La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie   Dim 17 Aoû - 4:31

pour les photos, vous reportez au lien SVP



Vendredi 15 août 2014 00:00


Assomption - Bonne fête nationale à tous !





"ASSOMPTION, se dit aujourd'hui particulièrement dans l'Eglise romaine d'une fête qu'on y célèbre tous les ans, le 15 août, pour honorer la mort, la résurrection, et l'entrée triomphante de la sainte Vierge dans le ciel.
Elle est encore devenue plus solennelle en France en 1638, que le roi Louis XIII choisit ce jour pour mettre sa personne et son royaume sous la protection de la sainte Vierge; vœu qui a été renouvelé en 1738 par le roi Louis XV."

(Source : Encyclopédie théologique, Nicolas Bergier (1718-1790),  publ. par M. l'abbé Migne,  Ateliers catholiques au Petit-Montrouge, tome I, Paris 1850-1851, p. 392).


http://leblogdumesnil.unblog.fr/files/2007/10/vanloondvictoires.jpg
Le tableau de Carle Vanloo, au-dessus du maître-autel de la Basilique N.-D. des Victoires (Paris), représente ce voeu. La Sainte Vierge apparaît assise dans un nuage, au haut du tableau; d'une main elle soutient l'Enfant Jésus, debout sur ses genoux; de l'autre elle offre une palme à Louis XIII; des groupes d'anges l'environnent. Le roi, prosterné lui présente le plan de l'église de N.-D. des Victoires. A la gauche du roi, le cardinal de Richelieu. A sa droite, un échevin de la la Rochelle lui remet les clefs de la ville, sur un plateau d'argent. Sous le nuage, où trône la Reine des Cieux, on aperçoit dans le lointain la Rochelle.

Le roi Louis XIII fit du 15 août jour de fête nationale. Il voua le royaume à Dieu par la Vierge Marie. Tel est le «Voeu de Louis XIII» institué en février 1638, encore célébré aujourd'hui le 15 août.

Depuis, chaque année, ont lieu des processions en l'honneur de la sainte Vierge, Patronne de la France.

Le jour de fête nationale est repris par la Restauration après que Napoléon Ier y ait substitué une éphémère "Saint Napoléon"...
La "République" dite "française" supprima ce jour de fête nationale.
Le 15 août est toujours la fête nationale des Acadiens.

C'est durant le siège de la Rochelle (1627-1628), où les protestants révoltés s'étaient constitués en "comité de salut public chargé de 'recevoir les avis secrets qui pourraient être donnés' sur l'ennemi" (le Roi de France), avec une cour de justice "pour juger les personnes accusées d'attentat contre l'ordre public" (des protestants), en l'espèce, les catholiques qui leur tomberaient dans les mains, - la république dans toute sa hideur, avec ses mouches, ses fiches et ses magistrats... - que Louis XIII fit son voeu à la Vierge "que toute les années, par tout le royaume, l'on ferait des processions, le jour de son entrée (de la Vierge, ndlr.) dans les cieux, par son Assomption glorieuse".



Et ce n'est que dix ans après, en 1638, et alors que la Reine Anne d'Autriche jusque-là stérile venait miraculeusement de tomber enceinte, depuis trois mois, du futur Louis XIV, que Louis XIII rédigea officiellement son voeu. Voici le texte :



«Déclaration par laquelle le Roi place le royaume sous la protection spéciale de la Vierge Marie.



"Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre.



Dieu qui élève les rois aux trônes de leur grandeur, non content de nous avoir donné l'esprit qu'il départ à tous les princes de la terre, pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial de notre royaume et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d'effets merveilleux de sa bonté, que d'accidents qui nous menaçaient.



Lorsque nous sommes entrés au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d'en troubler la tranquilité; mais la main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause, que l'on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins.



En divers autres temps, l'artifice des hommes et la malice du démon, ayant sucité et fomenté des divisions, non moins dangereuses pour notre couronne, que préjudiciables à notre maison, il lui a plu d'en détourner le mal avec autant de douceur que de justice.



La rebellion de l'hérésie ayant aussi formé un parti dans l'Etat, qui n'avait d'autre but que de partager notre autorité (Ndlr. allusion aux guerres de religion et au siège de La Rochelle), il s'est servi de nous pour en abattre l'orgueil, et a permis que nous ayons relevé ses saints autels, en tous lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques.



Si nous avons entrepris la protection de nos alliés, il a donné des succès si heureux à nos armes, qu'à la vue de toute l'Europe, contre l'espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs Etats, dont ils avaient été dépouillés.



Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne, se sont ralliées pour conspirer sa ruine, il a confondu leurs ambitieux desseins, pour faire voir à toutes les nations, que comme la Providence a fondé cet Etat, sa bonté le conserve et sa puissance le défend.



Tant de grâces si évidentes font que, pour n'en pas différer la reconnaissance, sans attendre la paix qui nous viendra sans doute de la même main dont nous les avons reçues et que nous désirons avec ardeur, pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligé, nous prosternant aux pieds de sa sainteté divine, que nous adorons en trois personnes, à ceux de la sainte Vierge et de la sacrée Croix, où nous recevons l'accomplissement des mystères de notre rédemption, par la vie et la mort du Fils de Dieu, nous consacrer à sa Grandeur, par son Fils rabaissé jusqu'à nous, et à ce Fils, par sa mère élevée jusqu'à Lui, en la protection de la quelle nous mettons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et tous nos sujets, pour obtenir par ce moyen celle de la sainte Trinité, par son intercession, et de toute la cour céleste, par son autorité et par son exemple.



A ces causes nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite, et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que soit qu'il souffre le fléau de la guerre ou jouisse des douceurs de la paix, que nous demandons à Dieu de tout notre coeur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire.



Et, afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l'église cathédrale de Paris, avec une immage de la Vierge, qui tienne en ses bras celle de son divin Fils descendu de la Croix; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre.



Nous admonestons le sieur Archevêque de Paris et néanmoins lui enjoignons, que tous les ans, le jour et fête de l'Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration, à la grand'messe qui se dira en son église cathédrale, et qu'après les Vêpres dudit jour, il soit fait une procession en ladite église: à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et le corps de ville, avec pareille cérémonie que celle qui s'observe aux processions générales les plus solennelles. Ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises, tant parochailes que celle des monastères de la dite ville et faubourgs, en toutes les villes, bourgs et villages du diocèse de Paris.



http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/8/4/5/1/9782845192300FS.gifExhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume, et néanmoins leur enjoignons, de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales et autres églises de leurs diocèses, entendant qu'à ladite cérémonie les cours de parlement et autres compagnies souveraines et les principaux officiers des villes y soient présents.



Et d'autant qu'il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques et évêques, pour y être faite ladite cérémonie; et d'y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre et d'admonester tous nos peuples, d'avoir une dévotion toute particulière à la Vierge, d'implorer en ce jour sa protection, afin que sous une si puissante patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu'il jouisse longuement d'une bonne paix, que Dieu y soit servi et révéré si saintement, que nous puissions arriver heureusement à la dernière fin, pour laquelle nous avons tous été créés: car tel est notre plaisir.



Donné à Saint-Germain en Laye, 10 février 1638"»



(Source: Louis XIII cité in Abbé Marie-Léon Vial, Jeanne d'Arc et la monarchie , 1910, réed. Editions Saint-Rémi, p. 344-345; 352;  376-379.)


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b3/P1000567_Paris_II_Basilique_Notre-Dame-des-Victoires_Choeur_reductwk.JPG
Le chœur de la Basilique de Notre-Dame-des-Victoires, avec les sept tableaux de Carle Van Lo

===============

TEXTE DU « VOEU DE LOUIS XIII »
Consécration de La France au Coeur Immaculé de Marie


       " A ces causes, nous avons déclaré et nous déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge Marie pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, et nous avertissons le sieur Archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons que tous les ans, fête et jour de l'Assomption, il fasse faire, commémoration de notre présente déclaration à la grand'messe, qui se dira en son église cathédrale, et qu'après les vêpres dudit jour, il soit fait une procession en la dite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et les corps de ville, avec pareilles cérémonies que celles qui s'observent aux processions générales les plus solennelles; ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises, tant paroissiales que celles des monastères de la dite ville et faubourg, et en toutes les villes, bourgs et villages du dit diocèse de Paris. Exhortons pareillement les archevêques et évêques de notre royaume, et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales, et autres de leurs diocèses entendant qu'à la dite cérémonie les cours de Parlement et autres compagnies souveraines, et les principaux officiers des villes y soient présents, et d'avertir tous les peuples d'avoir une dévotion particulière à la Vierge, d'implorer en ce jour sa protection afin que, sous une si puissante patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de nos ennemis, qu'il jouisse longtemps d'une bonne paix, que Dieu y soit servi et révéré si saintement que nous et nos sujets puissions arriver heureusement à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés, car tel est notre plaisir."


http://christroi.over-blog.com/article-34734853.html

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie   Ven 14 Aoû - 8:53


Reine de la Création !

A la veille de l'Assomption, nous admirons la Sainte Vierge, Reine du ciel et de la terre, "la femme nouvelle", "prémices de la nouvelle création"

13 août 2015

Notre Dame, accueillie dans la gloire de la Trinité, « est Mère et Reine de toute la création » (pape François, encyclique Loué sois-tu §241). Déjà présent dans la tradition multiséculaire de l’Église, un beau titre marial se profile pour notre temps.

L’amour éternel des personnes divines a été « la clé qui ouvrit la main » du Créateur (saint Thomas, Commentaire aux Sentences, II, prologue) pour prodiguer le don de l’existence. À Saint-Pétersbourg, une icône russe du XIXe siècle montre les six jours de la création, œuvre de la Trinité.

Par la suite, la création entière a été renouvelée par le Père avec les missions du Fils et de l’Esprit. Sainte Marie y est intervenue comme « la femme nouvelle », « les prémices de la nouvelle création » (Missel romain, Messes de la Vierge). Le Créateur de l’univers donne la royauté au Fils, oint par l’Esprit, et la fait partager à Marie. Si le Verbe fait chair gouverne ciel et terre, sa mère est aussi reconnue « Souveraine de toute la création, au moment où elle devint Mère du Créateur » (saint Jean de Damas, La foi orthodoxe IV, 14).

« Si toi et moi en avions eu le pouvoir, nous l’aurions aussi faite Reine et Souveraine de toute la création »

Depuis l’antiquité, les antiennes l’invoquent : « O mundi Domina ! ». Les papes la reconnaissent comme « reine du ciel et de la terre » (Xyste IV, Lettre Cum praeexcelsa, 1476) et, depuis Pie XII, la liturgie proclame cette dignité (1954). « Si toi et moi en avions eu le pouvoir, nous l’aurions aussi faite Reine et Souveraine de toute la création » (saint Josémaria, Saint Rosaire 3, 5).

Toute créature bénéficie de son regard maternel et de son intercession bienveillante. Une statue moderne de la Reine de la création, qui attire la dévotion populaire, est vénérée, depuis 1977, dans le diocèse d’Osnabrück, à Heede (Basse-Saxe), où des apparitions mariales à quatre jeunes filles eurent lieu entre 1937 et 1940, sous le despotisme néo-païen. Marie caresse la Terre que son Fils soutient.

Dans son encyclique sur l’écologie intégrale, le pape présente la création matérielle comme un grand don de la Trinité aux hommes. La Reine de la création, « comprend aussi maintenant le sens de toutes choses. Ainsi nous pouvons lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés » (pape François, ibidem).

Marie, mère du Fils unique dans la maison du Père, obtiendra le don de l’Esprit : le respect et la droiture afin d’administrer ces instruments pour la gloire de Dieu. Elle le fit brillamment à Cana.
Abbé Antoine Fernandez

http://opusdei.fr/fr-fr/article/reine-de-la-creation/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie   Ven 14 Aoû - 9:06


ASSOMPTION – 15 AOÛT 2015

Au service de la Reine du Ciel, et dans la joie !


EN cette glorieuse fête de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie (…), je suis dans la joie car le Cœur Immaculé de Marie joyeux, douloureux est aujourd’hui glorifié. Ce Cœur est si rempli d’amour, si uni à Celui de son Fils qu’ils ne font plus qu’un seul Cœur, le très unique et sacré Cœur de Jésus et de Marie.

Je ne sais pas ce que le bon Dieu nous enverra à l’avenir, dans un avenir proche ou lointain, mais puisqu’il nous donne sa paix aujourd’hui — et je le répète par le Cœur très aimé de Jésus et de Marie — c’est notre devoir présent de nous réjouir, d’accepter ce bonheur, de le mettre à profit, sans même nous troubler à la pensée des peines et des souffrances qui pourraient survenir, quand déjà tant de peuples souffrent de la guerre, de la famine, du chômage, des persécutions et de mille autres désordres.

Qu’est-ce donc que cette joie dont je parle ? Quels en sont les motifs ? (…) Comment puis-je ainsi exulter et nous gonfler de présomption, à ce qu’il semble, en ce jour de fête, comme si nous n’avions rien à déplorer dans le moment présent ? (…) Nous sommes vraiment comme les autres humains, nous avons les mêmes faiblesses, connues ou secrètes, et les mêmes tentations. Le même démon, comme un lion rugissant cherche qui dévorer (cf. 1 P 5, Cool… et si nos communautés sont ferventes, rayonnantes, si nos maisons subsistent et même s’agrandissent, non ce n’est pas à nous, c’est même plutôt malgré nous que cela nous est donné.

Alors, par qui ? et pour quoi ? Je crois savoir. Ce sont nos études du mystère de Fatima qui me l’ont donné à entendre. Dans ce siècle de la grande apostasie prédite par les saintes Écritures, il faut bien que subsistent ici et là, et encore ailleurs des îlots de fidélité. Et ces îlots sont l’objet d’une attention particulière, et d’une bénédiction spéciale de Dieu. Je n’invente rien. La Vierge Marie a bien dit à sœur Lucie de Fatima que le Portugal serait épargné lors de la Seconde Guerre mondiale, et qu’il garderait le dogme de la foi lors de la grande Apostasie à laquelle fait trop évidemment allusion ce troisième secret qu’on ne veut pas nous dire. De même, il me semble certain que tous ceux, monastères, paroisses, familles, individus isolés même, qui se vouent aujourd’hui au Cœur très sacré de Jésus et de Marie, recevront dans les périls et les épreuves de demain une protection visible du Ciel. Alors, si tout va bien chez nous, sans nulle prétention ni vergogne, il me semble que nous le devons à cette volonté de Jésus, de Marie et de Joseph de faire de nous une vitrine de leurs bontés et miséricordes, aujourd’hui, demain et à l’avenir…

Je sais qu’une telle pensée marque nos esprits et nos cœurs, nos peines et nos travaux, tout nous-mêmes, pour le service spécial de Notre-Dame de Fatima, et sous la protection de son Cœur Immaculé par lequel le monde sera bientôt sauvé. C’est pourquoi j’achève par une petite demande, une demande de petite dévotion (…). Je vous exhorte à dire très souvent comme je le fais moi-même, la prière que l’Ange de Fatima apprit aux trois petits enfants, et qu’ils ont sans cesse récité la face prosternée contre terre « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas qui ne vous aiment pas. »

Pourquoi ? Parce que cette simple prière m’a livré un grand enseignement, et peut-être un secret du Ciel. Elle est une indication de l’Ange sur les volontés de son Souverain Seigneur et de sa Souveraine. Bien sûr, ils nous invitent, nous-mêmes, à croire, adorer, espérer et aimer. Mais pour le reste ? Pour le monde qui se perd ? Pour les apostats, les athées, les révoltés, que devons-nous faire ? Une croisade militaire, une polémique intellectuelle ? Un apostolat ? Oh ! alors, comme nous nous sentirions impuissants ! faibles ! désarmés ! Mais non, le Ciel entend partager le travail avec la terre dans ces temps difficiles. À nous de prier et de demander pardon, et je ne dis pas même d’expier, de nous livrer à de rudes pénitences dont notre lâcheté est incapable ; simplement de nous prosterner avec confusion pour nous et pour nos frères, et de demander pardon ! C’est-à-dire de reconnaître la sainteté, la majesté, l’autorité de notre Roi et de notre Reine à tous, leur bonté infinie et leur miséricorde, puis de confesser que le monde est ingrat, injurieux, provocant dans son impiété, sa révolte et dans ses autres péchés. Et alors nous interposer entre le monde et Dieu pour implorer le pardon.

Et cela suffira. Le reste, le Cœur Immaculé de Marie le fera ; lui seul doit pouvoir le faire, et non pas nous, aucun d’entre nous, c’est un dessein mystérieux, c’est une volonté de notre Père céleste et de son Fils Jésus-Christ pour notre XXe siècle. Ce Cœur Immaculé, ce Cœur maternel et royal fera des signes et des prodiges et tous les enfants prodigues que nous désespérons de sauver, de ramener, de convertir, elle les touchera et sans effort apparent, sans lenteur ni retard, elle les retournera en masse, comme un seul homme, vers Jésus et vers le Père.

Alors, tous pourront s’écrier avec le psalmiste : « Haec dies quam fecit Dominus ! » C’est le jour de joie, de foi, de paix que nous accordera un jour Marie Immaculée notre Souveraine. Dans cette Assomption de la Vierge, fête glorieuse entre toutes, nous savons où nous allons, nous savons où va le monde, à travers la grande apostasie prédite. Au-delà de la guerre qui gronde, il va vers le triomphe universel du Cœur Sacré de Jésus par le ministère éclatant et magnifique, mais aussi doux et gracieux, du Cœur Immaculé de Marie. Amen, Deo gratias ! Alléluia, alléluia, alléluia.

http://crc-resurrection.org/liens-utiles/archives/meditations/2015-2/au-service-de-la-reine-du-ciel-et-dans-la-joie/

Abbé Georges de Nantes
Extraits de la lettre à nos amis n° 43, 15 août 1982

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie   Ven 14 Aoû - 22:42

L'Eglise de France possede un Pasteur qui ne fait guere de bruit, mais a qui j'aimerais rendre hommage, me souvenant du Chapelet qu'il recita (par le froid, accompagne de quelques paroissiens) a l'Election de Pape Francois,devant la Grotte de Notre-Dame de Lourdes


Fêter l'Assomption dans les Hautes-Pyrénées

Samedi 15 août, les chrétiens du monde entier se préparent à célébrer l’Assomption de la Vierge Marie, c’est-à-dire Sa Montée au Ciel sans avoir connu la corruption de la mort. Voilà un grand mystère de notre foi et une grande fête pour tous les catholiques. Les chrétiens des Hautes-Pyrénées fêteront aussi la Vierge Marie, de manière incontournable au Sanctuaire de Lourdes vers lequel convergent des dizaines de milliers de pèlerins. Dans le diocèse de Tarbes et Lourdes, la fête se fera dans la plupart des villages de Bigorre.

C'est de tradition que dans le Sud-Ouest l'Assomption soit la fête patronale. A voir le nombre d'églises et de chapelles portant le nom de Notre-Dame de l’Assomption dans le diocèse de Tarbes et Lourdes, les Hautes-Pyrénées ne dérogent pas à la règle. Sur 540, 81 églises et chapelles portent le nom de Notre-Dame de l'Assomption.


On aime la Vierge Marie dans les montagnes des Pyrénées

L'amour pour Marie est au cœur de la vie religieuse des Pyrénées. De nombreux sanctuaires sont dédiés à la Sainte Vierge, comme Notre-Dame de Garaison, qui fête cette année le jubilé des 500 ans des apparitions à la jeune bergère Angleze de Sagazan, comme le Sanctuaire Notre-Dame de Pouey-Laün, sur les hauteurs d'Argelès-Gazost, mais aussi au Sanctuaire d'Héas, tout près de Gavarnie ou à Notre-Dame de le fache nichée à 3000 mètres d'altitude.

Au Sanctuaire de Lourdes

La messe de l'Assomption la plus célèbre dans le diocèse est bien entendu celle du Sanctuaire de Lourdes, avec notamment la présence du Pèlerinage National français, qui réunit à lui seul entre 7000 et 7500 pèlerins.

Programme des célébrations :


(la veille : procession mariale aux flambeaux à 21h)
10h : Messe solennelle sur la Prairie du Sanctuaire
12h00 : Angélus (prière pour la paix)
15h00 : Prière pour la France
15h30 : Chapelet
16h30 : Procession du Saint-Sacrement

21h : Procession mariale au départ du Château fort de Lourdes, vers l'église paroissiale du Sacré Coeur.

Les grandes célébrations dans le diocèse


A Bagnères-de-Bigorre, avec les Chanteurs Montagnards

Depuis quelques années déjà, la messe du 15 août est célébrée en plein air, à 10h30, dans le Vallon de Salut de Bagnères-de-Bigorre. Cette messe en plein air est animée par les Chanteurs Montagnards de Bagnères. Cette Eucharistie est devenue un trait d’union entre les chrétiens «habituels » et les promeneurs qui se baladent dans ce théâtre de verdure, attirés par les belles voix des chanteurs montagnards. L’après-midi, ce sont généralement des chants et des animations plus profanes qui s’y déroulent. Quant aux plus courageux, ils se donnent rendez-vous, à 15h, au pied de Notre-Dame du Bédat, sur les hauteurs de Bagnères-de-Bigorre pour y réciter le chapelet (le départ de l’église paroissiale est à 14h).

A Sainte-Marie de Campan, avec Mgr Brouwet

Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, célèbre chaque année la messe de l'Assomption dans un village  du diocèse. IL a choisi cette année Sainte-Marie de Campan. La messe est à 11h à l'église de Sainte-marie de Campan.

A Barège, avec les guides de montagne

Messe en plein air à Barège, au coeur du Pays Toys, à 11h sur le plateau de Lienz en présence des guides de montagne, avec comme le veut la tradition, la bénédiction des cordes et des piolets.

Toutes les célébrations dans le diocèse

Vendredi 14 août

Messes anticipées

18h00 : Tarbes (Saint-Martin), Laubadère-Tarbes (Saint-Vincent de Paul), Juillan, Louey
18h30 : Tarbes (Saint-Jean et Sainte-Thérèse)

Processions mariales
20h : Marche de la lumière à Aurensan (messe anticipée à 20h45)
21h : Lourdes (château fort), Tarbes (de l'église Sainte-Anne à la cathédrale), Artagnan
Samedi 15 août
Messe de l'Assomption de la vierge Marie

9h00 : Villelongue, Lourdes (Sacré-Coeur)

9h15 : Bordères-Louron, Ilhet

9h30 : Siarrouy, Gerde, Cadeilhan-Trachère (Chapelle ND de Pitié), Sassis, Julos, Lézignan, Saint-Pé-de-Bigorre, Lourdes (Anclade)

10h00 : Tarbes (Saint-Antoine), Madiran, Saint-Frai (Bagnères-de-Bigorre), Laloubère, Allier

10h30 : Argelès-Gazost, Lannemezan (ND des Bourtoulets), Bagnères-de-Bigorre (Vallon de Salut), Pouzac, Bonrepos, Guchen, Orleix, Séméac, Pouyastruc, Saint-Savin

10h45 : Maubourguet

11h00 : Cathédrale de Tarbes, Sainte-Marie de Campan (présidée par Mgr Brouwet), Barèges (Plateau du Lienz), Trie sur Baïse,  Mazerolles, Lourdes (Sacré-Coeur), Luz-Saint-Sauveur, Vic-en-Bigorre, Villenave, Arreau, Arragnouet (chapelle des Templiers),  Azet, Génos, Saint-Lary, Saint-Pastous, Lanso (réouverture de l'église au culte), Poueyferré, Aspin, Juncalas, Lourdes (Lannedarré), Aureilhan, Urac-Tarbes (Saint-Pierre Saint-Paul), Barbazan-Debat, Arcizac-Adour

12h30 : Beaucens
17h00 : Tarbes (Sainte-Anne), avec Mgr Brouwet, pour la clôture de la Neuvaine pour la France, avec les jeunes de la route chantante Sitio

18h30 : Saint Lézer, Bareilles

Bonne fête à toutes les Maries et bonne fête à tous !

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A Notre Dame Des Victoires, Reine Des Vierge, Des Apotres et des Martyrs.
» Assomption de la Vierge Marie
» Notre-Dame de Kabylie
» Notre-Dame des Sept Douleurs
» Notre-Dame - L'Assomption de la Vierge Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: La Vierge Marie :: Apparitions mariales 'reconnues'-
Sauter vers: