La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
soir fatima paroles gloire nouvelles saint prières film misericorde france zanotti coeur sante humour jour miracle chretiens tweet pape avortement sujets haine chant gender histoire liens
Derniers sujets
» PRIONS pour Monseigneur REY
Hier à 12:01 par Pearl

» Fête du sacré-cœur de Jésus, solennité
Hier à 11:14 par etienne lorant

» Prières quotidiennes
Hier à 3:54 par Pearl

» Seigneur, ce jour s'acheve
Jeu 22 Juin - 22:47 par Pearl

» La Vérité et les dérives
Jeu 22 Juin - 10:11 par etienne lorant

» Sainte-Famille, Sauvez la France !
Jeu 22 Juin - 5:44 par Marthe

» Revêtir le Christ
Mer 21 Juin - 9:53 par etienne lorant

» La justice divine est aussi miséricorde
Mar 20 Juin - 10:33 par etienne lorant

» Témoigner en dépit de tout
Lun 19 Juin - 10:17 par etienne lorant

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Meditations et Homelies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
AuteurMessage
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 16 Avr - 10:34

Mise à mort des boucs émissaires

Le mercredi saint

Livre d'Isaïe 50,4-9a.

Dieu mon Seigneur m'a donné le langage d'un homme qui se laisse instruire, pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n'en peut plus. La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j'écoute comme celui qui se laisse instruire.
Le Seigneur Dieu m'a ouvert l'oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.
J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe. Je n'ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats.
Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c'est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c'est pourquoi j'ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu'un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu'un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu'il s'avance !
Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 26,14-25.
L'un des douze Apôtres de Jésus, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres
et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d'argent.
Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.
Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? »
Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : 'Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c'est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples. ' »
Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.
Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze.
Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l'un de vous va me livrer. »
Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l'un après l'autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? »
Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer.
Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! »
Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui l'as dit ! »



Cy Aelf, Paris

La dernière, cène, cette fois rapportée par Matthieu. J'y ai retrouvé, chez les disciples, la même confusion d'esprit  que dans la lecture d'hier:  "Tous se demandent : est-ce moi ?"

Notre prêtre s'est lancé dans une longue et difficile homélie, que je n'ai pas suivie jusqu'au bout. Mais en fait, je me suis dit, comme hier déjà : "Et moi, dans tout çà, le jour où l'on me demanderait de témoigner de ma foi au risque de devoir en mourir, comment réagirai-je ?  

Je crois que nous devrions toutes et tous nous poser la question. Nous avons la chance de vivre dans des pays où la religion catholique est encore reconnue.  Mais nous savons très bien que cela peut changer très vite !  La crise économique ne fait que commencer et pour tant soit peu que l'on ait étudié l'Histoire, il a toujours fallu un bouc émissaire (!) pour faire accepter au plus grand nombre des temps difficiles.

Or, les chrétiens de notre temps ne sont guère bien vus. Eh quoi ? Ils s'opposent à l'avortement, à l'euthanasie, à la PMA, au mariage homosexuel, à la théorie du genre, à la légalisation des drogues, etc.  Qu'ont-ils donc contre le bonheur de l'être humain, pourquoi refusent-ils ces maigres plaisirs dont ils pourraient goûter avant la mort ?   Eh bien, à défaut de pouvoir donner un revenu décent à tous, arrangeons-nous pour que le peuple se retourne - non plus seulement contre les juifs, mais contre tous les chrétiens aussi.

Ne me dîtes pas que le passé ne revient jamais, car en réalité, c'est cela l'Histoire. La révolution française, vous connaissez ?  Il n'y a pas eu que les juifs !  Et donc, tous ceux qui s'opposent au "progrès", éliminons-les ... et l'économie s'en sortira d'autant mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 17 Avr - 15:25

mediter avec mgr alowonou:17 avril JEUDI SAINT

La Cène du Seigneur :

« Chaque fois que vous mangez ce pain et buvez à cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne ».

Proclamer la mort du Seigneur, dans l’Eucharistie, l’action de grâce par excellence, c’est proclamer que Jésus nous a aimés jusqu’au bout, que sa mort nous délivre du mal et de la mort. C’est garder en mémoire que nos épreuves, le poids de nos labeurs, la souffrance humaine et la mort, surtout l'humiliation et la mort des innocents, ont un sens dans la Passion du Christ, dans son corps livré et son sang versé pour nous. Communier au corps et au sang du Christ nourrit en nous la semence de vie éternelle et nous tient en éveil, jusqu’à ce qu’il vienne comme l’Epoux dans la nuit, pour le banquet des noces

Sauveur du monde, rends nous dignes de la table où le Père nous invite.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 22 Avr - 5:58



Meditons avec Mgr Alowonou

21 avril LUNDI DE L’OCTAVE DE PAQUES


Le Ressuscité vient à leur rencontre…Alleluia !


Jésus ressuscité ne s’est pas montré de façon spectaculaire et fracassante sur les places publiques de Jérusalem, à la foule qui l’a vu crucifié, ni aux grands prêtres, à ses bourreaux, pour leur dire: « me voici ressuscité, je suis vainqueur de la mort ».

Sa gloire ne les a pas éblouis. Au contraire, un profond mystère entoure le « comment » et le « quand » de la résurrection.

Cela veut sans doute dire que chacun devra rencontrer et reconnaître le Christ ressuscité pour soi-même, non par la vue, mais par la foi.

Chacun devra accueillir la joie pascale dans les différents évènements, dans chaque visage, dans sa vie et jusque dans sa mort désormais vaincue.

Le tombeau du Christ est vide, les femmes accourues de grand matin, ni les apôtres n’ont rien vu de l'étrange évènement que des anges leur ont rapporté, mais le Seigneur lui-même s’est montré vivant à chacun et à tous et leur a donné sa paix.

De même, nous sommes invités à le reconnaître au cœur de nos vies, car il appelle chacun par son nom, il vient au-devant de toute personne qui le cherche.

Alleluia !





Le Seigneur est ressuscité, il est vraiment ressuscité,

Alleluia.








_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Marthe

avatar

Messages : 3568
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Aucun homme ne décide de servir Satan, sans raison   Mar 22 Avr - 17:48

Aucun homme ne décide de servir Satan, sans raison
SalonBeige 0 Commentaire 19 avril 2014, 19:32

Vendredi, dans le basilique St Pierre, le père Cantalamessa a donné l'homélie. Extrait :

"Judas a été choisi dès la première heure pour être l’un des Douze. En insérant son nom dans la liste des apôtres l’évangéliste Luc écrit « Judas Iscariote qui devint (egeneto) un traître » (Lc 6, 16). Donc Judas n’était pas né traître et il ne l’était pas au moment où Jésus l’a choisi; il le devint ! Nous sommes devant un des drames les plus sombres de la liberté humaine.

Pourquoi le devint-il ? Il n’y a pas si longtemps, quand la thèse de Jésus « révolutionnaire » était à la mode, on a cherché à donner à son geste des motivations idéales. Certains ont vu dans son surnom « Iscariote » une déformation du mot « sicariote », c’est-à-dire faisant partie du groupe de zélotes extrémistes qui prônaient l’emploi du glaive (sica) contre les Romains; d’autres ont pensé que Judas a été déçu de la façon dont Jésus suivait son idée du « royaume de Dieu » et qu’il voulait lui forcer la main, en le poussant à agir aussi au plan politique contre les païens. C’est le Judas du célèbre « Jésus Christ Superstar » et d’autres spectacles et romans récents. Un Judas pas loin d’un autre célèbre traître de son bienfaiteur : Brutus, qui tua Jules César, en pensant de sauver ainsi la république !

Ces reconstructions sont respectables quand elles revêtent quelque dignité littéraire ou artistique, mais elles n’ont aucun fondement historique. Les évangiles – seules sources dignes de foi que nous ayons sur le personnage – parlent d’un motif plus terre-à-terre : l’argent. Judas avait reçu la garde de la bourse commune du groupe; à l’occasion de l’onction de Béthanie il avait protesté contre le gaspillage du précieux parfum versé par Marie sur les pieds de Jésus, non pas par souci des pauvres, relève Jean, mais parce que « c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait » (Jn 12,6). Sa proposition aux chefs des prêtres est explicite: « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent » (Mt 26, 15).

Mais pourquoi être surpris par cette explication et la trouver trop banale ? N’est-ce pourtant pas presque toujours comme ça aujourd’hui ? Mammon, l’argent, n’est pas une idole parmi tant d’autres; c’est l’idole par antonomase : littéralement, « l’idole en métal fondu » (cf. Ex 34, 17). Et l’on comprend pourquoi. Qui est, objectivement, sinon subjectivement (autrement dit, dans les faits, si non dans les intentions), le vrai ennemi, le concurrent de Dieu, dans ce monde ? Satan ? Mais aucun homme ne décide de servir Satan, sans raison. S’il le fait c’est parce qu’il croit obtenir de lui quelque pouvoir ou quelque bénéfice temporel. Qui est, dans les faits, l’autre-maître, l’anti-Dieu, Jésus nous le dit clairement: « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent » (Mt 6, 24). L’argent est le « dieu visible », contrairement au vrai Dieu qui est invisible.

Mammon est l’anti-dieu car il crée un univers spirituel alternatif, donne un autre objet aux vertus théologales. La foi, l’espérance et la charité ne reposent plus sur Dieu, mais sur l’argent. Une affreuse inversion de toutes les valeurs se met en marche. « Tout est possible pour celui qui croit », disent les Ecritures (Mc 9, 23); or le monde dit : « Tout est possible pour celui qui a de l’argent ». Et, à un certain niveau, tous les faits semblent lui donner raison.

« La racine de tous les maux – disent les Ecritures - c’est l’amour de l’argent » (1 Tm 6,10). Derrière chaque mal de notre société il y a l’argent, ou du moins il y a aussi l’argent. Celui-ci est le Moloch de la Bible, auquel on sacrifiait les petits garçons et les petites filles (cf. Jr 32, 35), soit le dieu aztèque, auquel il fallait offrir quotidiennement un certain nombre de cœurs humains. Qu’y a-t-il derrière le commerce de la drogue qui détruit tant de vies humaines, l’exploitation de la prostitution, le phénomène des différentes mafias, la corruption politique, la fabrication et le commerce des armes, voire même – chose horrible à se dire – derrière la vente d’organes humains enlevés à des enfants ? Et la crise financière que le monde a traversé et que ce pays traverse encore, n’est-elle pas due en bonne partie à cette « exécrable avidité d’argent », l’auri sacra fames, de la part de quelques uns ? Judas commença par soutirer un peu d’argent de la caisse commune. Cela ne dit-il rien à certains administrateurs de l’argent public ? [...]

Comme chaque année, à l’approche de Pâques, j’ai voulu réécouter la « Passion selon saint Matthieu » de Bach. Il y a un détail qui me fait sursauter à chaque fois. A l’annonce de la trahison de Judas, tous les apôtres demandent à Jésus: « Serait-ce moi, Seigneur ? » « Herr, bin ich’s ? » Mais avant de nous faire écouter la réponse du Christ, annulant toute distance entre l’événement et sa commémoration, le compositeur insère un chœur qui commence ainsi: « C’est moi, c’est moi le traître ! Je dois faire pénitence ! », « Ich bin’s, ich sollte büßen ». Comme tous les chœurs de cette œuvre, celui-ci exprime les sentiments du peuple qui écoute; il est une invitation à confesser nous aussi nos péchés.

[...] Voilà à quoi l’histoire de notre frère Judas doit nous pousser: à nous rendre à celui qui volontiers pardonne, à nous jeter nous aussi dans les grands bras du crucifié. Dans l’histoire de Judas, ce qui importe le plus, ce n’est pas sa trahison, mais la réponse que Jésus lui donne. Il savait bien ce qui était en train de mûrir dans le cœur de son disciple ; mais il ne l’expose pas, il veut lui donner la possibilité jusqu’à la fin de revenir en arrière, comme s’il le protégeait. Il sait pourquoi il est venu, mais il ne refuse pas, dans le Jardin des oliviers, son baiser de glace, allant même jusqu’à l’appeler mon ami (Mt 26, 50). De même qu'il chercha le visage de Pierre après son reniement pour lui donner son pardon, qui sait s’il n’aura pas cherché aussi celui de Judas à quelque tournant de son chemin de croix! Quand sur la croix il prie: « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34), il n’exclut certainement pas Judas.

Alors, nous, que ferons-nous ? Qui suivrons-nous, Judas ou Pierre ? Pierre eut des remords de ce qu’il avait fait, mais Judas eut lui aussi un tel remord qu’il s’écria : « J’ai trahi le sang innocent !» et il rendit les trente pièces d’argent. Alors, où est la différence ? En une seule chose : Pierre eut confiance en la miséricorde du Christ, pas Judas ! Le plus grand péché de Judas ne fut pas d’avoir trahi Jésus, mais d’avoir douté de sa miséricorde. [...]"

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"


Dernière édition par Marthe le Mar 22 Avr - 17:51, édité 2 fois (Raison : C'est mieux avec le texte)
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 23 Avr - 3:05

....elles n’ont aucun fondement historique. Les évangiles – seules sources dignes de foi que nous ayons sur le personnage – parlent d’un motif plus terre-à-terre : l’argent. Judas avait reçu la garde de la bourse commune du groupe; à l’occasion de l’onction de Béthanie il avait protesté contre le gaspillage du précieux parfum versé par Marie sur les pieds de Jésus, non pas par souci des pauvres, relève Jean, mais parce que « c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait » (Jn 12,6).

..............

Le plus grand péché de Judas ne fut pas d’avoir trahi Jésus, mais d’avoir douté de sa miséricorde

Belle homelie, qui nous rappelle comme nous sommes souvent doublement pecheurs " le peche, et le doute quant a la Misericorde.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 23 Avr - 3:07

Avec Monseigneur Alowonou : 22 avril MARDI DE L’OCTAVE DE PAQUES

Nous attendons notre vie du Seigneur ». Alleluia !


Ressuscités avec le Christ, nous vivons de sa vie. Il fait de chacun de ceux qui sont baptisés dans sa mort, une créature nouvelle. Non plus ceux qui sont nés du vouloir de l’homme et de la chair, mais ceux qui sont nés et qui vivent de l’Esprit du Ressuscité: « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi », dira st Paul. Ne retournons plus à la vie sans but d’où nous avons été rachetés, mais laissons-nous modeler de jour en jour par l’Esprit Saint. Il nous recrée selon la ressemblance de Dieu.


Je sais que mon Rédempteur est vivant,

Alleluia.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 23 Avr - 14:09

Avec Mgr Alowonou : 23 avril MERCREDI DE L’OCTAVE DE PAQUES.

" Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent".

Alleluia !



Pendant qu’il était sur notre terre, homme parmi les hommes, Jésus a ouvert les yeux de l’aveugle de naissance pour signifier qu’il est venu tirer l’homme des ténèbres : ténèbres du mensonge distillé par l’Ennemi dans les cœurs, ténèbres de l’oubli de notre identité véritable d’enfants de Dieu. De même, ressuscité d’entre les morts, Jésus chemine encore avec nous et sa parole désire atteindre l’aveugle en nous, pour nous donner la lumière de la vie, pour nous donner la joie et la paix de Dieu, par l’Esprit consolateur. St Léon le Grand disait : « Voilà ce que la bonté de Dieu a montré aux yeux et au cœur des amis du Christ: le Seigneur Jésus Christ, qui était vraiment né, avait vraiment souffert et était vraiment mort, est vraiment ressuscité ». Il a saisi dans sa condition divine, notre condition humaine, pour la remplir de sa lumière sans déclin. Alleluia !

Le Christ est ressuscité, le jour sans déclin s’est levé pour ceux qui l’aiment,

Alleluia!



_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 24 Avr - 5:05

Deuxième dimanche de Pâques - Année A

Voir et croire : ces deux mots sont souvent associés dans l’évangile de Jean. Et c’est vrai pour le passage d’évangile que nous venons de lire. « Heureux ceux qui croiront sans avoir vu », dit Jésus ressuscité à Thomas. Certes les apôtres et puis Thomas, huit jours plus tard, ont vu. Ils ont vu Jésus dans son corps marqué par la passion. Ils ont cru, assurément, ensuite; ils « furent remplis de joie», nous dit l’évangile.

Ce qui semble donc caractériser tous les récits d’apparition : c’est qu’on voit mais qu’il faut croire aussi, deuxième étape en somme – croire est plus que voir. Jean arrive au tombeau, le matin : « il vit et il crut », dit l’Evangile ; non pas : il vit, il constata, d’une évidence scientifique en somme, après laquelle il n’y aurait pas à faire ce saut en avant qu’est croire. Marie Madeleine, elle, « reconnaît » Jésus, après avoir vu quelqu’un mais confusément d’abord, pas encore reconnu donc, parce… qu’un mort ne peut être vivant bien sûr. Et c’est la même chose pour les disciples au soir de Pâques : ils « voient ses mains, son côté », après seulement vient l’envahissement de leur cœur : « ils sont remplis de joie » ; ils croient. Thomas enfin : il voit, il touche, et que lui dit Jésus ? Non pas : tu vois maintenant. Mais : « crois », « ne sois plus incrédule mais croyant ». Et le voici croyant quand il tombe aux pieds de Jésus clamant « Mon Seigneur et mon Dieu ». Il y a bien toujours deux étapes : voir, recevoir un témoignage direct, et croire, qui va bien jusqu’à Dieu même, hors de notre prise humaine ordinaire en tout cas.

Mais n’est-ce pas de nous qu’il s’agit dans ce fameux : « Heureux ceux qui croiront sans avoir vu » ? Sans avoir vu du tout, cette fois. Mais ce n’est pas tout à fait exact : la nouvelle de la résurrection du Christ nous est parvenu par le témoignage que nous avons lu ou entendu, par la tradition des écrits évangéliques, qui nous ont mis à l'écoute de l'enseignement des apôtres, une vie concrète dans la communion fraternelle, le repas eucharistique, la participation aux prières dont nous parlait le première lecture. Ce n’est donc pas tellement moins que ce qui a atteint les premiers disciples. Mais, comme eux, aussi, guère moins équipés qu’eux, nous sommes invités au grand dépassement, à cette grande confiance, qu’est croire.

Et c’est cela que nous vivons tous les jours, en adorant, en priant, gardant en mémoire l’histoire évangélique, la passion et les semaines après la mort de Jésus, tout en restant ouverts à une rencontre dans la foi avec le Christ ressuscité. Oui, frères et sœurs, « nous tressaillons d’une Joie inexprimable qui nous transfigure » (2e lecture) parce que notre foi en Jésus, notre amour pour le Seigneur est une véritable rencontre qui nous est donnée et se laisse recevoir, une paix qui nous est communiquée et qui ne peut nous décevoir.

Et pourtant, il nous faut parfois être attristé, pour un peu de temps, par toutes sortes d’épreuves. La souffrance morale, la douleur physique ne nous sont pas épargnées et le présent peut se mêler au regret du passé et à l’angoisse pour l’avenir. Mais comme l’écrivait Olivier Clément dans un article : « l’espérance vient en nous quand notre désespoir ne se ferme pas sur lui-même mais se fait ouverture déchirante à Celui qui se crucifie avec nous pour nous ouvrir en Lui, dans l’Esprit Saint, des voies de résurrection. » Dieu nous appelle à ce moment-là à nous dépasser et à nous décentrer totalement pour ne trouver qu’en Lui seul notre point d’appui et notre sécurité. « La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle : c'est là l'œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux » (psaume 117).

Les homélies sur kerit.be

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 24 Avr - 10:26

L'Emmaüs de chaque jour

Le jeudi de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 3,11-26.

L'infirme que Pierre et Jean venaient de guérir ne les lâchait plus. Tout le peuple accourut vers eux à l'endroit appelé colonnade de Salomon. Les gens étaient stupéfaits ;
voyant cela, Pierre s'adressa au peuple : « Hommes d'Israël, pourquoi vous étonner ? Pourquoi fixer les yeux sur nous, comme si nous avions fait marcher cet homme par notre puissance ou notre sainteté personnelle ?
Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a donné sa gloire à son serviteur Jésus, alors que vous, vous l'aviez livré ; devant Pilate, qui était d'avis de le relâcher, vous l'aviez rejeté.
Lui, le saint et le juste, vous l'avez rejeté, et vous avez demandé qu'on vous accorde la grâce d'un meurtrier.
Lui, le Chef des vivants, vous l'avez tué ; mais Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, nous en sommes témoins.
Tout repose sur la foi au nom de Jésus : c'est ce nom qui a donné la force à cet homme, que vous voyez et que vous connaissez ; oui, la foi qui vient de Jésus a rendu à cet homme une parfaite santé en votre présence à tous.
D'ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l'ignorance, vous et vos chefs.
Mais Dieu qui, par la bouche de tous les prophètes, avait annoncé que son Messie souffrirait, accomplissait ainsi sa parole.
Convertissez-vous donc et revenez à Dieu pour que vos péchés soient effacés.
Ainsi viendra, de la part du Seigneur, le temps du repos : il enverra Jésus, le Messie choisi d'avance pour vous,
et il faut que Jésus demeure au ciel jusqu'à l'époque où tout sera rétabli, comme Dieu l'avait annoncé autrefois par la voix de ses saints prophètes.
Moïse a déclaré : Le Seigneur votre Dieu fera se lever pour vous, au milieu de vos frères, un prophète comme moi : vous écouterez tout ce qu'il vous dira.
Si quelqu'un n'écoute pas les paroles de ce prophète, il sera éliminé du peuple.
Ensuite, tous les prophètes qui ont parlé depuis Samuel et ses successeurs ont annoncé eux aussi les jours où nous sommes.
C'est vous qui êtes les fils des prophètes, les héritiers de l'Alliance que Dieu a conclue avec vos pères, quand il disait à Abraham : En ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre.
C'est pour vous d'abord que Dieu a fait se lever son Serviteur, et il l'a envoyé vous bénir, en détournant chacun de vous de ses actions mauvaises. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 24,35-48.
Les disciples qui rentraient d'Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s'était passé sur la route, et comment ils avaient reconnu le Seigneur quand il avait rompu le pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même était là au milieu d'eux, et il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ?
Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé.
Il le prit et le mangea devant eux.
Puis il déclara : « Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : Il fallait que s'accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures.
Il conclut : « C'est bien ce qui était annoncé par l'Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d'entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
C'est vous qui en êtes les témoins.

Cy Aelf, Paris

Il n'est guère étonnant que le peuple chrétien se retrouve complètement dans l'Eucharistie. Le repas de la dernière cène se trouve ici renouvelé, mais comme en deux épisodes qui constituent désormais ce que nous appelons la messe. Il y a, d'abord, le partage de la parole (c'est le discours que tient Jésus aux disciples d'Emmaüs) qui devient l'homélie dans la Liturgie, puis la communion, qui est - en quelque sorte - la "réactualisation" du mystère pascal: mort, résurrection, envoi dans le monde.
Les questions que se posent les disciples d'Emmaüs sont les mêmes que vous et moi nous nous posons au quotidien, que ce soit en priant, en écoutant les actualités, en méditant sur nous-mêmes.

En ce qui me concerne, ce n'est pas l'eau froide sur la figure qui me permet de commencer mes journées, mais bien la prière, le chemin (avec la marche, le cheminement-à-pieds durant lequel, comme les disciples d'Emmaüs, je me pose toutes sortes de questions) et ma participation corps et âme à l'Eucharistie, qui constituent le fondement de chacune de mes journées.
Bien que l'Etat puisse me le dire sur tous les tons, papiers et fichages de toutes sortes à l'appui, ce n'est pas le fonctionnement de la société qui est le moteur de ma vie. Mais ce sont bien l'Esprit-Saint et ces sacrements que tant et plus d'âmes vivantes ont repoussés et rejetés, qui président à chacune de mes journées.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 25 Avr - 5:09

Avec Mgr Alowonou - 24 avril JEUDI DE L’OCTAVE DE PAQUES

Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts, nous en sommes témoins.

Alleluia.


Etre le témoin de la résurrection et messager de la joie pascale, cela n’est pas réservé à ceux qui ont vu la tombe ouverte et vide du Ressuscité, ni à ceux qui ont mangé et bu avec lui. Nous tous qui avons été plongés dans l’eau du baptême, et qui portons le nom de chrétien, sommes les témoins de sa résurrection, car son Esprit nous a été donné et il vit en nous. Alleluia.

Le Christ est ressuscité, le jour sans déclin s’est levé pour ceux qui l’aiment,

alleluia.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 25 Avr - 9:53

La pauvreté est notre plus grand bien

Le vendredi de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 4,1-12.

Comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple dans le Temple, les prêtres intervinrent, avec le commandant de la garde du Temple et les sadducéens.
Ils ne pouvaient souffrir de les voir enseigner leur doctrine au peuple et annoncer, dans la personne de Jésus, la résurrection.
Ils les firent arrêter et mettre au cachot jusqu'au lendemain, car il était déjà tard.
Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole devinrent croyants ; à ne compter que les hommes, il y en avait environ cinq mille.
Le lendemain il y eut une réunion des chefs du peuple, des anciens et des scribes à Jérusalem.
Il y avait là Anne le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.
Ils firent comparaître Pierre et Jean et se mirent à les interroger : « Par quelle puissance, par le nom de qui, avez-vous fait cette guérison ? »
Alors Pierre, rempli de l'Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd'hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l'on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d'Israël : c'est grâce au nom de Jésus le Nazaréen, crucifié par vous, ressuscité par Dieu, c'est grâce à lui que cet homme se trouve là devant vous, guéri.
Ce Jésus, il est la pierre que vous aviez rejetée, vous les bâtisseurs, et il est devenu la pierre d'angle.
En dehors de lui, il n'y a pas de salut. Et son Nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21,1-14.
Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples.
Simon-Pierre leur dit : « Je m'en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c'était lui.
Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. »
Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson.
Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C'est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l'entendit déclarer que c'était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n'avait rien sur lui, et il se jeta à l'eau.
Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n'était qu'à une centaine de mètres.
En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.
Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu'à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s'était pas déchiré.
Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n'osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c'était le Seigneur.
Jésus s'approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C'était la troisième fois que Jésus ressuscité d'entre les morts se manifestait à ses disciples.


Cy Aelf, Paris

Ce qui est advenu à Jésus se reproduit pour les apôtres: c'est pour un acte bon et totalement gratuit qu'ils sont questionnés, exactement comme s'ils avaient été des malfaiteurs surpris en pleine action. Mais en eux-mêmes jaillit la source de leur force: c'est leur pauvreté profonde, leur dépendance absolue à Jésus. Dans l'Evangile, ce lien puissant mais invisible se reconnaît dans la reproduction du miracle de la pêche miraculeuse, mais aussi dans la nudité de Pierre. Ne l'avez-vous jamais ressenti vous-même ? Rien ne rend un homme plus vulnérable que la nudité.

La leçon d'aujourd'hui est de grande importance, car elle concerne l'attitude chrétienne fondamentale. Non, il ne s'agit pas de l'attitude envers autrui, mais d'abord du besoin incontournable de "demeurer dans le Christ" en toute occasion. C'est une pauvreté intérieure, ressentie comme telle, c'est-à-dire : dont on sait qu'elle ne pourra pas être comblée, par exemple, au travers d'un bon repas avec une personne aimée et qui nous aime.

Les gens du monde, qui aiment le monde, qui ne connaissent pas le Seigneur ou l'on renié, ne bénéficient pas de cette pauvreté intérieure: il leur faut donc toujours courrir après la fortune, toujours compter l'argent; il leur faut veiller sur leur santé et compenser les excès par des régimes. Mais cela ne suffit pas encore à bannir l'inquiétude fondamentale. La religion devient l'anti-religion, et c'est ainsi que l'on poursuit et maltraite, d'une manière ou d'une autre, toutes celles et tous ceux qui professent leur foi en Dieu.

En résumé: veillons à demeurer pauvres, car la pauvreté est la richesse essentielle.

.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 5:12



Avec Mgr Alowonou, Kpalime, Togo

25 avril VENDREDI DE L’OCTAVE DE PAQUES


Au lever du jour, Jésus était là sur le rivage.

Alleluia



Quel est ce rivage, sinon la maison du Père
, où le Premier né d’entre les morts nous a devancés ? Compagnon fidèle de notre passage, le Ressuscité est aussi le terme du voyage où il nous attend. Alleluia.



Tu es Seigneur, notre vie et notre résurrection. Que la certitude de te trouver sur le rivage, nous donne la force d’affronter les épreuves du passage.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 9:37

Pearl a écrit:


Avec Mgr Alowonou, Kpalime, Togo

25 avril VENDREDI DE L’OCTAVE DE PAQUES


Au lever du jour, Jésus était là sur le rivage.

Alleluia



Quel est ce rivage, sinon la maison du Père
, où le Premier né d’entre les morts nous a devancés ? Compagnon fidèle de notre passage, le Ressuscité est aussi le terme du voyage où il nous attend. Alleluia.



Tu es Seigneur, notre vie et notre résurrection. Que la certitude de te trouver sur le rivage, nous donne la force d’affronter les épreuves du passage.

Quelle belle image !
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 10:40

Le Seigneur à la recherche des âmes

Le samedi de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 4,13-21.

Les membres du grand conseil d'Israël étaient surpris en voyant l'assurance de Pierre et de Jean, et en constatant que c'étaient des hommes quelconques et sans instruction. Ils reconnaissaient en eux des compagnons de Jésus,
ils regardaient debout près d'eux l'homme qui avait été guéri, et ils ne trouvaient rien à dire contre eux.
Après leur avoir ordonné de quitter la salle du conseil, ils se mirent à délibérer :
« Qu'allons-nous faire de ces gens-là ? Certes, un miracle notoire a été opéré par eux, c'est évident pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier.
Mais il faut en limiter les conséquences dans le peuple ; nous allons donc les menacer pour qu'ils ne prononcent plus ce nom devant personne. »
Ayant rappelé Pierre et Jean, ils leur interdirent formellement de proclamer ou d'enseigner le nom de Jésus.
Ceux-ci leur répliquèrent : « Est-il juste devant Dieu de vous écouter, plutôt que d'écouter Dieu ? A vous de juger.
Quant à nous, il nous est impossible de ne pas dire ce que nous avons vu et entendu. »
Après de nouvelles menaces, on les relâcha ; en effet, à cause du peuple, on ne voyait pas comment les punir, car tout le monde rendait gloire à Dieu pour ce qui était arrivé.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 16,9-15.
Ressuscité de grand matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons.
Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s'affligeaient et pleuraient.
Quand ils entendirent qu'il était vivant et qu'elle l'avait vu, ils refusèrent de croire.
Après cela, il se manifesta sous un aspect inhabituel à deux d'entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne.
Ceux-ci revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus.
Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu'ils étaient à table : il leur reprocha leur incrédulité et leur endurcissement parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité.
Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »


CY Aelf, Paris

Saint marc est toujours aussi concis dans son texte, mais c'est cette concision qui permet au lecteur de s'investir dans le texte. Ce dépouillement appelle le lecteur à s'investir lui-même dans le récit, car les Evangiles ne "fonctionnent" dans la conscience du lecteur qu'à condition que celui-ci soit sincère et investisse sa propre conscience dans la recherche de la vérité.

Du reste, tandis que Marc rend manifeste l'incrédulité des Onze (on note au passage qu'il manque un des disciples, et cela est voulu), les Actes des Apôtres nous montrent que les membres du grand conseil d'Israël restent dans la même attitude du refus de croire. S'il ne s'agissait que de simple incrédulité, la guérison miraculeuse opérée par Pierre au seul nom de Jésus, eût suffi à vaincre leur réticence.

Les textes de ce jour me disent, en somme, que l'Histoire sainte se continue et se continue encore, pour vous comme pour moi, pour les croyants comme pour ceux qui ne croient pas.

Le danger auquel peu à peu vont être soumis tous les apôtres, ne sommes-nous pas en voie de le connaître de nouveau ? Ainsi, aujourd'hui comme autrefois, il y aura beaucoup de contradicteurs, il y aura des persécutions, mais selon la foi qui anime véritablement quiconque met sa confiance dans le Christ, il y aura aussi des signes merveilleux.

Aujourd'hui est le dernier jour de la neuvaine à la Miséricorde divine. Et c'est demain la fête de la Miséricorde. Or, en ce dernier jour, le Seigneur a demandé à sainte Faustine de présenter à sa miséricorde les "âmes froides".  Cette simple expression en dit long pour l'époque que nous vivons !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 18:36

Deuxième dimanche de Pâques - Dimanche de la miséricorde

Livre des Actes des Apôtres 2,42-47.

Dans les premiers jours de l’Église, les frères étaient fidèles à écouter l’enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières.
La crainte de Dieu était dans tous les cœurs ; beaucoup de prodiges et de signes s'accomplissaient par les Apôtres.
Tous ceux qui étaient devenus croyants vivaient ensemble, et ils mettaient tout en commun ;
ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous selon les besoins de chacun.
Chaque jour, d'un seul cœur, ils allaient fidèlement au Temple, ils rompaient le pain dans leurs maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité. Ils louaient Dieu et trouvaient un bon accueil auprès de tout le peuple. Tous les jours, le Seigneur faisait entrer dans la communauté ceux qui étaient appelés au salut.



Première lettre de saint Pierre Apôtre 1,3-9.
Béni soit Dieu, le Père de Jésus Christ notre Seigneur : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître grâce à la résurrection de Jésus Christ pour une vivante espérance, pour l'héritage qui ne connaîtra ni destruction, ni souillure, ni vieillissement. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, en vue du salut qui est prêt à se manifester à la fin des temps.
Vous en tressaillez de joie, même s'il faut que vous soyez attristés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d'épreuves ; elles vérifieront la qualité de votre foi qui est bien plus précieuse que l'or (cet or voué pourtant à disparaître, qu'on vérifie par le feu). Tout cela doit donner à Dieu louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ,
lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore ; et vous tressaillez d'une joie inexprimable qui vous transfigure, car vous allez obtenir votre salut qui est l'aboutissement de votre foi.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,19-31.
C'était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d'eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l'Esprit Saint.
Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »
Or, l'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n'était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. »
Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d'autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre. Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.


Cy Aelf, Paris


En cette fête de la Miséricorde divine, je rejoins facilement l'apôtre Thomas, qui eut besoin de voir pour croire, mais qui après avoir vu, dût comme les autres, supporter de n'être pas cru. J'accepte l'épreuve et je la supporte,  non par ce que je suis fort, mais parce que j'ai confiance en Jésus.

Ce sera mon plus court partage de l'année : je partage désormais, avec saint François la "joie parfaite", de n'être pas reconnu par cet ordre religieux auquel le Seigneur m'a pourtant prédestiné. Le Seigneur agit ainsi, non pour m'affliger, mais afin que je ne m'appuie que sur lui et lui seul.

Je cite à nouveau ce merveilleux texte qui m'a ouvert les yeux et me soutient :

Au-dessus de toutes les grâces et dons de l'Esprit-Saint que le Christ accorde à ses amis, il y a celui de se vaincre soi-même, et de supporter volontiers pour l'amour du Christ les peines, les injures, les opprobres et les incommodités ; car de tous les autres dons de Dieu nous ne pouvons nous glorifier, puisqu'ils ne viennent pas de nous, mais de Dieu, selon que dit l'Apôtre : « Qu'as-tu que tu ne l'aies reçu de Dieu ? et si tu l'as reçu de lui, pourquoi t'en glorifies-tu comme si tu l'avais de toi-même ? ». Mais dans la croix de la tribulation et de l'affliction, nous pouvons nous glorifier parce que cela est à nous, c'est pourquoi l'Apôtre dit : « Je ne veux point me glorifier si ce n'est dans la croix de Notre-Seigneur Jésus Christ. »

Extrait de : http://www.missa.org/joie_parfaite.php

Alleluia !
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 19:17

etienne lorant a écrit:
Le danger auquel peu à peu vont être soumis tous les apôtres, ne sommes-nous pas en voie de le connaître de nouveau ? Ainsi, aujourd'hui comme autrefois, il y aura beaucoup de contradicteurs, il y aura des persécutions, mais selon la foi qui anime véritablement quiconque met sa confiance dans le Christ, il y aura aussi des signes merveilleux.

Aujourd'hui est le dernier jour de la neuvaine à la Miséricorde divine. Et c'est demain la fête de la Miséricorde. Or, en ce dernier jour, le Seigneur a demandé à sainte Faustine de présenter à sa miséricorde les "âmes froides". Cette simple expression en dit long pour l'époque que nous vivons !

les signes merveilleux, je crois qu'il faut aussi avoir des yeux pour les voir ; les ames froides sont souvent aveugles ! ou refusent l'evidence.

Merci de nous rappeler que nous devons specialement en ce jour remettre ces ames que nous connaissons a la Divine Misericorde.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 19:27



Avec Mgr Alowonou: 26 avril SAMEDI DE L’OCTAVE DE PAQUES


« Rendez grâce au Seigneur, il est bon. Eternel est son amour ».



La résurrection du Seigneur est pour nous la raison de la joie que rien, même la mort, ne peut nous ravir.

C’est la Pâque du Seigneur ! Il nous entraine à sa suite pour que là où il est, nous soyons aussi. Voici l’œuvre du Seigneur, une merveille pour nous.


Alleluia.

Gloire à toi Seigneur Jésus, Premier-né d’entre les morts.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Avr - 19:33

dimanche 27 avril 2014 - 2e dimanche de Pâques

Ac 2, 42-47

Dans les premiers jours de l'Eglise, les frères étaient fidèles à écouter l'enseignement des Apôtres et à vivre en communion fraternelle, à rompre le pain et à participer aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les coeurs ; beaucoup de prodiges et de signes s'accomplissaient par les Apôtres.

Tous ceux qui étaient devenus croyants vivaient ensemble, et ils mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous selon les besoins de chacun.

Chaque jour, d'un seul coeur, ils allaient fidèlement au Temple, ils rompaient le pain dans leurs maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité. Ils louaient Dieu et trouvaient un bon accueil auprès de tout le peuple. Tous les jours, le Seigneur faisait entrer dans la communauté ceux qui étaient appelés au salut.

Ps 117 (118), 1.4, 13-14, 19.21, 22-23, 24-25

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Qu'ils le disent ceux qui craignent le Seigneur ;
Eternel est son amour !

On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.

La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
c'est là l'oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Voici le jour que fit le Seigneur,
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !
Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire
!

1 P 1, 3-9
Béni soit Dieu, le Père de Jésus Christ notre Seigneur : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître grâce à la résurrection de Jésus Christ pour une vivante espérance, pour l'héritage qui ne connaîtra ni destruction, ni souillure, ni vieillissement.

Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, en vue du salut qui est prêt à se manifester à la fin des temps.

Vous en tressaillez de joie, même s'il faut que vous soyez attristés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d'épreuves ; elles vérifieront la qualité de votre foi qui est bien plus précieuse que l'or (cet or voué pourtant à disparaître, qu'on vérifie par le feu).

Tout cela doit donner à Dieu louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ, lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore ; et vous tressaillez d'une joie inexprimable qui vous transfigure, car vous allez obtenir votre salut qui est l'aboutissement de votre foi.

Jn 20, 19-31


C'était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d'eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l'Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »

Or, l'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. » Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d'autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre. Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.


Homélie
(Archive 2008)

En ce premier dimanche après Pâque, l'Eglise nous invite à tourner notre attention vers le mystère de la Divine Miséricorde, selon la demande de Jésus lui-même à Sainte Faustyna Kowalska : « Je désire qu'il y ait une fête de la Miséricorde. Je veux que cette image que tu peindras, soit solennellement bénie le premier dimanche après Pâques. Ce dimanche doit être la fête de la Miséricorde ».

Pourtant, quel rapport la figure de Thomas doutant de la résurrection du Seigneur et demandant des preuves bien concrètes de celle-ci peut-elle avoir avec le mystère de la miséricorde divine célébré en ce jour ?
« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je n'y croirai pas » : Somme toute, une telle requête n’est-elle pas normale ? En effet, serait-il bien raisonnable d’engager toute sa vie à la suite de ce prétendu ressuscité sans un minimum de garanties ?

Ce qui est touchant c’est que Jésus va consentir à cette demande de Thomas. En invitant son Apôtre à avancer la main et à la mettre dans son côté, il va bien lui donner une « preuve » tangible de sa résurrection. Mais en même temps, il lui intime de cesser d'être incrédule et de devenir croyant.

Cette injonction n'aurait pas de sens s'il s'agissait seulement de « croire » en la résurrection, puisque celle-ci est maintenant pour Thomas de l'ordre de l'évidence sensible. C’est ici que nous devons être bien attentifs. En fait, Jésus invite Thomas à dépasser une incrédulité qui ne concerne pas le fait de la résurrection mais son interprétation. C'est au niveau du sens à donner à l'événement de la résurrection du Seigneur que Thomas doit passer de l’incrédulité à la foi.

Les disciples lui avaient annoncé pleins de joie : « Nous avons vu le Seigneur ! ». Certes ils avaient bénéficié d'une apparition du Ressuscité ; mais nous savons que chez saint Jean, le verbe « voir » ne désigne pas une vision sensible, mais la perception nouvelle qui s'ouvre au regard du croyant grâce à l’action de l'Esprit, comme le récit nous le suggère par le geste du Seigneur qui souffle sur eux en disant : « Recevez l'Esprit Saint ».

Ce que les Apôtres ont « vu » de part l’œuvre de l’Esprit en eux c’est le véritable sens de l’événement de la résurrection à savoir le triomphe de la miséricorde divine. Nous le percevons à travers les paroles de Jésus qui leur donne le pouvoir de pardonner révélant ainsi le sens rédempteur de sa Passion glorieuse. Ils sont invités à partager la grâce dont ils sont les premiers bénéficiaires. Et c’est bien ici qu’ils doivent entrer dans la foi car cette grâce demeure invisible : rien dans l’ordre sensible ne permet de vérifier le pardon des péchés.

Nous comprenons alors que l’acte de foi que Thomas est invité à poser est celui de croire que la miséricorde du Seigneur a triomphé de son péché. Le Ressuscité l’appelle à sortir d’une culpabilité qu’il entretenait sans doute en lui depuis la mort du Seigneur pour accueillir la vie nouvelle de son Esprit : « La paix soit avec vous ». Comment ne pas réentendre ici ces paroles de Jésus à sainte Faustine : « L'humanité n'aura de paix que lorsqu'elle s'adressera avec confiance à la Divine Miséricorde » (Journal, p. 132), autrement dit lorsqu’elle croira que ma Miséricorde a triomphé de tout péché, de toute mort.

Thomas n’était donc pas en quête d’une preuve de la résurrection. D’ailleurs, il n'est pas précisé qu’il met sa main dans les plaies glorieuses de son Maître. En réalité, Thomas demandait un « signe » pour oser croire en la miséricorde. Et le Seigneur le lui donne en lui présentant ses plaies, tout particulièrement son côté ouvert : « Cesse d'être incrédule, sois croyant ! »


Thomas peut alors accueillir la grâce et prononcer dans l'Esprit la plus belle confession de foi des évangiles : « Mon Seigneur et mon Dieu ! ». L’Esprit Saint lui a donné de reconnaître en Jésus, le Fils de Dieu, vainqueur du monde par l’effusion de sa miséricorde dans l’eau et le sang jaillis de son côté transpercé, ces deux faisceaux lumineux que Sainte Faustine a vu sortir du cœur ouvert de Jésus pour illuminer le monde.
Maintenant, Thomas aussi a « vu le Seigneur » et a confessé son Dieu, le Père de Jésus Christ son Seigneur, qui dans sa grande miséricorde vient de le faire renaître grâce à la résurrection de Jésus Christ pour une vivante espérance, pour l’héritage qui ne connaîtra ni destruction, ni souillure, ni vieillissement (Cf. 2ème lecture). Il sait qu'il est réconcilié avec le Père et peut à son tour devenir héraut de ce pardon dont il est bénéficiaire.

En ce jour, où Jésus a promis à Sainte Faustine que ceux qui imploreraient sa Divine Miséricorde recevraient beaucoup de grâces, nous pouvons nous interroger : N’avons-nous pas besoin nous aussi du signe offert à Thomas à savoir le Cœur ouvert du Ressuscité ? En effet, quel sens donnons-nous à l'événement de la Pâque de notre Seigneur, à sa mort et à sa résurrection ? Osons-nous croire qu' « ensevelis dans la mort avec Jésus par le baptême, nous vivons nous aussi dans une vie nouvelle, celle du Christ ressuscité par la gloire du Père » (Rm 6, 4) ?

Ne nous est-il pas arrivé, devant notre péché, de nous enfermer dans la culpabilité ? Les plaies ouvertes de Jésus ne nous parlent-elles pas plus souvent de condamnation que de miséricorde ? La figure de Thomas et l’attitude de Jésus à son égard peuvent ici nous être d’un grand secours. Nous aussi avons besoin de « voir », de croire, que les plaies de Jésus, que l’eau et le sang jaillis de son côté, nous parlent de vie et non pas de mort.

En ce dimanche, contemplons comme Thomas ce Côté ouvert pour nous et écoutons Jésus nous dire : « En ce jour les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma miséricorde; toute âme qui se confessera et communiera recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition; en ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoulent les grâces; qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de moi, même si ses péchés sont comme de l'écarlate. »

A cette Miséricorde, nous voulons nous abandonner avec confiance. Après en avoir fait l’expérience, nous devrons à notre tour, en faire preuve à l’égard de nos frères, aussi bien au niveau de la communauté ecclésiale qu’au niveau personnel. En effet, de l’expérience de la miséricorde gratuite de Dieu naît la capacité et l’exigence de faire preuve de miséricorde les uns envers les autres : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ». De cette miséricorde et de son exercice concret naît la communion fraternelle parce qu’à travers son fruit de réconciliation elle efface toutes divisions. C’est ce que chaque communauté de croyants est appelé à vivre et à témoigner. Saint Luc nous le rappelle à travers l’exemple de la première communauté chrétienne (Cf. 1ère lecture).

« Seigneur Ressuscité, merci pour le don de ta Miséricorde offerte à ton Eglise et à l'humanité toute entière. En ce jour, nous voulons nous laisser réconcilier avec Toi pour nous réconcilier avec notre frères et porter avec eux un témoignage de communion et de charité par lequel Tu pourras rejoindre le cœur de ceux qui sont loin de toi. »


Frère Elie

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 28 Avr - 5:13

mediter avec Mgr Alowonou : 27 avril 2e DIMANCHE DE PAQUES. DIMANCHE DE LA MISERICORDE


« Béni soit Dieu, le Père de Jésus Christ Notre Seigneur : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître grâce à la résurrection de Jésus Christ pour une vivante espérance… ».



La miséricorde de Dieu désigne un amour inébranlable, capable de maintenir une communion pour toujours : « Mon amour ne s’écartera pas de toi » (Isaïe 54, 10). Cet amour inconditionnel suppose le pardon. C’est pourquoi, l’homme reçoit la paix de Dieu lorsqu’il réalise et croit, que Dieu pardonne inlassablement ses révoltes, que le Seigneur ne cesse pas de tendre la main au pécheur. Rien ne lasse son amour qui s’est révélé dans la passion et la résurrection du Christ. Le Ressuscité donne sa paix, la paix de Dieu, aux disciples bouleversés. Laissons la paix nous rejoindre, nous aussi, en ce dimanche de la Miséricorde de Dieu. Comme à sainte Faustine, le Seigneur nous redit aujourd’hui: « le genre humain ne trouvera la paix tant qu’il ne se tournera pas vers la source de ma Miséricorde ».



Jésus, j’ai confiance en toi !

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 28 Avr - 10:29

Le lundi de la 2e semaine de Pâques - Sous la guidance de l'Esprit-Saint

Livre des Actes des Apôtres 4,23-31.

Lorsque les chefs des prêtres et les anciens eurent relâché Pierre et Jean, ceux-ci rejoignirent les frères et rapportèrent tout ce qu'on leur avait dit.
Après ce récit, tous, d'un seul cœur, adressèrent à Dieu cette prière : « Maître, c'est toi qui as fait le ciel, la terre et la mer, et tout ce qu'ils contiennent.
C'est toi qui, par l'Esprit Saint, as mis dans la bouche de notre père David, ton serviteur, les paroles que voici : Pourquoi ces nations en tumulte, ces peuples aux projets stupides,
ces rois de la terre qui se groupent, ces grands qui conspirent entre eux contre le Seigneur et son Messie ?
Et c'est vrai : on a conspiré dans cette ville contre Jésus, ton Saint, ton Serviteur, que tu as consacré comme Messie. Hérode et Ponce Pilate, avec les païens et le peuple d'Israël,
ont accompli tout ce que tu avais décidé d'avance dans ta puissance et ta sagesse.
Et maintenant, Seigneur, sois attentif à leurs menaces : donne à ceux qui te servent d'annoncer ta parole avec une parfaite assurance.
Étends donc ta main pour guérir les malades, accomplis des signes et des prodiges, par le nom de Jésus, ton Saint, ton Serviteur. »
Comme leur prière se terminait, le lieu où ils étaient réunis se mit à trembler, ils furent tous remplis de l'Esprit Saint et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,1-8.
Il y avait un pharisien nommé Nicodème ; c'était un notable parmi les Juifs.
Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons bien, c'est de la part de Dieu que tu es venu nous instruire, car aucun homme ne peut accomplir les signes que tu accomplis si Dieu n'est pas avec lui. »
Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de renaître, ne peut voir le règne de Dieu. »
Nicodème lui répliqua : « Comment est-il possible de naître quand on est déjà vieux ? Est-ce qu'on peut rentrer dans le sein de sa mère pour naître une seconde fois ? »
Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
Ce qui est né de la chair n'est que chair ; ce qui est né de l'Esprit est esprit.
Ne sois pas étonné si je t'ai dit qu'il vous faut renaître.
Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu'il fait, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né du souffle de l'Esprit. »


Cy Aelf, Paris

La question que pose Nicodème : "Peut-on entrer dans le sein de sa mère pour naître une seconde fois ?", peut nous paraître quelque peu rididicule, surtout de la part d'un notable, d'un membre éminent parmi les pharisiens !  Mais en réalité, de notre temps de néo-matérialisme et de paganisme couvert de nobles voiles idéologiques, naître de nouveau, devenir vraiment quelqu'un d'autre, cela paraît impossible.

Dans l'apparente naïveté de cette question se cache aussi la permanente crainte de la mort. C'est le cas pour Nicodème, qui est "déjà vieux". Au temps de Jésus, comme encore aujourd'hui, les juifs ne croient qu'à la résurrection finale, à la fin de temps. L'au-delà est plutôt le "sous-terre", les "régions inférieures, le Hadès des grecs, un lieu où les âmes errent en attendant la fin des temps. (Tandis que de nos jours, on enseigne aux peuples qu'il n'y a rien après la mort, ce qui fait de la vie l'unique occasion de toutes les expériences possibles et (in)imaginables !

La solution que donne Jésus ?  Naître de nouveau, vivre comme des anges dès à présent. Tous les saints ont compris cela, certains très tôt, les autres plus tard. Mais le corps est tout entier sous la guidance l'Esprit Saint. De sorte qu'un homme né de nouveau n'apparaît que dans sa manière de vivre - et encore: l'humilité cache beaucoup de choses.  Je songe en cet instant au petit frère André de Montréal. Le plus petit dans son ordre religieux, mais quel éclat de lumière !  En fait, on peut très bien citer aussi saint Joseph: les Evangiles en parlent très peu, mais il est le dernier des patriarches, celui qui a permis l'accomplissement de la prophétie : "D'Egypte, j'ai appelé mon Fils". Et il est, évidemment, le modèle des éducateurs chrétiens.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7581
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 29 Avr - 3:45

28 avril LUNDI DE LA 2è SEMAINE DE PAQUES


Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Fondateur, Docteur de la médiation de Marie.

« Nicodème vint trouver Jésus pendant la nuit ».


Chercher Jésus, aller à lui, voilà ce qui est demandé à tout homme qui est dans la nuit ; nuit du doute, nuit de l’angoisse, nuit de l’ignorance.

Il est la lumière qui luit au fond des lieux obscurs, la lampe de nos pas sur nos routes de ténèbres.


A qui irions-nous Seigneur ? tu as les paroles de la vie éternelle.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 29 Avr - 13:55

Le joug est simple et le fardeau léger

Fête de sainte Catherine de Sienne, vierge, tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe

Première lettre de saint Jean 1,5-10.2,1-2
.
Voici le message que Jésus Christ nous a fait entendre et que nous vous annonçons : Dieu est lumière, il n'y a pas de ténèbres en lui. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous n'agissons pas selon la vérité ; mais, si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous.
Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout ce qui nous oppose à lui. Si nous disons que nous ne sommes pas pécheurs, nous faisons de lui un menteur et sa parole n'est pas en nous. Mes petits enfants, je vous écris pour que vous évitiez le péché. Mais, si l'un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste.
Il est la victime offerte pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais encore pour ceux du monde entier
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,25-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole  : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange  : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté.
Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. » « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Cy Aelf, Paris

La communion au Seigneur nous libère et ne cesse de nous libérer. La foi en Jésus, c'est une toute autre forme de guidance que celle que le monde procure. Il ne s'agit pas de philosophie, ni de science, d'une connaissance à acquérir par effort de mémoire; il ne s'agit même pas d'un système ou toute transgression est suivie d'une sanction - du moins immédiate. Il s'agit en fait d'une relation dont le monde et les gens du monde ne peuvent se rendre compte.

Je songe à la messe de ce matin. Si l'on n'a pas soi-même été touché par la grâce, comment expliquer que des individus comme nous, qui ne se connaissent pas entre eux, vont pourtant se lever tôt pour se réunir à la première messe, afin d'entendre les mêmes paroles - elles-mêmes disponibles sur des livrets qui permettraient de ne pas s'y rendre ?  Pour les non-croyants, cette présence quotidienne dans une église, c'est un fardeau  de plus - mais pour nous qui avons la foi, nous sommes remplis d'une forme de joie ou d'allégresse qui nous soulage et nous transporte tout à la fois.

Les mots de l'Evangile du jour qui m'ont touché, ce sont ceux par lesquels Jésus déclare son humilité et sa douceur de coeur : d'une manière tout à fait concrète, quels que soient les événements du jour, l'Eucharistie me remplit d'une allégresse tranquille et inimitable. Je peux donc commencer chacune de mes journées en étant plongé dans une profonde sérénité.

Mais lorsque je quitte la chapelle, ce que je vois m'étonne. Une grande partie des jeunes que je croise chaque jour ont besoin de leur musique dans les oreilles pour se sentir bien. Personne ne se salue plus en se croisant sur un trottoir - car, pour la rencontre, il y a aussi le gsm, le smartphone, la tablette. La communication entre les personnes ne s'effectue non plus directement mais à distance. Ainsi, désormais, il est plus simple de rencontrer son voisin sur "les réseaux sociaux" que d'aller sonner chez lui à cinquante pas...

Le fardeau de l'existence n'est pas le même que celui de Jésus, car ce n'est pas un fardeau mental ni extérieur, mais c'est uniquement de rester disponible au souffle de l'Esprit. Puissions-nous demeurer dans cette paix tout au long de nos jours !
Revenir en haut Aller en bas
Marthe

avatar

Messages : 3568
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 29 Avr - 18:56

etienne lorant a écrit:
Le joug est simple et le fardeau léger

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,25-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole  : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange  : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté.
Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. » « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Cy Aelf, Paris


«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.»


Une des première fois que j'ai lu ce passage, j'étais moi aussi dans un état de lourdeur, de lassitude

Mais au moment où je le lisais, ............ je me suis mise à dire à haute voix "J'arrive........"

Cela m'a fait tout drôle.........

Il m'aide beaucoup ce passage............. comme tu dis, toute la douceur et l'humilité du Seigneur sont dans ces quelques mots. et l'on a envie de se jeter dans Ses bras, pour y trouver refuge

D'ailleurs, c'est le passage que j'ai retenu en signature

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 29 Avr - 19:14

Merci Marthe pour cette réponse !!! Suivre le Seigneur est simple à partir du moment où l'on cesse de vouloir soi-même être le centre du monde...
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 996
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 30 Avr - 9:50

De nos cachots vers la lumière

Le mercredi de la 2e semaine de Pâques

Livre des Actes des Apôtres 5,17-26.

Le grand prêtre et tout son entourage, c'est-à-dire le parti des sadducéens, étaient remplis de fureur contre les Apôtres : ils les firent arrêter et jeter publiquement en prison.
Mais, pendant la nuit, l'ange du Seigneur ouvrit les portes de la cellule et les fit sortir en disant :
« Partez d'ici, tenez-vous dans le Temple et là, annoncez au peuple toutes les paroles de vie. »
Ils obéirent et, de bon matin, ils entrèrent dans le Temple et se mirent à enseigner. En arrivant, le grand prêtre et son entourage convoquèrent le grand conseil, tout le sénat des fils d'Israël, et ils envoyèrent chercher les Apôtres à la prison.
En arrivant, les gardes ne les trouvèrent pas dans la cellule. Ils revinrent donc avec cette nouvelle :
« Nous avons trouvé la prison parfaitement verrouillée, et les gardiens en faction devant les portes ; mais, quand nous avons ouvert, nous n'avons trouvé personne à l'intérieur. »
En entendant ce rapport, le commandant de la garde du Temple et les chefs des prêtres, en plein désarroi, se demandaient ce qui se passait.
Là-dessus, quelqu'un arriva avec cette nouvelle : « Les hommes que vous aviez mis en prison, les voilà qui se tiennent dans le Temple, et ils instruisent le peuple ! »
Alors, le commandant partit avec les gardes, pour ramener les Apôtres, mais sans violence, parce qu'ils redoutaient que le peuple ne leur jette des pierres.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,16-21.
Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne veut pas croire est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres de Dieu. »


Cy Aelf, Paris

Merveilleuse correspondance des textes de ce matin ! Dans le livre des Actes, les apôtres, mis au cachot à cause de leur enseignement, en sont retirés de nuit par l'ange du Seigneur. Et l'Evangile, quant à lui, témoigne que le Verbe est incarné est venu dans le monde pour opérer un jugement : car beaucoup d'hommes préfèrent les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres sont mauvaises.

Ainsi, toutes celles et tous ceux qui rencontrent le Christ sont appelés à contempler leurs propres oeuvres, c'est-à-dire leur façon de vivre, leur projet, leurs intentions et l'image qu'ils se donnent d'eux-mêmes. Pour peu que cet examen soit sincère, dans la plupart des cas, ce n'est pas un changement, mais une mutation complète qui commence. Et cette mutation est telle qu'elle n'arrive vraiment à son terme que dans l'au-delà.

Ayant changé de programme d'ordinateur - comme beaucoup, j'ai saisi cette occasion pour taper les noms de quelques "jeunes" que j'avais croisés lors de ma conversion à la fin des années 80. Nous avons tous vieilli, c'est évident, mais j'ai été consterné de découvrir les couples séparés, les visages boursouflés par la consommation d'alcool, les regards embrumés et j'ai reçu des invitations à rejoindre des "bons vivants" que j'avais croisés au cours de mes études... Eh bien, j'en suis certain: s'il en est quelques-un(e)s qui sont venus des ténèbres vers la Lumière, ce n'est pas par le biais du "miracle" informatique ! En tout cas, j'ai tourné la page de mon passé, elle est vraiment achevée et je trouve plus de vie dans ma solitude ou mon travail que dans mes sorties.

"Sortir, se changer les idées, voir d'autres gens, se distraire"... pourquoi ? Il y a encore tant à faire !

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meditations et Homelies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Meditations et Homelies
» Meditations et Homelies
» Paroles et meditations du mercredi 23 mars "«Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur »
» MES HOMELIES EN LIGNE
» MEDITATIONS QUOTIDIENNES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: