La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Meditations et Homelies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 8 Déc - 15:51

Superbe méditation reçue et que j'ai envie de partager avec toutes et tous...

Il y avait bien longtemps que Dieu se penchait sur sa création. Lui, le Très-Haut, regardait vers le bas, comme l’habitant d’un immeuble dont l’appartement donne sur une rue très fréquentée se penche à son balcon et observe les passants. « Du lieu qu’il habite, il observe tous les habitants de la terre », continue le Psaume 32. Il est curieux de leurs attitudes, de les voir en mouvement. Il se plaît à les voir aller et venir à leurs affaires. Il finit par les connaître par cœur ; il sait à quelle heure celui-ci passera, par quelle rue arrivera celui-là, à quel rythme chacun marchera. Il se met à les connaître par le cœur et à les aimer.
En réalité, Dieu s’émerveille de ce qu’il a créé. Il s’en étonne presque. « Il vit que cela était très bon »*. Alors que nous sommes portés à voir de nous surtout ce qui est décevant et laid, voici que Dieu nous contemple, nous admire, nous aime et nous espère. Quel bonheur de voir Dieu se pencher sur nous, sur chacun de nous, avec un regard d’une infinie tendresse ! Il se penche à tel point, qu’Il s’incline.
Le mouvement que Dieu préfère c’est se courber, s’abaisser et plus bas encore, au plus bas de nous-mêmes. Ne fuyons pas son regard d’amour. Prenons le temps de contempler ce mouvement de Dieu vers nous, et de goûter ses sentiments de bonté, de tendresse et d’amour qui débordent jusqu’à nous. N’est-ce pas inouï ? Le Très-Haut se penche vers le bas, jusqu’à nous, et plus bas encore, jusqu’au plus bas de nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 9 Déc - 9:53

L'invitation à recouvrer l'esprit d'enfance

Mercredi de la 2e semaine de l'Avent

Livre d'Isaïe 40,25-31.
À qui pourriez-vous me comparer, qui pourrait être mon égal ? – dit le Dieu Saint.
Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ? Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle chacune par son nom. Si grande est sa force, et telle est sa puissance que pas une seule ne manque.
Jacob, pourquoi dis-tu, Israël, pourquoi affirmes-tu : « Mon chemin est caché au Seigneur, mon droit échappe à mon Dieu » ?
Tu ne le sais donc pas, tu ne l’as pas entendu ? Le Seigneur est le Dieu éternel, il crée jusqu’aux extrémités de la terre, il ne se fatigue pas, ne se lasse pas. Son intelligence est insondable.
Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible.
Les garçons se fatiguent, se lassent, et les jeunes gens ne cessent de trébucher,
mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles ; ils déploient comme des ailes d’aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer
.

Psaume 103(102),1-2.3-4.8.10.
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
Il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,28-30.
En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »



Textes de l’Évangile au quotidien

La liturgie de ce jour nous invite à placer toute notre confiance dans le Seigneur, quel que soit notre état de santé, nos conditions d'existence, nos revenus, les événements du monde, la solitude ou, au contraire, la compagnie difficile. Les textes nous disent avec force et simplicité qu'il suffit de nous en remettre au Seigneur.

Mais afin d'accéder à cette béatitude, de la présence continuelle du Seigneur, il nous faut abandonner nos idées préconçues, nous laver le cœur du sentiment de notre propre importance, il nous retrouver et revêtir l'esprit d'enfance.

Pour mon plus grand plaisir, notre prêtre a cité Bernanos que je reproduis à mon tour:
" D’où vient que le temps de notre petite enfance nous apparaît si doux, si rayonnant? Un gosse a des peines comme tout le monde, et il est, en somme, si désarmé contre la douleur, la maladie! L’enfance et l’extrême vieillesse devraient être les deux grandes épreuves de l’homme. Mais c’est du sentiment de sa propre impuissance que l’enfant tire humblement le principe même de sa joie. Il s’en rapporte à sa mère, comprends-tu? Présent, passé, avenir, toute sa vie, la vie entière tient dans un regard, et ce regard est un sourire."

Ce rappel, à une foi de confiance, coïncide avec une mise à distance des idées et des jugements, de l'estimation d'autrui fondée sur des apparences, de la crainte du lendemain, de l'angoisse de l'échec comme des vaines prétentions. En résumé, l'esprit de confiance dans le Seigneur et l'attention au prochain doivent devenir pour nous comme un "exercice d'assouplissement" pour nos cœurs .

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 10 Déc - 9:45

Vivre l'Avent derrière Jean le Baptiste


Jeudi de la 2e semaine de l'Avent

Livre d'Isaïe 41,13-20.
C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. »
Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël.
J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ;
tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange.
Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas.
Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines.
Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze,
afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,11-15.
Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.
Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent, le royaume des Cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer.
Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu’à Jean.
Et, si vous voulez bien comprendre, c’est lui, le prophète Élie qui doit venir.
Celui qui a des oreilles, qu’il entende !



Textes de l'Evangile au quotidien

A sa façon, par des images de terres aplanies et irriguées de déserts qui refleurissent, Isaïe annonce au peuple un temps de douceur et d'allégresse pour tout le peuple. Jean le Baptiste, lui aussi, vient au peuple et annonce que le temps est accompli et que le Seigneur est sur le point d'apparaître. Si les juifs disent que le prophète Élie doit venir d'abord, c'est du fait qu’Élie n'a pas eu de sépulture, puisqu'il fut enlevé au ciel par un char de feu. Mais Isaïe est cité lui-même par Jean le Baptiste - comme l'atteste saint Luc dans son Évangile :Il est la voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur ! Aplanissez ses sentiers. Toute vallée sera comblée, Toute montagne et toute colline seront abaissées; Ce qui est tortueux sera redressé, et les chemins raboteux seront aplanis. Et toute chair verra le salut de Dieu.…

Ce temps de l'Avent est bien, pour nous aussi, un temps préparer le chemin du Seigneur. Nous savons très bien en quoi notre foi est limitée par des vallées d'ombre dans nos cœurs, ou par des collines et des montagnes de prétention et d'orgueil, et encore par les voies tortueuses que nous empruntons pour éviter de nous voir tels que nous sommes vus.

Le temps de l'Avent est un temps de conversion, un temps pour préparer nos cœurs, pour remettre à sa place tout ce qui doit l'être. C'est effectivement le temps de prêter l'oreille aux injonctions du Baptiste.


.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7622
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 10 Déc - 14:40

Troisième dimanche de l'Avent C

C’est aujourd’hui le « dimanche de la joie ». Le prêtre peut revêtir à cette occasion, comme au « Laetare » (dimanche de la mi-carême), une chasuble rose. Oui, les chrétiens sont porteurs du plus formidable message de bonheur. Le prophète Sophonie nous invite à faire avec Dieu un tour de danse ! « Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Eclate en ovations. Réjouis-toi. Tressaille d’allégresse... Car le Roi, ton Seigneur, est en toi ! Ton Dieu est en toi : il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête ! » Et saint Paul surenchérit : « Soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous. Le Seigneur est proche ».

Cette joie de Dieu, envahissant notre coeur, est-elle possible ? Jean-Baptiste, de manière très concrète, nous répond que oui... mais à trois conditions.

1. La conversion

Le chemin de la joie, pour le Baptiste, passe par la conversion du coeur. Nous portons en nous un désir de bonheur bien plus grand que nous. Seul Dieu peut dilater notre désir à sa mesure qui est d’aimer sans mesure. On n’est libre que dans la mesure où l’on aime, d’un amour de compassion, d’un amour gratuit. La conversion consiste dès lors à nous décentrer de notre ego pour nous ouvrie à l'Autre (Dieu) et aux autres (les frères).

2. Que faire ?

Pour cela, nous n’avons à réaliser, poursuit le Baptiste, que des choses simples. « Si tu as deux manteaux, partage avec celui qui n’en a pas ». Ce n’est pas possible que certains, qui sont en position de force professionnellement, aient une sorte de privilège sur ceux qui sont sous leurs ordres. Eh bien, vous, les percepteurs d’impôts, vous les soldats... vous tous, qui par votre situation, avez les moyens de dominer les autres, « ne faites ni violence ni tort à personne ». Les chemins du bonheur empruntent ceux du partage et de la justice.

3. Etre plongé dans le feu

Le Baptiste, enfin, après avoir invité à ouvrir sa garde-robe et son garde-manger, appelle à ouvrir son coeur. « Ecoute ! Surtout ne fais pas de bruit ! Ecoute les pas du Seigneur vers toi , dit un cantique d'église ».

Se convertir peut paraître encore facile. Jean ne demande que des choses simples et concrètes. Mais essayons... et nous verrons que changer de vie nous est pratiquement impossible. Il y faut un acte de Dieu autant qu’un acte de l’homme.

Pour décrire l’action de Dieu, Jean Baptiste utilise trois images : la plongée, le vent et le feu. L’Esprit de Dieu veut nous bousculer comme un « vent de tempête », nous faire « plonger » comme dans un « feu » qui brûle et consume toutes nos souillures.

Voilà ce que nous offre le sacrement de Pénitence de Noël que nous avons l’occasion de vivre avant les fêtes. Qu’il nous conduise plus avant vers le vrai bonheur, le chemin de la paix du coeur.
[http//www.kerit.be]Homélies sur kerit.be

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 11 Déc - 10:21

Aridité des cœurs des hommes

Vendredi de la 2e semaine de l'Avent

Livre d'Isaïe 48,17-19.
Ainsi parle le Seigneur, ton rédempteur, Saint d’Israël : Je suis le Seigneur ton Dieu, je te donne un enseignement utile, je te guide sur le chemin où tu marches. Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements, ta paix serait comme un fleuve, ta justice, comme les flots de la mer.
Ta postérité serait comme le sable, comme les grains de sable, ta descendance ; son nom ne serait ni retranché ni effacé devant moi.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,16-19.
À qui vais-je comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins assis sur les places, qui en interpellent d’autres en disant :
“Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous ne vous êtes pas frappé la poitrine.”
Jean Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas, il ne boit pas, et l’on dit : “C’est un possédé !” Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et l’on dit : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais la sagesse de Dieu a été reconnue juste à travers ce qu’elle fait. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Dieu a réellement soin des hommes, mais les hommes s'estiment eux-mêmes tout à fait capables de se débrouiller et de réussir leurs vies sans avoir besoin de Dieu. "Si seulement tu avais prêté attention à mes commandements !", se plaint Dieu par la bouche d'Isaïe. Les juifs ont été tout heureux d'avoir été retirés de l'esclavage en Égypte et d'avoir ensuite hérité d'une terre riche sur laquelle s'installer et vivre de génération en génération.
Mais quant à prêter attention à des commandements, qui obligent par exemple à prendre soin d'autrui comme d'un autre soi-même ! ah, tout de même, il ne faut pas en demander trop ! Un temple, avec des rites, comme pour les autres peuples, cela doit bien suffire !

Mais c'est en raisonnant ainsi qu'à nouveau la foi s'affadit, que l'on peut aller au temple de Jérusalem comme dans une église quelconque. "Allons, que Dieu se satisfasse donc de nos rites et du respect des règles établies par l'Église et qu'ils nous laisse à nos affaires pour tout le reste !" Mais si Israël avait bien voulu comprendre les commandements comme l'unique recette du bonheur ? Mais si Israël avait tout simplement eut confiance en ses prophètes, tous les peuples du monde seraient venus à eux - comme ce centurion romain qui demanda et obtint très simplement la guérison de son serviteur malade...

Pour exprimer ce désenchantement, qui est en réalité un refus de l'Amour, Jésus donne l'image de ces gosses qui réalisent qu'on a prêté d'attention ni à leur lamentations, ni à leurs airs de flûte... comment donc procéder pour obtenir que l'homme se convertisse ?
Tous sont appelés, peu sont élus !


.

Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 12 Déc - 9:40

Prophètes de tous les temps

Samedi de la 2e semaine de l'Avent

Livre de l'Ecclésiastique 48,1-4.9-11.
Le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche. Il fit venir la famine sur Israël, et, dans son ardeur, les réduisit à un petit nombre.
Par la parole du Seigneur, il retint les eaux du ciel, et à trois reprises il en fit descendre le feu. Comme tu étais redoutable, Élie, dans tes prodiges ! Qui pourrait se glorifier d’être ton égal ? toi qui fus enlevé dans un tourbillon de feu par un char aux coursiers de feu ;
toi qui fus préparé pour la fin des temps, ainsi qu’il est écrit, afin d’apaiser la colère avant qu’elle n’éclate, afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob… heureux ceux qui te verront, heureux ceux qui, dans l’amour, se seront endormis ; nous aussi, nous posséderons la vraie vie.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,10-13.
Les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? »
Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre toute chose à sa place.
Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. »
Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.


Textes de l’Évangile au quotidien

Ce matin, notre prêtre s'en est pris aux "prophètes auto-proclamés" qui font circuler des tomes entiers de prophéties sur notre époque. Des fidèles de la paroisse sont venus le trouver avec toute une littérature de visionnaires, qui ne cessent jamais de publier - mais et qui voyagent d'un pays à l'autre pour donner des conférences ... qu'aucun évêque n'oserait cautionner mais qu'il n'a plus autorité pour empêcher.

Certes, le temps que nous vivons a de quoi causer quelques craintes. Tous ces attentats, cette guerre dont le champ de bataille peut être aussi bien "un terrain de football, un restaurant, un train, un musée, un quelconque endroit public", peuvent bien sûr donner à penser que l'apocalypse (au sens de bouleversement final) est proche de nous. "Eh bien, je peux vous assurer qu'a mon époque tout le monde a cru au diable, rien qu'en entendant les vociférations d'Hitler à la TSF ! Et il a encore parlé de la guerre froide, des milliers de tonnes d'équivalent TNT, qui demeurent encore dans les arsenaux nucléaires... de quoi réduire en cendres toute la planète - et pas qu'une seule fois !

La peur fait recette. C'est de tout temps. Les juifs, qui attendaient le retour d’Élie, n’ont guère prêté d'attention aux sévères remontrances de Jean le baptiste, qui s’époumonait à prêcher un repentir de masse...

Que les événements du monde ne nous détournent pas, en cette veille de Noël d'une seule chose véritablement nécessaire: reconnaître nos fautes, prier, manifester à autrui, par quelque signe que ce soit, que c'est l'amour de Dieu dont nous avons le premier souci.
En grec ancien, le mot apocalypse signifie tout simplement "révélation de Jésus-Christ"

(Intéressante homélie, en tout cas pour moi qui, durant des années, ai dû accepter la lecture des messages de "JNSR"... parce qu'une personne qui avait pouvoir sur moi me les offrait en même temps qu'elle guettait mes réactions : j'ai été contraint de les lire et je dois reconnaître que j'étais parfois saisi d'angoisse.)


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 14 Déc - 10:14

A Noël, refonder notre foi


Lundi de la 3e semaine de l'Avent

Livre des Nombres 24,2-7.15-17a.
En ces jours-là, levant les yeux, le prophète païen Balaam vit Israël qui campait, rangé par tribus. L’esprit de Dieu fut sur lui,
et il prononça ces paroles énigmatiques : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant,
oracle de celui qui entend les paroles de Dieu. Il voit ce que le Puissant lui fait voir, il tombe en extase, et ses yeux s’ouvrent.
Que tes tentes sont belles, Jacob, et tes demeures, Israël !
Elles s’étendent comme des vallées, comme des jardins au bord d’un fleuve ; le Seigneur les a plantées comme des aloès, comme des cèdres au bord des eaux !
Un héros sortira de la descendance de Jacob, il dominera sur des peuples nombreux. Son règne sera plus grand que celui de Gog, sa royauté sera exaltée.
Balaam prononça encore ces paroles énigmatiques : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant,
oracle de celui qui entend les paroles de Dieu, qui possède la science du Très-Haut. Il voit ce que le Puissant lui fait voir, il tombe en extase, et ses yeux s’ouvrent.
Ce héros, je le vois – mais pas pour maintenant – je l’aperçois – mais pas de près : Un astre se lève, issu de Jacob, un sceptre se dresse, issu d’Israël. »


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,23-27.
En ce temps-là, Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu’il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent de lui et demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité ? »
Jésus leur répliqua : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela :
Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va nous dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?”
Si nous disons : “Des hommes”, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. » Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Il leur dit à son tour : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela.



Textes de l'Evangile au quotidien

La prophétie que prononce Balaam, visionnaire étranger à Israël, a ceci de commun avec les estimations des pharisiens sur Jésus... que tous demeurent dans l'approximation ou les idées préconçues.

La même question nous est posée : pour nous, pour moi, qui est Jésus, comment puis-je le rejoindre, comment vivre ma foi au quotidien ? La question mérite d'être posée et explorée durant l'Avent, car la fête de Noël est bien plus importante que le passage d'une année à l'autre.

En ce sens, la réponse de Jésus à ces émissaires de l'autorité : "je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela" - c'est à chacun de nous qu'elle est posée. L'Avent est l'occasion nécessaire d'une remise en question honnête et profonde. Ne faudrait-il pas veiller à ce que notre foi dans le Seigneur grandisse véritablement dans la charité et l'espérance ?

.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7622
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 14 Déc - 12:06

Quatrième dimanche de l'Avent C

Il n'est rien de difficile dans nos vies que, d'une certaine manière, Marie n’ait éprouvé avant nous, dans la nuit de la foi. Dans bien des familles, depuis des siècles, il y a eu des mariages célébrés après la conception du premier enfant. Souvent alors, on éloignait la jeune fille enceinte. Pourquoi ne pas imaginer que cette situation ait été celle de Marie dont nous apprenons, en lisant les Évangiles de Matthieu et de Luc, qu'elle attendait un enfant avant d'avoir vécu avec son époux, Joseph ? Reconnaissons donc clairement que Marie s'est trouvée dans la situation difficile de bien des jeunes femmes. Prenons alors à la lettre ce qui nous est dit par l'Évangile de Luc : Marie s'en va en hâte chez une parente, à la montagne. Cet usage, dans un temps où l'on n'appliquait plus avec rigueur la peine de mort pour les femmes infidèles, impliquait cependant que celles-ci aillent dans leur parenté comme servante, puisqu'elles devaient payer leur « faute. »

« Marie entra dans la maison et salua Élisabeth. » Regardons-la approcher sa cousine enceinte de six mois. Car alors que tout bascule. Élisabeth, la grande dame, épouse d'un prêtre qui occupe un certain statut au Temple de Jérusalem, ne considère pas sa jeune parente comme une adolescente dans l'embarras à qui elle fait la charité. L'Esprit Saint fait danser d’allégresse le petit Jean-Baptiste dans son sein. Elle est à son tour envahie par l’Esprit et honore la jeune fille de Nazareth du titre inouï de « Mère du Seigneur », lui révélant du même coup sa mission et sa dignité.

Et tout aussitôt elle s'émerveillee sa foi : « Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles du Seigneur. » Car Marie est passé par une terrible épreuve. Elle n'a pas pu ne pas éprouver les craintes que connaissent toutes les femmes qui attendent un enfant : Que sera-t-il ? Comment sera-t-il élevé ? Elle a ressenti l'angoisse qui habite tant de femmes seules aujourd'hui et qui ne savent pas ce que fera le père de l'enfant qui vient. Plus encore ! Qui, alors, pouvait croire une jeune fille enceinte qui déclarerait que l'enfant qu'elle porte ne vient pas d'une relation avec un homme ? Nous imaginons déjà les remarques grossières...

L'éloge de sa foi que lui rend Élisabeth brise le mur des évidences. Quoi de plus nécessaire à entendre aujourd'hui où la situation des chrétiens dans le monde est d'une grande précarité ? Je ne pense pas seulement aux chrétiens d'Orient ou en Inde. Ici, chez nous il est bien ardu pour un jeune de dire sa foi sans attirer la dérision. Dans notre société de consommation, il est bien incommode d'oser dire que l'on espère en une vie de relation avec Dieu (la vie éternelle), dont les valeurs ne sont pas celles de l'argent ou du plaisir immédiat. Il est bien malaisé dans une société de compétition, où règne le cynisme du marché et l’individualisme forcené, de résister à des compromissions quasi nécessaires pour faire carrière...

Marie est le modèle de notre foi, une foi ardue, une confiance difficile, qui demande du courage et de la force pour traverser les épreuves de la vie et pour, en toutes circonstances, prendre la voie de l'amour qui réponde à l'amour de Dieu.

Il nous est bon à quelques jours de Noël, avant de nous émerveiller avec les bergers et les mages, de contempler le chemin raboteux de Marie et de partager aussi sa joie d'être accueillie et d’être confirmée dans sa mission par « les paroles qui lui furent dites de la part de Dieu ». Oui, croire est la source d’une joie que le monde ne saurait nous ravir.
[http//www.kerit.be]Homélies sur kerit.be

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7622
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 14 Déc - 12:10

etienne lorant a écrit:
Ne faudrait-il pas veiller à ce que notre foi dans le Seigneur grandisse véritablement dans la charité et l'espérance ?

oh! que oui... il aurait du toujours en etre ainsi... il n'est cependant jamais trop tard...
meme si la Charite nous fait si souvent defaut
meme si l'Esperance nous fait si souvent defaut

et surtout parce qu'ils nous font si souvent defaut...
a chaque fois que nous oublions de les mettre dans notre coeur
tournons vers le Seigneur et demandons Son Aide

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 15 Déc - 11:02

Une foi mûre est toujours manifestée

Mardi de la 3e semaine de l'Avent

Livre de Sophonie 3,1-2.9-13.
Ainsi parle le Seigneur : Malheur à la rebelle, l’impure, Jérusalem, la ville tyrannique !
Elle n’a pas écouté l’appel, elle n’a pas accepté la leçon, elle n’a pas fait confiance au Seigneur, de son Dieu elle ne s’est pas approchée.
Alors, je rendrai pures les lèvres des peuples pour que tous invoquent le nom du Seigneur et, d’un même geste, le servent. (...) Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit ; il prendra pour abri le nom du Seigneur.
Ce reste d’Israël ne commettra plus d’injustice ; ils ne diront plus de mensonge ; dans leur bouche, plus de langage trompeur. Mais ils pourront paître et se reposer, nul ne viendra les effrayer.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,28-32.
En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens :
« Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.”
Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !” et il n’y alla pas.
Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. » Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »



Textes de l'Evangile au quotidien

Tout au début, mais encore aujourd'hui, il fut naturel pour l'homme d'avoir un lieu de culte qui rende visible par tous son attachement à sa foi et à sa pratique. Notre prêtre a évoqué l'histoire de la cathédrale de la "Sagrada Familia" dont l'architecte, Antonio Gaudi, a été béatifié par le Pape Benoît XVI. Non pas pour avoir élevé un monument exceptionnel à la gloire de l’Église, mais du fait que La Sagrada Família est comme "un grandiose livre ouvert, un théâtre entre ciel et terre dans lequel tous les arts sont réunis pour mettre en scène l’histoire sacrée du monde et entraîner ce monde dans l'aventure de la foi."

Cependant, dans ce cas comme dans tous les autres, c'est le fait de manifester sa foi à Dieu, aux hommes et au monde qui conduit chaque âme à son salut. Il n'est pas besoin d'être un grand bâtisseur, ni de mourir en martyr. Mais ce qui compte, c'est de vivre en s'efforçant, en tout temps, de "se convertir et suivre".

Jean le Baptiste est venu et nombreux celles et ceux qui se sont repentis. Mais pas les pharisiens. Mais ils sont venus observer Jean d'un œil critique, afin d'en rendre compte à leurs supérieurs. En aucun cas, ils n'ont accompli le geste de recevoir son baptême - car reconnaître publiquement ses fautes ! ... c'est exactement ce que demande le Seigneur.

Certes, c'est un acte de foi de se rendre à l'église et d'y recevoir les sacrements, mais il est nécessaire de produire des actes de foi, d'espérance et de charité - lesquels découlent naturellement d'une âme de bonne volonté.

http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1345444?fr=y&refresh_ce
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 16 Déc - 9:59

Le Royaume des cieux est au milieu de nous

Mercredi de la 3e semaine de l'Avent

Livre d'Isaïe 45,6b-8.18.21b-25.
« Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : je façonne la lumière et je crée les ténèbres, je fais la paix et je crée le malheur. C’est moi, le Seigneur, qui fais tout cela.
Cieux, distillez d’en haut votre rosée, que, des nuages, pleuve la justice, que la terre s’ouvre, produise le salut, et qu’alors germe aussi la justice. Moi, le Seigneur, je crée tout cela. »
Ainsi parle le Seigneur, le Créateur des cieux, lui, le Dieu qui fit la terre et la façonna, lui qui l’affermit, qui l’a créée, non pas comme un lieu vide, mais qui l’a façonnée pour être habitée : « Je suis le Seigneur : il n’en est pas d’autre !
Exposez votre cas, présentez vos preuves, tenez conseil entre vous : qui donc l’a d’avance révélé et jadis annoncé ? N’est-ce pas moi, le Seigneur ? Hors moi, pas de Dieu ; de Dieu juste et sauveur, pas d’autre que moi !
Tournez-vous vers moi : vous serez sauvés, tous les lointains de la terre ! Oui, je suis Dieu : il n’en est pas d’autre !
Je le jure par moi-même ! De ma bouche sort la justice, la parole irrévocable. Devant moi, tout genou fléchira, toute langue en fera le serment : Par le Seigneur seulement – dira-t-elle de moi – la justice et la force ! »
Jusqu’à lui viendront, couverts de honte, tous ceux qui s’enflammaient contre lui.
Elle obtiendra, par le Seigneur, justice et louange, toute la descendance d’Israël.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,18b-23.
En ce temps-là, Jean le Baptiste appela deux de ses disciples
et les envoya demander au Seigneur : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
Arrivés près de Jésus, ils lui dirent : « Jean le Baptiste nous a envoyés te demander : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
À cette heure-là, Jésus guérit beaucoup de gens de leurs maladies, de leurs infirmités et des esprits mauvais dont ils étaient affligés, et à beaucoup d’aveugles, il accorda de voir.
Puis il répondit aux envoyés : « Allez annoncer à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles retrouvent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.
Heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi ! »



Textes de l’Évangile au quotidien

Toute la descendance d'Israël, c'est-à-dire : nous aussi, obtiendra du Seigneur "justice et louange", annonce le prophète Isaïe. Mais cette justice et cette louange sont infiniment supérieure que ce que nous pouvons espérer des hommes, de notre prochain, de nos autorités !

Il est tout a fait normal, il est tout à fait humain que depuis son cachot, en proie à l'agonie, Jean le Baptiste se pose des questions : Jésus ne peut-il rien faire pour lui épargner le sort que lui réserve le roi Hérode ? Au cours de l'année 2008, l'année du décès de mon père, d'une opération risquée pour ma mère, des grands bouleversements dans ma manière de vivre, je me souviens bien comme j'ai trouvé injuste, sur le moment, de commencer l'hiver par une prostatite !

Mais au beau milieu d'une nuit où je me sentis véritablement écrasé d'angoisse... je me suis à visualiser l'image d'un Christ à l'agonie, tel que l'avait peint un expressionniste allemand. Et cette figure du Christ souffrant m'avait apaisé, avant d' augmenter en moi la foi de confiance absolue - une vraie foi d'abandon.

Et le message que Jésus adresse au Baptiste est de la même qualité : "Que Jean soit réconforté, car tous les signes du Royaume sont devenus apparents, tout est réel : car même les morts ressuscitent !

(Notre prêtre a dit les mêmes choses, lui qui souffre d'une trachéite mais tient tout de même à venir dire sa messe, à 92 ans !...)


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 17 Déc - 14:14

Férie de l'Avent : semaine avant Noël

Livre de la Genèse 49,1-2.8-10.
Le sceptre royal n’échappera pas à Juda, ni le bâton de commandement, à sa descendance, jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient, à qui les peuples obéiront.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,1-17.
Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères,
Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,
Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone,
Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé,
Jessé engendra le roi David.

David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon,
Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,
Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias,
Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias,
Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias,
Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone.

Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,
Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud,
Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,
Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.

Le nombre total des générations est donc : depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ; depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.



Textes de l'Evangile au quotidien

"Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok
"

Or Zorobabel veut dire : "Le maître de la porte de Dieu"
Et le Christ dit : "Je suis la porte de la bergerie"

Or Abiud veut dire : "Mon Père, c'est Lui"
Et le Christ dit : "Moi et mon Père, nous sommes Un"

"Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok
"

Or Zorobabel veut dire : "Le maître de la porte de Dieu"
Et le Christ dit : "Je suis la porte de la bergerie"

Abiud veut dire : "Mon Père, c'est Lui"
Et le Christ dit : "Moi et mon Père, nous sommes Un"

Elliacim veut dire : « Dieu ressuscitant »
Et le Christ dit : « Je suis la résurrection et la vie »

Azor veut dire : l'Aide
Et le Christ dit : « Je suis avec vous jusqu'à la fin des temps »

Sadoc veut dire : « Le juste »
Et le Christ dit : « Toute justice a été remise entre les mains du Fils »

et en poursuivant cette généalogie :

Achim veut dire : « Celui-là est mon frère »
Et le Christ dit : « Celui-là est mon frère (ma mère, ma soeur) qui fait la volonté de mon Père.

Eliud veut dire : « Voici mon Dieu »
Et Thomas de s'écrier : « Mon Seigneur et mon Dieu »

Eléazar veut dire « Aide de Dieu »
Et le Christ dit : « Celui qui m'a envoyé est avec moi »

Mathan veut dire le Don ou le Donnant
Et le Christ a dit : « Dieu a tant aimé le monde qu'Il lui a donné son Fils unique »

Cette médiation de Lanza del Vasto se poursuit encore, mais son « Commentaire de l'Evangile » est en si petits caractères que j'en ai les yeux qui piquent...

Notre prêtre nous a dit encore que l’Évangile est rempli de paroles qui font dire aux néophytes qui se croient suffisamment intelligents pour en résoudre le mystère : "Non, il n'y a rien de logique là-dedans". De fait, ce n'est pas l'intelligence qui pénètre les mystères, mais ce doit être l'homme tout entier : "Venez à moi ... car mon joug est simple et mon fardeau léger" !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 18 Déc - 10:48

L'annonce à Joseph et la génération selon l'Esprit

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (18 déc.)

Livre de Jérémie 23,5-8.
Voici venir des jours – oracle du Seigneur–, où je susciterai pour David un Germe juste : il régnera en vrai roi, il agira avec intelligence, il exercera dans le pays le droit et la justice.
En ces jours-là, Juda sera sauvé, et Israël habitera en sécurité. Voici le nom qu’on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice. ».


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,18-24.
Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse
.


Textes de l’Évangile au quotidien

Joseph est un homme juste, dit le texte. Pas seulement religieux selon les critères de la synagogue et du temple, mais aussi en paroles et en gestes. Une recherche rapide permet de découvrir que ce nom hébreu (toujours selon les voyelles ajoutées en hébreu) : "Dieu ajoute" ou encore : "yôsephyâh qui signifie "Dieu accroîtra ma descendance".

http://www.prenoms.com/prenom/signification-prenom-JOSEPH.html

Voici qui confirme véritablement le choix de Dieu concernant Joseph et Marie. Il faut bien comprendre : durant toute l'histoire du peuple juif depuis Abraham, c'est sur le système de la filiation, de la génération par les hommes (bien que fondamentalement seules les femmes peuvent engendrer, évidemment).

De la sorte, Joseph peut bien être considéré comme le nouvel Abraham - et comme le renouvellement de génération, non plus selon la chair, la naissance, la généalogie, mais selon l'Esprit qui donne vie et qui anime. Nous tous entrons, avec Joseph, dans une nouvelle forme de génération - celle de l'Esprit saint. Moi qui suis célibataire, je peux très bien prétendre à une petite descendance spirituelle - car elles et ils sont tout de même quelques-uns à avoir cru à ma conversion, à ma seconde naissance, ainsi qu'aux grâces et aux œuvres qui en ont découlé.

On pourra dire que je me vante, mais quoi ?: est-ce que je n'écris pas sous un pseudonyme? N'ai-je pas été rejeté par le président du séminaire auquel je me suis présenté pour la prêtrise ? N'ai-je pas suivi une formation complète de théologie de quatre années sans pouvoir accéder une forme quelconque de reconnaissance ? Et l'on pourrait dire ainsi que ma conversion - ma "nouvelle naissance" - est demeurée stérile.
Mais il y a le jugement du monde et il y a l'Esprit Saint, le même Esprit qui a suscité la Vie dans le cœur de Joseph tout comme dans le sein de Marie.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 19 Déc - 10:31

Conception de Jean le Baptiste


Livre des Juges 13,2-7.24-25a.
En ces jours-là, il y avait un homme de Soréa, du clan de Dane, nommé Manoah. Sa femme était stérile et n’avait pas eu d’enfant.
L’ange du Seigneur apparut à cette femme et lui dit : « Tu es stérile et tu n’as pas eu d’enfant. Mais tu vas concevoir et enfanter un fils. Désormais, fais bien attention : ne bois ni vin ni boisson forte, et ne mange aucun aliment impur,
car tu vas concevoir et enfanter un fils. Le rasoir ne passera pas sur sa tête, car il sera voué à Dieu dès le sein de sa mère. C’est lui qui entreprendra de sauver Israël de la main des Philistins. »
La femme s’en alla dire à son mari : « Un homme de Dieu est venu me trouver ; il avait l’apparence d’un ange de Dieu tant il était imposant. Je ne lui ai pas demandé d’où il venait, et il ne m’a pas fait connaître son nom.
Mais il m’a dit : “Tu vas devenir enceinte et enfanter un fils. Désormais ne bois ni vin ni boisson forte, et ne mange aucun aliment impur, car l’enfant sera voué à Dieu dès le sein de sa mère et jusqu’au jour de sa mort !” »
La femme enfanta un fils, et elle lui donna le nom de Samson. L’enfant grandit, le Seigneur le bénit, et l’Esprit du Seigneur commença à s’emparer de lui.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,5-25.
Il y avait, au temps d’Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre du groupe d’Abia, nommé Zacharie. Sa femme aussi était descendante d’Aaron ; elle s’appelait Élisabeth.
Ils étaient l’un et l’autre des justes devant Dieu : ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur de façon irréprochable.
Ils n’avaient pas d’enfant, car Élisabeth était stérile et, de plus, ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.
Or, tandis que Zacharie, durant la période attribuée aux prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu,
il fut désigné par le sort, suivant l’usage des prêtres, pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur.
Toute la multitude du peuple était en prière au dehors, à l’heure de l’offrande de l’encens.
L’ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens.
À sa vue, Zacharie fut bouleversé et la crainte le saisit.
L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée : ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean.
Tu seras dans la joie et l’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance,
car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boisson forte, et il sera rempli d’Esprit Saint dès le ventre de sa mère ;
il fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu ;
il marchera devant, en présence du Seigneur, avec l’esprit et la puissance du prophète Élie, pour faire revenir le cœur des pères vers leurs enfants, ramener les rebelles à la sagesse des justes, et préparer au Seigneur un peuple bien disposé. »
Alors Zacharie dit à l’ange : « Comment vais-je savoir que cela arrivera ? Moi, en effet, je suis un vieillard et ma femme est avancée en âge. »
L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel et je me tiens en présence de Dieu. J’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle.
Mais voici que tu seras réduit au silence et, jusqu’au jour où cela se réalisera, tu ne pourras plus parler, parce que tu n’as pas cru à mes paroles ; celles-ci s’accompliront en leur temps. »
Le peuple attendait Zacharie et s’étonnait qu’il s’attarde dans le sanctuaire.
Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent que, dans le sanctuaire, il avait eu une vision. Il leur faisait des signes et restait muet.
Lorsqu’il eut achevé son temps de service liturgique, il repartit chez lui.
Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth conçut un enfant. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait :
« Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, en ces jours où il a posé son regard pour effacer ce qui était ma honte devant les hommes. »


Textes de l'Evangile au quotidien

Les textes de ce jour nous rappellent que même si une femme est réputée stérile, le don d'une vie reste une possibilité. Mais les textes de l'ancienne alliance ne disent jamais que c'est la "semence" de l'homme qui peut être à l'origine de la stérilité de son épouse. Et la faute repose systématiquement sur elle.

C'est bien ainsi qu’Élisabeth, outre la prochaine naissance de Jean, se réjouit que vient de cesser "ce qui était ma honte devant les hommes". Notre prêtre a donc encouragé les fidèles masculins présents ce matin à considérer leurs épouses avec un plus grand respect que les juifs de l'ancienne alliance.

Du reste, d'un point de vue théologique, il fallait que la naissance de Jean, le dernier des prophètes (du moins avant les apôtres) soit rendue manifeste par tel et tel signes.

Le don de Jean est aussi le commencement du temps de miséricorde que le Pape vient de proclamer. Mais peut-on parler de miséricorde en un temps de violences comme celui que nous vivons ? "Naturellement que oui !" est la bonne réponse.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 21 Déc - 11:07

Tout passe, Dieu demeure !

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (21 déc.)

Cantique des cantiques 2,8-14.
La voix de mon bien-aimé ! C’est, lui, il vient... Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines,
mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche. Le voici, c’est qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage.
Il parle, mon bien-aimé, il me dit : Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…
Vois, l’hiver s’en est allé, les pluies ont cessé, elles se sont enfuies.
Sur la terre apparaissent les fleurs, le temps des chansons est venu et la voix de la tourterelle s’entend sur notre terre.
Le figuier a formé ses premiers fruits, la vigne fleurie exhale sa bonne odeur. Lève-toi, mon amie, ma gracieuse, et viens…
Ma colombe, dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix ! Ta voix est douce, et ton visage, charmant
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,39-45.
En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »



Textes de l'Evangile au quotidien

La joie dans cette scène où Marie rencontre sa cousine, mais dans laquelle Jésus salue Jean, lequel réagit vivement dans le sein d’Élisabeth... restera pour toujours un témoignage, pas seulement contre l'avortement, mais encore contre les pratiques de mère porteuse et les manipulations d'ovules et de spermatozoïdes, tout autant que les manipulations dignes de magie noire qui permettent les changements de sexe selon le désir des individus.

Ce que le Seigneur attend de chacun de nous devrait être, pour chacune et chacun d'entre nous, la toute première préoccupation. Il nous faut donc apprendre à développer "l'attention spirituelle", laquelle doit permettre de mieux comprendre à quel point chacune de nos vies est importe. Outre cela, le Seigneur ne cesse d'adresser à chacune et chacun d'entre nous des intuitions multiples, que ce soit dans nos lectures, dans les rencontres de chaque jour et jusqu'au milieu des nuits.

Et notre prêtre a encore repris le texte de l’Évangile en citant le "tressaillement d'allégresse", dont beaucoup de fidèles se croient "exclus"... mais seulement du fait de leur inattention à la "présence du divin", présence continuelle, laquelle se manifeste encore et toujours quelles que soient les circonstances.

En cette fin d'année, beaucoup de jeunes, hommes et femmes, vont mourir dans des accidents à la suite de joyeuses sorties où "tout est permis". Que tout soit permis, cependant tout passe, Dieu demeure !


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 22 Déc - 11:05

Prier afin d'être rendus dociles aux intuitions

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (22 déc.)

Premier livre de Samuel 1,24-28.
En ces jours-là, lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la Maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin.
On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli.
Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.
C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande.
À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,46-56.
En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur en disant :
Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.


Textes de l'Evangile au quotidien



Anne et Marie ont ceci de commun qu'à aucun moment, elles ne considèrent leur enfant comme étant leur propriété. Elles vont faire de leur mieux pour l'élever, mais elles laissent à Dieu le soin d'inscrire dans le cœur et l'âme de leur enfant ce que Lui voudra Son dessein.

Ici aussi de nouveau, notre prêtre a dénoncé une tendance moderne qui consiste à s'approprier les biens dont la vie nous fait grâce, plutôt que d'essayer de comprendre pourquoi ces grâces nous sont faites.

Ainsi, certains enfants très doués dans une branche s'en voient détournés par l'ambition des parents. Cela finit soit en vives révoltes à l'adolescence, soit par des personnalités immatures qui vont errer beaucoup avant de reconnaître des capacités innées dont ils avaient été détournés.

Qui voudra d'un poète pour enfant ? Qu'est-ce donc qu'un poète peut apporter, si ce n'est une vie gâchée et souffrante ? Mais il nous a parlé des parents de sainte Thérèse de Lisieux, ont donné cinq filles à l’Église sans les avoir contraintes d'aucune façon. Et il a conclu par cette recommandation : il nous faut être attentifs aux "signes" qui nous sont donnés mais qui, systématiquement, nous semblent ne pouvoir sortir que de notre imagination. Comme de choisir une route plutôt qu'une autre, sans raison précise. Car le Seigneur est "tout proche en tout temps" ...

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 23 Déc - 10:26

Surabondance de Miséricorde

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (23 déc.)

Livre de Malachie 3,1-4.23-24.
Ainsi parle le Seigneur Dieu : voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, – dit le Seigneur de l’univers.
Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.
Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice.
Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.
Voici que je vais vous envoyer Élie le prophète, avant que vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, et le cœur des fils vers leurs pères, pour que je ne vienne pas frapper d’anathème le pays !


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,57-66.
Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.
Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père.
Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »
On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »
On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.
À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.
La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements.
Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.



Textes de l’Évangile au quotidien

Le nom de Jean signifie "Dieu fait grâce" - ce qui convient bien à la grâce faite à Élisabeth, mais pas seulement à Elizabeth, car Jean sera aussi un prophète à la manière d’Élie - qui n'hésitait pas à reprendre les juifs sans considération de leur rang dans cette société très hiérarchisée. Et l'on se souvient que les prodiges qu'il a accomplis ne furent certes pas limités uniquement aux enfants d'Israël !

Dans la ligne des précédentes homélies, à l'approche de Noël, notre prêtre a tenu à souligner que les enfants ne doivent pas être soumis aux désirs de leurs parents - il ne s'agit pas de faire d'un enfant le fonctionnaire - ou le joueur de football qu'on n'a pas réussi à devenir !

Dieu fait grâce et sa grâce peut également être appelée miséricorde. La miséricorde est l'attribut suprême de la divinité, car bien souvent pour ceux qui l'ont saisi ainsi: même les catastrophes personnelles ou collectives ne devraient pas être considérées comme des châtiments mais comme des avertissements. C'est ainsi que de nombreux jeunes conducteurs guérissent de l'amour de la vitesse après un accident dont ils sont sortis indemnes. Mais quel organisme recense le nombre d'accidents de roulage qui ont connu une issue heureuse ?

La vérité est que la miséricorde divine est toujours à l’œuvre. Mais le plus souvent, l'humain s'imagine que tout bien sort de lui-même ou bien et lui revient logiquement lorsqu'il en a besoin... Sachons reconnaître la trace discrète de Jésus sur nos chemins.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 26 Déc - 9:51

Fête de saint Etienne, premier martyr


Livre des Actes des Apôtres 6,8-10.7,54-60.
En ces jours-là, Étienne, rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants.
Intervinrent alors certaines gens de la synagogue dite des Affranchis, ainsi que des Cyrénéens et des Alexandrins, et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d’Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne,
mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler.
Ceux qui écoutaient ce discours avaient le cœur exaspéré et grinçaient des dents contre Étienne.
Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. »
Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui,
l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul.
Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,17-22.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues.
Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens.
Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là.
Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.
Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort.
Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Que les textes nous fassent passer d'emblée de la scène émouvante de la naissance de Jésus dans la Grèce au martyre d’Étienne, c'est peut-être ce qu'il y a de de mieux pour notre temps. N'ai-je pas vu, aux informations, des fidèles protégés et surveillés par des policiers ?

Ce dernier dimanche, au cours duquel, j'ai pu donner la communion à ma mère au bout du couloir du troisième étage de la maison de repos, j'ai renouvelé intérieurement mes propres engagements de vie chrétienne - quoi qu'il puisse m'en coûter.

Comme j'ai communié au sein d'une autre maison de repos, je n'ai vu qu'à la télévision le déploiement de police devant certaines églises et des personnes discrètement fouillées. Avons-nous besoin de cette protection ? Je ne pense pas, car la foi chasse toute crainte devant elle.

http://www.huffingtonpost.fr/2015/12/24/messes-noel-haute-surveillance-attentats-vigilance_n_8873390.html

J'ai reçu de belles grâces qui m'ont rempli de force et de joie à l'aube de l'année nouvelle !
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 28 Déc - 10:17

Fête des saints innocents, martyrs

Fête des saints Innocents, martyrs

Première lettre de saint Jean 1,5-10.2,1-2.
Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité.
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous.
Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice.
Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous.
Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste.
C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entiere.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 2,13-18.
Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »
Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : « D’Égypte, j’ai appelé mon fils. »
Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.
Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie :
« Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Selon certains exégètes, la fuite en Égypte de la sainte famille, puis son retour en Israël, constituent une récapitulation - mais plus encore - une "reformulation" de l'ancien testament. Joseph fait bien songer à Abraham dont l'unique légitime, Isaac, fut conduit et soumis à un premier sacrifice - dont il réchappa uniquement du fait de la foi absolue de son père. Quant au massacre des innocents par Hérode, il correspondrait aux
très nombreux juifs qui périrent du fait d'avoir exigé de posséder une armée forte et puissante et de conquérir la terre sainte en faisant couler le sang des premiers occupants. Et pourtant : les murs de la forteresse de Jéricho ne s'étaient-il pas écroulés d'eux-mêmes ?

Il y eut donc beaucoup d'innocents massacrés en vain - sanctionnés d'une errance de quarante années dans le désert. Bien sûr, Marie, Joseph et Jésus ne connurent aucune de ces difficultés. L'Alliance est déjà "refondée" par ce "pèlerinage" effectué par la sainte famille. Et de la même manière que l'histoire sainte aura été ainsi "refondée", l'apôtre Paul insiste sur le fait que nous reconnaissions nos péchés. Or, ceci n'est possible, bien sûr, qu'à la condition de nous replonger nous-mêmes dans le passé afin de reconnaître nos fautes.

Puissions-nous vivre le passage de la nouvelle année dans une ambiance conviviale, en évitant les les abus de nourriture et de boisson, car autour de nous les pauvres, les démunis, les exclus et les réfugiés ne font que se multiplier...

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 29 Déc - 14:43

Aimer avec Marie pour modèle


5e jour dans l'Octave de Noël

Première lettre de saint Jean 2,3-11.
Bien-aimés, voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.
Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui.
Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection : voilà comment nous savons que nous sommes en lui.
Celui qui déclare demeurer en lui doit, lui aussi, marcher comme Jésus lui-même a marché.
Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous aviez depuis le commencement. La parole que vous avez entendue, c’est le commandement ancien.
Et pourtant, c’est un commandement nouveau que je vous écris ; ce qui est vrai en cette parole l’est aussi en vous ; en effet, les ténèbres passent et déjà brille la vraie lumière.
Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant.
Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a en lui aucune occasion de chute. Mais celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres : il marche dans les ténèbres sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 2,22-35.
Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,
selon ce qui est écrit dans la Loi : « Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. »
Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : « un couple de tourterelles ou deux petites colombes. »
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.
Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
Sous l’action de l’Esprit, Siméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait,
Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
« Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples :
lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.
Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction
– et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »



L'annonce de la très grande souffrance qu'endurera Marie n'est pas uniquement celle d'une maman qui verra son fils unique mourir sur une croix. Pour mieux faire comprendre cette déclaration, notre prêtre s'est appuyé d'une part sur ce que dit saint Paul, dans la première lecture : "Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a en lui aucune occasion de chute."

Or, atteindre une telle perfection, c'est comme avoir gravi à mains nues une montagne et y avoir usé sa chair sur la roche ! C'est ce que saint Jean de la Croix exprime lui aussi lorsqu'il écrit : "

Saint Jean de la Croix a parlé de la ressemblance ultime du cœur, la transfixion, comme d’une grâce concédée aux âmes fidèles jusqu’au bout à l’amour. Le cœur est comme percé pour que les flots de la grâce s’en échappent et se répandent sur les autres. C’est en ce sens que les souffrances de Jésus sur la croix sont mêlées à celles de Marie et comptées avec les siennes pour compenser notre iniquité.

Aimer jusque là son frère, c'est donc aussi, à la manière de Jésus, prendre sur soi les fautes d'autrui et, par un amour purifié par la douleur déborder de grâces sur son prochain.
Elles sont rares, les âmes qui atteignent un tel amour - parfois rendu visible par les stigmates...

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 30 Déc - 9:57

Devenir lumière au milieu des ténèbres

6e jour dans l'Octave de Noël

Première lettre de saint Jean 2,12-17.
Je vous l’écris, petits enfants : Vos péchés vous sont remis à cause du nom de Jésus.
Je vous l’écris, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’écris, jeunes gens : Vous avez vaincu le Mauvais.
Je vous l’ai écrit, enfants : Vous connaissez le Père. Je vous l’ai écrit, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’ai écrit, jeunes gens : Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais.
N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui.
Tout ce qu’il y a dans le monde – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l’arrogance de la richesse –, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.
Or, le monde passe, et sa convoitise avec lui. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 2,36-40.
En ce temps-là, quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple, il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage,
demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.


Textes de l’Évangile au quotidien

Les textes de ce jour parlent tous ... de ce que, de nos jours, les hommes négligent le plus: leur vie intérieure. Posons-nous donc, à l'instant, la question de savoir où nous en sommes de notre relation à Dieu. Eh bien, en écoutant l'homélie ce matin, j'ai été joyeux de réaliser qu'en dépit des congés et l'ambiance des fêtes, je n'ai pas eu d'autre occupation que ce que j'accomplis chaque jour.

C'est de vie contemplative, une vie qui n'est pas une forme de rêverie ayant pour but une existence détachée du monde, vaguement angélique, mais - beaucoup plus sûrement - une lutte intérieure pour demeurer constamment sous le regard du Seigneur, attentif à sa volonté. Telle fut Anne, devenue prophétesse non pas en ayant recours à des méthodes diverses, mais en s'abandonnant de plus en plus à demeurer attentive au "Souverain Bien".

Je n'ai pas bien suivi le reste de l'homélie, mais je me suis souvenu de la chapelle des sœurs Clarisse, de mon arrivée dans une forte pénombre à peine rompue par la lumière vacillante de quelques chandeliers.

Assis dans une stalle, je ne pouvais être distrait de la vue du grand crucifix franciscain, suspendu au-dessus du maître-hôtel. Le grand silence durait près de vingt minutes. Ensuite, à la lumière des lampes cette fois, les sœurs entamaient chaque lundi, le "Veni Creator Spiritu". Il m'est impossible de ne pas me souvenir d'un effacement complet de toutes mes réflexions au sujet de la journée qui commençait ! D'autant qu'avant l'arrivée du prêtre, les sœurs entonnaient le Veni Creator Spiritu... qui achevait de me préparer à l'Eucharistie.

Aussi bien, lorsque saint Paul encourage à ne pas aimer ce monde et tout ce qu'il y a dans ce monde, je le saisis d'autant mieux...





.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 31 Déc - 10:38

Perpétuelle révélation de l'Amour sur les plages du temps


Le prologue de Jean


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,1-18.
Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement auprès de Dieu.
Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean.
Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu.
Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.

Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu.

Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. »
Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Pour mieux pénétrer ce texte extraordinaire, je l'ai scindé par paragraphes car, en le relisant et en le contemplant, j'ai ressenti que l'apôtre avait voulu, en quelque sorte, reproduire le mouvement d'enroulement et déroulement des vagues comme elles viennent s'échouer sur une plage. C'est que ce prologue reprend continuellement un temps de contemplation, pour l'enrichir ensuite d'une autre.

Pour me faire mieux comprendre, je dirais que, selon son inspiration, Jean a voulu montrer comment le dessein de l'Amour, s'est révélé et s'est épanché, vague après vague, sur les plages diverses de l'histoire des hommes.

A l'analyse, on y retrouve des éléments historiques, dont le témoignage de Jean Baptiste, puis le témoignage des apôtres, mêlés à l'évènement de la Lumière qui, progressivement, depuis celle émise dans le buisson ardent, est venue pénétrer l'histoire des hommes et lui conférer un sens, une direction et aussi un contenu de lumière et d'ombre, de ténèbres.

Il est difficile d'exprimer ces choses, mais l'essentiel est que ceux qui ont reconnu le Christ comme étant la Lumière venue dans le monde, sont entrés eux aussi dans une autre histoire, qui ne se peut résumer comme une collection d'événements successifs.

Certes, les hommes et les femmes vivent le temps que la nature leur a donné, mais avez-vous songé à ceci : leur mouvement personnel, intérieur, n'est pas fondamentalement lié à la nature, à l'actualité, à l'économie, etc. Mais les êtres humains aiment (ou ils n'aiment pas), et cela change tout ! Beaucoup peuvent l'ignorer, mais mais tous vivent de la contemplation de la Lumière apparue dans le monde en la personne de Jésus-Christ, en même temps homme et Dieu.

Et à vivre ainsi, ayant part à la plénitude de la Lumière, recevant grâce après grâce, leur présence dans le monde devient une inconnue aux yeux de ceux qui ne croient pas.

C'est la dernière ligne qui le révèle: il y a eu la loi - et les hommes des ténèbres en ont tiré des idéologies de toute nature - et il y a désormais: la grâce et la vérité. Quiconque parmi nous a voulu de la grâce de la Lumière, est entré dans la Vérité, et est véritablement né de Dieu.

Tôt ou tard, je vous le dis comme le sens en moi, tout homme, toute femme qui sont nés de Dieu, apparaîtront comme tels - tandis que les autres se noieront et seront dissous dans les ténèbres du temps. Cela pourrait bien se réaliser sous nos yeux, globalement, au cœur de cette époque secouée en tout sens...


.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7622
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 4 Jan - 12:47

Etienne, Bonne et Heureuse Sainte Annee de la Misericorde, a toi qui aime tant Soeur Faustine !!

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7622
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 4 Jan - 12:48

Deuxième dimanche dans l'année C

Les quatre évangiles rapportent un récit du baptême de Jésus. Mais chacun des évangélistes y apporte sa touche personnelle. Saint Luc, que nous lisons cette année, insiste sur trois points que ne signalent pas les autres :

Jésus reçoit le baptême « comme tout le peuple »;
C’est « en priant » qu’il reçoit l’Esprit Saint;
Enfin, la voix venue du ciel précise que Jésus est « engendrédu Père aujourd’hui ».

« Comme tout le peuple se faisait baptiser »...

Jésus prend place dans la longue lignée des hommes et de femmes qui attendent leur tour pour se laisser plonger dans les eaux du Jourdain. Rien ne le distingue des autres. Il vient rejoindre, dans l’anonymat, le peuple de pécheurs en attente que nous sommes. Il s’enfonce profondément et discrètement dans la pâte humaine. Il prend même la dernière place comme pour prendre dans ses bras toute l’humanité avec ses grandeurs et ses crimes, avec ses générosités et ses folies. Quand, à la suite des autres il remonte des eaux du fleuve, c’est comme une nouvelle naissance qui s’amorce pour tous les hommes qui cherchent à se purifier. Sans tambour ni trompette, un monde nouveau point déjà.

Cette insistance de Luc nous montre qu’il n’y a pas de vie chrétienne isolée. Un chrétien seul est rapidement un chrétien mort. Le premier effet du baptême est justement de nous faire rentrer dans la famille des enfants de Dieu, et donc des frères et sœurs de Jésus qui vivait de la vie de son peuple, tout humblement.

« Jésus priait, alors le ciel s’ouvrit... L’Esprit Saint descendit... »

Saint Luc nous présente la descente de l’Esprit sur Jésus comme le fruit de sa prière. Dans sa prière, dans son intimité avec le Père, Jésus reçoit une nouvelle effusion de l’Esprit. Et ce n’est pas pour lui; c’est pour les autres. Ce n’est pas pour son bien à soi, mais pour l’édification de la communauté.

Et nous ? N’est-ce pas uniquement dans la prière, fidèle, persévérante et quotidienne, que nous pouvons recevoir cette affusion de l’Esprit qui nous rendra disponibles pour nos frères. Prier c’est donc faire place à l’Esprit. C’est se faire creux pour qu’il vienne, se faire capacité pour qu'il la remplisse. La prière, dans nos vies, doit être première, sous peine d’en rester à une grande stérilité spirituelle.

« C’est toi mon Fils. Aujourd’hui, je t’ai engendré... »

Voici que Dieu présente le charpentier de Nazareth comme son propre Fils. Cet homme parmi les autres est rempli d’un mystère indicible. Il est « engendré » de Dieu dans une sorte de présent éternel. Les mots nous manquent, les images sont vaines pour décrire ce mystère.

Mais nous aussi, Dieu nous engendre, dans le Christ, à chaque instant, chaque jour... Il nous aime comme un Père... Nous ne sommes pas orphelins... Nous naissons de Dieu.
Homelies de Kerit.Be

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
etienne lorant

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 4 Jan - 17:25

Un temps pour adorer et pratiquer la miséricorde

Lundi du temps de Noël après l'Épiphanie

Première lettre de saint Jean 3,22-24.4,1-6.
Bien-aimés, quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.
Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé.
Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit.
Bien-aimés, ne vous fiez pas à n’importe quelle inspiration, mais examinez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont répandus dans le monde.
Voici comment vous reconnaîtrez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui proclame que Jésus Christ est venu dans la chair, celui-là est de Dieu.
Tout esprit qui refuse de proclamer Jésus, celui-là n’est pas de Dieu : c’est l’esprit de l’anti-Christ, dont on vous a annoncé la venue et qui, dès maintenant, est déjà dans le monde.
Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous avez vaincu ces gens-là ; car Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde.
Eux, ils sont du monde ; voilà pourquoi ils parlent le langage du monde, et le monde les écoute.
Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas. C’est ainsi que nous reconnaissons l’esprit de la vérité et l’esprit de l’erreur.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 4,12-17.23-25.
En ce temps-là, quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée.
Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali.
C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe :
Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations !
Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée.
À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Jésus parcourait toute la Galilée ; il enseignait dans leurs synagogues, proclamait l’Évangile du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.
Sa renommée se répandit dans toute la Syrie. On lui amena tous ceux qui souffraient, atteints de maladies et de tourments de toutes sortes : possédés, épileptiques, paralysés. Et il les guérit.
De grandes foules le suivirent, venues de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et de l’autre côté du Jourdain.



Cy Aelf, Paris

Jésus n'est pas monté à Jérusalem comme un roi serait monté à Paris pour se faire couronner, mais il est descendu à Capharnaüm, au bord du lac de Galilée.
Voie navigable, le lac sert de pont géographique vers la Décapole, les dix villes païennes aux confins du territoire d’Israël. En s’installant à Capharnaüm, village frontalier, Jésus a choisit de plonger au cœur de la mêlée des des cultures et des valeurs. Pas question pour Jésus de se réclamer du judaïsme. Mais il expose son message sur la place publique, en territoire juif certes, mais au carrefour des nations - un choix de stratège pour un message universel. Et certes, on y vient de partout à sa rencontre.

Nous sommes tous les descendants de ces étrangers au judaïsme qui ont cru dans cette Parole nouvelle, qui existait déjà, mais que l'organisation de la société juive avait enfouie comme on cache un trésor.

Depuis le 8 décembre 2015 et jusqu'au 20 novembre 2016, l’église catholique célèbre un «Jubilé de la Miséricorde". Or, le Jubilé est bien d'origine juive: le jubilé était une année proclamée sainte qui tombait tous les cinquante ans. Pendant cette année, on devait rendre l’égalité à tous les fils d’Israël, offrant de nouvelles opportunités aux familles qui avaient perdu leur propriété, et même la liberté. Aux riches, en revanche, l’année jubilaire rappelait que le temps s’approchait dans lequel les esclaves israéliens, de nouveaux rendus égaux, auraient pu revendiquer leur droit. Mais pour nous, ce Jubilé s'enrichit d'une remise de dettes morales : puissions-nous donc adhérer à la miséricorde du cœur qui nous permet d'échapper à la sanction de nos fautes par le pardon à ceux qui nous ont causé divers malheurs du fait de nos manques d'amour. "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde" !

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meditations et Homelies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 38 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Meditations et Homelies
» Meditations et Homelies
» Paroles et meditations du mercredi 23 mars "«Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur »
» MES HOMELIES EN LIGNE
» MEDITATIONS QUOTIDIENNES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: