujet international représentant une communauté religieuse mondiale, le Saint-Siège réaffirme que le croyant a la responsabilité de condamner qui cherche à séparer foi et raison, et qui manipule la religion pour justifier la voie violente... Mais, pour mettre fin au phénomène terroriste, il faut atteindre une compréhension culturelle entre les pays, les peuples et les cultures, ainsi que la justice sociale pour tous".

Contre le terrorisme et toute violence

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Le Centre international pour le dialogue inter-religieux et inter-culturel Roi Abdallah (Jordanie, siège à New York) a diffusé une déclaration solennelle, approuvée par l'ensemble du Conseil d'administration du KAICIID (composé de représentants des principales religions), par l'Autriche, l'Arabie Saoudite et l'Espagne, et signée pour le Saint-Siège par le Secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux. Cette déclaration entend réagir à la violence et à la crise humanitaire qui frappe tout particulièrement l'Irak et la Syrie:

"Nous croyons dans la sacralité de la vie et la dignité de la personne. Nous croyons que la religion favorise le respect et la réconciliation. Que le dialogue inter-religieux et inter-culturel est une voie vers la paix et la cohésion sociale. Nous réaffirmons les principes de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et tout particulièrement le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ces droits universels et inaliénables sont à la base de la liberté, de la justice et de la paix du monde. Si nous condamnons toutes les formes violentes de conflit, à commencer par la violence exercée au nom de la religion. Il faut que ce phénomène cesse. Nous déplorons la perte de tant de vies et saluons tous ceux qui s'efforcent d'alléger les souffrances et de favoriser le bien-être, l'harmonie et la paix. Nous nous opposons à la manipulation de la religions à fin de guerre et condamnons énergiquement toutes les formes du terrorisme, qui qu'en soit l'auteur et quelle qu'en soit l'intention. Nous rejetons toue les discours de haine et d'extrémisme qui incitent à la violence et alimentent les préjugés. Quels qu'ils soient, préjugés et intolérances doivent être combattus. Nous dénonçons l'usage abusif de la religion destiné à justifier tout type d'oppression et entendons faciliter la résolution pacifique des conflits en amenant au dialogue les parties. Pour ce nous voulons développer et améliorer le dialogue entre les religions et les cultures qui seul peut favoriser le respect, la compréhension et la coopération. Nous voulons aussi accroître ces principes entre les religions en faisant en sorte que l'on voit un frère dans l'autre, qu'on apprécie la différence comme un enrichissement plutôt que de percevoir l'altérité comme une menace".


Possessions cardinalices

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Jeudi 2 octobre à 18 h, le Cardinal Vincent Gerard Nichols, Archevêque de Westminster (GB), prendra possession du titre du Rédempteur et St.Alphonse de Via Merulana.

Samedi 4 octobre à 18 h, le Cardinal Andrew Yeom Soo-jung, Archevêque de Séoul (Corée), prendra possession du titre de St.Chrysogone.

Dimanche 5 octobre à 18 h, le Cardinal Leopoldo José Brenes Solórzano, Archevêque de Managua (Nicaragua), prendra possession du titre de St.Joachim aux Prati di Castello.

Audiences

Cité du Vatican, 26 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

M.Klaus Schwab (Allemagne), Président fondateur du Forum Economique Mondial.

M.Abdou Diouf (Sénégal), Secrétaire Général de la Francophonie.

Mgr.Joseph Chennoth, Nonce apostolique au Japon.

M.Diego Bossio, Directeur Général de la sécurité sociale (Argentine).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 26 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.José Antonio Fernández Hurtado, Archevêque métropolitain de Durango (superficie 82.017, population 1.385.000, catholiques 1.170.000, prêtres 178, diacres 8, religieux 275), au Mexique. Jusqu'ici Evêque de Tuxtepec (Mexique), il succède à Mgr.Héctor González Martínez, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 29 Sep - 14:22

Sommaire

- Visite de la Présidente maltaise
- Audience à l'Alliance biblique mondiale
- Favoriser l'équilibre inter-générationnel
- Prier pour le prochain Synode
- Bicentenaire du rétablissement de la Compagnie de Jésus
- Béatification d'Alvaro del Portillo
- Eucharistie, source d'espérance pour transformer le monde
- Promouvoir la famille, lieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l'amour.
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite de la Présidente maltaise

Cité du Vatican, 29 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin la Présidente maltaise Mme.Marie-Louise Coleiro Preca, qui s'est ensuite entretenue avec Mgr.Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les états: Les parties se sont d'abord félicitées de la qualité de leurs relations comme de l'importante contribution que l'Eglise catholique offre à la communauté nationale en matière éducative et sociale, et notamment aux plus défavorisés. Elles ont ensuite abordé certains aspects de la vie du pays, notamment la place des valeurs chrétiennes dans l'évolution de la société et le renforcement de l'institution familiale. Il a également été question du rôle de Malte au sein de l'Union Européenne et de la situation dans le bassin méditerranéen. Malte et le Saint-Siège appellent de leurs voeux la fin des conflits et leur solution au moyen du dialogue, comme ils espèrent le règlement du phénomène migratoire dirigé vers l'Europe, auquel travaillent à Malte l'Eglise comme l'Etat.

Audience à l'Alliance biblique mondiale

Cité du Vatican, 29 septembre 2014 (VIS). Le Pape a reçu l'Alliance biblique mondiale, venue lui présenter la Bible inter-confessionnelle en italien, approuvée par la Conférence épiscopale italienne et la Fédération des Eglises évangéliques d'Italie. Soulignant qu'il s'agit d'un travail à la fois précis et fraternel, il a recommandé à tous les chrétiens de langue italienne de méditer et vivre, témoigner et célébrer la Parole, dans l'Ancien Testament comme dans l'Evangile: L'Ecriture, et "la sublime science de Jésus-Christ" tout particulièrement, est "une nourriture pour l'âme et une source pure et pérenne qui alimente la vie spirituelle de tous. Il faut donc faire en sorte que chaque fidèle lise la Parole car ignorer l'Ecriture c'est ignorer le Christ, ainsi que l'a dit saint Jérôme". En conclusion, il a encouragé ses hôtes à poursuivre leur action au service de la diffusion en profondeur de la Parole.

Favoriser l'équilibre inter-générationnel

Cité du Vatican, 28 septembre 2014 (VIS). Ce matin s'est déroulée Place St.Pierre un rassemblement du troisième âge sous les auspices du Conseil pontifical pour la famille (La vie longue est une bénédiction). Une heure plus tard, le Saint-Père s'est joint à l'assemblée pour dialoguer avec ces personnes du troisième âge venues du monde entier. Et à 10 h 30' il a célébré la messe et prononcé l'homélie dont voici les passages saillants: La première lecture, a-t-il dit, "évoque le quatrième commandement: Honore ton père et ta mère, afin d?avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. Il n?y a pas d?avenir pour le peuple sans cette rencontre entre les générations, sans que les enfants reçoivent avec reconnaissance le témoignage de la vie des parents. Et dans cette reconnaissance envers qui a transmis la vie, il y a aussi la reconnaissance pour le Père céleste. Il y a parfois des jeunes qui, pour des raisons historiques et culturelles complexes, ont plus fortement besoin de se rendre autonomes de leurs parents... Mais, si la rencontre n?est pas ensuite rétablie, si un équilibre entre les générations, nouveau et fécond, n?est pas retrouvé il s?en suit un grave appauvrissement pour le peuple, et la liberté qui prédomine dans la société est une fausse liberté qui, presque toujours, se transforme en autoritarisme... Si Jésus n?a pas aboli la loi de la famille et du passage entre générations, il l?a portée à son accomplissement. Le Seigneur a formé une famille nouvelle, dans laquelle la relation avec lui et l?accomplissement de la volonté du Père prévalent sur les liens du sang. Mais l?amour pour Jésus et pour le Père mène à son accomplissement l?amour pour les parents, pour les frères, pour les grand-parents, il renouvelle les relations familiales avec la sève de l?Evangile". La jeune Marie a écouté la sagesse d?Elisabeth et de Zacharie qui, s'ils n?étaient pas experts en maternité et paternité, "étaient experts de la foi, experts de Dieu, experts de l'espérance qui vient de lui. C?est de cela dont le monde a besoin, de tout temps. Marie a su écouter ces parents âgés et pleins d?étonnements, elle a mis à profit leur sagesse, et celle-ci a été précieuse pour elle, sur son chemin de femme, d?épouse et de mère... Marie nous montre la voie de la rencontre entre les jeunes et les anciens. L?avenir d?un peuple a nécessairement besoin de cette rencontre. Les jeunes apportent la force nécessaire pour faire fonctionner la société, et les anciens la renforcent par la mémoire et la sagesse".

Prier pour le prochain Synode

Cité du Vatican, 28 septembre 2014 (VIS). A l'issue de la messe, le Pape a récité l'angélus. Après avoir de nouveau salué les personnes âges venues des diverses parties du monde pour cet événement, il s'est adressé aux participants au congrès organisé pour le trentième anniversaire du choeur diocésain de Rome. Il a ensuite rappelé que s'est déroulée hier à Madrid (Espagne) la béatification de Mgr.Alvaro del Portillo, qui "a offert un témoignage chrétien et sacerdotal exemplaire en mesure de susciter de nombreuses adhésions à Jésus et à l'Evangile". Rappelant pour conclure l'ouverture prochaine de l'assemblée synodale sur la famille, il a recommandé aux fidèles de prier pour cet événement ecclésial d'importance en le confiant à l'intercession de Marie, Salus Populi Romani.

Bicentenaire du rétablissement de la Compagnie de Jésus

Cité du Vatican, 27 septembre 2014 (VIS). Cet après-midi en l'église du Gesù, le Pape François a présidé la liturgie de remerciement à l'occasion du 200 anniversaire du rétablissement de la Compagnie de Jésus par Pie VII en 1814. Au cours de la liturgie composée des vêpres et du Te Deum, après l'Evangile et avant le renouvellement des promesses des jésuites présents, le Saint-Père a prononcé une homélie dont voici de larges extraits:

"La Compagnie portant le nom de Jésus a vécu des temps difficiles, de persécution. Au cours du généralat du P.Lorenzo Ricci, les ennemis de l'Eglise réussirent à obtenir la suppression de la Compagnie par mon prédécesseur Clément XIV. Aujourd'hui, en souvenir de son rétablissement, nous sommes appelés à faire un effort de mémoire, nous souvenant des bénéfices reçus et des dons particuliers... Aux époques de tribulation et de troubles apparaissent toujours des nuages de doutes et de souffrances, et il n'est pas facile d'aller de l'avant, de poursuivre son chemin. C'est surtout dans les moments difficiles et de crises que les tentations arrivent: se contenter de débats d'idées, se laisser transporter par la désolation, s'arrêter sur notre sort de persécutés et ne rien voir d'autre... Le P.Ricci qui écrivait aux jésuites d'alors...à une époque de confusion et de trouble a fait preuve de discernement. Il n'a pas perdu son temps dans des discussions d'idées et autres lamentations, mais il a pris en charge la vocation de la compagnie". La Compagnie "a pleinement vécu le conflit...en vivant l'humiliation avec le Christ humilié. Elle a obéi. Nul ne se sauve du conflit par la ruse et par des stratagèmes pour résister. Dans la confusion et face à l'humiliation, la Compagnie a préféré vivre le discernement de la volonté de Dieu, sans chercher à sortir du conflit de façon apparemment tranquille. Ce n'est jamais la tranquillité apparente qui assouvit nos c?urs mais la véritable paix qui est don de Dieu. On ne doit jamais chercher le compromis facile... Seul le discernement nous sauve du vrai déracinement, de la vraie suppression du c?ur qu'est l'égoïsme, la mondanité, la perte de nos repères, de notre espérance qui est Jésus, qui est seulement Jésus. Ainsi, le P.Ricci et la Compagnie en phase de suppression a privilégié l'histoire à une probable historiette grise, sachant que c'est l'amour qui juge l'histoire et que l'espérance, même dans l'obscurité, est la plus grande de nos attentes... C'est pourquoi, le P.Ricci profita de cette période de confusion et d'égarement pour parler des péchés des jésuites... Se regarder en face en se reconnaissant pécheurs évite de se mettre en condition de victimes devant un bourreau. Se reconnaître pécheurs, se reconnaître vraiment pécheurs, signifie se mettre dans l'attitude juste pour recevoir du réconfort".

"Nous pouvons parcourir brièvement ce chemin de discernement et de service que le père général indiqua à la Compagnie. Lorsqu'en 1759, les décrets de Pombal détruisirent les provinces portugaises de la Compagnie, le P.Ricci vécut le conflit sans se lamenter et se laisser aller à la désolation, mais en invitant à la prière pour demander l'esprit bon, l'esprit vrai surnaturel de la vocation, la parfaite docilité à la grâce de Dieu. Lorsqu'en 1761, la tempête arrivait sur la France, il demanda d'avoir toute confiance en Dieu... En 1760, après l'expulsion des jésuites espagnoles, il invitait encore à la prière. Et enfin, le 21 février 1773, six mois à peine avant la signature du Bref Dominus Ac Redemptor, face au manque total de soutiens humains, il vit la main de la miséricorde de Dieu qui invite ceux qu'il met à l'épreuve à ne pas s'en remettre à d'autres que Lui... Pour le père Ricci, l'important est que la Compagnie jusqu'à la fin soit fidèle à l'esprit de sa vocation qui est la plus grande gloire de Dieu et le salut des âmes... La Compagnie, même devant sa propre fin, est restée fidèle à l'objectif pour lequel elle a été fondée. C'est pourquoi le P.Ricci conclut par une exhortation à maintenir vivant l'esprit de charité, d'union, d'obéissance, de patience, de simplicité évangélique, d'amitié vraie avec Dieu. Tout le reste est mondanité... Rappelons nous de notre histoire. A la Compagnie a été donnée la grâce non seulement de croire dans le Seigneur, mais aussi de souffrir pour lui. Cela nous fait du bien de le rappeler. La barque de la Compagnie a été ballottée par les vagues et il n'y a pas de quoi se réjouir. La barque de Pierre aussi peut l'être aujourd'hui. La nuit et le pouvoir des ténèbres sont toujours proches. Ramer est fatiguant. Les jésuites devront être des rameurs experts et vaillants... Ramez, soyez forts, même avec un vent contraire! Ramons au service de l'Eglise. Ramons ensemble! Mais alors que nous ramons, tous, même le Pape rame dans la barque de Pierre, nous devons beaucoup prier... Même si nous sommes des hommes de peu de foi, le Seigneur nous sauvera". Restaurée par Pie VII, la Compagnie "était constituée d'hommes courageux et humbles dans leur témoignage d'espérance, d'amour et de créativité apostolique, celle de l'Esprit... C'est pourquoi il demanda l'autorisation aux jésuite qui existaient encore ici et là, grâce à un souverain luthérien et une souveraine orthodoxe, à rester unis en un seul corps... La Compagnie reprit son activité apostolique de prédication et d'enseignement, les ministères spirituels, la recherche scientifique et l'action sociale, les missions et le soin des pauvres, des personnes souffrantes et des marginaux. Aujourd'hui, la Compagnie affronte avec intelligence et activité le problème tragique des réfugiés et des migrants, et s'efforce avec discernement d'intégrer le service de la foi et la promotion de la justice conformément à l'Evangile. Je confirme aujourd'hui ce que Paul VI nous disait lors de notre 32 congrégation générale et que j'ai moi-même entendu: Partout dans l'Eglise, même dans les domaines les plus difficiles et à la pointe, aux croisées des idéologies, dans les tranchées sociales, vous avez dû et vous devez confronter les exigences brûlantes de l'homme et le message pérenne de l'Evangile, c'est là qu'ont été et que sont les jésuites. En 1814, au moment du rétablissement, les jésuites étaient un petit troupeau, une compagnie minime, qui se sentait toutefois investie, après l'épreuve de la croix, de la grande mission de porter la lumière de l'Evangile jusqu'aux confins de la terre. C'est donc ainsi que nous devons nous sentir aujourd'hui, en sortie, en mission. L'identité du jésuite est celle d'un homme qui adore Dieu seul et aime et sert ses frères, montrant par l'exemple non seulement ce en quoi il croit, mais aussi en quoi il espère et qui est celui en qui il a mis sa confiance".

Béatification d'Alvaro del Portillo

Cité du Vatican, 27 septembre 2014 (VIS). A l'occasion de la béatification d'Alvaro del Portillo (1914 - 1994), successeur de saint Josemaría à la tête de la Prélature de l'Opus Dei, le Pape a rédigé un message (26 juin), lu au cours de la messe présidée par le Cardinal Angelo Amato, SDB, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints. Reprenant les trois paroles favorites du nouveau bienheureux qui, a-t-il dit, traduisent sa vie intérieure, le Saint-Père a affirmé qu'Alvaro del Portillo "était bien conscient des nombreux dons que Dieu lui avait concédés. Et s'il remerciait Dieu pour cette manifestation d'amour paternel, il ne s'arrêta pas là. La reconnaissance de l'amour du Seigneur réveilla dans son coeur le désir de le suivre avec une plus grande dévotion et générosité, et à vivre une vie d'humble service aux autres. Son amour pour l'Eglise, épouse du Christ, était particulièrement remarquable, et il la servit avec un coeur dépouillé d'intérêt mondain, loin de la discorde, accueillant pour tous et cherchant toujours le bon chez les autres, ce qui unit, ce qui construit. Il confessait qu'il se retrouvait souvent devant Dieu les mains vides, incapable de répondre à tant de générosité. Mais la confession de la pauvreté humaine n'est pas le fruit du désespoir... C'est s'ouvrir à sa miséricorde, à son amour... qui n'humilie pas, ni ne jette dans l'abîme de la faute, mais qui...nous fait sortir de notre prostration et nous fait marcher plus décidés et joyeux. Le Serviteur de Dieu Alvaro connaissait bien notre besoin de miséricorde divine et il dépensa beaucoup d'énergie pour encourager les personnes avec lesquelles il entrait en contact, à s'approcher du sacrement de la confession, sacrement de la joie. Aide-moi davantage, demandait-il auissi. Le Seigneur ne nous abandonne jamais... Sa grâce ne nous fait jamais défaut, et avec son aide, nous pouvons apporter son nom au monde entier. Dans le c?ur du nouveau bienheureux battait le désir de porter la Bonne nouvelle à tous les c?urs. Il parcourut ainsi de nombreux pays, donnant naissance à des projets d'évangélisation, sans crainte des difficultés, mû par son amour de Dieu et de ses frères... La première condition pour leur annoncer le Christ est de les aimer, parce que le Christ les aimait déjà avant. Il faut sortir de nos égoïsmes et de notre confort et aller à la rencontre de nos frères. C'est là que le Seigneur nous attend. Nous ne pouvons pas garder la foi pour nous-mêmes, c'est un don que nous avons reçu pour le donner et le partager avec les autres. Le bienheureux Alvaro del Portillo nous envoie un message très clair. Il nous dit de nous en remettre au Seigneur, qu'il est notre frère, notre ami, qui jamais ne nous abandonne et qui est toujours à notre côté. Il nous encourage à ne pas avoir peur d'aller à contre-courant et de souffrir pour annoncer l'Evangile. Il nous enseigne enfin que dans la simplicité et le quotidien de notre vie nous pouvons trouver un chemin sûr de sainteté".


Eucharistie, source d'espérance pour transformer le monde

Cité du Vatican, 29 septembre 2014 (VIS). "L'eucharistie occupe une place centrale dans l'Eglise parce que c'est ce qui la construit. Comme l'affirme le Concile Vatican II...elle est sacrement de piété, signe d'unité et lien de charité", a dit ce matin le Pape François aux participants à l'assemblée plénière du Comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux. "Le sujet retenu pour le prochain congrès: Christ en vous, espérance de la gloire,...met en lumière le lien entre l'Eucharistie, la mission et l'espérance chrétienne. Aujourd'hui, il y a une carence d'espérance dans le monde et c'est pourquoi l'humanité a besoin d'écouter le message de notre espérance en Jésus-Christ. L'Eglise proclame ce message avec une ardeur toujours renouvelée, en utilisant de nouvelles méthodes et de nouvelles expressions. Avec l'esprit de la nouvelle évangélisation, l'Eglise porte ce message à tous et, en particulier, à ceux qui bien que baptisés, se sont éloignés d'elle et vivent sans aucune référence à la vie chrétienne... La rencontre avec Jésus dans l'Eucharistie sera source d'espérance pour le monde si, transformés par la puissance de l'Esprit à l'image de celui que nous rencontrons, nous accueillons la mission de transformer le monde. Pour ce il nous faut offrir la plénitude de vie que nous avons reçue et expérimentée, en apportant l'espérance, le pardon, la guérison et l'amour à ceux qui en ont besoin, en particulier les pauvres, les déshérités et les opprimés, en partageant leur vie et leurs aspirations et en marchant avec eux à la recherche d'une authentique vie humaine en Jésus-Christ". Le Saint-Père a conclu en invoquant la protection de la Vierge Marie pour le LI congrès eucharistique international qui se dñeroulera à Cebu (Phillipines) en janvier 2016.

Promouvoir la famille, lieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l'amour.

Cité du Vatican, 29 septembre 2014 (VIS). Une note du Conseil pontifical pour les communications sociales expose le thème choisi pour la Journée mondiale des communications sociales 2015, qui se place "dans la continuité de celui de l'an dernier tout en prenant en compte le thème central des deux assemblées synodales sur la famille: Si l'information quotidienne raconte les difficultés de la famille, le contexte culturel n'aide pas à comprendre combien la famille est un bienfait. Les relations au sein de la communauté familiale se développent à l'enseigne de la gratuité et de la dignité personnelle. Et cette source unique de valeur se traduit en accueil, en rencontre et dialogue, en disponibilité généreuse et service désintéressé, en solidarité profonde. Comment dire aujourd'hui, à une humanité, blessée et déçue, que l'amour entre un homme et une femme est une très bonne chose? Comment faire comprendre aux enfants qu?ils sont le don le plus précieux? Comment réchauffer le c?ur d'une société éprouvée par tant de déceptions d'amour et l'encourager à repartir? Comment dire que la famille est l'espace premier où s?éprouve la beauté de la vie, la joie de l'amour, la gratuité du don, la consolation du pardon offert et reçu, et où l?on commence à rencontrer l?autre? L'église doit à nouveau expliquer comment la famille est un grand cadeau, bon et beau. Elle doit trouver le moyen de dire que la gratuité de l'amour entre les époux unit tous les hommes à Dieu et que c'est un devoir exaltant. Pourquoi? Parce que cela conduit à regarder la vraie réalité de l'homme et ouvre les portes à l'avenir, à la vie".

Audiences

Cité du Vatican, 29 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

M.Marcelo Julio Martín (Argentine).

M.Stephan Weil, Ministre Président de Basse Saxe (Allemagne).

Samedi dernier, 27 septembre, il avait reçu:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

Mgr.Christophe Pierre, Nonce apostolique au Mexique.

Mgr.Giuseppe Pinto, Nonce apostolique aux Philippines.

Mgr.Francisco Montecillo Padilla, Nonce apostolique en Tanzanie.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 27 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé l'Abbé Salvatore Angerami, Auxiliaire de l'Archevêque de Naples (Italie). L'Evêque élu, né en 1956 à Naples (Italie) et ordonné prêtre en 1997, était jusqu'ici Recteur du séminaire diocésain. Il a été curé de paroisse et doyen de secteur, confesseur et père spirituel de séminaire, Délégué épiscopal aux affaires immobilières, Membre du Conseil diocésain des affaires économiques, Membre de la Commission d'art sacré.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 30 Sep - 18:38

Sommaire

- Elaborer des réponses communes au sein des Nations-Unies
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Elaborer des réponses communes au sein des Nations-Unies

Cité du Vatican, 30 septembre 2014 (VIS). Le Cardinal Secrétaire d'Etat est intervenu hier devant la 69 assemblée générale des Nations-Unies, qui débat notamment de la réforme de l'institution qui sera engagée l'an prochain. Il a d'emblée salué l'action de l'ONU en faveur de la paix mondiale et de la dignité humaine, de la protection des droits et des personnes les plus vulnérables, du développement socio-économique de l'humanité.

Reprenant les paroles du Saint-Père relatives au danger d'une indifférence générale, politique mais aussi socio-économique, le Cardinal Pietro Parolin a rappelé qu'une partie importante du monde est exclue des bienfaits du progrès, et que beaucoup d'êtres humains sont ainsi relégués au rang de citoyens de seconde catégorie:

"Dans certains cas, cette apathie est synonyme d'irresponsabilité".

C'est le cas d'une union inter-étatique "créée dans le but de préserver les nouvelles générations de la guerre et de ses horreurs, qui demeure passive devant les souffrances de populations sans défense".

Répétant l'appel que le Pape a lancé en août à la communauté internationale à propos de la tragédie humanitaire du nord Irak, le Cardinal a évoqué la situation irakienne et syrienne, qui "présentent un phénomène nouveau puisqu'une organisation terroriste menaçant l'ensemble des états entend dissoudre ces pays au profit d'un pouvoir mondial soi-disant religieux". Dans les zones qu'ils contrôlent, "ces gens prétendent soumettre les consciences, persécutant et tuant au nom de Dieu. Ces violences, qui frappent des groupes ethniques, des populations et des cultures anciennes, découlent d'un mépris de Dieu et d'une fausse interprétation religieuse... Dans un monde de la communication globale ce phénomène trouve des adeptes un peu partout, généralement des jeunes révoltés contre l'indifférence et le défait de valeurs des sociétés les plus développées. Cet enjeu doit engager la communauté internationale à élaborer des réponses communes sur la base de critères juridiques clairs et d'une volonté commune de collaborer". C'est pourquoi le Saint-Siège "considère nécessaire d'être attentifs aux origines culturelles et politiques des phénomènes, dans la perspective de stratégies nouvelles capables" d'aborder efficacement les problèmes du monde. "Il convient également de revoir l'efficacité du droit international actuel et d'envisager un accroissement des mécanismes onusiens pour éviter les conflits, arrêter les agresseurs, protéger les populations impliquées et assister les victimes. Le contexte mondial exige une meilleure compréhension du droit et du devoir de protection". Une des caractéristiques de l'actuel terrorisme est qu'il ne tient pas compte des états, ce qui a un effet global sur l'ordre international. Non seulement il dépasse et rejette les systèmes juridiques en place, mais il entend soumettre les consciences et contrôler les personnes... La nature d'un phénomène qui ne connaît pas de frontières prouve que le droit international est sa seule solution fiable au terrorisme".

"Pour sauver la paix les Nations-Unies doivent être modernisées. La gravité de la situation constitue donc pour ses membres une occasion pour dresser l'esprit de la Charte de l'ONU face aux terribles conflits qui désagrègent pays et états. Malheureusement, la communauté internationale pèche par des positions contradictoires mais aussi par des silences notamment devant les drames de la Syrie, du Moyen Orient ou de l'Ukraine. Il est de la plus grande importance de trouver une unité d'action qui évite le blocage des veto. La promotion d'une culture de la paix exige de redoubler d'efforts en faveur du dialogue de la coopération, du respect des cultures et des diversités. En dernier lieu, il compte d'avoir une solide volonté de mettre en oeuvre complètement les mécanismes actuels tous en les adaptant aux enjeux actuels. Ceci implique un effort multilatéral au service de la dignité de l'homme et du progrès de l'humanité". Abordant ensuite l'approbation du programme de réforme de l'ONU, le Cardinal Parolin a confirmé l'appui du Saint-Siège au dix-sept objectifs de développement soutenable proposés par le groupe de travail en charge du projet de résolution des causes structurelles de la pauvreté: "Malgré les efforts des Nations-Unies...le nombre de pauvres et de personnes exclues ne cesse de s'accroître, dans les pays riches également". D'où, "la responsabilité de les protéger des atteintes aux droits humains, des carences du droit humanitaire, des catastrophes naturelles". Cette protection doit s'étendre à d'autres types d'agressions, "comme celle d'un système financier gouverné par la spéculation et la recherche effrénée du profit, ou d'une culture du déchet qui offense la dignité humaine. Les Nations-Unies et ses membres ont l'urgent devoir de protéger ces populations à l'aune de la justice sociale et économique, qui constitue une des conditions de la paix mondiale".

Audiences

Cité du Vatican, 30 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Cardinal Raymundo Damasceno Assis, Archevêque d'Aparecida et Président de la Conférence épiscopale brésilienne, accompagné de Mgr.José Belisário da Silva, Archevêque de Sao Luís do Maranhao et Vice Président, ainsi que de Mgr.Leonardo Ulrich Steiner, Auxiliaire de Brasilia et Secrétaire Général.

Hier, il avait reçu:

Le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire Général du Synode des évêques.

Mgr.Carlos María Nannei, Opus Dei (Argentine).

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 30 septembre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.John Kenneth Arnold, Evêque de Salford (superficie 1.800, population 2.603.000, catholiques 267.938, prêtres 284, religieux 280), en Angleterre (GB). Jusqu'ici Auxiliaire de l'Archevêque de Wetminster (Angleterre GB), il succède à Mgr.Terence John Brain, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 1 Oct - 14:55

Sommaire

- Les charismes au sein de la communauté chrétienne
- Saluts particuliers
- Audiences
- Intentions de prière pour octobre

Les charismes au sein de la communauté chrétienne

Cité du Vatican, 1 octobre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre en présence de 35.000 personnes, le Pape François a abordé la question des

charismes qui font et fécondent l'Eglise: Dès ses origines, a-t-il dit, "le Seigneur a comblé l'Eglise des dons de son Esprit, la rendant toujours vive et féconde... Cependant, dans la perspective chrétienne, le charisme est bien plus qu'une qualité personnelle ou une prédisposition, mais une grâce venue du Père par l'action de l'Esprit... Sa gratuité et l'amour qu'il représente mettent chaque charisme au service de la communauté... C'est au sein de la communauté que les charismes se manifestent et fleurissent...et c'est dans la communauté qu'on apprend à reconnaître ces signes de l'amour de Dieu pour tous ses enfants. Donc, chacun de nous doit se demander quel est le charisme que le Seigneur a placé en moi...

Mes frères et soeurs l'ont-ils reconnu et encouragé? Comme me comporter vis à vis de ce don, comment le vivre et le mettre au service des autres, au risque de le négliger et de le perdre finalement, ou pire qu'il devienne un source de vantardise...et me pousse à prétendre que la communauté se conforme à mon voeu. Qu'il est beau de découvrir combien de charismes le Père a doté l'Eglise. Cette richesse ne doit cependant porter à la confusion et au malaise. Elle est faite pour faire grandir la communauté dans la foi et dans l'amour comme corps du Christ. Octroyant une diversité de charisme, l'Esprit bâtit l'unité de l'Eglise... Donc, malheur si ces dons deviennent une source d'envie, de division et de jalousie, comme avertissait Paul dans son épître aux corinthiens... Si chaque charisme est important aux yeux de Dieu, mais personne n'est indispensable. Cela montre que dans la communauté nous avons besoin l'un de l'autre et que tout don reçu s'épanouit lorsqu'il est partagé. Telle est l'Eglise qui, lorsqu'elle s'exprime en communion dans la variété de ses charismes ne peut se tromper. C'est la beauté de ce surnaturel Sensus Fidei...donné par l'Esprit qui permet à chacun d'entrer au coeur de l'Evangile et de suivre Jésus chaque jour de notre vie". Evoquant pour finir la fête de Ste.Thérèse de l'Enfant Jésus, morte à l'âge de vingt-quatre ans, le Pape François a rappelé qu'elle désirait posséder tous les charismes. Voulant devenir missionnaire, elle découvrit dans la prière que son charisme dans l'Eglise serait l'amour. Ce charisme, a-t-il conclu, "nous l'avons tous. Demandons donc à la Petite Thérèse d'avoir sa capacité d'aimer fortement l'Eglise...et d'accepter chaque charisme avec l'amour dont sont capables ses enfants. Aimons notre sainte Mère".

Saluts particuliers

Cité du Vatican, 1 octobre 2014 (VIS). Avant de se rendre Place St.Pierre, le Pape a salué Salle Paul VI le pèlerinage des Soeurs apostoliques de la charité, qui se consacrent aux handicapés, saluant le charisme qui les place au service des plus vulnérables. Rappelant que l'oeuvre de leur fondateur, le bienheureux Luigi Monza, avait été soutenu par le futur Paul VI alors Archevêque de Milan, il a recommandé aux religieuses d'être un exemple pour les familles et pour les responsables publics. Après sa catéchèse, le Saint-Père a invité les pèlerins allemands et polonais de méditer en octobre les mystères du Rosaire tout en accompagnant les travaux synodaux. S'adressant ensuite à l'association portugaise des entrepreneurs chrétiens, il a encouragé ses membres à continuer d'agir dans la société sous la conduite de l'Esprit. Et aux pèlerins croates de rester fidèles à leur baptême en suivant l'exemple des saints et des martyrs. Enfin, à l'attention des fidèles de la Prélature de l'Opus Dei venus rendre grâce pour la béatification d'Alvaro del Portillo. Puisse le nouveau bienheureux, a-t-il dit, intercéder et vous aider à "répondre généreusement à l'appel à la sainteté dans la vie de tous les jours, pour le service de l'Eglise et du monde".

Audiences

Cité du Vatican, 1 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin Mgr.Lévon Boghos Zékiyan, Administrateur Sede Plena du diocèse arménien catholique d'Istanbul (Turquie).

Hier après-midi, 30 septembre, il avait reçu l'Abbé Mariano Fassio (Opus Dei).

Intentions de prière pour octobre

Cité du Vatican, 1 octobre 2014 (VIS). L'intention de prière générale du Saint-Père pour octobre est: "Pour que le Seigneur accorde la paix aux régions du monde les plus atteintes par la guerre et la violence".

Son intention missionnaire est: "Pour que la Journée missionnaire mondiale réveille en chaque chrétien la passion et le zèle nécessaire pour porter au monde l'Evangile".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 2 Oct - 17:52

Sommaire

- Visite du Catholicos de l'Eglise assyrienne
- Visite des évêques du Tchad
- La croissance de l'inégalité et de la pauvreté menacent la démocratie
- Visite des survivants du naufrage de Lampedusa
- A propos de la réunion sur le proche et moyen Orient
- Audiences

Visite du Catholicos de l'Eglise assyrienne

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Ce matin, le Pape François a accueilli SS Mar Dinkha IV, Catholicos et Patriarche de l'Eglise assyrienne, auquel il a dit que cette rencontre se déroulait sous le signe d'une souffrance partagée face aux violences qui frappent l'Orient et en particulier les chrétiens comme d'autres minorités religieuses en Syrie et en Irak.

Face à ces persécutions peu importent rites et confessions car c'est toujours le Christ qui est blessé et humilié:

"Aucune raison religieuses, politiques ou économiques ne sauraient justifier ce que subissent des centaines de milliers de personnes démunies, dont nombre d'enfants. Nous sommes donc unis dans la prière et dans la solidarité envers ces portions souffrantes du corps du Christ. Votre visite constitue aussi une avancée dans le processus de rapprochement et de communion entre nos Eglises, après les amères incompréhensions du passé. Il y a déjà vingt ans, la déclaration christologique que vous avez signée avec mon prédécesseur Jean-Paul II a ouvert notre cheminement commun vers la pleine communion. Nous avons dès alors reconnu confesser la foi des apôtres, la divinité et l'humanité du Seigneur unies sans confusion ni mutation ou division... Je soutiens de mes prières le travail de la commission mixte de dialogue entre nos Eglises afin qu'il rapporche le jour où nous pourrons nous présenter ensemble devant le Seigneur... Ce qui nous unit dépasse d'ores et déjà ce qui nous divise. Ceci nous encourage sous les auspices de l'Esprit à échanger les trésors de nos traditions ecclésiales, à vivre en frères et à partager fraternellement les dons que le Christ ne cesse de faire à nos Eglises comme marques de sa miséricorde".

Visite des évêques du Tchad

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Le Pape a reçu ce matin les membres de la Conférence épiscopale tchadienne en conclusion de leur visite Ad Limina, auxquels il a remis un discours, dans lequel il a félicité ses hôtes pour leur action évangélisatrice: Vos communautés sont en croissance, non seulement au plan numérique, mais aussi par la qualité et la vigueur de leur engagement. Je me réjouis, en effet, du travail réalisé dans les domaines de l'éducation, de la santé et du développement. D'ailleurs, les autorités civiles sont très reconnaissantes à l'Eglise Catholique pour ce qu'elle apporte à l'ensemble de la société tchadienne. Je vous encourage donc à persévérer dans cette voie car il y a un lien étroit entre évangélisation et promotion humaine, lien qui doit s'exprimer et se développer dans toute l'action évangélisatrice. Le service des pauvres et des plus faibles est un véritable témoignage rendu au Christ qui s'est fait pauvre pour s'approcher de nous et nous sauver. Les congrégations religieuses, ainsi que les laïcs qui travaillent avec elles, ont un rôle considérable dans ce domaine, qu'elles en soient vivement remerciées. Cependant, cet engagement social ne saurait être à lui seul toute l'action évangélisatrice. Un approfondissement et un enracinement de la foi doivent se traduire par une solide vie spirituelle et sacramentelle" en accord "avec les exigences de l'Evangile et portant à une véritable sainteté. Cela est particulièrement vrai dans un pays où le poids de certaines traditions culturelles est très fort, où les propositions religieuses plus faciles au plan moral apparaissent de toutes parts, et où la sécularisation commence à se faire sentir. Il convient donc que les fidèles soient solidement formés doctrinalement et spirituellement. Et le premier lieu de cette formation est certainement la catéchèse. Je vous invite...donc à mettre à jour les méthodes catéchistiques utilisées dans vos diocèses. D'une part, ce qui est bon dans vos traditions culturelles doit y être pris en compte et valorisé car le Christ n'est pas venu détruire les cultures mais les porter à leur accomplissement alors que ce qui n'est pas chrétien doit être le plus clairement dénoncé. En même temps, il est indispensable de veiller à l'exactitude et à l'exhaustivité du contenu doctrinal de ces parcours".

Après avoir souligné le besoin d'une catéchèse de qualité qui nécessite une formation des catéchistes, le Pape écrit: "Ceci vaut aussi pour les familles, cellules vitales de la société et de l'Eglise, qui se trouve aujourd'hui très fragilisée. Les comportements à l'intérieur de l'Eglise doivent donc être un modèle pour l'ensemble de la société.

Malgré sa vitalité et son développement, a ajouté le Pape, l'Eglise du Tchad "est très minoritaire au milieu d'un peuple dont la majorité est musulmane et qui est encore en partie attaché à ses cultes traditionnels. Je vous encourage à faire en sorte que l'Église, qui est respectée et écoutée, garde toute la place qui lui revient dans la société tchadienne dont elle est devenu un élément structurant, même là où elle est minoritaire. Dans un tel contexte je ne peux que vous encourager à développer le dialogue inter-religieux... De telles initiatives sont à poursuivre afin de décourager le développement de la violence dont les chrétiens sont les victimes dans des pays voisins du vôtre. Par ailleurs il est très important de maintenir les bonnes relations qui se sont nouées avec les autorités civiles, et qui ont permis la récente signature d?un Accord-cadre entre le Saint-Siège et le Tchad qui, une fois ratifié, aidera beaucoup la mission de l'Eglise".



La croissance de l'inégalité et de la pauvreté menacent la démocratie

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Ce midi, le Saint-Père a reçu l'assemblée plénière annuelle du Conseil pontifical Iustitia et Pax, qui célèbre le cinquième anniversaire de l'encyclique de Benoît XVI Caritas in Veritate, ''un document clef pour l'évangélisation de la société car il fournit de précieuses indications sur la présence des catholiques dans la société, les institutions, l'économie, la finance et la politique. Il attire également l'attention sur les avantages comme sur les dangers d'une mondialisation" qui, si elle "a fortement augmenté la richesse...de certains pays...a accru les fossés entre groupes sociaux, créé de nouvelles inégalités et augmenté la pauvreté dans des pays considérés comme riches". Réfléchissant à certains aspects du système économique, le Pape a souligné "l'exploitation des déséquilibres internationaux en matière de coûts salariaux, qui affecte des millions de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour. Ainsi respecte-t-on pas la dignité de ceux qui fournissent du travail bon marché, détruit-on des emplois dans les pays où il est pourtant le mieux protégée... Il convient donc de créer des mécanismes de protection des droits des travailleurs et de l'environnement, contre une idéologie consumériste, qui ne se sent pas responsable... En outre, la croissance des inégalités et la pauvreté menacent la démocratie inclusive et participative, qui a besoin d'une économie de marché tendue vers le bien. Pour surmonter les causes structurelles de l'inégalité et de la pauvreté", ceci est nécessaire. Le Saint-Père a ensuite rappelé que, dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium il a identifié trois outils pour l'inclusion sociale des personnes les plus fragiles, l'éducation, l'accès à la santé, le travail pour tous. "Les droits sociaux ne doivent pas être démontés, à commencer par le droit au travail. Ne pouvant constituer une variante des marchés financiers, il s'agit d'un droit fondamental touchant à la dignité, de la famille, à la réalisation du bien commun et de la paix. L'éducation et l'emploi, l'accès au bien-être pour tous sont des éléments clef pour le développement et la distribution équitable des biens, pour la justice sociale, le libre exercice responsable à la vie politique... Les idées qui visent à améliorer la rentabilité au détriment de l'emploi crée de nouveaux exclus, sont incompatibles avec une économie au service de l'humanité...et d'une démocratie développée".

Un autre problème réside dans le "déséquilibre persistant entre les secteurs économiques, y compris la rémunération, entre les banques commerciales et les banques de la spéculation, entre les institutions et les défis mondiaux". Il y a nécessité de maintenir le respect de la justice sociale. "Des réformes profondes sont nécessaires qui prévoient la redistribution de la richesse et des marchés libres universels au service des familles. Elles induisent une nouvelle redistribution de la souveraineté nationale comme supranationale. Retournant à Caritas in Veritate, le Saint-Père a rappelé que le document a mis en évidence le lien entre l'écologie et l'environnement, mais aussi l'actualité d'une écologie humaine. "L'amour de la vérité est la base sur laquelle construire la paix tant désirée et si nécessaire" pour le monde. Il faut surmonter le fanatisme dangereux, la guerre pour la possession des ressources naturelles, une migration de proportions bibliques, les fléaux persistants de la faim et de la pauvreté, le trafic des êtres humains, l'injustice et les inégalités, sociales comme économiques, mais aussi le déséquilibre caractérisant l'accès aux biens collectifs... Pour sa part, l'Eglise est toujours à la recherche de nouvelles façons de prêcher l'Evangile dans le domaine social".

Visite des survivants du naufrage de Lampedusa

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu hier après-midi une délégation de vingt survivants érythréens au naufrage qui, il y a un an au large de Lampedusa (Italie) a causé la mort de 368 migrants. Accompagnées de quelques familiers, ces personnes, qui ont trouvé asile en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Suède et en Norvège, seront présentes demain à Lampedusa pour la commémoration du drame. Une proposition de loi parlementaire est déposée pour faire du 3 octobre en Italie la Journée du souvenir des morts en mer. La délégation, qui a été mise sur pied par M.Tareke Brhane, un érythréen de Rome qui assiste ses compatriotes, était accompagnée de Mgr.Konrad Krajewski, Aumônier papal, et du P.Giovanni Lamanna, ancien directeur du centre jésuite Astalli d'assistance aux réfugiés en Italie. Tout d'abord, le remerciant pour son attention, certains survivants ont exposé au Pape leurs problèmes, sollicitant notamment son aide pour qu'on mène à bien l'identification des corps récupérés. Très ému, le Saint-Père a dit avoir entendu des choses pour lesquelles il n'existe pas de mots. Expliquant que ces souffrances doivent être saluées en silence, et que pleurer est déjà une façon d'exprimer sa solidarité. Puis il a dit que, parfois dans la vie, lorsqu'on se croit prêt de la solution, le plus dur est en fait à venir. On trouve alors des portes closes et on ne sait plus où aller. Certes, il y a tant de personnes généreuses. Dans ces situations, la porte du coeur est la plus importante. Alors je demande aux européens d'ouvrir leurs portes. Quant à moi, je suis à vos côtés, je prie pour vous, pour que les portes closes s'ouvrent". Ses hôtes ont offert au Pape, qui les a salués un à un, une sculpture en fer forgé et une bouteille à la mer.

A propos de la réunion sur le proche et moyen Orient

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Face à la grave situation de cette région du monde, le Saint-Père a désiré convoquer (2 au 4 octobre) les Nonces apostoliques en poste au proche et moyen Orient. Sous sa présidence y prennent part les dirigeants de la Curie Romaine ainsi que les Observateurs permanents près l'ONU et le Nonce près l'UE. L'initiative entend d'abord exprimer l'attention du Pape à cette problématique régionale. Ainsi a-t-il ouvert les travaux en remerciant l'assemblée de bien vouloir réfléchir et prier ensemble pour envisager des actions qui répondent à la gravité de la situation des chrétiens mais aussi des autres minorités ethniques et religieuses qui souffrent de violences. Il a exprimé sa préoccupation face à la guerre et au terrorisme, pour lesquels la vie humaine n'a aucune valeur. Rappelant que le trafic d'armes est l'une des composantes de la question, et que le drame humanitaire en cours contraint nombre de personnes à fuir leur pays, il a réaffirmé l'importance de la prière. Le Saint-Père a également dit attendre des initiatives variables en mesure d'impliquer la communauté internationale, capables de manifester la solidarité de toute l'Eglise à l'attention des chrétiens..., capables de répondre aux besoin des très nombreuses personnes en grande difficulté. Le Secrétaire d'Etat a pris la parole, ainsi que le Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, qui a présenté un rapport complet sur la situation des chrétiens. Les Nonces à Damas et à Bagdad ont détaillé la situation de terrain, tandis que le Président du Conseil Cor Unum présentait l'action de l'Eglise en matière humanitaire. Cet après-midi est prévu un rapport du Président du Conseil pour le dialogue inter-religieux sur les perspectives du dialogue avec l'islam et les défis qui se présentent aux chrétiens de la région. Enfin, l'Envoyé spécial du Pape le Cardinal Filoni fera le point sur sa mission. Le Directeur de la Salle de Presse a précisé que la session matinal s'est conclue par les vêpres.

Audiences

Cité du Vatican, 2 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a présidé ce matin une réunion des Nonces apostoliques du proche et moyen Orient et des supérieurs de la Curie Romaine.

Puis il a reçu:

Le Cardinal Juan Luis Cipriani Thorne, Archevêque de Lima (Pérou).

Mgr.Pedro Ricardo Barreto Jimeno, SJ, Archevêque de Huancayo (Pérou).

Sept prélats de la Conférence épiscopale tchadienne, en viste Ad Limina:

Mgr.Rosario Pio Ramolo, OFM.Cap, Evêque de Goré.

Mgr.Miguel Angel Sebastían Martínez, MCCI, Evêque de Lai et Administrateur apostolique de Doba.

Mgr.Joachim Kouraleyo Tarounga, Evêque de Moundou.

Mgr.Jean-Claude Bouchard, OMI, Evêque de Pala.

Mgr.Goetbe Edmond Djitangar, Evêque de Sarh.

Mgr.Henri Coudray, SJ, Vicaire apostolique de Mongo.

L'Abbé Alphonse Karamba, Administrateur apostolique de N'Djaména.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 6 Oct - 14:56

Sommaire

- Parler sans crainte, écouter avec humilité et accueillir avec un c?ur ouvert

- Résumé de la Relatio ante Disceptationem
- Seconder le projet de Dieu en suivant l'Esprit

- Chaque famille doit lire la Bible

- Veillée de prière pour l'assemblée synodale
- Le témoignage des athlètes handicapés

- On ne peut assister passivement aux persécutions

- En bref
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Parler sans crainte, écouter avec humilité et accueillir avec un c?ur ouvert

Cité du Vatican, 6 octobre 2014 (VIS). Ce matin, en présence du Saint-Père, s'est tenue la première Congrégation générale du Synode des évêques, consacré aux défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation. Le Pape a salué les pères synodaux et tous les collaborateurs du Synode, les rapporteurs, les consultants, les traducteurs et toutes les personnes qui "ont travaillé avec dévouement, patience et compétence, pendant de longs mois, lisant, évaluant et élaborant les sujets, les textes et les travaux de cette Assemblée générale extraordinaire. "Je vous remercie également- a dit le Saint-Père- chers cardinaux, patriarches, évêques, prêtres, religieux et religieuses, laïcs et laïques, pour votre présence et votre participation qui enrichit les travaux et l'esprit de collégialité et de synodalité pour le bien de l'Eglise et des familles!... Vous apportez la voix des Eglises particulières, réunies au niveau d'Eglises locales à travers les Conférences épiscopales. L'Eglise universelle et les Eglises particulières sont d'institution divine; les Eglises locales ainsi entendues sont d'institution humaine. Cette voix, vous la porterez en synodalité. C'est une grande responsabilité: porter les réalités et les problématiques des Eglises, pour les aider à cheminer sur cette voie qu'est l'Evangile de la famille... Une condition générale de base est de parler clairement. Que personne ne dise: Cela je ne peux pas le dire, on penserait ceci ou cela de moi. Il faut tout dire de ce que l'on sent avec Parresia. Après le dernier consistoire (février 2014) où l'on a parlé de la famille, un cardinal m'a écrit en disant: dommage que certains cardinaux n'aient pas eu le courage de dire certaines choses par respect pour le Pape, pensant peut-être que le Pape pensait diversement. Cela ne va pas, ce n'est pas la synodalité, parce qu'il faut dire tout ce que dans le Seigneur on se sent le devoir de dire, sans respect humain, sans crainte. En même temps, on doit écouter avec humilité et accueillir avec un c?ur ouvert ceux que disent nos frères. C'est par ces deux attitudes que l'on exerce la synodalité. C'est pourquoi, je vous demande, s'il vous plaît, d'avoir ces attitudes de frères dans le Seigneur, de parler avec parresia et d'écouter avec humilité. Faites-le en toute tranquillité et paix, parce que le Synode se déroule toujours cum Petro et sub Petro, et la présence du Pape est garantie pour tous et garde de la foi. Chers frères, collaborons tous pour que s'affirme avec clarté la dynamique de la synodalité".

Après le bref discours du Saint-Père et le discours du président de séance, le Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris (France), le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire général du Synode, a pris la parole pour décrire les différentes étapes de préparation de cette assemblée extraordinaire, le nombre de participants, les nouveautés et le travail du Secrétariat du Synode, depuis la dernière Assemblée générale ordinaire d'octobre 2012, sous le pontificat de Benoît XVI, et a conclu avec le souhait que l'assemblée actuelle soit "un lieu privilégié de collégialité synodale qui annonce l'Evangile en cheminant et qui soit imprégnée d'une nouvelle ouverture à l'Esprit, d'une méthode et d'un style de vie et de témoignage, qui garantisse l'unité dans la diversité, l'apostolicité dans la catholicité". Le Cardinal Peter Erdö, Archevêque de Esztergom-Budapest (Hongrie) et Rapporteur général du Synode, a ensuite pris la parole pour lire la Relatio ante Disceptationem dont suit un résumé dans l'article suivant.

Résumé de la Relatio ante Disceptationem

Cité du Vatican, 6 octobre 2014 (VIS). Le rapport préliminaire aux débats synodaux a été lu ce matin par le Cardinal Peter Erdö. Rapporteur général de l'assemblée, il a évoqué les points principaux sur lesquels la discussion devra se développer. Il a d'abord souligné l'élément nouveau, le fait que le rapport inclut déjà les interventions écrites des pères synodaux, préalablement envoyées au Secrétariat général du Synode. Dans le but de mieux répondre au sens collégial de ces assises, le Rapport du Cardinal Erdö invite à envisager la famille avec espérance et miséricorde, en annonçant sa valeur et sa beauté car malgré les nombreuses difficultés, celle-ci n'est pas un modèle dépassée. Nous vivons dans un monde fait de seules émotions -a dit le Cardinal- dans lequel la vie n'est pas un projet mais une série de moments, et l'engagement stable semble redouté pour l'homme fragilisé par l'individualisme. Mais c'est justement ici, face à ces signes des temps, que l'Evangile de la famille se présente comme un remède, un véritable médicament, proposé en se plaçant du point de vue de ceux qui ont plus de difficultés à la reconnaître et à la vivre. Donc, non au catastrophisme ou à l'abdication à l'intérieur de l'Eglise car il existe un patrimoine de foi large et partagé. Par exemple, des formes idéologiques comme la théorie du gender ou la mise à égalité des unions homosexuelles et du mariage entre homme et femme, n'ont pas l'approbation de la grande majorité des catholiques, alors que le mariage et la famille sont encore largement entendus comme un patrimoine de l'humanité, à conserver, promouvoir et défendre. Certes, entre les fidèles, la doctrine est souvent peu connue ou peu pratiquée, mais cela ne signifie pas qu'elle soit mise en discussion. Cela vaut en particulier pour l'indissolubilité du mariage et sa sacramentalité entre baptisés. La doctrine de l'indissolubilité du mariage en tant que telle n'est pas remise en question, celle-ci reste au contraire incontestée et dans la majeure partie observée aussi dans la praxis pastorale de l'Eglise, avec les personnes qui ont échoué dans leur mariage et qui cherche un nouveau départ. Ainsi, ce ne sont pas les questions doctrinales, mais les questions pratiques, inséparables d'autre part de la vérité de la foi, qui sont en discussion dans ce Synode, de nature exclusivement pastorales. D'où la nécessité d'une plus grande formation, surtout pour les fiancés, afin qu'ils soient clairement conscients tant de la dignité sacramentelle du mariage basé sur l'unicité, la fidélité et la fécondité, qu'il s'agit d'une institution de la société. Egalement menacée par des facteurs désagrégeants comme le divorce, l'avortement, les violences, la pauvreté, les abus, le cauchemar de la précarité, le déséquilibre causé par les migrations, la famille reste toujours une école d'humanité. La famille est presque la dernière réalité humaine accueillante dans un monde déterminé presque exclusivement par la finance et la technologie. Une nouvelle culture de la famille peut être le point de départ d'une civilisation humaine renouvelée. C'est pourquoi soutient concrètement la famille, même si une telle aide ne peut faire abstraction d'un engagement effectif des états dans la protection et la promotion du bien commun, à travers des politiques adéquates".

En tenant compte, ensuite, de ceux qui vivent dans des situations matrimoniales difficiles, le Cardinal Erdö souligne que "l'Eglise est une maison paternelle où une action de pastorale familiale renouvelée et adéquate est nécessaire à leur égard, surtout pour qu'ils sentent qu'ils sont aimés de Dieu et de la communauté ecclésiale, dans une optique de miséricorde qui n'efface pas, cependant, la vérité et la justice. La miséricorde n'enlève donc pas non plus les engagements qui naissent des exigences du lien matrimonial. Ceux-ci continuent de subsister même lorsque l'amour humain s'est affaibli ou a cessé. Cela signifie que dans le cas d'un mariage sacramentel (consommé), après un divorce, alors que le premier conjoint est encore en vie, un deuxième mariage reconnu par l'Eglise n'est pas possible". En outre, vu la diversité des situations, divorces, mariages civils, cohabitation, le Cardinal Erdö souligne "la nécessité de lignes directrices claires, afin que les pasteurs des communautés locales puissent concrètement aider les couples en difficultés, en évitant les improvisations d'une pastorale-bricolage. Quant aux divorcés remariés civilement, il serait trompeur de se concentrer seulement sur la question de la réception des sacrement. Il convient, en revanche, de prêter attention à un contexte plus large de préparation au mariage et de soutien aux époux, non bureaucratique, mais pastoral, pour les aider à comprendre les raisons de l'échec de leur première union et de déterminer d'éventuels éléments de nullité. Il faut tenir compte de la différence entre ceux qui ont par leur faute rompu un mariage et ceux qui ont été abandonnés. La pastorale de l'Eglise devrait prendre soin d'eux de façon particulière. Les divorcés remariés civilement appartiennent à l'Eglise. Ils ont besoin et ont le droit d'être accompagnés par leurs pasteurs, mais pas seulement. Vu le peu de conscience que l'on a aujourd'hui du sacrement de mariage et la mentalité de divorce diffuse, déclarer non valides des mariages célébrés dans l'Eglise ne relève pas du hasard. D'où la suggestion, contenue dans le Rapport, de revoir l'obligation de la double sentence conforme pour la nullité du lien, afin d'éviter de tomber dans l'automatisme, l'impression de concéder le divorce ou dans des solutions injustes et scandaleuses. Dans ce contexte. il semble nécessaire d'étudier la praxis des quelques Eglises orthodoxes qui prévoient la possibilité de deuxièmes et troisièmes noces, à caractère pénitentiel".

Dans la dernière partie, le document du Cardinal Erdö revient sur l'Evangile de la vie: "L'existence va de la conception à la mort naturelle, et l'ouverture à la vie constitue une partie essentielle, une exigence intrinsèque de l'amour conjugal, alors qu'aujourd'hui, surtout en occident, qui choisit de ne pas avoir d'enfants ou qui en veut à tout prix, se voit écrasé par sa propre détermination. L'accueil de la vie, la prise de responsabilité en ce qui concerne la procréation et le soin de la vie, ne sont possibles que si la famille ne se conçoit pas comme un fragment isolé, mais se sent insérée dans un réseau de relations... Il devient de plus en plus important de ne pas laisser la famille, les familles seules, mais de les accompagner et de les soutenir dans leur chemin... Derrière les tragédies familiales, se cache souvent une solitude désespérée, un cri de souffrance que personne n'a su percevoir. Il est donc important de retrouver le sens d'une solidarité diffuse et concrète, de dépasser cette privatisation des affects qui vide de sens la famille et la confie au choix d'un seul. Il faut créer, au niveau institutionnel, des conditions qui facilitent l'accueil d'un enfant et l'assistance des personnes âgées, comme un bien social à protéger et favoriser. De son côté, l'Eglise doit consacrer un soin particulier à l'éducation de l'affectivité et de la sexualité, en expliquant leur valeur et en évitant les banalisations et superficialités". En conclusion, affirme le Cardinal, "le défi du Synode est de réussir à proposer de nouveau au monde, au-delà du cercle des catholiques pratiquants et au vu de la situation complexe de la société, la beauté du message chrétien sur le mariage et la famille, en donnant des réponses vraies et pleines de charité, parce que le monde a besoin du Christ".

Pour le texte complet:

http://press.vatican.va/content/salastampa/fr/bollettino/pubblico/2014/10/06/0712/03003.html

Seconder le projet de Dieu en suivant l'Esprit

Cité du Vatican, 5 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a présidé ce matin dans la Basilique vaticane la messe solennelle d'ouverture de l'assemblée synodale sur la famille. Voici son homélie: Dans la lecture d'Isaïe et de l?Evangile du jour on trouve l?image de la vigne du Seigneur. "La vigne du Seigneur est le projet qu?il cultive avec tout son amour, comme un paysan prend soin de son vignoble. La vigne est une plante qui demande beaucoup de soin! Le projet de Dieu c?est son peuple. Il l?a planté et le cultive avec un amour patient et fidèle, pour qu?il devienne un peuple saint, un peuple qui porte beaucoup de fruits de justice. Mais, aussi bien dans la prophétie ancienne que dans la parabole de Jésus, le rêve de Dieu est déçu. Isaïe dit que la vigne, aimée et si bien soignée, a produit de mauvais raisins. Alors que Dieu attendait le droit, voici le crime. Il attendait la justice, et voici les cris. Dans l?Evangile, au contraire, ce sont les paysans qui ruinent le projet du Seigneur: Ils ne font pas leur travail, mais ils pensent à leurs intérêts. Dans sa parabole, Jésus s?adresse aux chefs des prêtres et aux anciens du peuple, c?est à dire aux sages, à la classe dirigeante. Dieu leur a confié de façon particulière son peuple, pour qu?ils le cultivent, en prennent soin, le protègent des animaux sauvages. Voilà la tâche des chefs du peuple, cultiver la vigne avec liberté, créativité et ardeur". Mais la tentation de la cupidité est toujours présente. Nous la trouvons aussi, a dit le Pape, "dans la prophétie d?Ezéchiel sur les pasteurs, commentée par saint Augustin dans son célèbre discours" repris par la liturgie des heures. Pour assouvir leur cupidité d?argent et de pouvoir...les mauvais pasteurs chargent sur les épaules des gens des fardeaux insupportables qu?eux-mêmes ne déplacent pas même avec un doigt. Nous aussi, au Synode, nous sommes appelés à travailler pour la vigne du Seigneur. Les assemblées synodales ne servent pas à discuter d?idées belles et originales, ou à voir qui est le plus intelligent. Elles servent à cultiver et à mieux garder la vigne du Seigneur, pour coopérer à son projet d?amour sur son peuple".

"C'est pourquoi le Seigneur nous demande de prendre soin de la famille, qui depuis les origines est partie intégrante de son dessein d?amour pour l?humanité. Nous sommes tous pécheurs et à nous aussi, peut arriver la tentation de nous emparer de la vigne, à cause de la cupidité qui ne nous manque jamais à nous, êtres humains. Le rêve de Dieu se heurte toujours à l?hypocrisie de quelques-uns de ses serviteurs. Nous pouvons décevoir le rêve de Dieu si nous ne nous laissons pas guider par l?Esprit. Puisse-t-il nous donner la sagesse qui va au-delà de la science, pour travailler généreusement avec vraie liberté et humble créativité. Pour cultiver et bien garder la vigne, il faut que nos c?urs et nos esprits soient gardés en Jésus-Christ dans la paix qui surpasse tout ce qu?on peut concevoir. Ainsi nos pensées et nos projets seront conformes au rêve de Dieu, qui est de former un peuple saint qui lui appartienne et qui produise les fruits du Royaume".

Chaque famille doit lire la Bible

Cité du Vatican, 6 octobre 2014 (VIS). A l'issue de la messe, le Pape a récité l'angélus avec les fidèles rassemblés Place St.Pierre. Il a tout particulièrement remercié les frères pauliniens qui ont distribué la Bible éditée pour marquer le centenaire de leur ordre: En ce début de Synode sur la famille, remercions les. Mais attention, ce n'est pas une Bible de plus! "La Bible n'est pas faite pour être posée sur un rayon de bibliothèque. Il faut l'avoir en permanence à portée de main, la lire souvent, chaque jour, le soir, le dimanche, seul ou ensemble, parents, et enfants. Ainsi la famille grandit-elle dans la lumière et la force de la Parole". Puis le Saint-Père a invité l'assemblée à soutenir les travaux synodaux par la prière, en invoquant l'intercession maternelle de Marie, rappelant que c'est à Pompei la traditionnelle supplique à la Vierge du Rosaire. Puisse-t-elle accorder la paix aux familles et au monde!".

Veillée de prière pour l'assemblée synodale

Cité du Vatican, 4 octobre 2014 (VIS). A 18 h a débuté Place St.Pierre la veillée de prière pour la III Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, organisée par la Conférence épiscopale italienne en présence du Pape et des pères synodaux. Après des moments de prière et de réflexion, entrecoupés de témoignages de la vie familiale, le Saint-Père a pris la parole en indiquant d'abord que c'est l'heure à laquelle habituellement on rentre à la maison pour se retrouver en famille. "C'est aussi l'heure à laquelle certains se retrouvent seuls face à l'échec de leurs projets. Nombreux sont ceux qui passent leur journée en traînant leur résignation, leur état d'abandon et parfois leur rancoeur. Dans tant de foyer, la joie de vivre s'en est allée. Prions ce soir tout particulièrement pour ces personnes... Jusque dans la culture individualiste, qui dénature ou rend lâches les liens affectifs, existe le besoin essentiel de la stabilité... La communion de vie des époux, leur ouverture à la vie et à la solidarité, au dialogue inter-générations, au devoir d'éducation et de transmission de la foi, font que la famille continue d'être une école inégalée d'humanité, indispensable pour une société plus juste et plus solide. Et plus ses racines sont profondes, plus il est possible d'aller de l'avant dans la vie sans se perdre ni se sentir dépaysé. C'est cet horizon de la famille qui aide à percevoir toute l'importance de l'assemblée qui s'ouvre demain... Pour comprendre ce que le Seigneur demande à son Eglise, nous devons être attentifs aux signes de ce temps et percevoir l'état d'esprit des gens afin de les comprendre, de saisir leurs attentes comme leurs problèmes. C'est seulement ainsi que nous pourrons proposer de manière crédible la bonne nouvelle appliquée à la famille... Demandons avant tout à l'Esprit le don de l'écoute, de l'écoute de Dieu afin de ressentir avec lui le cri du peuple, l'écoute du peuple afin de respirer la volonté divine. Demandons aussi d'être prêts à débattre fraternellement et sincèrement afin de répondre en pasteurs aux enjeux qu'impose une société en changement... La troisième qualité que nous invoquons...est de ne jamais perdre de vue Jésus-Christ", c'est à dire d'assumer son mode de penser et d'agir. Ainsi n'aurons-nous pas de difficulté à dégager de nos travaux synodaux les parcours pastoraux utiles à la famille et à ses composantes... Avec la joie évangélique nous retrouverons une Eglise réconciliée et miséricordieuse, pauvre et amie des pauvres, une Eglise capable d'aborder sereinement les difficultés venant de l'intérieur comme de l'extérieur".

Le témoignage des athlètes handicapés

Cité du Vatican, 4 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a rencontré 7.000 athlètes handicapés du Comité paralympique italien, devant lesquels il a rappelé la place du sport dans les rapports entre personnes d'horizons différents. Source d'enrichissement réciproque, il permet de se reconnaître frères et soeurs en favorisant la culture de la rencontre contre celle du rejet: Ceci "rehausse votre expérience car la pratique sportive malgré le handicap physique transmet un message d'encouragement pour les personnes en difficulté, un encouragement à employer toutes ses forces pour réaliser de belles choses en dépassant les barrières qui nous entourent comme celles qui sont en nous. Votre témoignage d'athlètes est un grand signe d'espérance, la preuve que chacun possède des capacités qu'il n'imagine souvent pas... Le Père le sait, qui nous connaît mieux que tout autre, qui nous aime tel que nous sommes et nous pousse à grandir selon nos possibilités. Dans votre action en faveur d'un sport sans barrière ni exclusion, vous n'êtes jamais seuls car Dieu vous accompagne. Puisse donc le sport être pour tous un entraînement quotidien au respect de soi et des autres, une occasion de découvrir des personnes et des espaces nouveaux qui vous aident à vous sentir pleinement partie prenante à la société".

On ne peut assister passivement aux persécutions

Cité du Vatican, 6 octobre 2014 (VIS). Ce matin, le Secrétaire d'Etat a présidé une messe pour les participants à la réunion des Nonces apostoliques en poste au proche et moyen Orient. Voici les passages saillants de son homélie: Ce qui est en cours dans certains pays de cette région, a dit le Cardinal Parolin, nous accable. La paix est de plus en plus menacée et nous sommes inquiets du sort des communautés chrétiennes de Syrie et d'Irak persécutées par une entité méprisant le droit et usant le terrorisme pour étendre son pouvoir. Les chrétiens qui, depuis les temps apostoliques, vivent au proche et moyen Orient sont en grand danger, ouvertement persécutés, le plus souvent contraints à fuir leurs foyers et leurs pays... Les forces du mal sont en action lorsque des esprits malades se convainquent de ce que la violence et la terreur sont des méthodes pour imposer à autrui une volonté de puissance se cachant sous une vision religieuse. S'agissant d'une perversion du sens religieux, il faut répondre à ses dramatiques conséquences. Si l'Eglise ne peut rester silencieuse face aux persécutions dont ses fils souffrent, la communauté internationale ne peut rester neutre entre agresseurs et victimes. Seigneur, protège moi, tu es mon refuge, dit le paslmiste...qui sait que sa vie est dans les mains de Dieu. Le Seigneur est sa force et sa sécurité, celui qui accorde la paix, qui prépare un avenir de joie... Tout chrétien sait que l'histoire est guidée par la Providence et que les forces du mal ne prévaudront pas. Cette certitude nous réjouit...et nous encourage personnellement comme communautairement à prier sans répit et à agir pour sensibiliser les gouvernements et l'opinion publique. Il ne faut rien négliger qui puisse atténuer les souffrances de nos frères qui sont dans l'épreuve et faire cesser les actions des violents. La Providence continue de se servir de nous, de notre liberté et de notre créativité, de notre disponibilité et de notre engagement quotidien. Les chrétiens persécutés et toutes les personnes souffrant injustement doivent pouvoir trouver dans l'Eglise une institution qui les défend, qui prie et agit en leur faveur, qui ne craint pas d'affirmer la vérité, qui parle pour les sans voix, qui soutient les abandonnés, les déplacés et les discriminés. Si tout dépend de Dieu et de sa grâce, il convient d'agir comme si tout dépendait de nous, de nos prières et de notre solidarité".

En bref

Cité du Vatican, 4 octobre 2014 (VIS). LE SAINT-PERE A ENVOYE UN MESSAGE-VIDEO au Centre international des Focolari de Loppiano (Italie) à l'occasion du 50 anniversaire de sa fondation par Chiara Lubich. Il y dit que Loppiano "est une citadelle inspirée de l'Evangile de la fraternité...qui vit au service de l'Eglise et du monde...et constitue un témoignage vivant et efficace de communion entre personnes de différentes nations, cultures et vocations, en ayant surtout soin au quotidien de maintenir avant tout une charité mutuelle et continue".

EN FINIR AVEC LA GUERRE ET LES VIOLATIONS DES DROITS DE L'HOMME. C'est ce que disent les représentants pontificaux au proche et moyen Orient au terme de leur rencontre (2 - 4 octobre) au Vatican pour discuter de la situation des chrétiens dans cette région. De graves préoccupations font suite aux actes de quelques groupes extrémistes, en particulier de "l'Etat Islamique", dont les violences et abus ne peuvent laisser indifférents. On ne peut se taire et la communauté internationale ne peut rester inerte face au massacre de personnes en raison de leur seule appartenance religieuse et ethnique... ni face à l'exode de milliers de personnes et à la destruction de lieux de culte, ont-ils affirmés. Les participants à la rencontre ont rappelé qu'il est licite d'arrêter l'agresseur injuste, toujours dans le respect du droit international. On ne peut cependant confier la résolution des problèmes à la seule réponse militaire, mais celle-ci doit être traitée de façon approfondie à partir des causes qui en sont à l'origine et qui proviennent d'une idéologie fondamentaliste. Les leaders religieux, chrétiens et musulmans, devraient jouer un rôle important en collaborant pour favoriser le dialogue et l'éducation à la compréhension réciproque, et en dénonçant clairement l'instrumentalisation de la religion pour justifier la violence. Face au drame de tant de personnes qui ont été contraintes à laisser leurs maisons de façon brutale, les participants ont rappelé la nécessité que soit reconnu le droit des chrétiens et des autres groupes ethniques et religieux de rester sur leurs terres d'origine, et pour ceux qui ont été contraints d'émigrer, le droit de revenir dans des conditions adéquates de sécurité, en ayant la possibilité de vivre et de travailler en liberté et avec des perspectives pour l'avenir. Cela exige, dans les circonstances actuelles l'engagement des gouvernements concernés et celui de la communauté internationale. Enfin, ils ont souligné qu'on ne peut se résigner à imaginer un Orient sans les chrétiens qui, depuis deux mille ans, y confessent le nom de Jésus.

Audiences

Cité du Vatican, 4 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

Mgr.Joseph Edward Kurtz, Archevêque de Louisville et Président de la Conférence épiscopale des Etats-Unis, accompagné du Cardinal Daniel N.DiNardo, Archevêque de Galveston - Houston et Vice Président, de Mgr.Ronny E.Jenkins, Secrétaire général, et de Mgr.Brian Bransfield, Secrétaire général Adjoint.

Mgr.Wojciech Zaluski, Nonce apostolique au Burundi.

Mgr.Paolo Rudelli, Envoyé spécial et Observateur permanent près le Conseil de l'Europe.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 4 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a:

Accepté la renonciation à la charge pastorale du diocèse de Arundel and Brighton (GB), présenté par Mgr.Kieran Conry, en conformité au canon 401,2 du CIC.

Nommé le P.Stane Zore, OFM, Archevêque métropolitain de Ljubjana (superficie 6.134, population 776.336, catholiques 554.417, prêtres 428, diacres 221, religieux 546), en Slovénie. L'Evêque élu, né en 1958 à Kamniku (Slovénie), a émis ses voeux religieux en 1984 et a été ordonné prêtre en 1985. Jusqu'ici Provincial de son ordre et Président de la Conférence des religieux de Slovénie, il a été curé de paroisse et maître de novices.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 8 Oct - 15:50

Sommaire

- Les divisions entre chrétiens blessent le Christ
- Quatrième Congrégation générale du Synode
- Cinquième Congrégation générale du Synode
- Autres actes pontificaux

Les divisions entre chrétiens blessent le Christ

Cité du Vatican, 8 octobre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape a abordé le scandale des divisions entre chrétiens, même si aujourd'hui les relations de l'Eglise catholique avec les autres confessions se caractérisent par le respect et la cordialité. Mais, a-t-il demandé: Chacun de nous, membre de l'Eglise, que devons et pouvons faire?... Il faut prier pour l'unité des chrétiens, d'autant que Jésus nous demande de nous ouvrir au dialogue et à la rencontre de l'autre, de recueillir tout ce qu'il y a de bon chez qui pense différemment... Il nous demande de ne pas nous arrêter sur ce qui nous sépare mais de pointer sur ce qui nous unit... Il est douloureux que les chrétiens soient divisés...alors que nous avons en commun le credo. Nous croyons tous en Jésus-Christ, dans le Père et dans l'Esprit... Aidons-nous donc les uns les autres... En cheminant ensemble nous communions. C'est cela l'oecuménisme spirituel, aancer dans la vie avec notre foi commune dans le Seigneur Jésus... Cela veut dire entrer en communion avec l'autre, avec nos frères en Eglise comme avec ceux des autres confessions chrétiennes. Remercions Dieu pour le baptême et demandons lui que notre communion finisse par être parfaite". Puis le Saint-Père a révélé que c'était aujourd'hui le soixante-dizième anniversaire de sa première communion: "Recevoir la communion signifie entrer en communion avec les autres, avec nos frères en Eglise". Nous ne devons donc pas être démoralisés car Dieu consolateur ne saurait boucher les oreilles de son fils pour qu'il n'entende pas notre prière. Notre prière est que tous les chrétiens ne fassent qu'un".

Quatrième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 7 octobre 2014 (VIS). Cette session a prolongé de débat général autours des diverses propositions relatives à la pastorale de la famille. Ayant établi le lien entre crise de la foi et crise de la famille, la première générant l'autre, les pères ont noté que la foi est perçue comme un ensemble de données doctrinales, alors qu'elle est avant tout un acte libre envers Dieu. On a donc suggéré un vade-mecum de la catéchèse familiale qui puisse en renforcer la mission évangélisatrice. Le fait que nombre de baptisés aient une foi vague les conduit souvent au mariage sans une conscience précise de leur acte. La famille doit aussi faire face à la dictature de la pensée unique qui insère dans la société des contre-valeurs et déforme le concept d'union entre un homme et une femme. La crise des valeurs, le sécularisme athée et l'hédonisme, l'ambition du pouvoir détruisent et dénaturent la famille, fragilisent les personnes et donc la société toute entière. Les fidèles doivent donc redécouvrir le sens de leur appartenance à l'Eglise, car ce sont les familles de l'Eglise qui attirent les autres. Experte en humanité, l'Eglise doit réaffirmer la nécessité de la famille et son caractère irremplaçable, réveiller en l'homme le sens d'appartenance à un noyau familial. Reflet de l'amour de Dieu, c'est la famille qui éduque aux rapports sociaux.

Il a ensuite été question de l'importance du rapport entre les familles et les prêtres, qui les accompagnent dans les grandes étapes de leur vie. En retour, les familles aident les prêtres à vivre leur célibat comme affectivité équilibrée et non comme renonciation. Berceau des vocations, la famille suscite souvent dans la prière commune la naissance de l'appel au sacerdoce. A propos du lien entre baptême et mariage car la signification du sacrement conjugal est diminuée lorsque l'initiation chrétienne n'a pas été solide. Le mariage chrétien ne peut donc se réduire à un coutume ou à une exigence sociale. Il est une vocation qui a besoin d'une préparation soigneuse. Les répercussions du travail sur la vie familiale, avec notamment la flexibilité des horaires ou des contingences géographiques, le travail à la maison aussi, engendrent des difficultés dans le dialogue familial. Il a été question de la famille en Afrique, qui fait face à la polygamie et au lévirat, à l'influence des sectes, à la guerre et à la pauvreté, aux flux migratoires et au contrôle des naissances imposé par les instances internationales. Tout cela mine la stabilité de la famille et il faut y répondre par une évangélisation plus profonde, qui diffusent la paix, la justice et l'amour, le respect et la place de la femme dans la société, l'éducation et la défense de l'enfance et de toutes les victimes de violences.

Puis les pères ont à nouveau évoqué la nécessité d'un nouveau langage pour l'annonce évangélique, notamment face aux nouvelles technologies. Quant à l'indissolubilité du mariage, on a souligné combien la législation semble s'opposer au bien de la personne. La vérité du lien et de la stabilité conjugale étant inscrites dans la personne, il faut éviter de lui opposer la loi et percevoir comment aider la personne à ne pas trahir sa propre vérité. On a suggéré de réfléchir aux couples qui n'ont pas pu avoir d'enfant, et aux familles des pays frappés par l'Ebola. Enfin l'image de l'Eglise comme lumière a été rappelée pour dire qu'elle ne doit pas se limiter à fonctionner comme un phare mais se présenter sous la forme d'innombrables flammèches amies des gens. Le Conseil pontifical pour la famille a distribué à l'assemblée sont Enchiridion sur la famille.

Cinquième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 8 octobre 2014 (VIS). Cette session a prolongé de débat général autours des défis pastoraux de la famille, de la crise de la foi dans le contexte familial, et des situations critiques internes à la famille. Il a d'abord été question de l'Eglise au proche et moyen Orient ainsi qu'en Afrique du nord, qui vit dans un contexte politique, économique et religieux critique, avec de graves effets sur la famille. Les lois y interdisent les réunifications familiales, la pauvreté pousse les gens à l'émigration, le fondamentalisme religieux nie aux chrétiens la parité avec les musulmans, ce qui pose des problèmes très graves dans les unions mixtes. Les mariage inter-religieux sont en augmentation et l'Eglise doit comprendre quelle catéchèse offrir aux enfants nés de ces mariages, et s'ils veulent continuer à pratiquer leur religion. L'Eglise, qui ne doit pas abandonner ces fidèles, ni les chrétiens qui se convertissent à l'islam pour se marier, doit réfléchir à des solutions. Le problème n'est pas strictement inter-religieux, mais parfois oecuménique comme dans les cas où un catholique n'ayant pas obtenu la nullité de son mariage passe à une autre confession pour se remarier religieusement. Même si l'Eglise choisie permet cette solution, et malgré le patrimoine commun de foi, il faut suivre un chemin de miséricorde dans les cas les plus délicats. On a par ailleurs mis en évidence que le synode devra prendre en compte, avec toute la prudence requise, les divorcés remariés, en conjuguant vérité et miséricorde envers qui souffre. Ces époux qui se trouvent dans cette situation n'en sont souvent pas la cause.

Pour sa part, le Saint-Siège ne cesse de défendre la famille à tout niveau, d'en souligner la dignité, d'en rappeler les droits et devoir y compris devant les instances internationales. Comme le disait Benoît XVI, les non de l'Eglise sont des oui à la vie. Sans hésitation, elle doit donc continuer de combattre le silence éducatif et religieux touchant la famille, au moyen d'un témoignage plus incisif de l'Evangile, c'est à dire qui tienne compte de la créativité pastorale. La place fondamentale des laïcs dans l'évangélisation a été réaffirmée, celle des jeunes avant tout, des mouvements et nouvelles communautés, qui accomplissent un service vital, missionnaire et prophétique, à contre-courant de la pensée courante. Mieux écouter les fidèles et plus investir sur eux constituent des priorités car c'est avec eux que l'Eglise peut trouver des solutions aux problèmes de leurs familles. Il a alors été question de la crise de l'emploi, du précariat et du chômage, des conséquences pour la familles d'une absence de sécurité qui peut glisser vers la pauvreté économique et la perte du foyer. Le manque d'argent en fait paradoxalement une divinité. Ainsi sacrifie-t-on des familles sur l'autel du profit alors que l'argent devrait servir à vivre. On a enfin rappelée la nécessité de mieux préparer les époux au mariage, notamment au niveau sexuel et affectif, en prônant une mystique familiale de la sexualité. Le rôle des grand parents dans la transmission de la foi au sein de la famille a également été souligné, ainsi que la nécessité d'inclure les anciens dans le noyau familial. La même attention et solidarité doit être réservée aux malades, eux aussi menacés par la culture du rebut dénoncée par le Pape.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 8 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Fausto Tardelli, Evêque de Pistoia (superficie 821, population 228.600, catholiques 219.300, prêtres 129, diacres 22, religieux 178), en Italie. Il était jusqu'ici Evêque de San Miniato (Italie).

Mgr.Celso Morga Iruzubieta, Coadjuteur de l'Archevêque de Mérida - Badajoz (superficie 17.405, population 597.300, catholiques 588.100, prêtres 311, religieux 637), en Espagne. Il était jusqu'ici Secrétaire de la Congrégation pour le clergé.

L'Abbé Levi Bonatto, Opus Dei, Auxiliaire de l'Evêque de Goiania (Brésil). L'Evêque élu, né en 1957 à Sao José dos Pinhais (Brésil) et ordonné prêtre en 1996, était jusqu'ici Aumônier du centre culturel Marumbi. Licencié en économie et en droit canonique, il a directeur de conscience et professeur près le Studium général d l'Opus Dei à Sao Paulo.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 9 Oct - 15:42

Sommaire

- Sixième Congrégation générale du Synode
- Septième Congrégation générale du Synode
- Possession cardinalice

Sixième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 8 octobre 2014 (VIS). Cette session a prolongé le débat général autours des situations pastorales difficiles, notamment familiales, et les unions entre personnes de même sexe. On a rappelé d'abord que, n'étant pas une sorte de douane mais une maison de famille, l'Eglise devait offrir un accompagnement à tous, y compris aux personnes en situation pastorale délicate. Rassemblant familles en bonne santé et familles en crise, l'Eglise ne peut être indifférente dans son chemin de sanctification aux faiblesses de certains. Elle doit aider le plus faible. La procédure relative aux nullités matrimoniales a besoin d'être allégée, et il faut plus de laïcs dans les tribunaux ecclésiastiques. Ceci dit, il faut éviter la superficialité et garantir le respect de la vérité et des droits des parties. Si le procès canonique n'est pas contraire à la charité pastorale, la pastorale judiciaire doit éviter toute culpabilisation et traiter chaque cas avec équilibre. Toujours à propos des procédures en nullité, on a réfléchi à l'hypothèse d'un recours administratif qui ne se substituerait pas au recours judiciaire mais en serait un complément en fonction d'une décision épiscopale. Les divorcés remariés doivent être traités avec respect parce qu'ils se trouvent souvent dans des situations précaires et douloureuses, et cherchent à retisser une vie ecclésiale. Ils ont besoin d'une pastorale de miséricorde et non de répression. Si la polygamie est en recul, à cause de la décroissance du monde rural et à l'accroissement de l'urbanisation, on doit tenir compte des polygames convertis au catholicisme, et qui désirent recevoir les sacrement. Pour cette catégorie des mesures pastorales s'imposent. Par ailleurs, il convient de mieux préparer les candidats au mariage, en insistant en particulier sur l'aspect sacramental du lien conjugal et une mission éducative qui ne se limite pas à un discours moraliste portant à un analphabétisme religieux. Le parcours matrimonial doit tendre au développement de la personne.

L'heure de débat libre a servi à la présentation d'expériences personnelles mais aussi de modèles appliqués à la pastorale des divorcés remariés, passant par des groupes d'écoute. Il convient ici d'éviter les formules du type "état permanent de péché", et s'expliquer que la non admission à la communion n'élimine pas automatiquement la grâce du Christ. Cette non admission découle de la permanence du lien sacramental antérieur et indissoluble. On a avancé à ce propos l'hypothèse de la communion spirituelle, qui montre en tout cas les limites comme la difficulté de nouvelles solutions. Dans la pastorale des homosexuels aussi, l'écoute doit être fondamentale, notamment au moyen de groupes. Il a enfin été question de fidèles qui passent à une autre confession chrétienne, et vice-versa, avec toutes les difficultés découlant des mariages inter-confessionnels, la question de leur validité, notamment parce que le divorce est prévu dans les Eglises orthodoxes. Certains intervenants ont fait noté la grande évolution de la problématique de la famille chrétienne depuis le Synode ordinaire qui lui fut consacré en 1980, y compris en matière de culture juridique. L'Eglise doit tenir compte de cette évolution internationale, qui doit être sujet de débats dans universités et autres institutions culturelles.

Septième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 9 octobre 2014 (VIS). Cette session s'est déroulée en deux parties, d'abord la poursuite du débat général d'hier après-midi (sur les situations pastorales difficiles, en l'occurrence familiales, et les unions entre personnes de même sexe), puis le débat consacré aux défis pastoraux concernant l'ouverture à la vie. Il a de nouveau été question de l'accès à la communion pour les divorcés remariés. L'indissolubilité du mariage a nettement été réaffirmée car le lien sacramental est une réalité objective, l'oeuvre du Christ dans l'Eglise. Ce point doit être défendu et traité au moyen d'une catéchèse pré-matrimoniale adaptée, de manière à ce que les futurs époux soit pleinement conscients du caractère sacramental de leur union et de sa nature vocationnelle. Un accompagnement pastoral devra accompagner les couples après leur mariage. Mais il convient d'envisager les cas concrets un à un, en distinguant par exemple qui a été abandonné de qui a abandonné. Ne pouvant négliger cela, l'Eglise ne doit pas appliquer une pastorale du tout ou rien, mais être miséricordieuse. Le mystère de l'Eglise est un mystère de consolation. Ne pas être autorisés à communier ne signifie pas pour les remariés ne plus être membres de la communauté. On doit prendre en considération les responsabilités qu'ils pourraient y exercer. Il faut en tout cas simplifier et accélérer les procédures de nullité. Dans certaines régions du monde, le concubinat est souvent causé par des motifs socio-économiques, non par un rejet des enseignements de l'Eglise. D'autres types d'union de fait n'abandonnent pas l'objectif d'une vie chrétienne. Là encore, une pastorale spécifique est nécessaire. Etant dans l'impossibilité de reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, l'Eglise peut toutefois développer une approche respectueuse et non discriminatoire. A propos encore des mariages mixtes, il faut regarder au-delà des difficultés pour percevoir leur pouvoir de témoignage harmonieux au niveau du dialogue inter-religieux. On a redit la nécessité d'un nouveau langage qui permette à l'Eglise d'impliquer ensemble croyants et non croyants en vue d'identifier des modèles familiaux permettant le développement des individus et le bien-être de la société. Il faut parler avec une simplicité qui porte au coeur des gens.

La seconde partie de la session a traité de la paternité responsable et réaffirmé que le don de la vie comme la chasteté sont des valeurs fondant le mariage chrétien, qui se dressent face au crime de l'avortement. Envisageant la situation, principalement asiatique, dans laquelle nombre de familles sont confrontées à l'infanticide, au viol des femmes et au trafic des êtres humains, on a rappelé la nécessité de mettre en exergue la justice comme vertu fondamentale du foyer. Puis le débat a touché à la responsabilité d'éducateurs que détiennent les parents. Il faut être particulièrement attentifs au volet éducation des enfants à la foi, d'autant que la pastorale de l'enfance peut créer un lien avec des familles en crise. La contraception a bel et bien un impact négatif sur la société, à commencer par son effet sur l'effondrement de la natalité. Face au phénomène, les catholiques ne sauraient être passifs. Ils doivent diffuser un message d'espérance en expliquant que les enfants sont une bénédiction pour leurs parents, dont ils renforcent la foi et la pratique religieuse. En dernier lieu, on a redit combien le rôle des laïcs, et notamment des mouvements, est indispensable dans l'apostolat de la famille, l'accompagnement des couples et l'évangélisation de la société.

Possession cardinalice

Cité du Vatican, 9 octobre 2014 (VIS). Samedi 11 octobre à 18 h 30', le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, prendra possession du titre des Sts.Simon et Jude à Torre Angela.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 10 Oct - 14:43

Sommaire

- Huitième Congrégation générale du Synode
- Neuvième Congrégation générale du Synode
- Message des pères synodaux
- "L'inutile massacre" de la première guerre mondiale
- Autres actes pontificaux

Huitième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 10 octobre 2014 (VIS). Cette session a prolongé hier après-midi de débat général autour des sujets suivants: L'Eglise et la famille face au défi éducatif, le défi éducatif en général et l'éducation chrétienne dans les situations familiales difficiles. Après avoir souligné que la vocation à la vie est l'élément fondant de la famille, les pères sont tombés d'accord pour recommander aux fidèles d'approfondir l'encyclique Humanae Vitae de Paul VI, notamment le recours au méthodes naturelles de régulation de la fertilité et le rejet de la contraception. La procréation ne saurait être distincte de l'acte conjugal, et toute manipulation génétique, y compris la cryo-conservation des embryons, est absolument condamnée. On a critiqué les pays occidentaux et les organisations internationales qui, en Afrique notamment, présentent l'avortement et l'union homosexuelle comme des droits, et conditionnent avec insistance leur aide à leur acceptation. D'autant que le droit à la santé sexuelle et reproductive n'a même pas de définition précise en droit international. On mêle ainsi des principes contradictoires comme la condamnation de l'avortement forcé et la recommandation de l'avortement sécurisé, ou comme la protection de la maternité et celle de la contraception. Même sans force de loi, ces soi disant droits constituent un risque dans la mesure où ils déforment l'interprétation d'autres principes comme la lutte contre la discrimination féminine. Il a de nouveau été question d'une préparation au mariage renforcée qui combatte la seule vision sociale et juridique des noces au profit de leur dimension religieuse et spirituelle. La préparation est trop souvent perçue comme un bref parcours à effectuer sans véritable conviction. Etant une vocation à la vie, le mariage doit être plus soigneusement préparé, à l'instar de la vocation religieuse. Les futurs époux n'ont souvent pas conscience du caractère sacramental du mariage, au point de le réduire à sa célébration.

Confirmant la nécessité d'alléger les procédures en nullité, à laquelle va travailler la commission spécifique nommée en septembre dernier, on a exprimé le voeu que la simplification canonique soit la même pour toute l'Eglise. Et à propos de l'obligation de l'appel conforme à la première sentence, on a avancé l'hypothèse de laisser à l'évêque diocésain juge du recours. Les laïcs et notamment des femmes doivent être plus nombreux au sein des tribunaux ecclésiastiques. Comme eux, les prêtres doivent être mieux formés et bien préparés à la pastorale matrimoniale, en particulier par le biais de l'homélie. Le prêtre doit aussi être informé, car sa santé spirituelle et sa sincérité de rapport sont très appréciés par les fidèles.

Il a ensuite été question de la famille migrante à laquelle il faut assurer son droit fondamental à l'unité, au moyen de politiques migratoires internationales qui ne prennent pas seulement la défense du simple individu. Pour les migrants, la famille constitue un élément essentiel d'intégration dans les pays d'accueil.

Le débat libre est revenu la question des divorcés remariés et en particulier sur la nécessité d'élaborer un parcours pénitentiel comprenant une réflexion sur les anciens conjoints abandonnés, souvent socialement isolés et souffrant en silence. Mais aussi sur la nécessité de prendre en charge les enfants de ces couples, sujets à des retombées psychologiques découlant de la séparation de leurs parents. Une pastorale spécifique permettrait parfois de rapprocher les parents de l'Eglise. Ceci dit l'éducation des enfants comprend le droit de la famille à choisir le projet éducatif qu'ils souhaitent.

Neuvième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 10 octobre 2014 (VIS). Cette session a été réservée aux interventions de six couples et neuf autres Auditeurs individuels, presque tous laïcs engagés dans la pastorale familiale, la bioéthique ou l'écologie humaine. Représentant les divers continents, ils ont fournit des témoignages d'un apostolat familial du quotidien. Il a été question des difficultés dans lesquelles vivent nombre de familles du proche et moyen Orient, en particulier en Irak, où les conflits ont de graves répercussions sur l'institution familiale, notamment par la perte de membres, tués ou émigrés à la recherche l'un pays d'accueil. Elles sont privées d'avenir avec des jeunes soustraits à la scolarisation et des anciens abandonnés. La famille chrétienne de la région est profondément ébranlée, et cette fragilisation a des effets négatifs sur la cohésion sociale et nationale. Face à cette situation, l'Eglise se présente comme un port sûr, la famille des familles, qui réconforte et offre de l'espérance. Il faut donc préparer les couples à être des propagateurs de paix et de réconciliation. Les Auditeurs ont également insisté sur la nécessité de mieux écouter les laïcs dans la recherche de solution aux problèmes de la famille, en particulier pour ce qui est de l'intimité des couples. Il doit donc y avoir synergie entre mondes académique et pastoral afin de disposer d'agents connaissant la famille et sachant traiter de sa problématique selon une solide vision anthropologique catholique. Ils ont ensuite insisté sur la nécessité d'accroître le dialogue Eglise Etat, y compris par le biais d'une implication des fidèles qui, loin de toute ambition personnelle, sachent défendre efficacement les droits de la famille et la vie, et par là favoriser un état à visage humain. Il a ensuite été question de mieux former le clergé aux thématiques familiales, de manière à ce qu'ils puissent traiter correctement de l'amour conjugal. Si la planification naturelle de la famille est bien expliquée, la vie du couple en est renforcée. Les homélies doivent aussi être bien préparées afin de renforcer la participation des fidèles à la messe.

On a ensuite évoqué l'importance du témoignage, rappelant que les jeunes n'ont pas tant besoin de théories que de bien comprendre le caractère central de la famille démontré par des familles crédibles et évangélisatrices. Les couples doivent donc être accompagnés par une pastorale du suivi matrimonial. Les Auditeurs ont également parlé des souffrances de qui perd un membre de sa famille, les veufs et veuves, les orphelins et les parents ayant perdu un enfant.

L'accompagnement de l'Eglise est fondamental, au moyen de groupes d'écoute et de partage, afin qu'ils résistent face au désert des sentiments et demeurent solidement attachés à la foi. D'où l'importance d'une écologie humaine en mesure de combattre les effets négatifs d'une globalisation porteuse de modèles contraires à la doctrine catholique. Toutes les formes de violence domestique ont été dénoncés, principalement commises sur les femmes, souvent de la part de jeunes. Il faut donc communiquer au sein de la famille. Le dialogue entre époux, leur souci commun de l'éducation et la prière en famille rendent fortes les familles.

Message des pères synodaux

Cité du Vatican, 10 octobre 2014 (VIS). Ce matin, les pères synodaux ont diffusé le message suivant: Rassemblés autour du Successeur de Pierre...nous entendons partager la sollicitude du Saint-Père et manifester notre profonde solidarité envers les familles qui souffrent de tant de conflits. En particulier, nous élevons au Seigneur notre supplique pour les familles irakiennes et syriennes qui, en raison de leur foi chrétienne ou de leur appartenance à telle ou telle communauté ethnique ou religieuse, sont contraintes à fuir et perdent toute perspective d'un avenir certain. Avec le Pape François nous affirmons que personne ne peut se prévaloir de Dieu pour commettre des violences. Tuer au nom de Dieu, est le pire des sacrilèges. Remerciant les organisations internationales et tous les pays qui organisent les secours, nous invitons toutes les personnes de bonne volonté à assister les victimes de la barbarie. Nous demandons aussi à la communauté internationale de tout faire pour rétablir la paix civile en Irak, en Syrie et dans toute la région. Nos pensées vont également aux familles qui souffrent ailleurs de par le monde, victime de violences continuelles. Nous prions afin que le Seigneur miséricordieux convertisse les coeurs, accordant paix et stabilité aux personnes éprouvées. Puisse la Sainte Famille, qui a connu la souffrance de l'exil, fasse de chaque famille une communauté d'amour et de réconciliation, une source d'espérance pour toute l'humanité.

"L'inutile massacre" de la première guerre mondiale

Cité du Vatican, 10 octobre 2014 (VIS). Ce matin près la Salle de Presse a été présenté le congrès international sur les catholiques et le Saint-Siège dans la première guerre mondiale, organisé par le Comité pontifical pour les sciences historiques, en collaboration avec l'Académie de Hongrie à Rome et la Commission internationale d'histoire et d'études du christianisme. Le P.Bernard Ardura, O.Prae, Président de ce conseil, et le Prof.Roberto Morozzo della Rocca, de l'Université Rome III, ont expliqué l'intention de relire le conflit sous l'angle des chrétiens, catholiques, protestants et orthodoxes, et d'envisager le rôle du Saint-Siège, qui se trouvait inclus dans une Italie en guerre et tentait de sauvegarder sa spécificité. Ce congrès offre l'occasion de renouveler l'historiographie relative au rôle des catholiques et aux efforts diplomatiques du Saint-Siège. Une place importante sera réservée aux historiens du sujet provenant de pays à majorité protestante ou orthodoxe. Le Comité prévoit d'organiser en 2018 un congrès complémentaire pour, à cent ans de la fin de la première guerre mondiale, on fasse le point sur les conséquences du traité de Versailles, qui se manifestent encore en ce début de XXI siècle.

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 10 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé l'Abbé José Joaodos Santos Marcos, Coadjuteur de l'Evêque de Beja (Portugal). L'Evêque élu, né en 1949 à Monte Perobolso (Portugal) et ordonné prêtre en 1974, était jusqu'ici Directeur spirituel des grands séminaires diocésains de Lisbonne (Portugal). Il a été curé de paroisses et Membre du Conseil pastoral du patriarcat de Lisbonne.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 14 Oct - 15:16

Sommaire

- Déclaration du P.Lombardi pour le compte du Secrétariat général du Synode
- Onzième Congrégation générale du Synode

Déclaration du P.Lombardi pour le compte du Secrétariat général du Synode

Cité du Vatican, 14 octobre 2014 (VIS). Voici la déclaration lue ce midi par le Directeur de la Salle de Presse pour le compte du Secrétariat général du Synode des évêques: A la suite des réactions et débats ayant suivi la publication de la Relatio post Disceptationem, à laquelle on a attribué un poids qui ne lui appartient pas, le Secrétariat rappelle qu'il s'agit d'un document de travail résumant les interventions et la discussion de la première semaine synodale. Ce texte est maintenant soumis à l'attention des Circuli Minores, en conformité au règlement du Synode. Le résultat des travaux des pères synodaux réunis en comités sera présenté à la Congrégation générale de jeudi matin prochain.

Onzième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 14 octobre 2014 (VIS). D'entrée, le Cardinal Rapporteur général a lu la Relatio post Disceptationem, après quoi s'est déroulé le débat libre. En ligne générale, la Relatio a été appréciée, en particulier pour sa qualité photographique des interventions des pères synodaux, le rendu du climat d'ouverture des travaux et la mise en évidence du thème dominant de l'accueil. Le texte exprime bien l'amour de l'Eglise pour la famille fidèle au Christ, comme sa capacité d'être proche des gens en toute circonstance et de comprendre que derrière les enjeux pastoraux il y a des personnes souffrantes. Le regard du Synode est bien celui du pasteur envers un troupeau qu'il ne juge pas à priori. La Relatio contenant plusieurs points de vue qui seront débattus au cours des Circuli Minores, on a suggéré des réflexions supplémentaires. Par exemple: Si l'Eglise doit s'ouvrir à qui est en difficulté, il convient d'insister sur les familles demeurées fidèles aux enseignements évangéliques, de les remercier et de les encourager dans leur témoignage. Le Synode devrait mieux affirmer l'indissolubilité du mariage, et combien la fidélité pour toujours est une valeur pour la société, évitant ainsi de se focaliser sur les cas anormaux. Il a été recommandé de porter plus d'attention au rôle de la femme, fondamentale dans la transmission de la vie et de la foi, mais aussi à celle des grands parents au sein de la famille, au concept d'Eglise domestique, à la paroisse comme famille des familles, à la Sainte Famille comme référence majeure, à la mission évangélisatrice de la famille.

Il convient également d'éclaircir le concept de gradualité, car sujet à confusions. Ainsi à propos de l'accès aux sacrements des divorcés remariés, le risque est que les exceptions portent à la règle. On a regretté la quasi absence dans le texte du mot péché, et rappelé combien le Christ a fortement condamné le danger de céder à la mentalité du monde.

Si on a mis en relief la nécessité d'une compréhension prudente des homosexuels comme des personnes vivant l'union libre, qui ne donne pas l'impression d'admettre leur orientation sexuelle. En tout cas, il y a nécessité de réaffirmer la place éminente du sacrement baptismal, essentiel pour comprendre la sacralité du mariage et sa nature de ministère d'annonce de l'Evangile.

Quant à la simplification des procédures en nullité, des objections se sont exprimées face à la proposition d'attribuer à l'évêque diocésain de nouvelles compétences qui le surchargeront.

On a aussi estimé nécessaire une plus profonde réflexion sur la polygamie, avant tout si un converti entend accéder aux sacrements, et sur la diffusion de la pornographie, principalement véhiculée par le web, qui constitue un danger pour la cohésion familiale. Il a enfin été demandé de mieux approcher la question de la disponibilité du couple envers la vie, et d'être clairs sur l'avortement et la procréation assistée.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 15 Oct - 16:07

Sommaire

- Quel est le destin du peuple de Dieu?
- Cinquième centenaire de la naissance de Thérèse d'Avila
- Autres actes pontificaux

Quel est le destin du peuple de Dieu?

Cité du Vatican, 15 octobre 2014 (VIS). Durant l'audience générale tenue place St.Pierre, le Pape a abordé la question du destin du peuple de Dieu, en citant la réponse de Paul aux thessaloniciens qui l'interrogeaient: Serons-nous pour toujours avec le Seigneur? Estimant qu'il s'agit d'une des plus belles phrase de l'Ecriture, il a demandé à l'assemblée de la répéter trois fois avec lui. Puis il a rappelé combien l'Apocalypse, "reprend l'intuition des prophètes et décrit la nouvelle Jérusalem qui descend du Ciel telle une épouse apprêtée pour son époux. C'est ce que Dieu nous réserve, ce qui attend l'Eglise...qui suit le Seigneur et se prépare jour après jour à une sorte de rencontre nuptiale. Oui, ce seront de véritables noces! S'étant fait homme et faisant de nous une seule chose avec lui. Par sa mort et sa résurrection il nous a vraiment épousé et fait du peuple que nous constituons son épouse. C'est là l'accomplissement du dessein de communion et d'amour poursuivi par Dieu au long de l'histoire. L'histoire du peuple de Dieu est celle de chacun de nous... Mais plus qu'épouse, l'Eglise est appelée à être une cité, symbole parfait de la vie en commun... Regardons une autre image de l'Apocalypse qui montre tous les peuples rassemblés sous la même tente, la tente de Dieu...où il n'y aura plus de dominations ou d'exclusions, sociales, ethniques ou religieuses. Nous serons tous une seule chose en Christ. Fac à un tel spectacle, nous ne pouvons que renforcer notre espérance.... Et l'espérance chrétienne n'est ni un voeu ni un état d'optimisme... Pour le chrétien, l'espérance est une attente fervente de l'accomplissement définitif d'un mystère, celui de l'amour de Dieu dans lequel nous sommes nés à nouveau. Nous y attendons celui qui doit arriver, le Christ qui est de plus en plus proche et vient nous introduire dans la plénitude de sa paix et de sa communion. L'Eglise a le devoir de montrer bien allumée et visible la lampe de l'espérance...qui éclaire l'humanité sur le chemin qui conduit à la rencontre avec miséricorde divine... Nous attendons le retour de Jésus, l'Eglise attend son époux. Alors interrogeons-nous pour savoir si nous sommes vraiment des témoins crédibles de cette attente? Nos communautés vient-elles sous le signe de l'espérance du Seigneur, dans l'attente de sa venue. Ou bien sont-elle endormies et résignées, au risque d'épuiser l'huile de la foi et de la joie. Soyons vigilants!".

Cinquième centenaire de la naissance de Thérèse d'Avila

Cité du Vatican, 15 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a fait parvenir une lettre à l'Evêque d'Avila (Espagne) pour le cinquième centenaire de la naissance de sainte Thérèse d'Avila. Rappelant notamment les souffrances e les épreuves de sa vie, il a cité la formule où elle comparaît l'Evangile à un boulet de plomb que l'on traîne avec difficulté, mais qui peut être source de joie et pousser au service d'autrui. Pour sainte Thérèse, la prière était "un dialogue d'amitié, nécessitant parfois d'aller au devant de qui ne nous aime pas". Puis le Pape a rappelé un des conseils toujours actuels de Thérèse: Dans une culture du provisoire, il faut vivre pour toujours la fidélité; dans un monde privé d'espérance, il faut faire preuve de la fécondité d'un coeur aimant; dans une société remplie d'idoles, il faut témoigner de ce que Dieu suffit... Thérèse d'Avila recommandait trois choses seulement: S'aimer les uns les autres, se dépouiller de tout; une véritable humilité... Le réalisme thérésien exige des actions plutôt que des émotions..., le réalisme de l'amour humble face à l'ascétisme forcé". Cette sainte ne cesse de nous aider à retrouver les sentiers qu'il nous faut parcourir l'Evangile en main et l'Esprit au coeur".

Autres actes pontificaux

Cité du Vatican 15 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé:

Mgr.Antônio Fernando Brochini, CSS, Evêque d'Itumbiara (superficie 21.156, population 313.000, catholiques 244.000, prêtres 28, diacres 2, religieux 26), au Brésil. Il était jusqu'ici Evêque de Jaboticabal (Brésil).

Le P.Vittorio Francesco Viola, OFM, Evêque de Tortona (superficie 2.350, population 281.310, catholiques 274.640, prêtres 175, diacres 20, religieux 409), en Italie. Jusqu'ici Gardien du sanctuaire de la Portioncule (Italie). L'Evêque élu, né en 1965 à Biella (Italie), a prononcé ses voeux religieux en 1990 et a été ordonné prêtre en 1993. Il succède à Mgr.Martino Canessa, dont la renonciation a été acceptée pour limite d'âge.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 16 Oct - 23:26

Sommaire

- Douzième Congrégation générale du Synode
- Circuli Minores
- Travaux à la Chapelle sixtine

Douzième Congrégation générale du Synode

Cité du Vatican, 16 octobre 2014 (VIS). La douzième Congrégation générale, qui s'est tenue ce matin en présence du Saint-Père, a vu la présentation des rapports des dix Circuli Minores: trois en anglais, deux en espagnol, deux en français, trois en italien. Ces textes proposent une évaluation de la Relatio post Disceptationem, document provisoire de mi-parcours synodal, ainsi que propositions pour la Relatio Synodi, document final définitif. Bien qu'elle ait été légitime, on a mis en doute l'opportunité de publier la RDP car ce document de travail ne présente pas l'opinion partagée par les pères synodaux. Saluant les efforts déployés comme le contenu de ce textes, les groupes linguistiques ont exposé leurs suggestions

On a d'abord souligné que la RDP regroupait les préoccupations des familles en crise, sans toucher plus largement au message de l'Evangile de la famille, au fait que la mariage est un sacrement d'union indissoluble entre un homme et une femme, et que de très nombreux couples y croient toujours. C'est pourquoi la RS devra contenir un fort encouragement et soutien de l'Eglise à l'institution familiale. Dans ce sens il est essentiel de mieux exposer la doctrine du mariage comme don de Dieu. On a suggéré d'inclure dans la RS des éléments qui ne figurent pas dans la RDP comme l'adoption, pour lesquelles il faut simplifier les procédures, ou la biotechnologie, comme la diffusion de la culture sur le web pour aider la vie de la famille, ainsi qu'une note sur l'importance de politiques en faveur de la famille. Il convient aussi d'être plus attentifs à la présence des personnes âgées au sein de la famille, aux familles prolongées dans la pauvreté extrême, à la question prostitution, à celle des mutilations génitales féminines, l'exploitation sexuelle des enfants et le travail infantile. Insister sur son rôle de transmission de la foi et d'évangélisation permettra de souligner aussi la vocation missionnaire de la famille, tout en exprimant de manière globale et équilibrée ce qu'est la famille chrétienne.

Quant aux situations difficiles, les Circuli ont rappelé que l'Eglise doit être un espace de compréhension pour tous, de manière à ce que personne ne se sente exclu. Pour éviter toute confusion, des approximations comme des euphémismes, il faut être très clairs sur la loi de gradualité qui ne doit pas devenir gradualité de la loi. Certains se sont dits perplexes du rapprochement fait avec la paragraphe 8 de Lumen Gentium car il risque de faire croire à une volonté de l'Eglise de légitime les situations familiales irrégulières, même si celles-ci peuvent être un étape vers le sacrement matrimonial. D'autres ont exprimé le voeu d'approfondir le concept de communion spirituelle, en vue de le préciser et de le diffuser. Pour ce qui est de l'accès des divorcés remariés à la communion, on souhaite que la doctrine demeure ce qu'elle est tout en envisageant des exceptions dans une perspective de compassion et de miséricorde. Ceci, à des conditions précises. Il faudrait soumettre la question à une commission inter-disciplinaire. Il faudrait également être plus attentifs aux divorcés non remariés, qui sont souvent des témoins héroïques de la fidélité conjugale. Les procédures de reconnaissance de la nullité ou de la validité doivent être accélérées. Et il faut que les enfants soient considérés non comme une charge mais comme un don de Dieu, fruits de l'amour conjugal. On a recommandé une meilleure orientation christocentrique du mariage, et un plus solide rapprochement entre sacrement du baptême et sacrement du mariage, car pour inviter l'homme à la conversion il faut que la vision du monde passe par l'Evangile. Sans qu'on puisse définir mariage l'union homosexuelle, les personnes impliquées doivent être suivis pastoralement et leur dignité respectée. Il ne doit pas être question d'une approbation de l'Eglise à leur mode de vie. Quant à la polygamie et en particulier dans le cas de convertis désirant recevoir les sacrements, il convient de conduire une étude approfondie. Les Circuli Minores ont enfin conseillé de plus insister sur Marie et la Sainte Famille comme modèles familiaux. La Relatio Synodi sera en tout cas le document préparatoire aux assises synodales d'octobre 2015.

Circuli Minores

Cité du Vatican, 16 octobre 2014 (VIS). Les rapports des dix Circuli Minores (A et B français, A, B et C anglais, A, B et C italien, A et B espagnol) de la III Assemblée extraordinaire du Synode des évêques ont été présentés ce matin au cours de la XII Congrégation générale. Il est possible d'accéder à ces textes par:

http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/2014/10/16/0763/03042.html

Travaux à la Chapelle sixtine

Cité du Vatican 16 octobre 2014 (VIS). Ce matin en Salle de Presse, le Directeurs des Musées vaticans a présenté le congrès organisé les 30 et 31 octobre pour célébrer le vingtième anniversaire de la ré-inauguration de la Chapelle sixtine par Jean-Paul II, après la restauration des fresques réalisées sous la direction de Fabrizio Mancinelli et Gianluigi Colalucci. La manifestation, qui correspond également au 450 anniversaire de la mort de Michel-Ange, sera l'occasion de présenter le nouveau système de climatisation et éclairage du monument, dont la réalisation a débutée il y a trois ans. Ceci a été rendu nécessaire, a précisé M.Antonio Paolucci, par le passage annuel de six millions de visiteurs (parfois 20.000 par jour). Il s'agit d'une opération radicale d'aération, qui implique le filtrage de l'air (poussières et agents contaminants) et le contrôle de la température, du taux d'humidité et de CO2). L'autre aspect regarde un nouvel éclairage, complet mais non invasif, des 2.500 m2 du plus vaste ensemble de fresques de la Renaissance. Il est maintenant possible d'observer, en entier comme en détail, ce cycle artistique et catéchistique réalisé sous l'impulsion de Sixte IV, Jules II et Paul II, qui fait de la Sixtine "la chapelle du monde".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Sam 18 Oct - 1:00

Sommaire

- Journée mondiale de l'alimentation
- Message au monde universitaire catholique italien
- Benoît XVI assistera à la béatification de Paul VI
- Audiences

Journée mondiale de l'alimentation

Cité du Vatican, 17 octobre 2014 (VIS). A l'occasion hier de la Journée mondiale de l'alimentation, le Pape a fait parvenir un message à la FAO. Destinée à sensibiliser l'opinion publique à la question alimentaire et à la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté, cette journée donne voix de qui, dans le monde, ne mange pas à sa faim. "Malgré les progrès enregistrés dans plusieurs régions du monde, la situation est inquiétante car on enregistre une diminution globale des aides au développement... Le thème proposé cette année par la FAO (Agriculture familiale, nourrir le monde et avoir soin de la planète) souligne la nécessité de repartir des individus et des groupes de personnes afin de proposer une nouvelle gestion de tout ce qui touche à l'alimentation. En cela, il faut reconnaître le rôle fondamental de la famille rurale et envisager ses potentialités... Favorisant le dialogue inter-générations, la famille garantie une véritable intégration sociale, la synergie entre agriculture et caractère soutenable. La question est si on se préoccupe vraiment de la famille rurale comme facteur de sauvegarde de la nature pour les générations à venir? Et de sa fonction de cohésion entre les individus et les groupes sociaux? Défendre les communautés rurales de la menace anthropique et naturelle doit être une politique mais aussi un appui à la prise de décisions facilitées par les nouvelles technologies, à leur usage dans le respect de l'environnement. Ainsi pourra-t-on modifier la gestion de la coopération et des aides internationales aux victimes de la faim et de la malnutrition... Le monde a plus que jamais besoin de dépasser ses divisions et les conflits afin de trouver les solutions à une crise globale qui affecte majoritairement les pauvres... Pensons à tous ceux qui sont victimes des guerres, de la destruction et de la misère qu'elles entraînent, la perte des domiciles, la perte des soins médicaux et des moyens d'éducation, la perte de l'espoir d'une vie digne. Nous devons avant tout leur être solidaires... Pour éradiquer la faim il ne suffit pas de palier aux carences chroniques ou d'apporter des secours d'urgence.

Il faut repenser les politiques d'aide au développement. Jusqu'à quand un système de production consommation qui exclut grand part de la population mondiale, jusqu'à quand les miettes tombant des mains des riches?


Il est temps de revenir à la personne, à la communauté réelle, et de ne plus simplement raisonner en terme de marché.

Il faut changer l'approche du travail, la signification de l'activité économique, de la production, et penser à la défense de la nature.

C'est le seul moyen de bâtir une paix véritable, menacée aussi par l'insécurité alimentaire.

L'Eglise catholique poursuivra partout sa mission caritative, disposée à accompagner des politiques concrètes, consciente que la foi se manifeste dans la mise en oeuvre du projet de Dieu pour l'humanité. Elle continuera à prêcher la fraternité qui, au-delà des chrétiens, intéresse tous les peuples".




Message au monde universitaire catholique italien

Cité du Vatican, 17 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a adressé un message à la Fédération universitaire catholique italienne, à la veille du congrès qu'elle organise sur Paul VI qui en fut de 1925 à 1933 l'Assistant ecclésiastique, et qui sera béatifié ce dimanche. Après avoir constaté que l'étude est le mot d'ordre du monde universitaire, laquelle "tend l'homme vers la vérité", il affirme qu'on ne saurait "se contenter de vérités partielles ou d'illusions rassurantes. L'étude doit impliquer une perception croissante de la réalité. Ceci n'est possible que dans l'humilité d'écoute et la largeur de vue". Puis il a évoqué l'importance de la recherche. L'étude, écrit le Pape, doit être recherche, dialogue et échange. Puisse la FUCI rester fidèle à l'humilité dans la recherche, dans l'acceptation de l'inconnu, dans l'ouverture à l'autre et la disponibilité à aller de l'avant avec quiconque cherche la vérité, qu'il s'agisse d'un croyant ou d'un non croyant, d'un étranger ou d'un exclu. La recherche doit sans cesse s'interroger et être ouverte au mystère de la foi. Elle permet cette rencontre entre foi, raison et science et les fait harmonieusement dialoguer... Cette méthode permet de tendre vers l'objectif ambitieux de résoudre la fracture entre Evangile et culture contemporaine, sans nier les différences mais en les valorisant". Le troisième concept avancé par le Saint-Père est celui de frontière. L'université est une frontière, un espace où l'on peut recevoir et soigner les pauvretés existentielles, comme la pauvreté de relation ou la pauvreté de formation, qui consistent à accumuler les connaissances sans créer de projet à usage social, utile à une fraternité réelle. Ayez soin de rencontrer l'homme d'aujourd'hui, d'en comprendre les joies et les attentes, les difficultés et les problèmes. Ne dressez pas de barrières sous prétexte de défendre votre frontière, car elles empêchent toute rencontre avec le Seigneur... On a besoin dans la culture de se retrouver tous ensemble, ce qui permet de dépasser les incompréhensions entre peuples. Vous y parviendrez en alimentant une culture du débat et de la fraternité".


Benoît XVI assistera à la béatification de Paul VI

Cité du Vatican, 17 octobre 2014 (VIS). Le Directeur de la Salle de Presse a confirmé que Pape émérite assisterait dimanche à la messe de béatification de Paul VI, comme les deux cardinaux ayant eux aussi été créés par ce Pape: Paulo Evaristo Arns (Brésil) et William Wakefield Baum (USA). Parallèlement, le Cardinal Giovanni Battista Re, accompagné de l'Abbé Pierantonio Lanzoni, Délégué épiscopal de Brescia (diocèse natal) pour la commémoration de Paul VI, du P.Antonio Marrazzo, CSSR, Postulateur de la cause, et de l'Abbé Davide Milani, Porte-paorle du diocèse de Milan (dont le futur Pape fut titulaire de 1954 à 1963), a tracé un portrait du nouveau saint et évoqué la place qu'il occupe dans l'histoire de l'Eglise contemporaine.

Cet après-midi près Radio Vatican, le Cardinal Paul Poupard proposera son témoignage, ainsi que l'Abbé Angelo Maffeis, Président de l'Institut Paul VI, et Fausto Monti, neveu du défunt Pape.

La première des manifestations organisées autour de la béatification seront, demain en la Basilique romaine des XII Apôtres, les vêpres que présidera le Cardinal Angelo Scola, Archevêque de Milan. Lundi 20 octobre, à 9 h 30' en la Basilique St.Paul Hors les Murs, le Cardinal Scola célébrera une messe d'action de grâce pour les fidèles venus de Milan et Brescia.

Audiences

Cité du Vatican, 17 octobre 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin:

Le Métropolite Hilarion de Volokolamsk, Président du Département pour les relations extérieures du Patriarcat de Moscou.

Le Cardinal Marc Ouellet, PSS, Préfet de la Congrégation pour les évêques.

SB le Cardinal Louis-Raphaël I Sako, Patriarche chaldéen.

Le Cardinal José Saraiva Martins.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7580
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Sam 18 Oct - 14:55

Sommaire


- Message final de l'assemblée synodale



Cité du Vatican, 18 octobre 2014 (VIS). Ce midi près la Salle de Presse a été présenté le message final de la III assemblée extraordinaire du Synode des évêques consacrée aux problématiques de la famille. Ont pris la parole le Cardinal Raymundo Damasceno Assis, Archevèque d'Aparecida (Brésil) et Président délégué, le Cardinal Gianfranco Ravasi, Président du Conseil pontifical pour la culture et Président de la Commission pour le message, et le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay (Inde). Voici le texte des pères:

Nous, Pères synodaux réunis à Rome autour du Pape François pour l'Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, nous nous adressons à toutes les familles des divers continents, et en particulier à celles qui suivent le Christ, Voie, Vérité et Vie. Nous manifestons notre admiration et notre gratitude pour le témoignage quotidien que vous nous offrez, ainsi qu?au monde, par votre fidélité, votre foi, votre espérance et votre amour. Nous aussi, pasteurs de l'Eglise, nous sommes nés et avons grandi dans des familles aux histoires et vicissitudes les plus diverses. En tant que prêtres et évêques, nous avons rencontré et avons vécu aux côtés de familles qui nous ont raconté en parole et révélé en actes toute une série de merveilles mais aussi de difficultés. La préparation même de cette assemblée synodale, à partir des réponses au questionnaire envoyé aux Eglises du monde entier, nous a permis de nous mettre à l?écoute de nombreuses expériences familiales. Notre dialogue durant les jours du Synode nous a ainsi enrichis mutuellement, nous aidant à regarder la réalité vivante et complexe dans laquelle évoluent les familles.

A vous, nous proposons cette parole du Christ: Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu?un entend ma voix et ouvre la porte, j?entrerai chez lui. Je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. Comme il le faisait durant ses pérégrinations sur les routes de la Terre Sainte, entrant dans les maisons des villages, Jésus continue à passer aussi aujourd?hui par les rues de nos villes. Dans vos foyers, vous faites l?expérience d?ombres et de lumières, de défis exaltants, mais parfois aussi d?épreuves dramatiques. L'obscurité se fait encore plus épaisse, jusqu'à devenir ténèbres, lorsque le mal et le péché s'insinuent au c?ur même de la famille. Il y a, avant tout, le grand défi de la fidélité dans l'amour conjugal. L?affaiblissement de la foi et des valeurs, l'individualisme, l'appauvrissement des relations, le stress d?une frénésie qui empêche la réflexion marquent aussi la vie familiale. On assiste alors à de nombreuses crises matrimoniales, affrontées souvent de façon expéditive, sans avoir le courage de la patience, de la remise en question, du pardon mutuel, de la réconciliation et même du sacrifice. Ces échecs sont ainsi à l?origine de nouvelles relations, de nouveaux couples, de nouvelles unions et de nouveaux mariages, qui créent des situations familiales complexes et problématiques quant au choix de la vie chrétienne.

Parmi ces défis, nous souhaitons ensuite évoquer les épreuves de l?existence même. Pensons à la souffrance qui peut apparaître lorsque qu?un enfant est handicapé, lors d?une grave maladie, lors de la dégénérescence neurologique due à la vieillesse, lors de la mort d'une personne chère. La fidélité généreuse de tant de familles qui vivent ces épreuves avec courage, foi et amour est admirable, lorsqu?elles les considèrent non comme quelque chose qui leur a été arrachée ou imposée, mais comme quelque chose qui leur a été donné et qu'ils offrent à leur tour, voyant en toutes ces personnes éprouvées le Christ souffrant lui-même. Nous pensons aux difficultés économiques causées par des systèmes pervers, par le fétichisme de l'argent et par la dictature d'une l?économie sans visage et sans un but véritablement humain, qui humilie la dignité de la personne. Nous pensons aux pères et aux mères sans emploi, impuissants face aux besoins les plus élémentaires de leur famille ; et à ces jeunes qui se trouvent devant des journées dés?uvrées et sans espérance, proies potentielles des dérives de la drogue et de la criminalité.

Nous pensons enfin à la foule des familles pauvres, à celles qui s'agrippent à une barque pour atteindre des moyens de survie, aux familles de réfugiés qui émigrent sans espoir à travers des déserts, à celles qui sont persécutées simplement à cause de leur foi et de leurs valeurs spirituelles et humaines, à celles qui sont frappées par la brutalité des guerres et des oppressions. Nous pensons aussi aux femmes qui subissent la violence et sont soumises à l?exploitation, à la traite des personnes, aux enfants et aux jeunes victimes d?abus même de la part de ceux qui devraient en prendre soin et les faire grandir en confiance, aux membres de tant de familles humiliées et en difficulté. «La culture du bien-être nous anesthésie et toutes ces vies brisées par manque de possibilités nous semblent un simple spectacle qui ne nous trouble en aucune façon. Nous faisons appel aux gouvernements et aux organisations internationales pour promouvoir les droits de la famille en vue du bien commun. Le Christ a voulu que son Eglise soit une maison avec la porte toujours ouverte et accueillante, sans exclure personne. Nous sommes ainsi reconnaissants envers les pasteurs, les fidèles et les communautés prêts à accompagner et à porter les déchirures internes et sociales des couples et des familles.

Cependant, il y a également la lumière qui brille le soir derrière les fenêtres dans les maisons des villes, dans les modestes résidences des périphéries ou dans les villages et même dans les baraquements. Celle-ci brille et réchauffe les corps et les âmes. Dans les vicissitudes de la vie nuptiale des conjoints, cette lumière s'allume grâce à une rencontre. Il s'agit d'un don, d'une grâce qui s'exprime, comme le dit la Genèse, lorsque deux visages se retrouvent face à face, comme une aide qui correspond à l'autre, c'est-à-dire à la fois semblable et complémentaire. L'amour de l'homme et de la femme nous enseigne que chacun des deux a besoin de l'autre pour être soi-même, chacun demeurant pourtant différent de l'autre dans son identité qui s'ouvre et se révèle dans le don réciproque. C?est ce qu?exprime de façon suggestive la femme du Cantique des Cantiques: Mon bien-aimé est à moi, et moi, je suis à lui. Je suis à mon bien-aimé, mon bien-aimé est à moi. Pour que cette rencontre soit authentique, le cheminement commence avec le temps des fiançailles, temps de l'attente et de la préparation. Il s'actualise pleinement dans le sacrement du mariage où Dieu appose son sceau, sa présence et sa grâce. Ce chemin passe aussi par la sexualité, la tendresse, la beauté, qui perdurent même au-delà de la vigueur et de la fraîcheur de la jeunesse. De par sa nature, l'amour tend à rimer avec toujours, jusqu'à donner sa vie pour la personne qu'on aime. A cette lumière, l'amour conjugal, unique et indissoluble, persiste malgré les nombreuses difficultés des limites humaines, c?est l?un des plus beaux miracles, bien qu?il soit aussi le plus commun. Cet amour se déploie au travers de la fécondité qui n'est pas seulement procréation mais aussi don de la vie divine dans le baptême, éducation et catéchèse des enfants. Il s'agit aussi d'une capacité à offrir la vie, de l'affection et des valeurs. Cette expérience est possible même pour ceux qui n'ont pu avoir d'enfant. Les familles qui vivent cette aventure lumineuse deviennent pour tous un témoignage, en particulier pour les jeunes.

Durant ce cheminement, qui s'avère parfois un sentier ardu avec ses difficultés et ses chutes, on retrouve toujours la présence et l'accompagnement de Dieu. La famille en fait l'expérience dans l'affection mutuelle et le dialogue entre époux et épouse, entre parents et enfants, entres frères et s?urs. Elle le vit aussi en se mettant ensemble à l?écoute de la Parole de Dieu et en partageant la prière commune, petite oasis spirituelle à mettre en place à un moment chaque jour. Il y a aussi l'engagement quotidien de l'éducation à la foi, à la beauté de la vie évangélique et à la sainteté. Ce devoir est souvent partagé et exercé avec beaucoup d'affection et de dévouement aussi par les grands-parents. Ainsi la famille se présente comme une authentique Eglise domestique, qui s'ouvre sur cette famille de familles qu'est la communauté ecclésiale. Les époux chrétiens sont alors appelés à devenir des maîtres dans la foi et dans l'amour également auprès des jeunes couples. Il y a ensuite une autre expression de la communion fraternelle, celle de la charité, du don, de la proximité auprès des laissés pour compte, des marginalisés, des pauvres, des personnes seules, des malades, des étrangers, des familles en crise, gardant en mémoire la parole du Seigneur: Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. Il s'agit d'un don de biens partagés, de présence, d'amour et de miséricorde et aussi d?un témoignage de vérité, de lumière, de sens donné à la vie. Le sommet qui recueille et récapitule tous ces liens de la communion avec Dieu et le prochain est l'Eucharistie dominicale, lorsque, avec toute l?Eglise, la famille prend place à la table du Seigneur. Lui-même se donne à nous tous, pèlerins de l'histoire en route vers la rencontre ultime lorsque le Christ sera tout en tous. Pour cela, dans la première étape de notre chemin synodal, nous avons réfléchi à l?accompagnement pastoral et à la question de l?accès aux sacrements des personnes divorcées-remariées.

Nous, pères synodaux, vous demandons de cheminer avec nous vers le prochain synode. Que demeure sur vous la présence de la famille de Jésus, Marie et Joseph réunis dans leur modeste maison. Ensemble, tournés vers la Famille de Nazareth, faisons monter vers notre Père à tous notre invocation pour les familles de la terre:

Père, donne à toutes les familles la présence d'époux courageux et remplis de sagesse, qui soient source d'une famille libre et unie.

Père, donne aux parents d'avoir une maison où vivre dans la paix avec leur famille.

Père, donne aux enfants d'être signes de confiance et d'espérance, et aux jeunes le courage de l?engagement stable et fidèle.

Père, donne à tous de pouvoir gagner leur pain de leurs propres mains, de jouir de la sérénité d?esprit et de garder allumé le flambeau de la foi même dans les moments d'obscurité.

Père, donne-nous de voir fleurir une Eglise toujours plus fidèle et crédible, une cité juste et humaine, un monde qui aime la vérité, la justice et la miséricorde".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Voix de Pape Francois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prophétie du pape Léon XIII
» Le Sommet de St-Petersbourg: la Syrie, Obama, Poutine et le pape François, selon "La Voix de la Russie"
» Le Mutilé de la Voix
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» Pâques 2010 : Message Urbi et Orbi du pape Benoît XVI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: