La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
pere Francois fatima zorkine michel -Marie Pape marie coeur
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 La Voix de Pape Francois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 9 Mar - 7:49

Sommaire

- Méditations de la Via Crucis 2016
- Autres actes pontificaux

Méditations de la Via Crucis 2016


Cité du Vatican, 8 mars 2016 (VIS). La Via Crucis de Jésus-Christ et le chemin de croix de l'humanité contemporaine constituent le thème des méditations qui accompagneront les quatorze stations du Vendredi Saint au Colisée (25 mars). Le Pape en a chargé le Cardinal Gualtiero Bassetti, Archevêque de Perugia - Città delle Pieve (Italie), qui a confié avoir été inspiré par une peinture du Pérugin montrant le lien profond entre la passion de Jésus et celle des êtres humains. Les méditations de la Via Crucis, toujours développées à partir de la Parole de Dieu, parlent aussi de ce qui se passe dans le monde, en particulier dans les zones souffrant de la guerre ou de la pauvreté, où la dignité de la personne est violée chaque jour. Là "Jésus revit sa passion personnellement dans l'humanité... J'ai donc essayé de lire les souffrances à la lumière du grand amour que Dieu porte à l'humanité, car sinon souffrir n'a pas de sens. La souffrance ne peut être lue qu'à la lumière de l'amour de Dieu et, dans le cadre de l'année de la Miséricorde, avec pour perspective l'amour et le pardon". La famille est un autre des thèmes de méditations du Cardinal. A côté du drame de la Vierge Marie, il y a le sort de tant de familles en difficulté, de jeunes sans travail,"tant de petits et de grands drames de l'humanité et de l'Église d'aujourd'hui, qui ont besoin continuellement besoin de pardon et de réconciliation... Dans le fond, la Passion et la mort de Jésus sont notre réconciliation avec Dieu. Si nous avons besoin de cette réconciliation personnellement, en ont également besoin l'humanité et l'Eglise. Pensons à tant de jeunes qui perdent le sens de la vie, à ceux qui face aux difficultés économiques, à la précarité ou à l'insécurité doivent s'exiler... Méditer sur la Passion de Jésus nous porte à nous pencher sur la persécution des chrétiens dans le monde... Malheureusement, beaucoup de nos frères vivent dans leur chair cette passion. Les martyrs du XXI siècle sont sans doute les apôtres d'aujourd'hui. Comme le dit le Saint-Père, ceux qui tuent en raison du Christ ne demandent pas à leurs victimes si elles sont catholiques, protestantes ou orthodoxes. C'est bien la haine de la foi qu'elles expérimentent". Pour illustrer la IV Station, le Cardinal a choisi une poésie du religieux David Maria Turoldo (1916 - 1992) décrivant la solitude absolue de Jésus, l'abandon du Père, quand il a pris en charge le drame l'humanité toute entière. Jésus a accepté la croix qu'il pouvait éviter parce qu'il était le Fils de Dieu... Cette année, la Via Crucis de Jésus est, pour une raison ou une autre, très proche de celle de l'humanité. Mais à la fin l'épreuve des êtres humains est toujours éclairée par la lumière de la Résurrection de Pâques".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 14 Mar - 20:35

Sommaire

- Visite à la Congrégation pour la doctrine de la foi
- Deux télégrammes de condoléances
- Consécrations épiscopales par le Pape
- La désarmante miséricorde de Jésus
- Cours de formation de la Rote Romaine
- Nouvelle audience jubilaire
- Hostilité contre les minorités religieuses et conscience internationale
- Reprise du procès au Vatican
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite à la Congrégation pour la doctrine de la foi

Cité du Vatican, 14 mars 2016 (VIS). Ce matin, le Saint-Père s'est rendu en visite au siège de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Deux télégrammes de condoléances

Cité du Vatican, 14 mars 2016 (VIS). Le Pape François a fait parvenir deux télégrammes de condoléances à la suite d'actes terroristes commis hier en Côte d'Ivoire et en Turquie:

Apprenant l?odieux attentat perpétré à Grand-Bassam et qui a causé la mort de 16 personnes, il exprime sa solidarité aux familles endeuillées, assure les blessées de son soutien spirituel et confie les victimes à la miséricorde de Dieu. Faisant part de sa tristesse au peuple ivoirien ainsi éprouvé, il condamne une fois encore la violence et la haine sous toutes ses formes.

S'adressant ensuite au Président Erdogan, le Saint-Père assure le peuple turc de sa solidarité à la suite du nouvel attentat ayant ensanglanté Ankara (37 morts et 125 blessés). Il salue en particulier le travail des secouristes et des forces de l'ordre, invoquant le repos éternel des morts, la guérison des blessés et la force morale du pays.

Consécrations épiscopales par le Pape

Cité du Vatican, 14 mars 2016 (VIS). Samedi prochain, à 10 h en la Basilique vaticane, le Saint-Père conférera l'épiscopat à:

Mgr.Miguel Angel Ayuso Guixot (Espagne), MCCJ, Secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux.

Mgr.Peter Bryan Wells (USA), Nonce apostolique en Afrique du Sud, Botswana, Lesotho et Namibie.

La désarmante miséricorde de Jésus

Cité du Vatican, 13 mars 2016 (VIS). Avant l'angélus, le Pape a repris l'épisode de la femme adultère: "Il est très beau et j'aime le lire et le relire", et décrit la scène évangélique du le Mont du Temple comme si elle s'était déroulée Place St.Pierre: Jésus enseigne lorsque arrivent des scribes et des pharisiens traînant une femme surprise en adultère... Jésus va exprimer la miséricorde de Dieu contre la violence et la rage des accusateurs. En fait, ils ne sont pas venus pour demander l'avis du Maître mais pour le piéger. En effet, si Jésus avait suivi la sévérité de la loi et approuvé la lapidation de cette femme, il aurait perdu sa réputation de douceur et de bonté qui fascinait tant le peuple. Et si, au contraire, il avait été miséricordieux, il aurait agi contre la loi, que lui-même avait dit ne pas vouloir abolir mais accomplir". Mais Jésus ne répond pas et fait un geste mystérieux en écrivant sur le sol avec son doigt. Ecrit-il les péchés des pharisiens, se demandent certains. "Mais ceux-ci, personnes mauvaises, insistent sur le fait qu'ils attendent une réponse... Alors Jésus se relève et dit: Celui de vous qui est sans péché lui jette la première pierre. Cette réponse désarçonne les accusateurs", qui s'en vont peu à peu, conscients de ne pas être libres du péché. "Lorsque nous parlons mal des autres...pensons un peu plus à nos péchés". L'image de Jésus resté seul face à la femme c'est comme lorsque nous entrons dans le confessionnal, honteux de montrer notre misère et désireux de demander pardon. Cette femme que Jésus regarde les yeux pleins de miséricorde et d'amour symbolise tous ceux qui entendent se libérer de l'esclavage du péché pour marcher dans une nouvelle voie. "Elle représente tous ceux qui sont pécheurs et adultères devant Dieu, traîtres à sa loyauté. Leur expérience représente la volonté de Dieu envers chacun d'entre nous. Dieu ne veut pas que le pécheur meure. Dieu ne nous identifie pas avec le péché que nous avons commis. "Il nous veut libres et que notre liberté de mal se transforme en bien. Cela est possible avec sa grâce".

En ce troisième anniversaire d'élection, le Pape a fait distribuer par des volontaires un évangile de Luc version de poche aux milliers de fidèles rassemblés sur la place, invitant à en lire un passage chaque jour, afin que la miséricorde du Père rappelle qu'il faut aller à la rencontre des autres, et mettre en actes les sept ?uvres de miséricorde corporelle et les sept de miséricorde spirituelle.

Cours de formation de la Rote Romaine

Cité du Vatican, 12 mars 2016 (VIS). Ce matin, le Pape s'est adressé aux 600 participants au cours de formation organisé par le Tribunal de la Rote Romaine à la suite des normes postsynodales destinées à faciliter le traitement des causes matrimoniales. Il a en effet été recommandé de mieux répondre aux attentes des personnes en simplifiant les procédures et en les rendant plus efficaces, d'autant que nombre des requérants ont des difficultés dans l'accès aux structures judiciaires ecclésiales. "Ils se sentent opprimés par le doute... Au-delà de la réflexion et de l'expérience, la charité et la miséricorde ont poussé l'Eglise à se faire encore plus proche de ceux de ses fils en attente de justice... Ainsi a-t-on aboli la double sentence conforme au profit du procès bref, replaçant l'évêque au coeur...du processus de traitement des causes matrimoniales... C'est à lui qu'incombait la vérification administrative de la non consommation d'un mariage célébré. Il a désormais la responsabilité de la procédure ordinaire relative à la validité du lien matrimonial. Il est important que les nouvelles normes soient à tout point de vue bien accueillies et étudiées sous leurs divers aspects, avant tout par le personnel des tribunaux ecclésiastiques, afin de rendre aux familles un meilleur service de justice et de charité... Etant mère, l'Eglise doit montrer partout le visage de Dieu, fidèle à son amour miséricordieux, toujours prêt à redonner force et espérance. Ce qui nous préoccupe le plus sont les époux séparés vivant une nouvelle union, et leur participation à la vie ecclésiale". Tout en nous penchant sur leurs blessures...ne cessons d'admirer ceux qui, y compris dans des conditions difficiles, restent fidèles à leur promesse sacramentelle. Ces témoins de la fidélité matrimoniale doivent être encouragés et proposés en exemples... Merci de ne pas considérer votre engagement professionnel comme un métier, pire un pouvoir, mais comme un service rendu aux âmes, aux âmes blessées tout spécialement"-

Nouvelle audience jubilaire

Cité du Vatican, 12 mars 2016 (VIS). Etre miséricordieux comme le Père signifie suivre Jésus sur le chemin du service, a déclaré le Pape devant les 20.000 personnes ayant participé ce matin Place St.Pierre à la nouvelle audience jubilaire. Commentant le passage de saint Jean racontant comment, la nuit avant de mourir, Jésus lava les pieds de ses disciples". Jésus, a-t-il expliqué, "a fait un geste qui a frappé la mémoire des disciples... Un geste inattendu et surprenant, au point que Pierre ne voulut pas l'accepter. Je voudrais insister sur les paroles de Jésus leur demandant s'ils avaient compris son geste; Si moi qui suis Seigneur et Maître je vous ai lavé les pieds, vous aussi devez vous les laver les uns les autres. De cette façon, Jésus dit à ses disciples qu'ils doivent servir s'ils veulent vivre leur foi en lui, et témoigner de leur amour. Jésus a appliqué à lui-même l'image du Serviteur de Dieu, utilisé par le prophète Isaïe". En lavant les pieds des apôtres, Jésus "voulait révéler la façon dont Dieu oeuvre envers nous, et donner un exemple de son commandement nouveau: Nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés, qui est, en donnant sa vie pour nous. John lui-même écrit dans sa première lettre. L'amour est donc ''le service que nous nous rendons les uns les autres... Ce ne sont pas des mots mais des ?uvres et un service. Un humble service, fait en silence et en secret, comme Jésus lui-même: Ne laissez pas votre main gauche ce que votre droit, a dit le Seigneur. Le service se manifeste également lorsque "nous offrons à la communauté les dons que l'Esprit nous a donné". Quant au partage des biens matériels...c'est donner à ceux qui sont dans le besoin, un mode de vie, un chemin d'humanité authentique, que Dieu suggère même à nombre de non-chrétiens". Jésus nous invite aussi à confesser nos péchés les uns aux autres, et à priez les uns pour les autres... Et à cet égard, il a rappelé les paroles de saint Augustin: Que le chrétien ne dédaigne pas de faire ce que le Christ a fait... Laissons-nous pardonner nos péchés les uns aux autres, et prions les uns pour les autres. C'est ce que signifie se laver les pieds les uns les autres... L'amour, la charité, est le service, aider les autres, servir les autres... Lorsqu'on s'oublie pour penser aux autres, c'est cela l'amour. Par le lavement des pieds, le Seigneur nous enseigne à être des serviteurs...comme il l'a été pour chacun de nous".

Hostilité contre les minorités religieuses et conscience internationale

Cité du Vatican, 14 mars 2016 (VIS). Le Secrétaire pour les relations avec les états, est intervenu samedi dernier à la rencontre de formation missionnaire organisé par le Centre pour la coopération missionnaire entre les Eglises du diocèse de Rome. Le thème choisi: Notre Eglise est une Eglise de martyrs". Voici de larges extraits du discours de Mgr.Paul Richard Gallagher, consacré à la prévention du radicalisme et de l'intégrisme par le dialogue, la compréhension des différentes religions et la coopération des états pour mettre fin à la persécution religieuse:

"Depuis plusieurs années, nous assistons avec une grande préoccupation à un e croissance exponentielle des cas d'intolérance, de discrimination, d'extrémisme, de fondamentalisme, et de menaces des libertés individuelles, en particulier en ce qui concerne la liberté de religion et d'expression... L'extrémisme et le fondamentalisme religieux de diverses origines sont souvent à la base de l'hostilité dont souffrent les chrétiens comme des fidèles d'autres minorités religieuses. Cela va de pair avec la multiplication de groupes armés fondamentalistes qui deviennent des organisations terroristes compromettant sérieusement la sécurité internationale. A cela il faut ajouter l'adoption dans certains pays de lois sur le blasphème, prétexte facile pour qui veut agresser les groupes professant un credo différent de la majorité. Les régimes autoritaires ou totalitaires édictent des restrictions sévères à la liberté de religion. En outre, dans certains de ces pays, qui est détenu pour raisons religieuses reçoit un traitement pire que les autres. Nous ne pouvons pas non plus ignorer le fléau du trafic d'armes, ainsi que la production et la vente d'armes par des sujets de droit international, qui rendent possible la poursuite de conflits. Enfin, la déstabilisation continue du proche et moyen Orient a exacerbé la violence contre les minorités religieuses, y compris les chrétiens, les forçant à fuir leurs foyers pour échapper aux horreurs de la guerre et de la persécution. Par conséquent, il est urgent que la coopération internationale agisse pour faire cesser ces atrocités, mais aussi réaffirme pleinement le droit à la liberté de religion et condamne toutes les formes de discrimination et d'intolérance pour motifs religieux, y compris en Occident, où souvent la discrimination se cache derrière de soi-disant valeurs démocratiques... l'hostilité contre les minorités religieuses devrait interpeller la conscience de la communauté internationale et secouer la léthargie de tous ceux qui doivent assurer le respect des droits fondamentaux, y compris la liberté de religion et le droit à la vie".

"La position du Saint-Siège est de toujours chercher le bien de la personne et des peuples, de défendre la paix et assurer le respect de la dignité de toute personne et ses droits fondamentaux... a cette fin, il fait tout son possible pour promouvoir le dialogue entre les états et les autres entités, les invitant à coopérer dans la recherche des conflits grâce à des solutions politiques et diplomatiques, toujours dans le plein respect du droit international. A cela il faut ajouter le principe de la responsabilité de protéger, qui a toujours été l'un des principes de l'activité internationale du Saint-Siège, et a toujours marqué son message au concert des nations. A de nombreuses reprises, le Pape François a dénoncé la honteuse complicité du silence face à la persécution inhumaine et odieuse des chrétiens dans de nombreuses parties du monde... Le Saint-Père a exprimé l'espoir que l'opinion publique soit de plus en plus attentive à la persécution menée contre les chrétiens et les minorités religieuses. Il a appelé la communauté internationale a ne pas rester muette et inerte... A cet égard, le Saint-Siège a toujours soutenu l'importance du respect de la liberté religieuse, qui doit être encouragée et non limitée. En fait, sur la base de cette liberté comme un droit fondamental, un dialogue peut être approfondi, en impliquant les différentes classes sociales et religieuses... La religion fait partie de l'identité d'un pays, par conséquent, l'Etat doit veiller à maintenir et respecter cette identité, en évitant qu'elle soit exploitée à des fins politiques... Pour ce qui est de la dimension religieuse, il est important de lutter contre l'ignorance, confronter les interprétations différentes avec foi authentique" pour empêcher les gens de perpétrer des massacres horribles au nom de Dieu. "En conclusion, il faut noter que, en plus des activités diplomatiques...le Saint-Siège est engagé à tous niveaux dans le dialogue inter-religieux par le biais du Conseil pontifical, dont tâche principale est de promouvoir la compréhension mutuelle, le respect et la collaboration entre les catholiques et les fidèles d'autres traditions religieuses".

Reprise du procès au Vatican

Cité du Vatican, 12 mars 2016 (VIS). Ce matin près le Tribunal de l'Etat de la Cité du Vatican a repris le procès pénal pour la divulgation d'informations et de documents confidentiels. L'audience à huis clos s'est déroulée après le dépôt du rapport technique des experts. La cour était au complet, présents tous les inculpés et leurs avocats. La prochaine audience aura lieu lundi 14 à 15 h 30'.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 15 Mar - 19:22


Sommaire

- Cinq nouveaux saints
- Note relative à la reprise du procès au Vatican
- Autres actes pontificaux

Cinq nouveaux saints


Cité du Vatican, 15 mars 2016 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a présidé un Consistoire ordinaire public au cours duquel ont été déclarés saints et inscrits au sanctoral de l'Eglise:

le bienheureux José Sánchez del Río sera canonisé dimanche 16 octobre.

le bienheureux Stanislaw de Jésus-Marie (Jan Papczynski) sera canonisé dimanche 5 juin.

le bienheureux José Gabriel del Rosario Brochero sera canonisé dimanche 16 octobre.

la bienheureuse Elisabeth Hesselblad sera canonisée dimanche 5 juin.

la bienheureuse Teresa de Calcutta (Anjezë Gonxha Bojaxhiu) sera canonisée dimanche 4 septembre.


Note relative à la reprise du procès au Vatican

Cité du Vatican, 15 mars 2016 (VIS). Hier après-midi s'est déroulée à partir de 15 h 30' une nouvelle audience du procès pénal pour la divulgation d'informations et de documents confidentiels. Des cinq prévenus, seul M.Nuzzi était absent. La cour a rejeté le légitime empêchement présenté par son avocat en raison d'une convocation demain devant un tribunal milanais, la convocation de de jour ayant été notifiée le 7 mars au prévenu. Gianluigi Nuzzi ayant été déclaré contumace, les débats ont repris. Ayant acquis aux actes une lettre de Mme.Chaouqui au Saint-Père, dans laquelle la prévenue demandait à être libérée du secret pontifical, le Tribunal n'en a pas autorisé la lecture pour défaut de réaction du destinataire. L'audience s'est poursuivie durant trois heures par l'interrogatoire de Mgr.Vallejo Balda par le président, le promoteur de justice et l'avocat. Le procès a repris ce matin à 10 h 30' et une autre audience se déroulera cet après-midi. Les prochaines, destinées à l'interrogatoire des prévenus sont fixées à vendredi prochain après-midi, lundi 21 au matin et mardi 22.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 16 Mar - 17:36

Sommaire

- Dieu est proche, ne pas céder au désespoir
- Suite du procès au Vatican
- Autres actes pontificaux
- In memoriam

Dieu est proche, ne pas céder au désespoir


Cité du Vatican, 16 mars 2016 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a consacré la catéchèse de l'audience générale, tenue Place St.
Pierre, à la miséricorde et au réconfort.

Comme d'habitude il s'est appuyé sur un texte biblique, en l'occurrence le Livre de consolation de Jérémie, dans lequel la miséricorde de Dieu montre sa pleine capacité de réconfort des affligés en les ouvrant à l'espérance.

Le prophète a dit le Pape François, traite "les israélites avec qui il a été déporté dans un pays étranger, leur annonçant le retour à la mère patrie. Ce retour sera "un signe de l'amour infini de Dieu qui ne renonce pas à ses enfants, mais prend soin d'eux et les sauve. L'exil est une expérience dévastatrice pour Israël...sans temple ni sans culte. Après cela il était difficile de continuer à croire en la bonté du Seigneur.

Pensons à l'Albanie, qui après tant de persécutions et de destructions a retrouvé sa dignité et la foi. Ses habitants ont subi l'exil à l'instar des Israélites.

Nous aussi pouvons vivre parfois la sorte d'exil qu'est la solitude, la souffrance et la mort qui nous font penser que Dieu nous a abandonnés. Combien de fois avons nous entendu ces mots, Dieu m'a oublié!...

Et combien de nos frères vivent en ce moment une situation d'exil, loin de leur patrie, avec dans les yeux l'image de leurs maisons détruites, la peur ou la douleur pour la perte d'êtres chers. Dans ces cas, on peut se demander, où est Dieu? Comment toutes ces souffrances peuvent elles s'abattre sur des hommes, des femmes et des enfants innocents? Et quand ces gens essaient de passer on leur ferme la porte. Et ils sont là, à la frontière parce que beaucoup de portes et de nombreux coeurs sont fermés. Aujourd'hui, les migrants souffrent du froid, d'un manque de nourriture et ne peuvent pas entrer. Ils ne se sentent pas les bienvenus".

"Mais le prophète nous donne une réponse: Les exilés reverront leurs terres grâce à la miséricorde du Seigneur... C'est la grande annonce de la consolation... Il faut avoir pleine confiance en lui, ne pas céder au désespoir... Le Seigneur essuiera toutes les larmes et nous délivrera de toute crainte... Le Seigneur est fidèle, il ne nous abandonne pas à la désolation. Dieu nous aime d'un amour sans limites, que même le péché ne peut arrêter... Ainsi, les exilés retourneront plein de joie et de gratitude... Les exilés retrouveront leurs foyers et leurs terres comme ce fut le cas d'Israël, qui est rentré dans son pays natal grâce au Seigneur, pour assister à la victoire de la vie sur la mort, à la bénédiction sur la malédiction...

Tel est ce que le Seigneur demande à chacun de nous de donner, afin d'accomplir le pardon et la réconciliation.

Jérémie a donc l'annoncé le retour des exilés comme un grand symbole de réconfort offert à qui se repent. Le Seigneur Jésus accomplit ce message du prophète dans la Pâque, car le retour réel et radical de l'exil cette lumière réconfortante après l'obscurité de la crise de la foi... Cela constitue l'expérience de l'amour plein et définitif de Dieu, de l'amour miséricordieux qui offre joie, paix et vie éternelle".


Suite du procès au Vatican

Cité du Vatican, 16 mars 2016 (VIS). Hier matin s'est déroulée à partir de 10 h 30' une nouvelle audience du procès pénal pour la divulgation d'informations et de documents confidentiels. Quatre prévenus étaient présents, accompagnés de leurs avocats. Absent, M.Gianluigi Nuzzi était représenté par son avocat. Le Tribunal a poursuivi durant trois heures par l'interrogatoire de Mgr.Vallejo Balda par les défenseurs des autres inculpés. Après approbation du procès-verbal relatif aux interrogatoires d'hier et de ce matin, la séance a été levée à 13 h 30' pour reprendre à 15 h, avec l'interrogatoire de M.Emilino Fittipaldi. Après le procès-verbal, l'audience a été levée à 16 h 30'. Les prochaines, destinées à poursuivre l'interrogatoire des prévenus sont fixées à vendredi 18 après-midi, lundi 21 au matin et mardi 22 après-midi. Des audiences pourraient se tenir le 30 au matin et le 31 mars, matin et après-midi, le 1 avril matin et après-midi, et le 2 au matin. Elle devront être confirmées par le Tribunal.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 18 Mar - 8:00

Sommaire

- Visite du Président portugais
- Derrière chaque problème il y a une personne
- Renvoi du procès vatican
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite du Président portugais

Cité du Vatican, 17 mars 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin le Président portugais M.Marcelo Rebelo de Sousa, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les rapports avec les états: Cette la première visite officielle à l'étranger du nouveau chef de l'Etat a d'abord permis de se féliciter des bonnes relations entre le Portugal et le Saint-Siège, mais aussi du rôle que joue l'Eglise dans la vie du pays. Les parties ont fait une référence spéciale au débat sur la dignité de la personne et la famille, puis échangé leur point de vue sur la situation internationale, européenne et méditerranéenne, notamment la crise migratoire.

Derrière chaque problème il y a une personne

Cité du Vatican, 17 mars 2016 (VIS). Trois mille étudiants (115 pays),venus à Rome pour les Harvard World Model Nations Unies 2016, ont été reçus ce matin par le Pape dans la Salle Paul VI. Il s'agit d'une simulation où des étudiants se présentent comme diplomates informés de questions économiques et culturelles, de politique intérieure et de relations internationales. Fondée il y a 25 ans, l'organisation a pour mission de former la prochaine génération de dirigeants du monde en permettant à ces étudiants de comprendre le monde et utiliser les instruments de la coopération et de la diplomatie pour l'améliorer. Saluant leur engagement, le Saint-Père a encouragé ses jeunes hôtes à toujours rechercher la vérité et la sagesse, "non seulement pour leur propre bénéfice, mais pour le bien de leurs pays et de la société en général. J'espère que cette expérience vous fera apprécier la nécessité et l'importance des structures de coopération et de solidarité qui ont été forgées par la communauté internationale... Elles sont particulièrement efficaces lorsqu'elles sont mises au service des plus vulnérables et marginalisés. Je prie pour que les Nations-Unies et chacun de ses membres soient toujours prêts à ce service". Puis il a estimé que les meilleurs fruits de ce rassemblement romain ne serait pas tant l'apprentissage de la diplomatie ou des systèmes institutionnels...que le temps passé ensemble à rencontrer des personnes...représentant les enjeux contemporains et plus encore la richesse des talents et le potentiel de la famille humaine... Les sujets et problèmes abordés ne manquent pas, et chacun de vous peut décrire les espoirs et les rêves, les défis et les souffrances qui caractérisent son pays. Ces jours-ci, vous apprenez beaucoup les uns des autres, comprenant que derrière chaque problème il y a une personne...des hommes et des femmes, des jeunes et des aînés, des gens comme vous. Il y a des familles et des individus qui luttent chaque jour prendre soin de leurs enfants...pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires. Beaucoup d'entre eux sont touchés par la violence et l'intolérance, beaucoup sont devenus des réfugiés, privés de leurs foyers et de leurs libertés. Ce sont eux qui ont besoin de votre aide... J'espère aussi que ce rassemblement vous aura permis de voir l'engagement de l'Eglise catholique à répondre aux besoins des pauvres et des réfugiés, à soutenir les familles et les communautés, à protéger la dignité et les droits de chaque personne... Certes, ce n'est pas spécifique aux chrétiens puisque c'est un appel universel à notre humanité commune. C'est en nous, en tout être humain... Nous, les chrétiens croyons que Jésus nous appelle à servir nos frères et s?urs, à prendre soin de l'autre, quel qu'il soit... Dieu vous bénisse en vous offrant le bonheur promis à ceux qui ont faim et soif de justice. Ils sont des artisans de paix".

Renvoi du procès vatican

Cité du Vatican, 17 mars 2016 (VIS). L'avocat de Mme.Chaouqui ayant déposé une documentation médicale imposant à sa clinique un repos absolu en chambre de vingt jours, le Tribunal a renvoyé la prochaine audience au mercredi 6 avril, 10 h 30'.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 21 Mar - 16:42

Sommaire

- Le Pape vivement attristé par le tragique accident en Espagne

- Dimanche des Rameaux: Le mystère du mal est abyssal, mais la réalité de l'amour qui l'a transpercé est infinie

- Angélus: Journée mondiale de la Jeunesse, Jubilé des jeunes

- Le Pape profondément peiné par l'accident d'avion en Russie et l'attentat à Istanbul

- Ordinations épiscopales à Saint-Pierre: Regardez vos fidèles dans les yeux, connaissez-les.


- Audiences
- Autres actes pontificaux

Le Pape vivement attristé par le tragique accident en Espagne

Cité du Vatican, 21 mars 2016 (VIS). Le Saint-Père, au travers du Secrétaire d'Etat, le Cardinal Pietro Parolin, a envoyé un message de condoléances à Mgr.Enrique Benavent y Vidal, évêque de Tortosa (Espagne), suite à l'accident de circulation qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à Freginals, près de Tarragona, dans lequel 13 étudiantes ont trouvé la mort, alors qu'elles voyageaient dans un autobus provenant de Valence, et 32 autres jeunes ont été blessés. "Le Pape François, très peiné en apprenant la douloureuse nouvelle du tragique accident de circulation dans la localité de Freginals, qui a coûté la mort d'un groupe de jeunes étudiantes -dit le télégramme- offre ses prières pour le repos éternel des personnes tuées, en même temps qu'il souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Je demande aussi -écrit le Cardinal Parolin- à Votre excellence de transmettre les condoléances de Sa Sainteté, ainsi que toute sa proximité et son réconfort, aux proches qui pleurent cette perte irréparable, et demande au Seigneur d'envoyer sur eux les dons de la sérénité spirituelle et de l'espérance chrétienne, en gage de quoi il leur envoie de tout c?ur sa réconfortante bénédiction apostolique".

Dimanche des Rameaux: Le mystère du mal est abyssal, mais la réalité de l'amour qui l'a transpercé est infinie

Cité du Vatican, 20 mars 2016 (VIS). Par sa Passion, Jésus connaît l'humiliation, l?infamie, la condamnation injuste des autorités, la trahison de ses amis et aussi l'indifférence de ceux qui ne veulent pas assumer la responsabilité de leur destin. Comme "beaucoup de gens... beaucoup d'immigrés... beaucoup de réfugiés...dont beaucoup ne veulent pas assumer la responsabilité en ce qui concerne destin". Ce sont les paroles du Pape François dans son homélie du Dimanche des Rameaux, au cours de la messe célébrée Place St.Pierre, à laquelle ont participé plus de 70.000 personnes et qui était précédée de la procession jusqu'à l'obélisque et la bénédiction rituelle des palmes et des rameaux d'olivier. Le Saint-Père a évoqué "le mystère abyssal" du mal qui se déchaîne sur Jésus au cours de la Semaine sainte, jusqu'à le conduire à la crucifixion sur la Croix, "assumant toute notre souffrance pour la racheter" sans céder à la tentation de vaincre le mal par la force et montrer le visage d'un Dieu puissant et invincible, révélant en échange, son visage authentique qui est miséricorde.

Voici le texte intégral de l'homélie du Saint-Père:

"La foule de Jérusalem criait, tout en fête, en accueillant Jésus: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Nous avons fait nôtre cet enthousiasme: en agitant les palmes et les rameaux d?olivier, nous avons exprimé la louange et la joie, le désir de recevoir Jésus qui vient à nous. Oui, tout comme il est entré à Jérusalem, de la même manière il désire entrer dans nos villes et dans nos vies. Il vient humblement à nous, comme il le fait dans l?Evangile, monté simplement sur un âne, mais il vient au nom du Seigneur: avec la puissance de son amour divin il pardonne nos péchés et nous réconcilie, avec le Père et avec nous-mêmes. Jésus est content de la manifestation populaire d?affection des gens, et lorsque les pharisiens invitent à faire taire les enfants et les autres personnes qui l?acclament, il répond: Si eux se taisent, les pierres crieront. Rien n?a pu arrêter l?enthousiasme provoqué par l?entrée de Jésus; que rien ne nous empêche de trouver en lui la source de notre joie, de la vraie joie, qui demeure et qui donne la paix. Car seul Jésus nous sauve des liens du péché, de la mort, de la peur et de la tristesse.

Mais la liturgie de ce jour nous enseigne que le Seigneur ne nous a pas sauvés par une entrée triomphale ni par le moyen de puissants miracles. L?apôtre Paul, dans la seconde lecture, synthétise par deux verbes le parcours de la rédemption: il s?est anéanti et il s?est abaissé lui-même. Ces deux verbes nous disent jusqu?à quelle extrémité est arrivé l?amour de Dieu pour nous. Jésus s?est anéanti lui-même: il a renoncé à la gloire de Fils de Dieu et il est devenu Fils de l?homme pour être en tout solidaire avec nous, pécheurs, lui qui est sans péché. Et pas seulement: il a vécu parmi nous une condition de serviteur; non pas de roi, ni de prince, mais de serviteur. Il s?est donc abaissé, et l?abîme de son humiliation, que nous montre la Semaine Sainte, semble ne pas avoir de fond.

Le premier geste de cet amour jusqu?au bout est le lavement des pieds. Le Seigneur et le Maître s?abaisse aux pieds des disciples, comme seuls le font les serviteurs. Il nous a montré par l?exemple que nous avons besoin d?être rejoints par son amour qui se penche sur nous; nous ne pouvons pas nous en passer, nous ne pouvons pas aimer sans nous faire d?abord aimer par lui, sans faire l?expérience de sa surprenante tendresse, et sans accepter que l?amour véritable consiste dans le service concret. Mais c?est seulement le début. L?humiliation que subit Jésus devient extrême dans la Passion. Il est vendu pour trente deniers et trahi par le baiser d?un disciple qu?il avait choisi et appelé ami. Presque tous les autres fuient et l?abandonnent; Pierre le renie trois fois dans la cour du temple. Humilié dans l?âme par des moqueries, des insultes et des crachats, il souffre dans son corps d?atroces violences: les coups, le fouet et la couronne d?épine rendent son aspect méconnaissable. Il subit aussi l?infamie et la condamnation inique des autorités, religieuse et politique: il est fait péché et reconnu injuste. Ensuite, Pilate l?envoie à Hérode, et celui-ci le renvoie au gouverneur romain: alors que toute justice lui est refusée, Jésus éprouve aussi l?indifférence, parce que personne ne veut assumer la responsabilité de son destin. Et je pense à tant de gens, aux nombreux marginalisés, aux nombreux déplacés, aux nombreux réfugiés, à ceux dont beaucoup ne veulent pas assumer la responsabilité en ce qui concerne leur destin. La foule, qui l?avait acclamé peu de temps avant, change ses louanges en cri d?accusation, préférant même qu?un homicide soit libéré à sa place. Il arrive ainsi à la mort de la croix, la plus douloureuse et infamante, réservée aux traîtres, aux esclaves et aux pires criminels. La solitude, la diffamation et la douleur ne sont pas encore le sommet de son dépouillement. Pour être en tout solidaire avec nous, il fait aussi, sur la croix, l?expérience du mystérieux abandon du Père. Mais dans l?abandon, il prie et s?en remet: Père, entre tes mains, je remets mon esprit. Suspendu au gibet, en plus de la dérision, il affronte la dernière tentation: la provocation à descendre de la croix, à vaincre le mal par la force et à montrer le visage d?un Dieu puissant et invincible. Jésus, au contraire, précisément ici, au faîte de l?anéantissement, révèle le vrai visage de Dieu, qui est miséricorde. Il pardonne à ceux qui l?ont crucifié, il ouvre les portes du paradis au larron repenti et touche le c?ur du centurion. Si le mystère du mal est abyssal, la réalité de l?Amour qui l?a transpercé est infinie, parvenant jusqu?au tombeau et aux enfers, assumant toute notre souffrance pour la racheter, portant la lumière aux ténèbres, la vie à la mort, l?amour à la haine.

La manière d?agir de Dieu peut nous sembler si lointaine; lui, il s?est anéanti pour nous, alors que même nous oublier un peu nous-mêmes nous paraît difficile. Il vient nous sauver; nous sommes appelés à choisir sa route: la route du service, du don, de l?oubli de soi. Puissions-nous emprunter cette route en nous arrêtant ces jours-ci pour regarder le Crucifié; c?est la Chaire de Dieu. Je vous invite à regarder cette semaine cette Chaire de Dieu, pour apprendre l?amour humble qui sauve et qui donne la vie, pour renoncer à l?égoïsme, à la recherche du pouvoir et de la renommée. Par son humiliation, Jésus nous invite à marcher sur sa route. Tournons le regard vers lui, demandons la grâce de comprendre au moins quelque chose de ce mystère de son anéantissement pour nous; ainsi, en silence, contemplons le mystère de cette Semaine".

Angélus: Journée mondiale de la Jeunesse, Jubilé des jeunes

Cité du Vatican, 20 mars 2016 (VIS). Au terme de la messe du dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur, le Pape a récité l'angélus avec les fidèles réunis Place St.Pierre et a rappelé que l'on célébrait ce dimanche la XXI Journée mondiale de la jeunesse qui culminera fin juillet avec la rencontre mondiale à Cracovie, sur le thème: Heureux les miséricordieux car ils trouveront miséricorde. " Je salue spécialement les jeunes ici présents et étends mon salut aux jeunes du monde entier -a dit le Pape-. J'espère que beaucoup viendront à Cracovie, la patrie de Jean-Paul II, initiateur des Journées mondiales de la jeunesse. Confions à son intercession les derniers mois de préparation de ce pèlerinage qui, dans le cadre de l'Année sainte de la Miséricorde, sera le Jubilé des jeunes au niveau de l'Eglise universelle". Il a ensuite ajouté que sur la Place se trouvaient de nombreux jeunes bénévoles de Cracovie qui, à leur retour en Pologne, apporteront aux responsables des nations les rameaux d'olivier cueillis à Jérusalem, Assise et au Mont Cassin, bénis aujourd'hui, "comme une invitation à cultiver des propositions de paix, de réconciliation et de fraternité" et les a encouragé pour cette initiative, en les exhortant à poursuivre avec courage. "Prions maintenant la Vierge Marie -a-t-il conclu- pour qu'elle nous aide à vivre avec intensité spirituelle la Semaine sainte".

Le Pape profondément peiné par l'accident d'avion en Russie et l'attentat à Istanbul

Cité du Vatican, 20 mars 2016 (VIS). Le Saint-Père, au travers du Secrétaire d'Etat, le Cardinal Pietro Parolin, a envoyé un message de condoléances aux autorités russes, après l'accident aérien qui a eu lieu dans la nuit du 19 mars et dans lequel ont péri les 62 passagers d'un avion de la Compagnie FlyDubai qui s'apprêtait à atterrir à l'aéroport de Rostov-sur-le-Don. Le Pape fait part de sa profonde tristesse pour ce tragique accident et de sa proximité aux victimes et à leurs familles. Je confie les âmes des disparus au Tout-puissant et implore réconfort, force et espérances divines pour ceux qui pleurent leur mort.

Toujours, par le Cardinal Parolin, le Saint-Père a envoyé un autre message de condoléances au président turc Recep Tayyip Erdogan, après l'attentat terroriste, samedi matin, dans une rue du centre d'Istanbul, où 5 personnes ont trouvé la mort et une trentaine d'autres a été blessée. Le Saint-Père a exprimé ses condoléances pour les victimes de l'attentat et sa solidarité à toutes les personnes touchées par cette tragédie. Il a demandé au président Erdogan de transmettre sa proximité spirituelle à tous, ainsi qu'au personnel qui assiste les blessés et, tout en recommandant les âmes des défunts à la Divine Miséricorde, il invoque la paix et la force pour tous ceux qui pleurent et pour la nation tout entière.

Ordinations épiscopales à Saint-Pierre: Regardez vos fidèles dans les yeux, connaissez-les.

Cité du Vatican, 19 mars 2016 (VIS). Ce matin, en la Basilique vaticane, le Saint-Père a conféré l'ordination épiscopale à Mgr.Angel Ayuso Guixot MCCJ, actuellement Secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et Mgr.Peter Bryan Wells, Nonce apostolique en Afrique du Sud, Bostwana, Lesotho et Namibie. L'homélie prononcée au cours de la messe était, en substance, l'homélie rituelle prévue dans l'édition italienne du Pontifical Romain pour l'ordination des évêques, à laquelle, comme d'habitude, le Pape a ajouté quelques considérations. "C'est Jésus-Christ qui, dans le ministère d'évêque continue de prêcher l'Evangile du salut et de sanctifier les croyants, au moyen des sacrements de la foi... Le Christ qui prêche, le Christ qui fait l'Eglise, féconde l'Eglise, le Christ qui guide: c'est ça l'évêque -a dit le Pape-.L'épiscopat est, en effet, le nom d'un service, non d'un honneur, parce qu'il revient à l'évêque de servir plus que dominer, selon le commandement du Maître: Que le plus grand d'entre vous devienne comme le plus petit. Et qui gouverne, comme celui qui sert. Soyez des serviteurs, de tous, des plus grands et des plus petits, de tous, mais toujours des serviteurs, au service".

"Annoncez la Parole en toutes occasions, opportune et non opportune... N'oubliez pas que le premier devoir de l'évêque est la prière. C'est Pierre qui l'a dit, le jour de l'élection des sept diacres. Deuxième devoir: l'annonce de la Parole. Puis viennent les autres. Mais le premier est la prière. Si un évêque ne prie pas, il ne pourra rien faire... Prenez soin et guidez l'Eglise qui vous confiée, et soyez de fidèles dispensateurs des mystères du Christ. Choisis par le Père pour gouverner sa famille, ayez toujours le regard sur le Bon Pasteur qui connaît ses brebis: derrière chaque lettre que vous recevrez, il y a une personne. Que cette personne soit connue de vous et que vous soyez capables de la reconnaître".

"Aimez avec un amour de père et de frère tous ceux que Dieu vous confie. D'abord, les prêtres et les diacres. Cela fait pleurer d'entendre qu'un prêtre a demandé de parler à son évêque et que le secrétaire répond: Il a trop à faire, il ne pourra te recevoir avant trois mois. Le premier prochain de l'évêque est son prêtre, son premier prochain. Si tu n'aimes pas ton premier prochain, tu ne seras pas capable d'aimer tout le monde. Proches des prêtres, des diacres, de vos collaborateurs dans le ministère; proches des pauvres, des sans-défense et de ceux qui ont besoin d'accueil et d'aide. Regardez les fidèles dans les yeux! Pas en biais, dans les yeux, pour regarder le c?ur. Et que ton fidèle, qu'il soit prêtre, diacre ou laïc, puisse regarder ton c?ur... Et veillez avec amour sur tout le troupeau dans lequel l'Esprit Saint vous a placé pour gouverner l'Eglise de Dieu. Et faites cela au nom du Père, dont vous êtes l'image, au nom de Jésus Christ, son Fils, duquel vous avez été constitués maîtres, prêtres et pasteurs. Au nom de l'Esprit Saint qui donne vie à l'Eglise et qui avec sa puissance soutient notre faiblesse. Que le Seigneur vous accompagne, vous soit proche sur cette route que vous commencez aujourd'hui".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 23 Mar - 9:42


Sommaire

- Le Pape adresse ses condoléances à la Belgique suite au double attentat dans la capitale
- Mgr Rino Fisichella: En lavant les pieds des réfugiés, le Pape François demande le respect pour chacun d'eux
- Autres actes pontificaux

Le Pape adresse ses condoléances à la Belgique suite au double attentat dans la capitale

Cité du Vatican, 22 mars 2016 (VIS). Le Saint-Père, au travers du Secrétaire d'Etat, le Cardinal Pietro Parolin, a envoyé un message de condoléances à Mgr Jozef De Kesel, Archevêque de Malines-Bruxelles (Belgique), suite aux attentats terroristes de ce matin dans la capitale belge qui ont causé plus d'une trentaine de victimes et et plus d'une centaine de blessés: « Apprenant les attentats survenus à Bruxelles, touchant de nombreuses personnes -dit le texte-, Sa Sainteté le Pape François confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie et s?associe par la prière à la peine de leurs proches. Il exprime sa profonde sympathie aux blessés et à leurs familles, ainsi qu?à toutes les personnes qui contribuent aux secours, demandant au Seigneur de leur apporter réconfort et consolation dans l?épreuve. Le Saint-Père condamne à nouveau la violence aveugle qui engendre tant de souffrances, et implorant de Dieu le don de la paix, il invoque sur les familles éprouvées et sur les Belges le bienfait des bénédictions divines. »

Mgr Rino Fisichella: En lavant les pieds des réfugiés, le Pape François demande le respect pour chacun d'eux

Cité du Vatican, 22 mars 2016 (VIS). Accueillir les réfugiés, comme ?uvre de miséricorde, est pour les chrétiens une forme tangible de vivre le Jubilé de la Miséricorde. C'est ce qu'écrit Mgr Rino Fisichella, Président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, dans un article où il explique le sens de la décision du Pape François de célébrer le Jeudi saint avec les réfugiés d'un centre d'accueil pour les demandeurs d'asile.

"Des millions de réfugiés sont en train de montrer au monde les traits réels d'un nouvel exode qui déplace des masses de malheureux qui n'ont plus ni maison ni patrie - écrit Mgr Fisichella-. Ils fuient à contrec?ur sous la pression de la violence gratuite, de la guerre inutile et des affres de la faim, vers des destinations qui sont souvent plus le fruit de leur imagination que la réalité. Pourtant, les pays riches de l'occident restent indifférents face à un drame qui bouleverse par sa durée et par le nombre de personnes impliquées. Dans son appel du 6 septembre dernier, quasiment à la veille du Jubilé de la Miséricorde, le Pape, au cours de l'angélus dominical, avait demandé que face à cette tragédie chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d'Europe puisse accueillir une famille, en commençant par son diocèse de Rome. Un petit geste concret pour faire prendre conscience du drame international. S'est alors mis en marche un mouvement qui a conduit à exprimer dans le silence beaucoup de solidarité. Le temps passe et la provocation initiale, semble malheureusement s'atténuer, alors que les problèmes persistent et s?aggravent. Les premiers mois de l'Année sainte de la miséricorde ont enregistré un afflux considérable de population dans le monde entier, signe évident que les chrétiens comprennent ce moment comme une opportunité qui leur est offerte pour sentir la proximité, la tendresse et le pardon de Dieu".

"Parmi les sept ?uvres de miséricorde corporelle, il reste avec sa valeur de provocation actuelle celle de l'hospitalité -a-t-il rappelé-. Accueillir les réfugiés devient donc pour les chrétiens une expression tangible pour vivre le Jubilé de la Miséricorde. En cette Année, le Pape François a l'habitude un vendredi par mois de donner un témoignage concret de ces ?uvres. Au mois de décembre, il a ouvert la Porte sainte dans l'auberge Don Luigi de Liegro qui accueille les sans-abri et distribue quotidiennement les repas. En janvier, il s'est fait proche de nombreuses personnes âgées et de quelques malades en état végétatif, pour faire comprendre que la culture du déchet n'a rien à voir avec la vision chrétienne de la vie. En février, il a visité une communauté thérapeutique pour jeunes toxicomanes afin de donner à chacun d'eux une forte dose d'espérance dans l'avenir. Jeudi saint prochain, le Pape François se rendra à Castelnuovo di Porto pour être avec les jeunes réfugiés du Centre d'accueil pour demandeurs d'asile... Cette visite sera accompagnée de la célébration du rite du lavement des pieds. Le Pape s'inclinera devant douze réfugiés et leur lavera les pieds comme signe de service et d'attention à leur condition. A l'audience jubilaire de samedi dernier, le Pape François a justement commenté le geste du lavement des pieds et a dit: En lavant les pieds des apôtres, Jésus a voulu révéler la manière d'agir de Dieu à notre égard, et donner l'exemple de son commandement nouveau de nous aimer comme lui nous a aimé, c'est-à-dire en donnant sa vie pour nous. Et pour entrer encore plus dans le détail, il a ajouté: L'amour est le service concret que nous nous rendons les uns aux autres. L'amour ne se réduit pas à des mots, mais agit par les ?uvres et le service...".

"A la lumière de cette considération, on peut comprendre la valeur symbolique que le Pape François entend graver par sa visite au centre de Castelnuovo di Porto, et son abaissement pour laver les pieds des réfugiés. Cela signifie -a-t-il souligné- que nous devons davantage prêter attention aux les plus faibles en ce moment historique; que nous sommes tous appelés à leur rendre leur dignité sans recourir à des subterfuges. Cela nous pousse à regarder vers Pâques avec les yeux de qui fait de sa foi une vie vécue au service de ceux qui portent vraiment sur leur visage les signes de la souffrance et de la violence. Nombre de ces jeunes ne sont pas catholiques. Le signe du Pape François devient donc encore plus éloquent. Il indique la voie du respect comme la route maîtresse pour la paix. Le respect, dans sa valeur sémantique, signifie s'apercevoir qu'il y a une autre personne à côté de moi. Une personne qui marche avec moi, qui souffre avec moi, qui se réjouit avec moi. Une personne sur laquelle, un jour, je pourrai m'appuyer pour trouver soutien. En lavant les pieds des réfugiés, le Pape François demande le respect pour chacun d'eux".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 23 Mar - 17:53

Sommaire

- Audience générale: Le Triduum pascal est une histoire d'amour qui ne connaît pas d'obstacle
- Appel du Pape contre les cruelles abominations des attentats terroristes de Bruxelles
- "Jésus sans abri" au Vatican
- Sur l'ouverture des archives vaticanes relatives à la période de la dictature en Argentine
- Avis

Audience générale: Le Triduum pascal est une histoire d'amour qui ne connaît pas d'obstacle

Cité du Vatican, 23 mars 2016 (VIS). Les trois jours qui nous parlent de la miséricorde de Dieu et nous font entrer dans le grand mystère de la Résurrection du Christ, ont été au c?ur de la catéchèse du Pape François à l'audience générale de ce mercredi Place St.Pierre. Les Jeudi, Vendredi et Samedi saints, "tout nous parle de la miséricorde, parce que cela permet de nous montrer jusqu'où peut aller l'amour de Dieu pour nous"... "L'Evangile de saint Jean nous donne la clef pour en comprendre le sens profond: Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout. L'amour de Dieu n'a pas de limite -a ajouté le Pape-... Le Mystère que nous adorons en cette semaine sainte est une grande histoire d'amour qui ne connaît pas d'obstacle. La Passion de Jésus dure jusqu'à la fin du monde, parce qu'elle est une histoire de partage avec les souffrances de toute l'humanité et une présence permanente dans les vicissitudes de la vie personnelle de chacun de nous. En somme, le Triduum pascal est le mémorial d'un drame d'amour qui nous donne la certitude que nous ne serons jamais abandonnés dans les épreuves de la vie".

Ainsi, le Jeudi saint, avec l'institution de l'Eucharistie et le lavement des pieds, Jésus nous enseigne que l'"Eucharistie est l'amour qui se fait service. C'est la présence sublime du Christ qui souhaite rassasier tous les hommes, spécialement les plus faibles...En se donnant à nous comme nourriture, Jésus témoigne que nous devons apprendre à partager avec les autres cette nourriture pour qu'elle devienne une vraie communion de vie avec ceux qui sont dans le besoin. Il se donne à nous et nous demande rester en lui pour faire de même".

Le Vendredi saint est le moment culminant de l'amour. "Un amour qui veut embrasser tout le monde, sans exclusion. Un amour qui s'étend à toute époque et à tout lieu: une source inépuisable de salut à laquelle chacun de nous, pécheurs, peut puiser. Si Dieu nous a montré son amour suprême dans la mort de Jésus, alors nous aussi, régénérés par l'Esprit Saint, nous pouvons et devons nous aimer les uns les autres".

Enfin, le Samedi saint, jour du silence de Dieu. "Ce doit être un jour de silence, et nous devons tout faire pour que ce soit pour nous une journée de silence, comme cela l'a été à l'époque: le jour du silence de Dieu. Jésus déposé dans le sépulcre partage avec toute l'humanité le drame de la mort. C'est un silence parlant et qui exprime l'amour comme solidarité avec les abandonnés de toujours, que le Fils de Dieu rejoint en remplissant le vide que seule la miséricorde infinie de Dieu le Père peut combler... En ce jour, l'amour, cet amour silencieux, devient attente de la vie dans la Résurrection. Réfléchissons, le Samedi saint: cela nous fera du bien de penser au silence de la Vierge Marie, la Croyante, qui en silence était dans l'attente de la Résurrection. La Vierge doit être l'icône, pour nous, de ce Samedi saint. Penser de la même façon que la Vierge qui a vécu ce Samedi saint; dans l'attente. C'est un amour qui ne doute pas, mais qui espère dans la Parole du Seigneur, pour que le jour de Pâques devienne manifeste et resplendissant".

C'est tout un grand mystère d'amour et de miséricorde...qui peut nous aider à comprendre les paroles de la mystique Julienne de Norwich dans son récit des visions de la Passion de Jésus: Alors notre bon Seigneur me demanda: Tu es contente que j'ai souffert pour toi? Je lui répondis: Oui bon Seigneur et je te remercie beaucoup; oui, bon Seigneur, sois béni. Alors Jésus, notre bon Seigneur dit: Si tu es contente, je le suis aussi. Avoir souffert la Passion pour toi est pour moi une joie, un bonheur, une réjouissance éternelle; et si je pouvais souffrir plus, je le ferais. C'est notre Jésus -s'est exclamé le Saint-Père-, qui dit à chacun d'entre nous: Si je pouvais souffrir plus, je le ferai!".

"Laissons-nous envelopper par cette miséricorde qui vient à notre rencontre. Et, en ces jours, alors que nous avons le regard fixé sur la Passion et la mort du Seigneur, accueillons dans notre c?ur la grandeur de son amour et, comme la Vierge, dans le silence du samedi, en attente de la Résurrection", a conclu le Pape.

Au terme de la catéchèse, dans les saluts en différentes langues, le Saint-Père a salué les jeunes de langue allemande participant au pèlerinage de Regnum Christi, le groupe des Filles de Marie auxiliatrice accompagnées de leurs éducateurs venant du Portugal, Brésil, Angola et Mozambique, les participants au congrès UNIV pour les étudiants organisé par la prélature de l'Opus Dei, les membres du centre école et culture italienne de Toronto, les participants à la marche de Montefortiana de Vérone et l'Association des juristes italiennes. "Que votre visite dans la ville éternelle à l'occasion du Jubilé de la miséricorde -a-t-il dit- vous permette de redécouvrir la joie de donner à travers les ?uvres de miséricorde, qui remplit plus le c?ur que recevoir".

Appel du Pape contre les cruelles abominations des attentats terroristes de Bruxelles

Cité du Vatican, 23 mars 2016 (VIS). Au terme de la catéchèse de ce mercredi, le Pape a renouvelé ses condoléances pour les attentats de la veille à Bruxelles et a lancé un appel pour que toutes les personnes de bonne volonté s'unissent dans une condamnation unanime de cet acte cruel. "J'ai suivi le c?ur meurtri les tristes informations des attentats terroristes commis hier à Bruxelles qui ont fait de nombreuses victimes et blessés -a-t-il dit-. J'assure de ma prière et de ma proximité le cher peuple belge, tous les proches des victimes et tous les blessés. Je lance de nouveau un appel à toutes les personnes de bonne volonté pour qu'elles s'unissent dans une condamnation unanime des ces cruelles abominations qui sèment seulement la mort, la terreur et l'horreur. Je demande à tous de persévérer dans la prière et de demander au Seigneur, en cette Semaine sainte, de consoler les c?urs affligés et de convertir ceux des personnes aveuglées par le fondamentalisme cruel, par l'intercession de la Vierge Marie". Le Pape a invité les personnes présentes à réciter un Je vous salue Marie et a ajouté: "Et maintenant, en silence, prions pour les morts, pour les blessés, pour leurs familles et pour tout le peuple belge".

"Jésus sans abri" au Vatican

Cité du Vatican, 23 mars 2016 (VIS). Une sculpture de bronze de Jésus, grandeur nature, représenté comme un homme sans domicile sur un banc, entouré seulement d'une couverture légère, avec les pieds qui dépassent, marqués des stigmates de la crucifixion, ?uvre de l'artiste canadien Timothy P. Schmalz, a été placée -au cours de la Semaine sainte de l'Année jubilaire- dans la cour de San Egidio au Vatican, à l'entrée des bureaux de l'Aumônerie apostolique.

M. Schmallz, qui a eu l'idée de représenter ainsi le Christ, après avoir vu un homme qui dormait à ciel ouvert sur un banc en plein hiver, en période de Noël, a présenté au Pape François, au cours d'une audience générale en novembre 2013, une copie en modèle réduit de la sculpture. Le Pape, raconte l'auteur, en a touché les genoux et les pieds et a prié. La sculpture, offerte à l'Aumônerie apostolique sur l'initiative de M. Schmalz, est un exemplaire fondu en bronze du moule originel, dont le premier exemplaire se trouve au Regis College, la Faculté jésuite de Toronto (Canada). Il existe différentes copies du Jésus sans abri, en Australie, à Cuba, en Inde, en Irlande, en Espagne et aux Etats-Unis. Une autre ?uvre de l'artiste, Jésus mendiant, se trouve à l'entrée principale de l'hôpital romain du Saint Esprit.

Sur l'ouverture des archives vaticanes relatives à la période de la dictature en Argentine

Cité du Vatican, 23 mars 2016 (VIS). Le P. Federico Lombardi, SJ, Directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, répondant ce matin aux questions de quelques journalistes, a précisé que comme il avait déjà été évoqué, le Pape François a fait connaître son intention d'ouvrir à la consultation les archives vaticanes relatives à l'époque de la dictature en Argentine (1976-1983). Cela suppose naturellement de cataloguer les documents. Le travail se déroule normalement et il est prévu qu'il puisse être terminé au cours des prochains mois, après quoi on pourra étudier les moments et les conditions pour la consultation, en accord avec la Conférence épiscopale argentine. Jusqu'à présent, on a toutefois cherché à répondre à des demandes spécifiques pour des questions à caractère judiciaire (rogatoires) ou humanitaire.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 30 Mar - 21:50

Sommaire

- Audience générale: Le pardon de Dieu donne la dignité de se relever
- Assemblée plénière de la Commission pontificale biblique
- Regina Coeli: le Pape François manifeste sa proximité aux victimes des attentats à Lahore (Pakistan)
- Dimanche de Pâques. Seule une miséricorde infinie peut nous donner le salut
- Message de condoléances suite à l'attentat au stade d'Iskandariyah (Irak)
- Samedi saint. Le Seigneur nous libère d'être des chrétiens sans espérance
- Chemin de croix dans la ville de Rome
- Vendredi saint. Chemin de croix au Colisée: La croix du Christ, symbole de l'amour divin et de l'injustice humaine
- Jeudi saint. Messe in coena Domini: Frères avec des cultures, religions et traditions différentes
- Jeudi saint. Messe chrismale: Laisser la place au torrent de la Miséricorde divine
- Autres actes pontificaux

Audience générale: Le pardon de Dieu donne la dignité de se relever

Cité du Vatican, 30 mars 2016 (VIS). C'est avec la méditation du psaume 51, appelé Miserere, que le Pape François a conclu ce matin sa catéchèse sur la miséricorde dans l'Ancien Testament. Il s'agit d'un psaume pénitentiel qui, selon une ancienne tradition juive, exprime le repentir du roi David après son adultère avec Bethsabée et l'assassinat de son mari, le hittite Urie. Le prophète Nathan révèle au monarque sa faute et l'aide à la reconnaître. "Et là, David a été humble, il a été grand! -a dit le Pape aux quelque trente mille fidèles qui participaient à l'audience générale sur la Place St.Pierre-. Et ce qu'il avait fait n'était pas un petit péché, un petit mensonge: il avait commis un adultère et un assassinat!". Mais le roi qui se confie à Dieu, s'humilie sans peur de confesser sa faute ni de montrer sa misère, parce qu'il est convaincu de la miséricorde du Seigneur.

Ainsi, l'invocation du psaume, s'adresse au Dieu de la miséricorde pour que "mû par un amour grand comme celui d'un père ou d'une mère, il ait pitié, c'est-à-dire qu'il montre sa faveur avec bienveillance et compréhension. C'est un appel ancré à Dieu, le seul à pouvoir libérer du péché...qui manifeste...le vrai besoin de l'homme: la seule chose dont nous avons vraiment besoin dans notre vie, c'est d'être pardonnés, libérés du mal et de ses conséquences de mort. Malheureusement, la vie nous fait expérimenter tant de fois ces situations; nous devons alors avant tout avoir confiance en la miséricorde. Dieu est plus grand que notre péché... Dieu est plus grand que tous les péchés que nous pouvons commettre... Et son amour est un océan dans lequel nous pouvons nous plonger sans peur de nous noyer: pardonner pour Dieu signifie nous donner la certitude qu'il ne nous abandonne jamais. Quoi que nous puissions faire de mal, il est encore plus grand que tout".

"C'est pourquoi, qui prie avec ce psaume recherche le pardon, confesse sa faute, mais en la reconnaissant célèbre la justice et la sainteté de Dieu. Et demande encore grâce et miséricorde. Le psalmiste...sait que le pardon divin est extrêmement efficace... Il ne cache pas le péché, mais le détruit et l'efface...depuis sa racine... C'est pourquoi le pénitent redevient pur. Nous, pécheurs -a ajouté le Pape-, devenons des créatures nouvelles... Alors une nouvelle réalité commence pour nous: un c?ur nouveau, un esprit nouveau, une vie nouvelle. Nous, pécheurs pardonnés, qui avons reçu la grâce divine, nous pouvons donc enseigner aux autres à ne plus pécher. Mais Père, je suis faible, je tombe... Mais si tu tombes, relève-toi! Quand un enfant tombe...il tend la main vers sa mère ou vers son père pour qu'il le relève. Faisons de même. Si tu tombes dans le péché par faiblesse, tends la main. Le Seigneur la prendra et t'aidera à te relever. C'est la dignité du pardon de Dieu. La dignité que nous donne le pardon de Dieu est de nous relever, de nous remettre toujours sur pieds, parce qu'il a créé l'homme et la femme pour qu'ils soient debout. Le pardon de Dieu est ce dont nous avons besoin et il est le signe le plus grand de sa miséricorde -a conclu le Saint-Père-. Un don que tout pécheur pardonné est appelé à partager avec chaque frère et s?ur qu'il rencontre...Il est beau d'être pardonné, mais toi aussi, si tu veux être pardonné, pardonne à ton tour. Pardonne".

Assemblée plénière de la Commission pontificale biblique

Cité du Vatican, 30 mars 2016 (VIS). La Commission pontificale biblique tiendra son assemblée plénière annuelle du 4 au 8 avril à la Maison Ste.Marthe (Cité du Vatican), sous la présidence du Cardinal Gerhard Ludwig Müller. Le P. Pietro Bovati, SJ, Secrétaire général, dirigera les travaux de l'assemblée. Après la publication du document: Inspiration et vérité de la Bible. La parole qui vient de Dieu et parle de Dieu pour sauver le monde (LEV 2014), la Commission a commencé à approfondir différentes thématiques d'anthropologie biblique.

Regina Coeli: le Pape François manifeste sa proximité aux victimes des attentats à Lahore (Pakistan)

Cité du Vatican, 28 mars 2016 (VIS). "En ce lundi de Pâques...nous nous trouvons aujourd'hui encore devant la tombe vide de Jésus, et méditons avec stupeur et reconnaissance sur le grand mystère de la résurrection du Seigneur. La vie a vaincu la mort. La miséricorde et l'amour l'ont emporté sur le péché!", a dit le Pape aux fidèles réunis à midi Place St.Pierre pour réciter le Regina Coeli, prière qui remplace l'angélus pendant le temps pascal. La vérité de la résurrection, a expliqué le Pape, a marqué de façon indélébile la vie des apôtres qui, après la résurrection, "sentirent de nouveau le besoin de suivre leur Maître et, après avoir reçu l'Esprit Saint, s'en allèrent sans peur annoncer à tous ce qu'ils avaient vu de leurs yeux et personnellement expérimenté".

"En cette Année jubilaire, nous sommes appelés à redécouvrir et à accueillir avec une intensité particulière, l'annonce réconfortante de la résurrection: Le Christ, mon espérance, est ressuscité! Si le Christ est ressuscité, nous pouvons regarder avec des yeux et un c?ur nouveau tout événement de notre vie, même les plus négatifs. Les moments d'obscurité, d'échec et de péché peuvent se transformer et annoncer un chemin nouveau. Quand nous avons touché le fond de notre misère et de notre faiblesse, le Christ ressuscité nous donne la force de nous relever...Marie fut le témoin silencieux des événements de la passion et de la résurrection de Jésus. Elle était au pied de la croix: elle ne s'est pas repliée face à la douleur, mais sa foi l'a rendu forte. Dans son c?ur meurtri de mère, la flamme de l'espérance est toujours restée allumée... Que la Vierge Marie -s'est exclamé le Pape- nous donne la certitude de foi que chaque pas souffert sur notre chemin, éclairé par la lumière de la Pâque, deviendra bénédiction et joie pour nous et pour les autres, spécialement pour ceux qui souffrent à cause de l?égoïsme et de l'indifférence".

Après la prière mariale, le Pape a rappelé l'exécrable attentat de la veille dans un parc de Lahore (Pakistan) où ont péri plus de soixante-dix personnes, en majorité des enfants et des femmes de la minorité chrétienne qui célébrait la Pâque. "Je désire manifester ma proximité à ceux qui ont été touchés par ce crime vil et insensé, et j'invite à prier le Seigneur pour les nombreuses victimes et pour leurs proches. Je fais appel aux autorités civiles et à toutes les composantes sociales de cette nation, afin qu'elles fassent leur possible pour ramener la sécurité et la sérénité dans la population et, en particulier, pour les minorités religieuses les plus vulnérables. Je répète encore une fois que la violence et la haine homicide conduisent seulement à la douleur et à la destruction; le respect et la fraternité sont la seule voie pour atteindre la paix. Que la Pâque du Seigneur nous encourage, encore plus fortement, à prier Dieu, afin que s'arrêtent les mains des violents qui sèment terreur et mort, et que dans le monde puisse régner l'amour, la justice et la réconciliation".

Dimanche de Pâques. Seule une miséricorde infinie peut nous donner le salut

Cité du Vatican, 27 mars 2016 (VIS). Ce matin à 10h, pour le dimanche de Pâques de la Résurrection du Seigneur, le Pape François a présidé la messe Place St.Pierre, qui a commencé avec le rite du Resurrexit, et à laquelle ont participé des dizaines de milliers de fidèles romains et du monde entier, venus à Rome pour les fêtes pascales. Le Saint-Père n'a pas prononcé d'homélie puisque qu'après la messe a eu lieu la bénédiction Urbi Et Orbi et la proclamation du message pascal dans lequel il a demandé que le Christ ressuscité montre des chemins d'espérance à la Syrie, aux pays du Moyen-Orient et à l'Ukraine. Il a aussi évoqué les victimes du terrorisme et la violence en Belgique, en Turquie, au Nigeria, au Tchad, au Cameroun, en Côte d'Ivoire et en Irak, et a prié pour une bonne issue des négociations de paix au Burundi, au Mozambique, en République Démocratique du Congo et au Sud Soudan, sans manquer de mentionner le Venezuela. Le Pape n'a pas oublié non plus la multitude d'hommes et de femmes à la recherche d'un monde meilleur, les personnes persécutées pour leur foi, la planète maltraitée et vilipendée, et rappelant que le Ressuscité fait toutes choses nouvelles, il a exhorté à "relancer avec une plus grande vigueur et espérance la construction de chemins de réconciliation avec Dieu et avec les frères". Voici le message pascal du Pape François:

Rendez grâce au Seigneur: il est bon, éternel est son amour.

Chers frères et s?urs, bonnes fêtes de Pâques.

Jésus-Christ, incarnation de la miséricorde de Dieu, est mort par amour sur la croix, et, par amour, est ressuscité. C?est pourquoi nous proclamons aujourd?hui: Jésus est le Seigneur! Sa résurrection accomplit pleinement la prophétie du Psaume: la miséricorde de Dieu est éternelle, son amour est pour toujours, il ne mourra jamais. Nous pouvons nous confier totalement à lui, et nous lui rendons grâces parce qu?il est descendu pour nous jusqu?au fond de l?abîme. Face aux gouffres spirituels et moraux de l?humanité, face aux vides qui s?ouvrent dans les c?urs et qui provoquent la haine et la mort, seule une miséricorde infinie peut nous donner le salut. Seul Dieu peut remplir de son amour ces vides, ces abîmes, et nous permettre de ne pas nous écrouler, mais de continuer à marcher ensemble vers le Terre de la liberté et de la vie. L?annonce joyeuse de Pâques: Jésus, le crucifié, n?est pas ici, il est ressuscité, nous offre la consolante certitude que l?abîme de la mort a été traversé et, avec lui, le deuil, la plainte et l?angoisse ont été vaincus. Le Seigneur, qui a souffert l?abandon de ses disciples, le poids d?une condamnation injuste, et la honte d?une mort infamante, nous rend maintenant participants de sa vie immortelle, et il nous donne son regard de tendresse et de compassion envers les affamés et les assoiffés, les étrangers et les prisonniers, les marginaux et les exclus, les victimes des abus et de la violence. Le monde est rempli de personnes qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit, et chaque jour les journaux sont pleins de nouvelles de crimes atroces, commis souvent dans les murs du foyer domestique, et de conflits armés, à grande échelle, qui soumettent des populations entières à des épreuves indicibles.

Que le Christ ressuscité ouvre des chemins d?espérance à la Syrie bien aimée, pays déchiqueté par un long conflit, avec son triste cortège de destructions, de mort, de mépris du droit humanitaire et de décomposition de la cohabitation civile. Nous confions à la puissance du Seigneur ressuscité les discussions en cours, pour que, grâce à la bonne volonté et à la collaboration de tous, on puisse recueillir des fruits de paix et engager la construction d?une société fraternelle, respectueuse de la dignité et des droits de tout citoyen. Que le message de vie, qui a retenti dans la bouche de l?Ange près de la pierre basculée du tombeau, soit victorieux de la dureté des c?urs et promeuve une rencontre féconde des peuples et des cultures dans les autres zones du bassin méditerranéen et du Moyen Orient, en particulier en Irak, au Yémen et en Libye.

Que l?image de l?homme nouveau qui resplendit sur le visage du Christ favorise la cohabitation entre Israéliens et Palestiniens en Terre Sainte, ainsi que la disponibilité patiente et l?engagement quotidien à se dévouer pour construire les bases d?une paix juste et durable, par le moyen de négociations directes et sincères. Que le Seigneur de la vie accompagne aussi les efforts visant à trouver une solution définitive à la guerre en Ukraine, en inspirant et en soutenant également les initiatives d?aide humanitaire, parmi lesquelles la libération des personnes détenues.

Que le Seigneur Jésus, notre Paix, qui par sa résurrection a vaincu le mal et le péché, stimule en cette fête de Pâques notre proximité aux victimes du terrorisme, forme aveugle et atroce de violence qui ne cesse pas de répandre le sang innocent en diverses parties du monde, comme cela s?est produit dans les récents attentats en Belgique, en Turquie, au Nigeria, au Tchad, au Cameroun, en Côte d?Ivoire, et en Irak. Que les ferments d?espérance et les perspectives de paix en Afrique aboutissent ; je pense en particulier au Burundi, au Mozambique, à la République Démocratique du Congo et au Sud Soudan, marqués par des tensions politiques et sociales.

Avec les armes de l?amour, Dieu a vaincu l?égoïsme et la mort; son Fils Jésus est la porte de la miséricorde grand ouverte à tous. Que son message pascal se projette de plus en plus sur le peuple vénézuélien, qui se trouve dans des conditions difficiles pour vivre, et sur tous ceux qui ont en main les destinées du pays, afin que l?on puisse travailler en vue du bien commun, en cherchant des espaces de dialogue et de collaboration avec tous. Que partout on se dévoue pour favoriser la culture de la rencontre, la justice et le respect réciproque, qui seuls peuvent garantir le bien être spirituel et matériel des citoyens.

Le Christ ressuscité, annonce de vie pour toute l?humanité, se prolonge au long des siècles, et nous invite à ne pas oublier les hommes et les femmes en chemin, dans la recherche d?un avenir meilleur, file toujours plus nombreuse de migrants et de réfugiés ? parmi lesquels de nombreux enfants ? fuyant la guerre, la faim, la pauvreté et l?injustice sociale. Ces frères et s?urs rencontrent trop souvent en chemin la mort ou du moins le refus de ceux qui pourraient leur offrir un accueil et de l?aide. Que le rendez-vous du prochain Sommet humanitaire mondial n?oublie pas de mettre au centre la personne humaine avec sa dignité et d?élaborer des politiques capables d?assister et de protéger les victimes des conflits et des autres situations d?urgence, surtout les plus vulnérables et tous ceux qui sont persécutés pour des raisons ethniques et religieuses. En ce jour glorieux, que notre terre soit heureuse, irradiée de tant de feux, terre qui est pourtant tellement maltraitée et vilipendée par une exploitation avide de gain qui altère les équilibres de la nature. Je pense en particulier à ces zones touchées par les effets des changements climatiques, qui provoquent souvent la sécheresse ou de violentes inondations, avec, en conséquence, des crises alimentaires en plusieurs endroits de la planète.

Avec nos frères et s?urs qui sont persécutés pour la foi et pour leur fidélité au nom du Christ, et face au mal qui semble avoir le dessus dans la vie de beaucoup de personnes, réécoutons la consolante parole du Seigneur: Courage! Moi, je suis vainqueur du monde. C?est aujourd?hui le jour resplendissant de cette victoire, parce que le Christ a foulé aux pieds la mort, et par sa résurrection il a fait resplendir la vie et l?immortalité. Il nous fait passer de l?esclavage à la liberté, de la tristesse à la joie, du deuil à la fête, des ténèbres à la lumière, de l?esclavage à la rédemption. Disons-lui: Alléluia! A tous ceux qui, dans nos sociétés, ont perdu toute espérance et le goût de vivre, aux personnes âgées écrasées qui, dans la solitude, sentent leur forces diminuer, aux jeunes qui pensent ne pas avoir d?avenir, à tous j?adresse encore une fois les paroles du Ressuscité: Voici que je fais toutes choses nouvelles? A celui qui a soif, moi, je donnerai l?eau de la source de vie, gratuitement. Que le message rassurant de Jésus nous aide chacun à repartir avec plus de courage et d?espérance pour construire des chemins de réconciliations avec Dieu et avec les frères. Nous en avons tellement besoin".

Message de condoléances suite à l'attentat au stade d'Iskandariyah (Irak)

Cité du Vatican, 27 mars 2016 (VIS). Le Saint-Père, à travers le Cardinal Secrétaire d'Etat, Pietro Parolin, a envoyé un message de condoléances au nonce apostolique en Irak, Mgr Alberto Ortega Martín, pour les victimes de l'attentat terroriste au stade d'Iskandariyah où trente personnes ont trouvé la mort. "Profondément peiné en apprenant la perte de vies causée par l'attentat terroriste à Iskandariyah -dit le texte- Sa Sainteté le Pape offre ses ferventes prières pour les victimes et leurs familles, et invoque la miséricorde de Dieu pour les morts et son divin réconfort pour ceux qui souffrent. Il prie pour qu'en réponse à cet acte de violence insensé, le peuple irakien affirme sa décision de repousser le chemin de la haine et du conflit et de travailler ensemble sans peur à un avenir de respect mutuel, de solidarité et de liberté".

Samedi saint. Le Seigneur nous libère d'être des chrétiens sans espérance

Cité du Vatican, 26 mars 2016 (VIS). Ne pas céder à la tristesse ou à l'obscurité, s'ouvrir à la lumière de l'espérance et laisser entrer dans nos c?urs la lumière du Ressuscité, a été l'exhortation que le Pape François a adressée à tous les fidèles au cours de la vigile pascale célébrée dans la basilique vaticane, et au cours de laquelle, après la bénédiction du feu et du cierge pascal et le chant de l'Exultet, il a administré le baptême à 12 personnes provenant d'Italie, d'Albanie, du Cameroun, de Corée, d'Inde et de Chine. Dans son homélie, le Pape s'est interrogé sur les pensées qui agitaient l'esprit et le c?ur de Pierre, alors qu'il courait au sépulcre comme le raconte le récit évangélique, et qui comme les autres disciples ne crut pas au témoignage des femmes, le prenant pour un délire. "Il y avait donc le doute dans le c?ur de Pierre -a dit le Pape-, accompagné de nombreuses pensées négatives: la tristesse pour la mort du Maître aimé, et la déception de l?avoir trahi trois fois pendant la Passion".

"Mais il y a un détail qui marque un tournant: Pierre, après avoir écouté les femmes et ne pas les avoir cru, cependant se leva. Il n?est pas resté assis à réfléchir, il n?est pas resté enfermé à la maison comme les autres. Il ne s?est pas laissé prendre par l?atmosphère morose de ces journées, ni emporter par ses doutes; il ne s?est pas laissé accaparer par les remords, par la peur ni par les bavardages permanents qui ne mènent à rien. Il a cherché Jésus, pas lui-même. Il a préféré la voie de la rencontre et de la confiance et, tel qu?il était, il s?est levé et a couru au tombeau, d?où il revint tout étonné. Cela a été le début de la résurrection de Pierre, la résurrection de son c?ur. Sans céder à la tristesse ni à l?obscurité, il a laissé place à la voix de l?espérance: il a permis que la lumière de Dieu entre dans son c?ur, sans l?éteindre. Les femmes aussi, qui étaient sorties tôt le matin pour accomplir une ?uvre de miséricorde, pour porter les aromates à la tombe, avaient vécu la même expérience. Elles étaient saisies de crainte et gardaient le visage incliné vers le sol, mais elles ont été troublées en entendant les paroles de l?ange: Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts?".

"Nous aussi, comme Pierre et les femmes, nous ne pouvons pas trouver la vie en restant tristes, sans espérance, et en demeurant prisonniers de nous-mêmes - a ajouté le Saint-Père-. Mais ouvrons au Seigneur nos tombeaux scellés, chacun de nous les connais, pour que Jésus entre et donne vie; portons-lui les pierres des rancunes et les amas du passé, les lourds rochers des faiblesses et des chutes. Il souhaite venir et nous prendre par la main, pour nous tirer de l?angoisse. Mais la première pierre à faire rouler au loin cette nuit, c?est le manque d?espérance qui nous enferme en nous-mêmes. Que le Seigneur nous libère de ce terrible piège d?être des chrétiens sans espérance, qui vivent comme si le Seigneur n?était pas ressuscité et comme si nos problèmes étaient le centre de la vie. Nous voyons et nous verrons continuellement des problèmes autour de nous et en nous. Il y en aura toujours. Mais, cette nuit, il faut éclairer ces problèmes de la lumière du Ressuscité, en un certain sens, les évangéliser. Evangéliser les problèmes. Les obscurités et les peurs ne doivent pas accrocher le regard de l?âme et prendre possession du c?ur; mais écoutons la parole de l?ange: le Seigneur n?est pas ici, il est ressuscité, il est notre plus grande joie, il est toujours à nos côtés et ne nous décevra jamais".

"Voilà le fondement de l?espérance, qui n?est pas un simple optimisme, ni une attitude psychologique ou une bonne invitation à nous donner du courage. L?espérance chrétienne est un don que Dieu nous fait, si nous sortons de nous-mêmes et nous ouvrons à lui. Cette espérance ne déçoit pas car l?Esprit Saint a été répandu dans nos c?urs. Le Consolateur ne rend pas tout beau, il ne supprime pas le mal d?un coup de baguette magique, mais il infuse la vraie force de la vie, qui n?est pas une absence de problèmes mais la certitude d?être toujours aimés et pardonnés par le Christ qui, pour nous, a vaincu le péché, a vaincu la mort, a vaincu la peur. Aujourd?hui c?est la fête de notre espérance, la célébration de cette certitude: rien ni personne ne pourra jamais nous séparer de son amour. Le Seigneur est vivant et veut être cherché parmi les vivants. Après l?avoir rencontré, il envoie chacun porter l?annonce de Pâques, susciter et ressusciter l?espérance dans les c?urs appesantis par la tristesse, chez celui qui peine à trouver la lumière de la vie. Il y en a tellement besoin aujourd?hui. Oublieux de nous-mêmes, comme des serviteurs joyeux de l?espérance, nous sommes appelés à annoncer le Ressuscité avec la vie et par l?amour; autrement nous serions une structure internationale avec un grand nombre d?adeptes et de bonnes règles, mais incapables de donner l?espérance dont le monde est assoiffé".

"Comment pouvons-nous nourrir notre espérance? -a demandé le Pape-. La liturgie de cette nuit nous donne un bon conseil. Elle nous apprend à faire mémoire des ?uvres de Dieu. Les lectures nous ont raconté, en effet, sa fidélité, l?histoire de son amour envers nous. La Parole vivante de Dieu est capable de nous associer à cette histoire d?amour, en alimentant l?espérance et en ravivant la joie. L?Evangile que nous avons entendu nous le rappelle aussi : les anges, pour insuffler l?espérance aux femmes, disent: Rappelez-vous ce qu?il vous a dit. Faire mémoire des paroles de Jésus, faire mémoire de tout ce qu?il a fait dans notre vie. N?oublions pas sa Parole ni ses ?uvres, autrement nous perdrions l?espérance et deviendrions des chrétiens sans espérance; au contraire, faisons mémoire du Seigneur, de sa bonté et de ses paroles de vie qui nous ont touchés; rappelons-les et faisons-les nôtres, pour être les sentinelles du matin qui sachent découvrir les signes du Ressuscité. Chers frères et s?urs -a-t-il conclu-, le Christ est ressuscité! Et nous avons la possibilité de nous ouvrir et de recevoir son don d?espérance. Ouvrons-nous à l?espérance et mettons-nous en route; que la mémoire de ses ?uvres et de ses paroles soit une lumière éclatante qui guide nos pas dans la confiance, vers cette Pâque qui n?aura pas de fin".

Chemin de croix dans la ville de Rome

Cité du Vatican, 26 mars 2016 (VIS). A la dernière heure du Vendredi saint, alors qu'au Colisée avait lieu la Via Crucis, l'Aumônier apostolique, Mgr Konrad Krajewski, avec quelques collaborateurs bénévoles et quelques sans-abri accueillis à l'auberge Don de Miséricorde, ont parcouru les rues de Rome, en union spirituelle avec le chemin de croix du Saint-Père. Ils ont offert un sac de couchage aux hommes et femmes qu'ils ont trouvé en train de dormir dans la rue, une caresse de la part du Pape François. Ce chemin de croix, qui s'est terminé après minuit, a compté près d'une centaine de stations.

Vendredi saint. Chemin de croix au Colisée: La croix du Christ, symbole de l'amour divin et de l'injustice humaine

Cité du Vatican, 25 mars 2016 (VIS). Ce soir à 21h 15', le Saint-Père a présidé le chemin de Croix au Colisée de Rome, auquel ont assisté des milliers de personnes qui ont suivi les stations à la lumière des torches. L'évêque de Rome, le Cardinal Agostino Vallini, a porté la croix à la première et à la dernière station, tandis que pour les douze autres stations, les porteurs ont été deux familles de Rome, membres de l'association Unitalsi qui assiste les malades dans leurs pèlerinages, un groupe de formateurs de jeunes, les frères de Terre Sainte et divers fidèles provenant de Chine, Russie, Paraguay, Bosnie, Equateur, Ouganda, Kenya, Mexique, République Centrafricaine, Etats-Unis, Bolivie et Syrie. Les textes des méditations et des prières proposées cette année pour les quatorze stations ont été préparés par le Cardinal Gualtiero Bassetti, archevêque de Perugia-Città della Pieve (Italie), sur le thème: Dieu est miséricorde. Auparavant à 17h, en la Basilique vaticane, le Pape avait présidé la célébration de la Passion du Seigneur, durant laquelle a été lu l'évangile de saint Jean, suivi de la prière universelle puis de l'adoration de la Croix. Au terme de la Via Crucis, le Pape a récité cette prière qu'il avait composée:

"O Croix du Christ, symbole de l?amour divin et de l?injustice humaine, icône du sacrifice suprême par amour et de l?égoïsme extrême par stupidité, instrument de mort et chemin de résurrection, signe de l?obéissance et emblème de la trahison, échafaud de la persécution et étendard de la victoire.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dressée en nos s?urs et nos frères tués, brûlés vifs, égorgés et décapités avec des épées barbares et dans le silence lâche.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les visages des enfants, des femmes et des personnes, épuisés et apeurés qui fuient les guerres et les violences et ne trouvent souvent que la mort et tant de Pilate aux mains lavées.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les docteurs de la lettre et non de l?esprit, de la mort et non de la vie, qui au lieu d?enseigner la miséricorde et la vie, menacent de punition et de mort et condamnent le juste.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les ministres infidèles qui au lieu de se dépouiller de leurs vaines ambitions dépouillent même les innocents de leur dignité.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les c?urs endurcis de ceux qui jugent facilement les autres, c?urs prêts à les condamner même à la lapidation, sans jamais s?apercevoir de leurs propres péchés et de leurs fautes.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les fondamentalismes et dans le terrorisme des adeptes de certaines religions qui profanent le nom de Dieu et l?utilisent pour justifier leurs violences inouïes.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui en ceux qui veulent t?enlever des lieux publics et t?exclure de la vie publique, au nom de quelque paganisme laïc ou même au nom de l?égalité que tu nous as toi-même enseignée.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les puissants et dans les vendeurs d?armes qui alimentent le four des guerres avec le sang innocent des frères.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les traîtres qui, pour trente deniers, livrent n?importe qui à la mort.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les voleurs et les corrompus qui au lieu de sauvegarder le bien commun et l?éthique se vendent dans le misérable marché de l?immoralité.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les sots qui construisent des entrepôts pour conserver des trésors qui périssent, laissant Lazare mourir de faim à leurs portes.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les destructeurs de notre maison commune qui par leur égoïsme ruinent l?avenir des générations futures.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les personnes âgées abandonnées de leurs proches, dans les personnes avec un handicap et dans les enfants sous-alimentés et écartés par notre société hypocrite et égoïste.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans notre Méditerranée et dans la Mer Egée devenues un cimetière insatiable, image de notre conscience insensible et droguée.

O Croix du Christ, image de l?amour sans fin et chemin de la Résurrection, nous te voyons encore aujourd?hui dans les personnes bonnes et justes qui font le bien sans chercher les applaudissements ou l?admiration des autres.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les ministres fidèles et humbles qui éclairent l?obscurité de notre vie comme des bougies qui se consument gratuitement pour éclairer la vie de ceux qui sont les derniers.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les visages des s?urs et des personnes consacrées ? les bons samaritains ? qui abandonnent tout pour panser dans le silence évangélique, les blessures de la pauvreté et de l?injustice.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les miséricordieux qui trouvent dans la miséricorde l?expression la plus haute de la justice et de la foi.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les personnes simples qui vivent joyeusement leur foi dans le quotidien et dans l?observance filiale des commandements.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les repentis qui savent, de la profondeur de la misère de leurs péchés, crier: Seigneur, souviens-toi de moi dans ton Royaume!

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les bienheureux et dans les saints qui savent traverser l?obscurité de la nuit de la foi sans perdre la confiance en toi et sans prétendre comprendre ton silence mystérieux.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les familles qui vivent leur vocation au mariage avec fidélité et fécondité.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les bénévoles qui secourent généreusement les personnes dans le besoin et celles qui sont battues.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les persécutés pour leur foi qui dans la souffrance continuent à rendre un témoignage authentique à Jésus et à l?Evangile.

O Croix du Christ, nous te voyons encore aujourd?hui dans les rêveurs qui vivent avec un c?ur d?enfant et qui travaillent chaque jour pour rendre le monde un peu meilleur, plus humain et plus juste.

Dans ta sainte Croix, nous voyons Dieu qui aime jusqu?au bout, et nous voyons la haine qui fait la loi et assèche les c?urs et les esprits de ceux qui préfèrent les ténèbres à la lumière.

O Croix du Christ, Arche de Noé qui a sauvé l?humanité du déluge du péché, sauve-nous du mal et du malin! O Trône de David et sceau de l?alliance divine et éternelle, réveille-nous des séductions de la vanité! O cri d?amour, suscite en nous le désir de Dieu, du bien et de la lumière.

O Croix du Christ, enseigne-nous que l?aube du soleil est plus forte que l?obscurité de la nuit. O Croix du Christ, enseigne-nous que l?apparente victoire du mal se dissipe devant le tombeau vide et face à la certitude de la Résurrection et de l?amour de Dieu que rien ne peut vaincre ou obscurcir ou affaiblir. Amen!"

Jeudi saint. Messe in coena Domini: Frères avec des cultures, religions et traditions différentes

Cité du Vatican, 24 mars 2016 (VIS). "Les gestes parlent plus que les images et les mots". C'est ce qu'a dit le Pape François, cette après-midi au cours de la célébration de la messe de la Cène du Seigneur aux réfugiés accueillis par le centre pour les demandeurs d'asile de Castelnuovo di Porto, aux douze personnes, onze hommes et une femme, à qui il a lavé les pieds au cours du rite du Jeudi saint. Les membres de la coopérative sociale Auxilium qui travaillent dans cette structure ont aussi participé à la messe.

Dans son homélie, le Pape a rappelé les deux gestes qui caractérisent la dernière Cène: celui de Jésus qui lave les pieds aux apôtres, et celui de Judas qui sort du Cénacle pour recouvrer les 30 pièces pour lesquelles il a vendu le Christ. "Aujourd'hui aussi, nous voyons ces deux gestes -a dit le Pape-. Le premier, c'est celui de ce soir; nous tous, ensemble, hindous, musulmans, catholiques, coptes, évangéliques, mais frères, fils du même Dieu, voulons vivre en paix, intégrés. L'autre geste, c'est celui d'il y a trois jours: un geste de guerre, de destruction dans une ville d'Europe, de gens qui ne veulent pas vivre en paix. Mais derrière ce geste, comme derrière celui de Judas, il y en a d'autres. Ceux qui lui ont donné de l'argent pour qu'il livre Jésus. Derrière ce geste d'il y a trois jours dans cette capitale européenne, se trouvent les fabricants d'armes, les trafiquants qui veulent du sang, non la paix, qui veulent la guerre et non la fraternité".

"Aujourd'hui, pendant cette célébration, quand je ferai le même geste que Jésus, en lavant les pieds de douze d'entre vous, -a-t-il poursuivi-, nous ferons tous le geste de fraternité et nous dirons tous: Nous sommes différents... nous avons des cultures et des religions différentes, mais nous sommes des frères et nous voulons vivre en paix... Chacun de nous porte son histoire...tant de croix, tant de douleurs, mais aussi un c?ur ouvert qui veut la fraternité. Que chacun, dans sa langue religieuse, prie le Seigneur pour que cette fraternité soit contagieuse dans le monde, pour que n'existent plus ces 30 pièces pour tuer son frère, mais pour qu'il y ait toujours la fraternité et la bonté". Au terme de la célébration, le Saint-Père a salué les hôtes du centre et les a remercié d'avoir pu les rencontrer. Avant de partir, il leur a dit: Rappelons-nous et montrons qu'il est beau de vivre ensemble comme des frères, avec des cultures, religions et traditions différentes. Nous sommes tous frères! Et cela porte un nom: paix et amour".

Jeudi saint. Messe chrismale: Laisser la place au torrent de la Miséricorde divine

Cité du Vatican, 24 mars 2016 (VIS). Ce matin à 9h 30' en la Basilique vaticane, le Saint-Père a présidé la messe chrismale, liturgie célébrée le Jeudi saint dans toutes les églises cathédrales. Les cardinaux, évêques et prêtres diocésains et religieux de Rome ont concélébré avec le Pape. Au cours de la célébration eucharistique, les prêtres ont renouvelé les promesses faites à leur ordination, puis ont été bénis les huiles destinées aux malades, aux catéchumènes et le chrême. Dans son homélie, le Pape François, citant la lecture du passage d?Isaïe, a expliqué qu'en entendant des lèvres de Jésus, les paroles: Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Ecriture que vous venez d'entendre, des applaudissement auraient bien pu éclater dans la synagogue de Nazareth... Mais les Evangiles nous disent que des sentiments opposés surgirent chez les compatriotes de Jésus: ils l?éloignèrent et lui fermèrent leur c?ur? S?accomplissait ainsi ce que le vieux Siméon avait prophétisé à la Vierge: il sera un signe de contradiction. Jésus, par ses paroles et ses gestes, fait en sorte que se révèle ce que tout homme et toute femme porte en son c?ur.

"Et là où le Seigneur annonce l?Evangile de la miséricorde sans condition du Père envers les plus pauvres, les plus éloignés et opprimés, c?est justement là que nous sommes appelés à choisir, à mener le bon combat, celui de la foi -a-t-il poursuivi-. La lutte du Seigneur n?est pas contre les hommes mais contre le démon, ennemi de l?humanité. Mais le Seigneur passe au milieu de ceux qui cherchent à l?arrêter et poursuit son chemin. Jésus ne combat pas pour consolider un espace de pouvoir. S?il brise les clôtures et remet en cause les sécurités, c?est pour ouvrir une brèche au torrent de la miséricorde qu?il désire déverser sur la terre... une miséricorde en chemin, une miséricorde qui cherche tous les jours le moyen de faire un pas en avant, un petit pas en avant, avançant sur la terre inconnue, où règnent l?indifférence et la violence. Telle a été la dynamique du bon Samaritain qui pratiqua la miséricorde: il s?est ému, s?est approché du blessé, a pansé ses blessures, l?a porté à l?auberge, s?est arrêté cette nuit-là et a promis de revenir payer ce qui aurait été dépensé en plus. C?est la dynamique de miséricorde, qui relie un petit geste à un autre, et, sans offenser aucune fragilité, se répand un peu plus dans l?aide et dans l?amour... Fais-nous voir, Seigneur, ton amour. Cette manière paradoxale de prier un Dieu toujours plus miséricordieux aide à briser les schémas étroits dans lesquels nous enfermons tant de fois la surabondance de son c?ur".

"En tant que prêtres, nous sommes témoins et ministres de la miséricorde toujours plus grande de notre Père; nous avons la tâche douce et réconfortante de l?incarner, comme a fait Jésus, qui, là où il passait, faisait le bien de mille manières, parce qu?il allait à tous. Nous pouvons contribuer à l?inculturer, pour que toute personne la reçoive dans son expérience de vie personnelle et puisse ainsi la comprendre et la pratiquer, de manière créative, dans la manière d?être propre à son peuple et à sa famille". Le Pape a ensuite cité deux domaines dans lesquels le Seigneur exagère dans sa miséricorde: la rencontre et le pardon.

Dans le premier domaine, Dieu "se donne totalement et de sorte que, dans toute rencontre, il en vient directement à faire une fête" comme dans la parabole du Père miséricordieux, ou du Fils prodigue, dans laquelle "nous sommes abasourdis devant...cette surabondance de joie du Père, à qui le retour de son fils permet d?exprimer librement son amour, sans résistance ni distance", et qui doit nous conduire à "ne pas avoir peur d?exagérer notre reconnaissance. Nous pouvons prendre l?attitude juste de ce pauvre lépreux qui, se voyant guéri, laisse ses neuf compagnons qui vont accomplir ce qu?a ordonné Jésus, et revient s?agenouiller aux pieds du Seigneur, glorifiant Dieu et lui rendant grâce à pleine voix. La miséricorde restaure tout et rend aux personnes leur dignité d?origine. C?est pourquoi la réponse juste est de remercier avec effusion? Car c?est seulement ainsi, en participant pleinement à ce climat de célébration, que l?on peut ensuite bien réfléchir, demander pardon et voir plus clairement comment pouvoir réparer le mal commis. Cela peut nous faire du bien de nous demander: est-ce qu?après m?être confessé, je fais la fête?... Et quand je fais l?aumône, est-ce que je donne à celui qui la reçoit le temps d?exprimer son remerciement, est-ce que je fête son sourire et cette bénédiction que nous donnent les pauvres; ou bien est-ce que je continue vite mes affaires après avoir laissé tomber la pièce?".

L?autre domaine, c?est le pardon lui-même. Non seulement Dieu "pardonne des dettes incalculables...mais il nous fait passer directement de la honte la plus honteuse à la dignité la plus haute sans étapes intermédiaires. Le Seigneur permet à la pécheresse pardonnée de lui laver familièrement les pieds de ses larmes. A peine Simon Pierre lui confesse-t-il son péché et lui demande-t-il de s?éloigner, qu?il l?élève à la dignité de pêcheur d?hommes... Notre réponse au pardon surabondant du Seigneur devrait consister à nous maintenir toujours dans cette saine tension entre une honte digne et une dignité qui sait avoir honte: attitude de celui qui par lui-même cherche à s?humilier et s?abaisser, mais qui est capable d?accepter que le Seigneur l?élève pour le bien de la mission, sans s?y complaire... Pour entrer plus profondément dans cette dignité qui sait avoir honte, qui nous empêche de nous croire plus ou moins ce que nous sommes par grâce, cela peut nous aider de voir comment dans le passage d?Isaïe que le Seigneur lit aujourd?hui dans sa synagogue de Nazareth, le prophète dit: Vous serez appelés prêtres du Seigneur, on vous dira servants de notre Dieu. C?est le peuple pauvre, affamé, prisonnier de guerre, sans avenir, résiduel et rejeté, que le Seigneur transforme en peuple sacerdotal".

"Comme prêtres, nous nous identifions à ce peuple rejeté, que le Seigneur sauve, et nous nous souvenons qu?il y a d?innombrables personnes pauvres, ignorantes, prisonnières, qui se trouvent dans cette situation parce que d?autres les oppriment. Mais nous nous souvenons aussi que chacun sait dans quelle mesure, souvent, nous sommes aveugles, privés de la belle lumière de la foi, non parce que nous n?aurions pas l?Evangile à portée de la main, mais par excès de théologies compliquées. Nous sentons que notre âme est assoiffée de spiritualité, mais non par manque d?eau vive, que nous buvons seulement à petits coups, mais par excès de spiritualité pétillante, de spiritualité légère. Nous nous sentons aussi prisonniers, non pas entourés, comme tant de peuples, par d?infranchissables murs de pierres ou par des clôtures d?acier, mais par une mondanité virtuelle qui s?ouvre et se ferme d?un simple clic. Nous sommes oppressés, non par des menaces et des bourrades, comme beaucoup de pauvre gens, mais par l?attrait de mille propositions de consommation dont nous ne pouvons pas nous défaire en nous secouant pour marcher, libres, sur les sentiers qui nous conduisent à l?amour de nos frères, au troupeau du Seigneur, aux brebis qui attendent la voix de leurs pasteurs. Et Jésus vient nous racheter, nous faire sortir, pour nous transformer de pauvres et aveugles, de prisonniers et opprimés en ministres de miséricorde et de consolation. Et il nous dit, avec les paroles du prophète Ezéchiel au peuple qui s?était prostitué et qui avait trahi gravement son Seigneur: Moi, je me ressouviendrai de mon alliance, celle que j?ai conclue avec toi au temps de ta jeunesse. Tu te souviendras de ta conduite, et tu seras déshonorée... Moi, je rétablirai mon alliance avec toi. Alors, tu sauras que je suis le Seigneur. Ainsi tu te souviendras, tu seras couverte de honte. Dans ton déshonneur, tu n?oseras pas ouvrir la bouche quand je te pardonnerai tout ce que tu as fait, oracle du Seigneur Dieu".

"En cette Année jubilaire -a conclu le Pape- célébrons notre Père, avec toute la gratitude dont est capable notre c?ur, et prions-le pour qu?il se souvienne toujours de sa miséricorde. Accueillons, avec une dignité qui sait avoir honte, la miséricorde dans la chair blessée de notre Seigneur Jésus-Christ, et demandons-lui de nous laver de tout péché et de nous libérer de tout mal. Et avec la grâce de l?Esprit Saint engageons-nous à communiquer la miséricorde de Dieu à tous les hommes, en pratiquant les ?uvres que l?Esprit suscite en chacun pour le bien de tout le peuple fidèle de Dieu".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 31 Mar - 15:15

Intentions de prière pour avril

Cité du Vatican, 31 mars 2016 (VIS). L'intention de prière générale du Saint-Père pour avril est: "Pour que les petits exploitants agricoles reçoivent une juste rémunération pour leur travail précieux".

Son intention missionnaire est: "Pour que les chrétiens d'Afrique témoignent de l'amour et de la foi en Jésus-Christ au milieu des conflits politico-religieux".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 4 Avr - 18:18


Sommaire

- Dimanche de la divine Miséricorde
- Regina Coeli
- Vigile de la divine Miséricorde
- Sensibiliser à la question de l'autisme
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Dimanche de la divine Miséricorde

Cité du Vatican, 3 avril 2016 (VIS). "L'Evangile est le livre de la Miséricorde de Dieu", tel est le thème développé par le Pape François à l'homélie de la messe de la divine Misdéricorde, célébrée ce dimanche Place St.Pierre: " Ce livre, a-t-il poursuivi, "est à lire et à relire, parce que tout ce que Jésus a dit et accompli est une expression de la miséricorde du Père. Toutefois, tout n?a pas été écrit et l?Evangile de la miséricorde demeure un livre ouvert, dans lequel continuer à écrire les signes des disciples du Christ, des gestes concrets d?amour qui sont les meilleurs témoignages de la miséricorde. Nous sommes tous appelés à devenir écrivains vivants de l?Evangile, porteurs de la Bonne Nouvelle aux hommes d?aujourd?hui. Nous pouvons le faire en mettant en pratique les ?uvres de miséricorde corporelles et spirituelles, qui sont le style de vie du chrétien. Par ces gestes simples et forts, parfois même invisibles, nous pouvons visiter tous ceux qui sont dans le besoin, portant la tendresse et la consolation de Dieu. On poursuit ainsi ce que Jésus a accompli le jour de Pâques, quand il a répandu dans les c?urs des disciples effrayés la miséricorde du Père, soufflant sur eux l?Esprit qui pardonne les péchés et donne la joie".

"Dans le récit que nous avons écouté émerge un contraste, car il y a la crainte des disciples, qui ferment les portes de la maison, mais aussi la mission de Jésus, qui les envoie dans le monde porter l?annonce du pardon. Il peut y avoir aussi en nous ce contraste, une lutte intérieure entre la fermeture du c?ur et l?appel de l?amour à ouvrir les portes closes et à sortir de nous-mêmes. Le Christ, qui par amour est passé à travers les portes closes du péché, de la mort et des enfers, désire entrer aussi chez chacun pour ouvrir tout grand les portes closes du c?ur. Lui, qui par la résurrection a vaincu la peur et la crainte qui nous emprisonnent, veut ouvrir tout grand nos portes closes et nous envoyer. La route que le Maître ressuscité nous indique est à sens unique, elle avance dans une seule direction: Sortir de nous-mêmes, sortir pour témoigner de la force de guérison de l?amour qui nous a conquis. Nous voyons devant nous une humanité souvent blessée et craintive, qui porte les cicatrices de la douleur et de l?incertitude. Face à l?imploration douloureuse de miséricorde et de paix, nous entendons, aujourd?hui adressée à chacun de nous, l?invitation confiante de Jésus: De même que le Père m?a envoyé, moi aussi, je vous envoie! Chaque infirmité peut trouver dans la miséricorde de Dieu un secours efficace. Sa miséricorde, en effet, ne s?arrête pas à distance, il désire venir à la rencontre de toutes les pauvretés et libérer des nombreuses formes d?esclavage qui affligent notre monde. Il veut rejoindre les blessures de chacun, pour les soigner. Etre apôtres de miséricorde signifie toucher et caresser ses plaies, présentes aussi aujourd?hui dans le corps et dans l?âme de tant de ses frères et s?urs. En soignant ces plaies nous professons Jésus, nous le rendons présent et vivant, nous permettons à d?autres de toucher de la main sa miséricorde, de le reconnaître Seigneur et Dieu, comme fit l?apôtre Thomas. C?est cela la mission qui nous a été confiée. Tant de personnes demandent d?être écoutées et comprises. L?Evangile de la miséricorde, à annoncer et à écrire dans la vie, cherche des personnes au c?ur patient et ouvert, bons samaritains qui connaissent la compassion et le silence face au mystère du frère et de la s?ur. Il demande des serviteurs généreux et joyeux, qui aiment gratuitement sans rien exiger en échange".

"La paix soit avec vous, c?est le salut que le Christ adresse à ses disciples, et c?est la même paix qu?attendent les hommes de notre temps. Ce n?est pas une paix négociée, ce n?est pas l?arrêt de quelque chose qui ne va pas. C?est sa paix, la paix qui vient du c?ur du Ressuscité, la paix qui a vaincu le péché, la mort et la peur. C?est la paix qui ne divise pas, mais unit. C?est la paix qui ne laisse pas seuls, mais nous fait sentir accueillis et aimés. C?est la paix qui demeure dans la douleur et fait fleurir l?espérance. Cette paix, comme le jour de Pâques, naît et renaît toujours du pardon de Dieu, qui enlève l?inquiétude du c?ur. Être porteuse de sa paix, telle est la mission confiée à l?Eglise le jour de Pâques. Nous sommes nés dans le Christ comme instruments de réconciliation, pour porter à tous le pardon du Père, pour révéler son visage de seul amour dans les signes de la miséricorde. Le psaume responsorial proclame son amour pour toujours. C?est vrai, la miséricorde de Dieu est éternelle. Elle ne finit pas, elle ne s?épuise pas, elle ne se rend pas face aux fermetures, et elle ne se fatigue jamais. Dans ce pour toujours nous trouvons un soutien dans les moments d?épreuve et de faiblesse, parce que nous sommes certains que Dieu ne nous abandonne pas. Il demeure avec nous pour toujours. Remercions pour son si grand amour, qu?il nous est impossible de comprendre... Demandons la grâce de ne jamais nous fatiguer de puiser la miséricorde du Père et de la porter dans le monde. Demandons d?être nous-mêmes miséricordieux, pour répandre partout la force de l?Evangile, pour écrire ces pages que l?apôtre Jean n?a pas écrites".

Regina Coeli

Cité du Vatican, 3 avril 2016 (VIS). Après avoir célébré la messe sur Place St.Pierre, François a récité le Regina Coeli avec les fidèles rassemblés, rappelant toutes les populations qui ont soif de réconciliation et de paix: Je pense en particulier, a-t-il dit, "au sort de ceux qui souffrent de la violence en Ukraine, de ceux qui restent dans des pays bouleversés par des conflits qui ont causé des centaines de milliers de morts tandis que plus d'un million d'autres ont été poussées à fuir. Ces graves situations persistent. Les victimes sont principalement les personnes âgées et les enfants. En plus de l'accompagnement de ma pensée et de ma prière, j'ai décidé d'une aide humanitaire. a cette fin, dimanche, 24 avril, dans toutes les églises catholiques en Europe, il y aura une collection spéciale. J'invite les fidèles à contribuer généreusement à cette initiative. En plus de soulager la souffrance matérielle, ce geste de charité exprimera ma proximité personnelle et celle de toute l'Eglise. Je souhaite vivement que cela aidera à promouvoir une paix rapide et le respect du droit en Ukraine... Tandis que nous prions pour la paix, rappelons-nous que c'est demain la Journée mondiale contre les mines antipersonnel. Trop de personnes meurent encore ou sont mutilées par ces armes terribles, alors que des hommes et femmes de bonne volonté risquent leur vie pour assainir des terres minées. Renouvelons tous notre engagement pour un monde sans mines".

Vigile de la divine Miséricorde

Cité du Vatican, 2 avril 2016 (VIS). Vingt mille personnes ont pris part cet après-midi Place St.Pierre à la veillée de prière pour la vigile de la divine Miséricorde, fête voulue par Jean-Paul II (mort il y a exactement onze ans) en hommage à sainte Faustine Kowalska. A la conclusion de la cérémonie, constituée de lectures, de chants et de témoignages, le Saint-Père a proposé la méditation suivante: "Nous partageons avec joie et reconnaissance ce moment de prière qui nous introduit au Dimanche de la Miséricorde... Les témoignages et les lectures entendues ouvrent des trouées de lumière et d?espérance pour entrer dans le grand océan de la miséricorde de Dieu. Très nombreux sont les visages de sa miséricorde, avec lesquels il vient à notre rencontre. Il est impossible de tous les décrire, parce que la miséricorde de Dieu est en croissance continuelle. Dieu ne se fatigue jamais de l?exprimer et nous ne devrions jamais nous habituer à la recevoir, à la rechercher, à la désirer. C?est quelque chose de toujours nouveau qui provoque étonnement et surprise en voyant la grande imagination créatrice de Dieu quand il vient à notre rencontre avec son amour".

"Dieu s?est révélé en manifestant plusieurs fois son nom, qui est miséricordieux. Comme grande et infinie est la nature de Dieu, aussi grande et infinie est sa miséricorde, à tel point qu?il semble une entreprise ardue de pouvoir la décrire sous tous ses aspects. Parcourant les pages de l'Ecriture, nous trouvons que la miséricorde est avant tout la proximité de Dieu avec son peuple. Une proximité qui s?exprime et se manifeste principalement comme aide et protection. C?est la proximité d?un père et d?une mère qui se reflète dans une belle image du prophète Osée. Il dit ceci: Je le guidais avec humanité, par des liens d?amour. Je le traitais comme un nourrisson qu?on soulève tout contre sa joue. Et je me penchais vers lui pour le faire manger. L?accolade d?un père et d?une mère à leur enfant. Cette image est très expressive: Dieu prend chacun de nous et le soulève tout contre sa joue. Que de tendresse cela contient, que d?amour cela exprime. Tendresse, un mot presqu?oublié et dont le monde d?aujourd?hui a besoin... Nous n?avons pas un Dieu incapable de comprendre nos faiblesses et d'y compatir. Au contraire. Justement en vertu de sa miséricorde Dieu s?est fait l?un de nous: Par son incarnation, le Fils de Dieu s?est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d?homme, il a pensé avec une intelligence d?homme, il a agi avec une volonté d?homme, il a aimé avec un c?ur d?homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l?un de nous, en tout, en tout semblable à nous, hormis le péché. En Jésus, donc, non seulement nous pouvons toucher de la main la miséricorde du Père, mais nous sommes poussés à devenir nous-mêmes instrument de la miséricorde. Il peut être facile de parler de miséricorde, alors qu?il est plus engageant d?en devenir concrètement des témoins. C?est un parcours qui dure toute la vie et ne devrait connaître aucune pause. Jésus nous a dit que nous devons être miséricordieux comme le Père".

"Que de visages a donc la miséricorde de Dieu! Elle nous est fait connaître comme proximité et tendresse, mais aussi en vertu de cela comme compassion et partage, comme consolation et pardon. Qui plus en reçoit, plus il est appelé à l?offrir, à la partager ; elle ne peut être tenue cachée ni gardée seulement pour soi-même. C?est quelque chose qui brûle le c?ur et le provoque à aimer, reconnaissant le visage de Jésus-Christ surtout en celui qui est plus loin, faible, seul, perdu et marginalisé. La miséricorde...va à la recherche de la brebis perdue, et quand elle la retrouve elle exprime une joie contagieuse. La miséricorde sait regarder dans les yeux chaque personne, précieuse en soi parce que chacune est unique. Que de douleur nous éprouvons dans le c?ur lorsque nous entendons dire: Ces gens, ces pauvres gens, mettons-les dehors, laissons-les dormir dans la rue. Cela est-il de Jésus? La miséricorde ne peut jamais nous laisser tranquilles. C?est l?amour du Christ qui nous inquiète tant que nous n?avons pas atteint l?objectif, qui nous pousse à embrasser et à serrer contre nous, à impliquer tous ceux qui ont besoin de miséricorde pour permettre à tous d?être réconciliés avec le Père. Nous ne devons pas avoir peur, c?est un amour qui nous rejoint et nous implique au point d?aller au-delà de nous-mêmes, pour nous permettre de reconnaître son visage dans celui de nos frères. Laissons-nous conduire docilement par cet amour et nous deviendrons miséricordieux comme le Père".

"Thomas était un homme têtu. Il n?avait pas cru. Et il a trouvé la foi précisément lorsqu?il a touché les plaies du Seigneur. Une foi qui n?est pas capable de se mettre dans les plaies du Seigneur n?est pas la foi. Une foi qui n?est pas capable d?être miséricordieuse, comme les plaies du Seigneur sont signe de miséricorde, n?est pas la foi mais une idée, une idéologie. Notre foi est incarnée dans un Dieu qui s?est fait chair, qui s?est fait péché, qui a été plaie pour nous. Mais si nous voulons croire vraiment et avoir la foi, nous devons nous approcher et toucher cette plaie, caresser cette plaie et également abaisser la tête pour laisser les autres caresser nos plaies. Il est bien alors que ce soit l?Esprit qui guide nos pas. C?est lui l?Amour, c?est lui la Miséricorde qui se communique à nos c?urs. Ne mettons pas d?obstacles à son action vivifiante, mais suivons-le docilement sur les sentiers qu?il nous indique. Demeurons avec le c?ur ouvert, pour que l?Esprit puisse le transformer. Et ainsi, pardonnés, réconciliés, immergés dans les plaies du Seigneur, devenons des témoins de la joie qui jaillit du fait d?avoir rencontré le Seigneur ressuscité, vivant au milieu de nous".

"L?autre jour, en parlant avec les dirigeants d?une association caritative, j?ai pensé à m?exprimer Place St.Pierre: Qu?il serait beau que comme souvenir, comme monument de cette année de la Miséricorde, il y ait dans chaque diocèse une ?uvre, sous la forme d?une structure, de miséricorde, tel un hôpital, une maison pour les personnes âgées, pour les enfants abandonnés, une école là où il n?y en a pas, une maison pour récupérer les toxicomanes? Il serait beau que chaque diocèse y pense... Pensons-y tous et parlons-en avec nos évêques. Merci!".

Sensibiliser à la question de l'autisme

Cité du Vatican, 2 avril 2016 (VIS). "Agents et témoins de l'espérance", tel est le titre du message de Mgr.Zygmunt Zimowski, Président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, diffusé à l'occasion de la IX Journée mondiale de sensibilisation à la question de l'autisme (2 avril). Tombant cette année juste après Pâques, "l'Eglise veut faire sienne l'attitude de Jésus ressuscité qui dit aux femmes après les jours tragiques de sa passion et de la mort de ne pas avoir peur... Souvent, la fatigue quotidienne, la solitude, l'anxiété face à l'avenir, l'emportent sur l'espoir ... Conscients qu'il est important et nécessaire de stimuler nos efforts pour améliorer les services et la recherche, ainsi que de la nécessité d'être proches des personnes autistes et leurs familles", on sait la difficulté à trouver des solutions pratiques. "Face aux troubles de l'autisme, non seulement diagnostiques mais problématiques, les familles vivent souvent refermées ou isolées. Contre ceci, nous sommes appelés à mettre notre confiance en Dieu. Si, par définition, l'espoir regarde vers l'avenir, il faut l'enraciner dans l'aujourd'hui de Dieu qui nous aime et nous cherche sans relâche... Bonté infinie, Dieu s'occupe de ses enfants et n'abandonne jamais ceux qu'il a appelé à entrer en communion. Et ce quelles que soient les difficultés".

"Dans cette perspective de foi, la sensibilisation aux problèmes neurologiques et comportementaux, qui jusqu'à récemment était considérés comme un stigmate social, gagne du terrain... On progresse dans le domaine du diagnostic et de la recherche, ainsi que dans la scolarisation, l'intégration au milieu de travail et l'accompagnement de la croissance spirituelle. Il est un signe d'espoir, que je peux voir à la Conférence internationale organisée il y a deux ans par ce dicastère sur le thème de la personne souffrant du spectre autistique... Mais pour ne pas échouer, l'engagement de tous est nécessaire pour soutenir" la recherche, le traitement et l'accueil, la solidarité. Il faut redoubler d'efforts, "surtout si l'on considère que le l'autisme dure toute la vie. Par conséquent, seule l'alliance entre les secteurs de la santé, de la santé sociale et éducative, ainsi que l'intégration dans la mesure du possible, à des activités...accroissant l'autonomie personnelle, peut garantir la continuité de la prise en charge de ces frères et s?urs. Si on permet l'intégration fonctionnelle entre les services spécifiques aux divers âges, il devient possible pour la personne autiste de préserver ses capacités de réadaptation acquises au cours de sa jeunesse, en évitant la régression et la perte des acquis... Dans cette lourde tâche, les interventions éducatives, de santé et de soutien social aux personnes souffrant de troubles du spectre autistique et à leurs familles peut être utile pour identifier et promouvoir des politiques efficaces". C'est pourquoi il faut créer, y compris dans les pays pauvres, des réseaux territoriaux de soutien aux personnes atteintes d'autisme et à leurs familles. Ainsi pourra-t-on "aider les familles à surmonter le sentiment qui peut parfois résulter de l'échec, de l'inefficacité et de la frustration". Se félicitant de l'invitation du Pape en cette Année Sainte de la Miséricorde, Mgr.Zimowski appelle croyants et non croyants à développer des gestes d'accueil et de solidarité fraternelle. "Faisons que nos vies servent à l'acceptation et à l'inclusion des personnes autistes et de leurs familles, sachant qu'en agissant ainsi nous serons les agents d'un espoir authentique et joyeuse dans l'Eglise et dans le monde".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mar 5 Avr - 18:22

Programme du Pape en avril - mai 2016

Cité du Vatican, 5 avril 2016 (VIS). Voici les cérémonies que présidera le Pape François en avril - mai 2016:

AVRIL


Dimanche 17: Messe et ordinations sacerdotales,Basilique vaticane à 9 h 30'.

Dimanche 24: Messe pour le jubilé des enfants, Place St.Pierre à 10 h 30'.

MAI

Jeudi 5: Ascension, veillée de prière, Basilique vaticane à 18 h.

Dimanche 15: Pentecôte, Messe en la Basilique vaticane à 10 h.

Jeudi 26: Corpus Domini, Messe sur le parvis du Latran à 19 h, suivie de la procession eucharistique jusqu'à Ste.Marie Majeure.

Dimanche 29: Messe pour le jubilé des diacres, Place St.Pierre à 10 h 30'.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Mer 6 Avr - 15:49

Sommaire

- L'Evangile de la miséricorde
- Appel du Pape à surmonter les conflits

L'Evangile de la miséricorde

Cité du Vatican, 6 avril 2016 (VIS). Après avoir proposé une réflexion sur la miséricorde de Dieu dans l'Ancien Testament, le Pape a entamé ce matin Place St.Pierre une catéchèse sur la façon dont Jésus l'a réalisée: "Jésus a rendu visible un amour ouvert à tous et sans limites, un amour pur, libre et absolu qui attint son apogée dans le sacrifice de la croix. L'Evangile est évangile de la Miséricorde parce que Jésus est miséricorde". Les quatre Evangiles attestent que Jésus, avant de commencer son ministère voulut recevoir le baptême de Jean, un événement qui a imprimé "l'orientation décisive à la mission du Christ. Celle-ci n'a pas été présentée au monde dans la splendeur du Temple, ni annoncée au son des trompettes. Et lui n'est pas venu en juge". Après trente ans de vie cachée à Nazareth, Jésus est allé au Jourdain et, parmi tant de gens du peuple, il s'est mis en file avec les pécheurs pour être baptisé. Ainsi a-t-il indiqué que le Messie, ayant assumé la condition humaine, a dès le début de son ministère été animé par la solidarité et la compassion". Dans la synagogue de Nazareth, Jésus a ensuite réaffirmé que l'accomplissement de sa mission serait d'apporter à tous l'amour de Dieu qui sauve. "Le Fils envoyé par Père est vraiment le début du temps de la miséricorde pour toute l'humanité". Ceux qui étaient présents sur la rive du Jourdain ne comprirent pas la portée du geste de Jésus, pas même Jean. Lorsque le Père manifesta que celui-ci était son Fils bien-aimé, il devint clair que Jésus était le Messie attendu. "Son c?ur bat, pour ainsi dire, à l'unisson avec le c?ur du Père et de l'Esprit, montrant à tous les hommes que le salut est le fruit de la miséricorde de Dieu". Mais c'est sur la Croix, encore plus clairement, que nous contemplons le mystère de l'amour. "Sur la Croix, Jésus présente à la miséricorde du Père le péché du monde, et avec lui tous nos péchés sont effacés... Rien ni personne n'est exclu de la prière sacrificielle de Jésus". Le Saint-Père a alors rappelé que nous ne devrions pas avoir peur de reconnaître et de confesser nos péchés parce que chaque péché a été porté sur la croix par son Fils. Lorsque nous confessons, nous sommes confiants d'être pardonnés. Le sacrement de la réconciliation est une mise à jour pour chacun de nous, une expérience de la puissance du pardon qui découle de la Croix. Il permet de renouveler notre vie dans la grâce de la miséricorde que Jésus a acquis pour nous. il ne faut pas craindre nos misères car la puissance de l'amour du Crucifié ne connaît pas les obstacles. Sa miséricorde efface nos misères". En cette année jubilaire, a conclu le Pape François, "nous demandons à Dieu la grâce de l'expérience de la puissance de l'Evangile, de l'Evangile de la miséricorde qui nous transforme, qui nous conduit au c?ur de Dieu, qui nous rend capables de pardonner et de regarder le monde avec plus de bonté. Si nous acceptons l'Evangile du Crucifié ressuscité, toute notre vie sera déterminée par la force d'un amour qui renouvelle".

Appel du Pape à surmonter les conflits

Cité du Vatican, 6 avril 2016 (VIS). Au terme de sa catéchèse, le Pape a rappelé que c'est aujourd'hui la troisième Journée mondiale du sport pour la paix et le progrès (ONU): "Le sport est un langage universel, qui rassemble les peuples et peut contribuer à la rencontre des personnes et au dépassement des conflits. C'est pourquoi j'encourage à vivre la dimension sportive comme un espace de croissance intégrale des individus et des communautés". Parmi les groupes salués ensuite: Des pèlerins des diocèses d'Aix-en-Provence (France) et d'Anvers (Pays-Bas), d'autres revenant de Terre Sainte, l'hebdomadaire catholique polonais Niesziela, des étudiants slovaques de Stara Lubovna, les participants à la marche alimentaire de Gubbio (Italie), le collège pontifical St.Jean Damascène et la société européenne d'orthopédie.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Jeu 7 Avr - 15:37

Sommaire

- Visite du Premier Ministre croate
- Audience au Conseil méthodiste mondial
- Prochaine visite pastorale du Pape à Lesbos
- Les réfugiés dans le monde d'aujourd'hui, selon les traditions juive et catholique
- Reprise du procès Vatileaks
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Visite du Premier Ministre croate

Cité du Vatican, 7 avril 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin M.Tihomir Oreskovic, Premier Ministre de Croatie, qui s'est ensuite entretenu avec le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, accompagné de Mgr.Antoine Camilleri, Sous Secrétaire pour les rapports avec les états: Ces entretiens ont permis aux parties de se féliciter de la qualité de leurs relations, dont la visite du Premier Ministre est l'expression. Confirmé leur intention de poursuivre de manière constructive leur dialogue sur les rapports institutionnels entre la société et la communauté ecclésiale, les parties ont pris acte de la place éminente que les catholiques croates accordent à la mémoire du bienheureux Alojzije Stepinac, ainsi que de la situation dans laquelle se trouve la minorité croate de Bosnie - Herzégovine. Passant en revue les questions internationales, les parties ont exprimé leur préoccupation face à la crise humanitaire médio-orientale, aux conflits qui frappent diverses régions du monde et aux actes violents tendant à affaiblir la paix civile.

Audience au Conseil méthodiste mondial

Cité du Vatican, 7 avril 2016 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a reçu une délégation du Conseil méthodiste mondial, auquel il a exprimé sa joie de l'ouverture à Rome d'un Bureau ?cuménique méthodiste. C'est, a-t-il dit, comme "un signe de l'intensification de nos relations et, en particulier, de notre volonté commune de surmonter les obstacles qui nous empêchent d'entrer en pleine communion". Puis il a rappelé à ses hôtes qu'il y a cinquante ans que fonctionne la commission théologique mixte catholiques méthodistes: "Malgré les différences qui subsistent, notre dialogue", basé sur le respect et la fraternité, "enrichit nos deux communautés". Il a ensuite parlé d'un document en préparation, sur la base de l'adhésion méthodiste à la Déclaration commune sur la doctrine de la justification. "Catholiques et méthodistes ont beaucoup à apprendre les uns des autres sur la façon de comprendre l'appel à la sainteté et sur celle de la vivre... La question des ministères ordonnés et celle de l'éthique réclament encore beaucoup de travail. Cependant, aucune de ces différences n'est un obstacle à témoigner ensemble face au monde. Notre vie de sainteté doit toujours inclure un service d'amour envers le monde. Catholiques et méthodistes doivent s'engager ensemble pour témoigner, dans de nombreux domaines, de leur amour pour le Christ. En effet, notre communion grandit lorsque nous servons ensemble ceux qui sont dans le besoin".

Prochaine visite pastorale du Pape à Lesbos

Cité du Vatican, 7 avril 2016 (VIS). Ce midi, la Salle de Presse a annoncé que, à l'invitation du Patriarche oecuménique de Constantinople et du Président de la République hellénique, le Pape François se rendra samedi 16 avril sur l'île de Lesbos où, en compagnie de SS Barthélémy I et de SB l'Archevêque d'Athènes et de toute la Grèce Jérôme II, il rencontrera les migrants qui y séjournent.

Les réfugiés dans le monde d'aujourd'hui, selon les traditions juive et catholique

Cité du Vatican, 7 avril 2016 (VIS). Du 4 au 7 avril a eu lieu à Varsovie (Pologne) la XXIII réunion du Comité international de liaison entre catholiques et juifs (formé en 1970 entre le Saint-Siège et la communauté juive mondiale). Des représentants juifs et catholiques de divers pays ont participé à la réunion présidée par le Cardinal Kurt Koch, Président de la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme, et M.Martin Budd, Président du Comité juif international pour les consultations inter-religieuses. Le thème de cette réunion, qui se tient tous les deux ans, était L'autre et le réfugié d'aujourd'hui dans les deux traditions religieuses. Afin de fournir une base religieuse et académique pour des discussions ultérieures, les sessions ont procédé à une analyse en profondeur des sources traditionnelles. Les débats qui ont suivi ont souligné que les livres sacrés respectifs fournissent un modèle pour résoudre les problèmes sociaux urgents tels que la crise actuelle des réfugiés. En réponse aux commandements religieux juifs et chrétiens, la conférence a abordé la crise de l'immigration qui touche la plupart de l'Europe, en reconnaissant la tension existante entre l'obligation d'aimer l'étranger avec sa dignité créé à l'image de Dieu et la préoccupation pour le changement et la sécurité. Après avoir discuté de la façon dont les traditions respectives encouragent à aider les autres, les participants ont mis l'accent sur l'antisémitisme qui est réapparu en Europe et ailleurs, tandis que la persécution des chrétiens, principalement au Moyen Orient, a atteint des niveaux jamais vus depuis longtemps. Les participants ont reconnu l'obligation de sensibiliser l'opinion publique sur cette question et la responsabilité morale de faire écho à ceux qui sont sans voix. Les représentants du Comité ont réitéré leur engagement à un dialogue ouvert et constructif, comme modèle de compréhension inter-religieuse et inter-culturelle, en particulier avec les autorités religieuses et les communautés musulmanes.

Reprise du procès Vatileaks

Cité du Vatican, 7 avril 2016 (VIS). Hier après-midi, le P.Lombardi, SJ, Directeur de la Salle de Presse, a commenté la reprise du procès Vatileaks: L'audience s'est ouverte à 10 h 30', le Tribunal étant au complet, et présents tous les inculpés et leurs avocats. La défense de Mme.Chaouqui a demandé l'acquisition aux actes d'une clef USB déjà déposée, contenant des enregistrements téléphoniques. Le Promoteur de Justice et l'avocate de Mgr.Vallejo Balda s'y sont opposé en vertu des normes relative à la déposition des documents et à la requête de témoins. Après s'être retirée une vingtaine de minutes, la cour a rejeté la requête. La séance a été levée à 14 h et l'audience a repris de 15 h 30' à 17 h 30' pour l'interrogatoire de Mme.Chaouqui par le Président et le Promoteur de Justice, ainsi que par les avocats des co-inculpés. Enfin, a été lu et approuvé le procès-verbal des deux phases de l'interrogatoire du jour. La prochaine audience aura lieu lundi 11 avril à 10 h 30'.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Ven 8 Avr - 20:20

Sommaire

- Présentation de l'exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia
- Synthèse de Amoris Laetitia
- Audience annuelle à la Papal Foundation
- Audiences
- Autres actes pontificaux

Présentation de l'exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia

Cité du Vatican, 8 avril 2016 (VIS).Ce matin près la Salle de Presse a été présentée l'exhortation apostolique Amoris Laetitia par le Cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire Général du Synode des évêques et par le Cardinal Christoph Schönborn, Archevêque de Vienne, accompagnés de M.et Mme.Miano, un couple d'universitaires romains.

Amoris Laetitia, a indiqué le Cardinal Baldisseri, est dans le sillage de l'exhortation Evangelii Gaudium, qui porte de la joie de l'Evangile à celle de l'amour vécu au sein de la famille. Le Synode a exposé la beauté de la famille en parlant de l'amour qui constitue le fondement de l'institution familiale. Trine, Dieu n'est pas solitude mais amour partagé. Dans son exhortation, approfondissant l'Evangile du mariage et de la famille, le Pape offre des orientations pastorales concrètes, porteuses dans la continuité de nouvelles dynamiques. L'ensemble des interventions des pères, attentivement écoutées, écrit le Pape, m'a proposé l'image du polyèdre, une image géométrique figurant déjà dans Evangelii Gaudium. De fait, le résultat des travaux synodaux rassemble une pluralité d'expériences et de positions des Eglises particulières. L'échange des opinions s'est fait en toute liberté et franchise, ce qui a permis un résultat presque unanimement partagé. D'autre part, le principe selon lequel le temps est supérieur à l'espace rappelle que prendre du temps est nécessaire et qu'il existe diverses modalités pour atteindre les solutions les plus adaptées cas par cas. L'exhortation ne dit-elle pas que si, dans l'Eglise, l'unité de doctrine et de pratique est nécessaire, cela n'interdit pas divers modes d'interprétation de certains aspects doctrinaux, ni les conséquences en dérivant. Ainsi le texte signale-t-il trois situations qui nécessitent de temps, la préparation au mariage, l'éducation des enfants et le deuil familial".

Le Cardinal a ensuite dit que, en harmonie avec le temps jubilaire que vit l'Eglise, la bonne clef de lecture de l'exhortation est la logique de la miséricorde pastorale. Au chapitre III notamment, le Pape affirme clairement la doctrine sur mariage et famille, proposée comme un idéal indispensable. Et à propos des jeunes, il écrit que pour éviter toute dérive d'interprétation, l'Eglise ne peut en aucune façon renoncer à proposer l'idéal complet du mariage comme projet de Dieu. En vue de prévenir sa rupture, l'effort pastoral de consolidation de l'union matrimoniale doit avoir le pas sur une pastorale de l'éche. Et puis le Pape n'oublie pas de se pencher sur la fragilité comme sur l'échec du mariage en reprenant un passage d'Evangelii Gaudium: Sans diminuer la valeur de l'idéal évangélique, il faut accompagner avec miséricorde et patience la croissance des personnes, jour après jour et en donnant toute sa place à la miséricorde du Seigneur qui nous encourage à faire le bien possible".

Puis il a abordé la question des sources. "Importante expression du pontificat, cette exhortation post-synodale constitue une belle synthèse de la question abordée et un projection vers l'horizon. Sa base sont les documents conclusifs des deux assemblées synodales (52 citations de la Relatio 2014 et 84 de la Relatio 215. Ainsi le Pape a-t-il attribué une part majeure au travail collégial du Synode. Enrichi de nombreuses citations patristiques, le texte propose aussi celles de grands maîtres de la théologie, de saintThomas d'Aquin à saint Ignace de Loyola, de saint Robert Bellarmain à saint Jean de la Croix, et de théologiens ou d'écrivains contemporains comme Joseph Pieper, Antonin Sertillanges, Gabriel Marcel, Erich Fromm, sainte Thérèse de Lisieux, Dietrich Bonhoeffer, Jorge Luis Borges, Octavio Paz, Mario Benedetti ou Martin Luther King. Des Papes, sont cités Casti Connubii de Pie XI, Mystici Corporis Christi de Pie XII, Humanae Vitae de Paul VI, les catéchèses sur l'amour humain et Familiaris Consortio de Jean-Paul II, Deus Caritas Est de Benoît XVI, sans oublier Evangelii Gaudium et les catéchèses sur la famille du Pape François. En outre les documents conciliaires sont cités 22 fois, le Catéchisme de l'Eglise catholique 13 fois, ainsi que d'autres documents du Saint-Siège et de diverses conférences épiscopales". En outre, "le Pape salue une bonne vingtaine de fois le travail accompli en deux ans par les évêques et leurs Eglises".

Aux chapitres IV et V "le document met largement l'accent sur la beauté de l'amour conjugal et de la vie de famille, malgré le contexte de crise de cette institution... Cela constitue une méditation spirituelle et existentielle pour la vie des époux... qui proposent avec profondeur des lignes guide spirituelles pour la croissance de la charité conjugale". D'autre part, a rappelé le Cardinal Baldisseri, "l'évêque a la charge de conduire le peuple de Dieu à l'exemple du Bon Pasteur, qui appelle une à une ses brebis, et ce service pastoral inclut l'exercice du jugement... Il en découle par le biais des prêtres et autres agents pastoraux bien préparés qu'il prépare des mesures appropriées en faveur des époux en crise. Comme tout pasteur, le Pape veut appliquer sa paternelle sollicitude à une innombrable variété de situations. Il écrit notamment qu'on ne saurait attendre du synode comme de l'exhortation une nouvelle loi canonique applicable à l'ensemble des cas. C'est pourquoi, comme l'a affirmé le synode, il faut tenir compte des différents degrés de responsabilité et procéder avec discernement pastoral et responsabilité au cas par cas. Les baptisés remariés doivent être inclus, et l'exhortation est très claire sur ce point: Si leur participation peut s'exprimer dans divers services ecclésiaux, il convient de discerner celles des actuelles formes d'exclusion qui pourront être surmontées. Pour accompagner et intégrer les fidèles en situation irrégulière, les pasteurs doivent traiter ces personnes une à une. Les prêtres ont le devoir d'accompagner ces personnes sur la voie du discernement selon l'enseignement de l'Eglise et les orientations de l'évêque. En l'occurrence, il sera utile d'effectuer un examen de conscience au moyen de moments de réflexion et de repentance. Les divorcés remariés devront s'interroger sur leur comportement envers leurs enfants lors de la crise du couple, s'ils ont tout tenté pour la réconciliation, dans quelle situation se trouve le conjoint abandonné, quelles conséquences a eu la nouvelle relation sur le tissu familial et la communauté d'appartenance, quel mauvais exemple ils peuvent avoir offert aux jeunes qui se préparent au mariage. Ce discernement se produit grâce au dialogue avec le prêtre qui, au for interne, forme un jugement qui, correct, ne doit pas faire obstacle à une plus large participation de ce fidèle à la vie de l'Eglise. En vue de l'accomplissement de l'idéal matrimonial, l'exhortation souligne l'importance de la préparation des fiancés au sacrement...dans laquelle on doit insister sur les convictions doctrinales et les grandes ressources spirituelles dont dispose l'Eglise... Le document montre également la nécessité de poursuivre ce cheminement après la célébration, en particulier durant les premières années du mariage. Le Pape rappelle enfin aux jeunes époux que le mariage ne doit pas être considéré comme chose conclue, et qu'il faut tabler sur l'avenir en bâtissant jour après jour avec la grâce de Dieu". Amoris Laetitia "rappelle encore que les pères synodaux ont envisagé aussi le cas du seul mariage civil voire de l'union libre dans lesquels, faites les différences, il existe une stabilité du lien, une affection profonde, une responsabilité envers les enfants et une capacité à affronter les difficultés de la vie. Ceci doit être vu comme des occasions d'accompagner ces couples dans une démarche tendant au sacrement du mariage. Dans la prise en charge ou l'accompagnement des fragilités, dans le soin des blessures, le principe de la gradualité pastorale doit refléter la pédagogie divine. A l'image de Dieu qui prend soin de tous ses fils, à commencer par les plus faibles et éloignés, l'Eglise doit témoigner de son amour envers ceux des siens qui prennent part de manière imparfaite à la vie de la communauté ecclésiale. Tous doivent pouvoir y prendre part. Personne, écrit-il, ne peut être condamné à jamais. Ce n'est pas la logique de l'Evangile. En ne se limitant pas aux situations irrégulières, l'exhortation apostolique post-synodale ouvre donc le vaste horizon de la la grâce imméritée et de la miséricorde inconditionnelle à chacun, quelle que soit sa situation. Face aux grands bouleversements du monde, ainsi découvre-t-on la grandeur de Dieu et son amour pour l'homme qui, constamment blessé, a besoin d'être accueilli et soigné par le Christ, le Bon Samaritain de l'humanité. Dieu offre à l'humanité sa miséricorde car la société ne saurait être seulement régie par le rapport droits devoirs. C'est la dimension de la gratuité qui doit primer, et avant tout la miséricorde et la communion. D'où la nécessité de dépasser la vision humaine de la justice par un saut en avant qui ne peut venir que de l'amour miséricordieux face à la fragilité humaine. Amoris Laetitia entend toucher le coeur de l'Evangile et faire du bien à l'homme blessé: La miséricorde est la plénitude de la justice, écrit le Pape François, et la manifestation la plus éclatante de la vérité de Dieu".

Cette intervention a été suivie de celle du Cardinal Christoph Schönborn, qui a tout d'abord tenu à dire la raison pour laquelle il avait lu l?Exhortation avec joie, gratitude et une forte émotion: "Dans le discours ecclésial sur le mariage et la famille, il existe souvent la tendance, peut-être inconsciente, de tenir un discours sur deux voies quant à ces deux réalités de la vie. D?un côté, il y a les mariages et les familles qui sont en règle, où tout va bien, tout est en ordre, et puis il y a les situations irrégulières qui représentent un problème. Ne serait-ce que le terme d?irrégulier suggère que l?on puisse faire une telle distinction, avec tant de netteté. Ceux qui se retrouvent donc dans le camp des irréguliers doivent vivre avec le fait que, dans l?autre camp, se trouvent les personnes en règle. Je sais personnellement, en raison de la situation de ma propre famille, combien c?est difficile pour ceux qui viennent d?une famille patchwork. Le discours de l?Eglise peut blesser, il peut donner l?impression d?être exclu. Le Pape a placé son Exhortation sous le signe d?une phrase conductrice: Il s?agit d?intégrer tout le monde... Et il a réussi à parler de toutes les situations sans cataloguer, sans faire de catégories, avec ce regard fondamental de bienveillance qui a quelque chose à voir avec le c?ur de Dieu et les yeux de Jésus qui n?excluent personne, qui accueille chacun et concède à tous la joie de l?Evangile. C?est pour cette raison que la lecture d?Amoris Laetitia est aussi réconfortante. Personne ne doit se sentir condamné ou méprisé. Dans ce climat accueillant, le discours de la vision chrétienne du mariage et de la famille devient une invitation, un encouragement, la joie de l?amour auquel nous pouvons croire et qui n?exclut personne, vraiment et sincèrement personne... Les deux autres mots-clef du document sont discernement et accompagnement, qui ne sont pas uniquement valables pour les soi-disant situations irrégulières... Elles sont valables pour tous les hommes, pour tous les mariages et pour toutes les familles. En effet, tous sont en en chemin, et tous ont besoin de discernement et d?accompagnement".

Le principe continuel de l?inclusion, a poursuivi le Cardinal Schönborn, préoccupe certains. "Ne parle-t-on pas là en faveur du relativisme? La tant évoquée miséricorde ne devient-elle pas trop permissive? Il n?existe plus la clarté des limites à ne pas franchir, des situations qui objectivement doivent être définies comme irrégulières, immorales? Cette exhortation ne favorise-t-elle pas un certain laxisme? La miséricorde de Jésus n?est-elle pas au contraire, souvent, une miséricorde sévère et exigeante?... Le Pape François ne laisse planer aucun doute sur ses intentions et sur notre devoir: En tant que chrétiens nous ne pouvons pas renoncer à proposer le mariage pour ne pas contredire la sensibilité actuelle, pour être à la mode, ou par complexe d?infériorité devant l?effondrement moral et humain. Nous priverions le monde des valeurs que nous pouvons et devons apporter. Certes, rester dans une dénonciation rhétorique des maux actuels, comme si nous pouvions ainsi changer quelque chose, n?a pas de sens. Mais il ne sert à rien non plus d?imposer des normes par la force de l?autorité. Nous devons faire un effort plus responsable et généreux, qui consiste à présenter les raisons et les motivations d?opter pour le mariage et la famille, de manière à ce que les personnes soient mieux disposées à répondre à la grâce que Dieu leur offre. Le Pape est convaincu que la vision chrétienne du mariage et de la famille a encore aujourd?hui une force d?attraction inchangée. Mais il exige une salutaire réaction d?autocritique... Parfois, notre manière de présenter les convictions chrétiennes, et la manière de traiter les personnes ont contribué à provoquer ce dont nous nous plaignons aujourd?hui. Nous avons présenté un idéal théologique du mariage trop abstrait, presque artificiellement construit, loin de la situation concrète et des possibilités effectives des familles réelles. Cette idéalisation excessive, surtout quand nous n?avons pas éveillé la confiance en la grâce, n?a pas rendu le mariage plus désirable et attractif, bien au contraire... Pendant longtemps, nous avons cru qu?en insistant seulement sur des questions doctrinales, bioéthiques et morales, sans encourager l?ouverture à la grâce, nous soutenions déjà suffisamment les familles, consolidions le lien des époux et donnions un sens à leur vie commune. Nous avons du mal à présenter le mariage davantage comme un chemin dynamique de développement et d?épanouissement, que comme un poids à supporter toute la vie. Il nous coûte aussi de laisser de la place à la conscience des fidèles qui souvent répondent de leur mieux à l?Evangile avec leurs limites et peuvent exercer leur propre discernement dans des situations où tous les schémas sont battus en brèche. Nous sommes appelés à former les consciences, mais non à prétendre nous substituer à elles".

Le Pape, a ajouté le Cardinal, "parle d?une profonde confiance dans les c?urs et dans la nostalgie des hommes. Ses prises de positions sur l?éducation l?expriment très bien. On y perçoit la grande tradition jésuite de l?éducation à la responsabilité personnelle. Il parle des deux dangers contraires que sont le laissez-faire et l?obsession de vouloir tout contrôler et tout dominer... Or nous sommes appelés à former les consciences, mais non à prétendre nous substituer à elles. Evidemment, la grande question est de savoir comment se forme la conscience? Comment parvenir à ce qui est le concept-clef de ce grand document, la clef pour comprendre correctement les intentions du Pape, surtout dans les situations difficiles, ou complexes?". Il faut trouver le "discernement, un concept central des exercices ignaciens qui doivent aider à discerner la volonté de Dieu dans les situations concrètes de la vie. C?est le discernement qui porte les personnes à acquérir une personnalité mature et le chemin chrétien veut être une aide afin d?atteindre cette maturité personnelle, non pour former des automates conditionnés par l?extérieur, télécommandés, mais des personnes qui ont mûri grâce à leur amitié avec le Christ... Le huitième chapitre parle du discernement pastoral... Nombreux seront ceux qui sauteront les deux chapitres centraux d?Amoris Laetitia pour arriver directement aux points critiques. En fin pédagogue, le Pape sait bien que rien n?attire ni ne motive aussi fortement que l?expérience positive de l?amour".

C?est ici que croître, une autre parole-clef d?Amoris Laetitia, trouve sa place: "Nulle part ailleurs, ne se manifeste aussi clairement le fait que l?amour est un processus dynamique qui peut grandir, mais aussi se refroidir. Je ne peux qu?inviter à lire et déguster ce délicieux chapitre. Je tiens à souligner qu?ici le Pape parle avec une rare clarté, du rôle qu?ont également les passions, les émotions, l?éros et la sexualité dans la vie matrimoniale et familiale. Ce n?est pas un hasard s'il s?appuie sur Thomas d?Aquin, lui qui attribue aux passions un rôle tellement important, tandis que la morale moderne, souvent puritaine, les a décréditées ou négligées. En cela le titre de l?exhortation s?exprime pleinement...car on comprend comment il est possible de réussir à découvrir la valeur et la richesse du mariage. Mais, c?est également là que l?on se rend compte, douloureusement, combien les blessures d?amour font mal, combien les échecs de nos expériences relationnelles nous lacèrent. Pour cette raison, il n?est pas étonnant que ce soit en particulier le chapitre huit qui attire l?attention et suscite l?intérêt. En effet, la manière dont l?Eglise traite ces blessures, ces échecs de l?amour, est devenu une question-test pour comprendre si l?Eglise est vraiment le lieu où il est possible d?expérimenter la Miséricorde de Dieu.... Le Pape fait siennes, de manière explicite, les déclarations que les deux synodes lui ont présentées.. Et en ce qui concerne les divorcés remariés au civil, il déclare accueillir les considérations de beaucoup de pères synodaux, qui ont voulu signaler que la logique de l?intégration est la clef de leur accompagnement pastoral. Ils ne doivent pas se sentir excommuniés, mais ils peuvent vivre et mûrir comme membres vivants de l?Eglise, la sentant comme une mère qui les accueille toujours. Mais qu?est-ce que cela signifie concrètement? Nombreux se posent cette question, à juste titre. Les réponses décisives se trouvent dans Amoris Laetitia, au paragraphe 300. Elles...fournissent un éclaircissement important et une indication quant au chemin à suivre... Nombreux attendaient une nouvelle norme canonique. Ils resteront déçus. Qu?est-ce qui est possible? Le Pape le dit clairement: Il faut seulement un nouvel encouragement au discernement responsable personnel et pastoral des cas particuliers, qui devrait reconnaître que, étant donné que le degré de responsabilité n?est pas le même dans tous les cas".

"Comment peut et doit être ce discernement personnel et pastoral?... Il s?agit d?un itinéraire d?accompagnement et de discernement qui oriente ces fidèles à la prise de conscience de leur situation devant Dieu. Le Pape rappelle également que ce discernement ne pourra jamais s?exonérer des exigences de vérité et de charité de l?Evangile proposées par l?Eglise... L?Eglise ne doit d?aucune manière renoncer à proposer l?idéal complet du mariage, le projet de Dieu dans toute sa grandeur. On se demande naturellement ce que dit le Pape à propos de l?accès aux sacrements pour les personnes qui vivent en situations irrégulières. Benoît XVI avait déjà dit qu?il n?existait pas de simples recettes. Ainsi est simplement rappelée la nécessité de bien discerner les situations selon les lignes de Familiaris Consortio de Jean-Paul II. Le discernement doit aider à trouver les chemins possibles de réponse à Dieu et de croissance au milieu des limitations. En croyant que tout est blanc ou noir, nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance, et nous décourageons des cheminements de sanctifications qui rendent gloire à Dieu... Le Pape affirme, de manière humble et simple, dans une note que l?on peut aussi apporter l?aide des sacrements dans certains cas. Mais dans ce but, il n?offre pas de casuistique, de recettes... Le fait que le discernement des situations ne soit pas réglé de manière plus précise, n?est-ce pas un défi excessif pour les pasteurs, les guides spirituels, pour les communautés?... En posant trop de conditions à la miséricorde, nous la vidons de son sens concret et de signification réelle. C?est la pire façon de liquéfier l?Evangile. En somme le Pape François s?en remet à la joie de l?amour, qui sait trouver le chemin. C?est la boussole qui indique la route. Ceci est l?objectif et le chemin même, parce que Dieu est l?amour et parce que l?amour demeure en Dieu. Rien n?est aussi exigeant que l?amour. Et on ne peut l?avoir à bon marché. Pour cela, personne ne doit redouter le fait que le Pape nous invite, avec Amoris Laetitia, à un chemin trop facile. Le chemin n?est pas facile, mais il est plein de joie!".

Synthèse de Amoris Laetitia

Cité du Vatican, 8 avril 2016 (VIS). Voici la synthèse de Amoris Laetitia (La joie dans l?amour), l?exhortation apostolique post-synodale du Pape François sur l?amour dans la famille: "Ce document ne porte pas par hasard la date du 19 mars, jour de la solennité de saint Joseph. Il rassemble les résultats des deux synodes sur la famille de 2014 et 2015. Les rapports conclusifs des deux assemblées y sont largement citées, ainsi que d?autres documents et enseignements des prédécesseurs du Pape François et des nombreuses catéchèses qu?il a prononcé sur la famille. Comme cela est déjà arrivé avec d?autres documents magistériels, le Pape puise également dans des documents de différentes Conférences épiscopales du monde (Kenya, Australie, Argentine?) et cite des personnalités bien connues telles que Martin Luther King ou Erich Fromm. A noter, une citation du film Le Festin de Babette, que le Pape a souhaité évoquer pour expliquer le concept de gratuité".

Préambule: L?Exhortation apostolique frappe par son amplitude et son articulation. Elle est divisée en neuf chapitres et plus de 300 paragraphes. Elle s?ouvre avec sept paragraphes introductifs qui révèlent la conscience de la complexité du thème et de l?approfondissement qu?il requiert. Il y est dit que les interventions des Pères du Synode ont composé un magnifique polyèdre qui doit être préservé. En ce sens, le Pape écrit que tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles. Ainsi concernant certaines questions, dans chaque pays ou région, peuvent être cherchées des solutions plus inculturées, attentives aux traditions et aux défis locaux. Car les cultures sont très diverses entre elles et chaque principe général a besoin d?être inculturé, s?il veut être observé et appliqué. Ce principe d?inculturation se révèle très important jusque dans la manière de formuler et de comprendre les problèmes qui, au-delà des questions dogmatiques bien définies par le magistère de l?Eglise, ne peuvent être mondialisées. Mais surtout, le Pape affirme d?emblée et avec clarté qu?il faut sortir de l?opposition stérile entre l?angoisse du changement et l?application pure et simple de normes abstraites. Il écrit: Les débats qui se déroulent dans les moyens de communication ou bien dans les publications et même entre les ministres de l?Eglise, vont d?un désir effréné de tout changer sans une réflexion suffisante ou sans fondement, à la prétention de tout résoudre en appliquant des normes générales ou bien en tirant des conclusions excessives de certaines réflexions théologiques".

Chapitre premier (A la lumière de la Parole): Ce préambule étant posé, le Pape articule sa réflexion à partir des Saintes Écritures dans ce premier chapitre qui se développe comme une méditation sur le psaume 128, caractéristique tant de la liturgie nuptiale hébraïque que chrétienne. La Bible abonde en familles, en générations, en histoires d?amour et en crises familiales et à partir de cet état de fait, on peut méditer sur la manière dont la famille n?est pas un idéal abstrait, mais une ?uvre artisanale qui s?exprime avec tendresse mais qui s?est confrontée aussi et dès le début au péché, quand la relation d?amour s?est transformée en une domination. Alors la Parole de Dieu ne se révèle pas comme une séquence de thèses abstraites, mais comme une compagne de voyage, y compris pour les familles qui sont en crise ou sont confrontées à une souffrance ou à une autre, et leur montre le but du chemin".

Chapitre deux (La réalité et les défis de la famille): A partir du terrain biblique, le Pape considère, dans le deuxième chapitre, la situation actuelle des familles, en gardant les pieds sur terre, en puisant amplement dans les rapports conclusifs des deux synodes, et en affrontant de nombreux défis: du phénomène migratoire aux négations idéologiques de la différence des sexes (idéologie du genre), de la culture du provisoire à la mentalité antinataliste et à l?impact des biotechnologies dans le domaine de la procréation, du manque de logements et de travail à la pornographie et aux abus sur mineurs, de l?attention aux handicapés, au respect des personnes âgées, de la déconstruction juridique de la famille aux violences à l?encontre des femmes. Le Pape insiste sur le caractère concret qui est une donnée fondamentale de l?exhortation. Le caractère concret et le réalisme établissent une différence essentielle entre la théorie d?interprétation de la réalité, et les idéologies. Citant Familiaris Consortio, le Pape François affirme qu?il convient de prêter attention à la réalité concrète, parce que les exigences, les appels de l?Esprit se font entendre aussi à travers les événements de l?histoire, à travers lesquels l?Eglise peut être amenée à une compréhension plus profonde de l?inépuisable mystère du mariage et de la famille. Sans écouter la réalité, il est impossible de comprendre aussi bien les exigences du présent, que les appels de l?Esprit. Le Pape note qu?en raison de l?individualisme exaspéré, il est aujourd?hui difficile de se donner avec générosité à une autre personne. Voilà une description intéressante de la situation: On craint la solitude, on désire un milieu de protection et de fidélité, mais en même temps grandit la crainte d?être piégé dans une relation qui peut retarder la réalisation des aspirations personnelles. L?humilité du réalisme aide à ne pas présenter un idéal théologique du mariage trop abstrait, presqu?artificiellement construit, loin de la situation concrète et des possibilités effectives des familles réelles. L?idéalisme nous empêche de prendre le mariage pour ce qu?il est, c?est-à-dire un chemin dynamique de développement et d?épanouissement. Pour cette raison, il ne faut pas croire que pour défendre la famille, il suffise d?insister seulement sur des questions doctrinales, bioéthiques et morales, sans encourager l?ouverture à la grâce. Le Pape invite à l?autocritique face à une présentation inadéquate de la réalité matrimoniale et familiale et il insiste sur le fait qu?il est nécessaire d?accorder de la place à la formation des consciences des fidèles: Nous sommes appelés à former les consciences, mais non à prétendre nous substituer à elles. Jésus proposait un idéal exigeant mais ne renonçait jamais à une proximité compatissante avec les personnes fragiles comme la samaritaine ou la femme adultère".

Chapitre trois (L?amour dans le mariage): Le troisième chapitre est consacré à un certain nombre d?éléments essentiels de l?enseignement de l?Eglise concernant le mariage et la famille. L?existence de ce chapitre est important parce qu?il présente de manière synthétique, en 30 paragraphes, la vocation de la famille selon l?Évangile et la manière dont elle a été reçue par l?Eglise à travers les époques, surtout sur le thème de l?indissolubilité, du caractère sacramentel du mariage, de la transmission de la vie et de l?éducation des enfants. La constitution pastorale Gaudium et Spes du concile Vatican II, l?encyclique Humanae Vitae de Paul VI et l?exhortation apostolique Familiaris Consortio de Jean-Paul II sont amplement citées. Le regard est vaste et inclut aussi les situations imparfaites. On peut lire en effet: Le discernement de la présence des Semina Verbi dans les autres cultures peut être appliqué aussi à la réalité conjugale et familiale. Outre le véritable mariage naturel, il existe des éléments positifs présents dans les formes matrimoniales d?autres traditions religieuses, même si les ombres ne manquent pas non plus. La réflexion inclut aussi les familles blessées devant lesquelles le Pape affirme, en citant la Relatio Finalis du synode 2015 qu?il faut toujours rappeler un principe général: Les pasteurs doivent savoir que, par amour de la vérité, ils ont l'obligation de bien discerner les diverses situations. Le degré de responsabilité n?est pas le même dans tous les cas et il peut exister des facteurs qui limitent la capacité de décision. C?est pourquoi, tout en exprimant clairement la doctrine, il faut éviter les jugements qui ne tiendraient pas compte de la complexité des diverses situations. Il est également nécessaire d?être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition".

Chapitre quatre (L?amour dans le mariage): Le quatrième chapitre traite de l?amour dans le mariage, et l?illustre à partir de l?hymne à l?amour de saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens. Ce chapitre est une véritable exégèse attentive, ponctuelle, inspirée et poétique du texte de Paul. Nous pouvons dire qu?il s?agit d?une collection de fragments d?un discours amoureux, soucieux de décrire l?amour humain en des termes absolument concrets. On est frappé par la capacité d?introspection psychologique qui caractérise cette exégèse. L?analyse psychologique nous fait entrer dans le monde des émotions des conjoints, positives ou négatives, et dans la dimension érotique de l?amour. Il s?agit d?une contribution extrêmement riche et précieuse pour la vie chrétienne des conjoints, on ne trouve rien de comparable dans les précédents documents pontificaux. A sa manière, ce chapitre constitue un petit traité au sein d?un développement plus ample, pleinement conscient de la quotidienneté de l?amour qui est l?ennemie de tout idéalisme: Il ne faut pas faire peser sur deux personnes ayant leurs limites la terrible charge d?avoir à reproduire de manière parfaite l?union qui existe entre le Christ et son Eglise, parce que le mariage, en tant que signe, implique un processus dynamique qui va peu à peu de l'avant grâce à l'intégration progressive des dons de Dieu. Le Pape insiste par ailleurs, et de manière forte et déterminée sur le fait que dans la nature même de l?amour conjugal il y a l?ouverture au définitif, et c?est justement dans ce mélange de satisfactions et d?efforts, de tensions et de repos, de souffrances et de libérations, de satisfactions et de recherches, d?ennuis et de plaisirs que se trouve le mariage. Le chapitre se conclut par une réflexion très importante sur la transformation de l?amour car la prolongation de la vie conduit à quelque chose qui n?était pas fréquent à d?autres époques, la relation intime et l?appartenance réciproque doivent se conserver durant quatre, cinq ou six décennies, et cela se convertit en une nécessité de se choisir réciproquement sans cesse. L?aspect physique change et l?attraction amoureuse ne disparaît pas mais elle change. Le désir sexuel avec le temps peut se transformer en désir d?intimité et en complicité. Nous ne pouvons pas nous promettre d?avoir les mêmes sentiments durant toute la vie. En revanche, oui, nous pouvons avoir un projet commun stable, nous engager à nous aimer et à vivre unis jusqu?à ce que la mort nous sépare, et à vivre toujours une riche intimité".

Chapitre cinq (L?amour qui devient fécond): Le cinquième chapitre est tout entier consacré à la fécondité et la générativité de l?amour. On parle de manière profonde, tant spirituellement que psychologiquement, de l?accueil d?une vie nouvelle, de l?attente d?une grossesse, de l?amour d?une mère et d?un père. Mais aussi de la fécondité élargie, de l?adoption, de l?accueil, de la contribution des familles dans la promotion d?une culture de la rencontre, de la vie dans la famille dans un sens large, avec la présence des oncles, des cousins, des parents de parents, des amis. L?Amoris Laetitia ne prend pas en compte les familles monoparentales car elle considère la famille comme un réseau d?amples relations. Même la mystique du sacrement du mariage a un caractère social profond. A l?intérieur de cette dimension sociale, le Pape souligne en particulier tant le rôle spécifique du rapport entre les jeunes et les personnes âgées que la relation entre frères et s?urs comme un facteur d?apprentissage de la croissance dans la relation avec les autres".

Chapitre six (Quelques perspectives pastorales): Dans le sixième chapitre, le Pape aborde un certain nombre de pratiques pastorales qui conduisent à construire une famille solide et féconde, selon le plan de Dieu. Dans cette partie, l?exhortation accorde une large place aux rapports conclusifs des deux synodes et aux catéchèses du Pape François et de Jean-Paul II. Il est répété que les familles sont sujets et non pas seulement objets d?évangélisation. Le Pape relève qu?il manque souvent aux ministres ordonnés la formation adéquate pour traiter les problèmes complexes actuels des familles. S?il faut améliorer la formation psycho-affective des séminaristes et impliquer davantage la famille dans la formation au ministère, l?expérience de la vaste tradition orientale des prêtres mariés pourrait être utile. Le Pape aborde le thème des jeunes fiancés qu?il faut guider sur le chemin de la préparation au mariage, de l?accompagnement des époux dans les premières années de vie conjugale (y compris le thème de la paternité responsable), mais aussi dans certaines situations complexes, et en particulier dans les crises en sachant que chaque crise cache une bonne nouvelle qu?il faut savoir écouter en affinant l?ouïe du c?ur. Certains facteurs de crise sont analysés, comme celle d?une maturation affective retardée. La question de l?accompagnement des personnes abandonnées, séparées ou divorcées, est en outre abordée, et l?importance de la récente réforme des procédures pour la reconnaissance des cas de nullité des mariages est soulignée. La souffrance des enfants dans les situations conflictuelles est mise en avant. Le divorce est un mal, et l?augmentation du nombre des divorces est très préoccupante. Voilà pourquoi, sans doute, notre tâche pastorale la plus importante envers les familles est de renforcer l?amour et d?aider à guérir les blessures, en sorte que nous puissions prévenir la progression de ce drame de notre époque. Sont également abordées, les mariages mixtes, les mariages avec disparité de culte, et la situation des familles qui ont en leur sein des personnes à tendance homosexuelle. Il y est répété le respect à avoir à leur encontre et le refus de toute discrimination injuste ou de toute forme d?agression et de violence. La partie finale du chapitre est précieuse sur le plan pastoral: Quand la mort transperce de son aiguillon évoque le thème de la perte des personnes chères et du veuvage".

Chapitre sept (Renforcer l?éducation des enfants): Le septième chapitre est entièrement consacré à l?éducation des enfants, à leur formation éthique, à la valeur de la sanction comme stimulation, le patient réalisme, l?éducation sexuelle, la transmission de la foi, et de manière plus générale la vie de famille comme contexte éducatif. La sagesse pratique qui ressort à chaque paragraphe est intéressante, et surtout l?attention à la gradualité et aux petits pas qui peuvent être compris, acceptés et valorisés. Il y a un paragraphe particulièrement significatif, et pédagogiquement fondamental, dans lequel le Pape affirme clairement que l?obsession n?éduque pas, et on ne peut pas avoir sous contrôle toutes les situations qu?un enfant pourrait traverser. Ici, vaut le principe selon lequel « le temps est supérieur à l?espace ».C?est-à-dire qu?il s?agit plus de créer des processus que de dominer des espaces. Si un parent est obsédé de savoir où se trouve son enfant et de contrôler tous ses mouvements, il cherchera uniquement à dominer son espace. De cette manière, il ne l?éduquera pas, ne le fortifiera pas, ne le préparera pas à affronter les défis. Ce qui importe surtout, c?est de créer chez l?enfant, par beaucoup d?amour, des processus de maturation de sa liberté, de formation, de croissance intégrale, de culture d?une authentique autonomie. A noter le passage dédié à l?éducation sexuelle, intitulé de manière très expressive: Oui à l?éducation sexuelle. On la juge nécessaire, et une question est posée: Nous devrions nous demander si nos institutions éducatives ont pris en compte ce défi à une époque où la sexualité tend à se banaliser et à s?appauvrir. Elle ne peut être comprise que dans le cadre d?une éducation à l?amour, au don de soi réciproque. On met en garde contre l?expression sexe sûr, parce que cela transmet « une attitude négative quant à la finalité procréatrice naturelle de la sexualité, comme si un éventuel enfant était un ennemi dont il faut se protéger. Ainsi, l?on promeut l?agressivité narcissique au lieu de l?accueil".

Chapitre huit (Accompagner, discerner et intégrer la fragilité): Le chapitre huit est une invitation à la miséricorde et au discernement pastoral face aux situations qui ne répondent pas pleinement à ce que le Seigneur propose. Le Pape utilise ici trois verbes très importants: Accompagner, discerner et intégrer, qui sont fondamentaux pour affronter les situations de fragilité, complexes ou irrégulières. Le Pape présente la nécessaire gradualité dans la pastorale, l?importance du discernement, les normes et les circonstances atténuantes dans le discernement pastoral, et enfin ce qu?il définit comme la logique de la miséricorde pastorale. Le chapitre huit est très délicat. Pour le lire, il faut se rappeler que souvent la mission de l?Eglise ressemble à celle d?un hôpital de campagne. Ici le Pape assume le fruit de la réflexion du synode sur des thématiques controversées. Il répète ce qu?est le mariage chrétien et ajoute que les autres formes d?union contredisent radicalement cet idéal, mais certaines le réalisent au moins en partie et par analogie. Ainsi l?Eglise ne cesse de valoriser les éléments constructifs dans ces situations qui ne correspondent pas encore ou qui ne correspondent plus? à son enseignement sur le mariage. En ce qui concerne le discernement vis-à-vis des situations irrégulières, le Pape note qu?il faut éviter des jugements qui ne tiendraient pas compte de la complexité des diverses situations, il est également nécessaire d?être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition. Il poursuit: Il s?agit d?intégrer tout le monde, on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale, pour qu?il se sente objet d?une miséricorde ?imméritée, inconditionnelle et gratuite. Ou encore: Les divorcés engagés dans une nouvelle union, par exemple, peuvent se retrouver dans des situations très différentes, qui ne doivent pas être cataloguées ou enfermées dans des affirmations trop rigides sans laisser de place à un discernement personnel et pastoral approprié. Dans ce même esprit, accueillant les observations des pères synodaux, le Pape affirme que les baptisés divorcés et remariés civilement doivent être davantage intégrés dans les communautés chrétiennes selon les diverses façons possibles, en évitant toute occasion de scandale. Leur participation peut s?exprimer dans divers services ecclésiaux. Ils ne doivent pas se sentir excommuniés, mais ils peuvent vivre et mûrir comme membres vivants de l?Eglise. Cette intégration est nécessaire également pour le soin et l?éducation chrétienne de leurs enfants. De manière plus générale, le Pape fait une affirmation extrêmement importante pour comprendre l?orientation et le sens de l?exhortation: Si l?on tient compte de l?innombrable diversité des situations concrètes, on peut comprendre qu?on ne devait pas attendre du synode ou de cette exhortation une nouvelle législation générale du genre canonique, applicable à tous les cas. Il faut seulement un nouvel encouragement au discernement responsable personnel et pastoral des cas particuliers, qui devrait reconnaître que, étant donné que le degré de responsabilité n?est pas le même dans tous les cas les conséquences ou les effets d?une norme ne doivent pas nécessairement être toujours les mêmes. Le Pape développe de manière approfondie les exigences et les caractéristiques du chemin d?accompagnement et de discernement dans un dialogue approfondi entre les fidèles et les pasteurs. Pour y parvenir, il attire l?attention de l?Eglise sur les conditionnements et les circonstances atténuantes en ce qui concerne l?imputabilité et la responsabilité des actions, et s?appuyant sur saint Thomas d?Aquin, il s?attarde sur le rapport entre les normes et le discernement en affirmant que, certes, les normes générales présentent un bien qu?on ne doit jamais ignorer ni négliger, mais dans leur formulation, elles ne peuvent pas embrasser dans l?absolu toutes les situations particulières. En même temps, il faut dire que, précisément pour cette raison, ce qui fait partie d?un discernement pratique face à une situation particulière ne peut être élevé à la catégorie d?une norme. Dans la dernière partie du chapitre, la logique de la miséricorde pastorale, le Pape François, pour éviter des malentendus, rappelle avec force: Comprendre les situations exceptionnelles n?implique jamais d?occulter la lumière de l?idéal dans son intégralité ni de proposer moins que ce que Jésus offre à l?être humain. Aujourd?hui, l?effort pastoral pour consolider les mariages et prévenir ainsi les ruptures est plus important qu?une pastorale des échecs. Mais le sens global du chapitre et de l?esprit que le Pape François entend inscrire dans la pastorale de l?Eglise est bien résumé dans les paroles finales: J?invite les fidèles qui vivent des situations compliquées, à s?approcher avec confiance de leurs pasteurs ou d?autres laïcs qui vivent dans le dévouement au Seigneur pour s?entretenir avec eux. Ils ne trouveront pas toujours en eux la confirmation de leurs propres idées ou désirs, mais sûrement, ils recevront une lumière qui leur permettra de mieux saisir ce qui leur arrive et pourront découvrir un chemin de maturation personnelle. Et j?invite les pasteurs à écouter avec affection et sérénité, avec le désir sincère d?entrer dans le c?ur du drame des personnes et de comprendre leur point de vue, pour les aider à mieux vivre et à reconnaître leur place dans l?Eglise. Sur la logique de la miséricorde pastorale, le Pape affirme avec force que parfois, il nous coûte beaucoup de faire place à l?amour inconditionnel de Dieu dans la pastorale. Nous posons tant de conditions à la miséricorde que nous la vidons de son sens concret et de signification réelle, et c?est la pire façon de liquéfier l?Evangile".

Chapitre neuf (Spiritualité matrimoniale et familiale): Le neuvième chapitre est dédié à la spiritualité matrimoniale et familiale, faite de milliers de gestes réels et concrets. Avec clarté, il est dit que ceux qui sont animés de profonds désirs de spiritualité ne doivent pas croire que la famille les éloigne de la croissance dans la vie de l?Esprit, mais qu?elle constitue un chemin que le Seigneur choisit pour les conduire aux sommets de l?union mystique. Les moments de joie, le repos ou la fête, et même la sexualité, sont vécus comme une participation à la vie pleine de sa Résurrection. On parle donc de la prière à la lumière de Pâques, de la spiritualité de l?amour exclusif et libre, dans le défi et le désir de vieillir et de se consumer ensemble, reflétant la fidélité de Dieu. Dans le passage portant sur la spiritualité de l?attention, de la consolation et de l?encouragement, le Pape écrit que toute la vie de la famille est un mener paître miséricordieux. Chacun, avec soin, peint et écrit dans la vie de l?autre. C?est une profonde expérience spirituelle de contempler chaque proche avec les yeux de Dieu et de reconnaître le Christ en lui.Dans le paragraphe conclusif, le Pape affirme qu?aucune famille n?est une réalité céleste et constituée une fois pour toutes, mais la famille exige une maturation progressive de sa capacité d?aimer. Tous, nous sommes appelés à maintenir vive la tension vers un au-delà de nous-mêmes et de nos limites, et chaque famille doit vivre dans cette stimulation constante. Cheminons, familles, continuons à marcher! Ne désespérons pas à cause de nos limites, mais ne renonçons pas non plus à chercher la plénitude d?amour et de communion qui nous a été promise".

L?exhortation apostolique se conclut par une Prière à la Sainte Famille. "Comme on le comprend déjà, après un rapide examen de son contenu, l?exhortation apostolique Amoris Laetitia entend rappeler avec force non l?idéal de la famille, mais sa réalité riche et complexe. On trouve dans ses pages un regard ouvert, profondément positif, qui se nourrit non pas d?abstractions ou de projections idéales mais d?une attention pastorale à la réalité. Ce document offre une lecture riche en suggestions spirituelles et en sagesse pratique, utile pour tous les couples et les personnes qui désirent fonder une famille. On voit surtout que c?est le fruit d?une expérience concrète aux côtés de personnes qui savent par expérience ce qu?est une famille et ce que veut dire vivre ensemble depuis de nombreuses années. L?exhortation parle en effet le langage de l?expérience".

Pour prendre connaissance du texte complet:

http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html

Audience annuelle à la Papal Foundation

Cité du Vatican, 8 avril 2016 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin 225 membres de la Papal Foundation, l'organisation catholique qui, depuis 1988, développe en son nom de par le monde des projets caritatifs. Il a remercié ses hôtes de leur constante générosité, au nom de l'Eglise et tous ceux qui reçoivent de l'aide par le biais de leur engagement. Le pèlerinage romain annuel de la Papal Foundation se place dans le cadre du Jubilé de la Miséricorde, qui nous appelle à partager la miséricorde du Christ avec ceux qui sont matériellement comme spirituellement dans le besoin. Les ?uvres de miséricorde, spirituelles et matérielles, sont au c?ur de la mission de la Papal Foundation qui finance des projets diocésains, des paroisses, qui offre des subventions et des bourses d'études. Ainsi la «charité rayonne-t-elle dans le monde grâce à de nouvelles initiatives, qui contribuent à élargir l'étreinte miséricordieuse du Père". Je souhaite, a conclu le Pape, "qu'avec la grâce de Dieu, ces jours de pèlerinage soient pour vous une invitation renouvelée à la sainteté et une expérience intense de la miséricorde de Dieu. Saint Paul nous rappelle que nous ne devons jamais nous lasser de faire le bien".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7758
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   Lun 11 Avr - 20:59

Sommaire

- XIX Réunion du Conseil des Cardinaux
- Suite du procès Vatileaks
- La présence du Ressuscité a transformé les apôtres
- Télégramme de condoléances en Inde
- Journée nationale de l'Université catholique de Milan
- L'aumône, aspect important de la miséricorde
- Voyage apostolique dans le Caucase
- XXV anniversaire du Centre Aletti
- Le diagnostique précoce du SIDA et le traitement des enfants
- Audiences
- Autres actes pontificaux
- Avis

XIX Réunion du Conseil des Cardinaux

Cité du Vatican, 11 avril 2016 (VIS). Ce matin se sont ouverts, en présence du Pape, les travaux de la XIV Réunion du Conseil des Cardinaux, qui se poursuivront jusqu'à mercredi matin.

Suite du procès Vatileaks

Cité du Vatican, 11 avril 2016 (VIS). Ce midi, le P.Lombardi, SJ, Directeur de la Salle de Presse, a indiqué que la nouvelle audience du procès Vatileaks s'est ouverte à 10 h 30', le Tribunal étant au complet, et présents quatre des inculpés et leurs avocats, M.Fittipladi étant représenté par le sien. Elle a concerné l'interrogatoire de M.Nicola Maio par le Président, le Promoteur de Justice, son avocat et ceux des co-inculpés. Enfin, a été lu et approuvé le procès-verbal de l'interrogatoire du jour avant la clôture de la session peu avant 13 h 30'. La prochaine audience aura lieu mercredi 13 avril à 10 h 30'.

La présence du Ressuscité a transformé les apôtres

Cité du Vatican, 10 avril 2016 (VIS). Ressuscité, Jésus alla au devant de ses disciples décontenancés, transformant toutes choses en eux. Ainsi leur sentiment d'abandon céda la place à la certitude que le Christ était avec Eux. Il en va de même pour nous aujourd'hui. Avant le Regina Coeli, récité avec les fidèles rassemblés Place St.Pierre, le Saint-Père a évoqué l'Evangile du jour rapportant la troisième apparition de Jésus. Après les événements traumatisants de la Passion, de la mort et de la résurrection du Christ, "il était difficile pour eux de comprendre ce qui était arrivé. Mais alors que tout semblait fini", Jésus alla les trouver du lac où ils avaient passé la nuit sans rien prendre. Fatigués et déçus, ils ne le reconnaissent pas lorsqu'il leur dit de jeter leurs filets à droite. Mais "quand Jean dit à Pierre, qu'il est le Seigneur, ce dernier se jette immédiatement à l'eau et nage vers le rivage, à la rencontre de Jésus. Dans l'exclamation Il est le Seigneur! S'exprime toute la foi de Pâques, cette joie "qui contraste fortement avec l'abattement, le désespoir, le sentiment d'impuissance qui s'étaient accumulés dans l'humeur les disciples. La présence de Jésus ressuscité transforme tout en eux. L'obscurité est vaincue par la lumière, le travail inutile devient fécond et prometteur, la sensation de fatigue et d'abandon cède la place à une nouvelle poussée d'enthousiasme. C'est la certitude qu'il est avec nous... Depuis lors, les mêmes sentiments animent l'Eglise, tous ceux qui composent la communauté du Ressuscité... L'Eglise sait avec certitude que la lumière impérissable du Seigneur Jésus brille sur elle. La grande annonce de la Résurrection induit chez les croyants une profonde joie et une espérance invincible. Le Christ est vraiment ressuscité! Aujourd'hui encore, l'Eglise continue de faire retentir ce message de joie et d'espoir... Chacun d'entre nous, les chrétiens, sont appelés à communiquer le message de la Résurrection, en particulier ceux qui souffrent, qui sont seuls, qui sont dans la précarité, qui sont malades, réfugiés, marginalisés. A chacune de ces personnes faisons parvenir un rayon de la lumière du Christ ressuscité, un signe de son pouvoir miséricordieux".

Après la prière mariale, le Pape a renouvelé son appel à la libération de toutes les personnes enlevées dans les zones de conflit armé. Et je tiens à rappeler tout particulièrement le prêtre salésien Tom Uzhunnalil enlevé à Aden, au Yémen, le 4 mars" dernier.

Télégramme de condoléances en Inde

Cité du Vatican, 10 avril 2016 (VIS). Le Pape François a fait parvenir un télégramme de condoléances aux diverses Autorités du Kerala (Inde) à la suite de l'incendie qui a détruit un temple hindou à Puttingal et provoqué la mort de 105 personnes (plus de 350 blessés) assistant à un feu d'artifice du nouvel an. Il y exprime sa solidarité aux familles et aux blessés, prie pour les victimes et encourage les sauveteurs.

Journée nationale de l'Université catholique de Milan

Cité du Vatican, 11 avril 2016 (VIS). Au nom du Saint-Père, le Cardinal Secrétaire d'Etat a adressé une lettre au Cardinal Angelo Scola, Archevêque de Milan (Italie), comme Président de l'Institut des hautes études Toniolo, à l'occasion de la 92 Journée nationale de l'Université catholique du Sacré-Coeur. Le Cardinal Pietro Parolin y rappelle que l'Eglise confie aux universités catholiques "la tâche de former les nouvelles générations à la lumière des principes de la foi chrétienne et de la tradition catholique, afin de construire des réseaux de solidarité authentique en contribuant au bien commun... Sans une attention aux valeurs fondamentales de la vérité et de la bonté, de la justice et de la paix, qui naissent d'une véritable ouverture d'esprit, il ne serait pas possible de contrer la forte poussée du matérialisme et du positivisme scientifique qui conditionnent la culture dominante et la société de notre temps. Par conséquent, il est important de redoubler d'efforts pour faire en sorte que les nouvelles générations trouvent des personnes, des institutions et une éducation complète"résultant d'un "dialogue constructif entre foi et raison, entre la théologie et les différents domaines de la connaissance". C'est le rôle rempli par l'Université catholique du Sacré-C?ur, que le P.Agostino Gemelli et ses collaborateurs voulaient être "une référence solide et compétente pour la formation des nouvelles générations dans les différents domaines de la connaissance et les différents domaines professionnels... Eduquer les jeunes dans cette perspective est une tâche fascinante", ajoute le Cardinal Parolin. Cela "exige un effort commun et partagé par l'ensemble de la communauté ecclésiale. Mais il faut aussi une capacité au renouvellement constant d'une institution universitaire appelée à combiner ses valeurs d'origine inaliénables avec les nouvelles exigences d'un système universitaire complexe et ouvert à l'horizon international... Un signe particulier du lien devant exister entre la dimension académique et le service aux nécessiteux et aux malades est fourni par la Polyclinique Gemelli de Rome"- Son fondateur voulait que cet hôpital soit "toujours reconnaissable comme un lieu exemplaire de formation et de guérison d'inspiration chrétienne".

L'aumône, aspect important de la miséricorde

Cité du Vatican, 9 avril 2016 (VIS). Ce matin Place St.Pierre, au cours de l'audience jubilaire du mois, le Pape François a évoqué "un aspect important de la miséricorde, l'aumône, un geste qui ne peut être vidé de contenu", d'autant que la miséricorde a de nombreuses façons de se manifester. Il a rappelé aux quarante mille personnes présentes que le devoir de l'aumône est aussi vieux que la Bible et qu'elle était avec le sacrifice une des deux fonctions que les personnes religieuses se devaient de respecter: "Il y a des pages dans l'Ancien Testament où Dieu exige une attention particulière pour les pauvres, pour ceux qui n'ont rien, les étrangers, les veuves et les orphelins". La Bible insiste sur ce devoir qui est au centre de son message, louer Dieu par les sacrifices, le louer par l'aumône. "Donnez généreusement et ainsi votre c?ur ne peut s'attrister. Cela signifie que la charité exige d'abord la joie intérieure. Offrir de la miséricorde ne peut être un fardeau ou un inconvénient dont il faudrait se libérer au plus". Le Pape a signalé que certains se justifient de ne pas donner en affirmant que ce serait encourager le clochard à acheter de l'alcool pour s'enivrer. Après avoir évoqué l'épisode biblique du vieux Tobie de de son fils, il a rappelé l'enseignement irremplaçable à ce sujet fourni par Jésus, qui demande de faire l'aumône généreusement sans que notre main droite sache ce que fait la gauche... Ce qui compte c'est notre capacité à regarder la personne qui nous demande de l'aide. Chacun doit donc se demander s'il est capable de cela", d'autant que "l'aumône doit être pour nous un véritable sacrifice... un geste sincère de l'amour et de l'attention que nous portons à qui demande notre aide... Dieu seul voit et comprend la valeur de l'acte accompli", a conclu le Pape en rappelant que Jésus a dit qu'il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir".

Après sa catéchèse, le Saint-Père a salué les divers groupes et notamment le pèlerinage diocésain de Dublin, le Collège St.Benoît de Rio de Janeiro, l'Université catholique de Milan, la Fédération italienne des séminaires, qui célèbre son cinquantenaire, les malades de l'Unitalsi de Lombardie et Campanie.

Voyage apostolique dans le Caucase

Cité du Vatican, 9 avril 2016 (VIS). Répondant à l'invitation du Gouvernement arménien, du Patriarche et Catholicos Karékin II et de l'Eglise catholique locale, le Pape François se rendra en Arménie du 24 au 26 juin. Ce voyage apostolique dans le Caucase sera complété, du 30 septembre au 2 octobre, par un séjour en Géorgie et en Azerbaïdjan où l'ont invité les Gouvernements, le Patriarche et Catholicos Ilia II et les diverses Autorités religieuses des deux pays.

XXV anniversaire du Centre Aletti

Cité du Vatican, 11 avril 2016 (VIS). Hier après-midi en la chapelle Redemptoris Mater, le Saint-Père a célébré une messe pour marquer le XXV anniversaire de Centre Aletti et le XX de son atelier d'art spirituel de celui-ci, dont la première réalisation furent les mosaïques de cette chapelle souslla direction de son directeur le P.Marko Rupnik, SJ. Y ont asssité quatre-vingt personnes, membres de la communauté, des artistes de l'atelier d'art spirituel et de l'atelier théologique Cardinal Tomas Spidlik. Ont concélébré de nombreux prêtres, dont le P.Rupnik, fondateur et directeur du Centre Aletti, et le P.Milan Zust, SJ, Supérieur de la communauté religieuse. Le Pape a commenté les lectures du jour dans le style de ses homélies de Ste.Marthe, évoquant en particulier la joie des apôtres, "heureux d'être dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus" et d'avoir suivi la voie de service indiquée par Jésus comme source de paix et de bonheur. Il a également parlé de Marie en commentant une icône offerte par le Centre Aletti, où la Vierge occupe le centre, alors qu'en réalité Jésus vient jusqu'à nous en sortant des mains de sa mère.

Le diagnostique précoce du SIDA et le traitement des enfants

Cité du Vatican, 11 avril 2016 (VIS). La Caritas Internationalis organise aujourd'hui et jusqu'au 13 avril à Rome une rencontre d'organisations confessionnelles pour poser les bases d'un cahier de route en faveur des enfants porteurs du SIDA: "L?an dernier, l?ONUSIDA annonçait le franchissement mondial du seuil des 15 millions de personnes sous traitement anti-rétrovirus (ART). Or seul un tiers des enfants porteurs reçoit un diagnostic leur permettant d?être soumis à un traitement. Ces organisations, qui forment un large réseau, sont une source de soins pour les enfants et les mères vivant avec le SIDA. La Caritas a uni ses efforts à ceux de l?ONUSIDA, du Plan du Président des Etats-Unis pour l?aide aux victimes du SIDA (PEPFAR) et de l?hôpital pédiatrique du Vatican Bambino Gesù, afin de leur offrir une occasion de parler des enjeux, de leurs succès et de leur potentiel d?amélioration du diagnostic et du traitement des enfants. La manifestation se déroule à l'Auditorium San Paolo de l'hôpital pédiatrique romain, sous la présidence du Cardinal John Onaiyekan, Archevêque d?Abuja (Nigeria), de Mme.Luiz Loures, Directeur adjoint aux programmes, ONUSIDA, de Mme.Deborah Birx, Coordinatrice et Directrice du PEPFAR, avec le concours de scientifiques et d'avocats engagés dans l?élargissement de l?accès au traitement des enfants, de représentants d?organisations nationales et locales d?inspiration catholique, ?cuméniques et interconfessionnelles impliquées dans le soin aux porteurs du virus.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Voix de Pape Francois   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Voix de Pape Francois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
 Sujets similaires
-
» Prophétie du pape Léon XIII
» Le Sommet de St-Petersbourg: la Syrie, Obama, Poutine et le pape François, selon "La Voix de la Russie"
» Le Mutilé de la Voix
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» Pâques 2010 : Message Urbi et Orbi du pape Benoît XVI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: