La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
michel pere archange mort chretiens coeur fatima france -Marie paroles zorkine marie Pape Francois
Derniers sujets
» Prières quotidiennes
Aujourd'hui à 8:26 par Pearl

» Multiples témoins de Jésus-Christ
Hier à 17:34 par etienne lorant

» Seigneur, ce jour s'acheve
Mer 13 Déc - 21:20 par Pearl

» Anne de Guigne, le coeur d'une petite fille habite par JESUS
Mer 13 Déc - 15:43 par Pearl

» Joug simple et fardeau léger
Mer 13 Déc - 15:29 par etienne lorant

» Sainte-Famille, Sauvez la France !
Mer 13 Déc - 6:17 par Marthe

» L'Amour demeure toujours
Mar 12 Déc - 15:17 par etienne lorant

» Vivre sa foi
Sam 9 Déc - 17:22 par etienne lorant

» Bâtir sur le roc
Jeu 7 Déc - 18:36 par etienne lorant

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7835
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   Lun 14 Sep - 23:00

Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.


La Vierge de l’Annonciation se montre préoccupée du destin de la France et apparaît durant sept jours, du 8 au 14 décembre 1947 à quatre fillettes, de 7 à 12 ans. Elle les fait participer à la prière du Rosaire et au cantique du Magnificat

La première apparition eut lieu le 8 décembre 1947, fête de l’Immaculée Conception, à l’église Saint-Gilles de l’Île Bouchard, petite ville de Touraine, à 15 km de Chinon. ( France). Les quatre fillettes virent chaque jour, à 13 heures, du 8 au 14 décembre 1947, la Vierge Marie accompagnée de l’Ange Gabriel. Les deux premiers jours, elles furent invitées aussi à 5 heures de l’après-midi dans l’église. La dévotion à la Vierge en cette paroisse fut homologuée par le diocèse de Tours, en 1966, sous le titre de « Notre-Dame de la Prière. »


L'ILE-BOUCHARD A TRAVERS LES AGES


L'ILE-BOUCHARD est désigné en 1189 dans le Cartulaire de l'abbaye de Noyers sous le nom de Insula Buchardi. Situé sur les deux rives de la Vienne, la ville comprend, sur la rive gauche Saint-Maurice, sur la rive droite Saint-Gilles, ces deux quartiers étant reliés par deux ponts à l'Ile, berceau de la Cité.

Le très beau dolmen de Saint-Lazare est composé de deux tables dont l'une s'est affaissée. Une légende locale veut que les jours de pluie la teinte rouge de cette table provienne du sang des victimes sacrifiées par les Druides. De la période gallo-romaine, il reste peu de traces sur la commune de L'Ile-Bouchard. Les fours de potiers ont été nombreux à Mougon et les restes d'un aqueduc étaient signalés à BRIZAY à la fin du siècle dernier. Un seigneur nommé BOUCHARD jeta les fondations d'un "castrum" dans l'Ile au milieu du 9ème siècle. Tout d'abord simple camp retranché, ce castrum mit le seigneur et ses hommes d'armes à l'abri des raids des Normands qui, à cette époque, ravageaient la vallée de la Loire et de ses affluents.
Un Bouchardais illustre, André DUCHESNE, surnommé "le Père de l'Histoire de France" (1584-1640) ne manqua pas de constater que "L'ILE-BOUCHARD, par son nom fait assez connaître tant le nom de son fondateur que le lieu de son assiette".

En 885, BOUCHARD 1er dirigea une expédition chargée de ramener en Touraine les reliques de Saint MARTIN qui se trouvaient en l'église d'AUXERRE. Grâce aux chartes, nous connaissons les noms de quelques BOUCHARD : Vivian vers 930, Arderand vers 965, Thibault vers 987 et Bouchard II vers 1020. Le prieuré de TAVANT reçut de ces deux derniers des donations de terres. Les seigneurs de L'ILE-BOUCHARD avaient alors pour suzerains les comtes de Blois et de Champagne.

THIBAULT, comte de Blois, intervint pour la nomination d'un gouverneur de la seigneurie de l'Ile, après la mort de Hugues, ne laissant pour héritier qu'un enfant en bas âge nommé Bouchard III. Quinze ans après, L'ILE-BOUCHARD tomba pour quelque temps sous la domination des comtes d'Anjou.

Une guerre entre Geoffroy Fuel et son neveu Bouchard III permit à ce dernier de redevenir seigneur de L'Ile. Après un violent combat autour de TAVANT, Bouchard s'empara du couvent qui fut incendié ; Geoffroy Fuel qui s'y était réfugié fut fait prisonnier et renfermé dans un cachot du château-fort de l'Ile. Bouchard III est à l'origine de la fondation de l'église Saint-Gilles. Commencée en 1069, elle fut terminée en 1075. L'église Saint-Léonard, dont la construction débuta vers 1067 devint paroisse vers 1450. Seuls ne subsistent de cet édifice que le choeur et le déambulatoire dont les chapiteaux du XIème sont remarquables. A la fin de son règne, Bouchard III fit don de l'église de RIVIERE à l'abbaye de Marmoutier (1070), abbaye à laquelle appartenait le prieuré de TAVANT, incendié précédemment.

Pendant le XIIème siècle, L'ILE-BOUCHARD eut successivement comme seigneurs : Peloquin ler jusque vers 1120, Robert de Blo vers 1130, Peloquin II vers 1140, Barthélémy ler de 1150 à 1170, Bouchard IV de 1170 à 1189, Bouchard V de 1189 à 1205 environ. Ces seigneurs firent diverses donations aux abbayes voisines. L'ILE-BOUCHARD fut sous la domination anglaise de 1156 à 1205. c'est sous le règne de Henri II, roi d'Angleterre que fut entreprise la construction des premiers ponts et des écluses sur la Vienne. En 1205, L'ILE-BOUCHARD revint à la Couronne de France.

De 1214 à 1335 possédèrent successivement le château de l'Ile : Barthélémy II, chevalier banneret aux côtés de Philippe-Auguste à Bouvines, Bouchard VI vers 1230, Barthélémy III vers 1250, Bouchard VII vers 1285, et Barthélémy IV de 1290 à 1335. Au moment des Croisades auxquelles prirent part plusieurs seigneurs de L'ILE-BOUCHARD, une léproserie fut édifiée à quelque distance de Saint-Gilles, sous le vocable de Saint Lazare. Retombée sous la domination anglaise sous le règne de Jean le Bon, L'ILE-BOUCHARD revint à la couronne de France en 1360.

Après la mort de Barthélémy IV, la baronnie de L'ILE-BOUCHARD passa aux mains de son fils Bouchard VIII dont le fils Jean de L'Ile fut tué à la bataille d'Azincourt (1415). Catherine, fille aînée de Jean de l'Ile épousa en 1415 Jean des Roches qui devint ainsi baron de L'ILE-BOUCHARD mais pour peu de temps car il mourut en 1416. La veuve contracta un second mariage avec Hugues de Chalons qui fut tué à la bataille de Verneuil (1424). Catherine prit pour troisième mari Pierre de Giac, surintendant des finances qui fut assassiné à ISSOUDUN en 1426. En 1427, elle épouse Georges de la Trémoille, ministre de Charles VII. Elle mourut le ler juillet 1472. Avec elle s'éteignit la famille des Bouchard. La possession de la baronnie par les la Trémoille fut favorable à la Ville. Les membres de cette famille furent : Georges ler (1427 à 1442), ses deux fils Georges II (1442 à 1481), Louis ler (1481 à 1483).

C'est Louis II qui, en 1483, entreprit la construction de l'église Saint-Maurice, remarquable par son élégant clocher. Le choeur de l'église Saint-Gilles date de la même époque. Charles VIII vint à deux reprises en 1493 "en sa bonne ville de L'ILE-BOUCHARD".

Au XVIème siècle, la Réforme avait été bien accueillie dans la ville. En 1562, L'ILE-BOUCHARD fut prise par les Huguenots puis revint peu après aux mains des catholiques. En 1587, Claude de la Trémoille adopta la religion réformée dont le culte, de 1599 à 1605, avait lieu dans la chapelle du château. A la fin du XVIème siècle (1584) naquit André Duchesne, historiographe du roi. Il publia les généalogies des plus importantes maisons de France, ainsi qu'un ouvrage sur les "Antiquités des Villes et chasteaux de France".

Les La Trémoille restèrent barons de L'ILE-BOUCHARD jusqu'au 18 décembre 1629, date à laquelle Henri de la Trémoille vendit la baronnie au cardinal de Richelieu. Celui-ci interdit alors le culte réformé dans la chapelle du château. Les réunions eurent alors lieu dans le faubourg Saint-Maurice mais en 1633, le temple fut fermé. En novembre 1517, la débâcle des glaces avait rompu les écluses de la Vienne. Une nouvelle débâcle, coïncidant avec une forte crue, enleva en 1630 les ponts de Saint-Gilles et de Saint-Maurice. L'ILE-BOUCHARD va se trouver sans ponts jusqu'en...1832, soit pendant 2 siècles ! Et le 18 mai 1680, le bac, mal entretenu rompt ses amarres. 30 personnes sont noyées. Le 18 juillet 1650, le roi Louis XIV se rendant à Richelieu, s'arrête quelques heures à L'ILE-BOUCHARD. Les successeurs de Richelieu, Armand, Jean du Plessis (de 1715 à 1788), Louis, Antoine du Plessis (de 1788 à 1791) délaissèrent leur baronnie. La disparition des ponts avait marqué le déclin de L'ILE-BOUCHARD.

Dans la nuit du 12 au 13 juillet 1792, une crue subite de la Vienne a submergé presque toute la ville, entraînant une partie des maisons et endommageant les récoltes. Les habitants eurent à peine le temps de se sauver eux-mêmes. La hauteur de cette crue heureusement jamais atteinte depuis - est marquée dans l'église Saint-Gilles - Elle montait à 1,16 m dans cet édifice. Pour éviter le retour de pareils désastres, les écluses furent démolies de Châtellerault à Candes.

L'ILE-BOUCHARD accueillit favorablement les idées nouvelles et la chute de l'ancien régime. Les diverses fêtes créées par la Révolution, notamment la fête de l'Etre Suprême qui eut lieu le 20 Prairial de l'An II, rassemblèrent toute la population. Le 16 septembre 1791, l'Evêque Suzor, évêque constitutionnel, visite les paroisses de Saint-Gilles et de Saint-Maurice. Ce même jour, on apprend que le roi venait d'accepter la Constitution. Après avoir signé le registre des délibérations de la Maison Commune, l'évêque Suzor se rend à l'église Saint-Maurice où en présence de toute la population, il entonne le Te Deum.


En 1831, une société se constitue en vue de la construction d'un pont de fil de fer. Les deux communes de St Gilles et de St Maurice firent l'acquisition de l'Ile pour 17 000 francs. Le pont fut construit en 1832 et le passage fut soumis au péage. Cette même année vit les deux communes réunies en une seule. Une mairie et des halles furent édifiées dans l'Ile. Le 27 novembre 1882, le train entre pour la première fois en gare de L'ILE-BOUCHARD. Afin de supprimer le péage, les ponts furent rachetés en 1886, la municipalité ayant été aidée financièrement par de nombreux dons de particuliers. Un livre d'or fut édité à cette occasion et le 1er mai 1886, une grande cavalcade marqua l'abolition du péage. Ces ponts suspendus à voie unique devenant insuffisants pour la circulation, de nouveaux ponts furent construits en 1925, mais le 31 août 1944, les Allemands en retraite les font sauter. A nouveau, L'ILE-BOUCHARD a ses "passeurs" par bateau, jusqu'à ce que, fin 1945, des passerelles provisoires à voie unique soient construites. Le 1er juin 1957, les travaux de construction de nouveaux ponts débutent et le 16 août 1959 a lieu l'inauguration des deux magnifiques ouvrages que nous connaissons et qui permettent à l'automobiliste de passage d'admirer la splendide échappée que l'on a sur la Vienne.
http://touraine-insolite.clicforum.fr/t350-Les-apparitions-de-la-vierge.htm

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Charlyze

avatar

Messages : 397
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   Lun 14 Sep - 23:42

Merci pour cette histoire Pearl, c'est passionnant à lire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7835
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   Mar 15 Sep - 9:24

J'essaie, Charlyze d'editer des sujets pour ceux qui n'ont pas le temps de faire de recherches... c'est ma cueillette du jour !  Smile un petit bouquet de fleurs qui adoucissent et egaient nos quotidiens ; des fleurs qui me sont mises sous les yeux par le Saint Esprit. Je n'y suis pas pour grand chose dans leur choix.

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7835
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   Mar 15 Sep - 9:30

Décembre 1947, quatre fillettes témoignent avoir vu « une belle Dame » dans l'église. Elle leur demande de prier pour la France alors en grand danger et promet du bonheur dans les familles.

Les faits

En 1947, au moment où la France se trouve dans une situation les plus tendues de son histoire contemporaine, se produisent à l’Ile-Bouchard une série d’évènements spirituels qui vont peu à peu donner naissance à un pèlerinage. Devant les fruits spirituels de celui-ci, l’Eglise reconnait en 2001 L’Ile-Bouchard comme sanctuaire marial.

Quels sont les faits qui se sont déroulés du 8 au 14 décembre 1947 ? Que s’est-il passé depuis ? Les messages de l’Ile-Bouchard ont-ils encore quelque chose à nous dire aujourd’hui ? Quels saints sont liés à L’Ile-Bouchard ? Les témoignages de grâces et la bibliographie pourront vous aider à comprendre la portée de ces événements.

Les évènements de 1947 et leur contexte

Depuis 1947

Les saints de L’Ile-Bouchard

Bibliographie

Les messages pour aujourd’hui

Témoignages

Le récit jour par jour


Lundi 8 décembre 1947 :

1) un peu avant 13h.

Jacqueline AUBRY, 12 ans, Jeanne AUBRY sa soeur, 7 ans, et Nicole ROBIN, 10 ans, vont prier à l’église sur le chemin de l’école un peu avant 13 heures, la classe reprenant à 13h30. Pour cette fête de l’Immaculée Conception les Soeurs qui font la classe avaient recommandé aux enfants de prier tout spécialement la Sainte Vierge. Les 3 enfants entrent dans l’église et dans la nef du bas-côté gauche disent un « Je vous salue Marie » devant la statue de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Elles vont ensuite s’agenouiller devant l’autel de la Sainte Vierge et commencent à réciter une dizaine de chapelet. Voilà qu’elles voient la Sainte Vierge avec à son côté un ange qui la contemple, un genou plié à terre. Les 3 enfants se précipitent dehors pour inviter d’autres enfants à venir: deux suivent dont Laura CROIZON, 8 ans, qui verra aussi « la belle Dame ».

La Dame sourit aux enfants mais ne dit rien . Les fillettes récitent une dizaine de chapelet suivie de trois invocations : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». Après quelques minutes la Dame et l’Ange disparaissent.

Interrogées séparément par le Chanoine Ségelle, curé de la Paroisse, et soeur Saint-Léon directrice, les fillettes font un récit identique. Jacqueline raconte:

« J’ai vu une belle Dame, vêtue d’une robe blanche, ceinture bleue, voile blanc légèrement brodé autour. Le voile reposait sur le front. Les pieds de la Dame étaient nus et apparents et reposaient sur une large pierre rectangulaire formant le bas de la grotte dans laquelle elle nous est apparue. A son bras droit était passé un chapelet aux grains blancs montés sur une chaîne d’or. Les cheveux étaient blonds et longs et retombaient sur le devant, de chaque côté, en formant deux anglaises. La ceinture bleue était un large ruban et les manches de la robe étaient vagues. A ses pieds, cinq roses, roses, lumineuses, formaient une guirlande en forme de demi-cercle qui se terminait par deux feuilles vertes reposant sur les deux extrémités de la pierre. Sous les pieds, on lisait l’invocation : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». L’ange se tenait sur une pierre plate de même couleur que la grotte mais en dehors d’elle, le genou droit à terre, à peu de distance de la Dame, et à sa droite. Il était vêtu d’une robe blanche et avait des ailes blanches aux bords dorés. Il tenait à la main droite un lys blanc et l’autre main reposait sur sa poitrine. Les cheveux étaient blonds en forme d’anglaises. »

2) 13h50.

La Belle Dame parle:
– Dites aux petits enfants de prier pour la France… (courte pause), car elle en a grand besoin.
– Madame, est-ce que vous êtes notre Maman du Ciel?
– Oui, je suis votre Maman du Ciel.
– Quel est l’ange qui vous accompagne?
L’ange dit: « Je suis l’ange Gabriel ».
La Sainte Vierge reprend:
– Donnez-moi votre main à embrasser. Revenez ce soir à 5 heures et demain à 1 heure.

3) 17h.

En cette fête de l’Immaculée Conception, les fidèles sont rassemblés pour le Chapelet paroissial et le Salut du Saint-Sacrement. Jacqueline est la seule des 4 fillettes. Elle verra la Sainte Vierge pendant la 5e dizaine de chapelet. La Vierge Marie ne dit rien, et disparaît lorsque Monsieur le Curé apporte le Saint-Sacrement et bénit l’assemblée, puis elle reparaît après la bénédiction.

Mardi 9 décembre :

4) 13h.

Jacqueline:
– Madame, est-ce que je peux faire entrer mes amies?
La Sainte Vierge:
– Oui, mais elles ne me verront pas.
– Embrassez la croix de mon chapelet.
Puis la Sainte Vierge fait sur elle-même le signe de la croix avec une impressionnante lenteur.
– Je vais vous dire un secret que vous pourrez redire dans trois jours: priez pour la France qui, ces jours-ci, est en grand danger.
– Allez dire à Monsieur le Curé de venir ici à 2 heures, d’amener les enfants et la foule pour prier.
– Commencez le « Je vous salue Marie ».
Les enfants récitent une dizaine de chapelet. la Dame sourit.
– Dites à Monsieur le Curé de construire une grotte, le plus tôt possible, là où je suis; d’y placer ma statue et celle de l’ange à côté. Lorsqu’elle sera faite, je la bénirai.
– Revenez à 2 heures et à 5 heures.

5) 17h.

A 14 heures elles restent en classe obéissant à un ordre de Monsieur le Curé. A 17 heures elles sont au rendez-vous.

La Dame:
– Chantez le « Je vous salue Marie », ce cantique que j’aime bien.
– Dites à la foule de s’approcher pour réciter une dizaine de chapelet.
A la fin du chapelet c’est la Dame elle-même qui énonce trois fois: « O Marie conçue sans péché. » et on entend les enfants répondre: « priez pour nous qui avons recours à vous. »
Jacqueline:
– Madame, viendrez-vous encore demain?
– Oui, revenez tous les jours à 1 heure, je vous dirai quand tout sera fini.
Puis la Sainte Vierge bénit l’assistance par un majestueux signe de croix.

Mercredi 10 décembre :

6) 13h.

La foule est plus nombreuse.
La Sainte Vierge :
– Chantez le « Je vous salue Marie ».
Pendant que la dizaine se termine par un « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit… », la Sainte Vierge s’incline respectueusement.
– Baisez ma main
Nicole interroge:
– En quoi faudra-t-il faire la grotte que vous avez demandée hier?
Réponse de la Dame:
– En papier pour commencer.
Jacqueline:
– Madame, voulez-vous bien faire un miracle pour que tout le monde croie?
– Je ne suis pas venue ici pour faire des miracles mais pour vous demander de prier pour la France. Mais demain vous y verrez clair et vous ne porterez plus de lunettes.
– Je vais vous confier un secret que vous ne direz à personne. Promettez-moi de le garder.
Les enfants:
– Nous le promettons.
– Revenez me voir demain à la même heure.

Jeudi 11 décembre :

Au réveil Madame Aubry constate que sa fille Jacqueline est guérie: il n’y a plus les croutes de sa conjonctivite rebelle depuis 2 ans ni trace de sa myopie. Elle n’a plus besoin de lunettes.

7) 13h.

Monsieur le Curé est présent.
La Sainte Vierge:
– Chantez le « Je vous salue Marie ».
– Priez-vous pour les pécheurs?
– Oui, Madame.

Récitation d’une dizaine de chapelet.
Jacqueline pose les questions préparées par Monsieur le Curé et Soeur Saint-Léon:
– D’où nous vient cet honneur que vous veniez en l’église Saint-Gilles?
– C’est parce qu’il y a ici des personnes pieuses et que Jeanne Delanoue y est passée.
– Est-ce en souvenir de Jeanne Delanoue qui vous aimait tant et qui aimait tant vous prier à Notre Dame des Ardilliers…
– Oui, je le sais très bien, interrompt la Sainte Vierge.
…et qui est venue elle-même établir ses filles ici, achève Jacqueline?
– Combien y a-t-il de soeurs ici?
– Elles sont trois, répond Jacqueline.
– Quel est le nom de leur fondatrice?
– Jeanne Delanoue.
– Madame, voulez-vous bien guérir ceux qui ont des maladies nerveuses et des rhumatismes?
– Je donnerai du bonheur dans les familles…
– Voulez-vous chanter maintenant le « Je vous salue Marie »?
– Nous le voulons bien.
Après le chant, la Dame demande:
– Est-ce que Monsieur le Curé va construire la grotte?
– Oui, Madame, nous vous le promettons.
– Revenez demain à 1 heure.
– Oui, Madame, nous reviendrons demain. – Voulez-vous chanter maintenant le « Je vous salue Marie »?
– Nous le voulons bien.
Après le chant, la Dame demande:
– Est-ce que Monsieur le Curé va construire la grotte?
– Oui, Madame, nous vous le promettons.
– Revenez demain à 1 heure.
– Oui, Madame, nous reviendrons demain.

Vendredi 12 décembre :

Cool 13h.

La Sainte Vierge:
– Chantez le « Je vous salue Marie ».
Une dizaine de chapelet. A la fin la Sainte Vierge commence elle-même trois fois l’invocation « O Marie conçue sans péché… » et les 4 petites terminent.
– Rechantez le « Je vous salue Marie ».
– Oui, Madame.
Jacqueline qui a du mal à entendre: Comment?
– Voulez-vous bien rechanter le « Je vous salue Marie ».
– Nous le voulons bien.
– Baisez ma main.
Aujourd’hui les enfants lisent bien sur la poitrine de la Dame, dont la tête est auréolée d’un arc-en-ciel lumineux, le mot MAGNIFICAT.
– Priez-vous pour les pécheurs?
– Oui, Madame nous prions.
– Bien, surtout priez beaucoup pour les pécheurs.
Une dizaine de chapelet. Et les trois invocations.
Jacqueline en faveur d’une jeune fille paralysée:
– Madame, voulez-vous guérir cette jeune fille?
– Si je ne la guéris pas ici, je la guérirai ailleurs.
– Oh! Madame, voulez-vous guérir une personne très pieuse?
– Je ne suis pas venue ici pour faire des miracles mais pour que vous priiez pour la France.
Puis la Vierge bénit la foule et disparaît avec l’ange

Samedi 13 décembre :

9) 13h.

– Chantez le « Je vous salue Marie ». demande la Belle Dame.
puis – Commencez par le « Je vous salue Marie ».
– Oui, Madame.
Une dizaine de chapelet. A la fin la Sainte Vierge commence elle-même trois fois l’invocation « O Marie conçue sans péché… » et les 4 petites terminent.
Jacqueline présente un bouquet d’oeillets roses:
– Madame, voici des fleurs.
La Sainte Vierge bénit les fleurs. 2e dizaine suivie de la triple invocation. 3e dizaine.
Jacqueline:
– Madame, faites donc un miracle !
– Plus tard. répond la Dame. 4e dizaine.
Nicole :
– Madame, quand on fera la grotte, faudra-t-il laisser l’autel à côté?
– Oui, laissez l’autel à côté.
5e dizaine.
– Je reviendrai demain pour la dernière fois.

Dimanche 14 décembre :

10) 13h.

La foule est rassemblée dans l’église.
La Sainte Vierge dit:
– Chantez le « Je vous salue Marie ».
– Récitez une dizaine de chapelet.
Les enfants terminent aujourd’hui cette dizaine (c’est la 2e occasion) par un « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit… », la Sainte Vierge s’incline respectueusement. « O Marie conçue sans péché… » et trois fois la foule répond. Il y aura 5 dizaines, comme hier, un chapelet complet.
Jacqueline et Nicole lisent une demande de Monsieur le Curé:
– Madame, nous vous demandons de bénir Monseigneur l’Archevêque, ses 25 années d’épiscopat, Monseigneur l’Evêque de Blois, les deux paroisses, les écoles libres, la Mission du Carême, les prêtres du Doyenné, et de donner des prêtres à la Touraine.
La Dame accueille par une inclination souriante de la tête.
– Oh ! Merci, s’exclament les enfants.
Jacqueline et les petites offrent des bouquets de fleurs à la Sainte Vierge:
– Madame, je vous offre des fleurs. Prenez-les ! Embrassez-les.
Sourire de la Dame qui répond:
– Je les embrasserai, mais je ne veux pas les prendre. vous les emporterez.
Jacqueline:
– Merci, Madame. Chant du « Je vous salue Marie ».
Jacqueline lit une demande préparée par soeur Marie de l’Enfant Jésus:
– Madame, que faut-il faire pour consoler Notre-Seigneur de la peine que lui font les pécheurs?
– Il faut prier et faire des sacrifices.
– Continuez le chapelet.
Celui-ci terminé, Jacqueline dit:
– Madame, je vous en prie, faites une preuve de votre présence.
– Avant de partir, j’enverrai un vif rayon de soleil.
– Dites à la foule qu’elle chante le Magnificat.
– Oui, Madame, nous allons le chanter.
Monsieur le Curé entonne le Magnificat suivi par la foule.
– Priez-vous pour les pécheurs?
– Oui, Madame, nous prions.
– Récitez une dizaine de chapelet, les bras en croix, demande la Vierge.
La Sainte Vierge bénit l’assemblée et demande pour la 3ème fois:
– Allez-vous construire une grotte?
– Oui, oui, nous allons la construire.
la Sainte Vierge prononce trois fois l’invocation « O Marie conçue sans péché… » et les 4 petites terminent « …priez pour nous qui avons recours à vous. »
Et voici que le « vif rayon de soleil » promis illumine pendant 3 à 4 minutes l’angle de l’église à l’autel de la Sainte Vierge où se sont déroulées les événements.
– Faut s’en aller, dit Jacqueline, Elle a dit qu’elle enverrait un rayon de soleil avant de partir.
Le temps était maussade, le ciel bas, et ce rayon de soleil a été perçu par les habitants des campagnes environnantes.

Partagez !
http://www.ilebouchard.com/les-faits-2/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin
avatar

Messages : 7835
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   Mar 15 Sep - 9:33

Les messages

L’Ile-Bouchard en résumé c’est

3 demandes :

- prier pour la France, pour les pécheurs et construire une grotte ;

- la promesse du bonheur dans les familles ;

et - une école de prière.


Voici les principaux messages :

1. NOTRE DAME DE LA PRIERE

La Vierge Marie apprend progressivement aux enfants et à la foule à prier : le signe de croix, lent et majestueux; le Je vous salue récité ou chanté; le chapelet peu à peu, l’invocation O Marie conçue sans péché, le Magnificat. Marie a comme institué une véritable école de prière durant toute la semaine des évènements. L’adoration eucharistique est également mise en valeur quand la Vierge et l’ange s’effacent devant le Saint Sacrement exposé. Et la louange, avec le Magnificat brodé sur sa robe; et chanté à sa demande par la foule le dimanche.

2. LA TENDRESSE D’UNE MERE

Elle se montre une mère très humaine et proche de ses enfants, soucieuse de leur témoigner bien concrètement sa tendresse. Elle embrasse la main des fillettes, donne sa main à embrasser. Elle leur sourit sans cesse, embrasse et bénit les bouquets de fleurs qu’elles lui offrent le dernier jour. Elle reprend aussi à son compte le nom qu’elles lui ont spontanément attribué : « Je suis votre Maman du ciel ».

3. LA PRIERE POUR LA FRANCE

Marie intervient avant tout pour sauver la France, ces jours-là « en grand danger » de guerre civile. A la prière des petits enfants, la situation se dénoue le mardi, la reprise du travail est effective le vendredi. Mais la France est toujours « en grand besoin », moral et spirituel : prier pour elle aujourd’hui reste une nécessité. Plus largement, on vient aussi de plus en plus de l’étranger prier à Saint Gilles pour son propre pays.

4. LA PRIERE POUR LES PECHEURS

Marie, Immaculée, demande, comme dans bien d’autres lieux d’apparition, que l’on prie pour les pécheurs. Elle indique qu’il faut pour cela également « faire des sacrifices » : pensons en particulier aux petits sacrifices quotidiens de notre orgueil, de nos énervements, de nos critiques. Elle propose aux fillettes d’embrasser la croix de son chapelet, geste par lequel elle nous invite à notre tour à accepter et à offrir nos épreuves ; en les associant au sacrifice de la Croix pour le salut du monde. Elle demande aussi à la foule le dernier jour de réciter une dizaine de chapelet les bras en croix.

5. LE BONHEUR DANS LES FAMILLES

Marie déclare : « Je donnerai du bonheur dans les familles ». C’est un engagement personnel de sa part (« Je ») et une promesse pour l’avenir (l’emploi du futur). Aujourd’hui, plus encore qu’à l’époque, les personnes sont en quête d’un bonheur familial qui n’est plus évident ni naturel. Elles viennent à L’Île-Bouchard rechercher paix, consolation, guérisons, solutions auprès de Marie qui a promis de veiller sur chacune de nos familles humaines. Plus largement aussi, Marie promet le bonheur pour nos familles spirituelles (communautés, mouvements, paroisses, diocèses).

6. LA BENEDICTION DES VOCATIONS

Le dimanche, Marie approuve d’un signe de tête la demande de bénédiction des prêtres, des activités apostoliques et de nouvelles vocations (pour la Touraine). L’Île-Bouchard est devenu depuis un lieu privilégié d’éveil et de soutien des vocations au sacerdoce et à la vie consacrée. Tous les évènements se déroulent d’ailleurs dans l’église paroissiale, témoignant de l’amour de Marie pour l’Eglise, qu’elle exprime par son respect et sa tendresse pour les prêtres présents.

7. L’ANNONCIATION

Toute la semaine a pour cadre la scène de l’Annonciation, rappelée par la présence constante de l’ange Gabriel et de la grotte (de Nazareth) et à présent fixée par les statues. Marie a tenu à nous mettre ainsi en relation permanente avec son oui au plan du salut, pour nous aider à notre tour à dire oui au Seigneur dans toute notre vie. Laissons aussi la phrase de l’ange Gabriel à la fin de l’Annonciation : « car rien n’est impossible à Dieu » retentir à nos oreilles et nous redonner confiance en la toute-puissance du Seigneur dans nos vies.
Partagez !

http://www.ilebouchard.com/les-messages/

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les apparitions de la vierge à l’Ile-Bouchard en 1947.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE : UN BON SITE À DÉCOUVRIR
» Informations sur les apparitions de la Vierge a l'Escorial
» Le Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie de Laurentin
» APPARITIONS DE LA VIERGE MARIE AU SUD DU CAIRE!
» Grâce aux apparitions de la Vierge Marie à Turczvoka (Slovaquie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Les petits grains du Chapelet :: La Vierge Marie :: Apparitions mariales 'reconnues'-
Sauter vers: