La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Mots-clés
zorkine pere marie Pape Francois paroles france -Marie michel coeur fatima chretiens mort archange
Derniers sujets
» Prières quotidiennes
Hier à 8:26 par Pearl

» Multiples témoins de Jésus-Christ
Jeu 14 Déc - 17:34 par etienne lorant

» Seigneur, ce jour s'acheve
Mer 13 Déc - 21:20 par Pearl

» Anne de Guigne, le coeur d'une petite fille habite par JESUS
Mer 13 Déc - 15:43 par Pearl

» Joug simple et fardeau léger
Mer 13 Déc - 15:29 par etienne lorant

» Sainte-Famille, Sauvez la France !
Mer 13 Déc - 6:17 par Marthe

» L'Amour demeure toujours
Mar 12 Déc - 15:17 par etienne lorant

» Vivre sa foi
Sam 9 Déc - 17:22 par etienne lorant

» Bâtir sur le roc
Jeu 7 Déc - 18:36 par etienne lorant

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Meditations et Homelies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 20 Aoû - 10:16

La gloire, c'est le service

Le samedi de la 20e semaine du temps ordinaire

Livre d'Ézéchiel 43,1-7a.
L’homme me conduisit vers la porte, celle qui fait face à l’orient ;
et voici que la gloire du Dieu d’Israël arrivait de l’orient. Le bruit qu’elle faisait ressemblait au bruit des grandes eaux, et la terre resplendissait de cette gloire. Cette vision ressemblait à celle que j’avais eue lorsque le Seigneur était venu détruire la ville ; elle ressemblait aussi à la vision que j’avais eue quand j’étais au bord du fleuve Kebar. Alors je tombai face contre terre. La gloire du Seigneur entra dans la Maison par la porte qui fait face à l’orient. L’esprit m’enleva et me transporta dans la cour intérieure : voici que la gloire du Seigneur remplissait la Maison. Et j’entendis une voix qui venait de la Maison, tandis que l’homme se tenait près de moi. Cette voix me disait : « Fils d’homme, c’est ici le lieu de mon trône, le lieu sur lequel je pose les pieds, et là je demeurerai au milieu des fils d’Israël, pour toujours. La maison d’Israël ne rendra plus impur mon saint nom ; ni elle, ni ses rois avec leurs débauches, ni les cadavres de ses rois avec leurs tombes.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23,1-12.
En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges;ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. , Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »



La vision d’Ézéchiel, dans la première lecture, est prononcée à l'époque de l'exil des Juifs à Babylone. Elle est donnée au peuple afin qu'il ne défaille pas, mais qu'il prenne patience et qu'il garde l'espérance de son retour en Israël. Il est intéressant de noter que le châtiment pour les manques de foi est toujours accompagné d'un réconfort afin que le peuple ne tombe pas tout entier dans le désespoir ou l'apostasie.

Mais il s'agit, toujours, d'un apprentissage comparable à celui que les parents donnent à leurs enfants lorsqu'ils leur disent - par exemple - qu'il ne faut pas jouer avec des allumettes. Certes, les enfants écoutent, mais tôt ou tard, pour mesurer leur maitrise, mais aussi afin d'évaluer la valeur de l'interdiction donnée, ils jouent avec le feu; ils se brûlent, leurs parents les soignent et ils retiendront la leçon: ils seront d'autant plus prudents à l'avenir.

C'est un enseignement semblable - et cependant supérieur, que Jésus apporte à ses disciples afin qu'ils ne tombent pas dans les mêmes erreurs : de s'attribuer une éloquence et des pouvoirs gloire qui ne vient pas d'eux-mêmes. Car, hors l'humilité profonde, les signes qui accompagneront leurs paroles - tout comme leurs paroles elles-mêmes, ne procèdent pas de leur propre intelligence, ni d'un "pouvoir magique" quelconque. En tant que fidèles, nous sommes soumis à la même règle. Bernanos, dans "Le Journal d'un curé de campagne" fait dire à son héro : "Je prétends simplement que lorsque le Seigneur tire de moi, par hasard, une parole utile aux âmes, je la sens au mal qu'elle me fait".

Il n'est guère étonnant que Jésus achève son enseignement aux apôtres (comme à nous-mêmes) par ces mots : "Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé."

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 22 Aoû - 10:54

La foi au quotidien



Le lundi de la 21e semaine du temps ordinaire

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,1-5.11b-12.
Paul, Silvain et Timothée, à l’Église de Thessalonique qui est en Dieu notre Père et dans le Seigneur Jésus Christ. À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. Frères, à tout moment nous devons rendre grâce à Dieu à votre sujet, et c’est bien de le faire, étant donné les grands progrès de votre foi, et l’amour croissant que tous et chacun, vous avez les uns pour les autres. C’est pourquoi nous-mêmes sommes fiers de vous au milieu des Églises de Dieu, à cause de votre endurance et de votre foi dans toutes les persécutions et les détresses que vous supportez. Il y a là un signe du juste jugement de Dieu ; ainsi vous deviendrez dignes de son Royaume pour lequel vous souffrez. C’est pourquoi nous prions pour vous à tout moment afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé ; par sa puissance, qu’il vous donne d’accomplir tout le bien que vous désirez, et qu’il rende active votre foi. Ainsi, le nom de notre Seigneur Jésus sera glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus Christ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23,13-22.
Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer ! […] Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous ! Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.”
Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ? Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.” Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel qui consacre cette offrande ? Celui donc qui fait un serment par l’autel fait un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus; celui qui fait un serment par le Sanctuaire fait un serment par le Sanctuaire et par Celui qui l’habite; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône de Dieu et par Celui qui siège sur ce trône.



La liturgie de ce jour place en opposition la fausse religion et la vraie démarche de foi. Et la meilleure façon de vivre sa foi consiste d'une part dans le renoncement à soi-même et à tout ce que le monde propose, afin d'accéder à la joie perpétuelle des saints, lesquels ne portent aucun signe visible de la grâce dont ils vivent.

Certes, la pleine participation aux rites et aux sacrements est requise, mais elle ne doit être que la toute petite partie de la vie visible de l'exercice de la foi - et que tous peuvent constater. Tandis que les les efforts de renoncement à soi-même, par les gestes de charité, les jeûnes, les tentatives de réconciliation avec autrui, la lutte contre l'esprit du monde, et tout autant grâces de joie et de paix... ne doivent pas être exposées comme des trophées.

Qu'il n'y ait aucune hypocrisie en nous, ce sera déjà un grand pas.
Des quelques personnes que j'ai pu reconnaître comme étant proches de la sainteté, je pourrais citer deux personnes décédées d'un cancer. Au cours de leur maladie, elles sont venues s'asseoir régulièrement, comme pour reprendre des forces, dans le fauteuil profond et relaxant que l'on m'avait offert (et dont je ne me suis jamais servi: pour garder un bon dos, mieux vaut un siège rigide !)

Paradoxalement, peut-être, leur simple présence silencieuse, aimable, a fait partie, comme il m'a semblé, d'un partage plus profond que l'on aurait difficile de décrire avec des mots. Mais il ne s'agit pas de pitié (plutôt de compassion -) mais dans le sens de "supporter-avec". je ressentais qu'elles n'étaient pas venues pour être plaintes, mais plutôt pour être reconnues comme pleinement vivantes, et vivantes de bout en bout.

Il me semble que je dois signaler un seul et merveilleux "incident" : agressé la veille de Pâques par des dealeurs de canabis, je ne désirais pas communier avec les cinq points de suture que je portais au front. Pourtant, je n'ai jamais compris comment, je me suis mis en route vers l'église. Mais avant même d'y parvenir, j'ai croisé Jean-Paul, l'homme assis chez moi en semaine, qui m'explique : "Je suis ennuyé, j'ai reçu deux hosties dans ma pyxide, c'est une de trop !" Je lui ai répondu : "Mais non, c'est que le Seigneur a répondu à ma prière !" J'ai partagé une fois nouvelle l'hostie en deux, nous avons communié entre frères chrétiens et catholiques convertis.

Il est décédé quelques jours plus tard. Je vous rapporte les choses comme elles se dont déroulées.

.


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 23 Aoû - 17:04

Le bon combat de la conscience


Le mardi de la 21e semaine du temps ordinaire

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 2,1-3a.14-17.
Frères, nous avons une demande à vous faire à propos de la venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui : si l'on nous attribue une inspiration, une parole ou une lettre prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, n'allez pas aussitôt perdre la tête, ne vous laissez pas effrayer. Ne laissez personne vous égarer d’aucune manière. Car il faut que vienne d’abord l’apostasie, et que se révèle l’Homme de l’impiété, le fils de perdition (...)
C’est à cela que Dieu vous a appelés par notre proclamation de l’Évangile, pour que vous entriez en possession de la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi donc, frères, tenez bon, et gardez ferme les traditions que nous vous avons enseignées, soit de vive voix, soit par lettre. Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, et Dieu notre Père qui nous a aimés et nous a pour toujours donné réconfort et bonne espérance par sa grâce, réconfortent vos cœurs et les affermissent en tout ce que vous pouvez faire et dire de bien.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 23,23-26.
En ce temps-là, Jésus disait : Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. Guides aveugles! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau ! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance ! Pharisien aveugle, purifie d’abord l’intérieur de la coupe, afin que l’extérieur aussi devienne pur.


Cy Aelf, Paris

L'intérieur de la coupe, qu'il faut purifier en tout premier lieu, ce sont nos sentiments, nos raisonnements, nos jugements et bien sûr notre intelligence. Mais avons-nous seulement conscience que le bien que nous pensons accomplir par nos propres forces peut, en réalité, au regard de Dieu, n'être qu'une désobéissance ? Mais, dira-t-on, comment savoir, comment être certain d'être sur le droit chemin ? Certes, notre conscience est toujours au travail pour distinguer ce qui relève du bien, mais dans quelle mesure sommes-nous disposés à l'accomplir ?

A cet obstacle qui se dresse contre la charité, il n'y a, en fait, qu'une prière constante, le regard de l'âme tournée vers Dieu, et la recherche du bien quelles que soient les circonstances. De nombreux religieux tiennent un carnet - tout à fait privé - sur lequel ils notent, jour après jour leurs "victoires" ou leurs "défaites"... J'ai essayé : c'est très efficace !


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 25 Aoû - 10:22

Veiller en tout temps !


Le jeudi de la 21e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,1-9.
Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ.C’est lui qui vous fera tenir fermement jusqu’au bout, et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ.Car Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 24,42-51.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. Que dire du serviteur fidèle et sensé à qui le maître a confié la charge des gens de sa maison, pour leur donner la nourriture en temps voulu ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! Amen, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens.
Mais si ce mauvais serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde”,
et s’il se met à frapper ses compagnons, s’il mange et boit avec les ivrognes, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des hypocrites ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.


Cy Aelf, Paris

Les textes de ce jour nous encouragent à tenir "fermement", mais aussi "jusqu'au bout", termes employés par saint Paul dans la première lecture, afin de ne pas être surpris au jour de la venue du Seigneur. Les paroles de Jésus incitent, elles aussi, à demeurer dans la veille, de bout en bout jusqu'au jour de son retour. Ces paroles me touchent d'autant plus que j'avais reporté de nombreux mois ma visite chez le dentiste.
Que cette leçon me serve ! En effet, je me souviendrai longtemps de cette semaine d'élancements douloureux jusqu'au rendez-vous suivant !

Évidemment, cette image peut paraître faible pour illustrer les textes de ce jour, cependant le principal y est : du point de vue de la foi et de la pratique de celle-ci, il ne s'agit pas de s'accorder des temps de vacances ou de congés ! Mais, tout au contraire, nous avons été retirés du monde par le choix du Seigneur et il nous faut veiller en tout temps jusqu'au retour de notre maître, chaque jour jusqu'au dernier jour.

Il faut tenir fermement et jusqu'au bout, afin de ne pas être surpris, car nous ne savons "ni le jour ni l'heure".

Je le dis comme je l'ai compris : cette année, plutôt que d'agir selon ma propre rigueur, j'ai reporté des rendez-vous nécessaires en les "voilant" à ma propre conscience. Voici ma faute et aussi ma confusion. Mais puisse cet aveu sincère être utile à l'un ou l'autre d'entre nous !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 27 Aoû - 15:51

Savoir reconnaître les dons de Dieu


Le samedi de la 21e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,26-31.
Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort;ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est;ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes dans le Christ Jésus, lui qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption. Ainsi, comme il est écrit : Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25,14-30.
«C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses sserviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt,
celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres.Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes.
Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.”Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.” Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.” Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a.Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !”



Cy, Aelf, Paris

Il est beau, ce rapport entre la première et la seconde lecture. Les deux textes disent la même chose, mais en utilisant d'apparents contrastes et notamment celui-ci : la vertu de l'humilité, qui permet de se reconnaître tel qu'on est, n'empêche aucunement que l'on doive s'efforcer de faire fructifier les talents que l'on a reçus.

Puissions-nous donc assimiler une de nos vertus à une autre qui nous paraît difficile d'accès ! Celui qui est doux doit aussi pouvoir se montrer sévère, afin que l'on ne l'assimile pas à un "simple d'esprit".
Ou bien encore: celui qui ne se plaint jamais, qu'il se mette à plaindre celles et ceux qui qui rencontrent de grandes difficultés.

Dans mon entourage immédiat, il est un homme que j'admire profondément. Non pour sa capacité à boire de la bière , mais du fait qu'il a dépanné chacun de mes ordinateurs avec un extraordinaire talent: je l'ai baptisé "Maître" après l'avoir vu - si c'est possible - jouer d'un ordinateur comme d'un instrument de musique - et en réparer un autre en lui disant: "De quoi te plains-tu ?".

Le talent que le Seigneur nous a donné doit briller devant tous dans une belle gratuité.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 29 Aoû - 10:00

Jésus chassé de Nazareth


Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2,1-5. [/b]
Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse. Parmi vous, je n'ai rien voulu connaître d'autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié. Et c'est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous. Mon langage, ma proclamation de l'Évangile, n'avaient rien à voir avec le langage d'une sagesse qui veut convaincre ; mais c'est l'Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4,16-30.
Jésus vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l'habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu'ils sont libres, et aux aveugles qu'ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. »
Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : 'Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays ! ' »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël; pourtant Élie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » A ces mots, dans la Synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.


Textes de l'Evangile au quotidien


Tous les prophètes sont cités dans la Bible, ont connu le rejet et la persécution. Il est intéressant de songer à cela, car en dépit de cette attitude négative de la part des juifs, et de leurs chefs religieux en premier, les textes ont été gardés. Comment se fait-il que les juifs n'aient pas retranché de la bible les paroles des prophètes qui les ont sermonnés, comment se peut-il qu'ils n'aient pas édulcoré la dénonciation adressée à leurs pères ? Car en gardant ces textes, et en les commentant dans leurs assemblées, n'est-ce pas contre eux-mêmes qu'ils témoignent ?

Ils le font. Régulièrement et systématiquement. Une telle attitude, d'autant qu'elle s'étale sur des centaines d'années, ne serait pas compréhensible si l'on ne tient pas compte du fait qu'il nous arrive, à nous-mêmes, de prendre de sévères résolutions contre nos péchés, mais sans parvenir à les éradiquer totalement de nos vies. Sans une grâce particulière, qui peut s'arrêter de fumer du jour au lendemain, quelle que soit la méthode choisie ?

Ce qui se passe à Nazareth n'a donc rien d'étonnant. Jésus revient "au pays" et il sait qu'on voudra le mettre à l'épreuve. La célébrité acquise par l'enfant du pays à Capharnaüm n'a pas manqué d'être maintes fois commentée dans les chaumières ! Jésus n'hésite pas : lui aussi est prophète, et bien plus que prophète, mais si le peuple ne veut pas écouter le prophète, comment reconnaîtrait-il le Christ ? Sa mission commence à peine que l'on peut, déjà, en deviner l'issue finale - laquelle ouvrira la porte à de véritables conversions.

Cherchons donc à nous convertir, encore et encore, puisque pour nous aussi le temps est court. Pour ma part, je viens de dépasser la soixantaine. A côté de quelques défauts toujours difficiles à réduire et la vision d'un monde en auto-destruction, je poursuis ma démarche de foi dans des conditions difficiles qui sont liées, encore et toujours à des défauts de foi, d'espérance et de charité. Cependant, aujourd'hui comme hier, je me suis réjoui dans l'Eucharistie qui préside et commande à chacune de mes journées.

Jésus est le chemin qui conduit à la vérité, laquelle aboutit dans la vie éternelle. Celui qui a des oreilles ne peut pas dire qu'il n'entend pas !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 30 Aoû - 10:37

Entre sagesse et mensonge

Le mardi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 2,10b-16.
Nous disons cela avec un langage que nous n’apprenons pas de la sagesse humaine, mais que nous apprenons de l’Esprit ; nous comparons entre elles les réalités spirituelles. L’homme, par ses seules capacités, n’accueille pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu; pour lui ce n’est que folie, et il ne peut pas comprendre, car c’est par l’Esprit qu’on examine toute chose. Celui qui est animé par l’Esprit soumet tout à examen, mais lui, personne ne peut l’y soumettre. Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur et qui pourra ’instruire ? Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4,31-37.
En ce temps-là, Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat. On était frappé par son enseignement car sa parole était pleine d’autorité. Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé par l’esprit d’un démon impur, qui se mit à crier d’une voix forte : « Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »
Jésus le menaça : « Silence ! Sors de cet homme. » Alors le démon projeta l’homme en plein milieu et sortit de lui sans lui faire aucun mal.Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux : « Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! » Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région.
.

Cy Aelf, Paris

Quiconque aura vu le film "L'exorciste", d'après l’œuvre de William P.Blatty (je cite le roman car il est plus riche d'explication que le film), sait bien qu'on ne chasse pas un démon en entrant en dialogue avec lui. Cela me rappelle encore la parole de Jésus, qui ne veut pas que ses disciples se posent trop de questions - lesquelles, par l'intelligence, peuvent faire le jeu du démon : "Que votre OUI soit OUI, que votre NON soit NON, tout le reste vient du diable". (Saint Matthieu 5, 37)

Dans la première lecture, saint Paul rejette la prétendue sagesse du monde. Et, de fait, il est clair que, de bout en bout, et certainement encore de notre temps, ce n'est pas la sagesse de l'homme qui peut le rentre sage ! Parmi celles et ceux qui détournent leurs regards pour ne pas voir s'étaler devant eux la pauvreté du plus grand nombres, il y a beaucoup d'hommes et de femmes remplis de sagesse.

A ce sujet, notre prêtre nous a fait remarquer que les membres d'un "club" connu dans le monde entier, organisent des collectes de vivres pour les plus démunis. Mais aucun d'entre eux, ne va plus directement proposer aux clients, aux portes des supermarchés de faire un don "pour les pauvres" - et le mot de "pauvre" a lui-même été remplacé par le terme "démuni"...

Pourquoi ? Parce ce que la sagesse de ce monde est délicate et susceptible : elle se préserve bien de s'approcher du pauvre ! Lequel n'est pas forcément reconnaissant et n'applaudit pour le paquet de pâtes (qui nécessite de l'eau bouillante, et donc d'une casserole, d'eau et d'un bec de gaz dans une cuisine!) Dans la rue, c'est d'abord l'alcool qui apporte les calories et adoucit la peine de vivre !

Comme pour mieux dénoncer la tentation qui se cache derrière les meilleures intentions, l’évangile montre Jésus qui, une fois de plus, comme à chaque fois, rejette tout dialogue avec les démons, mais il les chasse d'emblée - c'est très clair : "Silence, sors de cet homme". La lumière chasse les ténèbres ! Certes, Jésus a tout pouvoir sur le démon, mais ici comme ailleurs, il nous montre qu'il faut être "rigide" en soi-même, dans sa foi.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 31 Aoû - 10:15

Une journée de service en Eglise


Le mercredi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,1-9.
Mais qui donc est Apollos ? qui est Paul ? Des serviteurs par qui vous êtes devenus croyants, et qui ont agi selon les dons du Seigneur à chacun d’eux. Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu. Celui qui plante et celui qui arrose ne font qu’un, mais chacun recevra son propre salaire suivant la peine qu’il se sera donnée. Nous sommes des collaborateurs de Dieu, et vous êtes un champ que Dieu cultive, une maison que Dieu construit.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4,38-44.
En ce temps-là, Jésus quitta la synagogue et entra dans la maison de Simon. Or, la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre, et on demanda à Jésus de faire quelque chose pour elle. Il se pencha sur elle, menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. À l’instant même, la femme se leva et elle les servait. Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses infirmités les lui amenèrent. Et Jésus, imposant les mains à chacun d’eux, les guérissait.Et même des démons sortaient de beaucoup d’entre eux en criant : « C’est toi le Fils de Dieu ! » Mais Jésus les menaçait et leur interdisait de parler, parce qu’ils savaient, eux, que le Christ, c’était lui. Quand il fit jour, Jésus sortit et s’en alla dans un endroit désert. Les foules le cherchaient ; elles arrivèrent jusqu’à lui, et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter. Mais il leur dit : « Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle du règne de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. » Et il proclamait l’Évangile dans les synagogues du pays des Juifs.

Cy Aelf, Paris


L'épître de saint Paul et la description d'une journée "ordinaire" de Jésus à Capharnaüm parlent d'une même voix pour nous dire que le l'amour de Dieu se manifeste le mieux par le service à autrui. C'est en une ligne que saint Paul résout les inutiles questions de savoir qui est le plus important d'entre Paul et Apollos - car la seule chose qui compte véritablement, c'est le service, c'est le travail dans l'édification de l’Église.

C'est aussi ce que montre l’Évangile du jour. La guérison de la belle-mère de Pierre, c'est - aussi - un service que Jésus rend à la maisonnée où il demeure. En effet, aussitôt guérie, elle se remet d'elle-même au service de la petite communauté qui s'est formée au bord du lac de Galilée.

Or, précise saint Matthieu, ceci se passe après que Jésus ait enseigné dans la synagogue. Il il ne s'agit pas d'un détail, car pour chacun de nous aussi, nous a dit le prêtre, il est bon de commencer chaque journée par une Eucharistie si possible, ou un temps de prière dans la chapelle - ou bien, encore une prière sur le chemin du travail.

La finale de l’Évangile du jour dit encore que Jésus se déplace vers d'autres communautés pour la même raison : annoncer la venue du règne de Dieu, lequel sera rendu manifeste dans le service au prochain.


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 1 Sep - 9:49

La foi, plus grande que toute sagesse


Le jeudi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,18-23.
Que personne ne s’y trompe : si quelqu’un parmi vous pense être un sage à la manière d’ici-bas, qu’il devienne fou pour devenir sage.
Car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu. Il est écrit en effet : C’est lui qui prend les sages au piège de leur propre habileté.
Il est écrit encore : Le Seigneur le sait : les raisonnements des sages n’ont aucune valeur ! Ainsi, il ne faut pas mettre sa fierté en tel ou tel homme. Car tout vous appartient, que ce soit Paul, Apollos, Pierre, le monde, la vie, la mort, le présent, l’avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5,1-11.
En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.
Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules.
Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.
À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. »
En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.» Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.



Cy Aelf, Paris

La sagesse, toute brillante et désirable qu'elle puisse apparaître aux yeux des hommes, demeure une invention humaine, une sorte de "capacité supérieure" qu'ils désirent acquérir - mais dans quel but ?

Est-ce pour la partager avec les autres hommes ou bien parvenir à les dominer ? Pour bien profiter de l'existence en limitant ses ambitions, en éludant - ou en édulcorant - les questions de sens plus difficiles, celles qui ne cessent pourtant d'assaillir et d'interroger les consciences ?

Notre prêtre nous a rapporté l'histoire de cet homme sage qui écrivit un jour à ses enfants : "J'ai 70 ans, j'ai bien travaillé, j'ai acquis une belle fortune que je vais vous partager, je suis globalement satisfait, mais j'ai demander le suicide assisté car j'ai horreur de la vieillesse et de la décrépitude : je veux partir en laissant l'image d'un homme qui a bien retenu et appliqué les leçons de l'existence". L'euthanasie n'est pas réservée qu'aux vieillards isolés et malades ou aux désespérés ! Et cet homme très sage eut recours au suicide assisté, dans une clinique spécialisée... Voici donc qui correspond à l'encouragement de saint Paul à renoncer aux raisonnements des sages "qui n'ont aucune valeur"

Mais en lieu et place de la prétendue sagesse, c'est la pleine et entière confiance en l'amour de Dieu.

C'est ainsi que, lorsque Jésus dit à Pierre de jeter les filets de nouveau, il obéit en rejetant de son esprit les leçons de son expérience professionnelle, sa connaissance des heures les plus propices à ce travail - c'est-à-dire: sa "logique raisonnable". Et le miracle se produit.

Et Jésus de conclure : "Désormais, ce sont des hommes que tu prendras !" Tous abandonnent leurs barques et leurs filets : se fier au Seigneur en tout temps, voici la sagesse, l'habileté, avec la joie qu plus intime du cœur.


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 2 Sep - 10:53

A vin nouveau, outre neuve !


Le vendredi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,1-5.
Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me soumet au jugement, c’est le Seigneur.
Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5,33-39.
En ce temps-là, les pharisiens et les scribes dirent à Jésus : « Les disciples de Jean le Baptiste jeûnent souvent et font des prières; de même ceux des pharisiens. Au contraire, les tiens mangent et boivent ! » Jésus leur dit : « Pouvez-vous faire jeûner les invités de la noce, pendant que l’Époux est avec eux ?Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors, en ces jours-là, ils jeûneront. »
Il leur dit aussi en parabole : « Personne ne déchire un morceau à un vêtement neuf pour le coudre sur un vieux vêtement. Autrement, on aura déchiré le neuf, et le morceau qui vient du neuf ne s’accordera pas avec le vieux. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, il se répandra et les outres seront perdues. Mais on doit mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Jamais celui qui a bu du vin vieux ne désire du nouveau. Car il dit : “C’est le vieux qui est bon.” »



Ne portez pas de jugements prématurés, mais attendez la venue du Seigneur, dit saint Paul dans son épître. Et dans l’Évangile, Jésus fait l'éloge du vin nouveau qui ne pourra être conservé vif et fort que dans des outres neuves.

C'est en fait de la nouveauté de l’Évangile dont il est question. Sa force ne réside pas dans la doctrine, répétée chaque jour dans les synagogues, mais dans sa mise en œuvre dans le quotidien de chaque fidèle. Tel est le changement que Jésus apporte : jeûner afin de se purifier ne servira à rien si c'est pour, aussitôt, ensuite revenir à une pratique strictement rituelle, d'où l'on écarte son cœur. Les disciples de Jean peuvent continuer de jeûner aussi longtemps qu'ils le veulent, qu'auront-ils changé concrètement ?

De même pour nous ! Nous pouvons très bien nous mortifier en plus d'observer les rites et les sacrements de l’Église - si nous ne vivons pas de l'amour de Dieu très concrètement dans le quotidien, cela ne nous sert à rien. Or, de quoi s'agit-il ? Tout simplement de rétablir le lien entre l'amour de Dieu et l'amour du prochain. De la sorte, heureux sont les convertis parmi nous qui ne détournent pas leurs regards !

Il y a quelque temps, comme je rentrais chez moi le soir, j'ai vu une femme unijambiste, dans sa chaise roulante, qui peinait à faire avancer son "véhicule" dans une côte, en se servant de sa seule jambe valide avec laquelle elle frappait le sol devant elle. Tout à fait logiquement, Je lui ai demandé : "Pourquoi ne vous servez-vous pas de vos bras ?" Sa réponse a fusé : quels bras ? Je n'arrive même plus à les bouger ! Du coup, je l'ai poussée dans la montée de sa rue, jusqu'à son logement. Et aujourd'hui, je me suis réjoui du fait que cette dame ne connaît ni mon nom, ni même mon apparence physique, puisqu'il faisait sombre et que je me tenais derrière elle.

Une grande joie a résulté de cet "incident". Il y a de nombreux SDF dans les rues le soir, mais cette occasion dont je garde le souvenir m'a appris beaucoup plus qu'un virement à une organisation caritative dont le montant est déductible aux impôts !

Puisse le Seigneur nous donner à toutes et à tous de ce vin nouveau!

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 3 Sep - 16:35

La première de toutes les règles


Le samedi de la 22e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,6b-15.
Frères, apprenez d'Apollon et de moi-même à ne pas aller au-delà de ce qui est écrit, afin qu’aucun de vous n’aille se gonfler d’orgueil en prenant le parti de l’un contre l’autre. Qui donc t’a mis à part ? As-tu quelque chose sans l’avoir reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te vanter comme si tu ne l’avais pas reçu ? Vous voilà déjà comblés, vous voilà déjà riches, vous voilà devenus rois sans nous ! Ah ! si seulement vous étiez devenus rois, pour que nous aussi, nous le soyons avec vous ! Mais nous, les Apôtres, il me semble que Dieu nous a exposés en dernier comme en vue d’une mise à mort, car nous sommes donnés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous, nous sommes fous à cause du Christ, et vous, vous êtes raisonnables dans le Christ; nous sommes faibles, et vous êtes forts ; vous êtes à l’honneur, et nous, dans le mépris. Maintenant encore, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes dans le dénuement, maltraités, nous n’avons pas de domicile, nous travaillons péniblement de nos mains. On nous insulte, nous bénissons. On nous persécute, nous le supportons. On nous calomnie, nous réconfortons. Jusqu’à présent, nous sommes pour ainsi dire l’ordure du monde, le rebut de l’humanité. Je ne vous écris pas cela pour vous faire honte, mais pour vous reprendre comme mes enfants bien-aimés. Car, dans le Christ, vous pourriez avoir dix mille guides, vous n’avez pas plusieurs pères : par l’annonce de l’Évangile, c’est moi qui vous ai donné la vie dans le Christ Jésus.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,1-5.
Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs ; ses disciples arrachaient des épis et les mangeaient, après les avoir froissés dans leurs mains. Quelques pharisiens dirent alors : « Pourquoi faites-vous ce qui n’est pas permis le jour du sabbat ? » Jésus leur répondit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l’offrande, en mangea et en donna à ceux qui l’accompagnaient, alors que les prêtres seulement ont le droit d’en manger. » Il leur disait encore : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. »


Cy Aelf, Paris

Avec vigueur, saint Paul reprend les Corinthiens qui risquent bien de provoquer le premier schisme dans l'histoire de l’Église. Les uns se réclament de Sosthène et les autres d'Appolos, tous deux apôtres. Mais voici que les fidèles sont tentés de se reconnaître comme disciples de l'un ou de l'autre. Cet attachement excessif à l'un ou l'autre des apôtres n'est rien d'autre qu'une forme de religiosité à la manière toute humaine. S'il en est ainsi de candidats politiques, il ne devrait pas en être de même dans l’Église - mais notre prêtre n'a pas voulu entrer dans un discours sur les origines des divisions au sein doctrinales.

Dans l’Évangile, face à l'outrance du jugement des pharisiens concernant la cueillette de quelques épis de blés, Jésus n'hésite pas à se déclarer "maître du sabbat". Non pas qu'il y ait interdiction de manger ce jour-là, mais simplement parce que les pharisiens cueillette de ces épis comme étant une transgression de la première règle du sabbat : car, à leurs yeux, tout travail est interdit le jour du sabbat. C'est ainsi que se justifie le choix de ce passage d'évangile aujourd'hui : certes, il est nécessaire qu'il y ait des règles dans la vie de l’Église, mais la première des règles est d'aimer Dieu et d'aimer son prochain pour l'amour de Dieu !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 5 Sep - 11:23

La miséricorde divine contredite par des hommes


Le lundi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,1-8.
Frères, on entend dire partout qu’il y a chez vous un cas d’inconduite, une inconduite telle qu’on n’en voit même pas chez les païens : il s’agit d’un homme qui vit avec la femme de son père. Et, malgré cela, vous êtes gonflés d’orgueil au lieu d’en pleurer et de chasser de votre communauté celui qui commet cet acte. Quant à moi, qui suis absent de corps mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, l’homme qui agit de la sorte : au nom du Seigneur Jésus, lors d’une réunion où je serai spirituellement avec vous, dans la puissance de notre Seigneur Jésus, il faut livrer cet individu au pouvoir de Satan, pour la perdition de son être de chair ; ainsi, son esprit pourra être sauvé au jour du Seigneur.
Vraiment, vous n’avez pas de quoi être fiers : ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit pour que fermente toute la pâte ? Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ. Ainsi, célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,6-11.
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout. Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. » Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur et ils discutaient entre eux sur ce qu’ils feraient à Jésus.

Cy Aelf, Paris



Si c'est une religion qui nous convienne en tous points selon nos raisonnements et nos envies, il serait convenable de ne plus la considérer comme fondée sur le Christ. C'est ce contexte qui menace de déchirer l'église de Corinthe, et lui fait tout simplement courir le risque du retour à l'idolâtrie, au paganisme ou bien encore au rationalisme qui prétendra à une sagesse humaine capable de décider de tout.

L'épisode de la guérison de l'homme à la main raide est tout autant
empreinte de gravité. De nouveau, les juifs s'opposent clairement à Jésus quant aux soins et aux guérisons pratiquées le jour du Sabbat. Mais peu importe : le Seigneur va manifester la miséricorde divine, tout comme son Père l'avait fait en instituant le jour de repos du sabbat.

En effet, le sabbat a été institué pour le bien de tous, afin que les familles se rassemblent et que, les uns comme les autres, récupèrent des forces pour la semaine à venir. Bien évidemment, la guérison de l'homme à la main raide (et de tout autre malade) fait partie de la manifestation de la miséricorde divine.

Mais que la manifestation, constatable par tous, de la bonté de Divine à l’œuvre devienne une occasion de condamnation, voici un contresens qui ne peut être que condamnable. Les hommes qui pensent pouvoir juger de tout recevront eux aussi le salaire de leur justice impie...

.

Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 6 Sep - 18:13

Chrétiens au milieu du monde


Le mardi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 6,1-11.
Frères, lorsque l’un d’entre vous a un désaccord avec un autre, comment ose-t-il aller en procès devant des juges païens plutôt que devant les fidèles ? Ne savez-vous pas que les fidèles jugeront le monde ? Et si c’est vous qui devez juger le monde, seriez-vous indignes de juger des affaires de moindre importance ? Ne savez-vous pas que nous jugerons des anges ? À plus forte raison les affaires de cette vie ! Et quand vous avez de telles affaires, vous prenez comme juges des gens qui n’ont pas d’autorité dans l’Église ! Je vous le dis à votre honte. N’y aurait-il parmi vous aucun homme assez sage pour servir d’arbitre entre ses frères ? Pourtant, un frère est en procès avec son frère, et cela devant des gens qui ne sont pas croyants ! C’est déjà un échec pour vous d’avoir des litiges entre vous. Pourquoi ne pas plutôt supporter l’injustice ? Pourquoi ne pas plutôt vous laisser dépouiller ?


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,12-19.
En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. Le jour venu, il appela ses disciples et en choisit douze auxquels il donna le nom d’Apôtres : Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote, Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, qui devint un traître. Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon. Ils étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.


Cy Aelf, Paris


La seule vraie richesse du fidèle, c'est de connaître le Christ et de demeurer en Lui, en toute occasion. Les problèmes que rencontrent les fidèles de Corinthe tiennent en grande partie à leur manque de foi, mais aussi à la fréquentation des Grecs, nombreux dans leur région. Les Grecs discutent de tout et sont capables de changer de discours selon telle ou telle circonstances qui se présentent. Les Grecs s'appuient sur une sagesse qui permet de tout examiner de la vie sociale, de la morale, de la religion, de la justice...

Cette sagesse n'est-elle pas toujours à l’œuvre à notre époque ? L'intelligence humaine ne se donne pas de limites. Elle se donne à elle-même de pouvoir juger de tout.

De sorte que les chrétiens de Corinthe nous sont très proches dans nos propres erreurs, car nos sociétés civiles ne nous incitent certes pas à vivre selon la foi, l'espérance et la charité - mais elle exige que nous nous insérions dans le type de société qu'elle qu'elle estime stable et raisonnable.

Mais un homme animé de l'amour du Christ ne saurait adopter aveuglément le mode de vie qu'on lui propose. Jésus sait très bien qu'il en est ainsi. A-t-il jamais cessé d’essayer de faire entrer dans le cœur des juifs une conception de la Loi qui fait passer la miséricorde dans l'humilité ... bien avant le jugement et l'application de la justice ?

En choisissant douze hommes parmi tous ses disciples, Jésus n'a pas hésité sur le choix du futur traître - car il le laisse à sa conscience, comme chacune et chacun d'entre nous. Mais il nous appartient, à tous et à chacun, de grandir dans la foi selon les circonstances de notre vie.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 7 Sep - 10:26

Saisir l'éternité au coeur du quotidien

Le mercredi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 7,25-31.
Frères, au sujet du célibat, je n’ai pas un ordre du Seigneur, mais je donne mon avis, moi qui suis devenu digne de confiance grâce à la miséricorde du Seigneur. Je pense que le célibat est une chose bonne, étant donné les nécessités présentes ; oui, c’est une chose bonne de vivre ainsi. Tu es marié ? ne cherche pas à te séparer de ta femme. Tu n’as pas de femme ? ne cherche pas à te marier. Si cependant tu te maries, ce n’est pas un péché ; et si une jeune fille se marie, ce n’est pas un péché. Mais ceux qui font ce choix y trouveront les épreuves correspondantes, et c’est cela que moi, je voudrais vous éviter. Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui ont de la joie, comme s’ils n’en avaient pas, ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien, ceux qui profitent de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas vraiment. Car il passe, ce monde tel que nous le voyons.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,20-26.
En ce temps-là, Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.
Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme.Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.
Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »



Cy Aelf, Paris

Pour le changement de vie, ce n'est pas demain, mais aujourd'hui et maintenant. Et l'on pourrait même ajouter : car le Seigneur est proche dans l'instant qui passe et que nous ne savons pas mesurer.

Pour saint Paul comme pour beaucoup de convertis, le temps du bonheur et de la Joie réside tout entier dans l'abandon en Dieu, quoi qu'il advienne. Et cet un abandon se reproduit d'instant en instant.

Bien sûr, d'un point de vue psychologique et raisonnable, c'est quasi incompréhensible. Mais celles et ceux qui ont bénéficié de la grâce d'une conversion soudaine, même la façon d'évaluer le temps qui passe est différente de celle des montres et des horloges. Car c'est au cœur de l'instant qu'ils adorent le Seigneur et reçoivent de Lui.

Je me rends bien compte qu'il est difficile de décrire d'un tel bouleversement. Mais dans les béatitudes, Jésus en donne un bel éclaircissement lorsqu'il déclare malheureux ceux qui possèdent beaucoup en ce monde. Malheureux, certainement, parce qu'ils vivent dans la crainte de tout perdre et parce que leurs pensées et leurs sentiments en sont complètement encombrées.

Il en va de même de ceux qui préfèrent se réfugier dans la dérision, la moquerie et le rire, pour ne pas avoir à compatir du moins dans leur cœur: mais la dérision sera pour eux le miroir de leur propre vacuité. En effet, si l'on a toujours une boisson fraîche à portée de la main, comment pourrait-on apprécier le jaillissement de l'eau d'une source après une longue marche sous le soleil ? Cela ne s'achète pas.

Gare aux moqueurs, à ceux qui se rient de tout ou, encore, qui estiment que tout se vaut en s'appuyant sur un athéisme - dont ils ont fait le choix ! Pas de Dieu, alors pas de conscience, ce serait tellement simple ! Et, de fait, elle est large la voie qui conduit à la perdition ! Ils commencent par déclarer "Après nous le déluge !", mais ils finissent par constater : "Après nous les mouches..."

Faisons donc aujourd'hui encore le choix de l'amour de Dieu et une multitude de petites chaînes inutiles commenceront de tomber de notre quotidien. Ô, la Joie !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 8 Sep - 10:13

Fête de la nativité de la Vierge-Marie


Livre de Michée 5,1-4a.
Ainsi parle le Seigneur :
Toi, Bethléem Éphrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, aux jours d’autrefois. Mais Dieu livrera son peuple jusqu’au jour où enfantera... celle qui doit enfanter, et ceux de ses frères qui resteront rejoindront les fils d’Israël. Il se dressera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la majesté du nom du Seigneur, son Dieu. Ils habiteront en sécurité, car désormais il sera grand jusqu’aux lointains de la terre, et lui-même, il sera la paix !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,1-16.18-23.
Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères (...) David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon (...) Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone.

Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor, Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud, Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob, Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : “Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel”, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »



Cy Aelf, Paris

A la chapelle, ce matin, le prêtre a carrément sauté la lecture de de quelques noms de la généalogie du Christ, mais il s'en est expliqué ensuite : faire descendre Jésus d'Abraham signifie d'une part qu'en Jésus s'est réalisé la promesse faite par Dieu à Abraham, et confirmée par les prophètes, et d'autre part que le christianisme ne pourra jamais être considéré comme une religion détachée du judaïsme. La voix des prophètes de l'ancienne alliance est toujours actuelle dans la nouvelle alliance.

Le reste du sermon, que j'ai trouvé original et très intéressant, concerne le passage, avec Marie, de l'obéissance muette et sévère, à la grâce et l'accueil de l’œuvre de l'Esprit-Saint. Jusqu'à Marie, en effet, avait existé la croyance en une sorte de prédestination, de chaque être humain, attribuée à la volonté de Dieu, .

Mais lorsque naît Marie, c'est l'Esprit saint qui entre dans l'histoire de l'humanité. Avec l'Esprit, Marie avait une pleine liberté de choix - contrairement à Joseph, qui avait déjà décidé, la mort dans l'âme sans doute, d'obéir à la Loi :car lui n'avait, croyait-il, aucune autre possibilité que de la suivre aveuglément.

Le plus intéressant, du moins de mon point de vue, est ce mouvement subtil dans le fait que nous nous nous souvenons de nos aïeux à la date de leur mort, tandis que nous fêtons Marie dès sa naissance. Nous fêtons l'Assomption, mais la fête de l'Assomption ne commémore pas sa fin terrestre, mais son plein épanouissement dans les Cieux. En effet - et il serait faux de le nier, Marie demeure toute proche, accessible et ouverte à toutes nos interrogations, nos questionnements et nos détresses. Il en est bien ainsi pour celles et ceux qui possèdent et récitent un chapelet - et ils sont nombreux !


.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 9 Sep - 10:44

Convertir, c'est d'abord se convertir


Le vendredi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 9,16-19.22-27.
Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C'est d'annoncer l'Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l'Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.
Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi.
Vous savez bien que, dans le stade, tous les coureurs participent à la course, mais un seul reçoit le prix. Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas. Moi, si je cours, ce n’est pas sans fixer le but ; si je fais de la lutte, ce n’est pas en frappant dans le vide. Mais je traite durement mon corps, j’en fais mon esclave, pour éviter qu’après avoir proclamé l’Évangile à d’autres, je sois moi-même disqualifié.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,39-42.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître. Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère: “Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil”, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien, Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »


Saint Paul s'exerce sans fin à soumettre son être, chair et esprit, à la grâce reçue du Seigneur, lors de sa conversion. Depuis sa chute sur le chemin de Damas, qui fut suivie d'une retraite au désert qui dura tout le temps nécessaire, il a commencé d'évangéliser son prochain. Il est tout d'abord entré dans les synagogues établies auprès des comptoirs de commerce établis par des juifs tout autour de la Méditerranée. Et nous savons qu'en de nombreuses occasions, il fut maltraité, emprisonné, battu et même lapidé.

Mais de son propre point de vue, les brutalités et les échecs subis faisaient partie intégrante de sa mission. En effet, si l’Évangile était comme un manuel de savoir-vivre, de sagesse et de bonne conduite,
tout le monde - et de nos jours encore, l'adopterait sans la moindre réticence. Mais la bonne nouvelle de Jésus-Christ n'est pas comme une recette de bonne santé de l'âme. Mais elle exige un bouleversement radical de tout l'être, qui est à l’œuvre de bout en bout, du début jusqu'à la fin de la vie terrestre.

Dans l’Évangile, Jésus renvoie les hommes dos à dos : si l'homme ne se considère pas d'emblée comme étant lui-même un pécheur, comment pourrait-il venir en aide à son prochain ? En effet, comment pourrait-il remettre son prochain sur le droit chemin, si lui-même n'y est pas ? Il ne s'agit pas tant d'aller vers autrui pour l'enseigner, mais pour manifester par tout son être que le Seigneur est présent. Mais que faut-il faire pratiquement ?

Il faut que le converti se convertisse encore. C'est un effort permanent qui ne s'achèvera que dans le Royaume. En fait, c'est seulement si le converti continue de se convertir qu'il finira, tout à la fin, après bien des chutes et des relèvements, à manifester que le Seigneur est présent, ici et maintenant.

.


Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 10 Sep - 10:40

Pièges pour la foi


Le samedi de la 23e semaine du temps ordinaire

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 10,14-22.
Mes bien-aimés, fuyez le culte des idoles. Je vous parle comme à des personnes raisonnables; jugez vous-mêmes de ce que je dis. La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. Voyez ce qui se passe chez les Israélites : ceux qui mangent les victimes offertes sur l’autel de Dieu, ne sont-ils pas en communion avec lui ? Je ne prétends pas que la viande offerte aux idoles ou que les idoles elles-mêmes représentent quoi que ce soit. Mais je dis que les sacrifices des païens sont offerts aux démons, et non à Dieu, et je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. Vous ne pouvez pas boire à la coupe du Seigneur et en même temps à celle des démons; vous ne pouvez pas prendre part à la table du Seigneur et en même temps à celle des démons. Voulons-nous provoquer l’ardeur jalouse du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,43-49.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : «Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. Et pourquoi m’appelez-vous en disant : “Seigneur ! Seigneur !” et ne faites-vous pas ce que je dis ? Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble. noIl ressemble à celui qui construit une maison. Il a creusé très profond et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l’inondation, le torrent s’est précipité sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite. Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle, et aussitôt elle s’est effondrée; la destruction de cette maison a été complète. »

Cy Aelf, Paris

Il ne serait pas bon, pour quiconque parmi nous, tandis que nous sommes en chemin, de ralentir le pas, de prendre du repos dans la pratique, non seulement en Église, mais également dans toutes les circonstances de la vie en société. Que chacune et chacun d'entre nous, tels des navigateurs, fassent régulièrement le point afin de savoir s'il demeure sur la bonne route, ou bien s'il a dévié de quelques degrés. Si nous acceptons un écart de quelques degrés, nous risquons à la longue de manquer complètement le port d'arrivée. "En mer, la vigilance est donc de rigueur en tout temps".

Ce que disent les textes de ce jour, c'est qu'il nous faut demeurer vigilant chaque jour, afin de demeurer dans l'amour de Dieu. A la suite de l’Évangile des deux maisons, notre prêtre a ajouté celle de la vigilance en mer, afin d'insister sur la rigueur et l'attention requises: car les occasions de "dérives" sont multiples. L'homme qui a bâti sur le roc n'est pas du genre qui retarde d'entreprendre des travaux d'entretien dès qu'ils paraissent nécessaires.

Le manque de vigilance, voici aussi ce que saint Paul reproche aux Corinthiens : "Vous ne pouvez pas boire à la coupe du Seigneur et en même temps à celle des démons". Mieux vaut fuir et manquer un repas que de consommer des viandes qui sont issues de sacrifices
à des idoles.

De notre temps aussi, lorsque nous sacrifions des temps de prière au profit du grand spectacles des sports, de la politique et des jeux... car en ces engouements aussi, il y a de l’idolâtrie ! En avons nous conscience, ou bien sommes nous à l'image des Corinthiens, des ? pécheurs par distraction ?

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 12 Sep - 10:38

L'Eucharistie, infiniment précieuse

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 11,17-26.33.
Frères, puisque j’en suis à vous faire des recommandations, je ne vous félicite pas pour vos réunions : elles vous font plus de mal que de bien.
Tout d’abord, quand votre Église se réunit, j’entends dire que, parmi vous, il existe des divisions, et je crois que c’est assez vrai, car il faut bien qu’il y ait parmi vous des groupes qui s’opposent, afin qu’on reconnaisse ceux d’entre vous qui ont une valeur éprouvée. Donc, lorsque vous vous réunissez tous ensemble, ce n’est plus le repas du Seigneur que vous prenez; en effet, chacun se précipite pour prendre son propre repas, et l’un reste affamé, tandis que l’autre a trop bu.
N’avez-vous donc pas de maisons pour manger et pour boire ? Méprisez-vous l’Église de Dieu au point d’humilier ceux qui n’ont rien ? Que puis-je vous dire ? vous féliciter ? Non, pour cela je ne vous félicite pas ! J’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain,
puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. Mes frères, quand vous vous réunissez pour ce repas, attendez-vous les uns les autres
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,1-10.
En ce temps-là, lorsque Jésus eut achevé de faire entendre au peuple toutes ses paroles, il entra dans Capharnaüm. Il y avait un centurion dont un esclave était malade et sur le point de mourir ; or le centurion tenait beaucoup à lui. Ayant entendu parler de Jésus, il lui envoya des notables juifs pour lui demander de venir sauver son esclave.
Arrivés près de Jésus, ceux-ci le suppliaient instamment : « Il mérite que tu lui accordes cela. Il aime notre nation : c’est lui qui nous a construit la synagogue. » Jésus était en route avec eux, et déjà il n’était plus loin de la maison, quand le centurion envoya des amis lui dire : « Seigneur, ne prends pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. C’est pourquoi je ne me suis pas autorisé, moi-même, à venir te trouver. Mais dis une parole, et que mon serviteur soit guéri ! Moi, je suis quelqu’un de subordonné à une autorité, mais j’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : “Va”, et il va ; à un autre : “Viens”, et il vient ; et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. » Entendant cela, Jésus fut en admiration devant lui. Il se retourna et dit à la foule qui le suivait : « Je vous le déclare, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » Revenus à la maison, les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé.


Cy Aelf, Paris

Les textes de ce jour établissent un contraste manifeste entre la foi humble, sainte et pure du centurion romain, lequel ne manque pas non plus d'audace....tandis que les convertis de l'église de Corinthe se présentent à l'Eucharistie comme nous irions au restaurant aujourd'hui.
Le caractère sacré de la communion n'a pas encore pénétré leur esprit.

Sans être d'aucune manière un historien des sacrements de l’Église, je peux me souvenir de l'attitude de saint Étienne, le premier martyr, qui servait aux tables. En parcourant le livre des Actes on ne trouve que de rares notations, toujours aussi brèves. La vie de la première communauté de Jérusalem tient en une seule phrase : “ Ils étaient assidus à l'enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières ” (Ac 2,42), et un peu plus loin : “ Ils se rendaient chaque jour assidûment au Temple; ils rompaient le pain à domicile, prenant leur nourriture dans l'allégresse et la simplicité de cœur ” (Ac 2,46).

Saint Paul, en une courte phrase, nous montre qu'à l'époque de cette épître aux Corinthiens, la communion - l'Eucharistie - avait déjà été détachée d'un simple repas en commun, puisque l'apôtre écrit: N’avez-vous donc pas de maisons pour manger et pour boire ?"
Par ces simples mots, il rejette le repas dont les Corinthiens avaient instauré comme c'est la pratique dans les réfectoires. (Je me souviens parfaitement du boucan et du chahut dans le réfectoire du collège, ainsi qu'à la caserne : dans l'un comme l'autre cas, nos repas servaient de "défouloir" contre l’autorité, et l'occasion de toutes sortes de plaisanteries... C'est contre tout cela que réagit saint Paul.

Or, bien avant avant la première eucharistie, avant même la dernière cène au cours de laquelle Jésus avait prescrit: "Faites-ceci en mémoire de moi", apparut un centurion romain, qui manifesta une telle foi en Jésus que nous continuons à en faire mémoire chaque jour et à chaque Eucharistie.

Personnellement, je prie aujourd'hui pour demeurer fidèle à l'Eucharistie quotidienne, laquelle - en cette période très troublée, demeure le pivot de chacune de mes journées.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 14 Sep - 10:42

Fête de la Croix glorieuse


Livre des Nombres 21,4b-9.
En ces jours-là, en chemin à travers le désert, le peuple perdit courage.
Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.
Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple,
et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,13-17.
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. »

Cy Aelf, Paris

Il était inutile, évidemment, de rechercher le lien entre ces deux lectures, puisque Jésus lui-même évoque le serpent de bronze élevé dans le désert. Ce qui retient l'attention, c'est le regard que nous posons sur nos crucifix. Converti en août 1985 après un regard de supplication porter sur un crucifix, je puis assurer que j'ai vraiment perçu le Seigneur, comme un homme qui n'était certes pas un supplicié quelconque - mais Il était, beaucoup plus: celui qui donnait sa vie afin de me délivrer du sentiment "la-réussite avant-tout !"obligée et inéluctable.

Oui, je fus un l'un quelconque de ces juifs mordus par un serpent brûlant - et nous savons tous que le serpent est l'image du diable... Eh bien, j'avais moi aussi été mordu par le pessimisme d'une existence qui m'obligerait à devenir un être qui-se-réussit-lui-même.

J'avais lu Nietzsche : l'homme est quelque chose qui doit se dépasser... Mais par un seul regard sur la Croix, j'avais été guéri de mes pensées pessimistes et mortifères. De fait, j'ai conservé la vie et bien que pécheur, l'Eucharistie quotidienne est pour moi source de joie chaque jour renouvelée. Et le fait d'écrire un partage quotidien, surtout ne croyez pas que j'en ai fait une règle de vie ! Non ! Mais c'est que cette Joie est quelque chose qu'on ne peut contenir pour soi, mais qui se multiplie par le témoignage... Comment en serait-il autrement !

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Jeu 15 Sep - 10:49

La conversion conduit au témoignage

Première pître aux Corinthiens Chapitre 15
Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –, ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis. Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi. Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table. Survint une femme de la ville, une pécheresse. Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien, elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et répandait sur eux le parfum. En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche,et ce qu’elle est : une pécheresse. » Jésus, prenant la parole, lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire.
– Parle, Maître Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ;
le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante.
Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser, il en fit grâce à tous deux. Lequel des deux l’aimera davantage ? » Simon répondit :
« Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce de la plus grande dette. – Tu as raison », lui dit Jésus. Il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis qu’elle est entrée, n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête;elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds. Voilà pourquoi je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »




Nous avons écoutés ces lectures ce matin, en lieu et place de la liturgie pour la célébration de Notre-Dame des douleurs.

Ces deux lectures parlent si bien du mouvement du cœur que suscite, chez le pécheur, le pardon obtenu que je les ai gardés. Converti moi-même, puis je faire autrement ?

Ce qui me fascine, ce n'est pas tant la manifestation publique de reconnaissance de la pécheresse pardonnée, mais c'est, plus particulièrement, le temps de désarroi que traverse l'âme convertie - pardonnée et convertie. En effet, cette âme rencontre cette étrange difficulté : de trouver comment manifester au Seigneur sa reconnaissance. En cette matière, je ne croix pas qu'il y ait deux manifestations de reconnaissance qui soient identiques...

Le pécheur pardonné est saisi, selon sa nature intime, d'un besoin irrépressible de manifester au Seigneur le soulagement qu'il a ressenti, sa reconnaissance, son désir de devenir une autre personne, de commencer une autre vie, quitte à tout abandonner.

Cependant, sur ce point précis, le Seigneur ne donne pas d'indications précises. Dans la plupart des cas, c'est au pécheur pardonné de chercher, de choisir ou de découvrir le chemin de grâce qui lui correspond le mieux.

L'ancienne prostituée a sacrifié ses parfums et sa fausse assurance de "fille de joie", de "femme facile" (et autres qualificatifs faciles choisis par les hommes qui ont autant péché qu'elles mêmes...). Bref, elle a capitulé toute fierté devant le pharisien, l'homme de la loi et de la justice. C'est qu'elle a rencontré ce qui est supérieur, et qui s'appelle aussi : la miséricorde divine. Saint Paul, quant à lui, est parti au désert, ce milieu de nulle part, où l'on est face à soi-même mais devant Dieu.

Saint Paul témoigne ici qu'il ne mérite certainement pas le nom d'apôtre. Mais de bout en bout, jusqu'au témoignage ultime qu'est le martyre, il fera tout pour rendre compte du Salut en Jésus-Christ. Et toute l'éloquence qu'on lui reconnaît provient de ce besoin de témoigner, de bout en bout, du pardon obtenu.

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Lun 19 Sep - 10:45

Préférer la miséricorde à la justice

Le lundi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre des Proverbes 3,27-34.
Mon fils, ne refuse pas un bienfait à qui tu le dois, quand ce geste est à ta portée.
Ne dis pas à ton prochain : « Va-t’en, tu reviendras, je donnerai demain ! », alors que tu as de quoi. Ne travaille pas au malheur de ton prochain, alors qu’il vit sans méfiance auprès de toi. Ne cherche pas de vaine querelle à qui ne t’a pas fait de mal. N’envie pas l’homme violent, n’adopte pas ses procédés.
Car le Seigneur a horreur des gens tortueux ; il ne s’attache qu’aux hommes droits. Malédiction du Seigneur sur la maison du méchant, bénédiction sur la demeure des justes. Il se moque des moqueurs, aux humbles il accorde sa grâce.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,16-18.
En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière. Car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour. Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a, on donnera ; et à celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir sera enlevé. »



Dans les textes de ce jour, on découvre que le Seigneur, plutôt que de commenter les préceptes de la Loi, les rassemble en une simple image de "la lumière qui brille dans les ténèbres".  Et cette lumière, c'est la miséricorde.  Or, la miséricorde déborde du cœur, tandis que la loi préside à l'examen de sa bonne ou mauvaise application. La loi a pour finalité la justice et donc le châtiment en cas de désobéissance.

Mais la miséricorde, quant à elle, est un mouvement du cœur qui entraîne à  la compassion, à la consolation et finalement à une vraie justice - et une justice que l'on ne décrira plus comme une femme portant une balance à  deux plateaux, ainsi qu'un bandeau sur les yeux.

Selon le mouvement du cœur qui, dans l'un ou l'autre cas, le cas, entraînera la compassion et le geste de miséricorde - ou au contraire, un brusque renfermement sur soi, l'homme se reconnaîtra de toute façon...
La miséricorde  divine est infiniment plus élevée que la miséricorde humaine,  ce qui doit nous rendre confiants, mais qui doit également nous inciter à partir de nous-mêmes au devant de situations que nous connaissons;  de malades auprès desquels notre conscience nous pousse à rendre visite. Ou bien de situations complexes auxquelles nous sommes capables d'apporter un nouvel éclairage.  Nous avons reçu des talents : ils nous en sera demandé de rendre compte de l'emploi que nous en aurons fait...

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mar 20 Sep - 9:57

Préceptes et mise en oeuvre


Le mardi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre des Proverbes 21,1-6.10-13.
Le Seigneur dispose du cœur du roi comme d’un canal d’irrigation, il le dirige où il veut. La conduite d’un homme est toujours droite à ses yeux, mais c’est le Seigneur qui pèse les cœurs. Accomplir la justice et le droit plaît au Seigneur plus que le sacrifice. Regarder de haut, se rengorger : ainsi brillent les méchants, mais ce n’est que péché. Les plans de l’homme actif lui assurent du profit ; mais la précipitation conduit à l’indigence. Une fortune acquise par le ensonge : illusion fugitive de qui cherche la mort. Le méchant ne désire que le mal ; il n’a pas un regard de pitié pour son prochain. Quand on punit l’insolent, l’étourdi devient sage ; le sage, il suffit de le raisonner pour qu’il comprenne. Le juste considère le clan du méchant : le méchant ervertit les autres pour leur malheur.Qui fait la sourde oreille à la clameur des faibles criera lui-même sans obtenir de réponse.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,19-21.
En ce temps-là, la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »


Cy Aelf, Paris


Les nombreux préceptes tirés du Livre des proverbes ont été choisis pratiquement par hasard parmi une multitude d'autres dans le seul but de manifester combien la vie des juifs étaient réglée comme sur du papier à musique. En vivaient-ils vraiment ? "A condition de deviner comme des automates pré-programmés", a répondu le prêtre avec humour.

Du reste, nous connaissons l'habileté et la vivacité du Seigneur à ce saisir de paroles reçues pour en tirer une leçon destinée à tous. C'est bien encore le cas dans ce court verset par lequel Jésus répond à l'annonce de la venue des membres de sa famille. C'est que l'occasion est importante pour remettre en question le système de filiation qui doit permettre à chaque juif de justifier de sa descendance. Rappelons-nous la généalogie (et même les deux généalogies) présentées par deux des évangélistes : ne constituent-elles pas un préambule - ou comme une préface destinée à retenir l'attention du lecteur ?

Mais désormais, dit Jésus, ce ne sera plus la filiation remontant à Abraham, qui permettra de s'assurer de la qualité d'une personne,
mais ce sera son attention à parole de Dieu et sa mise en œuvre pratique au cœur même de sa vie, dans son quotidien.



.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Mer 21 Sep - 10:23

Fête de saint-Mathieu, apôtre et évangéliste


Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,1-7.11-13.
Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,9-13.
En ce temps-là, Jésus sortit de Capharnaüm et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : ‘Je veux la , non le sacrifice’. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »


Cy Aelf, Paris

Les choix du Seigneur semblent étonnants pour les hommes religieux que sont les pharisiens. Tels qu'ils se présentent, dans les textes, ce sont des théologiens, des hommes de grande culture et spécialistes des Écritures. Sur ce, notre prêtre a déclaré avec humilité qu'il lui est arrivé arrivé, à lui aussi, d'être contredit et d'avoir été conduit ainsi, peu à peu, à se remettre en question. Somme toute, cet effort de "réajustement"de nos pensées, comme de nos sentiments et de nos goûts, constitue un travail de longue haleine que l'Esprit saint suscite en nous.

Matthieu, du fait de sa fonction de collecteur d'impôts était considéré comme une sorte de "pécheur public", au même titre que les prostituées et tous les païens, les non-juifs. Mais en jugeant de la sorte, on ne peut que diviser, non rassembler. C'est en faisant preuve d'humilité, de douceur et de patience, comme le recommande saint Paul dans son épître, que nous pourrons parvenir à l'unité.

Prenons garde, a conclu le prêtre à la façon dont nous regardons les personnes que nous croisons en rue. Nous ne les connaissons pas, mais le Seigneur, Lui, les connaît. Je me souviens de cette soudaine "locution intérieure" que j'ai ressentie si fortement, il y a quelques mois. Je m'étais plaint d'avoir dû renoncer à la voiture en ville, mais aussitôt, une autre pensée s'est imposée à moi avec une telle force que je me suis arrêté sur place. En effet, cette voix intérieure s'était plainte en disant : "Quand tu avais ta voiture, moi je ne voyais plus les pauvres"! Que faut-il en déduire ?

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Ven 23 Sep - 10:33

Vivre et s'offrir

Le vendredi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Ecclésiaste 3,1-11.
Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel : un temps pour donner la vie, et un temps pour mourir. J’ai vu la besogne que Dieu impose aux fils d’Adam pour les tenir en haleine. Toutes les choses que Dieu a faites sont bonnes en leur temps. Dieu a mis toute la durée du temps dans l’esprit de l’homme, mais celui-ci est incapable d’embrasser l’œuvre que Dieu a faite du début jusqu’à la fin.


Psaume 144(143),1a.2abc.3-4.
Béni soit le Seigneur, mon rocher !
Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m'abrite.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,18-22.
En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Au dire des foules, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d’autres, Élie ; et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. » Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne,
et déclara : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »


Cy Aelf, Paris

Afin de préserver l'homme du pessimisme, de ce "creux" de l'espérance qu'est le pessimisme, Dieu s'est manifesté une première fois par l'élection du peuple juif. Il lui a donné des règles de vie, Il a instauré des temps de travail, des temps de prières, des temps de fête et des temps de repos. Mais le diable, l'ennemi du genre humain, a semé, quant à lui, une prétention de supériorité absolue sur tous les autres peuples. En effet, s'il est le peuple choisi par Dieu parmi tous les autres, dès lors, il est raisonnable et logique que ce peuple domine sur le monde. Mais voici : cette logique est bien celle du démon. N'est-t-il pas surprenant que, jusque dans notre propre langue, les mots : "monde" et "démon" soient constitués des mêmes lettres et de deux syllabes inversées ?

Face à ce pessimisme, à cette sorte de malédiction, Jésus est venu avec toutes les caractéristiques de l'homme. Il est né d'une femme, il a grandi dans l'anonymat, il travaillé comme charpentier, il a connu la vie de famille, il a grandi et assumé dans le silence trente ans de vie jusqu'au baptême dans le Jourdain.

C'est seulement lorsque Pierre, lui le premier, Le reconnaît comme le Messie de Dieu, que Jésus sort de l'anonymat, tout en exigeant qu'on ne le désigne aucunement comme tel jusqu'au moment voulu. Afin de manifester qu'Il est, lui le Christ, présent en tout temps dans la vie des hommes.

Et la conclusion est, pour quiconque a reconnu le Seigneur dans sa vie, qu'il devient capable de manifester que, oui, Jésus est le messie, Il est mort et Il est ressuscité. Il est bien présent en tout temps. Il est même présent ici, devant l'écran qui me permet d'écrire, tout comme Il est présent dans la vie de tous les hommes sur la terre - et tous les temps. Certes, nous avons à souffrir, mais souffrir, c'est aussi s'ouvrir et s'offrir à la suite de Jésus...

.
Revenir en haut Aller en bas
etienne lorant

avatar

Messages : 1119
Date d'inscription : 06/03/2014

MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   Sam 24 Sep - 18:47

La foi mûrit par l'épreuve


Le samedi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Ecclésiaste 11,9-10.12,1-8.
Réjouis-toi, jeune homme, dans ton adolescence, et sois heureux aux jours de ta jeunesse. Suis les sentiers de ton cœur et les désirs de tes yeux ! Mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement. (...) Vanité des vanités, disait Qohèleth, tout est vanité !

Psaume 90(89),3-4.5-6.12-13.14.17ab.
Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,43b-45.
En ce temps-là, comme tout le monde était dans l’admiration devant tout ce qu’il faisait, Jésus dit à ses disciples: « Ouvrez bien vos oreilles à ce que je vous dis maintenant : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes. » Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, elle leur était voilée, si bien qu’ils n’en percevaient pas le sens, et ils avaient peur de l’interroger sur cette parole.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Les textes de ce matin ont, bien sûr, de quoi donner à réfléchir et, chose rare, laisser comme un sentiment d'amertume.

Mais la prière qui figure dans le Psaume m'a permis de relever le front. - et particulièrement cette demande : Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains !. En effet, quiconque a reconnu un jour la grande valeur de l'humilité, ne se laissera pas abattre lorsqu'un malheur menace. Mais il sait que le Seigneur est présent en tout temps - et il gardera sa confiance de bout en bout.

S'il est un exemple que je puis donner, c'est qu'après le décès de mon père - et le départ de ma mère pour la maison de repos, j'aurais pu m'effondrer à l’idée d'entretenir seul la maison vide, tout en continuant de travailler.

En ces jours-là, je n'ai même pas pu compter sur le secours de mes proches, lesquels sont partis visiter Rome, la Toscane et les grands lacs d'Italie. Mais je suis demeuré car ma mère a dû subir une opération rendue très délicate du fait de sa faiblesse physique et du deuil. Je n'ai pas voulu partir, j'étais même révolté. Lorsqu'ils sont revenus, c'était le matin même de l'opération délicate subie par ma mère... dont la fragilité avait inquiété le chirurgien. Elle a pourtant traversé cette épreuve avec succès et elle vient de passer le cap de sa 93ème année.

L'idée de m'inscrire sur mon premier forum et de me mettre à témoigner de ma propre démarche spirituelle, fondée sur une attitude de confiance, a brillé en moi. La participation régulière à l'Eucharistie fut également riche de la confiance retrouvée. En trois jours, j'ai été délivré de la tabagie !

Ces grâces obtenues, il me semble les reconnaître dans ce "voile" qui a empêché les disciples de chercher à savoir le sens des paroles des paroles Jésus, lorsqu'il annonce aux disciples qu'il sera "livré aux mains des hommes". Il suffisait amplement qu'ils les retiennent afin d'en témoigner plus gard. Et tout ceci me conforte dans la confiance que je place continuellement en la miséricorde divine.

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meditations et Homelies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meditations et Homelies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Meditations et Homelies
» Meditations et Homelies
» Paroles et meditations du mercredi 23 mars "«Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur »
» MES HOMELIES EN LIGNE
» MEDITATIONS QUOTIDIENNES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: