La Chapelle de la Sainte-Famille

Forum catholique en strict respect du Magistere de l'Eglise, sous la conduite de Jesus, Marie et Joseph. Nous ne sommes pas responsables des publicites : elles ne sont pas de notre fait.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Ven 28 Fév - 4:37

Méditation avec Jacques-Bénigne BOSSUET, (1627-1704), évêque de Meaux.

Sans rien préparer, sans rien tempérer, sans rien expliquer, ni devant ni après, on nous dit tout court :

« Jésus dit :
Ceci est mon corps, ceci est mon sang ;



mon corps donné, mon sang répandu.

Voilà ce que je vous donne : et vous, que ferez-vous en le recevant ? Souvenez-vous éternellement du présent que je vous fais en cette nuit ; souvenez-vous que c’est moi qui vous l’ai laissé et qui ai fait ce testament, qui vous ai laissé cette Pâque et qui l’ai mangée avec vous avant que de souffrir. Si je vous donne mon corps comme devant être, comme ayant été livré pour vous, et mon sang comme répandu pour vos péchés ; en un mot, si je vous le donne comme une victime, mangez-le comme une victime et souvenez-vous que c’est là un gage qu’elle a été immolée pour vous. »

Ô mon Sauveur ! Pour la troisième fois, quelle netteté, quelle précision, quelle force ? Mais en même temps, quelle autorité et quelle puissance dans vos paroles ! Femme, tu es guérie ; elle est guérie à l’instant.

Ceci est mon corps, c’est son corps.



Ceci est mon sang, c’est son sang.


Qui peut parler en cette sorte, sinon celui qui a tout en sa main ?

Qui peut se faire croire, sinon celui à qui faire et parler sont la même chose ?


Mon âme, arrête-toi ici ; sans discourir, crois aussi simplement, aussi fortement que ton Sauveur a parlé, avec autant de soumission qu’il fait paraître d’autorité et de puissance. Encore un coup, il veut dans ta foi la même simplicité qu’il a mis dans ses paroles :


Ceci est mon corps, c’est son corps.



Ceci est mon sang, c’est son sang.



Dans l’ancienne façon de communier, le prêtre disait : « Le corps de Jésus-Christ », et le fidèle répondait : « Amen », il est ainsi.

Tout était fait, tout était dit, tout était expliqué par ces trois mots. Je me tais, je crois, j’adore ; tout est fait, tout est dit.
Jacques-Bénigne Bossuet, « MÉDITATIONS SUR L’ÉVANGILE », Extrait de la méditation XXIII. Librairie Vrin, Paris, 1966. p. 368.

http://rouen.catholique.fr/spip.php?article216

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).


Dernière édition par Pearl le Lun 8 Déc - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Lun 8 Déc - 8:02


_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Lun 8 Déc - 8:17


Au sujet de la communion dans la main et dans la bouche

par les papes Jean-Paul II et Benoît XVI



 

Mère Teresa de Calcutta a dit le 23 mars 1989 : « la chose la plus horrible dans notre monde d’aujourd’hui, c’est la communion dans la main ».

Lorsqu’on met une citation entre guillemets c’est parce qu’on est sur de la citation. Afin d’expliquer le pourquoi de cette citation, nous pouvons affirmer plusieurs choses aux gens que cela choque :

1) Cette citation résume bien l’esprit du synode sur l’Eucharistie de 2005 quand on lit les différents documents préparatoire au synode et en particulier l’Instrumentum Laboris rédigé le 7 juillet 2005 par le Saint Siége, après consultation dés quelques 4700 évêques, qui est l’instrument de travail de base du synode et à pour titre : « l’Eucharistie : source et sommet de la vie et de la mission de l’Eglise »

2) Le pape Jean-Paul II a été interrogé par Mgr J.R. Laise (même si nous ne connaissons pas cet évêque, ce qui est intéressant ici c'est la question et la réponse du pape).

Question de l'Evêque : "Saint Père, que pensez-vous de la communion dans la main ?"

et le Pape Jean-Paul II répondit :

" Une lettre apostolique à été écrite,  qui prévoît que, pour cela, il faut une autorisation spéciale valide. Mais je vous dis que je ne suis pas en faveur de cette pratique, et que je ne la recommande pas non plus. Cette autorisation a été accordée en raison de l'insistance particulière de certains évêques diocésains".

Pour méditer et réfléchir.


3) A propos des mains du prêtre :


Oh bienheureuses mains entre toutes bénies !
Oh charnel ostensoir où rayonne l'hostie !
Crèche tremblante et chaude où renaît le Seigneur !

Mains qui n'enviez rien aux mains de Notre-Dame,
Car vous portez l'Enfant aussi bien qu'à l'étable,
Vous êtes le linceul et vous êtes le lange,
Et vous êtes la croix où s'étend la Victime.

Le glaive qui l'immole en même temps vous transperce,
Et le sang du Sauveur vous coule entre les doigts ;
Et vous offrez le Fils en holocauste au Père


Oh fragiles mains d'hommes qui ne vous brisez pas
Quand votre chair étreint l'unique Trinité...
Vous aussi qui savez l'appel de la souffrance,

Car ce n'est pas en vain qu'on soutient chaque jour

Un Homme crucifié. L’heure arrive où ses plaies
Vous stigmatisent, ô mains, d'un invisible signe ...

C'est vous les mains choisies. C'est vous les mains élues
Qui levez au plus haut l'ivresse du calice...
Comme les mains du Christ multipliées sur terre.

Oh bienheureuses mains entre toutes bénies !

(auteur inconnu)
 

Donc, normalement, seules les mains du prêtres devraient toucher l’hostie consacrée, le corps du Christ.


4) Que ce qui compte c’est l’esprit avec lequel nous faisons les choses mais que de nos jours il n’y a plus beaucoup de respect et de dignité envers l’hostie et qu'a la suite des papes Jean-Paul II et Benoît XVI il faut accepter de revenir à la table de communion avec le prêtre qui distribue seul la communion, un servant d’autel qui le suit avec le plateau et les fidèles qui sont à genoux (avec une exception pour ceux qui ne le peuvent pas se mettre a genoux pour des raisons physique).

Et on peux ajouter qu’actuellement nous allons recevoir la communion comme si on reçoit un bonbon. La seule question est quand il y a un grand nombre de personnes et un seul prêtre qui célèbre la messe, que faire ?

On peut objecter que si le prêtre distribue seul la communion, cela prolonge trop le temps de la messe. Cela se comprend fort bien quand on a oublié le sens du silence et de la prière personnelle. Les personnes qui n’ont pas communié peuvent chanter (mais le mieux est un fond d’orgue) et quand on a communié, on prie en silence et on chante le chant de communion quand tout le monde a communié.


Communion dans la bouche d’après le pape Benoît XVI :  http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0502094_communion

Auteur : François Lugan

Copyright : Association Apostolat Sainte Thérèse


Le pape Jean-Paul II privilégiait la communion dans la bouche. On sait que le pape Benoît XVI souhaiterait rétablir progressivement la pratique de communion reçue dans la bouche. Voici, à ce sujet, quelques considérations.

On rapporte habituellement 1 'histoire de la communion dans la main de la façon suivant depuis la Dernière Cène et au temps des Apôtres, on distribuait naturellement la communion dans main. Il en était également ainsi à l'époque des Martyrs et cela s'est poursuivi durant l'âge d'or dl Pères de la liturgie, après la paix de Constantin. On distribuait donc la communion aux fidèles de façon dont on le fait maintenant dans la grande majorité des églises. Cette pratique se serait maintenant au moins jusqu'au dixième siècle. Ce fut donc la norme durant la moitié au moins de la vie de l'Eglise. On en trouve une preuve dans un texte de S. Cyrille de Jérusalem (313-386), dans lequel il conseil aux fidèles de former un trône de leurs mains pour y recevoir le Roi [dans la sainte Communion]. ( Père de l'Eglise conseille également de prendre bien soin de tout fragment qui pourrait rester dans main, car de même qu'on ne laisserait pas tomber sur le sol de la poussière d'or, il faut y veiller plus soigneusement encore lorsqu'il s'agit du Corps du Seigneur.



On pense généralement que le changement dans la manière de recevoir le pain consacré est survenu au cours du Moyen Age, donc relativement tardivement. Un examen plus rigoureux d documents sur l'histoire de l'Eglise et des écrits des Pères ne justifie pas l'assertion selon laquelle communion dans la main était une pratique universelle qui fut graduellement supplantée et finalement remplacée par la pratique de la communion sur la langue. Les faits semblent plutôt conduire à une conclusion différente.

Déjà au Vème siècle, le pape S. Léon-le-Grand (440-461) témoigne de cette pratique traditionnelle. Dans son commentaire sur le sixième chapitre de l'Evangile de S. Jean, il mentionne que la communion dans la bouche est d'un usage courant: « on reçoit dans la bouche ce que l'on croit la foi", écrit-il. Le pape ne parle pas comme s'il introduisait une nouveauté, mais comme s'il s'agissait d'un fait bien établi, courant. Un siècle et demi plus tard, mais toujours trois siècles avant que pratique (selon ce que nous lisons plus haut) ait été prétendument introduite, le pape Grégoire-le-Grand (590-604) en est lui aussi le témoin. Dans ses dialogues (Romain 3, c. 3) il rapporte que le pape Agapet accomplit un miracle durant la messe après avoir placé le Corps du Seigneur dans la bouc d'une personne. Jean-le-Diacre nous parle également de la manière dont ce pape distribuait la sainte communion. Or ces témoins remontent aux Vème et au VIème siècles. Comment peut-on alors raisonnablement affirmer que la communion dans la main était une pratique officielle des origines qui se serait poursuivie jusqu'au dixième siècle? Comment peut-on affirmer que la communion sur langue n'est qu'une invention tardive de la période médiévale ?

Il est d'ailleurs curieux de constater comment les catholiques les plus "avant-gardistes d'aujourd'hui, qui veulent maintenir la communion dans la main, se réfèrent soudain ... à la tradition ( à ce qu'ils croient être la tradition)!

On ne peut pas affirmer que jamais, en aucune circonstance, les fidèles n'ont reçu la communion dans la main au cours des premiers siècles.

Mais il faut s'interroger dans quelles conditions cette pratique avait-elle cours? Il semble bien que très tôt le prêtre a plus habituellement l'hostie consacrée dans la bouche du communiant.

Cependant, à l'époque des persécutions, lorsque la présence des prêtres était rendue difficile et que les fidèles emportaient chez e le Sacrement, ils se donnaient à eux-mêmes la communion, de leurs propres mains. Autrement dit, plutôt que d'être totalement privés du Pain de Vie, ils pouvaient le recevoir de leurs propres mains. Il en était de même pour les moines qui s'étaient retirés au désert où ils ne disposaient pas des services d’un prêtre mais ne voulaient pas abandonner la pratique de la communion quotidienne.

Dans l'article intitulé "Communion" dans le "Dictionnaire d'archéologie chrétienne", Dom Leclerq déclare que la paix de Constantin a mis un terme à la pratique de la communion dans la main. Ceci réaffirme le raisonnement de S. Basile voulant que ce soit la persécution qui ait créé l'alternative entre recevoir la communion dans la main ou de ne pas la recevoir du tout.

Mais la communion dans la main a été très rapidement considérée par l'Eglise comme "abus" dont il fallait se débarrasser. C'est ainsi que le Concile de Rouen (650) déclare : "Ne mets pas l'Eucharistie dans les mains d'un laïc ou d'une laïque, mais seulement dans leur bouche". Quant au Concile de Constantinople, il interdit aux fidèles de se donner à eux-mêmes la communion.

Mais que penser alors de S. Cyrille ? Les actuels promoteurs de la "communion dans la main" font généralement grand usage d'un texte qui lui est attribué. S. Cyrille de Jérusalem recommande aux fidèles qu'en se présentant pour recevoir la communion, ils doivent avoir la main droite tendue, les doigts joints, soutenus par la main gauche, la paume légèrement concave; et au moment où le Corps du Christ est déposé dans sa main, le communiant dit: "Amen".

Mais le texte si souvent cité ne s'arrête pas là. Il se poursuit en proposant ce qui suit : "Sanctifiez votre oeil par le contact avec le Corps Sacré (u.) Alors que vos lèvres sont encore humides, touchez vos lèvres et passez votre main sur vos yeux, votre front et vos autres sens pour les sanctifier." Cette recommandation plutôt curieuse a amené les historiens à s'interroger sur l'authenticité de ce texte et certains pensent qu'en réalité c'est le successeur du saint qui en serait l'auteur mais non Cyrille de Jérusalem lui-même. Il n'est pas impossible que ce texte soit plutôt l'oeuvre du Patriarche Jean qui a succédé à S. Cyrille de Jérusalem. Or l'orthodoxie de ce Jean était plutôt suspecte si l'on en croit une correspondance échangée entre S. Epiphane, S. Jérôme et S. Augustin. Nous avons donc, à l'appui de la communion dans la main, un texte souvent repris par ceux qui veulent prendre leurs distances d'avec Benoît XVI, mais dont l'origine est douteuse et le contenu discutable. D'un autre côté, fort heureusement, nous avons des témoins dignes de foi qui montrent que la pratique de placer l'hostie consacrée dans la bouche du communiant était habituelle et ordinaire au moins depuis le Vème siècle.



Le temps est venu de commencer à faire tout ce que nous pouvons pour raisonnablement et licitement décourager (mais non pas interdire de façon abrupte) la pratique de la communion dans la main. Il y a pour cela plusieurs raisons.

- la communion dans la main n'est qu'autorisée par l'Eglise; elle n'a donc pas à être systématiquement généralisée.

- l'origine de la pratique actuelle de la communion trouve des racines dans la célébration de la Cène issue de la Réforme protestante: elle concrétise en quelque sorte la négation de la présence réelle et la réalité du sacerdoce catholique.

- la communion dans la main a surtout été encouragée par des personnes appartenant à l' "establishment liturgique" en place dans les années immédiatement post-conciliaires et qui souhaitaient faire de la liturgie autre chose que ce l'Eglise demande qu'elle soit.

-la communion dans la main entraîne toujours une certaine désinvolture dans le contexte actuel de désacralisation généralisée : on le voit tout spécialement au cours des messes de mariage ou de funérailles au cours desquelles tout le monde s'avance pour communier par simple "sympathie" pour les jeunes époux ou pour la famille du défunt. C'est sûrement très gentil... mais c'est proprement blasphématoire.

- la communion dans la main impose de poser une question: cette pratique a-t-elle raffermi et clarifié la foi en la présence réelle? Rien n'est moins sûr. Elle aurait même plutôt engendré un déclin, parmi bien des catholiques, de la croyance en la présence réelle.

En conclusion, on peut dire que si un prêtre ou un évêque savait quelle responsabilité il encourt en introduisant et en généralisant la communion dans la main, il n'y aurait probablement plus, dans les paroisses, de communion donnée de cette façon.



Anonyme et trouvé dans la revue Pro Liturgia



Mi-avril 2008, alors qu'il quittait son diocèse de Tolède pour la Congrégation pour le Culte divin, le Cardinal Cafiizares a réintroduit dans sa cathédrale l'usage de la communion reçue dans la bouche, suivant ainsi de peu l'Archevêque de Malaga venant de faire de même dans la sienne et celui du diocèse aux armées dans sa cathédrale de Madrid. Plus récemment encore, le Cardinal Caffara, Archevêque de Bologne, a instauré cette pratique dans les principales basiliques de son diocèse. Expliquant sa décision, il déclare: "Nous devons prendre acte que, trop souvent, se sont répétés des cas de profanation de l'Eucharistie en profitant de la possibilité de recueillir le Pain consacré dans la paume de la main". Ainsi peu à peu la pratique remise à l'honneur par Benoît XVI reprend sa place, accompagnée à chaque fois de l'injonction par ces pasteurs de former les fidèles à un plus grand respect de l'Eucharistie et à la nécessité de mettre les gestes de respect envers elle en accord avec la foi de l'Eglise en la Présence réelle.



Le cardinal Canizares déclarait en effet peu après au quotidien "ABC": "La communion à genoux est l'expression du respect dû à Dieu, c'est le coeur de 1 'homme qui se prosterne devant Celui qui l'aime jusqu'au bout. Ce sont des signes, il ne s'agit pas là de changer par amour du changement mais de comprendre les choses dans leur ensemble et de surmonter la sécularisation contemporaine."



Tout cela est clair et simple, comme la pensée du. Saint-Père sur le 'sujet. Pourtant la lecture du dernier numéro de "Signes d'Aujourd'hui" (n0203), la revue d'animation liturgique la plus utilisée- bien qu'elle n'ait aucune légitimité - dans les paroisses, peut surprendre: "La communion dans la main est quelquefois remise en cause. Elle ne serait pas assez respectueuse du mystère célébré". On pourrait imaginer qu'alors "Signes d'Aujourd'hui" expliquerait l'exemple donné depuis des mois par le pape. Pas du tout: "Cela nous invite à habiter davantage ce geste" ... et d'insister sur cette seule manière de communier sans en citer d'autre!



Le même numéro publie tranquillement une lettre d'un lecteur s'étonnant d'une couverture de la revue présentant un célébrant utilisant un calice en grès: "Notre nouveau curé m'a fait remarquer que ... ce matériau est interdit". Réponse de "Signes" sans sourciller: "Votre curé a raison" ... mais aucune marche arrière, aucune excuse de la rédaction qui, c'est à craindre, continuera à montrer et à recommander des attitudes ou des gestes en contradiction avec ce que l'Eglise demande, au nom d'une imaginaire autorité liturgique que détiendraient en ce domaine les éditeurs de telles revues.



Ne serait-il pas plus simple de faire ce que l'Eglise demande en cherchant à comprendre pourquoi elle le demande? Est-ce que tout débat liturgique ne devrait pas commencer par cela? Comment pourrait-on mettre en oeuvre un enrichissement mutuel des deux formes du rite romain si la forme ordinaire n'est pas célébrée comme elle le devrait? Et pourrait-on nous dire une fois pour toutes ce qui s'oppose à la mise en oeuvre fidèle du missel romain dans les paroisses ?

Trouvé dans la revue Pro Liturgia



Considérations historiques sur la communion dans la bouche :

http://users.mmic.net/maranatha/communion.html#Allocutions%20Paul%20VI

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Lun 8 Déc - 8:28



« S’agenouiller devant l’Eucharistie, c’est professer sa liberté » (Benoît XVI)



Lors de la Messe de la Fête-Dieu, les fidèles qui ont communié de la main du pape ont été invités à s'agenouiller pour recevoir la sainte communion. Benoît XVI avait rappelé dans son homélie que "s'agenouiller devant l'Eucharistie, c'est professer sa liberté". On voit alors des journalistes, des prêtres, des gens d'habitude "informés", s'étonner, voire s'indigner, de ce que Benoît XVI ait osé le jour de la Fête Dieu - pensez donc ! - donner la communion à des fidèles à genoux et, en plus, sur les lèvres, alors que cela ne se fait plus "depuis Vatican II" :

L'affirmation est répétée avec tant de naïve constance qu'elle prend valeur de certitude. Avant Vatican II, on s'agenouillait et on tirait la langue, depuis on s'avance et on tend la main. Personne ne se donne la peine de fournir la moindre référence et pour cause ! Aucun texte du Concile Vatican II n'a abordé de près ou de loin la question de savoir comment devait être donnée la communion et quant au Missel romain "restauré" à la suite du dit Concile, dont la première édition remonte à 1969, la seule manière envisagée est la manière traditionnelle. Alors, d'où vient le changement ? Il est vrai que des demandes parvinrent à Rome dans les années de l'après-concile pour obtenir la permission de donner la communion dans la main pour les fidèles que risquait d'indisposer le geste du prêtre qui leur déposait une hostie dans la bouche. Raison purement sanitaire, si on peut dire, qui n'avait rien des hautes motivations données ensuite à ce geste soi-disant plus "adulte". Rome procéda à une enquête auprès des évêques du monde entier sur l'opportunité d'un changement de la pratique reçue. La conclusion fut négative : il ne fallait rien changer à l'usage. Néanmoins pour calmer les Français et quelques autres pays occidentaux, une permission fut donnée, assortie de bien des précautions, qu'on se dépêcha d'oublier. La brèche une fois ouverte, on s'empressa de l'élargir, on rendit presque impossible la communion à genoux, les catholiques qui firent mine de demander à recevoir leur Sauveur sur les lèvres furent dans bien des cas montrés du doigt, quand on ne le leur refusa pas tout simplement, malgré le droit.

Peu à peu, par lassitude ou par conviction, la majorité des assemblées suivit ce qui n'était qu'une permission, avec le sentiment que c'était cela que demandait l'Eglise, alors qu'il n'en était rien. Récemment, un évêque d'Amérique du Sud a rappelé que la permission n'étant pas donnée dans son diocèse, puisqu'il ne l'avait pas demandée, la communion dans la main était interdite. Rome a soutenu son bon droit. Et l'on se souvient de Jean Paul II refusant de donner la communion autrement que sur les lèvres à Mme Chirac en 1980 sous les écrans de la télévision. Cet accès de fièvre, qui pourrait faire sourire, ne laisse pas d'être révélateur. L'ignorance du réel enseignement du concile Vatican II, en ce domaine comme en d'autres, est vertigineuse; elle va de pair avec une valorisation mythique du changement intervenu. Espérons que le mythe se dissipant peu à peu, et heureusement, on en vienne à lire tout simplement les documents de ce Concile qui n'a pas tout dit, mais qui a posé de solides jalons pour permettre à l'Eglise d'affronter le monde en train de naître autour d'elle et de lui porter la Bonne Nouvelle.

Par le Père Michel Gitton

http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-20440052.html

Liens : Considérations historiques sur la communion dans la main + Et si on reparlait de la communion + Pour qu’Ils règnent + La communion dans la main, par Mgr Juan Rodolfo Laise + « Hostie dans la main, moins de respect et risque d’abus » (Mgr Ranjith)



_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Lun 8 Déc - 8:35

c'est alors que dans 'temoignage chretien' on peut lire cette cretinerie qui se veut de bon sens

'Jean Rigal termine par une considération de bon sens. « Que penser de l'importance donnée à ces considérations liturgiques, au moment où se posent à l'humanité des questions graves et angoissantes d'ordre social, économique, éthique, écologique, politique? '
http://temoignagechretien.fr/articles/communier-genoux


voila ce que la presse catholique (qui se pretend telle) de gauche... se permet d'ecrire ;

une bonne Priere leur serait plus utile que de meler l'ecologie au Corps du Christ.... du grand n'importe quoi !

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Charlyze



Messages : 379
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Lun 8 Déc - 23:24

En vérité c'est ce qu'il faudrait faire, communier à genoux, mais personne ne le fait à la messe.
Je crois même pouvoir dire sans m'avancer, que certains curés en seraient peut être choqués, trouveraient cela exagéré, que sais je encore?
Bon peut etre que ca poserait problèmes aux personnes agées, c'est le seul obstacle que je vois.
Revenir en haut Aller en bas
Marthe



Messages : 3434
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Mar 9 Déc - 6:48

Pearl a écrit:
c'est alors que dans 'temoignage chretien' on peut lire cette cretinerie qui se veut de bon sens

'Jean Rigal termine par une considération de bon sens. « Que penser de l'importance donnée à ces considérations liturgiques, au moment où se posent à l'humanité des questions graves et angoissantes d'ordre social, économique, éthique, écologique, politique? '
http://temoignagechretien.fr/articles/communier-genoux


voila ce que la presse catholique (qui se pretend telle) de gauche... se permet d'ecrire ;

une bonne Priere leur serait plus utile que de meler l'ecologie au Corps du Christ.... du grand n'importe quoi !


Que des terriens tout ça.............. affligeant !

_________________


"Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger.» (Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 11,28-30)

"Pater dimitte illis non enim sciunt quid faciunt"
Revenir en haut Aller en bas
Pearl
Admin


Messages : 7393
Date d'inscription : 12/02/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Mar 9 Déc - 21:31

Charlyze a écrit:
En vérité c'est ce qu'il faudrait faire, communier à genoux, mais personne ne le fait à la messe.
Je crois même pouvoir dire sans m'avancer, que certains curés en seraient peut être choqués, trouveraient cela exagéré, que sais je encore?
Bon peut etre que ca poserait problèmes aux personnes agées, c'est le seul obstacle que je vois.

il y a eu une epoque ou des cures donnaient un coup de pied discret a ceux qui demandaient la communion a la bouche, parfois a genoux (si si.. veridique ! j'en sais qq chose Smile )
tout ca est du passe, et il nous faut eviter de critiquer les pretres
les conditions de recevoir la Communion sont bien precises de nos jours
(les personnes qui sont physiquement empechees peuvent s'abstenir.. encore que Padre Pio et d'autres religieux l'ont toujours recue a genoux !)

je m'agenouille et me signe en prenant le temps qui me permet de saluer Jesus dans Sa Maison, que l'on me regarde ou  pas, je me fiche
personnellement, je ne peux recevoir la Communion,

mais un pretre NE PEUT PAS la refuser a genoux, et a la bouche
son etat ne le lui permet pas

je me pose toujours la question : aurions-nous l'audace de recevoir la Communion de Pape Francois, debout, les mains tendues ??

_________________
« Tu es grand, Seigneur, et louable hautement… Tu nous as faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose pas en Toi » (saint Augustin).
Revenir en haut Aller en bas
http://chapellesaintefamill.forumgratuit.eu
Charlyze



Messages : 379
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   Mer 10 Déc - 1:27

Je pense que oui, que certains chrétiens habitués à prendre l'hostie dans la main, ne se gêneraient pas de le faire avec le pape François, parce que tout bonnement c'est une habitude chez eux.
Moi je m'agenouille au moment où le vin, et le pain sont consacrés à Dieu, et ensuite je prends l'hostie à la bouche, je dois dire que dans mon église qui est grande, je suis une des rares à le faire.
Je ne m'en glorifie pas, puisque c'est comme çà qu'il faut faire, mais les autres la prennent à la main.
De plus, c'est bête à dire, mais je ne trouve pas cela hygiénique, après avoir touché les pages du livre de chants que tout le monde a touché, s'être serré la main en se donnant la paix les uns les autres, je ne sais pas si c'est vraiment hygiénique de prendre l'hostie dans sa main, qui n'est déjà peut être plus très propre.

Mais enfin, bon, c'est mon avis, il faut dire que je suis une malade de l'hygiene des mains, je les lave plus de dix fois par jour, donc bon, tout ce qui se rapporte aux mains, ça me touche lol.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche   

Revenir en haut Aller en bas
 
la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la Sainte Eucharistie : Communion a genoux et dans la bouche
» la communion à genoux et dans la bouche
» Recevoir la Très Sainte Eucharistie dans la bouche (à lire très intéressant)
» Notre Seigneur dans la Sainte Eucharistie
» Chapelet pour honorer la Sainte Eucharistie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Chapelle de la Sainte-Famille :: Charte de la Chapelle de la Sainte-Famille :: Regards sur la Vraie Eglise de Jesus Christ-
Sauter vers: