La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
marie pere Pape -Marie archange coeur france fatima Francois zorkine michel
Derniers sujets
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 VATICAN : l'ambassadeur de la France ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7759
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: VATICAN : l'ambassadeur de la France ?   Jeu 23 Avr - 15:40

L'imbroglio diplomatique sur la nomination de l'ambassadeur de France au Vatican en 5 actes

Le Vatican refuse toujours
la nomination de Laurent Stefanini comme ambassadeur de France au Saint-Siège. Mais François Hollande refuse de céder.


Mis à jour le 23/04/2015

Il ne lâche rien. Alors que le Vatican refuse toujours de donner son accord pour la nomination de Laurent Stefanini comme ambassadeur de France au Saint-Siège, le président de la République serait prêt à se passer de représentant jusqu'à la fin de son quinquennat, rapporte jeudi 23 avril Europe 1. François Hollande n'accepte pas que ce soit l'homosexualité de son diplomate qui pose problème.

Francetv info reprend le fil de la polémique.

Acte 1. L'Elysée nomme Laurent Stefanini

Tout commence le 5 janvier. En conseil des ministres, le président de la République nomme son chef du protocole à l'Elysée ambassadeur au Vatican. Numéro 2 de la représentation française au Saint-Siège de 2001 à 2005 et catholique pratiquant, Laurent Stefanini a le CV parfait pour remplacer Bruno Joubert, en poste depuis 2012.

Acte 2. La nonciature de Paris fait savoir que cette candidature a peu de chance d'être acceptée

Dès janvier, la nonciature de Paris, qui représente le Vatican en France, donne un avis négatif sur cette nomination, rapporte Le Monde. Selon le Journal du Dimanche, Laurent Stefanini se heurte à l'opposition de figures catholiques françaises, comme Ludovine de la Rochère, la présidente de la Manif pour tous. Ce n'est pas la première fois que l'Eglise refuse qu'un diplomate français s'installe dans le palais Bonaparte, où se trouve l'ambassade. En 2007, elle avait refusé la nomination d'un candidat pacsé.

Acte 3. Les prélats français se mobilisent

Laurent Stefanini a aussi des soutiens. Le Monde raconte que l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, a écrit en février au pape pour appuyer sa nomination. Le prélat s'inquiète de l'interprétation qui pourrait être faite si le Vatican s'oppose à la nomination du candidat français.

Acte 4 : l'affaire sort dans la presse

Début avril, alors que cette nomination n'a été ni acceptée ni refusée officiellement, Le Canard enchaîné et Le Monde révèlent l'affaire. La présidente de la Manif pour tous dément toute intervention, le Vatican et le Quai d'Orsay gardent le silence. Une semaine plus tard, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, se fend d'une déclaration laconique : "La France a fait le choix d'avoir un ambassadeur auprès du Vatican. Ce choix s'est porté sur M. Stefanini et cela reste la proposition de la France."

Acte 5 : François Hollande prêt à se passer d'ambassadeur

Depuis, les deux parties campent sur leur position. Le Canard enchaîné rapporte que le pape François a reçu Laurent Stefanini le 18 avril. Il lui aurait dit "n'avoir rien contre lui, mais qu'en revanche il n'avait apprécié ni le mariage pour tous ni les méthodes de l'Elysée qui a tenté de lui forcer la main".

De son côté, François Hollande ne compte pas proposer de remplaçant, rapporte Europe 1. Un connaisseur du dossier rapporte même que la France est prête à se passer de représentant. "Si on doit ne pas avoir d’ambassadeur au Saint-Siège jusqu'à la fin du quinquennat, cela ira très bien à François Hollande", assure-t-il
http://www.francetvinfo.fr/monde/vatican/l-imbroglio-diplomatique-sur-la-nomination-de-l-ambassadeur-de-france-au-vatican-en-5-actes_884635.html
=====================

eh bien, le Vatican et l'Eglise Catholique romaine se passeront de la representation de la france laicarde..... !!!!

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7759
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: VATICAN : l'ambassadeur de la France ?   Jeu 23 Avr - 15:52

La nomination de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège toujours bloquée
Famille Chretienne - ARTICLE | 22/04/2015 |


Près de deux mois après le départ de son ambassadeur, la France n’a toujours pas de représentant auprès du Saint-Siège. La candidature de Laurent Stefanini n'est pas acceptée par Rome.

Si le Vatican n’entend faire aucun commentaire, il a cependant choisi de ne pas donner son agrément au diplomate choisi et proposé par Paris dès janvier, Laurent Stefanini. Si l’homosexualité du candidat au poste d’ambassadeur pose problème, certaines sources proches du dossier au Vatican assurent cependant à I.Media, sans plus de précisions, qu’une autre raison « grave » a motivé ce refus.

Bruno Joubert, ambassadeur de France auprès du Saint-Siège depuis mai 2012, a quitté ses fonctions le 1er mars. Deux mois plus tôt, en Conseil des ministres, le nom du chef du protocole de l’Élysée, Laurent Stefanini, était validé pour lui succéder. À travers les canaux habituels, le dossier est arrivé au Vatican, au terme d’une enquête menée par la nonciature apostolique à Paris. Comme le prévoit le droit international, le Saint-Siège a fait le choix de refuser cette demande d’agrément sans donner de motif, et sans même communiquer sa décision à la France.

La presse française a largement évoqué l’homosexualité – vécue cependant avec discrétion – de l’actuel chef du protocole de l’Élysée, Laurent Stefanini, pour motiver le refus romain. Il semble surtout que le choix de Paris ait été mal reçu au Vatican deux ans après l’adoption contestée du « mariage pour tous » en France. Des sources proches du dossier avancent en outre un motif « plus grave », sans qu’il soit possible d’en savoir plus en raison du mutisme assumé du Saint-Siège. En dernier recours, Laurent Stefanini – un catholique pratiquant – a écrit au pape François avant de le rencontrer en toute discrétion le 18 avril. Il se serait alors vu confirmer ce refus.

Interpellé par I.Media le 22 avril, le Bureau de presse du Saint-Siège n’a souhaité faire aucun commentaire. À Rome, officiellement, on attend désormais que Paris propose le nom d’un autre candidat. Deux noms circulent avec insistance, celui de l’ancienne ambassadrice en Irlande et actuelle secrétaire adjointe au ministère des Affaires étrangères Emmanuelle d’Achon, et celui de Bertrand Besancenot, ambassadeur en Arabie Saoudite depuis près de huit ans.

L’entêtement de la France agace


À Rome, l’entêtement de la France à maintenir la candidature de Laurent Stefanini a visiblement agacé et aggravé la situation, même si ce diplomate qualifié compte de nombreux amis dans la curie. Ce fin connaisseur de l’Église et de Rome fut particulièrement apprécié par le Vatican lors de son séjour comme premier conseiller à la Villa Bonaparte, l’ambassade de France près le Saint-Siège, entre 2001 à 2005.

L’écho donné à cette affaire dans la presse française ne facilite pas les choses. La publication répétée d’informations réservées, dans le Canard enchaîné, laisse à penser que le choix de Laurent Stefanini, à Paris, n’est pas soutenu par tout le monde.

« La France est la fille aînée de l’Église, mais pas la plus obéissante»,
confiait en souriant ces derniers mois le pape François à des prélats de passage.
Cette petite phrase, cependant, est antérieure à cette affaire.

Le Saint-Siège peut également avoir été irrité par la publication trop hâtive du nom du candidat parisien, avant même qu’il ne soit soumis à son agrément. Quelques heures à peine après sa validation en Conseil des ministres, le 5 janvier, le nom de Laurent Stefanini était ainsi apparu sur le réseau social Twitter puis, quelques semaines plus tard, dans la presse. Sans parler de l’écho donné en France au refus de Rome. Au Vatican, d’aucuns avancent aussi le fait que le diplomate de 55 ans n’a jamais été ambassadeur en poste à l’étranger.

Cet épisode empoisonne pour l’heure les relations bilatérales, alors qu’un voyage du pape dans l’Hexagone courant 2016 reste à l’étude. C’est aussi dans ce contexte qu’un représentant officiel du gouvernement français devrait assister au Vatican, le 17 mai, à la messe de canonisation de la religieuse française Jeanne Émilie de Villeneuve (1811-1854).


Des profils peu adéquats


Dans le protocole du Saint-Siège, une règle non écrite, mais connue au sein de la diplomatie, veut que le Vatican n’accorde pas son agrément, d’ordinaire, aux candidats homosexuels ou divorcés remariés. La presse française a largement rappelé le cas de Jean-Loup Kuhn-Delforge proposé par Paris en 2008, mais déjà refusé par le Saint-Siège en raison de son « profil personnel ». Secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères, il était notoirement homosexuel et pacsé avec son compagnon. La France était alors restée dix mois sans ambassadeur.

Pour autant, cette règle n’avait pas été respectée en 1998 pour un précédent ambassadeur de France, homosexuel non affiché. Le diplomate français avait même été amèrement regretté par le Saint-Siège lorsqu’il avait été rappelé par Paris plus vite que prévu, en plein cœur du Jubilé de l’an 2000. À ce jour, par ailleurs, d’autres diplomates accrédités auprès du Saint-Siège, dont le représentant d’un grand pays européen, auraient également le même profil personnel.

Dans les relations diplomatiques qu’entretient le Saint-Siège avec 180 États, l’un des épisodes les plus emblématiques est le refus d’un agrément au candidat de la République d’Argentine en 2007. En pleine crise entre l’épiscopat local et la nouvelle présidente Cristina Kirchner, Buenos Aires avait proposé la candidature d’Alberto Iribarne, ancien ministre de la justice, un catholique divorcé et remarié. En mai 2008, pour calmer la situation, le Saint-Siège avait alors appelé à Rome un certain… Jorge Mario Bergoglio, archevêque de la capitale et dont le franc-parler irritait les autorités. Quatre mois plus tard, la nomination d’un autre diplomate avait mis fin à plusieurs mois de crise diplomatique.
Antoine-Marie Izoard










bon, pour l'instant, pas de commentaires a ce sujet, SVP ; il y a trop de 'auraient' ou de 'on dit' ; nous attendrons la version officielle et la decision finale de Pape Francois.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
 
VATICAN : l'ambassadeur de la France ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les confessions de l'exorciste du Vatican
» Mgr Marc Ouellet serait appelé au Vatican...
» VATICAN II...... Côté face
» Mgr le Cardinal Marc Ouellet serait appelé au Vatican...
» LE VATICAN ET LES AUTRES VIES DANS LE COSMOS...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: