La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
bonnes pour france nouvelles
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Sam 24 Mai - 3:37


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Sam 24 Mai - 3:51

Pape François en Terre sainte

L’éditorialiste de France catholique présente la démarche du pape François pour son premier pèlerinage en Terre sainte et son deuxième voyage pontifical.

Comme ses prédécesseurs, sa démarche est plus spirituelle que politique : « Apporter un témoignage de foi qui rapproche les cœurs. » Entre Israëliens et Palestiniens, mais aussi entre catholiques et orthodoxes.

[France catholique, 19/05/14] — Le pèlerinage que le pape François accomplit en Terre sainte, sous le signe de l’unité et de la Paix, n’échappe pas aux réalités d’une région profondément meurtrie, où les conflits, lorsqu’ils n’ont pas été portés à l’incandescence comme en Syrie, peinent à trouver leurs solutions diplomatiques.

Il est trop évident qu’en un si bref séjour, François ne pourra changer la situation des pays qu’il visitera. Sa seule ambition est d’apporter un témoignage de foi qui rapproche les cœurs et invite les peuples et les familles spirituelles à se réconcilier plutôt qu’à attiser leurs motifs de division.

En ce sens, l’occasion de ce pèlerinage, qui est de commémorer le cinquantenaire de la rencontre mémorable de Paul VI et d’Athénagoras à Jérusalem, constitue un point de repère précieux.

Il n’est pas vrai que la bonne volonté, qui a inspiré aux hommes de Dieu l’initiative des retrouvailles, n’a pas eu de résultat sensible. Une nouvelle ère s’est ouverte avec la rencontre de Rome et de Constantinople en janvier 1964, et le baiser de paix échangé entre le pape et le patriarche signifiait une disposition intérieure qui a marqué durablement l’ethos des communautés chrétiennes[1].

Un désir profond d’unité

Sans doute, même entre catholiques et orthodoxes le plein accomplissement de la communion de foi n’est pas parvenu à son terme, selon le souhait exprimé par Athénagoras : « L’heure du courage chrétien est arrivée. Nous nous aimons les uns les autres ; nous confessons la même foi commune ; unissons-nous sur le chemin du saint autel commun. »

L’accès à cet autel est toujours en attente, mais une attente qui correspond à un désir profond. C’est François et Bartholomée, qui ont, cette fois, la mission de raviver l’espérance avec le projet de leurs prédécesseurs. Malheureusement, les chrétiens de Terre sainte ne donnent pas toujours l’exemple qu’on pourrait attendre des témoins du Christ, du moins dans les relations inter-confessionnelles. Le fait que tous se rassemblent au Saint-Sépulcre pour s’exprimer dans une prière commune est un signe encourageant.

Y aura-t-il d’autres signes d’un rapprochement entre tous ceux qui cohabitent sur cette terre ? Une conclusion positive des négociations depuis longtemps en cours entre l’État d’Israël et le Saint-Siège sur des questions matérielles serait à l’avantage d’un meilleur climat local, qui pourrait se répercuter plus largement.

Nécessairement, les regards se portent sur la Syrie voisine et la guerre civile impitoyable qui s’y poursuit. Le pape, en emmenant avec lui deux amis argentins, un juif et un musulman, qu’il connaît de longue date, entend montrer que la rencontre entre les trois religions peut être le point de départ d’une démarche qui, progressivement, pourrait modifier l’équilibre incertain et meurtrier des rapports de force.

G. L.

=================

non ! la demarche de Pape Francois n'est pas plus spirituelle que politique

Notre Pape Francois ne verse pas dans la politique... ce que dit l'auteur de cet article est une ineptie

La demarche de Pape Francois, Vicaire de JESUS CHRIST SUR LA TERRE ne peut etre QUE SPIRITUELLE.

===========

Citation :
Il est trop évident qu’en un si bref séjour, François ne pourra changer la situation des pays qu’il visitera


FAUX... !!! RIEN N'EST IMPOSSIBLE A DIEU.

=============

qui est ce G.L. pour se permettre de parler de 'Francois et Bartholomée',. qui sont pour l'un le PAPE Francois et pour l'autre le PATRIARCHE Bartholomee

que ce journaliste eleve a l'ecole de la ripoublik ou l'on copine avec tout le monde, se rappelle qu'il n'est RIEN par rapport a un PAPE et a un PATRIARCHE et qu'il se doit de LES respecter lorsqu'il les nomme


pas de lien intentionnellement, afin de ne pas vous mettre sur une piste de perdition

de ces soit-disant cathos qui vous invitent a voter pour les elections europeennes

et dont notre PAPE FRANCOIS disait justement :

de ces catholiques qui emplissent les eglises pour le pouvoir, la reconnaissance sociale et l'argent.

« Les arrivistes dans l'Eglise, qu'ils aillent faire de l'alpinisme »



http://www.news.va/fr/news/les-arrivistes-dans-leglise-quils-aillent-faire-de

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Marthe

avatar

Messages : 3604
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Voyage du pape : c'est parti pour le festival des intox   Sam 24 Mai - 8:45

Voyage du pape : c'est parti pour le festival des intox

La première nous vient du Point et elle est décryptée par Yves Daoudal :

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2014/05/23/les-analphabetes-religieux-sont-sur-le-pont-5376033.html

"Premier sur la liste, Le Point, qui publie un article intitulé « Bataille de sites historiques au premier jour de la visite du pape ».

http://www.lepoint.fr/monde/bataille-de-sites-historiques-au-premier-jour-de-la-visite-du-pape-23-05-2014-1826988_24.php

En bref, l’article suggère que si le pape se rend à Béthanie, sur le lieu du baptême du Christ, côté jordanien, et non du côté israélien du Jourdain, ce doit être pour une raison « politique » (plutôt floue). Car, nous explique-t-on, on ne sait pas où Jean-Baptiste baptisait, mais on ne voit pas pourquoi il aurait traversé le Jourdain, et le fait est que le site israélien accueille beaucoup plus de pèlerins que le site jordanien…

Le problème, c’est que, si les Israéliens ont inventé un site du baptême où ils envoient les gogos, l’Evangile est très clair. Et, contrairement à ce que disent ceux qui voient une simple allusion dans l’évangile de saint Jean, il s’agit d’une triple affirmation (or trois fois n’est jamais un hasard, et l’on sait aujourd’hui que les indications topographiques de saint Jean sont les plus précises des quatre évangiles) :

1 – Alors que des prêtres du Temple viennent se renseigner sur ce Jean qui baptise les foules, l’évangéliste précise : « Cela s’est passé à Béthanie, au-delà du Jourdain, où Jean baptisait » (Jean 1,28).

2 – Les disciples de Jean, voyant avec inquiétude que Jésus a désormais plus de disciples que leur maître, viennent le voir et lui disent : « Rabbi, celui qui était avec toi au-delà du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, voici qu’il baptise, et tous vont à lui » (Jean 3,26).

3 – Alors que Jésus vient d’échapper à une lapidation, l’évangéliste écrit : « Et il alla de nouveau au-delà du Jourdain, au lieu où Jean baptisait d’abord, et il y resta. » (Jean 10,40). Cette indication est particulièrement importante, car c’est pour échapper à ceux qui veulent le tuer que Jésus va de l’autre côté du Jourdain… là où naguère Jean baptisait.

Enfin, on sait qu’au IVe siècle fut édifiée en cet endroit une basilique byzantine. Et c’est pourquoi, le 10 mai 2009, en présence des souverains jordaniens, Benoît XVI a posé en cet endroit, et non du côté israélien, la première pierre d'une nouvelle église melkite et d'une église latine."

Michel Janva
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/05/voyage-du-pape-cest-parti-pour-le-festival-des-intox.html

********************

Dès qu'il se passe quelque chose dans l'Eglise catholique, ses détracteurs se déchaînent, c'est à qui sera le plus fort en c..... ou en malveillance
Dès qu'il y a une fête chrétienne, on se demande ce qui va nous tomber dessus, ce qu'ils vont trouver pour nous humilier ou nous affliger...............
En voilà encore un exemple..............
Notre Pape se rend en Terre Sainte........... il est logique que ce soit un voyage spirituel
Va-t-il rencontrer les dirigeants de ces pays ???? Rien ne le dit dans l'article posté par Pearl.............

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Sam 24 Mai - 14:56

LE PAPE EST ARRIVE EN JORDANIE

Cité du Vatican, 24 mai 2014 (VIS). L'avion du Saint-Père a quitté Rome à 8 h 15' pour atterrir à Amann à 13 h locales (midi à Rome). Ainsi a débuté en Jordanie le voyage que le Pape François a désiré effectuer à cinquante ans de distance de celui de Paul VI qui rencontre à Jérusalem le Patriarche oecuménique Athénagoras. Accueilli par le Prince Ghazi bin Muhammad, en charge des affaires religieuses et des rapports avec les chrétiens, SB Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem et le P.Pizzaballa, OFM.Cap, Custode de Terre Sainte.

Après un bref entretien avec l'envoyé du souverain, le Pape a gagné par la route le palais royal d'Amann où il a été reçu par SM Abdullah et la Reine Rania.

En 1964 le Roi Hussein avait accompagné Paul VI jusqu'aux portes de Jérusalem, et c'est son fils et successeur qui accueillit en Jordanie Jean-Paul II en 2000 et Benoît XVI en 2009.

L'actuel souverain hachémite a vu deux fois le Pape François à Rome, l'an dernier et en avril de cette année. Après un entretien privé avec le couple royal et leur famille, le Pape a été présenté aux corps constitués, au corps diplomatique et aux représentants religieux, devant lesquels il a prononcé son premier discours.


Après avoir rappelé que la Jordanie est riche d'histoire et de signification pour le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam, le Pape a salué un pays qui accueille "un grand nombre de réfugiés palestiniens, irakiens, et provenant d'autres régions en crise, en particulier la Syrie toute proche, bouleversée par un conflit qui dure depuis trop longtemps.

Un tel accueil mérite l'estime et le soutien de la communauté internationale.


L'Eglise catholique, selon ses possibilités, veut s'engager dans l'assistance aux réfugiés et à ceux qui vivent dans le besoin, surtout par l'intermédiaire de Caritas jordanienne.

Constatant avec douleur la permanence de fortes tensions au Proche et Moyen Orient, je remercie les Autorités du royaume pour ce qu'elles font. Je les encourage à continuer de s'engager dans la recherche d'une paix durable, souhaitée pour toute la région.

Dans ce but une solution pacifique à la crise syrienne est plus que jamais nécessaire et urgente,

ainsi qu'une solution juste au conflit israélo-palestinien.

Je veux aussi renouveler mon profond respect et mon estime pour la communauté musulmane, et manifester mon appréciation pour le rôle de guide joué par le Roi dans la promotion d'une plus juste compréhension des vertus proclamées par l'Islam, et la sereine cohabitation entre fidèles des différentes religions. Vous êtes connu pour être un homme de paix et et artisan de la paix, ce dont je vous félicite.

J'exprime ma reconnaissance à la Jordanie pour avoir encouragé diverses initiatives importantes en faveur du dialogue inter-religieux pour la promotion de la compréhension entre Juifs, Chrétiens et Musulmans, parmi lesquelles le Message inter-religieux d'Amman, et pour avoir promu au sein de l'ONU l'annuelle Semaine d'harmonie entre les religions.


Je voudrais maintenant adresser un salut plein d'affection aux communautés chrétiennes qui, présentes en Jordanie depuis les temps apostoliques, offrent leur contribution au bien commun de la société dans laquelle elles sont pleinement insérées.

Bien qu'étant aujourd?hui numériquement minoritaires, elles peuvent développer une action qualifiée dans le domaine de l'éducation et de la santé... Et elles peuvent professer avec tranquillité leur foi, dans le respect de la liberté religieuse qui est un droit humain fondamental et que je souhaite vivement être tenu en grande considération partout et notamment au Proche et Moyen Orient".

Comme le déclarait Benoît XVI, "ce droit comprend, au niveau individuel et collectif, la liberté de suivre sa conscience en matière religieuse et la liberté de culte, la liberté de choisir la religion que l'on juge être vraie et de manifester publiquement sa propre croyance.

Les chrétiens se sentent et sont citoyens à part entière, et ils entendent contribuer à la construction de la société avec leurs concitoyens musulmans, en offrant leur contribution propre et spécifique. Je forme enfin un voeu particulier pour la paix et la prospérité du Royaume de Jordanie et de son peuple, avec le voeu que cette visite contribue à augmenter et à promouvoir les bonnes et cordiales relations entre chrétiens et musulmans.

Dans son discours, le Roi Abdullah a demandé à Dieu de libérer de leurs réticences ceux qui craignent le changement. Je tiens à le remercier, comme de l'accueil de sa famille. Salam!".

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Dim 25 Mai - 19:08




Photos du Figaro

http://www.lefigaro.fr/photos/2014/05/23/01013-20140523ARTFIG00187-la-terre-sainte-se-prepare-a-accueillir-le-pape-francois.php

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Dim 25 Mai - 19:39

Sommaire

- PROTEGER LES ENFANTS, SIGNES D'ESPERANCE
- LE PAPE INVITE LES PRESIDENTS ABBAS ET PERES AU VATICAN
- LE PAPE CONFIE LA TERRE SAINTE A MARIE
- RENCONTRE AVEC LES AUTORITES PALESTINIENNES
- AU JOURDAIN, APPEL POUR LES REFUGIES DE SYRIE ET D'IRAK
- MESSE PAPALE A AMMAN
- ACCES AUX TEXTES EN LANGUE ARABE


PROTEGER LES ENFANTS, SIGNES D'ESPERANCE

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). Ce matin, le Saint-Père a célébré la messe place de la Mangeoire à Bethléem où confluent la rue des Bergers (qui conduit au village palestinien de Beit Sahur, lieu d'apparition de l'Ange), la rue de la Grotte du Lait (sanctuaire dans une grotte de tuf blanc où Marie aurait allaité l'Enfant Jésus), et la rue Paul VI (en souvenir de la visite du Pape Montini le 6 janvier 1964. Y ont assisté le Président palestinien et des groupes de fidèles de Gaza et de Galilée (Etat d'Israël), ainsi que de nombreux travailleurs provenant d'Asie. Durant le parcours entre le palais présidentiel et l'esplanade de la Mangeoire, le Saint-Père est descendu de son véhicule pour prier un instant au pied du mur de séparation d'Israël. Avant de remonter, il s'est appuyé au mur: Quelle grande grâce de célébrer l?Eucharistie en ce lieu où est né Jésus!, a dit le Pape.

"Je remercie Dieu et je remercie qui m'a accueilli au cours de ce pèlerinage, le Président Mahmoud Abbas et les autorités palestiniennes, le Patriarche latin de Jésusalem et tous les autres évêques de Terre Sainte, les prêtres, les personnes consacrées et tous ceux qui oeuvrent pour tenir vive la foi, l'espérance et la charité en ces territoires. Je remercie aussi les représentations de fidèles provenant de Gaza, de la Galilée, les migrants d'Asie et d'Afrique".

"L'Enfant Jésus, né à Bethléem, est le signe donné par Dieu à qui attendait le salut, et il reste pour toujours le signe de la tendresse de Dieu et de sa présence dans le monde. Voici le signe qui vous est donné: vous trouverez un enfant? Aujourd'hui également les enfants sont un signe. Signe d'espérance, signe de vie, mais aussi signe diagnostic pour comprendre l'état de santé d'une famille, d'une société, du monde entier. Quand les enfants sont accueillis, aimés, défendus, protégés dans leurs droits, la famille est saine, la société est meilleure, le monde est plus humain. Pensons à l'oeuvre que réalise l'Institut Effetà Paolo VI en faveur des enfants palestiniens sourds-muets: c'est un signe concret de la bonté de Dieu. Dieu nous répète à nous aussi, hommes et femmes du XXI siècle: Voici le signe qui vous est donné, cherchez l'enfant ! L'enfant de Bethléem est fragile, comme tous les nouveau-nés. Il ne sait pas parler, et pourtant il est la Parole qui s'est faite chair, venue changer le coeur et la vie des hommes. Cet enfant, comme tout enfant, est faible et a besoin d'être aidé et protégé. Aujourd'hui également les enfants ont besoin d'être accueillis et défendus, depuis le sein maternel...

Malheureusement, dans notre monde qui a développé les technologies les plus sophistiquées, il y a encore de nombreux enfants dans des conditions inhumaines, qui vivent en marge de la société, dans les périphéries des grandes villes ou dans les zones rurales. De nombreux enfants aujourd'hui encore sont exploités, maltraités, tenus en esclavage, objets de violence et de trafics illicites. De nombreux enfants sont aujourd'hui déracinés, réfugiés, parfois noyés dans les mers, spécialement dans les eaux de la Méditerranée.

De tout cela nous avons honte aujourd'hui devant Dieu, ce Dieu qui s'est fait Enfant. Et nous nous demandons ce que nous sommes devant l'Enfant Jésus? Qui sommes-nous devant les enfants d'aujourd?hui? Sommes-nous comme Marie et Joseph, qui accueillent Jésus et en prennent soin avec amour maternel et paternel? Ou bien sommes-nous comme Hérode, qui veut l'éliminer? Sommes-nous comme les bergers, qui vont en toute hâte, s'agenouillent pour l'adorer et offrent leurs humbles présents? Ou sommes-nous indifférents? Sommes-nous peut-être des rhéteurs et des piétistes, des personnes qui exploitent les images des enfants pauvres à des fins lucratives? Sommes-nous capables de nous tenir à côté d'eux, de perdre du temps avec eux? Savons-nous les écouter, les défendre, prier pour eux et avec eux? Ou bien les négligeons-nous, pour nous occuper de nos intérêts?".

"Voici le signe qui vous est donné: Vous trouverez un enfant... Peut-être cet enfant pleure-t-il! Il pleure parce qu?il a faim, parce qu?il a froid, parce qu'il veut rester dans les bras? Aujourd'hui également, les enfants pleurent, ils pleurent beaucoup, et leurs pleurs nous interpellent. Dans un monde qui met au rebut chaque jour des tonnes de nourriture et de médicaments, il y a des enfants qui pleurent, en vain, de faim et de maladies facilement curables. En un temps qui proclame la sauvegarde des mineurs, se commercialisent les armes qui finissent dans les mains d'enfants-soldats; se commercialisent des produits confectionnés par de petits travailleurs-esclaves. Si leurs pleurs sont étouffés, ils doivent combattre, ils doivent travailler, ils ne peuvent pas pleurer! Mais leurs mères, Rachel d?aujourd?hui, pleurent pour eux...et ne veulent pas être consolées... Voici le signe qui vous est donné. L?Enfant Jésus né à Bethléem, chaque enfant qui naît et qui grandit en chaque partie du monde, est un signe diagnostic, qui nous permet de vérifier l?état de santé de notre famille, de notre communauté, de notre nation. De ce diagnostic franc et honnête, peut jaillir un nouveau style de vie, où les relations ne soient plus de conflit, d?oppression, de consommation, mais soient des relations de fraternité, de pardon et de réconciliation, de partage et d?amour". Le Pape François a conclu son homélie par une prière à la Vierge: "Ô Marie, Mère de Jésus, toi qui as accueilli, enseigne-nous à accueillir; toi qui as adoré, enseigne-nous à adorer, toi qui as suivi, enseigne-nous à suivre. Amen".

LE PAPE INVITE LES PRESIDENTS ABBAS ET PERES AU VATICAN

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). Après le Regina C?li, le Saint-Père a dit: "En ce lieu, où est né le Prince de la paix, je désire inviter le Président Abbas et le Président Peres, à prier intensément avec moi pour solliciter de Dieu le don de la paix. J'offre ma maison, le Vatican, pour accueillir cette rencontre de prière. Nous tous désirons la paix que beaucoup de personnes construisent chaque jour par de petits gestes. Nombreux sont ceux qui souffrent et supportent patiemment les efforts de beaucoup de tentatives pour la construire. Et tous, spécialement ceux qui sont placés au service de leur peuple, nous avons le devoir de nous faire instruments et artisans de paix, avant tout dans la prière. Construire la paix est difficile, mais vivre sans paix est un tourment. Tous les hommes et toutes les femmes de cette terre et du monde entier nous demandent de porter devant Dieu leur ardente aspiration à la paix".

LE PAPE CONFIE LA TERRE SAINTE A MARIE

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). Après son invitation au Vatican des Présidents israélien et palestinien, le Pape a récité avec l'assemblée le Regina Coeli, rappelant une nouvelle fois que c'est en ce lieu que Marie a donné le jour à Jésus: "La Vierge est celle qui, plus que quiconque, a contemplé Dieu dans le visage humain de son fils. Aidée par Joseph, elle l?a enveloppé dans les langes et l?a couché dans la mangeoire. Nous lui confions ce territoire et tous ceux qui y habitent, afin qu?ils puissent vivre dans la justice, dans la paix et dans la fraternité. Nous lui confions aussi les pèlerins qui viennent pour s?abreuver aux sources de la foi chrétienne... Veille, ô Marie, sur les familles, sur les jeunes, sur les personnes âgées. Veille sur tous ceux qui ont perdu la foi et l?espérance. Réconforte les malades, les prisonniers et toutes les personnes souffrantes. Soutiens les pasteurs et toute la communauté des croyants, pour qu?ils soient sel et lumière en cette terre bénie. Soutiens les ?uvres d?éducation, en particulier la Bethlehem University. En contemplant la Sainte Famille ici, à Bethléem, ma pensée va également à Nazareth, où j?espère pouvoir me rendre, si Dieu le veut, en une autre occasion. J?embrasse d?ici les fidèles chrétiens qui vivent en Galilée et j?encourage la réalisation à Nazareth du Centre international pour la famille. Confions le sort de l?humanité à la Vierge Sainte, afin que s?ouvrent dans le monde les horizons nouveaux et prometteurs de la fraternité, de la solidarité et de la paix". Après la prière mariale, le Saint-Père et sa suite ont gagné le centre d'accueil franciscain pour les pèlerins, où ils ont déjeuné avec des familles palestiniennes, locales et réfugiées.

RENCONTRE AVEC LES AUTORITES PALESTINIENNES

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). A 7 h 30' locales, le Pape a quitté la nonciature d'Amman pour gagner Bethléem en hélicoptère, où il a rencontré au palais présidentiel le Président palestinien M.Mahmoud Abbas. Dans l'Ancien Testament Bethléem est citée lors de la mort de Rachel sous l'appellation de Bethléem de Juda, du nom de la tribu à laquelle elle appartenait. David y fut consacré roi. A la naissance de Jésus, "la plus petite des villes de tout Israël", allait revêtir une importance mondiale et devenir un but de pèlerinage. En 135 Hadrien y établit le culte d'Adonis que Constantin remplace en 330 par celui du Christ. Après la conquête arabe, le Calife Omar instaure la tolérance religieuse. Mais au cours des croisades, les musulmans dévastent la cité à l'approche des croisés. Baudoin, le premier roi franc de Jérusalem, y est couronné en 1110. La reconquête arabe de 1187 puis l'occupation ottomane entraînent le déclin de Bethléem qui, au XVII siècle, n'est plus qu'un village, principalement habité de chrétiens, qui reprendra vie au début du XIX siècle. En 1831 le Pacha égyptien Mohamed Ali conquiert la ville et chasse les musulmans favorables aux turcs. Dix ans plus tard, elle repasse sous contrôle ottoman pour faire partie de la Palestine sous mandat britannique en 1918 et enfin du royaume achémite en 1946. Après la Guerre des six jour, elle est occupée comme Jérusalem Est et la Cisjordanie par les israéliens. Depuis l'Accord d'Oslo de 1995, Bethléem fait partie des Territoires autonomes palestiniens, récemment devenus l'Etat de Palestine. Accompagné du Président Abbas, le Saint-Père a salué les représentants des différentes communautés chrétiennes de Palestine, de Jordanie et de Gaza, avant de gagner la salle où l'attendaient les corps constitués et le corps diplomatique pour son discours:

"Depuis des décennies le Moyen Orient subit les conséquences dramatiques du prolongement d'un conflit qui a produit tant de blessures difficiles à cicatriser ; même quand heureusement la violence ne se déchaîne pas, l?incertitude de la situation et l?incompréhension entre les parties produisent insécurité, droits niés, isolement et exode de communautés entières, divisions, carences et souffrances de tout genre. En manifestant ma proximité à tous ceux qui souffrent le plus des conséquences de ce conflit, je voudrais dire du plus profond de mon coeur qu'il est temps de mettre fin à cette situation, qui devient toujours plus inacceptable, et ce pour le bien de tous. Que redoublent donc les efforts et les initiatives destinés à créer les conditions d'une paix stable, basée sur la justice, sur la reconnaissance des droits de chacun et sur la sécurité réciproque. Le moment est arrivé pour tous d'avoir le courage de la générosité et de la créativité au service du bien, le courage de la paix, qui s'appuie sur la reconnaissance, de la part de tous, du droit de deux états à exister et à jouir de la paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues. Il faut qu?à telle fin on évite de part et d'autre toute initiative ou acte contredisant la volonté déclarée d?arriver à un vrai accord. Qu?on ne se lasse pas de rechercher la paix avec détermination et cohérence. La paix apportera avec elle d?innombrables bénéfices pour les peuples de cette région et pour le monde entier. Il faut donc marcher résolument vers elle, même en renonçant chacun à quelque chose. Je souhaite aux peuples palestinien et israélien et à leurs respectives autorités d?entreprendre cet heureux exode vers la paix avec ce courage et cette fermeté nécessaires à tout exode. La paix dans la sécurité et la confiance mutuelle deviendront le cadre de référence stable pour affronter et résoudre les autres problèmes et offrir ainsi une occasion de développement équilibré, tel qu?il devienne un modèle pour d?autres zones de crise.

Je tiens à mentionner l?active communauté chrétienne qui offre sa contribution significative au bien de la société et qui participe aux joies et aux souffrances de tout le peuple. Les chrétiens entendent continuer à remplir ce rôle comme citoyens de plein droit, ensemble avec leurs autres concitoyens considérés comme des frères. Vous, Monsieur le Président, vous êtes connu comme un homme de paix". Après avoir évoqué leur récente rencontre au Vatican et souligné les bonnes relations entre le Saint-Siège et la Palestine, le Pape a souhaité "qu?elles puissent ultérieurement se renforcer pour le bien de tous. A ce sujet, j?exprime mon appréciation pour l?engagement en vue d?élaborer un Accord entre les Parties, concernant divers aspects de la vie de la communauté catholique du pays, avec une attention spéciale à la liberté religieuse. Le respect de ce droit fondamental est, en effet, une des conditions inaliénables de la paix, de la fraternité et de l?harmonie. Il rappelle au monde qu?il est nécessaire et possible de trouver un bon accord entre cultures et religions différentes. Il témoigne que les choses que nous avons en commun sont si nombreuses et si importantes qu?il est possible de trouver une voie de cohabitation sereine, ordonnée et pacifique, dans l?accueil des différences et dans la joie d?être frères parce qu'enfants d?un unique Dieu. Monsieur le Président, chers amis réunis ici à Bethléem, que Dieu tout-puissant vous bénisse, qu?il vous protège et qu?il vous accorde la sagesse et la force nécessaires pour poursuivre le courageux chemin de la paix, de manière que les épées se transforment en charrue et que cette terre puisse à nouveau fleurir dans la prospérité et dans la concorde. Salam!".

AU JOURDAIN, APPEL POUR LES REFUGIES DE SYRIE ET D'IRAK

Cité du Vatican, 24 mai 2014 (VIS). Après avoir célébré la messe au stade de Amman, le Pape François a parcouru en voiture les cinquante kilomètres qui le séparaient de la région de Béthanie, située au-delà du Jourdain et qui fut le centre d'activité de Jean-Baptiste et lieu de vie de Jésus. Béthanie est encore ensevelie et sa localisation précise reste inconnue. Elle se trouve sans doute à 200 mètres de la colline du prophète Elie où des fouilles archéologiques n'ont pas encore été effectuées. La zone est appelée 'Wadi al Kharrar (vallée mélodieuse) en raison du bruit des eaux du Jourdain. La localité se trouve à 350 mètres sous le niveau de la Méditerranée, à quelques kilomètres de l'endroit où le fleuve s'élargit et débouche dans la mer Morte. Accueilli par le Roi Abdallah II, qui l'attendait à l'église latine de Béthanie, le Pape s'est ensuite rendu sur le lieu traditionnel du baptême de Jésus, poursuivant sa route jusqu'au bord du Jourdain pour se recueillir quelques instants en silence et bénir l'eau du fleuve. Il est ensuite entré une sacristie improvisée car l'église dont Benoît XVI a béni la première pierre le 10 mai 2009 n'est pas achevée. Quelques 600 personnes attendaient le Saint-Père, parmi eux des réfugiés et de jeunes handicapés vers lesquels il s'est dirigé en premier: "A cause de conflits sanglants vous avez dû laisser vos maisons et votre patrie pour trouver refuge en cette terre hospitalière de Jordanie. J?ai voulu vous rencontrer, chers jeunes qui faites l?expérience du poids de quelque limite physique. Le lieu dans lequel nous nous trouvons nous rappelle le baptême de Jésus. En venant ici au Jourdain se faire baptiser par Jean, Jésus montre son humilité et partage notre condition humaine: il s?abaisse jusqu?à nous et, par son amour, il nous rend la dignité et nous donne le salut. Cette humilité de Jésus, le fait qu?il se penche sur les blessures humaines pour les guérir, nous touche toujours. Et à notre tour nous sommes profondément touchés par les drames et les blessures de notre temps, spécialement par celles provoquées par les conflits encore ouverts au Proche et Moyen Orient. Je pense en premier lieu à la Syrie, déchirée par une lutte fratricide qui dure depuis désormais trois ans, et qui a déjà fait d?innombrables victimes, obligeant des millions de personnes à se réfugier et à s'exiler en d?autres pays". Nous voulons tous la paix, s'est il exclamé. Mais face à tant de victimes, de souffrances, de blessures et de dégâts, je me demande qui vend toutes ces armes pour alimenter les guerres? Là est la racine du mal: La haine et le profit recherché par les fabricants et les vendeurs d'armes, qui sont derrière ces conflits et font en sorte qu'ils se perpétuent. Pensons y et prions aussi pour la conversion de ces criminels!".

Puis le Saint-Père a remercié les autorités et le peuple jordanien pour ''l'accueil généreux d'un nombre très élevé de réfugiés provenant de Syrie et d'Irak et j'étends mes remerciements à tous ceux qui font ?uvre d'assistance et de solidarité envers les réfugiés. Je pense aussi aux ?uvres de charité réalisées par des institutions de l?Eglise comme Caritas jordanienne, et d?autres, qui, en portant assistance à ceux qui en ont besoin, sans distinction de foi religieuse, d?appartenance ethnique ou idéologique, manifestent la splendeur du visage charitable de Jésus miséricordieux. Que Dieu clément et tout-puissant vous bénisse tous et chacun pour vos efforts, afin de soulager les souffrances causées par la guerre!... Je m'adresse maintenant à la communauté internationale pour qu?elle ne laisse pas seule la Jordanie à faire face à l?urgence humanitaire venant de l?arrivée sur son territoire d?un nombre si élevé de réfugiés. Qu?elle poursuive et accroisse son action de soutien et d?assistance. Et je renouvelle mon appel le plus pressant pour la paix en Syrie. Que cessent les violences et que soit respecté le droit humanitaire, en garantissant l?assistance nécessaire à la population qui souffre! Que tous abandonnent la prétention de laisser aux armes la solution des problèmes et que l?on revienne sur le chemin de la négociation. La solution, en effet, ne peut venir que du dialogue et de la modération, de la compassion pour celui qui souffre, de la recherche d?une solution politique et du sens de la responsabilité envers les frères.''.

Le Pape a ensuite demandé aux jeunes de s'unir à sa prière pour la paix: ''Vous pouvez le faire aussi en offrant à Dieu vos peines quotidiennes, et ainsi votre prière deviendra précieuse et efficace. Et je vous encourage à collaborer, par votre engagement et votre sensibilité, à la construction d?une société respectueuse des plus faibles, des malades, des enfants, des personnes âgées. Même dans les difficultés de la vie, soyez signe d?espérance. Vous êtes dans le c?ur de Dieu et de mes prières, et je vous remercie pour votre présence chaleureuse et nombreuse'. Au terme de cette rencontre -a-t-il conclu- je renouvelle le souhait que prévalent la raison et la modération et, qu?avec l?aide de la communauté internationale, la Syrie retrouve le chemin de la paix. Que Dieu convertisse les violents et ceux qui ont des projets de guerre, qu?il fortifie les c?urs et les esprits des artisans de paix et qu?il les récompense de ses bénédictions''.

MESSE PAPALE A AMMAN

Cité du Vatican, 24 mai 2014 (VIS). Hier après-midi, le Pape François s'est rendu au grand stade de Amman pour y célébrer une messe en présence d'environ 40.000 fidèles de Jordanie et de réfugiés en provenance des pays voisins, là même où Benoît XVI avait célébré en 2009. Nombre de fidèles, ont suivi la liturgie sur écran hors du stade, tandis de 1.400 enfants communiant pour la première fois: Nous nous trouvons ici, a-t-il dit à l'homélie, "non loin du lieu où l?Esprit est descendu avec puissance sur Jésus, après que Jean l?ait baptisé dans le Jourdain. L?Evangile de ce dimanche, ainsi que ce lieu...nous invitent à méditer sur l?Esprit Saint, sur ce qu?il a accompli dans le Christ. En nous aussi, son action est triple: Il prépare, il oint, il envoie. Au moment du baptême, l?Esprit se pose sur Jésus pour le préparer à sa mission salvatrice... Présent dès le début de l?histoire du salut, il avait déjà opéré en Jésus au moment de sa conception dans le sein virginal de Marie de Nazareth, réalisant l?événement admirable de l?Incarnation... Ensuite, l?Esprit a agi en Siméon et Anne le jour de la présentation de Jésus au Temple... Dans l?attitude prophétique des deux vieillards s?exprime la joie de la rencontre avec le Rédempteur et, dans un certain sens, une préparation de la rencontre entre le Messie et le peuple a lieu. Les diverses interventions de l?Esprit font partie d?une action harmonieuse, d?un unique projet divin d?amour. Etant lui-même harmonie, sa mission est de générer l?harmonie et d'apporter la paix dans les différents contextes et entre des sujets divers. La diversité de personnes et de pensée ne doit pas provoquer refus et obstacles, parce que la variété est toujours un enrichissement. Par conséquent invoquons avec un c?ur ardent l?Esprit Saint, en lui demandant de préparer la route de la paix et de l?unité".

"L?Esprit Saint, qui a oint intérieurement Jésus, oint les disciples pour qu?ils aient les mêmes sentiments que Jésus et puissent ainsi assumer dans leur vie les attitudes qui favorisent la paix et la communion. Avec l?onction de l?Esprit, notre humanité est marquée de la sainteté de Jésus Christ et cette onction nous rend capables d?aimer nos frères avec l?amour même dont Dieu nous aime. Par conséquent, il est nécessaire de poser des gestes d?humilité, de fraternité, de pardon, de réconciliation. Ces gestes sont les prémices et la condition pour une paix vraie, solide et durable. Demandons au Père de nous oindre afin que nous devenions pleinement ses enfants, toujours plus conformes au Christ, pour nous sentir tous frères et ainsi éloigner de nous rancunes et divisions et nous aimer fraternellement... Et puis l?Esprit envoie. Jésus est l?Envoyé, rempli de l?Esprit du Père. Oints du même Esprit, nous sommes aussi envoyés comme messagers et témoins de paix. Combien ce monde a besoin de nous tous comme messagers et témoins de paix. Le monde nous le demande! La paix ne peut s?acheter car elle est un don à recevoir avec patience et à construire comme artisanalement par les petits et grands gestes de notre vie quotidienne. Le chemin de la paix se consolide si nous reconnaissons que nous avons tous le même sang et faisons partie du genre humain, si nous n?oublions pas que nous avons un seul Père céleste et que nous sommes tous ses enfants, faits à son image et à sa ressemblance.... Je m?adresse maintenant, et vous tous avec moi, aux nombreux réfugiés chrétiens provenant de Palestine, de Syrie et d?Irak ici présents auxquels je demande de porter à leurs familles et communautés mon salut et l'assurance de ma proximité... L?Esprit Saint est descendu sur Jésus près du Jourdain et a commencé son ?uvre de rédemption pour libérer le monde du péché et de la mort. Demandons-lui de préparer nos c?urs à la rencontre avec nos frères au-delà des différences d?idées, de langues, de cultures, de religions. Demandons-lui d?oindre tout notre être de l?huile de sa miséricorde qui guérit les blessures des erreurs, des incompréhensions, des controverses. Demandons-lui de nous envoyer avec humilité et douceur sur les sentiers exigeants, mais féconds, de la recherche de la paix. Amen!".

ACCES AUX TEXTES EN LANGUE ARABE

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). A la demande du Pape François, depuis hier samedi 24 mai, les textes prononcés au long de son voyage sont également disponibles en arabe sur le site www.vatican.va , sur widget et les applications pour Android et Apple, portables et tablettes. Ces traductions seront progressivement ajoutées sur ce site.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Lun 26 Mai - 20:52

Sommaire

- ARRIVEE EN ISRAEL: QUE LES DEUX ETATS DEVIENNENT REALITE


- DECLARATION CONJOINTE DU PAPE ET DU PATRIARCHE OECUMENIQUE

- RENCONTRE OECUMENIQUE AU SAINT-SEPULCRE

- VISITE AU GRAND MUFTI DE JERUSALEM

- LE PAPE PRIE AU MUR OCCIDENTAL ET PARLE AU YAD VASHEM

- NOTRE AMITIE EST UN DES FRUITS DU CONCILE VATICAN II

- RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT DE L'ETAT D'ISRAEL

- AUTRES ACTES PONTIFICAUX

ARRIVEE EN ISRAEL: QUE LES DEUX ETATS DEVIENNENT REALITE

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). En début d'après midi, le Pape s'est rendu à la basilique de la Nativité. Les premières informations historiques sur la Grotte de la crèche de Bethléem remontent à Origène. En 326, l'empereur Constantin fait construire sur le site une basilique qui recouvre le site. Endommagée suite aux incendies et à la révolte des Samaritains, elle fut restaurée en 540. En 614, les Perses envahirent la région mais épargnèrent la basilique en raison des fresques qui représentaient les Rois mages en costume perse. En 638, les musulmans entrent à Bethléem qui passe aux mains des Croisés en 1099. En 1187, Saladin occupe Jérusalem et Bethléem mais épargne le sanctuaire. En 1192, l'évêque de Salisbury obtient le rétablissement du culte latin en échange du paiement d'un tribut de la part des fidèles. En 1347, les Franciscains obtinrent des Ottomans d'officier dans la basilique ainsi que la possession de la grotte et de la basilique. Au XVI siècle, commence la période des contestations pour leur possession entre les Franciscains et Orthodoxes, qui change de mains au gré de la Sublime Porte. Avec la défaite et l'expulsion des Vénitiens de Crête en 1669, les Orthodoxes sont autorisés à prendre possession de la basilique, qui est encore leur propriété alors que la grotte de la Nativité est revenue aux franciscains en 1690. La basilique Sainte-Catherine contiguë à la basilique de la Nativité est la paroisse latine de Bethléem. La propriété des lieux saints est un sujet qui oppose depuis des siècles les communautés appartenant aux trois religions monothéistes de Terre Sainte et un sujet brûlant jusque dans les chancelleries internationales. Au XVII siècle, la lutte entre les communautés orthodoxe et latine subit les hauts et les bas de la politique internationale et des relations entre les puissances de l'époque, l'empire ottoman, les républiques maritimes italiennes qui protégeaient les latins, et la Russie, traditionnelle protectrice des orthodoxes. Certains sanctuaires passent alors d'une communauté à l'autre parfois sur la seule base de sommes d'argent offertes à la Sublime Porte. En 1850, une requête française adressée au Sultan pour définir la question provoque un nouvel affrontement contre la Russie. Istanbul publie en 1852 un décret établissant le maintien du Statu Quo, congelant les réclamations des franciscains à propos des expropriations dont ils étaient victimes depuis des siècles. Cet édit ottoman, encore en vigueur, règle la situation de quelques sanctuaires comme la grotte de la Nativité à Bethléem, le Cénacle et le Saint Sépulcre à Jérusalem.

Le Pape François a visité la grotte de la Nativité en y accédant par un passage entre le couvent franciscain et la basilique grecque orthodoxe. Après un moment de prière, il a gagné le Phoenix Centre de Bethléem, accueillant le camp de réfugiés de Dheisheh qui a été construit grâce à une donation de Jean-Paul II lors de sa visite en 2000. Le Pape a été reçu dans l'auditorium par une centaine d'enfants provenant des camps de réfugiés de Dheisheh, Aida et Beit Jibrin. Dans une ambiance de fête et de chants, deux enfants lui ont remis des dessins, lettres et travaux manuels. Le Saint-Père a prié avec les enfants avant de les bénir. Un d'entre eux a lu un texte: Nous sommes les enfants de la Palestine. Depuis 66 ans nos parents subissent l'occupation. Nous avons ouvert les yeux sur cette occupation et nous avons vu la nakba dans les yeux de nos grands parents, quand ils ont quitté ce monde. Nous voulons dire au monde: assez de souffrances et d'humiliations!. "Ne faites jamais en sorte que le passé détermine votre vie -leur a répondu le Saint-Père-. Regardez toujours devant. Travaillez et luttez pour obtenir les choses que vous voulez. Mais sachez une chose: que la violence ne se vainc pas par la violence! La violence se vainc par la paix! Avec la paix, avec le travail, avec la dignité de faire aller de l'avant la patrie!". Ensuite le Saint-Père a gagné l'héliport où l'attendait le Président palestinien, pour prendre congé en présence de la garde d'honneur.

Une demie-heure plus tard, le Pape est arrivé à atterri à Tel-Aviv, où il a été accueilli par le Président israélien Shimon Peres, le Premier Ministre Benjamin Nétanyahu, les corps constitués et les autorités religieuses, les évêques de Terre Sainte et un ch?ur de jeunes: "Je viens comme pèlerin cinquante ans après le voyage historique de Paul VI", a déclaré le Saint-Père. "Depuis lors, beaucoup de choses ont changé entre le Saint-Siège et l?Etat d?Israël. Les relations diplomatiques, qui existent entre nous désormais depuis une vingtaine d?années, ont favorisé l?accroissement de relations bonnes et cordiales, comme en témoignent les deux accords déjà signés et ratifiés et celui en voie de perfectionnement. Dans cet esprit, j?adresse mon salut à tout le peuple d?Israël et je souhaite que se réalisent ses aspirations à la paix et à la prospérité". Le Pape a souligné que la Terre Sainte est une référence spirituelle pour une grande partie de l'humanité là où s?est déroulée une histoire pluri-millénaire et où se sont produits les principaux événements liés à la naissance et au développement des trois grandes religions monothéistes... C?est pourquoi je souhaite que cette terre bénie soit un lieu où il n?y ait aucune place pour celui qui, en instrumentalisant et en exacerbant la valeur de sa propre appartenance religieuse, devient intolérant et violent envers celle d?autrui". Il a aussi souligné que durant ce pèlerinage, il visiterait quelques uns des lieux les plus significatifs de Jérusalem, "ville de valeur universelle... Jérusalem signifie cité de la paix. C?est ainsi que Dieu la veut et c?est ainsi que tous les hommes de bonne volonté désirent qu?elle soit. Mais malheureusement, cette ville est encore tourmentée par les conséquences de longs conflits. Nous savons tous combien la nécessité de la paix est urgente, non seulement pour Israël, mais encore pour toute la région. Par conséquent, que se multiplient les efforts et les énergies en vue d?arriver à une résolution juste et durable des conflits qui ont causé tant de souffrances. En union avec tous les hommes de bonne volonté, je supplie tous ceux qui sont investis de responsabilité de ne laisser passer aucune tentative pour la recherche de solutions équitables aux difficultés complexes, de manière qu?israéliens et palestiniens puissent vivre en paix. Il faut entreprendre toujours avec courage et sans se lasser la voie du dialogue, de la réconciliation et de la paix. Il n?y en a pas d?autre".

Par ses paroles, il a renouvelé l'appel que Benoît XVI avait fait lors de sa visite en 2009: "Qu?il soit universellement reconnu que l?Etat d?Israël a le droit d?exister et de jouir de la paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues. Qu?il soit également reconnu que le Peuple palestinien a le droit à une patrie souveraine, à vivre avec dignité et à voyager librement. Que la solution de deux Etats devienne réalité et ne demeure pas un rêve". Le Saint-Père a évoqué la visite qu'il fera deamin au Mémorial de Yad Vashem, érigé en souvenir des six millions de juifs victimes de la Shoah, "tragédie qui demeure comme un symbole du point où peut arriver la méchanceté de l?homme quand, fomentée par de fausses idéologies, il oublie la dignité fondamentale de chaque personne, qui mérite un respect absolu quel que soit le peuple auquel elle appartient et la religion qu?elle professe. Je prie Dieu pour que plus jamais ne se produise un tel crime, dont ont été victimes aussi tant de chrétiens et d?autres. Nous souvenant toujours du passé, promouvons une éducation où l?exclusion et l?affrontement laissent place à l?inclusion et à la rencontre, où il n?y ait pas de place pour l?antisémitisme, quelle que soit la forme sous laquelle il se manifeste, ni pour une quelconque expression d?hostilité, de discrimination ou d?intolérance envers des personnes et des peuples". Le Pape a évoqué "avec le c?ur profondément peiné ceux qui ont perdu la vie dans l'atroce attentat de samedi à Bruxelles. Je m'insurge vivement contre cet acte criminel de haine antisémite et je confie les victimes à Dieu miséricordieux tout en implorant la guérison des blessés". Ajoutant que ses rencontres seront limitées en raison de la brièveté de son voyage, le Pape a profité de l'occasion pour saluer tous les citoyens israéliens et leur manifester sa proximité, "en particulier à ceux qui vivent à Nazareth et en Galilée, où sont présentes aussi de nombreuses communautés chrétiennes". Avant de conclure et de se séparer des personnes présentes, le Pape s'est adressé aux évêques et aux fidèles laïcs chrétiens qu'il a encouragé à "poursuivre avec confiance et espérance leur témoignage serein en faveur de la réconciliation et du pardon, en suivant l?enseignement et l?exemple du Seigneur Jésus, qui a donné sa vie pour la paix entre l?homme et Dieu, entre frère et frère. Soyez ferment de réconciliation, porteurs d?espérance, témoins de charité. Sachez que vous êtes toujours dans mes prières".

DECLARATION CONJOINTE DU PAPE ET DU PATRIARCHE ?CUMENIQUE

Cité du Vatican, 26 mai 2014 (VIS). Après la cérémonie de bienvenue à l'aéroport de Tel Aviv, le Pape s'est rendu en hélicoptère à Jérusalem pour rencontrer à la délégation apostolique le Patriarche oecuménique de Constantinople SS Barthélémy accompagné de trois hauts dignitaires. Ont assisté à la rencontre le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'Etat, et le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens. Le Patriarche a été élu en 1991, 270 Archevêque de Constantinople et Patriarche oecuménique (orthodoxie). Il a rencontré Benoît XVI au Vatican en 2008 et participé à la célébration du deuxième millénaire de la naissance de saint Paul. Le 19 mars 2013, il a assisté à la messe d'intronisation du Pape François. Ce fut la première fois, depuis le grand schisme de 1054, qu'un patriarche orthodoxe participait à la cérémonie d'inauguration de pontificat d'un pape catholique. Au terme de leur rencontre, le Pape François et le Patriarche Barthélémy ont signé la déclaration conjointe suivante:

1.Comme nos vénérables prédécesseurs, le Pape Paul VI et le Patriarche oecuménique Athénagoras, qui se sont rencontrés ici à Jérusalem, il y a cinquante ans, nous aussi, le Pape François et le Patriarche Barthélémy, nous étions déterminés à nous rencontrer en Terre Sainte où notre commun Rédempteur, le Christ Notre-Seigneur, a vécu, a enseigné, est mort, est ressuscité et monté au ciel, d?où il a envoyé le Saint Esprit sur l?Eglise naissante (communiqué commun du 6 janvier 1964). Notre nouvelle rencontre, entre les Evêques des Eglises de Rome et de Constantinople, fondées respectivement par les deux frères, les apôtres Pierre et André, est pour nous source d?une profonde joie spirituelle. Elle offre une occasion providentielle pour réfléchir sur la profondeur et sur l?authenticité des liens existant entre nous, qui sont les fruits d?un parcours rempli de grâce au long duquel le Seigneur nous a conduits, depuis ce jour béni d?il y a cinquante ans.

2.Notre rencontre fraternelle, aujourd?hui, est une nouvelle et nécessaire étape sur la route de l?unité à laquelle seul l?Esprit Saint peut nous conduire, celle de la communion dans une légitime diversité. Nous nous rappelons, avec une profonde gratitude, les étapes que le Seigneur nous a déjà rendus capables d?entreprendre. L?accolade échangée entre le Pape Paul VI et le Patriarche Athénagoras, ici, à Jérusalem, après tant de siècles de silence, a préparé le chemin pour un geste important, le retrait de la mémoire et du sein de l?Eglise des actes d?excommunication mutuelle en 1054. Ce geste a été suivi par un échange de visites entre les Sièges respectifs de Rome et de Constantinople, par une correspondance régulière et, plus tard, par la décision, annoncée par le Pape Jean-Paul II et le Patriarche Dimitrios, tous deux d?heureuse mémoire, d?initier un dialogue théologique en vérité entre catholiques et orthodoxes. Tout au long de ces années, Dieu, source de toute paix et de tout amour, nous a enseignés à nous regarder les uns les autres comme membres de la même famille chrétienne, sous un seul Seigneur et Sauveur, Jésus Christ, et à nous aimer les uns les autres, de sorte que nous puissions professer notre foi au même Evangile du Christ, tel qu?il fut reçu par les apôtres, exprimé et transmis à nous par les conciles ?cuméniques ainsi que par les pères de l?Eglise. Tandis que nous sommes conscients de ne pas avoir atteint l?objectif de la pleine communion, aujourd?hui, nous confirmons notre engagement à continuer de marcher ensemble vers l?unité pour laquelle le Christ notre Seigneur a prié le Père afin que tous soient un.

3.Bien conscients que l?unité est manifestée dans l?amour de Dieu et dans l?amour du prochain, nous attendons avec impatience ce jour où, finalement, nous partagerons ensemble le banquet eucharistique. Comme chrétiens, nous sommes appelés à nous préparer à recevoir ce don de la communion eucharistique, selon l?enseignement de Saint Irénée de Lyon, par la confession de la même foi, une prière persévérante, une conversion intérieure, une vie renouvelée et un dialogue fraternel. En atteignant ce but espéré, nous manifesterons au monde l?amour de Dieu par lequel nous sommes reconnus comme de vrais disciples de Jésus-Christ.

4.A cette fin, le dialogue théologique entrepris par la Commission mixte internationale offre une contribution fondamentale à la recherche pour la pleine communion entre catholiques et orthodoxes. Ensuite, sous les papes Jean-Paul II et Benoît XVI, et le Patriarche Dimitrios, les progrès de nos rencontres théologiques ont été substantiels. Aujourd?hui, nous exprimons notre sincère appréciation pour les acquis, tout comme pour les efforts en cours. Ceux-ci ne sont pas un pur exercice théorique, mais un exercice dans la vérité et dans l?amour qui exige une connaissance toujours plus profonde des traditions de l?autre pour les comprendre et pour apprendre à partir d?elles. Ainsi, nous affirmons une fois encore que le dialogue théologique ne recherche pas le plus petit dénominateur commun sur lequel aboutir à un compromis, mais qu?il est plutôt destiné à approfondir la compréhension de la vérité tout entière que le Christ a donnée à son Eglise, une vérité que nous ne cessons jamais de mieux comprendre lorsque nous suivons les impulsions de l?Esprit Saint. Par conséquent, nous affirmons ensemble que notre fidélité au Seigneur exige une rencontre fraternelle et un dialogue vrai. Une telle quête ne nous éloigne pas de la vérité. Tout au contraire, à travers un échange de dons, sous la conduite de l?Esprit Saint, elle nous mènera à la vérité tout entière.

5.Cependant, même en faisant ensemble cette route vers la pleine communion, nous avons maintenant le devoir d?offrir le témoignage commun de l?amour de Dieu envers tous, en travaillant ensemble au service de l?humanité, spécialement en défendant la dignité de la personne humaine à toutes les étapes de la vie et la sainteté de la famille basée sur le mariage, en promouvant la paix et le bien commun, et en répondant à la souffrance qui continue d?affliger notre monde. Nous reconnaissons que la faim, la pauvreté, l?analphabétisme, l?inéquitable distribution des ressources doivent constamment être affrontés. C?est notre devoir de chercher à construire une société juste et humaine dans laquelle personne ne se sente exclu ou marginalisé.

6.C?est notre profonde conviction que l?avenir de la famille humaine dépend aussi de la façon dont nous sauvegardons, avec prudence et compassion, avec justice et équité, le don de la création que notre Créateur nous a confié. Par conséquent, nous regrettons le mauvais traitement abusif de notre planète, qui est un péché aux yeux de Dieu. Nous réaffirmons notre responsabilité et notre obligation d?encourager un sens de l?humilité et de la modération, de sorte que tous sentent la nécessité de respecter la création et de la sauvegarder avec soin. Ensemble, nous réaffirmons notre engagement à sensibiliser au sujet de la gestion de la création; nous appelons tous les hommes de bonne volonté à considérer les manières de vivre plus sobrement, avec moins de gaspillage, manifestant moins d?avidité et plus de générosité pour la protection du monde de Dieu et pour le bénéfice de son peuple.

7.De même, il y a une nécessité urgente pour une coopération effective et engagée des chrétiens en vue de sauvegarder partout le droit d?exprimer publiquement sa foi, et d?être traité équitablement lorsqu?on promeut ce que le christianisme continue d?offrir à la société et à la culture contemporaines. A ce propos, nous invitons tous les chrétiens à promouvoir un authentique dialogue avec le judaïsme, l?islam et d?autres traditions religieuses. L?indifférence et l?ignorance mutuelles ne peuvent que conduire à la méfiance, voire, malheureusement, au conflit.

8.De cette sainte ville de Jérusalem, nous exprimons nos profondes préoccupations partagées pour la situation des chrétiens au Proche et Moyen Orient et pour leur droit de rester des citoyens à part entière de leurs patries. Avec confiance, nous nous tournons vers le Dieu tout-puissant et miséricordieux, dans une prière pour la paix en Terre Sainte et au Moyen Orient en général. Nous prions spécialement pour les Eglises en Egypte, en Syrie et en Irak, qui ont souffert le plus douloureusement en raison des récents événements. Nous encourageons toutes les parties, indépendamment de leurs convictions religieuses, à continuer d??uvrer pour la réconciliation et pour la juste reconnaissance des droits des peuples. Nous sommes persuadés que ce ne sont pas les armes, mais le dialogue, le pardon et la réconciliation qui sont les seuls moyens possibles pour obtenir la paix.

9.Dans un contexte historique marqué par la violence, l?indifférence et l?égoïsme, beaucoup d?hommes et de femmes sentent aujourd?hui qu?ils ont perdu leurs repères. C?est précisément à travers notre témoignage commun de la bonne nouvelle de l?Evangile que nous pouvons être capables d?aider nos contemporains à redécouvrir la voie qui conduit à la vérité, à la justice et à la paix. Unis dans nos intentions, et nous rappelant l?exemple, il y a cinquante ans, du Pape Paul VI et du Patriarche Athénagoras, nous lançons un appel à tous les chrétiens, ainsi qu?aux croyants de toutes les traditions religieuses et à tous les hommes de bonne volonté, à reconnaître l?urgence de l?heure qui nous oblige à chercher la réconciliation et l?unité de la famille humaine, tout en respectant pleinement les différences légitimes, pour le bien de toute l?humanité et des générations futures.

10.En entreprenant ce pèlerinage commun à l?endroit où notre unique et même Seigneur Jésus Christ a été crucifié, a été enseveli et est ressuscité, nous recommandons humblement à l?intercession de la Très Sainte et toujours Vierge Marie nos futurs pas sur le chemin vers la plénitude de l?unité, en confiant l?entière famille humaine à l?amour infini de Dieu.

Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu?il se penche vers toi! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu?il t?apporte la paix! De Jérusalem, le 25 mai 2014.

RENCONTRE ?CUMENIQUE AU SAINT-SEPULCRE

Cité du Vatican, 26 mai 2014 (VIS). Après avoir signé la déclaration conjointe, le Saint-Père et le Patriarche oecuménique se sont rendus à la basilique du Saint-Sépulcre pour prendre part à une cérémonie ?cuménique. Le Pape est entré dans la basilique par la porte du Muristan alors que le Patriarche est entré par la porte Ste.Hélène. Ont également pris part les évêques de Terre Sainte, l'archevêque syrien, l'archevêque éthiopien, l'évêque anglican, l'évêque luthérien et d'autres évêques. Etaient également présents les consuls généraux des cinq pays qui garantissent le Statu Quo de la Basilique (France, Belgique, Espagne, Italie, Grèce) et les autres consuls du Corpus Separatum de Jérusalem (Suède, Etats-Unis, Turquie, Royaume-Uni). Selon la tradition, le Saint-Sépulcre est le site de la crucifixion, de la sépulture et de la résurrection du Christ. Après la répression de la révolte juive en 135, Jérusalem subit un changement radical. Les juifs, les samaritains et les judéo-chrétiens sont expulsés avec l'interdiction de revenir. Hadrien, dans l'intention de supprimer toute trace de la religion judaïque qui avait provoquée deux violentes révoltes, s'emploie à faire disparaître tous les lieux de culte. Le Saint-Sépulcre connaît le même sort. Il est rasé et comblé, et un temple de Venus est érigé par dessus. Au cours du premier concile ?cuménique de Nicée en 325, l'évêque de Jérusalem, Macaire, invite l'empereur Constantin à rendre le Saint Sépulcre à la lumière, qui avait été conservé enterré. Hélène, la mère de Constantin, ordonna la construction de la basilique de la Résurrection, basilique qui, au fil des siècles, connaîtra divers sorts: De l'invasion de 614 au cours de laquelle la pierre de la sépulture aurait été brisée, à la décision des Croisés en 1099 de rassembler tous les monuments rappelant la mort et la résurrection du Christ en un seul édifice qui resta presque inaltéré jusqu'à la fin du XIX siècle, subissant toutefois un tremblement de terre en 1927 ou des dommages liés à la première guerre arabo-israélienne en 1948. Aujourd'hui, la gestion de la basilique est règlementée selon le Statu Quo et trois communautés, latine (représentée par les frères mineurs), grecque orthodoxe et arménienne orthodoxe s'en partagent la propriété. Les coptes orthodoxes, les syriens orthodoxes et les éthiopiens orthodoxes peuvent officier dans la basilique. A l'entrée, dans l'atrium, se trouve la pierre de l'Onction qui, selon la tradition, indique le lieu où Jésus, déposé de la Croix, fut embaumé.

Le Pape François et le Patriarche Barthélémy ont été reçus par les trois supérieurs des communautés du Statu Quo (grecque orthodoxe, franciscaine et arménienne apostolique). Le Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, le Custode de Jérusalem, le P. Pierbattista Pizzaballa,OFM.Cap, et le Patriarche arménien apostolique SB Nourhan Manoogian ont d'abord vénéré la pierre de l'Onction, puis le Pape avec le Patriarche. Après la proclamation de l'Evangile et les paroles du Patriarche Barthélémy, le Saint-Père a prononcé un discours affirmant, en premier lieu, que dans cette basilique "que chaque chrétien regarde avec profonde vénération, arrive à son point culminant le pèlerinage que j?accomplis avec mon frère bien-aimé en Christ, Sa Sainteté Barthélémy. Nous l?accomplissons sur les traces de nos vénérés prédécesseurs, Paul VI et Athénagoras, qui, avec courage et docilité à l?Esprit Saint, ont donné lieu, il y a cinquante ans, dans la Cité sainte de Jérusalem, à la rencontre historique entre l?Evêque de Rome et le Patriarche de Constantinople. C?est une grâce extraordinaire d?être réunis ici en prière. Le Tombeau vide, ce sépulcre neuf situé dans un jardin, où Joseph d?Arimathie avait déposé avec dévotion le corps de Jésus, est le lieu d?où part l?annonce de la Résurrection... Cette annonce, confirmée par le témoignage de ceux à qui le Seigneur Ressuscité est apparu, est le c?ur du message chrétien, transmis fidèlement de génération en génération... C?est le fondement de la foi qui nous unit, foi grâce à laquelle, ensemble, nous professons que Jésus-Christ, Fils unique du Père et notre unique Seigneur, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli; il est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts. Chacun de nous, chaque baptisé dans le Christ, est spirituellement ressuscité de ce tombeau, puisque dans le Baptême nous avons tous été réellement incorporés au Premier Né de toute la création, ensevelis ensemble avec Lui, pour être avec Lui ressuscités et pouvoir marcher dans une vie nouvelle... Tenons-nous près du tombeau vide dans un recueillement respectueux, pour redécouvrir la grandeur de notre vocation chrétienne: nous sommes des hommes et des femmes de résurrection, non de mort. Apprenons, de ce lieu, à vivre notre vie, les souffrances de l'Eglise et du monde entier à la lumière du matin de Pâques... Ne nous laissons pas voler le fondement de notre espérance qui est justement cela: Christos Anesti. Ne privons pas le monde de la joyeuse annonce de la Résurrection! Et ne soyons pas sourds au puissant appel à l?unité qui résonne précisément de ce lieu, à travers les paroles de Celui qui, en tant que Ressuscité, nous appelle tous mes frères".

"Certes, nous ne pouvons nier les divisions qui existent encore entre nous, disciples de Jésus. Ce lieu sacré nous en fait ressentir le drame avec une souffrance plus grande. Et pourtant, à cinquante ans de l?accolade de ces deux vénérables Pères, nous reconnaissons avec gratitude et un étonnement renouvelé comment il a été possible, par l?impulsion de l?Esprit Saint, d?accomplir des pas vraiment importants vers l?unité. Nous sommes conscients qu?il reste encore du chemin à parcourir pour aboutir à cette plénitude de communion qui puisse s?exprimer aussi dans le partage de la même table eucharistique, que nous désirons ardemment; mais les divergences ne doivent pas nous effrayer et paralyser notre chemin. Nous devons croire que, comme la pierre du sépulcre a été renversée, de la même façon, pourront être levés tous les obstacles qui empêchent encore la pleine communion entre nous. Ce sera une grâce de la résurrection, que nous pouvons dès aujourd?hui savourer à l?avance. Chaque fois que nous demandons pardon les uns aux autres, pour les péchés commis contre d?autres chrétiens et chaque fois que nous avons le courage de concéder et de recevoir ce pardon, nous faisons l?expérience de la résurrection! Chaque fois que, ayant dépassé les anciens préjugés, nous avons le courage de promouvoir de nouvelles relations fraternelles, nous confessons que le Christ est vraiment ressuscité! Chaque fois que nous pensons l?avenir de l?Eglise à partir de sa vocation à l?unité, brille la lumière du matin de Pâques! A ce propos, je désire renouveler le v?u déjà exprimé par mes prédécesseurs, de maintenir un dialogue avec tous les frères en Christ pour trouver une forme d?exercice du ministère propre de l?Evêque de Rome qui, en conformité avec sa mission, s?ouvre à une situation nouvelle et puisse être, dans le contexte actuel, un service d?amour et de communion reconnu par tous".

"Tandis que nous nous trouvons comme des pèlerins en ces saints lieux, notre souvenir priant va à toute la région, malheureusement si souvent marquée par des violences et des conflits. Et nous n?oublions pas, dans nos prières, tant d?autres hommes et femmes qui, en diverses parties de la planète, souffrent à cause de la guerre, de la pauvreté, de la faim, comme les nombreux chrétiens persécutés pour leur foi dans le Seigneur Ressuscité. Quand des chrétiens de diverses confessions se trouvent à souffrir ensemble, les uns à côté des autres, et à s?entraider les uns les autres avec une charité fraternelle, se réalise un ?cuménisme de la souffrance, se réalise l??cuménisme du sang, qui possède une particulière efficacité non seulement pour les contextes dans lesquels il a lieu, mais aussi, en vertu de la communion des saints, pour toute l?Eglise. Ceux qui tuent, qui persécutent les chrétiens en haine de la foi, ne leur demandent pas s'ils sont orthodoxes ou catholiques. Tous sont chrétiens. Le sang chrétien est le même".

S'adressant ensuite à SS Barthélémy et à l'assemblée, il a ajouté: "Mettons de côté les hésitations que nous avons héritées du passé et ouvrons notre c?ur à l?action de l?Esprit Saint, l?Esprit de l?Amour, pour cheminer ensemble vers le jour béni où nous retrouverons notre pleine communion. Sur ce chemin, nous nous sentons soutenus par la prière que Jésus lui-même, en cette Ville, la veille de sa passion a élevée vers son Père pour ses disciples, et que nous ne nous lassons pas de faire nôtre avec humilité: Qu?ils soient un? pour que le monde croie". Et quand la désunion nous rend pessimistes, peu courageux, méfiants, mettons nous tous sous la protection de la Sainte Mère de Dieu. Quand l'âme chrétienne connaît des turbulences spirituelles, c'est seulement sous le manteau de la Sainte Mère de Dieu que nous trouverons la paix. Qu'elle nous aide sur ce chemin". Enfin, le Pape et le Patriarche se sont embrassés en signe de paix et ont prié ensemble le Notre Père en italien, pendant que chacun le récitait dans sa propre langue. Ils sont ensuite entrés ensemble dans le Sépulcre pour vénérer la tombe vide, et sont sortis ensemble de la basilique pour bénir les fidèles. De la même façon, ils se sont rendus sur le Mont du Calvaire accompagnés des patriarches grec et arménien et du Custode de Terre Sainte pour vénérer le lieu de la mort et de la crucifixion de Jésus".

VISITE AU GRAND MUFTI DE JERUSALEM

Cité du Vatican, 26 mai 2014 (VIS). Tôt ce matin le Pape a gagné l'esplanade des mosquées, qui occupe une partie du site de l'ancien Temple. Troisième lieu saint de l'Islam, cet espace renferme la mosquée al-Aqsa et le dôme du Rocher, devant lequel il a été accueilli par le Grand Mufti Muhammad Ahmad-Husayn, le Président du Conseil suprême musulman, la plus haute autorité de Jérusalem et de Palestine. Après la visite du monument, le Saint-Père s'est adressé aux représentants de l'Islam:

"Mettant mes pas dans ceux de mes prédécesseurs, et en particulier dans le sillage lumineux du voyage de Paul VI, il y a cinquante ans, le premier d?un pape en Terre Sainte, j?ai vivement désiré venir en pèlerin visiter les lieux qui ont vu la présence terrestre de Jésus-Christ. Mais mon pèlerinage ne serait pas complet s?il ne prévoyait pas aussi la rencontre avec les personnes et les communautés qui vivent ici, et donc je suis particulièrement heureux de me retrouver avec vous, chers amis musulmans. Ma pensée va à Abraham, en qui musulmans, chrétiens et juifs reconnaissent, chacun de façon différente, un père dans la foi et un grand exemple à imiter. Il se fit pèlerin, laissant son propre peuple, sa propre maison, pour entreprendre l'aventure spirituelle à laquelle Dieu l?appelait. Le pèlerin est une personne qui se fait pauvre, qui se met en route, est tendu vers un but grand et désiré, vit de l?espérance d?une promesse reçue. Telle fut la condition d?Abraham, ce devrait être aussi notre attitude spirituelle. Nous ne pouvons jamais nous estimer auto-suffisants, maîtres de notre vie. Nous ne pouvons nous limiter à rester fermés, sûrs de nos convictions. Devant le mystère de Dieu, nous sommes tous pauvres, nous sentons que nous devons être prêts à sortir de nous-mêmes, dociles à l?appel que Dieu nous adresse, ouverts à l?avenir que lui veut construire pour nous. Dans notre pèlerinage terrestre, nous ne sommes pas seuls car nous croisons le chemin d?autres frères. Parfois nous partageons avec eux un bout de chemin, parfois nous vivons ensemble une étape qui nous donne du courage. Telle est la rencontre d?aujourd?hui, et je la vis avec une particulière gratitude: C?est une halte commune heureuse, rendue possible par votre hospitalité, dans ce pèlerinage qu?est notre vie et celle de nos communautés. Nous vivons une communication et un échange fraternels qui peuvent nous donner du réconfort et nous offrir de nouvelles forces pour affronter les défis communs qui se présentent à nous. Nous ne pouvons oublier que le pèlerinage d?Abraham a été aussi un appel à la justice: Dieu l?a voulu témoin de son agir et son imitateur. Nous aussi nous voudrions être témoins de l?agir de Dieu dans le monde et pour cela, justement dans notre rencontre, nous entendons résonner en profondeur l?appel à être artisans de paix et de justice, à demander ces dons dans la prière et à apprendre d?en-haut la miséricorde, la grandeur d?âme, la compassion. Chers amis, de ce lieu saint, je lance un appel pressant à toutes les personnes et aux communautés qui se reconnaissent en Abraham: Respectons-nous et aimons-nous les uns les autres comme des frères et des s?urs. Apprenons à comprendre la douleur de l?autre. Que personne n?instrumentalise par la violence le Nom de Dieu. Oeuvrons donc ensemble pour la justice et pour la paix!".

Après cette visite, le Pape François s'est déplacé non loin, en contrebas de l'esplanade, au Mur occidental, seul vestige visible du Temple et lieu sacré pour l'Hébraïsme.

LE PAPE PRIE AU MUR OCCIDENTAL ET PARLE AU YAD VASHEM

Cité du Vatican, 25 mai 2014 (VIS). Après sa visite aux Autorités musulmanes de Jérusalem, le Pape François est descendu au Mur Occidental, lieu de prière fondamental pour les Juifs. Accompagné du rabbin en charge du sanctuaire, il s'est recueilli avant de glisser un papier dans un interstice de la muraille, comme l'avaient fait Jean-Paul II et Benoît XVI. Le Saint-Père a confié avoir copié le Pater en espagnol, car appris de sa mère. Ensuite, le Saint-Père a gagné le Mont Herzl. Avant de parvenir au cimetière national du Mont Herzl, il a fait un détour pour se recueillir brièvement devant la plaque commémorant les victimes du terrorisme. A cimetière national, il a honoré la tombe de Theodore Herzl, le fondateur du Mouvement Sioniste (1897), comme de coutume lors des visites officielles en Israël. Après quoi il s'est rendu au Mémorial Yad Vashem, construit en 1953 pour commémorer les victimes de la Shoah. En présence du Président Shimon Peres et du rabbin président de la fondation du Yad Vashem, il a ravivé la flamme du souvenir et déposé une couronne de fleurs. Puis il a proposé une réflexion sur la souffrance humaine et les structures du péché:

"Adam, où es-tu? Où es-tu, homme? En ce lieu, mémorial de la Shoah, nous entendons résonner cette question de Dieu: Adam, où es-tu? Dans cette question il y a toute la douleur du Père qui a perdu son fils. Connaissant le risque de la liberté, le Père savait que le fils aurait pu se perdre. Mais peut-être, pas même le Père ne pouvait imaginer une telle chute, un tel abîme! Face de la tragédie incommensurable de l?Holocauste, ce Où te trouves-tu? résonne comme une voix qui se perd dans un abîme sans fond. Homme, qui es-tu? Je ne te reconnais plus. Qui es-tu, homme? Qu?es-tu devenu? De quelle horreur as-tu été capable? Qu?est-ce qui t?a fait tomber si bas? Ce n?est pas la poussière du sol, dont tu es issu. La poussière du sol est une chose bonne, ?uvre de mes mains. Ce n?est pas l?haleine de vie que j?ai insufflée dans tes narines. Ce souffle vient de moi, c?est une chose très bonne. Non, cet abîme ne peut pas être seulement ton ?uvre, l??uvre de tes mains, de ton c?ur. Qui t?a corrompu? Qui t?a défiguré? Qui t?a inoculé la présomption de t?accaparer le bien et le mal? Qui t?a convaincu que tu étais dieu? Non seulement tu as torturé et tué tes frères, mais encore tu les as offerts en sacrifice à toi-même, parce que tu t?es érigé en dieu. Aujourd?hui, nous revenons écouter ici la voix de Dieu: Adam, où es-tu? Du sol s?élève un gémissement étouffé: Prends pitié de nous, Seigneur. A toi, Seigneur notre Dieu, la justice, à nous le déshonneur au visage, la honte. Un mal jamais survenu auparavant sous le ciel s?est abattu sur nous. Maintenant, Seigneur, écoute notre prière, écoute notre supplication, sauve-nous par ta miséricorde. Sauve-nous de cette monstruosité. Seigneur tout-puissant, une âme dans l?angoisse crie vers toi. Ecoute, Seigneur, prends pitié. Nous avons péché contre toi... Souviens-toi de nous dans ta miséricorde. Donne-nous la grâce d?avoir honte de ce que, comme hommes, nous avons été capables de faire, d?avoir honte de cette idolâtrie extrême, d?avoir déprécié et détruit notre chair, celle que tu as modelée à partir de la boue, celle que tu as vivifiée par ton haleine de vie. Jamais plus, Seigneur, jamais plus! Adam, où es-tu? Nous voici, Seigneur, avec la honte de ce que l?homme, créé à ton image et à ta ressemblance, a été capable de faire. Souviens-toi de nous dans ta miséricorde".

Après cette méditation, le Pape s'est entretenu avec quelques survivants de la Shoah et a signé le livre d'or du mémorial, après y avoir écrit: "Avec la honte de ce que l'homme, créé à l'image de Dieu, a été capable de faire. Avec la honte de ce que l'homme ait pu se faire maître du mal. Avec la honte de ce que l'homme, se croyant Dieu, ait pu sacrifier ses semblables. Jamais plus cela, jamais plus!". Après quoi il a rejoint en voiture le centre Heichal Shlomo.

NOTRE AMITIE EST UN DES FRUITS DU CONCILE VATICAN II

Cité du Vatican, 26 mai 2014 (VIS). Le Pape François s'est rendu au siège du Grand Rabbinat d?Israël, le Centre Hechal Schlomo, pour y rencontrer les deux Grands Rabbins: Yona Metzger (ashkénaze) et Schlomo Amar (séfarade). Tous deux avaient rencontré Benoît XVI lors de son pèlerinage de 2009. Après une bref entretien privé, le Pape s'est adressé aux personnalités réunies à l'Hechal Schlomo, qu'il a remercié de leur chaleureux accueil, avant de rappeler que lorsqu'il était Archevêque de Buenos Aires il avait pu compter sur l'amitié de nombreux frères juifs: "Ensemble nous avons organisé de fructueuses initiatives de rencontre et de dialogue, et j?ai vécu aussi avec eux des moments significatifs de partage sur le plan spirituel. Dans les premiers mois du pontificat j?ai pu recevoir diverses organisations et différents représentants du judaïsme mondial. Comme déjà pour mes prédécesseurs, ces demandes de rencontre sont nombreuses. Elles s?ajoutent à beaucoup d?initiatives qui ont lieu à l?échelle nationale ou locale, et tout cela montre le désir réciproque de mieux se connaître, de s?écouter, de construire des liens de fraternité authentique. Ce chemin d?amitié représente un des fruits de Vatican II, en particulier de la déclaration Nostra Aetate, qui a eu tant de poids et dont nous fêterons l?an prochain le cinquantième anniversaire. En réalité, je suis convaincu que tout ce qui est arrivé ces dernières décennies dans les relations entre juifs et catholiques a été un authentique don de Dieu, une des merveilles qu?il a accomplies, pour lesquelles nous sommes appelés à bénir son nom: Rendez grâce au Seigneur des Seigneurs, éternel est son amour. Lui seul a fait de grandes merveilles, éternel est son amour. Un don de Dieu qui, toutefois, n?aurait pas pu se manifester sans l?engagement de très nombreuses personnes courageuses et généreuses, tant juives que chrétiennes. Je désire en particulier faire mention ici de l?importance qu?a eu le dialogue entre le Grand Rabbinat d?Israël et la Commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le Judaïsme. Un dialogue qui, inspiré par la visite du saint Pape Jean-Paul II en Terre Sainte, commença en 2002 et en est désormais à sa douzième année d?existence. J?aime penser, en référence au Bar Mitzvah de la tradition juive, qu?il est maintenant proche de l?âge adulte. J?ai confiance qu?il puisse continuer et qu?il a un avenir lumineux devant lui".

"Mais il ne s?agit pas seulement d?établir, sur un plan humain, des relations de respect réciproque. Nous sommes appelés, comme chrétiens et comme juifs, à nous interroger en profondeur sur la signification spirituelle du lien qui nous unit. Il s?agit d?un lien qui vient d?en-haut, qui dépasse notre volonté et qui demeure intact, malgré toutes les difficultés de relations malheureusement vécues au cours de l?histoire. Du côté catholique, il y a certainement l?intention de considérer pleinement le sens des racines juives de sa propre foi. J?ai confiance, avec votre aide, que se maintienne également du côté juif, et si possible s?accroisse, l?intérêt pour la connaissance du christianisme, également sur cette terre bénie où il reconnaît ses propres origines, et spécialement parmi les jeunes générations. La connaissance réciproque de notre patrimoine spirituel, l?appréciation pour ce que nous avons en commun et le respect devant ce qui nous divise, pourront servir de guide dans le développement futur de nos relations, que nous remettons entre les mains de Dieu. Ensemble nous pourrons donner une grande contribution à la cause de la paix. Ensemble nous pourrons témoigner, dans un monde en rapide transformation, la signification éternelle du plan divin de la création; ensemble nous pourrons contrer avec fermeté toute forme d?antisémitisme et les diverses autres formes de discrimination. Que le Seigneur nous aide à marcher avec confiance et force d?âme dans ses voies. Shalom!".

RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT DE L'ETAT D'ISRAEL

Cité du Vatican, 26 mai 2014 (VIS). Le Pape François et le Président de l'Etat d?Israël, M.Shimon Peres, se sont rencontrés ce matin au palais présidentiel. Au cours de cette rencontre privée empreinte d'une grande cordialité, le Saint-Père a dit au Président qu'il souhaitait ajouter une béatitude de son imagination à celles existantes: Bienheureux celui qui entre dans la maison d'un homme sage et bon, expliquant que c'est ainsi qu'il se sentait à cet instant. Ensuite, tous deux se sont dirigés vers le jardin du palais pour planter ensemble un olivier, symbole de la paix. Puis la rencontre publique a eu lieu, sur une estrade où les attendait une centaine d'enfants de diverses religions. Après avoir remercié le Président Peres de son accueil, le Saint-Père s'est dit "heureux de pouvoir le rencontrer à nouveau ici à Jérusalem, ville qui abrite les lieux saints chers aux trois grandes religions qui adorent le Dieu qui a appelé Abraham. Les lieux saints ne sont pas des musées ou monuments pour touristes, mais des lieux où les communautés des croyants vivent leur foi, leur culture, leurs initiatives caritatives. Aussi doit-on perpétuellement les sauvegarder dans leur sacralité, protégeant ainsi non seulement l?héritage du passé mais aussi les personnes qui les fréquentent aujourd?hui et les fréquenteront dans l?avenir. Que Jérusalem soit vraiment la ville de la paix! Que resplendissent pleinement son identité et son caractère sacré, sa valeur religieuse et culturelle universelle, comme trésor pour toute l?humanité! Comme c?est beau quand les pèlerins et les résidents peuvent accéder librement aux lieux saints et participer aux célébrations!".

"Monsieur le Président, vous êtes connu comme un homme de paix et un artisan de paix, auquel j'exprime ma reconnaissance et mon admiration. La construction de la paix exige avant tout le respect pour la liberté et la dignité de chaque personne humaine, que juifs, chrétiens et musulmans croient également être créée par Dieu et destinée à la vie éternelle. A partir de ce point ferme que nous avons en commun, il est possible de poursuivre l?engagement pour une solution pacifique aux controverses et aux conflits. A cet égard, je renouvelle le souhait que soient évités de la part de tous des initiatives et des actes qui contredisent la volonté déclarée de parvenir à un véritable accord et qu?on ne se lasse pas de poursuivre la paix avec détermination et cohérence. Il faut repousser avec fermeté tout ce qui s?oppose à la recherche de la paix et d?une cohabitation respectueuse entre juifs, chrétiens et musulmans: Le recours à la violence et au terrorisme, à tout genre de discrimination pour des motifs raciaux ou religieux, la prétention d?imposer son propre point de vue aux dépens des droits d?autrui, l?antisémitisme sous toutes ses formes possibles, tout comme la violence ou les manifestations d?intolérance contre des personnes ou des lieux de culte juifs, chrétiens et musulmans". Le Saint-Père a aussi rappelé que dans l'Etat d?Israël "diverses communautés chrétiennes vivent et travaillent. Elles sont partie intégrante de la société et participent à part entière à ses affaires civiles, politiques et culturelles. Les fidèles chrétiens désirent apporter, à partir de leur propre identité, leur contribution au bien commun et à la construction de la paix, comme citoyens de plein droit qui, en rejetant tout extrémisme, s?engagent à être des artisans de réconciliation et de concorde. Leur présence et le respect de leurs droits, comme du reste des droits de toute autre dénomination religieuse et de toute minorité, sont la garantie d?un sain pluralisme et la preuve de la vitalité des valeurs démocratiques, de leur réel enracinement dans la praxis et dans le concret de la vie de l?Etat".

"Monsieur le Président, sachez que je prie pour vous et je sais que vous priez pour moi. Je vous assure de ma prière pour les institutions et pour tous les citoyens d?Israël. De manière particulière, j?assure de ma constante supplication à Dieu pour l?obtention de la paix et avec elle des biens inestimables qui lui sont étroitement liés, tels que la sécurité, la tranquillité de vie, la prospérité, et la meilleure de toutes, la fraternité. Je tourne enfin ma pensée vers tous ceux qui souffrent à cause des conséquences des crises encore ouvertes dans la région moyen-orientale, afin que, le plus tôt possible, ils soient soulagés de leurs peines grâce à un règlement honorable des conflits. Paix sur Israël et dans tout le Proche et Moyen Orient! Shalom!".

Au terme de la rencontre, le Pontife s'est rendu à l'Institut pontifical Notre Dame of Jerusalem Center, un centre des pères Assomptionistes de France qui accueille les pèlerins en Terre Sainte, également considéré comme un lieu ?cuménique et une prélature territoriale dont le prélat est le Délégué apostolique à Jérusalem et en Palestine, et a été reçu en audience privée par le Premier Ministre israélien, M.Benjamin Nétanyahu.

AUTRES ACTES PONTIFICAUX

Cité du Vatican 26 mai 2014 (VIS). Le Saint-Père a nommé Mgr.Felipe González Gonzálex, OFM.Cap, Vicaire apostolique de Caroní (superficie 80.309, population 58.800, catholiques 43.700, religieux 26), au Venezuela. Il était jusqu'ici Vicaire apostolique de Tucupita (Venezuela).

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Mar 27 Mai - 2:09

http://popefrancisholyland2014.lpj.org/fr/


Pape François en Terre Sainte 2014


Languages
english
italiano
العربية
עברית
português
español
polski

JERUSALEM 1964 – 2014
>> STREAMING <<


Le patriarche de Constantinople Bartholomée Ier et le pape François en 2013 à Rome
La devise et le logo
Articles récents

Photos du Saint-Sépulcre
Discours du Patriarche latin Fouad Twal à Getsémani
Protégé : Salle du Cénacle – Messe avec les ordinaires de Terre Sainte (JERUSALEM – 26.05.2014 )
Église du Gethsémani Rencontre avec les prêtres, religieux, religieuses et séminaristes (JERUSALEM – 26.05.2014)
RENCONTRE AVEC LES ENFANTS DES CAMPS DE RÉFUGIÉS DE DHEISHEH, AIDA ET BEIT JIBRIN
Résidence présidentielle – Visite de courtoisie au Président de l’Etat d’Israël (JERUSALEM – 26.05.2014 )
Centre Heichal Shlomo – Visite de courtoisie aux deux Grands Rabbins d’Israël (JERUSALEM – 26.05.2014 )
Mémorial de Yad Vashem – Visite (JERUSALEM – 26.05.2014 )
Esplanade des Mosquées – Visite au Grand Mufti de Jérusalem (JERUSALEM – 26.05.2014 )
DÉCLARATION COMMUNE DU PAPE FRANÇOIS ET DU PATRIARCHE BARTHOLOMÉE
Photos de l’aéroport
Photos de Bethléem
Saint-Sépulcre- Célébration œcuménique- Discours du Patriarche œcuménique de Constantinople (JERUSALEM – 25.05.2014 )
Saint-Sépulcre – Célébration œcuménique (JERUSALEM – 25.05.2014)
Aéroport international Ben Gurion- Cérémonie de bienvenue (TEL AVIV – 25.05.2014 )
Photos de Jordanie
Invitation du Pape François à Abbas et Perez
Salutations à Bethléem du Patriarche latin Fouad Twal (25 mai 2014)
Discours du Pape devant l’Autorité palestinienne – Bethléem (25/05/2014)
Place de la Mangeoire Regina Coeli (BETHLEHEM – 25.05.2014 )
Messe place de la Mangeoire (BETHLEHEM – 25.05.2014 )
Des extrémistes manifestent à la tombe de David avant la visite du pape
Des Rabbins américains se félicitent de la visite du pape
Images historiques – Paul VI et Athénagoras
Discours du Patriarche latin Fouad Twal à Amman
Discours du Patriarche latin Fouad Twal sur le Lieu du Baptême
Rencontre avec les réfugiés et avec de jeunes handicapés (BETHANIE AU-DELA DU JOURDAIN-24.05.2014)
Messe à l’International Stadium (AMMAN – 24.05.2014)
Rencontre avec les autorités du Royaume de Jordanie
Le pape François est arrivé en Jordanie
Mgr l’archevêque Emmanuel à propos de la rencontre pape-patriarche
Arrivée du patriarche Bartholomée en Israël
Cardinal Parolin au sujet du pèlerinage
Le Pape François à Sainte Marie-Majeure avant la Terre Sainte
Israël autorise des chrétiens de Gaza à voir le pape
Mgr Kurtz explique l’importance de la rencontre entre le pape et le patriarche
Rome Reports remémore les pèlerinages papaux passés
El Al dévoile l’avion papal
Des enfants catholiques vont assister le Pape à Yad VaShem et au Mont Herzl
Des familles déjeuneront avec le Pape à Bethléem
Des vidéos de la Palestine pour souhaiter la bienvenue au Pape
Police de Jérusalem: informations sur le trafic Durant la visite du pape
Nonce en Jordanie: La religion est une partie de la solution et non du problème
Yad Vashem publie le programme du pape
Site jordanien du pèlerinage papal
Ce qui a changé dans les relations Catholiques-Orthodoxes
En attendant le Pape
Le logo de la visite du pape François : un message et un défi
Une page Facebook pour accueillir le Pape
Le Pape François, un tournant dans l’Eglise
La délégation qui accompagnera le Patriarche œcuménique
Archevêque Demetrios: Au sujet de la rencontre à Jérusalem
Attentes avant le pèlerinage du Pape à Rome Reports
L’ambassadeur israélien sur le pèlerinage du Pape
Rencontre oecuménique à Jérusalem: Patriarche, Nonce et Custode
Les célébrations liturgiques durant le pèlerinage du pape François
Qu’en est-il des Chrétiens de Gaza?
Des voix pour la compréhension interreligieuse en Terre sainte
Le Pape en Jordanie
Le Ministère des Affaires étrangères d’Israël inaugure un site internet pour le pèlerinage du Pape
Les Cardinaux qui accompagneront le Pape François en Terre sainte
Israël ne cédera pas le Cénacle
Appel commun musulman-chrétien d’Amman
Plus de détails sur le pèlerinage du Pape
Le Pape en Palestine
Père Jamal Khader : les préparatifs se poursuivent pour accueillir le Pape François en Palestine
Bethléem se prépare pour le Pape
Le Ministère israélien des Affaires étrangères inaugure un site pour le pèlerinage du Pape
Le livre écrit par le pape et un rabbin publié en hébreu avant le pèlerinage
Patriarcat grec orthodoxe grec de Constantinople
Vers la rencontre de l’Église orthodoxe
Les Patriarches orientaux catholiques avec le pape lors de son pèlerinage
Le Pape Paul VI béatifié
L’histoire de l’hymne officiel du pèlerinage du pape
Messe à Bethléem – Quelques informations pratiques
Conférence de Presse- Le 11 mai à Haïfa, à 15h00
Dans l’attente de la rencontre entre le Pape François et le Patriarche Bartholomée
Jordanie: Le Pape François attendu auprès des réfugiés
En attendant François, Bartholomée
Prière pour le pèlerinage du Pape François en Terre sainte
Un rabbin et un dignitaire musulman accompagneront le Pape en Terre Sainte
Hymne pour la visite du Pape
Prière pour le pèlerinage du pape : Neuf jours de prière à Jérusalem
Trois attaques contre les sites et symboles chrétiens
Actualisation sur l’accréditation en Jordanie
Un livre-entretien avec le Patriarche Fouad Twal
ACTUALISATION SUR L’ACCRÉDITATION EN PALESTINE
Le roi Abdallah en visite auprès du Pape
En Jordanie, l’Eglise sur tous les fronts
Actualisation sur l’accréditation en Israël
Identité des Chrétiens Palestiniens en Israel
Persécution des chrétiens au Moyen-Orient?
Journée d’étude à Bethléem avant le pèlerinage du pape
Affiche du pèlerinage du Pape
Accréditation pour la presse – Visite du Pape
Visite de la Ministre du Tourisme palestinienne et de l’Ambassadeur de Palestine auprès du Saint Siège
Cardinal Sandri au sujet du pèlerinage du Pape
FMC: Vidéo de la Conférence de Presse du 27/03/2014
Programme du pèlerinage du pape François en Jordanie, Palestine et Israël
Déclaration du Patriarche Fouad Twal pour la visite du pape
Conférence de Presse: programme du Saint Père
FMC présente le site officiel, la devise et le logo
Prière pour le Pèlerinage du Pape
Message au Pape de l’Ambassadeur palestinien auprès du Saint-Siège
Les Institutions caritatives et humanitaires en Terre Sainte
Les ordres et les congrégations en Terre Sainte
Vidéo: Exposition Paul VI en Terre Sainte
le Ministre du Tourisme israélien Dr Uzi au Patriarcat Latin
Chefs de l’Eglise catholique de Terre Sainte
Un rabbin s’exprime sur le pèlerinage du Pape à Jérusalem
Patriarche Bartholomée sur le Pape à Jérusalem
Devise et logo du pèlerinage du pape
Chefs des Églises de Terre Sainte
Premier anniversaire du Pape François
Précédent pèlerinage: le Pape Benoît en Terre Sainte
Combien y a-t-il de Catholiques en Terre Sainte?
Découvrez les Eglises de Terre Sainte en vidéo
Le Pape François sur le dialogue avec les Orthodoxes
Rumeurs d’annulation du pèlerinage du Pape
Les Services sociaux catholiques en Terre Sainte
Les hôpitaux catholiques de Terre Sainte
Les établissements catholiques d’enseignement supérieur en Terre Sainte
Les écoles catholiques en Terre Sainte
L’Église et le dialogue avec les musulmans
L’Église et le dialogue avec le people juif
Un groupe interreligieux argentin en Terre Sainte et à Rome
Patriarche Twal : les fruits attendus du pèlerinage du Pape
Exposition à la Custodie : Commémoration du voyage de Paul VI à Jérusalem
Situation des Chrétiens en Israël
Patriarche œcuménique « Primus inter Pares »
Combien y a-t-il de Chrétiens en Terre Sainte ?
Situation des Chrétiens en Palestine
Emigration des Chrétiens de Terre Sainte
50 ans après la visite du Pape Paul VI
50 ans après la rencontre du Pape Paul VI et des Patriarches Athenagoras et Benedictos.
Des Papes en Terre Sainte
Les Chrétiens de Terre Sainte
Les églises de Terre Sainte
Quelles sont les frontières de la Terre Sainte ?
Qui est le Patriarche Bartholomée ?
Pourquoi se rend-il en Terre Sainte ?
Qui est le Pape François ?
Comités de travail pour la visite du Pape

Ceci est le site internet officiel de l'Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte à l'occasion de la visite du pape François en Terre Sainte 24-26 mai 2014

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Mar 27 Mai - 2:29

Visite du pape : « pas d’agenda politique » mais des « gestes »

Le pape François a voulu faire un geste d’une part contre un mur qui ne conduit pas à la paix et, d’autre part, contre le terrorisme qui tue les innocents et détruit la paix a déclaré son porte-parole


Le pape François « n’a pas d’agenda politique » mais il a décidé de rajouter plusieurs « gestes » à sa visite au Proche-Orient, a affirmé lundi son porte-parole, le père Federico Lombardi.


Interrogé sur la tournure « politique » du voyage papal, bien qu’il ait annoncé à l’avance un « pèlerinage strictement religieux », le père Lombardi a déclaré lors d’un point presse que les deux visites imprévues dans son programme « étaient significatifs et permettaient de le compléter ».

En s’arrêtant dimanche devant la barrière de sécurité israélienne en Cisjordanie et en ajoutant au pied levé lundi matin, sur suggestion israélienne, une étape au mémorial des victimes d’attentats à Jérusalem, le pape a raisonné comme un « prophète » qui « voit au-delà » des blocages actuels afin d’indiquer des « voies », des « ponts » possibles, a ajouté le porte-parole.

« Ils n’ont pas été des gestes contre (quelqu’un). Il est toujours difficile d’interpréter les signes positifs », a-t-il plaidé.

Le pape François a voulu faire un geste d’une part contre un mur qui ne conduit pas à la paix et, d’autre part, contre le terrorisme qui tue les innocents et détruit la paix, a-t-il expliqué.

« Le pape se sent libre de décider ce qu’il veut faire », a observé le prêtre jésuite, précisant que la décision de s’arrêter au mémorial des victimes d’attentats anti-israéliens avait été prise lundi matin, à la requête de responsables israéliens, alors que le pape se rendait au mémorial de la Shoah de Yad Vashem tout proche.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a personnellement souhaité cette halte surprise pour « rééquilibrer » celle au pied du mur de séparation à Bethléem qui, selon les médias israéliens, l’a rendu furieux.

Après l’étape devant la barrière à Bethléem, « quand j’ai entendu des réactions de mécontentement côté israélien, je n’ai pas été surpris », a reconnu le père Lombardi.

« Le pape n’était pas informé que le mémorial (aux victimes d’attentats) existait. Puisque c’était possible dans le programme, il a rajouté cette étape », a-t-il expliqué.

Interrogé sur l’invitation à venir prier pour la paix au Vatican, lancée par le pape aux présidents Mahmoud Abbas et Shimon Peres qui l’ont acceptée, le porte-parole a fait savoir « qu’il ne pouvait donner une date précise ».

« Vous devez attendre une communication officielle », a-t-il admis, alors que le négociateur palestinien Saëb Erakat a annoncé que M. Abbas avait donné son accord pour la date du 6 juin.

Pour cette rencontre de « prière », « le pape n’a pas d’agenda politique et n’a pas de propositions concrètes, car ce n’est pas dans son rôle », a souligné le père Lombardi.

« Tout le monde sait que nous espérons de nouvelles inspirations, un nouveau courage dans le processus de paix » de la part des protagonistes, a-t-il cependant remarqué.

http://fr.timesofisrael.com/visite-du-pape-pas-dagenda-politique-mais-des-gestes/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Mar 27 Mai - 2:33


Le pape François invite les jeunes juifs à mieux connaître le christianisme


Les théologiens chrétiens sont en revanche très nombreux à se passionner pour le judaïsme
AFP 26 mai 2014, 12:29 1



Le pape François a souhaité lundi voir grandir « l’intérêt » des juifs, et particulièrement des plus jeunes, « pour la connaissance du christianisme », en Israël et ailleurs.


« Du côté catholique, il y a certainement l’intention de considérer pleinement le sens des racines juives de sa propre foi. J’ai confiance, avec votre aide, que se maintienne également du côté juif, et si possible s’accroisse, l’intérêt pour la connaissance du christianisme, (….), et spécialement parmi les jeunes générations », a déclaré le pape lors d’une visite aux chefs rabbins de Jérusalem.

« La connaissance réciproque de notre patrimoine spirituel, l’appréciation pour ce que nous avons en commun et le respect devant ce qui nous divise, pourront servir de guide dans le développement futur de nos relations », a-t-il argumenté devant les rabbins David Lau et Yitzhak Yossef.

La méconnaissance, le désintérêt ou parfois l’hostilité de certains jeunes juifs vis-à-vis du christianisme –en raison notamment de siècles d’ »enseignement du mépris » par l’Eglise contre les juifs et de la Shoah dans l’Europe chrétienne– ont été relevés parfois douloureusement par certains milieux chrétiens.

Les théologiens chrétiens sont en revanche très nombreux à se passionner pour le judaïsme et sont très engagés dans ce dialogue inter-religieux.

Jorge Bergoglio a rappelé que, depuis le temps où il était archevêque de Buenos Aires, il avait « pu compter sur l’amitié de nombreux frères juifs », « organisé avec eux de fructueuses initiatives de rencontre et de dialogue ».

« Beaucoup d’initiatives ont lieu à l’échelle nationale ou locale, et tout cela montre le désir réciproque de mieux se connaître, de s’écouter, de construire des liens de fraternité authentique. Ce chemin d’amitié représente un des fruits du Concile Vatican II, en particulier de la déclaration ‘Nostra aetate’ (1965), qui a eu tant de poids », a-t-il rappelé.

Le pape a salué « l’engagement de très nombreuses personnes courageuses et généreuses, tant juives que chrétiennes », en particulier dans le dialogue entre le Grand Rabbinat et la Commission du Saint-Siège pour les relations avec le judaïsme.

http://fr.timesofisrael.com/le-pape-francois-invite-les-jeunes-juifs-a-mieux-connaitre-le-christianisme/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Mar 27 Mai - 15:06

Sommaire

- LE SAINT-PERE SE REND AU MONT DES OLIVIERS
- MESSE AU CENACLE, BERCEAU DE L'EGLISE
- QUEL QU'EN SOIT SA RAISON, LE TERRORISME EST UN MAL
- LE PAPE S'ENTRETIENT AVEC LES JOURNALISTES

- PROGRAMME DU PAPE EN JUIN, JUILLET ET AOUT
- AUTRES ACTES PONTIFICAUX

LE SAINT-PERE SE REND AU MONT DES OLIVIERS

Cité du Vatican, 26mai 2014 (VIS). Vers 11 h le Saint-Père s'est rendu au Centre Notre Dame de Jérusalem où il s'est entretenu en privé avec le chef du gouvernement israélien. Une heure et demie plus tard, changeant le programme, il a laissé sa suite pour aller déjeuner en face avec les franciscains du couvent St.Sauveur. Revenu au Centre, confié depuis 2004 aux légionnaires du Christ, le Pape a béni le nouveau tabernacle de la chapelle. Après quoi il a gagné l'église orthodoxe du Mont des Oliviers pour y rencontrer le Patriarche Barthélémy. Après leur entretien, ils ont béni ensemble les fidèles rassemblés dans l'atrium. Le Pape s'est alors rendu à l'église voisine du Gethsémani où, avant de s'adresser au clergé local (prêtres, religieux, religieuses et séminaristes), il s'est incliné devant la pierre sur laquelle Jésus aurait prié:

"Quand arriva l'heure fixée par Dieu pour sauver l?humanité de l'esclavage du péché, Jésus se retira ici, au Gethsémani, au pied du mont des Oliviers. Nous nous retrouvons dans ce lieu saint, sanctifié par la prière de Jésus, par son angoisse..., sanctifié par-dessus tout par son oui à la volonté d?amour du Père. Nous avons presque peur de nous rapprocher des sentiments que Jésus a éprouvés en cette heure. Nous entrons sur la pointe des pieds dans cet espace intérieur où s?est décidé le drame du monde. En cette heure, Jésus a senti la nécessité de prier et d?avoir auprès de lui ses disciples, ses amis, qui l?avaient suivi et avaient partagé de plus près sa mission. Mais ici, au Gethsémani, le suivre se fait difficile et incertain car le doute, la fatigue et la terreur prennent le dessus. Dans la rapidité du déroulement de la passion de Jésus, les disciples auront diverses attitudes à l?égard du Maître, la proximité, l?éloignement, l?incertitude. Cela nous fera du bien à nous tous, évêques, prêtres, personnes consacrées, séminaristes, de nous demander en ce lieu: Qui suis-je devant mon Seigneur qui souffre?

Suis-je de ceux qui, invités par Jésus à veiller avec lui, s'endorment, et au lieu de prier, cherchent à s'évader en fermant les yeux devant la réalité?

Est-ce que je me reconnais en ceux qui se sont enfuis par peur, abandonnant le Maître à l'heure la plus tragique de sa vie terrestre?

Peut-être y-a-t-il en moi la duplicité, la fausseté de celui qui l'a vendu pour trente deniers, qui avait été appelé ami, et qui pourtant a trahi Jésus?

Est-ce que je me reconnais dans ceux qui ont été faibles et qui l'ont renié, comme Pierre? Peu de temps avant, ce dernier avait promis à Jésus de le suivre jusqu'à la mort. Mais poussé dans ses derniers retranchements et assailli par la peur, il jurera de ne pas le connaître.

Est-ce que je ressemble à ceux qui désormais organisaient leur vie sans lui, comme les disciples d'Emmaüs, insensés et lents à croire les paroles des prophètes?

Ou bien, grâce à Dieu, est-ce que je me retrouve parmi ceux qui ont été fidèles jusqu'à la fin, comme Marie et Jean?


Quand sur le Golgotha, tout devient sombre et que toute espérance semble finie, l'amour seul est plus fort que la mort. L'amour de la mère et du disciple bien-aimé les pousse à rester au pied de la croix, pour partager jusqu'au bout la douleur de Jésus.

Est-ce que je me reconnais dans ceux qui ont imité leur Maître et Seigneur jusqu'au martyre, témoignant combien il a été tout pour eux, la force incomparable de leur mission et l?horizon ultime de leur vie? L'amitié de Jésus à notre égard, sa fidélité et sa miséricorde sont le don inestimable qui nous encourage à poursuivre avec confiance notre marche à sa suite, malgré nos chutes, nos erreurs et nos trahisons. Mais cette bonté du Seigneur ne nous dispense pas de la vigilance face au tentateur, au péché, au mal et à la trahison qui peuvent traverser aussi la vie sacerdotale et religieuse. Nous percevons la disproportion entre la grandeur de l?appel de Jésus et notre petitesse, entre la sublimité de la mission et notre fragilité humaine. Mais le Seigneur, dans sa grande bonté et dans son infinie miséricorde, nous prend toujours par la main, afin que nous ne nous noyions pas dans la mer du désarroi. Il est toujours à nos côtés, il ne nous laisse jamais seuls.

Donc, ne nous laissons pas vaincre par la peur et par le découragement, mais avec courage et confiance, allons de l'avant sur notre chemin et dans notre mission.


Chers frères et soeurs, vous êtes appelés à suivre le Seigneur avec joie sur cette Terre bénie. C'est un don et une responsabilité. Votre présence ici est très importante, et l'Eglise toute entière vous en est reconnaissante. Elle vous soutient par la prière. Imitons la Vierge Marie et l'Apôtre Jean, et restons près des nombreuses croix où Jésus est encore crucifié. C'est la route sur laquelle notre Rédempteur nous appelle à le suivre.

Si quelqu'un veut me servir, qu'il me suive. Et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur".

MESSE AU CENACLE, BERCEAU DE L'EGLISE

Cité du Vatican, 27 mai 2014 (VIS). Hier après-midi, le Pape a concélébré la messe avec les évêques catholiques de Terre Sainte dans le Cénacle de Jérusalem, lieu qui selon la tradition est le berceau de l'Eglise car y a été instituée l'Eucharistie. Etant donné l'exiguité des lieux, elle n'a pas été accessible au public. Sur les ruines d'un édifice paléochrétien appelé église du Mont Sion les croisés construisirent au XII siècle une basilique à trois nefs, qui resta accessible après la conquête de Saladin. Elle était détruite lorsque les franciscains s'installèrent en Terre Sainte, qui construisirent l'édifice actuel accolé au couvent qui est jusqu'à nos jour le siège de la Custodie. En 1524 les musulmans prirent possession du rez-de-chaussée en prétendant qu'il renfermait le tombeau de David, après quoi les franciscains furent chassés et l'étage transformé en mosquée. L'édifice est actuellement propriété de l'Etat d'Israël tout en restant régi par par les autorités musulmanes et le Roi Abdallah en personne. Voici l'homélie prononcée par le Saint-Père:

"C'est un beau cadeau que le Seigneur nous fait, en nous permettant de nous réunir ici pour célébrer l'Eucharistie. En ce lieu Jésus consomma la dernière Cène avec ses apôtres puis apparut ressuscité au milieu d?eux, ici l'Esprit Saint descendit sur Marie et sur les disciples. Ici est née l'Eglise. D'ici elle est sortie avec le Pain rompu dans les mains, les plaies de Jésus dans les yeux, et l?Esprit d?amour dans le coeur. Au Cénacle, Jésus ressuscité, envoyé du Père, communiqua aux apôtres son Esprit. Et avec sa force, il les envoya renouveler la face de la terre. Sortir, partir, ne veut pas dire oublier. L?Eglise a toujours gardée la mémoire de ce qui c'est produit ici. Le Paraclet lui rappelle chaque parole, chaque geste et en révèle le sens. Le Cénacle nous rappelle le service, le lavement des pieds que Jésus a accompli, comme exemple pour ses disciples. Se laver les pieds les uns les autres signifie s?accueillir, s?accepter, s?aimer, se servir réciproquement. Cela veut dire servir le pauvre, le malade, l?exclus. Il nous rappelle, avec l?Eucharistie, le sacrifice. Dans chaque célébration eucharistique, Jésus s?offre pour nous au Père, pour que nous aussi nous puissions nous unir à lui, en offrant à Dieu notre vie, notre travail, nos joies et nos peines, tout sous forme de sacrifice spirituel. Le Cénacle nous rappelle l?amitié: Je ne vous appelle plus serviteurs, dit Jésus aux Douze. Je vous appelle mes amis. Oui, le Seigneur fait de nous ses amis, il nous confie la volonté du Père et s'offre lui-même à nous. C?est cela l?expérience la plus belle du chrétien, et d?une façon particulière du prêtre, devenir l?ami du Seigneur. Le Cénacle nous rappelle le départ du Maître et la promesse de se retrouver avec ses amis: Je reviendrai et je vous emmènerai avec moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Jésus ne nous laisse pas, il ne nous abandonne jamais, il nous précède dans la maison du Père et là il veut nous emmener avec lui.

Mais le Cénacle rappelle aussi la bassesse, la curiosité, la trahison. Qui est celui qui trahit? Et cela peut être chacun de nous, pas seulement et toujours les autres, qui revit ces attitudes, quand nous regardons avec suffisance le frère, quand nous le jugeons, quand nous trahissons Jésus par nos péchés. Le Cénacle nous rappelle le partage, la fraternité, l'harmonie, la paix entre nous. Que d?amour, que de bien a jailli de ce lieu! Que de charité est sortie d?ici, comme un fleuve de sa source, qui au début est un ruisseau, puis s?élargit et devient grand. Tous les saints ont puisé ici, au grand fleuve de la sainteté de l?Eglise prend ici sa source... Il nous rappelle enfin la naissance de la nouvelle famille qu'est l?Eglise, constituée par Jésus ressuscité. Une famille qui a une mère en la Vierge Marie. Les familles chrétiennes appartiennent à cette grande famille, et trouvent en elle lumière et force pour marcher et se renouveler, à travers les peines et les épreuves de la vie. Tous les enfants de Dieu de tout peuple et de toute langue, tous frères et enfants de l?unique Père qui est dans les cieux sont invités et appelés à faire partie de cette grande famille. C?est l?horizon du Cénacle, l?horizon du Ressuscité et de l?Eglise. D?ici est partie l?Eglise, animée par le souffle vital de l?Esprit. Recueillie en prière avec la mère de Jésus, elle revit pour toujours l?attente d?une effusion nouvelle de l?Esprit. Que descende ton Esprit, Seigneur, et qu?il renouvelle la face de la terre".

Après la messe, le Pape François et sa suite ont pris l'hélicoptère pour gagner Tel Aviv où, à 19 h 15' locales l'avion papal a décollé en direction de Rome, atterrissant à Ciampino à 23 h heure de Rome.

QUEL QU'EN SOIT SA RAISON, LE TERRORISME EST UN MAL

Cité du Vatican, 27 mai 2014 (VIS). Voici ce qu'a dit hier à Jérusalem le Saint-Père lorsqu'il s'est incliné devant la plaque commémorative des victimes du terrorisme: "J'entends affirmer en toute humilité que le terrorisme est un mal. Il l'est dans ses effets mais aussi quel qu'en soit sa raison. C'est un mal parce qu'il découle de la haine, parce qu'il détruit au lieu de construire. Puissent les peuples comprendre de cette voie violente, fondamentalement criminelle, ne conduit à rien. Je prie pour ces victimes, pour toutes les victimes du terrorisme de par le monde. Il faut abandonner, j'en conjure les auteurs, cette voie sans issue".

LE PAPE S'ENTRETIENT AVEC LES JOURNALISTES

Cité du Vatican, le 27 mai 2014 (VIS). Dans l'avion le reconduisant hier soir à Rome, le Saint -Père s'est entretenu pendant près de trois quart d'heure avec les journalistes ayant suivi sont pèlerinage en Terre Sainte. Voici les réponses correspondantes du Pape François:

Invitation adressée aux Présidents palestinien et israélien:

Nous y avons pensé spontanément au cours du voyage, même si c'était une proposition délicate à cause des nombreuses questions logistiques liées à la situation régionale. Mais j'espère que cette rencontre, qui est destinée à prier et non à négocier, se déroulera bien, qu'elle aidera à avancer, chacun rentrant chez lui pour parler, l'un avec un rabbin, l'autre avec un imam.

Que faire à Jérusalem pour enraciner une paix stable et durable?:

L'Eglise catholique a une position du point de vue religieux, faire de Jérusalem la ville de la paix et des trois religions.

Mais les mesures concrètes pour la paix doit venir de négociations politiques. Sur les positions relatives au statut politique, capitale ou non de l'Etat, je ne suis pas compétent pour dire ce qui est juste. Le faire serait folie de ma part, même si je pense qu'il faut négocier honnêtement, fraternellement, en confiance. Il faut du courage pour faire cela et je prie beaucoup pour les dirigeants qui doivent avancer sur le chemin de la paix. Je peux seulement dire ce que l'Eglise ne cesse de dire:

Nous voyons Jérusalem comme la capitale de trois religions, comme une ville sainte, une ville de la paix.




Contre les abus sexuels sur mineurs:

Il y a actuellement trois évêques mis en question, dont un est déjà condamné. Il n'y aura pas de traitement privilégié... Commettre ce crime...c'est trahir le corps du Seigneur. Au lieu de guider ces enfants à la sainteté, ces prêtres les violent et compromettent ainsi leur vie entière. C'est très grave... Je compare cela à une messe noire. La semaine prochaine, le 6 ou le 7 juin, je célébrerai une messe en présence de victimes. Je m'entretiendrai ensuite avec eux à Santa Marta, puis une réunion avec eux...en présence du Cardinal O'Malley. Nous devons aller de l'avant. Tolérance zéro!



Une Eglise pauvre, simple et austère face aux scandales du Vatican:

Jésus a lui-même dit à ses disciples que les scandales étaient inévitables, parce que nous sommes tous pécheurs. Des scandales, il y en aura toujours. L'important est d'essayer d'en éviter de nouveaux. En tout l'honnêteté de la gestion économique et la transparence sont nécessaires. Les deux commissions qui ont étudié la situation du I.O.R. ont déposé leurs conclusions. Maintenant le ministère de l'économie dirigé par le Cardinal Pell va engager les réformes qui s'imposent... Par exemple au I.O.R. ont été fermés 1.600 comptes de personnes qui n'avaient pas le droit d'en détenir.

La fonction du I.O.R. est d'aider l'Eglise. Seuls peuvent y disposer d'un compte les évêques, les diocèses, les employés, les conjoints survivants... Sur la question des 15 millions d'Euro, je peux seulement dire qu'il y a une enquête.


Elections européennes et danger du populisme:

Ces jours-ci j'ai surtout prié.... Je ne comprend pas tout du débat européen. Mais il y a un mot-clé à tout cela: Le chômage. La situation est très grave et au risque de simplifier je dirais que nous sommes dans un système économique complexe qui place l'argent et non l'homme au coeur de tout. Un système économique digne doit remettre l'homme au centre...tandis que le système actuel provoque des rejets... Les personnes âgées sont écartées, ainsi que les jeunes générations. Ce qui explique la chute des naissances en Europe... Cette culture de rejet est très grave. Notre système économique est inhumain.


Célibat obligatoire catholique et exemple de l'Eglise orthodoxe:


L'Eglise catholique a des prêtres mariés, chez les catholiques de rites orientaux. Pourquoi ne pas débattre de ce qui n'est pas un dogme mais une règle de vie, que personnellement j'apprécie comme don fait à l'Eglise. N'étant pas un dogme, la porte est ouverte au débat. Etant un point secondaire, nous n'avons pas discuté avec le Patriarche Barthélémy. Nous avons parlé de l'unité que nous devons bâtir en marcher ensemble, en priant ensemble, en travaillant ensemble.


A la rencontre des chrétiens d'Asie:

- En ce qui concerne l'Asie, deux voyages sont programmés: En Corée du Sud pour un rassemblement des jeunes chrétiens d'Asie. Puis en janvier prochain un voyage de deux jours au Sri Lanka et aux Philippines, dans les régions récemment dévastées par un typhon... Le problème du manque de liberté religieuse n'est pas limité à certains pays asiatiques... La liberté religieuse est assurée normalement dans beaucoup de pays tandis que d'autres prennent des mesures se terminant en une véritable persécution. Il y a des pays où il est interdit de porter une croix, de lire la Bible, d'enseigner le catéchisme aux enfants. Il y a des martyrs, catholiques et non catholiques... Je pense qu'il y a probablement plus de martyrs aujourd'hui que durant les premiers temps de l'Eglise.


Vers une Papauté émérite?:

Je ferai ce que le Seigneur me dira de faire. En priant on recherche la volonté de Dieu. Je pense que Benoît XVI ne restera pas un cas unique... Il y a 70 ans il n'y avait pas d'évêques émérites. Maintenant il y en a beaucoup. Qu'en sera-t-il d'une Eglise avec des Papes émérites? L'institution devrait envisager ce statut... Dieu pourvoira. Cette porte est ouverte et j'estime que si l'Evêque de Rome sent ses forces l'abandonner il devra se poser les mêmes questions que le Pape Benoît.


Béatification prochaine de Pie XII?:

La cause de Pie XII est introduite. Mais aucun miracle n'a été signalé, qui serait nécessaire pour aller de l'avant. Sans miracle on ne peut faire avancer la cause.


Les attentes du prochain Synode des évêques:

Cette rencontre au Vatican sera une réunion de prière...un synode sur la famille, ses problèmes et ses vertus, sa situation actuelle. Le rapport du Cardinal Kasper a mis en avant les qualités de la famille, son aspect théologique, les problèmes familiaux, la question pastorale que pose la séparation, l'annulation du mariage, le problème de la communion aux divorcés remariés... Je n'aime pas beaucoup ceux qui, même dans l'Eglise, parlent de la communion aux divorcés comme si tout se réduisait à la casuistique. Il y a une crise de la famille et une crise du mariage. Les jeunes ne veulent pas se marier et préfèrent vivre ensemble non mariés... La question est très vaste et il convient de la clarifier... Le Pape Benoît XVI a dit par trois fois...qu'il fallait étudier tout recours en annulation avec foi.... Les divorcés ne sont pas étrangers. Or ils sont souvent traités comme s'ils l'étaient.


Qu'en est-il de la réforme de la Curie Romaine?:

Le premier obstacle c'est moi!... Le Conseil des huit Cardinaux est chargé d'étudier l'ensemble du système Vatican pour revoir la constitution Pastor Bonus sur la Curie Romaine. Un des points clef est la question économique... Il faut aussi regrouper des dicastères et repenser leur organisation.... Les obstacles rencontrés sont normaux, comme dans tout processus. Il faut dégager la voie et beaucoup oeuvrer de persuasion. Certes, certaines personnes n'en sont pas convaincues, ce qui est classique en l'occurrence. Pour ma part, je suis satisfait.



PROGRAMME DU PAPE EN JUIN, JUILLET ET AOUT

Cité du Vatican, 27 mai 2014 (VIS). Voici les cérémonies que présidera le Pape François en juin, juillet et août:

JUIN

Dimanche 8: Basilique vaticane, à 10 h, messe de la Pentecôte.

Jeudi 12: Consistoire ordinaire pour des causes de canonisation.

Jeudi 19: Parvis de St.Jean de Latran, à 19 h, messe du Corpus Domini, procession eucharistique jusqu'à Ste.Marie Majeure et bénédiction eucharistique.

Samedi 21: Visite pastorale dans le diocèse de Cassano all'Jonio (Italie).

Dimanche 29: Basilique vaticane, à 9 h 30', messe solennelle des Sts.Pierre et Paul.

JUILLET

Samedi 5: Visite pastorale à Campobasso et Isernia (Italie).

AOUT

Mercredi 13: Début du voyage apostolique en Corée (retour le 18).

AUTRES ACTES PONTIFICAUX

Cité du Vatican 27 mai 2014 (VIS). Le Saint-Père a:

Accepté pour limite d'âge la renonciation de Mgr.Francisco González Valer, SF, à l'office d'Auxiliaire de l'Archevêque de Washington (USA).

Accepté pour limite d'âge la renonciation de Mgr.Adam Lepa, à l'office d'Auxiliaire de l'Archevêque de Lódz (Pologne).

Confirmé l'élection du P.Yosafat Moshchych, Miss.St.André, comme Auxiliaire de l'archi-éparchie ukrainienne d'Ivanov - Frankivsk (Ukraine). L'Evêque élu, né 1976 à Stariy Rozdil (Ukraine), a été ordonné prêtre en 1999 et a émis ses voeux religieux en 2002.Il était jusqu'ici Vicaire de ce même diocèse. Licencié en théologie, il a occupé diverses fonctions pastorales diocésaines et a été supérieur général de son ordre.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Mar 27 Mai - 17:25

Pourquoi tant de haine vis-a-vis du seul 'responsable' qui ose dire la VERITE pour arriver a la PAIX ???

Pourquoi tant de haine vis-a-vis de notre religion, qui lorsqu'elle est pratiquee honnetement, est la Voix de l'AMOUR, de la JUSTICE, de la PAIX, de la CHARITE et du PARTAGE ?



Jérusalem : incendie dans une église avant le départ du pape François

Publié le 26.05.2014, 21h38 | Mise à jour : 23h12





Au terme d'un pèlerinage chargé de trois jours en Jordanie, dans les Territoires palestiniens et Israël, le pape François a quitté lundi soir le Proche-Orient. Peu avant son départ de Jérusalem, un incendie d'origine criminelle a consumé des croix de bois dans l'une des principales églises catholiques, à l'abbaye de la Dormition.

«Quelqu'un est entré dans l'église, est descendu à la crypte, s'est emparé d'un livre d'or signé par les pèlerins et l'a amené dans une petite salle près de l'orgue où il a mis le feu au livre, brûlant des croix de bois», a expliqué le moine précisant que le feu avait été constaté à 19 heures locales (17 heures, à Paris).

Le pape a célébré une messe à quelques dizaines de mètres

Peu avant l'incendie, le pape célébrait une messe dans le bâtiment voisin du Cénacle, à quelques dizaines de mètres là, un site sacré pour chrétiens, juifs et musulmans qui cristallise les tensions dans la Ville sainte. «Nous ne savons pas qui a fait ça. Il y a une atmosphère très déplaisante, avec ces manifestations contre la venue du pape. Je ne sais pas s'il y a un lien, c'est peut-être l'acte d'une personne dérangée», a affirmé le moine bénédictin.

La police israélienne a indiqué qu'elle explorait toutes les pistes, ajoutant qu'un «incident interne à l'Église n'est pas exclu». Des Israéliens sont venus spontanément apporter leur soutien à la communauté des moines de la Dormition, une abbaye bénédictine allemande, selon des témoins. L'abbaye est une imposante rotonde, dont le toit conique surplombe les murailles de la Vieille ville. Elle a été bâtie en 1900, sur le lieu, d'après la tradition chrétienne, où Marie, la mère de Jésus, serait morte. Les moines, qui ont maîtrisé le sinistre à l'aide d'extincteurs, étaient recouverts de suie.

Tensions sur le mont Sion

Selon la tradition chrétienne, c'est au Cénacle, situé sur le Mont Sion, à l'extérieur des murailles de la Vieille ville, qu'a eu lieu la Cène, le dernier repas de Jésus avec ses apôtres, au cours duquel fut instituée l'Eucharistie. C'est là aussi que s'est déroulé, selon les Évangiles, la descente de l'Esprit saint à la Pentecôte, cinquante jours après Pâques. Ces deux événements marquent pour les chrétiens la naissance de l'Église.

Pour les juifs, l'édifice abrite le tombeau du roi David, vénéré depuis le 12e siècle. Et pour les musulmans, qui y avaient construit une mosquée jusqu'à ce que l'armée israélienne conquière le mont Sion en 1948, le site est considéré aussi comme un sanctuaire.


Des juifs extrémistes interpellés par précaution

Aujourd'hui, les chrétiens demandent à avoir l'usage du lieu, où ils ont libre accès mais ne peuvent célébrer des messes que deux fois par an, pour le Jeudi saint et la Pentecôte. Cette requête a déclenché la colère d'extrémistes juifs redoutant que la venue du pape au Cénacle ne fasse partie de négociations entre Israël et le Saint-Siège susceptibles de mettre un terme, à leur détriment, au statu quo. La messe du pape François au Cénacle lundi s'est déroulé sous très haute sécurité, les forces de sécurité craignant un incident sur ce lieu sensible, avait évacué le secteur.

La police israélienne a dû prendre des mesures d'éloignement à l'encontre de plusieurs dizaines d'extrémistes juifs soupçonnés de vouloir perturber le séjour du pape et a procédé à quelques minutes de l'arrivée du pape au Cénacle lundi à l'arrestation de trois jeunes juifs qui se trouvaient dans l'école talmudique voisine du lieu, par «mesure de précaution».

Un appel à la tolérance entre les trois religions monothéistes

François a néanmoins appelé au «libre accès» de tous les croyants juifs, musulmans et chrétiens aux lieux saints à Jérusalem, et à l'arrêt de «la violence et des manifestations d'intolérance», après une vague de vandalisme de nationalistes juifs présumés contre des sites chrétiens et musulmans.

Le mufti de Jérusalem, Mohammad Hussein, l'avait pressé d'intervenir auprès d'Israël pour «arrêter l'agression contre notre peuple, notre terre, et nos lieux saints et permettre la liberté d'accès aux musulmans et chrétiens de notre peuple à leurs lieux saints d'Al-Aqsa et du Saint-Sépulcre». Le pape, accompagné du patriarche orthodoxe de Constantinople Bartholomée lors de cette rencontre sur l'esplanade des Mosquées, site sacré pour l'islam et le judaïsme, a appelé au dialogue et à la tolérance entre les trois religions monothéistes «pour la justice et la paix».

VIDEO. Le pape aux musulmans et juifs : «Travaillons ensemble pour la paix»


Une gerbe de fleurs sur la tombe de Herzl : un geste contesté

Signe d'amitié envers Israël, François a fait déposer une grande gerbe aux couleurs jaune et blanche du Vatican sur la tombe du père fondateur du sionisme Theodor Herzl, une première pour un pape, dénoncée par des militants palestiniens. Au mémorial de la Shoah à Yad Vashem, Jorge Bergoglio a prononcé une longue méditation empreinte d'émotion sur cette «tragédie incommensurable» et «l'abîme» qu'elle a constitué pour l'humanité, rallumant la flamme du mémorial et baisant la main des survivants.

Il a poursuivi ses rencontres avec les deux Grands rabbins d'Israël et des religieux de différentes confessions chrétiennes, en particulier orthodoxes, dans un rapprochement historique qui a justifié ce pèlerinage, cinquante ans après le sommet à Jérusalem entre le pape Paul VI et le chef de l'Eglise orthodoxe de l'époque, Athénagoras.


=============

NON NON et NON...

on n'est pas un bon Juif, on n'est pas un bon Musulman, on n'est pas un bon Chretien, on n'est pas un bon Catholique

- quand on pretend vouloir que le Pape ait fait un voyage politique

Son Voyage ne peut etre que religieux et spirituel

- quand on seme la haine plutot que l'Amour

- quand on politise toutes les situations humaines, surtout lorsqu'il y a des conflits

- quand on se sert des armes pour annihiler ceux qu'on pense etre ses ennemis

- quand on vend des armes soit-disant pour maintenir ou etablir la PAIX


satan est le pere du mal, de la discorde, de la vengeance, de la mechancete

tous ceux qui ne pronent pas l'AMOUR INCONDITIONNEL

sont des suppots de satan

de quelque religion qu'ils se pretendent

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7655
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   Ven 30 Mai - 14:41

- LES PRESIDENTS ABBAS ET PERES AU VATICAN LE 8 JUIN


Soyions en Prieres avec eux pour la PAIX !

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pape Francois en Terre Sainte du 24 au 26 mai 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rivalités chrétiennes dans les Lieux saints (Terre sainte)
» Journée internationale d’intercession pour la paix en Terre Sainte
» Les reliques de sainte Thérèse en Terre Sainte
» Jérusalem: des chrétiens de toutes traditions fêteront Pâques en Terre sainte
» Pourquoi les Juifs ont pu rentrer en Terre Sainte si c'est un peuple sur lequel repose la colère de Dieu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: