La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
bonnes france nouvelles pour
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Marthe Robin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marthe

avatar

Messages : 3604
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Marthe Robin   Dim 18 Mai - 1:24

Marthe Robin : le site officiel de la plus grande figure ...
www.martherobin.com/


QUI EST MARTHE ROBIN ?

Marthe ROBIN (1902-1981) est une des plus grandes figures spirituelles françaises du XXe siècle.

Cette fille d'agriculteurs, frappée par la maladie dès sa jeunesse, a reçu auprès d'elle plus de 100 000 personnes.

Celle qui n'a pas quitté la ferme d'un petit village de la Drôme pendant plus de cinquante ans a eu un rayonnement international.
Marthe a vécu la "sainteté" avec humilité, comme simple baptisée, en témoignant de la proximité de Dieu avec chaque homme.
Confrontée très jeune à l'épreuve de la souffrance, elle diffuse un message universel d'espérance qui dépasse les frontières françaises et se répand sur tous les continents. Paralysée, elle rayonne de bonheur et partage avec chacun le secret de sa joie.

Paralysée à 16 ans
Marthe Robin naît le 13 mars 1902 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme). Ses parents, qui auront six enfants, sont de modestes paysans. A 16 ans, Marthe est atteinte d’une maladie foudroyante. Pendant dix ans, espoirs de guérison et rechutes désespérantes se succèdent. En 1927, elle est totalement immobilisée, sans perspective d’avenir.
A 26 ans, sa vie bascule. Elle comprend que ses souffrances, vécues avec Dieu et offertes, peuvent être fécondes. Désormais, sa vie spirituelle se déroule non pas à côté de la maladie mais dans la maladie. Son existence prend un nouveau sens.

Une intense union à Dieu
La vie mystique de Marthe devient si grande qu'elle est associée aux souffrances du Christ dans sa Passion et la revit dans sa propre chair.
Elle puise dans la prière, dans la communion eucharistique et dans une intense union à Dieu une force inexplicable et un rayonnement qui attirent ceux qui l'approchent. C'est une femme profondément humaine, accueillante avec chacun. Elle ne laisse rien transparaître de sa souffrance, priant et offrant pour les intentions connues et secrètes qui lui sont confiées.

A l'origine des Foyers de Charité
Le 10 février 1936 a lieu une rencontre décisive entre Marthe Robin et l’Abbé Georges Finet, du diocèse de Lyon. C’est par lui que sera fondé le premier Foyer de Charité demandé par Marthe après une révélation reçue de Dieu.
Aujourd'hui présentes dans plus de 40 pays, ces communautés proposent de faire l'expérience d'une retraite spirituelle et d'une renaissance intérieure.

Sa petite chambre est obscure mais sa vie rayonne dans le monde
Jusqu'à sa mort, le 6 février 1981, Marthe Robin reçoit plus de 100.000 personnes dans sa petite chambre de la ferme familiale de "La Plaine", plongée dans l'obscurité pour protéger ses yeux du moindre rayon de lumière. Marthe soutient chacun par sa foi, son accueil, son offrande, sa compassion.

Plus de 7 000 personnes assistent à ses funérailles, signe de la fécondité de cette vie, donnée à tous.
Les pieds sur terre, pourvue de bon sens, d’humour et d’intelligence des choses, Marthe savait poser les bonnes questions. Au long des années, elle a travaillé sans relâche pour le renouveau de l'Église encourageant le jaillissement de communautés nouvelles et de nombreuses vocations.

Merci Marthe !
Aujourd'hui encore, alors que son dossier en canonisation est en cours à Rome, des femmes et des hommes de tous milieux, de toutes cultures, croyants ou athés, continuent d'aller à Châteauneuf pour y confier des intentions à la prière de Marthe. Les témoignages de grâces attribuées à son intercession et les "mercis !" se comptent par dizaine de milliers.
La maison de Marthe Robin n'a pas changé. Sa chambre demeure un lieu de recueillement, de paix, dans lequel on peut venir prier.


UNE VIE QUI BASCULE
Marthe Robin grandit comme toutes les petites filles de la campagne du début du XXe siècle. Une enfance simple au coeur d'une famille de paysans de la Galaure, dans cette région valonnée de la Drôme.
Marthe aime la vie ; elle porte en elle des rêves et des projets.
Mais peu à peu, des douleurs insupportables, des évanouissements, des paralysies progressives la font entrer dans un monde de souffrances inconnu jusqu'alors.
Face à l'épreuve, face au non-sens de la douleur, tout semble s'effondrer. Où est Dieu ? Que veut-il pour elle ?
Autant de questions qu'elle doit affronter alors que sa vie bascule.

Marthe, paysanne de la Galaure
Née au début du XXe siècle, le 13 mars 1902, dans un petit village de la Drôme des collines à Châteauneuf-de-Galaure, Marthe est une fille de la campagne. Au sommet de la colline, sur un plateau curieusement appelé « la Plaine », l’horizon est vaste et le vent souffle.
Dans ce hameau des Moïlles, on se sent assez loin du village situé à deux kilomètres en contre bas.
La ferme appartient alors à la paroisse de St Bonnet-de-Galaure ; c’est là que Marthe est baptisée le 5 avril 1902.
Marthe développe une relation personnelle intense avec Dieu.

« J’ai toujours aimé énormément le bon Dieu comme petite fille. »

Ses racines resteront profondément terriennes. Pleine de bon sens, elle allie une spiritualité profonde et un réalisme à toute épreuve.
Depuis son plus jeune âge, et malgré une santé fragile liée à une typhoïde contractée à l’âge d’un an, elle effectue les trajets à pied pour aller à l'école, au catéchisme, ou faire les commissions. Elle vit au rythme des saisons et des travaux des champs, proche de la nature et des animaux. On travaille dur pour vivre. Dès qu'elle le peut, elle participe aux travaux de la ferme où chacun rend service.
Son enfance est semblable à celle de tant d'autres petites filles. De nature enjouée et taquine, Marthe sait aussi taper du pied quand elle n'est pas contente.
Les veillées au coin du feu, rassemblant les voisins, font sa joie. On épluche les châtaignes ou on casse des noix tout en écoutant le récit des légendes de la région. Quand les instruments de musique sont de sortie, c'est tout naturellement qu'on danse ensemble.
Marthe a une profonde affection pour tous les siens, et parle de ses parents comme les « deux êtres que je chéris le plus ici-bas. »

L'épreuve de la maladie
Adolescente, Marthe est atteinte par une encéphalite. Dans la cuisine, elle tombe sur le sol et elle crie pour faire venir un médecin. Personne ne sait ce qu'elle a. On pense à des rhumatismes.
Elle souffre de douleurs insupportables, des évanouissements, des paralysies sans qu'un diagnostic précis puisse être établi.

Qu'est-ce qui fait souffrir cette jeune femme ?
La maladie avance par paliers, progressant et régressant.
En 1919, ses jambes se paralysent. Jusqu'en 1927, elle peut utiliser ses bras.
En 1930, une deuxième poussée de la maladie provoque une paralysie totale des voies digestives.
En 1939, une troisième chute atteint les nerfs oculaires. La moindre petite lumière la fait beaucoup souffrir. A partir de cette date, elle vit dans la pénombre.

Révolte, découragement, espoirs
Après avoir espéré guérir, Marthe connaît le découragement. Elle se révolte. Elle veut vivre !
Marthe lutte pour sa santé. Elle fait de la broderie pour pouvoir acheter des médicaments. Elle participe à des cures thermales, toutes en vain.
Elle se bat comme toute jeune personne qui aime la vie et elle met, dans ce combat pour l’existence, toutes les forces dont elle dispose.
Mais son avenir semble bouché.
Qu'est-ce que le Seigneur attend d'elle ? Comment affronter la maladie ? A un âge où on porte tant de rêves, ces questions restent sans réponse.

"Tout le monde peut, et doit accomplir sa vocation mais pas moi... La vie s'est chargée de m'enlever mes illusions et de détruire mes plans."

Elle souffre aussi de la solitude. Sa famille travaille dans les champs. Dans la région, on est déconcerté par cette maladie inconnue. Est-ce contagieux ? Est-elle folle ? Personne ne vient la visiter.

"Je me suis débattue avec Dieu. Je serais bien mieux dans la terre que dessus, à mon avis."

Fécondité d'une vie de malade
Marthe ne se laisse pas aller dans sa situation. Elle ne se complaît pas dans la souffrance. Mais comment trouver un sens à sa vie de malade ?
Au milieu de ce combat, elle avance. Elle ne perd ni la foi, ni l'amour, ni l'espérance. En elle, il s'établit une paix profonde.
" La paix durable et profonde naît dans la prière et plus souvent dans la souffrance ; elle est semblable à un ruisseau qui coule limpide, calme et paisible entre deux rives fleuries. C’est bon la paix, meilleur mille fois que le succès."
En novembre 1928, au coeur de la nuit spirituelle qu'elle traverse, elle vit un basculement intérieur. Lexpérience de l'amour infini d Dieu pour elle lui procure d'infinies consolation. Rien ne sera jamais plus comme avant.
En 1930, elle peut écrire :

"Il y a deux ans, je souhaitais vivement mourir pour voir Dieu [...].Maintenant, je sens que j'ai une mission à remplir. Je lutte pied à pied avec la maladie. »"

Marthe a retourné une situation effroyable et lui a donné une valeur :
" La souffrance physique et morale agissent, je crois, très efficacement et très favorablement sur mon activité spirituelle."

"La souffrance est l'école incomparable du véritable amour"

Au coeur de l'épreuve de la maladie, qui aurait pu l'anéantir, elle trouve une source de vie et de fécondité.

"La douleur, la souffrance ne viennent pas du Ciel mais le secours en vient, le bonheur en est"

Le curé et les gens du village s'aperçoivent du changement qui a eu lieu chez Marthe.
Peu à peu, les amitiés se renouvellent. Dans sa petite chambre, Marthe reçoit de plus en plus de visiteurs. Avec elle, on est tout de suite à l'aise. Elle écoute, elle comprend, elle encourage.

" Mon adorable Jésus (...), faites que toutes les personnes qui m'approchent me quittent consolées quand elles pleurent, relevées quand ils sont accablées, heureuses pour des jours par le souvenir d'une parole, d'un regard, d'un sourire." Marthe Robin

LE CHOIX DE DIEU
Paralysée, sans espoir, Marthe s'interroge : Pourquoi vivre ?Pourquoi souffrir ?
Alors que la maladie s'installe et semble se dresser comme un mur infranchissable face à l'avenir, la présence de Dieu vient illuminer Marthe de l'intérieur.
Au coeur de sa souffrance, l'intimité de sa relation avec le Christ transfigure son quotidien. Elle a choisi Dieu.
La petite chambre obscure de la la ferme de Marthe rayonne de l'Amour de Jésus et de la Vierge Marie.
Rien ne prédisposait pourtant Marthe à avoir une vie spirituelle aussi intense.
Le secret de la joie et du bonheur de cette femme gravement malade se trouve en Dieu.

L'éveil d'une enfant à la présence de Dieu
Marthe a une enfance heureuse. L’ambiance familiale n’est cependant pas absolument sereine.
Le village est secoué par des courants anti-religieux. Les congrégations ont été expulsées en 1901, leurs écoles fermées : l’école libre de filles de Châteauneuf a été supprimée. Marthe va donc à l’école laïque où elle reçoit un enseignement solide qui l’aidera toute sa vie.
Elle vit sa première communion avec amour. Il se passe alors quelque chose dans son cœur. Elle fait une rencontre personnelle avec le Christ. Elle confiera par la suite :

« Je crois que ma communion privée a été une prise de possession de Notre-Seigneur. »

Comme la ferme de ses parents est loin du village, elle a de longs trajets à faire pour aller à l’école ou pour faire des courses. Elle garde aussi les bêtes et elle reste alors seule longuement. Durant ces temps où elle est tranquille, elle prie le chapelet.
« Je crois que je sentais le Bon Dieu : c’était plus que de la prière. »

Marthe a un caractère gai, aimable, un peu taquin. Intelligente, elle a du caractère et sait ce qu’elle veut. Mais elle apprend à faire des efforts sur elle-même, à se dominer. Ainsi grandit cette petite fille normale, saine et pieuse.

La Vierge Marie et Sainte Thérèse lui apparaissent
Atteinte par une maladie qu'on ne parvient pas à diagnostiquer et encore moins à soigner, Marthe voit sa vie spirituelle croître et s'approfondir. Elle entre dans une nouvelle relation avec Dieu, une vie beaucoup plus intime, beaucoup plus profonde.

« L’action m’est refusée ici-bas, mais Jésus me donne d’exercer celle de la prière, de l’amour dans la souffrance, dans les sacrifices inconnus. Elle paraît stérile dans le monde, mais combien féconde devant Lui. »

Sa communion avec le Ciel grandit grâce à une série de phénomènes mystiques. La Vierge Marie lui apparait en 1921 et 1922. En 1927, c’est Thérèse de l’Enfant-Jésus qui la visite durant une phase critique de sa maladie et qui lui donne un éclairage sur son avenir, sur son appel, qu’elle gardera précieusement par la suite.

Marthe se donne totalement à Dieu
En 1925, après voir lu un acte d’abandon à Dieu écrit par un prêtre, elle rédige son propre acte d’abandon.
Elle a vraiment le désir de se donner à Dieu, d’avoir une vie utile, au sein même de sa douleur. Cet acte d’abandon est un moment magnifique dans son existence. Elle écrit dans le Journal qu’elle tient alors :

« Je veux amener beaucoup d’âmes à Jésus par mon seul amour et l’offrande entière de ma vie de malade, sans autre volonté que celle de mon Dieu, ou plutôt par ma volonté pleinement unie à celle de mon Dieu. »

Elle reçoit une effusion de l'Esprit Saint
Tournant décisif dans sa progression spirituelle, Marthe reçoit deux ans plus tard comme une réponse du don d'elle-même fait au Christ.
A la fin de l'année 1928, lors d'une mission d'évangélisation organisée à la paroisse de Châteauneuf-de-Galaure, deux religieux capucins viennent la visiter. L'un de ces prêtres est pour elle l'instrument de la grâce de Dieu. Lors d'une de ces rencontres, elle vit une véritable effusion de l'Esprit Saint qui transfigure tout son être. Elle expérimente de façon intense l'amour de Dieu. Quelques jours plus tard, elle est confirmée dans l'authenticité de cette expérience. Cette lumière dans la nuit éclaire d'une façon nouvelle la vie qu'elle mène.
Rien ne sera jamais plus comme avant.

"Après des années d’angoisses, de déchirements profonds; après bien des épreuves physiques et morales, j’ai osé, j’ai choisi le Christ Jésus, lui le Verbe incarné, l’Agneau sauveur du monde, pour Maître, pour Modèle »

Désormais, Marthe ne vivra plus malgré sa maladie, mais en trouvant dans ses souffrances un tremplin pour plonger en Dieu.
L’Eucharistie, où le Christ se donne à elle, devient centrale dans sa vie. Elle découvre d’une manière nouvelle la présence de Dieu comme un Père très aimant, dans la ligne de Thérèse de l’Enfant Jésus dont elle prolonge la mission.

“ Dieu est bon, Dieu est Père, Dieu nous aime. Dieu compatit et adoucit toutes nos souffrances. ”

La Vierge Marie se manifeste de plus en plus comme sa Mère, la couvrant de son amour maternel, la consolant, la formant, l’assistant dans sa vie.

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Marthe

avatar

Messages : 3604
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Marthe Robin   Dim 18 Mai - 1:28


Tous les vendredis, Marthe revit la Passion
Au début des années 1930, Marthe reçoit les stigmates (plaies qui reproduisent celles de Jésus-Christ). Dans un premier temps,ceux-ci ne sont pas apparents. Ce n'est que plus tard que le phénomène devient visible. Tous les vendredis, jusqu'à la fin de sa vie, Marthe revit la Passion du Christ. La durée du phénomène variera au fil du temps et ira en augmentant.
Même si Marthe reste extrêmement discrète, son père spirituel, peu à peu, autorise certaines personnes à assister à cette Passion. Tant de témoins vivront cet évènement qu'il paraît indiscutable. Les stigmates ne dureront pas toute la vie de Marthe, sauf ceux du front qu'on verra encore à sa mort. Cette disparition est fréquente chez les stigmatisés.
Vers 1960, Marthe parle ainsi de sa mission à un prêtre :

"Tous les chrétiens ont à participer à la Passion du Christ, à achever en leur corps ce qui manque à la Passion du Christ total. Moi, je ne suis qu'un signe, un rappel pour tous les chrétiens."

Marthe refuse toute fascination morbide pour la croix et la souffrance.
A une personne qui lui demande :

"Marthe, aidez-nous à aimer la croix",

elle répond vivement :

"Oh non ! Il faut aimer Jésus en croix !"

Unie au Christ par amour des hommes
Sa vie est orientée totalement vers l'union à Dieu, qui passe par l'union au Christ en Croix.
Elle expérimente profondément la raison du don de la vie de Jésus pour les hommes, don manifesté par sa mort et sa résurrection sur une croix.
Sa souffrance ne diminue pas ; son corps reste gravement malade. Mais Marthe a maintenant « choisi » sa vie et elle est entrée dans sa mission.
Aussi peut-elle écrire :

« J’embrasse chaque jour avec une nouvelle reconnaissance et une immense joie l’immense tâche que m’a confiée le Rédempteur, et le remercie de m’avoir si prodigieusement fait don de son calice, de sa couronne, de ses clous et de sa sainte Croix. »

Jusqu'à sa mort en 1981, le rayonnement de sa vie pour les hommes, pour l'Église, pour le monde trouve sa source en Dieu.

L'EUCHARISTIE, SA NOURRITURE

La paralysie progressive de ses voies digestives empêche Marthe de manger et de boire. Pourtant, elle ne meurt pas. Chaque semaine, seule l'hostie qu'elle reçoit peut être avalée. La Communion devient son unique nourriture.
Elle puise sa force dans l’Eucharistie :

« Jésus, c’est lui qui me nourrit. »

Dans l'existence de Marthe, les paroles de Jésus dans l'Evangile sont devenues une réalité.

« Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. Evangile selon St Jean, chap. 6, versets 35

Marthe vit de l'Eucharistie
A partir de 1930, lorsque la maladie atteint ses voies digestives, Marthe Robin ne peut plus manger. Comment parvient-elle à vivre ? L'Eucharistie devient, au sens propre, son unique nourriture.
Ce n’est pas la substance de l’hostie qui la nourrit, car elle ne communie qu’une fois par semaine.
Elle explique au philosophe Jean Guitton, en 1958 :

« Je ne me nourris que de cela. On m’humecte la bouche mais je ne puis avaler. L’hostie me procure une impression physique de nourriture. Jésus étant tout mon corps, c’est Lui qui me nourrit. C’est comme une Résurrection ».

Unie intimement à Dieu, Marthe voit se réaliser en elle la promesse du Christ :

« Ma chair est une vraie nourriture et mon sang une vraie boisson. » Evangile selon saint Jean, chap. 6, verset 55

Le « Corps du Christ », reçu lors de la communion, donne la vie de l’âme et atteint même celle du corps. Marthe expérimente la puissance du sacrement d’une manière très particulière :

« J’ai envie de crier à ceux qui me demandent si je mange que je mange plus qu’eux, car je suis nourrie par l’Eucharistie du sang et de la chair de Jésus. J’ai envie de leur dire que c’est eux qui arrêtent en eux les effets de cette nourriture, ils en bloquent les effets. »

La Première Communion, un moment décisif
Dès sa première communion, à l'âge de dix ans, Marthe expérimente un contact intense avec Dieu :

« Je crois que ma communion privée a été une prise de possession de Notre Seigneur. Je crois que déjà Il s’est emparé de moi à ce moment-la. Ma communion privée a été quelque chose de très doux. »

La communion solennelle a lieu quatre ans plus tard. Marthe a alors un réel désir de la communion eucharistique. Le dimanche, quand elle garde les bêtes, elle s’arrange parfois pour aller tout de même recevoir l’Eucharistie.

Marthe se laisse transformer
Dans le journal qu'elle a écrit jour après jour entre 1929 et 1932, Marthe écrit : « chaque communion est une transformation ».
Lorsqu'elle communie, Marthe ne se contente pas seulement d'avaler et de consommer l'hostie. Elle accueille en elle ce Jésus qui est vivant, qu'elle sait vivant. Peu à peu, elle accepte de se laisser transformer par Lui.
Elle reçoit un jour ces paroles de Jésus alors qu'elle communie : « Je viens chez toi, je viens en toi ». Le Christ lui annonce qu'il vient l'améliorer, l'éclairer, la rendre meilleure...

« La communion n’est pas une récompense, elle est un moyen d’union et d’amour et de sanctification »

Cet amour qu'elle reçoit, parce qu'elle a remis toute sa vie à Dieu, lui permet de se donner chaque jour davantage. Marthe ne se referme pas sur les grâces extraordinaires qu'elle reçoit dans l'eucharistie. Elle communie pour porter à Dieu toutes les détresses humaines.

Elle part en extase après chaque communion
Après avoir reçu l’Eucharistie, Marthe ne fait qu’un avec son Seigneur et part en extase.

« La prise de possession est telle, si envahissante, si forte, si toute puissante que je perds tout contact humain, emportée par Lui dans la lumière et dans l’Amour et dans la lumière béatifique. L’union est tellement entière que je suis comme toute liquéfiée en Jésus, ne faisant plus qu’un avec Lui, dans l’amour et la contemplation. Tout l’être est ravi en Dieu, ce qui va plus loin que l’extase ».

Elle vit une union particulière et intense avec Dieu. Pendant de longues heures, plus rien n'existe autour d'elle.
Jésus comble Marthe lors de ses communions et la console :

« L'hôte bien-aimé déverse en mon cœur un océan de délices... Cette divine union et fusion d'amour est la force et la vie de mon âme. Jésus est l'ami qui me console de tout ».

L'essentiel : être uni à Dieu
Chaque communion ne provoque pas toujours les mêmes sentiments de joie ou d'allégresse :

« Ma communion sans joie sensible a été la plus fervente que je n’ai jamais faite. Du moins je crois. »

Marthe invite à préparer longuement son âme à vivre la messe car :

« une communion sans préparation et sans action de grâces, (…) est de bien peu d’utilité pour l’âme… »

La communion permet de s'unir de façon magnifique à Dieu, mais pas de façon magique.

« Si l’on me demandait : « Que vaut-il mieux faire, l’oraison ou la sainte communion ? »... Les deux sont vivement à conseiller. Mais s’il faut porter une préférence, je crois que je répondrais : l’oraison; car l’oraison est une disposition et une préparation immédiate à la sainte communion. »
« Il en coûte plus de faire oraison que de communier. »

Marthe connaît aussi la communion spirituelle. Même lorsqu'il n'est pas possible de recevoir l'hostie, il est toujours possible de communier au Christ en s'unissant à son désir de faire non sa volonté mais celle du Père :

« Tous les jours où je n'ai pas le bonheur de recevoir la sainte eucharistie et plusieurs fois dans la journée, je fais la communion spirituelle, la communion d'esprit et de cœur. Dans ma vie de malade, qu'il m'a été doux de communier de désir... Si je n'avais pas su cette manière de faire la communion, je n'aurais pas pu vivre »

UN COMBAT SPIRITUEL VECU POUR CHACUN
Apprendre à accomplir ce qui est bon pour nous et pour les autres, choisir le bonheur, c'est le combat de toute une vie.
Marthe Robin, comme tout chrétien, a vécu cette lutte contre l'adversité et le malheur. Mais son désir d'appartenir totalement au Christ et deproclamer Son Amour aux hommes fait d'elle un adversaire particulier pour le démon.
Le "mal" mentionné dans la prière du Notre Père n'est pas une force abstraite ou une énergie négative. Il s'agit du Prince des ténèbres - un ange déchu - qui s'oppose au Christ, Lumière du monde.
Sûre de la victoire du Seigneur, Marthe témoignage inlassablement de sa confiance en Lui.

N'ayez pas peur !
Sans cesse attaquée par les puissances des ténèbres, Marthe demeure fidèle à la lumière et à l'Amour de Dieu. Les luttes qu'elle doit mener sont à la mesure de son désir d'appartenir totalement au Christ.
"N'ayez pas peur !", répète Jésus dans l'Evangile.
"Soyez sans crainte !"
La paix du Christ ressuscité, vivant, habite son coeur et lui donne l'assurance d'être libre face à celui que la tradition catholique appelle le Malin.
Parmi les demandes formulées dans la prière du "Notre Père", on trouve la délivrance du mal :
"Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal."
Chaque chrétien connaît en effet une lutte spirituelle contre des mauvais esprits qui essaient de l'influencer de manière négative.
Chez les saints, ce combat prend souvent la forme d'une confrontation directe contre le diable. Sainte Thérèse d'Avila, le Curé d'Ars ou saint Jean Bosco - pour reprendre quelques exemples célèbres - n'y ont pas échappé.
" Soyez sobres, soyez vigilants : votre adversaire, le démon, comme un lion qui rugit va et vient à la recherche de sa proie." Première lettre de St Pierre, chap. 1, v. 13

Un combat vécu pour chaque âme
Marthe expérimente d'une façon toute particulière le combat contre le Mal. Cette lutte s'amplifie lorsqu'elle décide de choisir le Christ et de faire la volonté de Dieu.
Des attaques invisibles et visibles vont jusqu'à atteindre son corps. Elles échouent cependant devant la qualité d'âme de Marthe. Des armes spirituelles lui sont données pour y faire face.

"Revêtez l'armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manoeuvres du diable."
Lettre de St Paul aux Ephésiens, chap. 6, v. 11

La certitude de la présence de la Vierge Marie lui est d'un précieux secours.

" Quand [la Vierge Marie] paraît, alors [le démon] ne peut absolument rien sur elle. Rien. Elle est si belle, non pas seulement de visage... Il n'a aucun pouvoir sur elle. Aucun. Quand elle apparaît, si vous voyiez cette fuite, cette dégringolade de tous les démons, qui sont opposés entre eux, qui ont de la haine l'un pour l'autre. Quel spectacle, quelle bousculade ! " Marthe Robin

Marthe vit ce combat spirituel non seulement pour elle mais pour chaque âme, pour chaque homme.

Le Christ est vainqueur
Dans les longues pages de son journal intime, les mentions du "diable" ou de l'"enfer" n'apparaissent que très rarement.
Les mots "Amour", "confiance", "miséricorde" sont au contraire omniprésents.

" Tout se change en joie, tout se transforme dans l’amour de Dieu, c’est Lui qui change les ténèbres en aurore. " Marthe Robin

Contre les forces du Mal, le combat de Marthe, profondément unie au Christ, est sans commune mesure avec les fruits de l'Esprit Saint liés à sa vie en Dieu. Le diable ne peut rien contre ceux qui aiment Dieu.

"Jésus se fait l'ange consolateur de toutes les âmes. Il les éclaire, les fortifie quand le danger les menace, au plus fort de la lutte, modérant les coups, tempérant le flot des tribulations et des adversités." Marthe Robin

Ce qui compte, c'est l'attachement au Christ et la docilité à Dieu.
La victoire a été définitivement remportée par la mort et la Résurrection du Christ.

" Qui nous séparera du Christ ? En tout cela, nous sommes les grands vainqueurs par Celui qui nous a aimés. Oui, j'en ai l'assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur. " Lettre de St Paul aux Romains, chap. 8, v. 35 – 39

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Marthe

avatar

Messages : 3604
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Marthe Robin   Mar 21 Avr - 17:56

Guérison miraculeuse obtenue par l’intercession de Marthe Robin ?
Un dossier présentant une guérison miraculeuse obtenue par l’intercession de Marthe Robin (1902-1981) a été déposé à Rome. Le P. Bernard Peyrous, postulateur de la cause de béatification, indique :

http://www.eglise.catholique.fr/actualites/392945-marthe-robin-une-vie-inutile-et-absurde/

"[...] C’est une femme qui a eu une influence énorme, qui a donné sa vie pour le renouvellement de l’Église. Je vois en elle la sainte patronne de la Nouvelle Évangélisation.

Comment peut-elle toucher, aujourd’hui, les personnes fragiles, malades, en fin de vie ?

C’est le plus important. Marthe Robin a eu une vie humaine perdue. Malade dès l’âge de 6 ans, grabataire à 18 ans, elle a passé 53 ans dans son lit, souffrant affreusement d’une encéphalite qu’à l’époque on ne pouvait ni soigner, ni soulager. Elle représente ce que le monde actuel rejette : aujourd’hui l’euthanasie aurait sans doute été proposée. Or son évolution spirituelle, puisqu’il s’agit bien de ça, liée à la découverte de la Passion du Christ et de son amour donné jusqu’au bout provoque en elle un véritable retournement. À partir d’une vie inutile, elle devient l’une des femmes les plus influentes en France. Elle incarne parfaitement le Magnificat : les pauvres, les inutiles, ceux qui n’ont pas de place dans la société sont bénis par Dieu. Son témoignage est extrêmement fort. Il triomphe de la faiblesse. Le chemin de Marthe Robin montre qu’il n’y a pas d’explication à la vie humaine en dehors du Christ. C’est lui qui apporte une lumière qui transforme toute situation. Au nom de la vie donnée par le Christ : il y a toujours une espérance, aucune vie n’est perdue. Marthe Robin en est une démonstration aveuglante. [...]

Michel Janva
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/04/gu%C3%A9rison-miraculeuse-obtenue-par-lintercession-de-marthe-robin-.html

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Charlyze

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: Marthe Robin   Mar 21 Avr - 18:04

Très bel hommage rendu à Marthe Robin qui le mérite tant ! Merci pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Marthe Robin   Jeu 13 Avr - 8:27


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Marthe Robin   Jeu 13 Avr - 12:59

n'oublions JAMAIS que lorsque nous Prions pour la France, c'est pour l'HUMANITE entiere que nous Prions

Prière de Marthe Robin pour la France

« Ô Père, ô mon Dieu, délivrez, sauvez maintenant votre France ; préparez le coeur de ses enfants à la mission qu'ils vont avoir à accomplir pour elle, pour toutes les autres nations, pour l'Eglise tout entière.

Ô Père, ô mon Dieu, que le coeur de tous vos élus tressaille maintenant à votre appel, reconnaissant votre voix et votre commandement, votre invitation à agir ; conduisez-les, ô mon Dieu, chacun à sa place et chacun à sa mission et imposez-leur vous-même tout ce que vous voulez de chacun et de tous. Que rien ne soit l'effet de leur choix, ô mon Dieu, mais de votre unique désir, de votre unique volonté d'amour.

Ô Maman chérie, ne les laissez ni s'égarer, ni se tromper. »

Texte original daté du 15 octobre 1943


Il n'y a que l'AMOUR et la PRIERE qui sauveront le monde ! Temoignons autour de nous pour que cet AMOUR soit diffuse largement, et invitons chacun a retrouver le chemin de la Priere

qq minutes de Priere chaque jour, n'importe quand, n'importe ou

alors que nous perdons tant de temps dans des futilites...

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marthe Robin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marthe Robin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARTHE ROBIN VIDEOS
» La Béatification de Marthe Robin,c'est pour bientot...
» Video documentaire sur la vie de Marthe Robin
» Marthe Robin
» Sainte Marthe Robin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: Saint Joseph et les Saints :: nos Protecteurs-
Sauter vers: