La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
zorkine archange france -Marie fatima Pape coeur pere marie Francois michel
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Lun 31 Mar - 6:05

Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe

Apologétique
Auteur : Abbé Jacques Olivier
Date de publication originale : 2005-2007
Difficulté de lecture : ♦♦ Moyen

Remarque particulière : Avec l'aimable autorisation de l'Institut Catholique Argentin pour l'investigation des Miracles. Le fait de 2007, relaté juste après les faits, demande à être confirmé par l'autorité ecclésiastique et par des études scientifiques.


Miracles relatifs au manteau de Notre Dame de Guadalupe

Le premier miracle du manteau de la Vierge Marie a été réalisé par la Mère de Dieu le 12 décembre 1531. La Vierge Marie avait demandé à saint Juan Diego d'aller au sommet du Mont Tepeyac pour y cueillir les fleurs qui s'y trouvaient, afin de les apporter à l'évêque de Mexico qui avait demandé au Ciel un signe pour s'assurer de la véracité de la demande de Marie par l'intermédiaire de son humble messager. La Sainte Vierge demandait en effet que l'on construise une chapelle en son honneur au sommet du mont.


Ainsi, quand Juan Diego se présenta à l'évêque Zumárraga, il ouvrit son poncho et laissa tomber les fleurs qui étaient des roses de Castille. Mais ce qui étonna davantage les témoins fut de les voir disparaître au moment même où ceux-ci les pre­naient des mains de Juan Diego.


En déposant son poncho devant l'évêque, on aperçut dessiné l'image de la Très Sainte et tou­jours Vierge la Mère du vrai Dieu, image qui se conserve toujours aujourd'hui. Le 26 décembre 1531, il y eut une procession au Mont Tepeyac où se réunirent de nombreux indiens chichimèques ; ceux-ci jouaient avec leurs arc et leurs flèches et dansaient selon leurs coutumes. Malheureusement une flèche tirée au hasard transperça la gorge d'un indien qui accompagnait le "Manteau". Il mou­rut à l'instant. C'est devant l'image que l'on retira la flèche et aussitôt on vit se former une cicatri­ce et l'indien ressuscita. A partir de ce moment là, les indiens se convertirent au catholicisme au nombre de 9 millions.


En 1751, Michel Cabrera analysa avec Joseph Ibarra le poncho et ils constatèrent que l'image n'a­vait aucune marque de pinceau.


En 1791, de l'acide muriatique tombé sur le côté droit supérieur avec une proportion de 50 % d'a­cide nitrique et 50 % d'acide chlorhydrique, faisant un trou de 10 cm de diamètre. Trente jours après le tissu était reformé sans que personne n'intervint pour réparer l'accident. Aujourd'hui encore, il reste une marque de la tache et seulement au moyen d'un instrument de précision on peut observer des traces de brûlure.


Au XVIIIe siècle, on fit une copie très semblable de l'original avec le même tissu de maguey (fibres végétales de cactus) : malgré tout, la copie était réduite en poussière quelques quinze années après, tandis que l'original possède déjà près de 500 ans, ce qui est un phénomène inexplicable. Le manteau mesure 1.71 de haut sur 1.05 de large.


Le 14 novembre 1921, le tailleur de pierre Lucien Perez, un anarchiste, dépose un bouquet de fleurs au pied du manteau de Juan Diego, dans lequel il avait mis une charge de dynamite qui détrui­sit tout alentour, mais laissa intacte le poncho ainsi que la vitre qui le protégeait.


En 1929, le photographe Alfonso Marcué Gonzalez découvrit une figure humaine dans l'œil droit de la Vierge. En 1936, l'évêque de Mexico fit analyser trois fibres du manteau (ce qui donnera plus tard le prix Nobel de chimie pour l'année 1938 et 1949). Le Dr. Richard Khun d'origine juive découvrit que la peinture de l'image n'avait aucune origine végétale, minérale ni même animale, ni aucun élément des 111 pigments connus dans le monde. Khun en déduit que la peinture n'est pas d'origine humaine.


En 1956, l'ophtalmologue Torruela Bueno découvre qu'en approchant l'œil pour réaliser un fond d'œil, la pupille se ferme et en en retirant la lumière, la pupille se dilate de nouveau comme s'il s'a­gissait d'un œil humain. En juillet 1956, le Dr. Lavoignet après huit mois d'intense travail découv­re le phénomène optique de la triple image de Purkinge-Samson qui correspond à ce que perçoit l'œil humain, c'est-à-dire les trois réfractions de l'objet vu.


En février 1979, le Dr. José Aste Tonsmann, chef du Centre Scientifique d'IBM à Mexico, décou­vre à son tour, grâce à de puissants ordinateurs des phénomènes inexplicables : dans les pupilles des yeux de la Vierge Marie, qui ont un diamètre de 8 mm., sous forme digitalisée, on peut voir douze personnages qui regardent l'image de la Vierge de Guadalupe. Mais là ne s'arrête pas le côte mer­veilleux de la surprise. En effet, en agrandissant la pupille de l'un des personnages de la scène, c'est-­à-dire de l'évêque Juan de Zumárraga, donc un agrandissement de quelques milliers de fois de ceux de la Vierge, soit 2500 fois plus, on aperçoit alors l'indien Saint Juan Diego montrant le poncho avec l'image de la Vierge de Guadalupe. Ainsi, en un quart de micron qui est la π partie de millionième de millimètre, le Professeur Aste Tonsmann put voir une scène extraordinaire, découverte qui lui ôta le sommeil pendant plusieurs nuits.


Le 7 mai 1979, les scientifiques Jody Brand Smith, professeur d'esthétique et de philosophie et Philipp Serna Callahan, biophysicien de l'Université de Floride et spécialiste en peinture et memb­res tous deux de la NASA, n'ont pas rencontré de peinture dans l'original du poncho. Ils prouvent que ce n'est pas une photographie qui aurait imprimé le tissu.


Ils découvrirent également que le poncho conserve sans aucune explication la température du corps humain oscillant autour de 36,6°-37°.


Puis le 22 décembre 1981, le RP Mario Rojas, découvre à son tour à l'Observatoire "Laplace" de Mexico que les étoiles du manteau correspondent au solstice d'hiver du 12 décembre 1531 à 10 : 26 sur le territoire de Mexico, c'est-à-dire à l'heure où saint Juan Diego déploya son poncho devant l'é­vêque. Les astronomes ont certifié le fait.


Deux anges furent peints par la suite à côte de la Vierge en dehors des rayons mais trente jours après ils disparurent et aujourd'hui, grâce à des outils très spécialisés et sophistiqués, on peut en trouver la trace. On aperçoit également les traces d'une couronne peinte sur le chef de la Vierge. Ces différentes peintures dateraient du XVIIIe siècle.


Une peinture a été appliquée sur l'ange de la partie inférieure, sur l'or des rayons et l'argent du cordon et sur le serpent au-dessous des pieds de la Vierge. Cette peinture est en train de disparaître pour restituer les couleurs originales gravées le 12 décembre 1531.


Si l'on approche à moins de 10 cm. de la toile on ne voit que les fibres du manteau sans aucune couleur.
Les scientifiques de la NASA découvrirent en outre qu'en passant un rayon laser sur la toile mais de façon latérale le rayon passe sans toucher la peinture ni la toile de telle sorte que l'image est suspendue en l'air à trois dixième de millimètres au-dessus du tissu.


Enfin, le gynécologue, en posant son stéthoscope sur la ceinture de la Sainte Vierge Marie qui est enceinte, entendit le bruit des battements du cœur et constata qu'ils s'élevaient à 115-120 pulsations à la minute ce qui correspond aux battements cardiaques du cœur de l'Enfant Jésus, tout comme ceux d'un foetus dans le sein de sa mère.


Le 24 avril 2007, à la fin de la messe offerte pour les enfants avortés non nés, l’assistance de la Basilique se demandait ce qu’attendait d’elle la Très Sainte Vierge de Guadalupe : le conseil municipal de Mexico venait de légaliser l’avortement à la demande jusque là interdit. Tandis que beaucoup de fidèles prenaient des photographies de l’ayate de Tepeyac, exposé et vénéré dans le Basilique et au pied duquel la foule des pèlerins défile sur un tapis roulant, l’image de la Vierge a commencé à s’effacer, pour donner place à une lumière intense qui émanait de son ventre, constituant un halo brillant ayant la forme d’un embryon. Avec un cadrage et un grossissement important il est possible d’apprécier la position de la lumière qui provient réellement du ventre de l’image de la Sainte Vierge et n’est ni un reflet, ni un artéfact.

L’ingénieur Luis Girault qui a étudié l’image ainsi réalisée a confirmé l’authenticité du négatif et a pu préciser qu’il n’avait été ni modifié ni altéré, par superposition d’un autre image par exemple. Il a découvert que l’image ne provient d’aucun reflet, mais sort littéralement de l’intérieur de l’image de la Vierge. La lumière produite est très blanche, pure et intense, différente des lueurs photographiques habituelles produites par les flashes. Cette lumière est entourée d’un halo et paraît flotter à l’intérieur de l’abdomen de la Vierge. Ce halo possède la forme et les mesures d’un embryon. En effet si on examine plus précisément encore cette image en la faisant tourner dans un plan sagittal, on distingue à l’intérieur du halo certaines zones d’ombre qui ont les caractéristiques d’un embryon humain dans le sein maternel.

http://www.salve-regina.com/salve/Les_miracles_de_Notre-Dame_de_Guadalupe

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Lun 31 Mar - 6:15

Patrick Sbalchiero est docteur en histoire. Enseignant à l'École cathédrale de Paris et à l'université, il dirige la revue Mélanges carmélitains; il est l'auteur d'"Enquête parmi les voyants" (Éditions de Paris, 2007) et de "Jean Paul II et les canonisations" (Fayard, 2007). Il a dirigé les publications du "Dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétiens" (Fayard, 2002) et du "Dictionnaire des "apparitions" de la Vierge Marie", avec René Laurentin (Fayard, 2007), "Enquête aux portes de la mort : Le point sur les expériences de mort imminente" (CLD, 2008).


Notre-Dame de Guadalupe : canular, supercherie ou miracle ?1/2


Publié par Patrick Sbalchiero sur CultureMag.fr le 13/09/2009 • Thème : Croyances et paranormal, Culture : cultivez votre intellect !

/>
Le vêtement ou « manteau de saint Juan Diego, voyant de la Vierge Marie à Guadalupe, reste une énigme parmi les plus extraordinaires de l’histoire.

En décembre 1531, sur une colline de Mexico, un indien, fraîchement converti au christianisme, affirme voir la Vierge à plusieurs reprises. Ces apparitions vont devenir le socle sera édifié la dévotion mariale en Amérique latine. Un premier sanctuaire sort de terre dès 1533. Le premier récit des apparitions est le Nican Mopuhua, écrit en hahuatl, la langue des Aztèques. Le sanctuaire de Guadalupe est le plus grand pèlerinage catholique du monde : environ 16 à 17 millions de pèlerins s’y rendent chaque année. Le pape Jean-Paul II a élevé Juan Diego sur les autels.

Pourquoi cet engouement ? Un fait a rendu ce lieu unique. Le 11 décembre 1531, Juan Diego se rend sur la colline des apparitions. Soudain, une « belle Dame » lui demande en dialecte indien de grimper au sommet et là, lui dit-elle, il cueillera des roses qu’il apportera, comme preuve de ses interventions, à l’évêque diocésain, Mgr de Zumarraga, circonspect en cette affaire. Juan s’exécute. Il cache ces fleurs, trouvées en plein hiver, à l’intérieur de son manteau. L’évêque accepte de le recevoir. Juan raconte sa vision puis déplie son manteau, laissant tomber les roses à terre, dévoilant sur la surface du vêtement un dessin de la Vierge. L’évêque et Juan tombent à genoux.

Comme nous allons le voir, cette « image » de Marie, de par sa nature et les éléments incroyables qu’elle renferme, n’a cessé de surprendre fidèles et chercheurs. Avec le Linceul de Turin, elle constitue une « relique » absolument exceptionnelle.

Pourtant, sur le plan naturel, le manteau de Juan Diego n’a rien d’extraordinaire. Ce manteau (ou « tilma »), support du prodige, n’est, en soi, ni rare ni spécifique. C’est une pièce d’agave formant une cape sans manches que l’on avait l’habitude de nouer sur l’épaule droite. Le tissu d’agave est connu par sa faible résistance à l’usure. Le « tilma » est un vêtement commun au XVIe siècle parmi les populations amérindiennes d’Amérique centrale. C’est un moyen peu coûteux de se protéger des rudesses de l’hiver. Les conquistadores espagnols rechignent à porter un tel habit « populaire ».

C’est au XXe siècle qu’eurent lieu les découvertes les plus incroyables


Depuis le 11 décembre 1531, une image d’une jeune femme, aux traits palestiniens, reste comme peinte ou imprimée sur le tissue du « tilma ». Ses dimensions sont les suivantes : 143×55 cm. Depuis 477 ans, la figure mystérieuse n’a pas changé. Les enquêtes scientifiques ont été menées de façon progressive.

Un premier fait troublant est découvert au XVIIIe siècle par le peintre espagnol Miguel Cabrera (+ 1768) : le tracé de l’image et toutes les couleurs sont perceptibles aussi bien à l’endroit que sur le revers du manteau. Mais c’est au XXe siècle qu’eurent lieu les découvertes les plus incroyables. On s’est d’abord rendu compte que la surface de l’image est lisse et unie. Aucun coup de pinceau n’a pu être repéré, contrairement aux observations faites sur n’importe quelle toile habituelle (huile ou aquarelle). Le tissu aurait servi en quelque sorte de pellicule photographique !
En 1936, Richard Kuhn, futur prix Nobel de chimie, révèle que les colorants utilisés ne sont d’aucune origine connue.
En 1979 et 1981, Philip Serna Callahan et Jody Brant, experts à la NASA, prennent une centaine de clichés de l’image mystérieuse en utilisant des éclairages ultraviolets et infrarouges. Ce qu’ils découvrent est unique à leurs yeux : il n’existe aucun dessin préparatoire et, après plus de quatre siècles et demi, aucune craquelure n’est décelable sur la surface de l’image ! Or, indiquent-ils, le « tilma » a longtemps été exposée à la vénération des fidèles sans protection particulière. Or, un seul cierge produit une luminosité proche de 600 microwatts.

Selon les lois naturelles, cela devrait faire un bout de temps que l’image de Juan Diego devrait avoir disparue ! (à suivre…)


Notre-Dame de Guadalupe : canular, supercherie ou miracle ?2/2

Publié par Patrick Sbalchiero sur CultureMag.fr le 29/09/2009 • Thème : Croyances et paranormal, Culture : cultivez votre intellect !

/>
Selon les lois naturelles, cela devrait faire un bout de temps que l’image de Juan Diego devrait avoir disparue ! Ils ajoutent ces faits troublants : le bleu et le rose sont inconnus dans l’histoire de la peinture et les couleurs des mains et du visage de Marie changent en fonction de la distance qui nous en sépare. Ces résultats ont été confirmés par Donald J. Lynn, auteur d’une enquête de spectrophotométrie sur l’image.

D’autres découvertes ont provoqué un étonnement compréhensible. On s’est aperçu que les broderies du « tilma » n’épousent jamais les plis de l’étoffe, comme si un couturier invisible avait décidé de ne pas tenir compte de la matérialité de son support. Ensuite, on a observé que des « étoiles », dispersées de chaque côté du corps de la « Vierge », occupaient une position extrêmement précise : leur emplacement rendait compte de la position précise des constellations célestes, observées à Mexico, au matin du 11 décembre 1531 ! Mais ce sont les yeux de la Vierge qui ont retenu toute l’attention des chercheurs depuis un demi-siècle.

La « tridimensionnalité » de l’image est pleinement respectée, comme toutes les lois de l’optique

Là encore, la presse européenne n’a guère parlé de ces prodiges.

En 1951, Charles Salinas Chavez, dessinateur professionnel, remarque un « homme portant une barbe » dans chaque œil de la « Vierge ». Entre juillet 1956 et mai 1958, le Docteur Rafael Torija Lavoignet fait une observation bouleversante : le phénomène optique de Purkinje-Sanson, découvert dans les années 1880, est entièrement respecté. Comment un faussaire du début du XVIe siècle aurait-il pu intégrer une telle loi, relatée par la science seulement trois siècles et demie plus tard ?

Dans l’œil, on voit un « homme barbu » (Juan Diego) situé à une quarantaine de centimètres du sujet (la Vierge Marie en l’occurrence) regardant la scène, dans la même pièce, parfaitement localisée dans la cornée de l’œil qui fait ainsi office de miroir convexe : on observe dans l’œil de la Vierge ce qu’elle a vu devant elle à l’instant où Juan a ouvert son manteau ! Courbure et profondeur de champ sont parfaites. La « tridimensionnalité » de l’image est pleinement respectée, comme toutes les lois de l’optique.

Enfin, en 1991, on s’est aperçu d’un phénomène encore inconnu : le bord des paupières de Marie présentent des signes de microcirculation artérielle ! Cette image est inchangée depuis 450 ans.


Le 14 novembre 1921, une bombe, placée dans un bouquet de fleurs non loin du « tilma », provoquait d’effrayants dégâts. De façon inexpliquée, l’image fut complètement épargnée !


http://www.culturemag.fr/2009/07/29/les-stigmates-existent-ils-encore-22/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Lun 31 Mar - 6:34


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Dim 13 Déc - 18:32

Hier matin vers 10h, en arrivant sur l'Esplanade de ND de Paris. une immense file attendait, dans le froid et la grisaille, que les portes s'ouvrent...

ils attendaient la Messe de midi, en l'Honneur de Notre-Dame de Guadalupe, comme elle est celebree tous les 12 decembre,

ils sont de plus en plus nombreux a assister a cette messe...

ALLELUIA !!!





VIDEO Mise en ligne le 15 déc. 2011

Des milliers de fidèles ont célébré à Paris le 12 Décembre 2011 le 480ème anniversaire de l'apparition de la Vierge de Guadalupe.
La cathédrale Notre Dame de Paris était pleine et l'émotion était grande.
Monseigneur Patrick Jacquin, recteur de la cathédrale, a présidé la messe en l'honneur de cette Vierge universellement reconnue. Il était accompagné d'une dizaine de prêtres dont le père Rubén Corona, Gabriel Mendoza et César Terrones.
La cathédrale, chef d'œuvre d'Art Gothique, construite entre 1163 et 1250, a reçu avec fierté tous ces pèlerins qui assistaient avec ferveur à l'hommage rendu à la « Mère » des mexicains.
En 2002, le Pape Jean Paul II avait canonisé Juan Diego, protagoniste des apparitions de la Vierge au Mont de Tepeyac situé à Mexico.
Ce 12 décembre, de nombreux pèlerins venus du Monde entier franchissent les portails de la Cathédrale Notre Dame de Paris pour rendre hommage à « nuestra señora de Guadalupe ».
Le Mariachi El Sol entonna les chansons traditionnelles mexicaines qui raisonnaient dans ce lieu saint.
Et puis, les fidèles se rendirent à la Chapelle latérale gauche située dans l'enceinte de la Cathédrale pour contempler la mosaïque de la Vierge de Guadalupe offerte par les mexicains en 1950.
Plus à droite, dans la salle des trésors, se trouve la couronne originale de la vierge que le sacristain Jairo Tobon protège avec dévotion.
La messe en l'honneur de Notre Dame de Guadalupe est devenue incontournable pour les catholiques du monde entier.
Laissons les images parler.
Christian Beltrame
https://www.youtube.com/watch?v=JST03mGhZ8M

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Dim 13 Déc - 18:39


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Dim 13 Déc - 18:44


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7760
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   Dim 13 Déc - 18:45


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les miracles de Notre-Dame de Guadalupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fêtes de Notre Dame de Guadalupe
» Prières à Notre Dame de Guadalupe
» Neuvaine à Notre Dame de Guadalupe
» 12 décembre Notre Dame de Guadalupe
» Prions,Notre-Dame de Guadalupe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: Intercessions-
Sauter vers: