La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
zanotti saint miracle chant misericorde histoire coeur humour sujets film liens gender avortement gloire nouvelles soir prières france sante paroles pape jour Careme tweet haine chretiens
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Qui est Marie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marthe



Messages : 3386
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Qui est Marie ?   Mar 29 Avr - 7:09

http://www.mariedenazareth.com/

Pour comprendre Marie, l'Eglise cherche à regarder la manière dont Dieu la regarde. Elle est d'une certaine manière "le Secret du Roi", au coeur même de la Trinité, en étant absolument la seule de toutes les créatures à être à la fois Fille du Père, Mère du Fils et "Epouse" de l'Esprit Saint et à pouvoir vivre ainsi les trois amours les plus forts (filiation / paternité-maternité / mariage) en plénitude avec Dieu Lui-même.

Marie est la Nouvelle Eve qui a partagé la vie et l'oeuvre rédemptrice du Nouvel Adam d'une manière absolument unique (conception virginale en son sein pendant neuf mois; enfance et vie cachée pendant trente années; communion permanente lors de sa vie publique; communion parfaite après l'Ascension). Elle a passé à elle seule plus de temps avec Jésus que toutes les autres créatures réunies.

Mère du Christ qui est la Tête de l'Eglise, elle est aussi Mère de son Corps qui est l'Eglise avec une vocation maternelle unique auprès de tous les hommes. Dieu a répondu au "fiat" parfait qu'a été toute sa vie en lui donnant une gloire unique, qui dépasse celle de toute autre créature : Reine du Ciel et de la Terre, elle est avant tout Mère de Dieu et Mère des hommes. Dieu veut que nous allions à Lui par elle, comme il est venu à nous par elle. Il est très difficile de parler de Marie sans diminuer son éclat et sa grandeur. Voilà pourquoi l'Hymne Acathiste chante :

Réjouis-toi, Montagne dont la hauteur dépasse la pensée des hommes;

Réjouis-toi, Abîme à la profondeur insondable, même aux Anges;

Réjouis-toi, tu conduis les philosophes aux limites de leur sagesse;

Réjouis-toi, tu mènes les savants aux frontières du raisonnement;

Réjouis-toi devant qui les esprits subtils deviennent hésitants;

Réjouis-toi devant qui les littérateurs perdent leurs mots ...
________________
- See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/doctrine#sthash.zgWPuK57.dpuf

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Marthe



Messages : 3386
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Marthe Robin : la douloureuse Passion du Sauveur I.La Vierge Marie et L’Eucharistie   Mar 29 Avr - 18:04

Marie médiatrice Chateauneuf de Galaure
 
Oh ! Le Saint Sacrement ! L'Eucharistie ! Que de merveilles n'opérait-il pas chaque fois dans l'âme très sainte et immaculée de l'auguste Vierge Marie, notre mère bien-aimée, et dans son être tout entier si magnifiquement divinisé dans l'amour...
 
Quand elle recevait le Pain consacré, elle le considérait avec une foi parfaite : ses yeux de chair ne voyaient qu'une apparence de pain, mais son regard intérieur, éclairé par la lumière divine, dépassait les apparences et, pénétrant la substance réelle, découvrait le Fils de Dieu caché dans les voiles de l'Hostie...
 
Elle l'adorait maintenant sous la forme d'un peu de pain, comme jadis sous la forme d'un petit enfant vagissant et frêle, comme elle l'avait adoré pendant tout son ministère public, et dans le divin crucifié du Calvaire.
 
Pauvre Mère ! C'était toute la Passion de son Jésus, qui, en ces moments, repassait devant elle ! Et c'est ce qu'elle a toujours vu jusqu'à la fin de sa vie en ce monde ! Si elle pouvait supporter ce spectacle horrible avec sérénité, c'est parce qu'elle savait que sa mission sur la terre était terminée ; qu'il avait donné tout ce que l'amour infini d'un Dieu pouvait donner et que, grâce à lui, à son sacrifice, tous les pauvres humains dont elle est la Mère étaient sauvés ! Tous ? Hélas non ! Car je vois souvent ses yeux se porter au loin avec une expression de douleur indéfinissable et des larmes brûlantes couler sur son visage.
 
L'arche d'Alliance était faite de bois précieux lamé d'or. Pourtant elle ne contenait que les tables de la loi et un peu de manne. Combien plus riche et plus précieux était le tabernacle de la loi nouvelle, Marie, l'immaculée Mère de Jésus et notre Mère à nous. Dieu la fit sans tache, pour recevoir la Pureté vivante et essentielle !



Marthe Robin,
La douloureuse Passion du Sauveur I.
Préparation de la Pâque, éditions Foyer de Charité, 2008, p. 117-118.

- See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/la-vierge-marie-et-leucharistie-marthe-robin#sthash.r7SWkVCp.dpuf

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin


Messages : 7346
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Qui est Marie ?   Mer 30 Avr - 3:50

Salutation à Marie
(date inconnue)



Salut, Marie,
notre Dame et notre Reine sainte,
sainte mère de Dieu.
Tu es la Vierge devenue Église.
Et le Père céleste très saint
t'a choisie et consacrée
avec son Fils très saint et bien-aimé
et le Saint Esprit Paraclet.

En toi fut et demeure pleinement
tout don de Dieu et tout bien.

Salut, palais de Dieu !
Salut, tente de Dieu !
Salut, maison de Dieu !
Salut, vêtement de Dieu !
Salut, servante de Dieu !
Salut, mère de Dieu !

Et salut à vous tous, saints dons de Dieu !
Par la force et la lumière du Saint Esprit
vous habitez dans le cœur des fidèles.
Ainsi vous nous faites devenir fidèles à Dieu,
nous qui ne sommes pas fidèles.

Traduction: François de Ruijte, OFM
le 31 juillet 2001.




François d'Assise
Salutation à Marie


Texte

1 Je te salue, Marie,
sainte Dame,
sainte Reine,
Mère de Dieu,

2 Par le choix du très saint Père céleste
(1e) tu es devenue la Vierge Église
qu'il a consacrée
avec son très saint Fils bien-aimé
et le Saint-Esprit, le Paraclet.

3 En toi étaient et sont toute plénitude de grâce et tout bien.

4 Je te salue, palais de Dieu.
Je te salue, tente de Dieu.
Je te salue, maison de Dieu.

5 Je te salue, vêtement de Dieu.
Je te salue, servante de Dieu.
Je te salue, Mère de Dieu.

[Vertus, moyens de conversion]

6 Et je vous salue,
vous toutes les saintes Vertus.
Vous êtes répandues dans les cœurs des fidèles
par la grâce et l’illumination de l’Esprit Saint.
pour rendre les incroyants
croyants en Dieu.


Commentaire

1. Relations

À l’arrière-plan de cette salutation mariale se trouve l’Incarnation, par laquelle Marie est si étroitement liée à son Fils et à toute la Trinité.

Marie a aussi une relation spéciale à l’Église.

Au 4e siècle, l'évêque de Milan, saint Ambroise (374-397, fête liturgique le 7 décembre), écrit que Marie est un type ou modèle de l'Église (Expositio Lucae 2,7: PL 15, 1555).

Depuis, d'autres théologiens l'ont suivi sur ce point.

Ensuite, on continue de donner d’autres titres nouveaux à Marie: «tabernaculum» (tente, verset 4b) et «domus Dei» (maison de Dieu, verset 4c) chez saint Anselme, archévêque de Cantorbéry et Docteur de l’Église (1033-1109) (PL 158, 1040 et 1047) dans la seconde moitié du 11e siècle; et, dans la première moitié du 12e siècle, «palatium» (palais, verset 4a) chez Pierre le Vénérable (= Pierre de Montboissier, 1092-1157, abbé de Cluny à partir de 1122) (PL 198, 976). Et ainsi nous pouvons continuer. Enfin, au 20e siècle, le pape Paul VI (1963-1978) a ajouté le titre «Marie, Mère de l'Église». Saint François d'Assise (1182-1226) les a dépassés tous de beaucoup. Au premier quart du 13e siècle, il déclare avec audace que Marie est la Vierge Église (Maria, quae es virgo ecclesia facta et electa a Patre, verset 2ab/1e). Cette expression est beaucoup plus forte et profonde que «Marie, Mère de l'Église». Saint François est vraiment unique sur ce point.

François a quelques autres expressions surprenantes.
Marie est l'épouse du Saint-Esprit (sponsa Spiritus Sancti, Antienne du Psautier de François, verset 2c). François dit aussi: L'esprit du Seigneur, habitant dans ses fidèles, c'est lui qui reçoit le très saint Corps et le Sang du Seigneur (Spiritus Domini, qui habitat in fidelibus suis, ille est qui recipit sanctissimum corpus et sanguinem Domini, Admonition 1,12). Les théologiens ont ignoré jusqu'ici le théologien dans le Petit Pauvre d'Assise.

2. Observations sur le texte

Le titre original Salutatio beatae Mariae Virginis finit par un génitif en -is, mais c’est le datif ein –i (Virgini) qui est la vraie signification des salutations DE François s'adressant À Marie, comme l'exprime notre traduction.

J’ai voulu exprimer visiblement la triple structure de ces salutations mariales de François: outre la mention des trois Personnes trinitaires nous y trouvons plusieurs autres groupes de trois. Ainsi,

trois titres de Marie (verset 1bcd)
trois verbes (verset 2abc : facta et electa, consecravit)
trois Personnes divines (verset 2ade)
trois salutations (deux fois : versets 4 et 5)
trois fois le même mot : (verset 6cef: in corda fidelium, de fidelibus fideles Deo)

C’est un total de 6 groupes de trois.

3. Interprétation

J'interprète «Virgo Ecclesia» (la Vierge Église) comme la Vierge Marie étant la demeure de Dieu, la présence de la Trinité sur terre. «Ecclesia» (Église) est comme «Palais» du verset 4a et «Tente» du verset 4b.

Le mot «Tabernaculum» ne doit pas se traduire par «tabernacle», car cela fait penser à la sainte réserve eucharistique. Et il ne s'agit pas dans cette prière de l'Eucharistie mais de l'Incarnation. «Tabernaculum» réfère à la Tente dans laquelle Dieu accompagnait le peuple élu dans le désert durant 40 années jusqu'à ce que la Tente fut remplacée par le Temple de Jérusalem (Palais).

Le mot «eius» (son) des versets 4 et 5 peut très bien se traduire par «de Dieu» (Dei) ou «de la Trinité» (Trinitatis).

Le «omnis plenitudo gratiae» (toute plénitude de grâce) peut être considéré comme le Saint-Esprit et le «omne bonum» (tout bien) comme Dieu le Père. Marie porte en elle aussi l'embnryon Jésus. Mais à lui ne s'applique pas le «fuit» (était) -- sauf pour la pensée éternelle du Père -- car Jésus a été conçu dans le temps: «Et Verbum caro factum est» (Jean 1,14). Et ainsi il a pour toujours changé l'histoire de l'humanité.

Ce n'est pas toute la Trinité qui fut incarnée, mais seulement «le Verbe a pris chair» (Jean 1,14). Par contre, le Père y fut présent car il a voulu et causé l’Incarnation, avec le consentement de son Fils éternel. Le Pèe a agi par l'Esprit Saint, qui peut être considéré comme l'époux de la Vierge Marie au sens spirituel (voir l'antienne du Psautier de François, verset 2c).

Traduction et commentaire: François de Ruijte, 2005 novembre 25 – décembre 27. (11 déc.: 3e partie du commentairee).

http://www.paxetbonum.net/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Marthe



Messages : 3386
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Marie médiatrice Chateauneuf de Galaure   Ven 2 Mai - 18:32



Marie médiatrice Chateauneuf de Galaure

« La maternité divine a revêtu la Sainte Vierge d'une grandeur qui ne peut avoir d'égal ni sur la terre, ni dans le ciel. Elle la place au-dessus de tout ce qui n'est pas Dieu. Elle lui donne, par participation, la puissance que Dieu a par nature, et on peut dire qu'il ne se passe rien au ciel et sur la terre sans qu'elle n'intervienne. La maternité divine a donné à la Sainte Vierge dans ses rapports avec nous, la tendresse bienfaisante d'une Mère, l'autorité incomparable d'une Reine. Marie, Mère de Dieu, Reine d'amour participe à la Médiation du Christ et à toutes les grâces que le Christ nous a acquises, elle a mérité de devenir la distributrice.

C'est elle qui distribue tous les dons, toutes les vertus, toutes les grâces à qui elle veut, quand elle veut, de la manière et dans la mesure qu'elle veut. »

(Marthe Robin, 3 février 1930)[1]
________________________________________
[1] Père Manteau Bonamy, Prier 15 jours avec Marthe Robin, Nouvelle Cité, Montrouge, 1999, p. 62-63

- See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/marie-participe-de-la-mediation-du-christ-marthe-robin#sthash.ALnwHtSO.dpuf

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin


Messages : 7346
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Qui est Marie ?   Ven 23 Mai - 15:50


Mai : le mois de la Vierge Marie

« Le mois de mai nous encourage à penser et à parler de façon particulière à la Vierge Marie. En effet, le mois de mai est son mois. Ainsi, la période de l’année liturgique (le temps pascal), et le mois présent appellent et invitent nos cœurs à s’ouvrir d’une façon toute particulière à Marie ». (Jean Paul II, Audience générale, 2 mai 1979)


Temps liturgique 4 mai 2014

print
email
facebook
twitter
ePub
kindle

Opus Dei - Mai : le mois de la Vierge Marie

Nous vous proposons ici une petite sélection de textes de saint Josémaria sur la Vierge Marie.

Les hommes aiment tellement qu'on leur rappelle leur parenté avec des personnages célèbres de la littérature, de la politique, de l'armée, de l'Eglise !...

Chante cette hymne aux pieds de la Vierge immaculée :

Je vous salue Marie, fille de Dieu le Père ; je vous salue Marie, mère de Dieu le Fils ; je vous salue Marie, épouse de Dieu le Saint-Esprit... Dieu seul est au-dessus de vous !

Chemin, 496

C'est de manière spontanée, naturelle, que naît en nous le désir de vivre dans l'intimité de la Mère de Dieu, qui est aussi notre Mère ; d'avoir avec elle les rapports que nous aurions avec une personne vivante. En effet, la mort n'a pas eu raison de Celle qui, au contraire, se trouve, corps et âme, aux côtes de Dieu le Père, de son Fils, du Saint-Esprit.

Pour comprendre le rôle que joue Marie dans la vie chrétienne, pour nous sentir attirés vers elle, pour rechercher, dans un élan filial, son aimable compagnie, il n'est pas besoin de grandes démonstrations, bien que le mystère de la Maternité divine soit tellement riche que jamais nous n'en considérerons suffisamment le contenu.

La foi catholique a su reconnaître en Marie un signe privilégié de l'amour de Dieu. Dieu nous appelle désormais ses amis ; sa grâce opère en nous ; elle nous régénère en nous délivrant du péché ; elle nous donne la force de pouvoir refléter d'une certaine manière le visage du Christ, au sein même des faiblesses inhérentes à tout être encore pétri de poussière et de misère. Nous ne sommes pas des naufragés auxquels Dieu a promis le salut, car ce salut agit déjà en nous. Nos relations personnelles avec Dieu ne sont pas celles d'un aveugle avide de lumière, qui gémit dans les affres de l'obscurité, mais celles d'un fils qui se sait aimé de son Père.

Notre Dame des Champs et des Vignes, en Savoie (près de Myans)Notre Dame des Champs et des Vignes, en Savoie (près de Myans)

C'est de cette affection, de cette confiance, de cette sécurité, que nous parle Marie. Voilà pourquoi son nom touche notre cœur. Les rapports de chacun de nous avec sa propre mère peuvent nous servir d'exemple et de modèle pour nos rapports avec la Dame “ au Doux Nom , Marie. Nous devons aimer Dieu avec le cœur avec lequel nous aimons nos parents, nos frères et sœurs, les autres membres de notre famille, nos amis et amies ; car nous n'en avons pas d'autre. C'est donc avec ce même cœur, que nous fréquenterons Marie.

Comment se conduit normalement un fils ou une fille avec sa mère ? De mille façons, mais toujours avec affection et confiance ; une affection qui revêtira dans chaque cas des formes précises, nées de la vie même, jamais figées dans la froideur. Ce seront, au contraire, des coutumes familiales pleines de chaleur, de petites attentions quotidiennes, de celles que l'enfant se doit d'avoir à l'égard de sa mère, et qui manquent à celle-ci si d'aventure il les oublie : un baiser, une caresse en sortant ou en rentrant à la maison, un petit cadeau, quelques mots affectueux.

Dans nos relations avec notre Mère du Ciel, se retrouvent aussi ces gestes de piété filiale qui expriment notre attitude habituelle envers elle. Bien des chrétiens adoptent l'ancienne coutume du scapulaire, ou bien ils ont pris l'habitude de saluer "point n'est besoin de mots, une pensée suffit" les images de Marie qui se trouvent dans tout foyer chrétien ou qui ornent les rues de bien des villes ; ou encore ils récitent la merveilleuse prière qu'est le rosaire, où l'âme ne se lasse point de redire toujours les mêmes choses, pas plus que ne s'en lassent les amoureux quand ils s'aiment, où elle apprend à revivre les moments dominants de la vie du Seigneur ; ou bien, enfin, ils s'habituent à consacrer à Notre Dame un jour de la semaine, justement celui où nous sommes réunis, le samedi, en lui offrant une petite attention et en méditant plus particulièrement sur sa maternité.

Il existe bien d'autres dévotions mariales qu'il n'est pas nécessaire de rappeler ici maintenant. Elles n'ont pas besoin d'être toutes incorporées à la vie de chaque chrétien, croître en vie surnaturelle est bien différent d'accumuler purement et simplement des dévotions, mais je dois affirmer en même temps que celui qui n'en vit pas au moins quelques-unes, celui qui ne manifeste pas d'une manière ou d'une autre son amour à Marie, ne possède pas la plénitude de la foi.

Ceux qui trouvent démodées les dévotions envers la Très Sainte Vierge, manifestent qu'ils ont perdu de vue le sens profondément chrétien qu'elles contiennent et qu'ils ont oublié la source dont ils procèdent : la foi en la volonté salvatrice de Dieu le Père, l'amour envers Dieu le Fils, qui s'est réellement fait homme et est né d'une femme, la confiance en Dieu le Saint-Esprit, qui nous sanctifie par sa grâce. C'est Dieu qui nous a donné Marie, et nous n'avons pas le droit de la repousser ; nous devons au contraire recourir à elle avec l'amour et la joie des enfants.

Quand le Christ passe, 142

Marie, la très sainte Mère de Dieu, passe inaperçue, comme une femme parmi les autres femmes de son village. Apprends d'Elle à vivre avec « naturel ».

Chemin, 499

http://www.opusdei.fr/fr-fr/article/mai-le-mois-de-la-vierge-marie/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7346
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Qui est Marie ?   Ven 2 Jan - 15:12

Jésus ne se comprend sans sa mère

Cité du Vatican, 1 janvier 2015 (VIS). En la solennité de Marie, Mère de Dieu, le Pape a célébré la traditionnelle messe pour la paix en la Basilique vaticane. Voici l'homélie prononcée pour cette XLVIII Journée mondiale de la paix:

"Les paroles par lesquelles Elisabeth prononça sa bénédiction sur la Vierge Marie nous reviennent aujourd?hui à l?esprit: Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D?où m?est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu?à moi? Cette bénédiction est en continuité avec la bénédiction sacerdotale que Dieu avait suggérée à Moïse pour qu?il la transmette à Aaron et à tout le peuple: Que le Seigneur te bénisse et te garde! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu?il te prenne en grâce! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu?il t?apporte la paix! En célébrant la solennité de la Sainte Mère de Dieu, l?Eglise rappelle que Marie est la première destinataire de cette bénédiction. En Elle, celle-ci trouve son accomplissement car aucune créature n'a vu briller sur elle le visage de Dieu comme Marie, qui a donné un visage humain au Verbe éternel, de sorte que tous puissent le contempler. Outre la contemplation de Dieu, nous pouvons aussi le louer et le glorifier comme les bergers, qui sont repartis de Bethléem avec un chant d'action de grâces après avoir vu l'Enfant et sa jeune maman. Ils étaient ensemble, comme ils ont été ensemble au Calvaire, parce que le Christ et sa Mère sont inséparables. Il existe a entre eux une relation très étroite, comme entre tout fils et sa mère. La chair du Christ, le pivot de notre salut selon Tertullien, a été tissée dans le sein de Marie. Cette inséparabilité est signifiée aussi par le fait que Marie, choisie pour être la Mère du Rédempteur, en a partagé intimement toute la mission en restant auprès de son fils, jusqu'à la fin, sur le calvaire. Marie est ainsi unie à Jésus parce qu'elle a reçu de lui la connaissance du coeur, la connaissance de la foi, nourrie de l'expérience maternelle et du lien intime avec son Fils. La Vierge sainte est la femme de foi, qui a fait place à Dieu dans son coeur, dans ses projets. Elle est la croyante capable de recevoir dans le don du Fils l'avènement de cette plénitude des temps dans laquelle Dieu, en choisissant l?humble voie de l?existence humaine, est entré personnellement dans le sillon de l?histoire du salut. C?est pourquoi on ne peut pas comprendre Jésus sans sa Mère.

De même, le Christ et l'Eglise sont inséparables, parce que l'Eglise et Marie vont toujours ensemble et cela est justement le mystère de la femme dans la communauté ecclésiale, et on ne peut pas comprendre le salut opéré par Jésus sans prendre en compte la maternité de l'Eglise. Séparer Jésus de l'Eglise serait vouloir introduire une dichotomie absurde, comme l'a écrit Paul VI. Il n'est pas possible d'aimer le Christ mais sans l'Eglise, écouter le Christ mais non l'Eglise, être au Christ mais en dehors de l?Eglise. C?est en effet l?Eglise, la grande famille de Dieu, qui nous apporte le Christ. Notre foi n?est pas une doctrine abstraite ni une philosophie, mais elle est la relation vitale et pleine avec une personne: Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu fait homme, mort et ressuscité pour nous sauver, et vivant au milieu de nous. Où pouvons-nous le rencontrer? Nous le rencontrons dans l'Eglise, dans notre sainte Mère l'Eglise hiérarchique. C'est l'Eglise qui dit aujourd'hui Voici l'Agneau de Dieu. C'est l'Eglise qui l'annonce et c'est en elle que Jésus continue à accomplir ses gestes de grâce que sont les sacrements. Cette action et mission de l?Eglise exprime sa maternité. Elle est en effet comme une mère qui garde Jésus avec tendresse et le donne à tous avec joie et générosité. Aucune manifestation du Christ, pas même la plus mystique, ne peut jamais être séparée de la chair et du sang de l?Eglise, du réalisme historique du Corps du Christ. Sans l?Eglise, Jésus-Christ finit par se réduire à une idée, à une morale, à un sentiment. Sans l'Église, notre rapport avec le Christ serait à la merci de notre imagination, de nos interprétations, de nos humeurs. Le Christ est la bénédiction pour tout homme et pour l'humanité entière. L'Eglise, en nous donnant Jésus, nous offre la plénitude de la bénédiction du Seigneur. C'est précisément cela la mission du peuple de Dieu, d'irradier sur tous les peuples la bénédiction de Dieu incarnée en Jésus. Et Marie, la première et parfaite disciple de Jésus, la première et parfaite croyante, modèle de l?Eglise en chemin, est celle qui ouvre cette route de maternité de l?Eglise et en soutient toujours la mission maternelle adressée à tous les hommes. Son témoignage discret et maternel marche avec l?Eglise depuis les origines. Elle, la Mère de Dieu, elle est aussi la Mère de l?Eglise et, par l?Eglise, elle est la Mère de tous les hommes et de tous les peuples. Que cette Mère douce et prévenante nous obtienne la bénédiction du Seigneur pour toute la famille humaine. Spécialement aujourd?hui, Journée Mondiale de la paix, demandons son intercession pour que le Seigneur donne la paix à notre temps, la paix dans les c?urs, la paix dans les familles comme entre les peuples.

Cette année, le message pour la Journée de la paix, Non plus esclaves, mais frères, nous appelle tous appelés à être libres, tous à être fils et, chacun selon ses responsabilités, à lutter contre les formes modernes d'esclavage. Venant de tout peuple, culture et religion, unissons nos forces. Que celui qui pour nous rendre tous frères s?est fait notre serviteur, nous guide et nous soutienne. Tournons-nous vers Marie, contemplons la Mère de Dieu. Et saluons-la ensemble, comme l?a fait ce courageux peuple d?Ephèse, qui criait devant ses pasteurs quand ils entraient dans l?église, disant: Sainte Mère de Dieu! Quel beau salut pour notre mère? Une histoire dit, je ne sais pas si elle est vraie, que certains, parmi ces gens, avaient des bâtons en main, peut-être pour faire comprendre aux évêques ce qui leur serait arrivé s?ils n?avaient pas eu le courage de proclamer Marie Mère de Dieu. Je vous invite tous, sans bâtons, à vous lever et à la saluer par trois fois, debout, avec ce salut de la primitive Eglise: Sainte Mère de Dieu!".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui est Marie ?   Aujourd'hui à 20:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui est Marie ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prophétie de Marie-Anne de Jésus Torres
» Promesse de la Très Sainte Vierge Marie aux dévots du Rosaire
» En Cette Journée du 31 Mai: "Prions Marie" Consécration à la Sainte Trinité par Marie.
» Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney Curé d'Ars et commentaire du jour "Femme, ta foi est grande"
» 1er Janvier: Sainte Marie Mère de Dieu, Prière pour la Paix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: La Vierge Marie :: Apparitions mariales 'reconnues'-
Sauter vers: